Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Léa: la fille qui n'avait pas envie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 9:57

Ce week-end, j’ai visité Léa. Plus exactement, j’ai aidé ses parents a déménagé. Ils quittent leur location pour s’installer, camper enfin dans le chantier de leur nouvelle maison qui est loin d’être finie. Léa a deux ans deux mois. En septembre, sa maman aimerait bien l’inscrire à l’école pour réduire ainsi les frais de garde qui plombe la trésorerie, rapport à la maison qu’il faut rembourser désormais tous les mois. Seulement, se dit Maman, pour entrer à l’école, il faut être propre et Léa ne l’est pas. Maman propose le pot et dit l’importance de faire pipi dedans. Mais Léa ne fait pas pipi dans le pot. Maman est désemparée :
-Mais enfin, pourquoi tu ne fais pas pipi dans le pot ?
Léa, logique :
- Parce que je n’ai pas envie !
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 10:04

C'est exact, ils répondent souvent ça les enfants, c'est logique...moi les miennes étaient pareilles, un jour par semaine chez une nounou les a décoincées, c'est elle qui les a mises sur le pot et quand ce n'est pas la mère qui leur demande, les choses sont différentes, dans l'esprit d'un enfant "la maman gère le pipi/caca" elle est là pour ça, c'est le principal rapport affectif que connaît le bébé et il met parfois du temps à en sortir parce que ça veut dire qu'il va s'éloigner un peu de sa mère...en tout cas, c'est mon analyse... Pasdrole
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 10:10

Moi, je ne ferais pas de généralité, parce que le stade anal, c'est vachement complexe, même si ce que tu dis, Kate s'avère souvent vrai. Chez les autres, c'est différent.
Mais j'y vais de ma petite recette aussi (encore que je doute fort que Vic nous ait posté cette histoire dans le but que nous lui donnions des solutions pratiques Wink ) : certains bout'choux refusent le pot mais acceptent les cabinets des grands, bien tenus par un adulte.
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 10:28

Oui, c'est vrai Farouche, et je donnais mon exemple ; c'est juste la réponse de l'enfant qui me fait penser à ça " j'ai pas envie"...
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 10:29

Et que dire de ceux qui refuse les deux...
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 11:46

Les parents vont voir Vic AngeR
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 14:47

Non, mais c’est pas le truc que je voulais dire, chères mamans ! Ce fil est avant tout un fil littéraire. Comprenez-bien que déjà, Léa parle comme un livre. D’ailleurs, elle m’a tannée pour que moi aussi, énième adulte visitant sa maison je lui relise son bouquin de petit ours brun qui va au marché où on achète des cerises rouges ! Rouges, voilà le mot important de l’histoire ! Est-ce qu’avec Tonton Vic, à ce moment de l’histoire, les cerises demeurent rouges ! Tu changes le lecteur, (tu as le droit !) et pour une petite fille de deux ans deux mois qui connaît à peine ses couleurs, alors le miracle se reproduit : même avec celui-ci et sa grosse voix, les cerises qui étaient rouges lors de la dernière lecture avec Maman le sont encore ! Incroyable !

En ce qui concerne le pipi, tout cela est beaucoup plus aléatoire ! Je ne sais pas si vous avez remarqué vous aussi, mais un moment, on a envie de faire pipi, et à un autre moment, non ! Notre désir fluctue. Il n’y a que dans le livre que les cerises demeurent rouges quoiqu’il advienne. Le livre ne change pas. A la différence du corps d’une petite fille qui n’arrête pas de changer toute la journée. Un moment, il veut faire pipi, un autre, il veut manger, un autre, il veut jouer, un autre, il veut descendre de la chaise mais en même temps, il veut y remonter ! Vivement qu’il veuille dormir ! Vous auriez, vous, un tel corps en tant qu’adulte, je mets ma main au feu que vous ne vous en sortiriez pas ! Deux ans deux mois, il faut pouvoir gérer, régner sur un tel corps tout en rendant des comptes à Maman !

J’ai pas envie !

Léa est la première enfant de ses parents. L’aînée. Autant dire qu’elle les a en formation ! Sa maman m’avoue : il y a un mois, c’était beaucoup plus facile. Léa disait : Papa fait ceci, Maman dit cela, Léa fait ceci, veut cela. On parlait à la troisième personne comme on dit du bébé qu’il a bien bu son biberon. On était content, tout cela était, somme toute, impersonnel, chacun jouait son rôle et puis basta ! Mais depuis un mois, les choses ont changé du tout au tout. Léa ne dit plus : Léa veut ceci, elle dit, elle affirme : Moi, je ne veux pas faire pipi dans le pot ! Cette toute-puissance du sujet, sa majesté le Moi, je ! (plus tard la maman m’avouera que sa fille se comporte comme une reine), révolutionne la maison ! En voulant prendre le pouvoir sur son corps, Léa prend également le pouvoir sur sa maman ! Pourtant, il faut bien qu’elle prenne le pouvoir sur sa vessie, irréductible village gaulois qui ne compose qu’avec les couches ! L’impérialisme de son Je sur son propre corps, hier encore le poupon de sa maman, provoque une crise de régime ! Qui désormais va gouverner sur sa partie bébé?

La langue française possède le terme avoir envie pour désigner bien des choses. Il dit à la fois la volonté : j’ai envie d’avoir le bac, la cupidité, j’ai envie de ta voiture, la concupiscence, j’ai envie de toi, mais aussi une simple pression corporelle, j’ai envie de faire pipi ou caca. Je suppose que lorsque Léa dit à sa maman qu’elle n’a pas envie de faire pipi dans le pot, elle décrit à sa mère l’état actuel de sa vessie qui ne lui envoie aucune information pressante. Mais la maman, prise dans son projet éducatif, n’entend pas ce mot à mot. Elle entend ce qu’elle redoute : et si ma fille (celle qui dit je) possèdait désormais une volonté propre qui s’opposait à moi ! Nous n’aurions plus à peine que trois mois pour être propre et nous ne sommes pas encore dans les starting-blocks… La mère cherche à organiser le temps si précieux durant que la fille baguenaude !

Il faudrait, demain peut-être, que Maman et Léa imaginent ensemble que le corps, la vessie de Léa possède la même compétence qu’un livre. A savoir qu’il, qu’elle peut garder le pipi en soi pour le délivrer à sa guise, comme l’histoire de petit Ours brun conserve pour resservir à chaque invité lecteur, l’idée que les cerises demeurent rouges autant qu’on ouvre le livre. Le pipi, l’idée que Je existe désormais, sont les même pièces d’un puzzle, dont l’une, l’idée serait la contenante de l’autre, le pipi : la réalité.
Pour l’instant, Léa hésite. Son corps n’a pas envie. Mais elle ? L'idée (je)qu'elle a désormais d'elle-même(Léa). Comment pourra-t-elle prendre le pouvoir. Et tout celà bien sûr, sans vexer Maman ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 15:11

Citation :
Son corps n’a pas envie. Mais elle ? L'idée (je)qu'elle a désormais d'elle-même(Léa). Comment pourra-t-elle prendre le pouvoir.
Tiens, c'est marrant, ça.
Le petiot de Taya (le plus jeune de mon groupe d'enfants) était assez difficile à canaliser. Jusqu'au jour où je lui ai dit : c'est ta tête qui commande à ton corps de faire ceci ou cela, on va attendre que ta tête décide que ton corps ne saute plus dans tous les sens comme un petit singe, quand elle en aura envie.
A partir de ce moment, il s'est passé un truc radical et on a vachement bien pu avancer pour préparer la pièce.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Astérisque
"J'étais pas là"
avatar

Nombre de messages : 1549
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 15:24

Vic Taurugaux a écrit:
Non, mais c’est pas le truc que je voulais dire, chères mamans !


La mère cherche à organiser le temps si précieux durant que la fille baguenaude !


Puisque tu insistes, et bien que je n'aie pas le temps pour une analyse détaillée, qui, au demeurant (même à une autre adresse), s'avérerait fastidieuse tant ta matière est riche et inépuisable, ton inspiration coule toujours aussi drue.
Mais là où je m'insurge, c'est au regard de ce "durant que" que c'est pas possible par ce que c'est inélégant dans un texte de cette qualité. Tu ne feras jamais croire à quiconque que tu ne possèdes pas un substitut dans ta valise.
Avec mes respectueux sentiments bien sentis.
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 15:49

Pour ma part, j'ai adoré le développement qui dit bien les différences dans les "j'ai envie" entre ce que dit la petite fille et ce qu'entend sa maman.

Quant à la forme, et pour ce qui concerne le "durant que" plus particulièrement, s'il me semble assez désuet, je ne l'entends pas comme inélégant. D'autant que j'aime assez bien certaine désuétude dans l'écriture. Ast tong (comme "assez bien", tu vois, par exemple)
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Astérisque
"J'étais pas là"
avatar

Nombre de messages : 1549
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 16:13

Je t'entends, Farouche. Pais ma fille.
Mais je persiste à te penser plus Coquine que Farouche.
Wink
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Mar 16 Juin 2009 - 16:15

Moi ça me fait penser aussi à ma fille quand elle a commencé le vélo sans petites roues, ça partait dans tous les sens, alors je lui ai dit : " C'est toi qui commande, le guidon doit t'obéir..."enfin, un truc comme ça , ça a pas trop mal marché.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Jeu 18 Juin 2009 - 18:21

Durant le temps où Léa édifie les fragiles contours de son image corporelle, je vide sa maison. Natale. Sa maman a soigneusement rangé ses effets dans des emballages de couches vides et j’empile tous ces cartons dans le camion de déménagement. J’extraie également de sa chambre son tapis, son armoire, son lit, les doudous qui y traînent enfin tout cet univers sensé reprendre vie dans l’autre maison, celle de son avenir. Pour la protéger de ma voracité, ses parents l’ont confié durant cette journée de chamboulement à sa nounou. Heureusement, car j’en demande toujours plus, le camion n’étant pas plein. Il absorbe ainsi encore grâce à moi le téléviseur, son meuble, les dvds des bisounours, les deux canapés, la table de salon, la bibliothèque et tous ses livres. Quant à la cuisine, la salle de bain et la chambre des parents, j’envisage déjà un deuxième voyage. Et j’entraîne dans ma gloutonnerie les deux parents.

Vers leur rêve.

Du moins sa maison. C’est une bâtisse campagnarde qu’ils ont projeté de rénover. Cela fait maintenant un an. Mais les travaux ne sont pas finis. Les artisans ont tous dépassé les délais. Le camion s’arrête devant la ruine. Les murs et les sols sont éventrés. Pour faire passer les réseaux. Le weed-end dernier, le grand-père de Léa est venu poser les menuiseries nécessaires pour empêcher les voleurs de venir piller le butin que nous devons désormais y entreposer. Tout dans la grange, les pièces nobles appartenant encore aux artisans. Pour tout confort, seul le W.C. fonctionne. J’y entrepose le pot de Léa.

Dans les contre-cloisons, on me montre l’isolant qui fera de cette ferme du XIXéme siècle, le nid nécessaire à cette petite famille. Cet isolant, c’est l’œuvre de maman. Ce sont des panneaux de plumes. Ingénieur dans une grande entreprise du bâtiment, cette dernière a breveté ce produit durable qui, grâce à la réutilisation des déchets des entreprises du textile traitant la plume de canards et d’oies, confère un coefficient thermique bien plus avantageux que n’importe quelle laine de roche. Mais, c’est ce même produit écologique qui expédie pour son travail maman aux quatre coins de l’hexagone, la séparant ainsi de Léa. Or la crise est là, bien présente, menaçant pareillement le travail de Papa, la terrible crise qui frappe à la porte de la maison, déguisée en honnête banquier réclamant juste les modestes échéances du prêt contracté.

Il ne faut pas nous laisser impressionner.

A midi, nous déjeunons avec Léa dans ce qui reste de l’ancienne cuisine. Papa dit : Il faut attacher la ceinture de ton réhausseur sinon tu vas encore tomber de ta chaise. Je veux aider. Je prends la jambe de Léa pour la faire passer dans la boucle salvatrice. Mais sa jambe résiste. Je force un peu. Trop tard. Les larmes s’accumulent dans les yeux de Léa. Ce n’est pas sa jambe que j’ai forcée, c’est elle toute entière. Les pleurs abondent. Ses sourcils se froncent et ses yeux me transpercent littéralement. Léa est en colère. Celle-ci la déborde, elle me hait et la violence de ce sentiment redouble ses pleurs. Sa maman tente de venir à sa rescousse : Enfin Léa, ce n’est pas beau de te mettre en colère comme ça contre Tonton Vic, il a voulu t’aider…
Mais la colère est plus forte que Léa. La voici qui déteste aussi sa mère. Son père. Sa tante. Toute la cuisine et le repas en sont submergés. La colère envahit la maison. Léa disparaît derrière elle. Et ses sanglots. Heureusement, celle-ci n’atteint pas les adultes qui feignent d’ignorer l’enfant capricieuse. La totoche calme la bouche de Léa. Ses pleurs s’assèchent. Pendant que les adultes parlent de choses et d’autres, Léa réfléchit. Au bout de cinq minutes, Léa descend de sa chaise. Elle va chercher sa piqure. Une vieille seringue qui sert à s’entraîner avant la visite chez le docteur. Elle fait une piqûre au bras de sa maman. Ah, tu n’es plus fâchée ? Léa profite de cet encouragement pour piquer aussi son père. Puis sa tante. Enfin, elle s’approche de tonton Vic qui balbutie : j’ai peur des piqures. Ce n’est pas grave, sourit Léa, c’est pour te guérir. Vic se laisse faire et constate le résultat bénéfique.

Léa remonte sur sa chaise et demande à Vic de l’attacher.

Elle lui regarde ses grosses mains. Pleines d’ongles et de doigts. Leur peau épaisse. Vic approche sa grosse main de la petite main de Léa. Elle la retire comme s’il l’avait brûlée. C’est pas grave dit Vic. Léa tend la main à nouveau. Vic la touche du bout des doigts. Léa rit. Vic joueur, pose son index sur le pain de campagne enfariné, puis sur le dos de la main de Léa, y déposant de la farine. Léa est interloquée. Ses yeux demandent ce que c’est. Un bobo ! dit Vic. Aussitôt, son autre main l’efface. Vic, sadique recommence. Léa réefface. Vic persiste. Léa prend cette farine avec son index et la colle sur le dos de la main de Vic. Aîe ! Toi aussi, tu m’as fait un bobo ! Léa rit, fière de son agressivité. On voudrait continuer à jouer. Mais Maman gronde : il faut finir les petits pois…

Dans ce changement de peau familiale, le soir nous offre un interlude. Papa dit : pour nous reposer, allons tous à l’océan. Il nous y mène tous dans sa belle voiture de travail. La plage, c’est celle de son rêve. C’est pourquoi il est ici depuis cinq ans. Les vagues y déferlent avec la constance des choses éternelles. Elles sont majestueuses et le soleil couchant les éclaire de l’intérieur. Le vent échevèle les embruns de leurs crêtes. Le club de surfeurs en a terminé avec la compétition de l’après-midi. Tous ces athlètes s’agglutinent pour allumer un barbecue. Papa voudrait rester discuter avec ses collègues mais la famille l’entraîne un peu plus loin pour un peu d’intimité.

Léa est déjà en maillot de bain. Ca suffit la couche. Elle court vers les vagues qui déferlent. Elle n’admire pas les derniers surfeurs courtisans les lames. Elle fend l’eau et dès que cette dernière atteint le haut de son mollet, elle revient vers nous en riant. Ce ballet de la petite fille et de la mer dure la patience de son papa. Plus de vingt minutes. Puis, on pique-nique sur plage. Léa dévore deux tranches de rôti de porc, des chips, enfin trois à quatre fois la valeur de son déjeuner de midi. Mais l’océan, éternel joueur la rappelle. Papa dit à Maman : c’est à toi d’y aller. Fais bien attention, c’est dangereux. Maman hausse les épaules. Léa retourne à ses prouesses quand une vague plus forte qu’une autre la déséquilibre. Elle tombe la tête dans l’eau. Avec beaucoup de précautions, sa maman la repêche. Elle lui dit : ça n’est pas grave pour que Léa retrouve sa respiration. Elles reviennent vers nous car Léa tremble, frigorifiée. Papa gronde Maman. Il enroule sa fille dans une serviette et la prend contre lui pour la réchauffer. Maman lui explique qu’il ne fallait pas paniquer leur enfant. Papa dit les vingt cinq noyés sur cette plage depuis cinq ans. La baÏne qui se trouve tapie sous l’écume. Sur les vingt cinq noyés, il y avait dix enfants. Léa tète sa totoche. Elle sent dans son dos, la chaleur, la colère et la peur de Papa. Maman les embrasse. Papa se réfugie sur le haut de la dune derrière nous. Léa grimpe la dune et s’assoit près de son père. Tous deux admirent le soleil qui, jour le plus long oblige, refuse lui aussi d’amerrir. Les deux trônes s’affrontent.

-Plus tard, ma fille sera championne de surf ! explique enfin Papa.
Maman nous sourit. Leur fierté à tous deux est tellement comique. Puis, on parle un peu de la grand-mère paternelle de Léa. Elle vient de subir une grave intervention chirurgicale. A l’utérus.
Ca ne s’invente pas.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Jeu 18 Juin 2009 - 18:41

Shocked

Il est étonnant de voir que ces deux grandes mimines possèdent une telle agilité sur le clavier.

Ro, pas bobo.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Jeu 18 Juin 2009 - 19:47

J'aime beaucoup tout ce qu'écrit Vic.
Pis là, je trouve que c'est non seulement enrichissant, intéressant mais en plus c'est attendrissant (mignon tout plein).

L'histoire et l'explication du : "je n'ai pas envie de faire pipi dans le pot" m'a fait pensé à ce shéma systématique qu'on toutes les écoles maternelles d'envoyer les enfants de la première année faire pipi 6 fois par jour qu'ils aient envie ou non.
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Jeu 18 Juin 2009 - 20:17

Je croyais avoir tout lu avec Vic, mais là... Vic avec carrure de déménageur !! mdr
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Ven 19 Juin 2009 - 8:46

L’école a raison de faire faire pipi règlementairement à heures fixes. A l’école, on apprend une loi collective. Tout le monde doit faire pipi en même temps. Manger aussi d’ailleurs. Les besoins naturels se voient ainsi socialisés.

Pour l’heure, ce qui sort de Léa, son pipi, ses mots, sa colère, ses pleurs et ses rires fuient, échappent, beaucoup à son contrôle. Elle voudrait bien faire comme les grands. Garder ou sortir les choses à propos. Mais, son enveloppe est encore bien fragile et son petit corps comme sa maison, ouvert à tous vents. Il faut au moins la précaution d’un déménageur pour ne pas lui arracher une jambe alors qu’elle ne le souhaite pas. Son papa lui dit bien de faire attention de ne pas tomber pour pouvoir rester entière et vivante toute la journée. Mais, vous croyez que c’est facile ?

D’ailleurs, pour essayer, nous avons même ensemble tenté de déménager la caisse des Duplos. Et nous avons failli réussir ! Mais, arrivée à moins de dix mètres du camion, la tête de Léa s’est malencontreusement levée pour suivre avec les yeux un oiseau qui passait et patatras, la boîte a renversé tout son contenu par terre. Sans ce fichu oiseau, la boîte aurait rempli sa mission ! Mais sans doute impressionnée, ladite boîte a voulu s’échapper des mains de Léa pour, sans doute, à son tour s’envoler. Le résultat a été que tous les Duplos se sont retrouvés éparpillés dans l’herbe. Nous n’avons pas eu trop de nos quatre mains, petites et grandes, pour tout ramasser. Sans pleurer, bien entendu. Non mais, pour qui vous nous prenez?

Après ça, Maman a enfin retrouvé le couvercle. Parce que cette satanée boîte avait un couvercle ! Nous avons donc pu refermer la boîte, mais quand celle-ci était déjà dans le camion. Je ne sais si c’est comme ça chez vous, mais par ici, les mamans arrivent toujours après la bataille ! Oui ! Comme la cavalerie !

D’où l’intérêt des livres ! Avec eux au moins, c’est pas le bazar ! Les choses y restent écrites où dessinées tout le temps, même si vous les secouez très forts. Même si vous les oubliez quand ils se cachent sous le lit !

A l’école, il paraît qu’il y a beaucoup de livres. Ils ont aussi une maman mais qu’il faut appeler maîtresse ! Ne nous demandez pas pourquoi, on ne sait pas encore tout ! Ce que l’on pense, c’est que là-bas, toutes les choses restent à leur place même s’il y en a beaucoup. Les choses de l’école sont rangées comme les mots et les images dans les livres. En lignes. En ordre. Plein de tables, pleins de chaises alignées. Beaucoup de crayons avec leurs couleurs rangés dans des pots, pas comme à la maison… L’ordre à l’école, on ne l’oublie pas parce qu’il est marqué dans les livres. C’est la loi. C’est pour cela que tout le monde là-bas la connaît si bien. Avant les récréations, qui sont toujours à la même heure, les enfants font le petit train pour aller faire pipi. En ligne, pour ne pas se mélanger.

Léa aimerait bien faire le petit train. Mais à la maison, elle est toute seule. Elle a essayé avec Nounours, mais il ne veut pas resté accroché dans son dos. Pourvu que les autres enfants veuillent venir eux aussi jouer à l’école.

Il suffirait juste pour cela qu’ils en aient envie !
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Ven 19 Juin 2009 - 10:14

Je les adore tes histoires Smile
Incroyable comme je trouve palpitants ces petits riens si primordiaux du monde de la petite enfance...
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Ven 19 Juin 2009 - 11:43

Je reçois l'enfance et tous ces codes si mal perçus par les adultes que nous sommes devenus.
Et je reçois ce regard tendre d'un adulte pas comme les autres, celui de Vic, qui vient là comme pour nous dire "les yeux, c'est important".

Double-cadeau. chinois bisou

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Ven 19 Juin 2009 - 11:58

En effet, je ne le voyais pas autrement, c'était juste une pensée.
En attendant, c'est un vrai plaisir que de lire les histoires de Vic. J'adore sa façon de décrire ces scènes de vie et toute l'attention qu'il met autour de celles-ci et de l'enfance.
Magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   Ven 19 Juin 2009 - 19:46

L’envie de Léa n’a rien à voir avec le dentifrice. Lui, tu appuies simplement sur son tube et il sort. Tu le mets sur ta brosse, il y reste coller. Le tout enfoui dans ta bouche, ça fait du froid aux dents jusqu’à ce que tu le recraches avec l’eau du verre. Alors, l’eau et le dentifrice partent dans le trou du lavabo. Non, l’envie de Léa ressemble plutôt à Minnie quand on veut qu’elle passe dans la chatière. On dit :
-Minnie, Sors de la maison !
Mais Minnie ne sort pas. Elle n’en fait qu’à sa tête ! Elle ne sortira qu’au moment où on ne le voudra plus. Léa prend Minnie dans ses bras pour mettre sa tête dans la chatière. Minnie se laisse faire puisque Tonton Vic est là. Léa s’accroupit pour mettre la tête de la petite chienne dans le trou de la porte. Mais, cette coquine se débat, bouscule Léa qui tombe à la renverse. Léa pleure. Vic s’inquiète :
- Elle ne t’a pas griffée, j’espère ?
Nous inspectons bras et jambes à la recherche du plus petit bobo. Mais, il n’y en a pas donc, on ne peut pas mettre de crème. Comme pommade, Vic se fait suave :
- Tu vois, elle ne t’a rien fait, peut-être un petit peu peur quand tu es tombée?
Rien n’y fait : les pleurs de Léa ne sont pas des pleurs de désarroi mais de colère :
-Minnie, elle n’a pas envie !

Maman commente, un peu navrée:
- Elle a du caractère !
Mais nous ne comprenons pas de qui elle parle. Peut-être de la grand-mère qui a le même caractère que Léa. C’est Papi qui l’a dit la première fois qu’il a vu Léa dans son berceau de la maternité. C’était une blague pour détendre l’atmosphère car Mamie pleurait beaucoup alors que désormais Léa a fini de sécher ses larmes. Mamie, en temps normal, c’est elle qui dirige la famille. D’abord Papi, encore beaucoup trop Papa mais beaucoup moins Maman qui ne se laisse pas faire. Elle n’a pas envie ! Des fois mêmes, Maman dit à Papa qu’elle mettrait bien Mamie dans le trou des cabinets ! Léa retourne au lavabo. Elle monte sur le tabouret pour regarder le trou. Dedans, c’est noir ! Alors, pour voir disparaître Mamie, Léa essaierait bien de faire couler le robinet mais c’est Maman qui n’a plus envie. Maman veut bien gaspiller Mamie, mais pas l’eau !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Léa: la fille qui n'avait pas envie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Léa: la fille qui n'avait pas envie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La petite fille qui n\'avait pas envie.
» La petite fille qui n'avait pas envie.
» Léa: la fille qui n'avait pas envie.
» Et si ça avait été une fille ??
» Victor Hugo: un lien entre père et fille....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: