Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je : parler pour soi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 12:40

Je dépose une petite réflexion issue de mes "pérégrinations" récentes et diverses. Ceci étant cette réflexion n'est pas nouvelle, elle me revient régulièrement, donc pour une fois je la formule, pour voir si ça peut générer aussi un échange là-dessus.

Il s'agit de la difficulté qu'il semble y avoir à dire JE.

Ca parait paradoxal peut-être, il peut sembler parfois que le "je" mène le monde (enfin l'ego, le fait de tout ramener à soi).

Mais j'ai pu observer beaucoup, en virtuel comme en réel, que bien souvent c'est le "on" qui sort. Comme s'il était difficile d'assumer totalement et pleinement sa propre réalité, sa propre vérité. Et par là-même de reconnaître, en la formulant par un "Je", qu'elle est personnelle et non universelle.
D'accepter donc implicitement aussi qu'il n'y a peut-être pas de vérité universelle mais autant de vérités que d'individus.

En fait accepter de dire Je souvent, ça permet d'accepter que l'autre existe comme il est, et possiblement différent de soi.

Je l'ai beaucoup remarqué dans les milieux spirituels, mais pas seulement.
Ca me semble assez général. Comme un refus de réalité, un refus de soi, une manière de se défausser, encore et toujours...

"On" finalement... c'est qui ? c'est personne...
Quand je dis "on", je peux aussi bien ne pas m'inclure dedans ou bien m'y inclure, selon que ça m'arrange ou pas.

Bon, après il est pas question de devenir tatillon, le "on" c'est aussi une commodité d'expression et du langage parlé, mais là juste pour ce post, je voulais mettre l'accent là-dessus, sur le "on" fuyant. Ou la manière de ne pas dire sa propre vérité mais d'en dire une (??) quand même, en espérant quoi ? que du coup, tout le monde va l'accepter ?

Il me semble que cette non-appropriation de sa parole peut générer aussi plus facilement du conflit. Car celui qui lit un texte (sur des sujets sensibles qui plus est) écrit en "je", comprendra plus facilement et spontanément que la personne exprime son point de vue et point barre. Sans chercher à l'imposer à quiconque par des "manipulations de langage". (je grossis le trait volontairement sur la manipulation)
Mais celui qui lit un texte rédigé comme si c'était la dernière des vérités, la seule, sans rien de personnel, pas la plus petite mention qu'il puisse s'agir simplement d'une réflexion personnelle, avec tout le subjectif que ça comporte, alors celui-là si en plus il est un peu réactif et qu'il n'est pas d'accord avec le propos du texte... probable qu'il va réagir.... dans le même registre d'ailleurs. En énonçant d'autres "vérités" sans jamais se référer au fait qu'il s'agisse des siennes.
Qu'il y ait accord ou pas d'ailleurs, peu importe. Dans les deux cas c'est pareil. Réagir contre parce qu'indigné, réagir pour parce que rassuré.... (de pas être le seul à penser ça peut-être ? ou bien de ne même pas avoir à penser puisque l'autre a déjà fait tout le boulot, y'a plus qu'à signer en bas ? )

Bon.
Il y a la question de l'implication aussi. De l'intimité ?
Mais il est possible de choisir quoi dire et ne pas dire, avec un Je.
Ce qui ne peut pas être dit avec un Je mérite-t-il d'être dit ?
A quoi cela sert-il finalement ?

Je grossis le trait, encore une fois, c'est fait exprès hein... Very Happy

Par exemple, récemment, et c'est ceci qui m'a amenée cette fois-ci à formuler cette réflexion déjà ancienne : ce matin mameri s'exprime sur les parcours spirituels, où tout le monde a "mouillé sa chemise" en osant raconter son parcours, parler en son nom propre (ou bien ne pas parler, mais en le disant aussi éventuellement). J'ai pu remarquer depuis le début de ce fil lancé par Farouche combien les discussions étaient différentes des autres discussions sur la religion, la spiritualité etc etc... car ici, il s'agit de partager les expériences de chacun. Et comme par "hasard", quand l'autre en face se nomme, parle pour lui, alors chacun parle pour soi, et les discussions n'ont pas la même teneur que d'habitude.
Et puis donc mameri s'exprime en impersonnel, en faisant "parler Dieu" ?? En tout cas, en racontant une histoire, sans se mouiller, sans parler de soi.
Et voilà qu'on glisse vers le flou sujet à toutes les controverses....

Jusqu'à cette dernière phrase, j'ai essayé de bannir tous les "on" de mes phrases. Je ne sais pas si j'ai réussi à tous les enlever.
En tout cas je peux vous dire que c'est COT-ON ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 13:49

Ah, super fil, Sophie !

Pour entrer dans le vif du sujet qui peut être décortiqué sous deux angles : général et particulier, voici comment moi j'aborde la différence entre "on" et "je". (ce sera sans doute moins structuré que ton message précédent, vu que je fonctionne dans le bordel, mais ça me convient comme ça Laughing )

Je considère que bien que nous soyons chacun entité, nous faisons partie d'une autre entité elle-même constituée de l'espèce humaine, elle-même faisant partie de l'entité univers. Et sans perdre de vue qu'à l'intérieur de chacune de ces entités, il en existe plusieurs autres, y compris en soi-même (ne sommes-nous pas faits de multiples facettes, elles-mêmes plus ou moins saisissables par leur plus proche, c'est à dire soi ?)

A partir de là, je distingue parfaitement les différents "on" et le "je", ce dernier amenant à lui tout seul tout son lot de sous-ensembles.

Ce qui fait que j'emploie très souvent le "on" quand je veux exprimer ce que "je" perçoit du "on" dans lequel je peux me sentir inclue ou pas ou partiellement, selon le mouvement duquel je parle.

Par exemple "on torture l'humain sans état d'âme" => je parle des oppresseurs qui font partie de l'espèce humaine dont je fais partie, et à ce titre je porte une responsabilité bien que je ne sois pas parmi les oppresseurs tortionnaires, mais que je le veuille ou non, j'appartiens bien à l'espèce humaine, hein.

Pour le "je" qui est mon choix bien démarqué, j'ajoute souvent "perso". Une sorte de langage qui me permet d'appuyer sur le "je", tout en ajoutant souvent "je pense que peut-être" ou "je crois que peut-être", afin de préciser la conscience de faire comme tout le monde ; tâtonner.

Ou bien j'affirme sans peut-être, parce que je développe un truc qui me semble acquis (et là encore, tu remarqueras le "qui me semble", comme quoi je pars toujours du principe que rien ne l'est peut-être tout à fait. D'ailleurs j'ajoute aussi "peut-être", c'est dire si je suis sûre qu'on ne cesse de se fader des sables mouvants. Et là, le "on" regroupe l'ensemble de l'humanité. Laughing Laughing Laughing )

Je crois que la démo du paragraphe précédent se suffit à elle seule pour expliquer mon système d'expression... mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 14:21

Peut-être, (je n’ai pas lu le fil sur la spiritualité) ton questionnement sur le je et le on reflète le mystère qui fait que Dieu interpelle chacun et tous à la fois. Les religions ne sont pas faites que pour les ermites. Elle propose des chapelles puis des églises qui rassemblent les mêmes adorateurs. L’Esprit ne serait pas que mon esprit, mais mon esprit quand même. Il serait pris dans une croyance qui me dépasse. Une culture, une religion.
Dans des paroles comme : Dieu est Amour ou Aimez-vous les uns les autres ! Dieu ne favorise pas l’égocentrisme. Pourtant, à la fois, Jésus dit un truc comme, (je cite de mémoire) : ce que je fais à tous, je le fais au plus pauvre d’entre vous pour dire qu’il pense à chacun en particulier.
C’est l’embêtant avec un Dieu unique d’être unique. Avec le panthéon grec, au moins, les personnalités, les caractères étaient respectés. Je pouvais préférer Athéna à Zeus malgré sa susceptibilité. Je imaginait même un destin qui lui fut propre. Mais qui encore aujourd’hui pour croire que le polythéisme, c’était le bon temps ?

C’est pas facile de parler un langage universel respectant la sensibilité de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 14:37

J'ai l'impression que Sophie ne citait le fil spirituel qu'à titre d'exemple de la différence de contenu entre un fil où on dit "je" et un fil où on dit "on" (moi aussi je caricature, un peu, désolée)

Pour ta citation, je crois bien que c'est le contraire en fait AngeR
"Ce que vous faites pour le plus petit d'entre les miens, c'est pour moi que vous le faites"

Mais pour faire courtissime (l'est beau çui-là Smile ) je penche aussi pour dire qu'il faut se mouiller pour dire "je".
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 14:42

Farouche a écrit:
je penche aussi pour dire qu'il faut se mouiller pour dire "je".

Je ne comprends pas cette notion. Elle s'apparente à mes yeux au fait qu'on aurait peur de soi. Et pourquoi donc ? On est chacun parmi tous, non ? Avoir peur de soi-même, pétard, mais ça bousille tout le reste ! Comment arriver à évoluer dans le monde, si on commence par avoir peur de "je" ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 14:44

Euh... je sais pas Vic, je suis pas allée jusque là je pense...
Pour l'heure, j'étais plus sur quelque chose de plus "terre à terre", au niveau humain, sur la responsabilité que chacun prend de sa parole ou pas...

Et sur le fait que le "on" souvent est un bon gros fourre-tout qui permet de raconter n'importe quoi sans l'assumer Laughing

Concernant ce que tu évoques sur Dieu, en fait pour moi l'expérience spirituelle est quelque chose de très solitaire dans le sens intérieur. Le chemin que je fais en moi, eh bien il ne "concerne" que moi, dans le sens où il n'a pas vocation de vérité universelle. Je peux le partager dans certains cas, et l'autre y trouvera peut-être des clés pour lui, mais c'est lui qui les choisira, pas moi qui déciderai desquelles il a besoin. Vice-versa, de ma part avec les expériences des autres. Ca marche dans les deux sens.

Bon mais ceci étant, c'est aussi comment je fonctionne et je le sais bien depuis le temps. J'ai beaucoup de difficulté à imaginer que quoi que ce soit puisse constituer une vérité absolue, même pas universelle, mais absolue même dans un petit monde délimité de quelques humains.
Pour moi, le monde, sa description, sa perception, est complètement relié à qui l'on est, et ce qu'on est. A nos projections, nos idées, nos façons de penser, notre histoire...
A mon sens, c'est dans un très grand degré d'abstraction que l'on peut trouver peut-être éventuellement une forme de "truc compris par tout le monde et qui met tout le monde d'accord, donc peut-être ce qu'on appelle une "vérité" ".
Et quand je dis très grand degré, je veux dire très grand degré.

Parce que la division est dans la forme. Donc pour retrouver l'unité, pour moi, il faut remonter à ce qui a le moins de forme possible. L'abstrait presque pur.
Mais c'est ma forme d'esprit, et je le sais.
C'est un autre débat et je suis en train de dévier je crois par rapport au sujet...

Pour revenir un peu sur terre, je dirais que, sans s'alourdir évidemment tout le temps avec des "je pense que peut-être éventuellement si j'osais le dire", l'utilisation volontaire et consciente du JE souvent amènerait la conscience de cette relativité de la pensée et de la vision du monde....
Et ça semble une évidence, mais ça l'est pas tant que ça je crois.
Enfin je pense que le monde humain ne serait pas dans un bordel pareil si chaque personne qui pense sur la planète prenait la responsabilité de ce qu'elle pense...

Bon j'ai vu que vous avez posté, mais j'envoie quand même et je réponds après à Farouche et Ro.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:00

sophiesuite a écrit:
J'ai beaucoup de difficulté à imaginer que quoi que ce soit puisse constituer une vérité absolue, même pas universelle, mais absolue même dans un petit monde délimité de quelques humains.
Pour moi, le monde, sa description, sa perception, est complètement relié à qui l'on est, et ce qu'on est. A nos projections, nos idées, nos façons de penser, notre histoire...

A mille pour cent d'accord avec ça.
D'ailleurs je repense à je ne sais plus qui sur LU, dans je ne sais plus quel fil non plus (c'est d'un pratique... Laughing ) où il était question d'un débat dans lequel j'étais intervenue pour donner ma propre vision des choses ; il m'avait été répondu par la citation de je ne sais quel philosophe datant de la nuit des temps. Oui, et alors ? me suis-je dit. Lui en était "à ce point de sa propre réflexion", moi j'en suis à ce point de ma propre réflexion, qu'est-ce que ça change ?
C'est sans doute pour ça que je ne me sers jamais des citations de X ou Y même et surtout de renom. Qui sont-ils d'autre que la même chose que n'importe lequel d'entre nous tous, avec leurs propres tâtonnements, leurs doutes et leurs certitudes ?
S'il y a bien un truc où je n'ai plus aucun complexe, c'est bien là-dessus.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:01

Farouche a écrit:
J'ai l'impression que Sophie ne citait le fil spirituel qu'à titre d'exemple de la différence de contenu entre un fil où on dit "je" et un fil où on dit "on" (moi aussi je caricature, un peu, désolée)


Oui voilà. C'était juste un exemple pour illustrer mon propos.

Citation :
Je ne comprends pas cette notion. Elle s'apparente à mes yeux au fait qu'on aurait peur de soi. Et pourquoi donc ? On est chacun parmi tous, non ? Avoir peur de soi-même, pétard, mais ça bousille tout le reste ! Comment arriver à évoluer dans le monde, si on commence par avoir peur de "je" ?

Romane, oui, c'est une question d'avoir peur de soi mais pas seulement.
Je vais développer les deux trucs.
D'abord le deuxième, parce qu'en fait il induit le premier.
Alors dans le "pas seulement", il y a le fait que lorsque je décide de dire JE, je dois bien vérifier si ce que je vais dire m'appartient. Si je suis d'accord avec. Or, peut-être plus toi si tu as travaillé sur toi (selon l'expression consacrée), mais il peut arriver très fréquemment qu'au moment où je vais dire JE, je me rende compte que cette pensée ne m'appartient pas.
Je m'en suis rendue compte particulièrement en politique.
Lorsque j'avais une vingtaine d'années, je répétais en veux-tu en voilà des opinions politiques, pensant que je les pensais vraiment.
Tout me paraissait très carré et très simple.
Jusqu'au jour où... j'ai commencé à travailler sur moi justement. Et là j'ai voulu dire JE. Et là... je n'ai pas pu parler, en tout cas pas de politique. Parce que tout ce que j'allais dire, c'était pas à moi ! Je n'avais aucune opinion !!
Je n'avais dans ma tête que l'opinion de mes parents, de ma famille, de la télé, de je sais pas qui. Mais pas la mienne. Je ne pouvais pas précéder tout ça de JE, parce que ce n'était pas moi, tout simplement.
(Je ne savais pas pour autant ce que j'étais. Mais il est souvent plus facile de savoir ce que je ne suis pas que ce que je suis. )

Alors, obligé de faire le tri. Je veux dire, à ce moment-là il y a le choix. Soit j'abandonne le JE et je me cache derrière papa et maman toute ma vie peinard dans mes charentaises du "on" collectif ; soit je décide que je veux parler pour moi, ce qui est aussi un choix symbolique de je veux penser pour moi et vivre pour moi. Donc je commence à trier dans mes idées.
Ca c'est pas à moi, ça non plus, ça non plus encore.
Et ça peut durer longtemps !!!
Ce qui reste après ? ce qui est vraiment à moi ?
Ben honnêtement il restait pas grand chose.
Et ça fout un coup à l'importance qu'on s'accorde et la haute idée qu'on a de soi.... moi qui était si forte, et si bravache, ben en réalité, je n'avais aucune opinion personnelle.

Ce qui m'amène au deuxième point qui était le premier : la peur.
Oui la peur. La peur du vide d'abord.
Ensuite la peur de ce que je vais trouver dans ce "JE" quand je vais le laisser parler.
Parce que parfois, il parle aussi tout seul, c'est pas du channeling Laughing c'est juste que si je suis connectée avec moi, en moi, mais que je ne sais pas ce que je suis, alors je ne sais pas non plus ce qui va sortir de moi parfois.
Je peux me surprendre moi-même.
Alors une partie de moi a peur. C'est normal, elle a peur de l'inconnu, c'est parfaitement normal.

Enfin, la peur ça peut aller plus loin. Je peux avoir peur de moi dans le sens de ce que je peux faire.
Parce que la parole c'est quelque chose de puissant, c'est quelque chose qu'il faut apprendre à maîtriser, à utiliser correctement. Je me place dans l'optique où j'ai l'objectif d'être en paix avec moi et avec mon environnement. Evidemment que si je veux me battre avec tout le monde, je me pose pas toutes ces questions.
Donc je commence à me soucier de l'impact de ma parole sur mon environnement. Avec tout ce que ça implique comme réflexions... qui peut-être font partie d'un débat à part entière.

La non-peur de soi, totalement je veux dire, c'est pas un truc si évident que ça en a l'air.
Parce que ça dépend ce que j'appelle "moi".

Par exemple : j'ai bien travaillé, j'ai fait du ménage dans ma tête, dans mes émotions, dans ma vie, très bien. Mais imaginons que quelque chose de complètement inconscient soit en train de remonter et comme son nom l'indique je n'en ai pas conscience. C'est une sorte de "monstre", je parle en termes symboliques. Ca peut "cracher des flammes". Malheur à celui qui sera en face quand ça va sortir.
Le JE il me contacte à des trucs comme ça aussi. A tout ce que je ne connais pas de moi, et que quelque part je dois d'abord accepter tel quel. Quitte à le transformer après pour les trucs un peu "monstres".

Voilà... donc en résumé... Dire Je ça emmène plus loin que ça n'en a l'air....

Ca demande (dans la perception que j'ai) un amour infini pour soi de pouvoir dire JE en toutes circonstances...


Dernière édition par sophiesuite le Mer 24 Juin 2009 - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:05

Romane a écrit:
Farouche a écrit:
je penche aussi pour dire qu'il faut se mouiller pour dire "je".

Je ne comprends pas cette notion. Elle s'apparente à mes yeux au fait qu'on aurait peur de soi. Et pourquoi donc ? On est chacun parmi tous, non ? Avoir peur de soi-même, pétard, mais ça bousille tout le reste ! Comment arriver à évoluer dans le monde, si on commence par avoir peur de "je" ?

Oui, oui, je suis d'accord avec toi, en fait. Quand je disais 'il faut se mouiller pour dire je' c'est justement à ça que je voulais faire allusion : il faut commencer par assumer ce qu'on a à dire, se débarrasser de la peur de ce que les autres vont en penser, être soi malgré/avec/parmi les autres. Et là, on se mouille, et on dit "je". C'est plus clair ?

@ Sophie : je te rejoins complètement.
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:14

Eh bien mettons que perso, j'ai pas mal cheminé et suis en capacité de savoir quand je suis sûre de moi tout en sachant que rien n'est jamais figé mais au contraire (et heureusement) évolutif, et comment me situer parmi le monde (c'est récent, compte tenu de mon grand âge Laughing ) et qu'il ne m'ennuie pas de dire comme je le pense que "le côté insaisissable des choses me rassure", c'est dire à quel point mon "je" épouse le grand chaos, sans que désormais cela me gêne.

Pour les trucs politiques, par exemple, j'ai connu tout ça étant jeune adulte. Plus maintenant. Par contre, j'arrive à pointer ce qui cloche et qui fait que je ne me sente plus correctement droite dans mon axe. Dans ces cas là, ben... je galère, jusqu'à ce que je trouve l'issue, le moyen, la technique, appelle-ça comme tu veux.

Par exemple et pour illustration, ces derniers jours je ne parvenais plus à maîtriser mon énergie (d'où fil sur qu'est-ce que l'énergie, en Science/médecine). Je voyais bien ce qui me la pompait, mais je ne voyais pas comment procéder pour ne plus subir, mais acter. Jusqu'à ce que je trouve (cf mon fil BlogaRo de ce jour. Merci Farouche, je me suis rappelée d'une conversation d'il y a quelques semaines et en ai utilisé l'essence pour trouver "le truc"). Donc j'ai acté.

Je est important, puisqu'il est l'essence même de soi. Le négliger ou le laisser emporter ou s'emporter lui-même vers le négatif, c'est le trahir.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:15

JE est la partie du "MOi" que je connais ou reconnais....C'est en tout cas la seule chose que je peux connaitre un peu.....
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:22

Vilain a écrit:
JE est la partie du "MOi" que je connais ou reconnais....C'est en tout cas la seule chose que je peux connaitre un peu.....
La valeur n'attend pas la taille, le nombre des années, la longueur des cheveux bisou
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:28

Wink à vous deux.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:35

Et voilà qui me reconnecte à un autre truc que je voulais dire mais que j'avais oublié... je suis en phase avec le sorcier Vilain Very Happy
C'est que le JE ça permet de se connaître.
Parce que ce qui "sort" avec JE, c'est l'expression "observable", constatable, qui a une forme, de ce "truc" à l'intérieur que je sais être mais que je ne sais pas nommer ni même comment "l'approcher" d'une certain façon.

Ro, oui je pensais bien que tu avais cheminé au-delà de cette peur de soi qu'on rencontre au début, je sais pas si c'est une question d'âge d'ailleurs, y'a des gens de 70 balais qui ont jamais trouvé le temps pourtant de suivre le sage conseil de Bloody : en substance parce que je me rappelle plus la phrase exacte, que le temps ça passe pas pour des prunes Laughing

Par contre, ça se sent en lisant ou en écoutant quelqu'un.

Bon et moi ça me fait rire aussi quand je te lis, parce qu'avec tes "peut-être", "il me semble" etc etc... et tes phrases emberlificotées pour arriver à tout dire tout en reconnaissant que certaines choses ne peuvent pas être dites alors on essaye quand même de les passer mais entre les lignes et entre les mots... ben en te lisant disais-je, je me retrouve un peu. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 15:56

Les 70 balais qui balaient encore leur cour de maternelle me font un peu mal aux tripes, pas pour moi, pour eux, hein. Parce que je me dis que (merci Bloody) "tout ce temps pour des prunes" c'est comme donner du caviar à un cochon. C'est qu'une fois qu'on a soufflé sa dernière inspiration, c'est trop tard.

Le problème vient quand un "je" se frotte à un autre "je" et que les deux ne sont pas sur la même marche. Incompréhensions et langage quasi inutile, pour ne pas dire stérile. Il suffit de voir comment s'enflamment les débats sur le thème de Dieu existe-t-il, pour piger que patauger dans le chaos, ça n'est pas encore bien acquis dans tous les cerveaux encore trop rivés au cordon ombilical pour pouvoir s'aventurer seul et librement sans crainte de se perdre.

A mes yeux, "je" n'est qu'un long cheminement personnel. A condition de le vouloir.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 16:09

Citation :
A mes yeux, "je" n'est qu'un long cheminement personnel
J'aime bien cette idée que "je" n'est pas tant un concept qu'un chemin.
JE, c'est suivre le chemin qui mène vers soi Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 16:15

Oui, ça me plait aussi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 16:16

M'enfin... ! C'est évident ! Le principe n'est-il pas la mutation perpétuelle ? Shocked

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 16:23

tong
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Mer 24 Juin 2009 - 16:24

mdr mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Jeu 25 Juin 2009 - 22:38

Je suis plutôt d'accord avec Sophie. Tu vois Romane, toi tu es en phase avec toi-même, ok. Mais celui ou celle à qui tu parles ? Comme le dit Sophie, il peut se sentir heurté ou rassuré (peut-être à tort) par ce "on" que nous utilisons de plus en plus dans notre langue. C'est une espèce de facilité, mais je me suis aperçue dans certaines thérapies de groupe que ce fameux "on" provoque parfois de profonds malaises, alors qu'il permet à d'autres de présenter des théories personnelles comme des vérités universelles, et même de finir par le croire. Dire "je", c'est s'obliger à se définir soi-même et à respecter l'espace de chacun.

Après, entre amis ou personnes qui se connaissent, bien sûr, je crois que le problème ne se pose pas.

Et pour te faire plaisir, une citation qu'une amie a mise sur un autre forum, juste ce soir, comme quoi les grands esprits... "Le plus brave d'entre nous a peur de son moi" [Oscar Wilde]. Moi j'aime bien les citations, et pas forcément celles de personnes très célèbres, mais juste des phrases prononcées par d'autres et qui disent très bien quelque chose que je pense. Y compris les Brèves de comptoir...
tchin


Vic Taurugaux a écrit:
C’est l’embêtant avec un Dieu unique d’être unique. Avec le panthéon grec, au moins, les personnalités, les caractères étaient respectés. Je pouvais préférer Athéna à Zeus malgré sa susceptibilité. Je imaginait même un destin qui lui fut propre. Mais qui encore aujourd’hui pour croire que le polythéisme, c’était le bon temps ? C’est pas facile de parler un langage universel respectant la sensibilité de chacun.
C'est très vrai, je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Jeu 25 Juin 2009 - 22:44

Je comprends ce que tu veux dire, Lucaerne.

Pourtant je n'ai pas envie de changer ma façon de m'exprimer, sinon ça m'obligerait à des tonnes d'explications emberlificotées, alors que c'est si simple (à mes yeux) d'employer le je et le on et les peut-être et ainsi de suite, sans se mélanger les pédales.
En tout cas, pour rien au monde je ne changerais de mode de langage, j'aurais l'impression de trahir ma pensée, donc de ne plus être authentique dans l'expression.

Car enfin, je n'y peux rien si des gens se mélangent les pinceaux et interprètent ou expriment de travers.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Ven 26 Juin 2009 - 13:47

Je ne sais pas si je fais bien de venir ici pour exprimer ce que j'ai à dire. Mais comme je suis JE et que JE vais donc parler en mon nom, JE souhaite que ceci soit bien vu.

Alors, je ne vais pas employer le terme ON, vous l'aurez bien compris. Tant pis si j'ai l'air ridicule et hors sujet. Mais puisqu'il est parlé de spiritualité, de croyance et non croyance en ce moment en fonction de chacun, employant la science ou non, je souhaite m’exprimer sur l’entité.

JE est à mon sens une entité. Je suis. C’est moi en chair et en os. Je n'apprends rien à personne, puisque c'est l'évidence même. Ce qui me chiffonne, c'est Dieu, c'est Jésus. Mais surtout Jésus porteur d'une entité invisible, celui du père. Apparemment, Jésus n'a pas d'entité même s'il a parlé, s'il a existé, s'il a démontré une pensée. Il parle au nom de Dieu son père inexistant sous forme physique et qui semble donc n'avoir aucune entité puisque Dieu est invisible et que sa maman a été fécondée par l'invisible. Donc, je pourrais me demander comment pouvait-il se représenter en tant qu’être humain (chair et os) par l’existence de quelque chose d’invisible à tous. Je dis bien à tous, puisqu’à l’heure actuelle, personne n’est capable de dire qui est « Dieu » si ce n’est que par supposition et transposition de lui en nous.

Peut-être que ce "ON" résulte de ce qui est insaisissable, puisque "on" pronom indéfini tout comme "Dieu" entité indéfinie. Ainsi en parlant de façon indéfinie, c'est un peu comme si ON ne parlait pas en son nom, mais en quelque chose de bien plus lointain inscrit en nos gènes. (RIRE) - non, ne vous méprenez pas, je soulève juste une réflexion.

Les secrets familiaux, ça se porte de génération en génération jusqu'au jour où l'on trouve un bout de secret pour résoudre ses propres malaises.

Je ne sais pas, je ne suis pas psychologue et parler de ce qui m’est inconnu ne serait que subjectivité. Mais JE veux bien faire des suppositions, quitte à ce que « ON » intervienne.
Mais d’un point de vue psychologique. Que dire de la maman de Jésus et de Jésus lui-même en matière de ce qu’ils sont porteurs ?
Revenir en haut Aller en bas
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Ven 26 Juin 2009 - 14:17

OUF.
C'est un morceau que tu nous as posé là...

Alors, moi il va me falloir le temps de relire et relire plusieurs fois, et digérer chaque idée.

Je peux seulement répondre sur quelques trucs là maintenant.

Concernant "qui est Dieu" et les suppositions-transpositions.
Bon je sais qu'on a plein d'autres fils pour en parler mais saucissonner les réponses entre plusieurs fils, c'est pas génial non plus. Donc je mets ça là.
En simple : pour moi Dieu n'est pas une réponse, mais une question.

Ce que j'essaie d'exprimer dans cette toute petite phrase est assez "profond" de mon cheminement, donc ... il y a plusieurs "degrés" à entendre là-dedans.
Même moi, je ne les ai pas entendus tous encore. Mais je sais que c'est cette phrase quelque part qui "résume" mon chemin par rapport à la notion, l'idée, le coeur, de ce qu'on appelle "Dieu".

Il s'agit ici de Dieu au sens intérieur. (question textes, c'est le nouveau testament)

Le Dieu extérieur (ancien testament), c'était quand je le cherchais dehors. Et c'était en effet une vision de Dieu qui transposait tout simplement toute ma description "extérieure" des choses, du monde.
Le Dieu extérieur était une image destinée à refléter et combler en même temps des manques, des blessures etc etc...
Je me suis rendue compte que tout ce que je n'avais pas eu dans ma vie, quelque part je l'avais mis dans cette notion de Dieu, mais qui était extérieure.
Je pouvais donc définir Dieu, puisqu'il était à visage humain, le mien, mon visage. C'était mon reflet dans le miroir, ce Dieu extérieur.

Aujourd'hui, je ne peux pas définir Dieu, à l'intérieur. Parce que justement, ça n'est plus une réponse comme le dieu extérieur, c'est une question.

En dehors de ça, c'est "drôle" et vraiment intéressant que tu viennes questionner ce "JE".
Je voulais il y a quelques jours lancer un fil là-dessus. Pour vous demander simplement... qui êtes-vous ? ou bien qu'êtes-vous ? c'est quoi ce "je" ou "JE" ?
Je n'ai pas lancé le fil et finalement ça apparaît quand même tout seul Very Happy

Donc, c'est quoi JE ?
En chair et en os ? oui mais y'a pas que de la chair et de l'os, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   Ven 26 Juin 2009 - 14:44

OUF ! T'es maligne-toi ! AngeR
Je vais devoir relire. Mais avant je vais manger AngeR lk Et JE vais réfléchir tong
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je : parler pour soi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je : parler pour soi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Parler pour ne rien dire ...
» Changer de personnalité, de caractère.
» Mon papa noël, il va m'emmener...
» Eloge du bavardage
» Innocent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: