Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Art de faire la cour au Monarque élyséen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9739
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: L'Art de faire la cour au Monarque élyséen   Ven 3 Juil 2009 - 12:53

Comment un hebdo prétenduement de "gauche" fait du léche au Prince qui nous gouverne:

Marianne2.fr du 02/07

Huit pages d'interview passe-plat et trois pages de portrait sucré de Carla Bruni : cette fois-ci, c'est clair, le Nouvel Obs a décidé de devenir le grand journal d'opposition dont la France a besoin. On comprend mieux la révolte des journalistes de l'hebdomadaire face à ce véritable virage éditorial.





N. O. – On se souvient encore de l’échange plutôt vif que vous aviez eu avec Laurent Joffrin, le patron de "Libération" – il vous reprochait d’avoir "instauré une forme de pouvoir personnel, voire de monarchie élective" –, lors de votre conférence de presse de janvier 2008...
N. Sarkozy. – Je ne l’aurais plus aujourd’hui. Pas seulement en raison de la considération que j’ai pour l’intéressé. Mais en raison de l’idée que je me fais de ma fonction. Est-ce de cela dont je suis le plus fier dans mon début de mandat ? Certainement pas.
N. O. – Tout récemment encore, à Bruxelles, vous avez éconduit un journaliste de l’AFP qui vous interrogeait sur les rebondissements dans l’enquête judiciaire sur l’attentat de Karachi.
N. Sarkozy. – Si ce journaliste m’avait demandé: "L’assassinat de nos compatriotes est-il lié à un différend franco-pakistanais à propos de commissions non payées ?", je lui aurais répondu que je n’en savais rien et qu’il fallait que la justice aille jusqu’au bout de la recherche de la vérité. Mais la question était : "Vous étiez ministre du Budget, vous souteniez Balladur dans la campagne présidentielle, il y a l’attentat de Karachi, est-ce que vous étiez dans le coup ?" Je fais de la politique depuis trente-cinq ans, je n’ai jamais été associé à un scandale quel qu’il soit, et pourtant on a enquêté sur moi sous tous les angles. Cela devrait vous rassurer d’avoir un président pointilleux sur les questions d’honnêteté. J’en ai connu d’autres qui disaient à la télévision: "Des écoutes ? Moi, jamais." Je ne suis pas capable d’une telle hypocrisie !

(...)
N. O. – Dans les deux premières années de votre mandat, vous n’avez donc commis aucune erreur ?
N. Sarkozy. – Certainement pas : j’ai commis des erreurs. Est-ce que tout ce qui m’est reproché l’est injustement ? Non. Il faut un temps pour entrer dans une fonction comme celle que j’occupe, pour comprendre comment cela marche, pour se hisser à la hauteur d’une charge qui est, croyez-moi, proprement inhumaine.

Lire la suite des extraits de l'interview sur nouvelobs.com



Quand le Nouvel Obs joue les spin doctors de Sarkozy
Sarko à l'Obs, une vraie convergence idéologique
Régionales: le PS parle-t-il français?
Trop cool l'UMP: une carte d'adhérent dans chaque paquet de TVA à 5,5%
Et ça continue comme ça pendant des pages et des pages. Titre du film : « Maman, j'ai ralllongé mon Président! » Il était petit, mesquin, hargneux, haineux, espiègle. Il parle désormais comme un évêque, larguant au passage des effluves de sagesse et de bonté.
Des erreurs ? Bien sûr qu'il en a commis. Il n'est qu'un homme, qui a mis du temps pour se hisser à la hauteur de la fonction. Et « lorsqu'on est Président de la République, on n'a jamais raison d'être agressif ». Voilà du storytelling pour Catherine Pégard, la communicante de l'Elysée.
Le Fouquet's ? Aurais pas dû y aller. Mais De Gaulle allait bien à l'Hôtel La Pérouse...

« Casse-toi pauv'con » ? C'était idiot, je le pensais pas ou si je le pensais j'aurais pas dû... Et d'ailleurs, promis, juré, je porterai plus plainte, même pour un SMS.

« Sarkozy je te vois ? »Le Président est désolé de cette affaire qu'il a découverte dans la presse...

Etc, etc. On imagine la tête de l'Olivenne en situation, frétillant sur sa chaine et se persuadant qu'il était en train d'inventer un nouveau Sarkozy. Moi j'vous dis, on nous l'a changé notre Sarko national. Mais que va-t-il se passer s'il poursuit sur cette lancée du président humble et bonne pâte qui a oublié d'être narcissique ? Eh bien, nos journaux ne vendront plus rien, et ça fera encore plus de chômage parmi les journalistes. Alors, pitié, rendez-nous notre Sarkozy hardcore, champion du monde de la gouaille, avec ses tics en bandoulière...

Revenons sur terre. A côté de ses «autocritiques», qui portent davantage sur la com' que sur le fond, le Résident de l'Elysée a aussi dit en quoi il ne s'était pas trompé. Sur le bouclier fiscal. Sur les heures sup'. Sur la réforme de l'audiovisuel et la nomination des patrons de l'audiovisuel. Sur le plan de relance. Le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. La réforme des universités. Celle des hôpitaux. Sur tous ces points, qui ont mobilisé des millions de Français, pas un mot d'excuse ou d'explication. Pas l'ombre d'une vraie remise en cause. Sarko persiste et signe.


L'Ode à Carla

En plus des huit pages d'interview, l'hebdomadaire a tenté de restituer pour ses lecteurs l'extrême élégance de l'épouse du Président à Versailles — au lieu, comme n'importe quel républicain, de s'étonner de sa présence à Versailles : De Gaulle tant invoqué par Sarko dans son interview n'aurait sûrement pas convié Tante Yvonne à cet endroit :

« Lundi 22 juin à Versailles quelques minutes avant l'adresse du Président de la République au Parlement réuni en congrès, les caméras de télévision filment en direct l'entrée solennelle de Nicolas Sarkozy. A lors qu'on l'attend seul, il est accompagné de son épouse Carla. Les commentateurs, surpris par la présence de la première dame, apprécient son style et son élégance directe : robe noire sobrissime, ballerines, maquillage léger (...) Ce lundi donc, le spectacle était à la tribune... et dans les tribunes, animé par une première dame qui ce jour-là avait des allures de majesté réservée. »

Ça se passe de commentaire : voilà comment l'Obs fait face à Sarkozy...
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Art de faire la cour au Monarque élyséen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apprendre le dessin : Cours 1. Les bases (pour débutants)
» 8h de cour pour ma première année de danse!
» 28 mars: sac corset (la cour à scrap...booking)
» Comment Faire une PAUSE en cours d'enregistrement puis reprendre ?
» Cour de dessin réaliste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: