Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faut-il pardonner ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Romane
Administrateur


Nombre de messages : 91113
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Mer 8 Juil 2009 - 15:48

Alors donc, Vic, cette dame subit les conséquences des défauts d'une autre dame dont elle n'a rien à faire, qui ne lui est rien, qu'elle n'a probablement jamais rencontrée et ne rencontrera probablement jamais...
N'empêche, elle en fait les frais. La cage dorée, c'est une pilule aussi difficile à digérer que la cage bordélique, que n'importe quelle autre cage...

Est-ce qu'on doit toujours subir les conséquences du comportement d'autrui ?

Monsieur a morflé, il semble. Mais ne tombe-t-il pas dans le piège ; faire à son tour du mal, même si le système est différent, si différent au point qu'il pourrait paraître... louable ?
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Mer 8 Juil 2009 - 15:55

Merci Romane, tu recadres bien les choses dans la réalité, après mes digressions si peu compréhensibles.
Je le sais, je ne suis pas bonne pour les débats : je plane trop.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Mer 8 Juil 2009 - 16:22

La Cage dorée m'interpelle. Je l'ai connue en tant que témoin. Elle était très mal vécue par l'amie qui en faisait les frais. Comme cette dame.

La vie, la vie en soi, autour de soi, celle qu'on tripote avec ses mains, avec ses yeux, chaque jour, la vie foisonne d'ombres et de lumières. Alors elle est complète...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Mer 8 Juil 2009 - 18:46

Non, tu ne rêves pas trop Alizé, j’aime bien ton allégorie. Mon exemple, c’était pour dire que Monsieur avait à faire son deuil de son premier couple pour en débuter un autre, et pour se faire à se pardonner lui-même de la galère qu’il avait co-construit avec sa première femme, plutôt que d’espérer qu’en continuant de penser que c’était elle la seule fautive à haïr ou pardonner, il pourrait s’en sortir.

Le problème de la superposition des cartes du nouveau couple (si on reprend ta métaphore), c’est que la carte de Monsieur répond également à un négatif de Madame. Celle-ci a un passé d’abandonnée. Plusieurs abandons dramatiques en tant qu’enfant puis aussi en tant que femme avec le père de ses filles. C’est pour ça qu’elle est très souple. Pas seulement pour détendre Monsieur, mais surtout par crainte, si elle se montre un peu plus exigeante, de se faire une nouvelle fois jeter…
Ce qui est pour elle de la prudence est aussitôt pour son compagnon anxieux un espace à remplir. Monsieur met de la couleur partout sans voir le support de Madame, dont elle ne fait rien pour lui en enseigner les qualités. Monsieur ne sait absolument pas ce que c’est de se faire abandonné. Son problème, c’est de ne pas se faire envahir.
Peut-être faudrait-il qu’elle prenne conscience que sa timidité suscite chez l’autre son abandon. Bien sûr, cette timidité est la conséquence d’avoir été abandonnée. Mais, en même temps, le fait de ne pas s’affirmer peut provoquer chez l’autre l’abandon qu’elle redoute.

Pour exemple, voici la façon dont le père de ses filles l’a larguée. Elle avait enfin obtenue de lui qu’il se marie. Mais, un mariage, c’est d’abord un coût. Alors, avec une copine, elle a voulu présenter un devis à Monsieur car le couple ne roulait pas sur l’or. On était tombé d’accord sur un maximum de douze invités par conjoints. Puis, elle a fait les boutiques, les traiteurs enfin tout les trucs à acheter indispensables à la noce. Elle lui a présenté le devis. Il a souri en voyant que leur noces rentrait dans leur budget. Puis, tout à coup, il a pâli : il n’y avait pas dans la liste la robe de mariée. C’est parce que j’avais pensé que nous irions la choisir ensemble, mon chéri, répondit-elle sur un ton des plus romantiques. Monsieur est devenu très sombre : mais alors, son prix se rajouterait à la somme que tu me montres? C’était trop cher. Il n’était plus question de mariage et Madame fut renvoyée ainsi à sa juste valeur. C'est-à-dire rien. C’est pour ça que vexée, elle a pris ses filles et elle est partie.
Tant que Madame ne change pas sa représentation du monde de fille qu’on peut jeter, le risque est grand que sa névrose serve de lit à la névrose de ses conjoints. Il faut qu’elle se pardonne elle aussi de se mettre dans une position d’abandonnée même si et surtout si ses parents ont été avec elle des vrais salauds….

Sa valeur, ce ne sont pas ses parents qui l'a lui ont donnée, c’est une fille qui s’est faite toute seule, vu de l’extérieur, ça vaut de l’or, mais de dedans…

Mais, je déborde moi-même peut-être du sujet du fil...
Revenir en haut Aller en bas
cathecrit
Collectionneuse d'éphémère
avatar

Nombre de messages : 1369
Localisation : Ailleurs mais avec vous.
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 2:39

Mon dieu c'est beaucoup toutes ces contributions... c'est énorme pour moi... trop même pour l'instant.
Beaucoup de choses justes et qui me touchent profondément ont été dites. Il faut dire que je suis en thérapie depuis disons 4 ans avec la derniière psy mais que le cancer a tout chamboulé..
Il faut dire que l'histoire de l'abandon est une partie de l'histoire de ma vie (placée à 5 ans et pendant 5 mois en hopital héliomarin, juste pendant mai 68... et persuadée par ses co-détenus que mes parents m'avaient larguée là pour toujours... abandonnée) .. ben oui, ce fut pas drole du tout. et je résume, je vous assure.

C'est pour ça que du coup, (je réalise à l'instant tiens) je n'abandonne jamais. Ni ma vie, ni le pardon. Enfin pas jusqu'ici. Mais j'en arrive ces derniers temps à comprendre bien des choses que je n'avais jamais comprises ... qui font que je comprend qu'il faut parfois savoir abandonner. Temporairement du moins peut-être...
Et se pencher sur soi, c'est vrai, tellement vrai, Vic tu as tellement raison. Je m'y emploie et tu as mis dans le mille. Je ne sais pas me pardonner ( et de quoi au fait ? faut que j'y réfléchisse aussi.. Arrgghh... ça fume là haut)

Merci à tous en tout cas et débordez du sujet sans crainte, jje vous pardonne ! ! !
Je blague.. me fait du bien de déconner hein
Je reviendrai plus tard sur quelques phrases de Vic et de Kate qui ont particulièrement fait écho à mon vécu ..........
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 9:19

Je vois ce que vous voulez dire Vic et Alizé, moi je serais un peu moins poétique et je ferais une phrase plus courte, comme Ro, je dirais que tout ce que vous développez en gros ça s'appelle : "traîner ses casseroles" ; en fait le débat du pardon tourne autour de ça, je n'avais pas trop suivi, je pensais simplement à un fait ou un évènement ou une attitude qu'il fallait tenter de pardonner à un moment précis pour une cause précise. Evidemment, voir les choses dans cet ensemble, c'est approfondir notre comportement général qui guide certainement notre comportement ponctuel, parfois.
Mais ne pouvons-nous pas être différents quelquefois entre nos actes ponctuels ( comme pardonner pour quelque chose de précis qui ne se reproduira pas ) et notre quotidien ( pardonner un comportement forgé par un passé subi et influent ) ?
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9738
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 10:47

Tout ça est plus qu'interessant et ouvre de multiples perspectives.

Se "pardonner à soi même" c'est couper la ficelle des casseroles qu'on traine, même si nos -mauvais- choix nous ont conduit quelque part à reproduire des situations déjà vécu, inconsciement.

Dans l'exemple que cite Vic, la dame a peur de se faire jeter parce qu'elle l'a été par sa famille et un premier compagnon.
Elle veut "participer" à la vie du couple, mais elle se tait de peur de se faire jeter une nouvelle fois.
Et quand on a été jetée, on se dit que forcément, c'est de notre faute, quest ce qu'on a fait pour ça?
dans ce cas le "pardon" à s'accorder, c'est "J'y suis pour rien", ce n'est pas facile parce que les rejets vous fragilisent et vous rendent vulnérables!

c'est vrai aussi qu'avec le recul, on se dit : "mais qu'est ce que je suis aller faire avec ce mec/ cette nana?" Une erreur, qu'on a tellement peur de renouveler qu'on la renouvelle, et on s'en veut de ne pas se dégager de cet imbroglio qui est en soi.

se pardonner à soi, mais
Aux autres, à ceux qui ont provoqué ça en soi, par quel bout on commence?
Revenir en haut Aller en bas
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 12:18

Sur ce sujet que je connais trop bien je ne parviendrai pas à communiquer vraiment, car les expériencs de vie sont uniques et chacun doit ajuster son comportement, ses pensées à l'évolution des relations, des frictions avec son propre entourage. Et il y a tant de paramètres à considérer !
Le danger du ressentiment vient qu'en son coeur on en arrive à haïr une personne à cause de ses actions à notre égard, si ces actions étaient intentionnellemnt vouées à nous blesser. Mais qui a accepté d'être blessé et pourquoi ?
Parfois je me dis que dans la vie on n'a jamais fini de pardonner et alors (c'est horrible ce que je vais dire, et cela m'a longtemps révoltée) je comprends pourquoi il est dit qu'il faut tendre l'autre joue. Ce n'est pas par désir maso de se laisser humilier, ce n'est pas une faiblesse, mais l'expression malgré les souffrances qu'inévitablement la vie charrie, l'expresion passionnée du désir de vivre malgré tout, vivre en toute lucidité...vivre en sachant qu'il y aura d'autres coups à encaisser.
Oui il faut pardonner d'avoir du mal à pardonner , d'avoir un terrain trop sensible et réceptif, juste considérer cette souffrance, la laisser s'exprimer, puis plus ou moins facilement se dissiper sans l'entretenir, sans ranimer la douleur des anciennes blessures à chaque nouvelle agression.
Pardonner à autrui ses mésactions, et à nous même notre sensibilité mise à l'épreuve, et dire comme l'a dit si justement Catheric dans une de ses poésies en parlant de l'amour, le dire aussi pour le pardon : "J'essaie de pardonner !"
Reste à savoir que mettre en place pour mieux pardonner.

[ Je croyais avoir pardonné à certaines personnes mais la semaine dernière je suis tombée sur une photo de groupe où figuraient mes anciennes collègues et ATSEM...j'ai parcouru des yeux les visages et /// j'ai eu un choc : j'étais envahie d'une sensation de répulsion en voyant deux visages - mince alors, je croyais avoir dépassé ce genre d'émotion !
Conclusion : j'ai mis de la distance, j'ai refoulé, mais de toute évidence je n'ai pas pardonner....pfff....j'ai encore du travail à faire sur moi ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 12:40

Quoi qu'il en soit, peu importe les circonstances, le contexte dans lequel nous avons été baignés, voire etouffés en y étant trempés jusqu'à la moelle. Pardon ou pas pardon, cela n'enlèvera pas les faits ni le passé. Tout le monde a conscience de ça. On est obligé de vivre avec le passé et d'accepter celui-ci. Pour autant, cela n'enlèvera ni l'amour, l'affection, la tendresse, cela n'enlévera ni la rancoeur, la déception, la colère. Sinon, je pense qu'on vivrait dans un monde plus serein où on ne se poserait pas tant de questions.
Quand on a conscience que ce n'est pas de notre faute n'est-ce pas déjà un pardon envers soi ?
Pour autant, on peut continuer à aimer une personne sans en accepter toutes les facettes ?
Parallèlement on peut ressentir de la colère pour ce qu'elle a pu faire subir ?
Je trouve le paradoxe complexe, tout comme la nature humaine. Et c'est là que je me dis : je veux bien accepter certaines choses mais je n'accepte pas dans avoir fait les frais sous prétexte que je ne suis pas responsable de leurs souffrances.
C'est peut-être parce que justement, j'ai eu conscience du mal et qu'il est difficile de se dire que l'autre n'en a pas eu conscience de la même façon voire pas du tout. Ce qui semble d'éducation acquise est remis en question par les générations. Certains trouvent normal la violence ? C'est quelque chose d'acquis ou d'inné ? "Certains" sont aveuglés par leur propre souffrance qu'ils l'engendre à coups de violence ou de méchanceté ? Pourtant celle-ci peut être contournée, non ?
Alors bien sûr on s'occulte en disant : Oui, mais "on" est malade ; "on" a souffert, "on" ne se rend pas compte pour X raisons. On n'est pas responsable de cela...

Maintenant, l'excuse à quoi peut-elle servir en soi... À accepter ce qu'il a été sans accepter tous les faits ?
L'évitement est une façon de se préserver de "on". C'est aussi ça le pardon pour moi, car c'est une façon de se dire aussi qu'on peut avoir croisé leur chemin par choix ou non choix, mais que l'évidence, même tardive, amène à se dire qu'on ne peut accepter tout, même ce qui provient de proche.
Si on ne peut tout pardonner à autrui, ou lui pardonner tout simplement, il faut se pardonner à soi. Alors là, franchement, j'avoue que ça me dépasse. Peut-être qu'il faut aussi se pardonner d'être venus au monde ?
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 14:30

Moi, je dis que Charité bien ordonnée commence par soi-même. Je suis né dans un monde où il y a toujours eu des bons et des méchants. Je ne deviens pas mauvais en disant que les méchants sont méchants. Le monde est comme ça. Il n’est pas parfait.

Dans l’exemple de Moïse, (faut-il que les français pardonnent aux allemands les atrocités de la seconde guerre mondiale ?), je pense que les français ont d’abord à se pardonner à eux-mêmes. Que les allemands se débrouillent avec leur histoire. Ils n’ont pas besoin de nous pour grandir.

A l’issue de la guerre 14-18, une partie de l’Allemagne a souffert d’humiliation quand tous les autres ont souffert dans cette barbarie de perdre tout, bien plus que l’honneur.

Or, ces allemands, seulement vexés, ont cru trouver dans le discours de Monsieur Hitler une solution à leur honneur bafouée, puis une solution à l’Europe toute entière.

La faute des Français est de ne pas avoir suffisamment investi sur ses systèmes de défenses. Ceux-ci ont été balayés dès les premiers jours du conflit. Pourquoi ? Parce que la France voulait être gentille avec les allemands. La plupart des collaborateurs étaient d’abord des pacifistes. Plus jamais ça ! Plus de conflits ! Et pour qu’il n’y ait plus de conflits, quoi de plus simple que de penser qu’il n’y a plus d’agresseurs ? A l’exception peut-être d’un bouc émissaire chargé de tous les malheurs du monde.

Or, c’est quoi rester bon ? Dire, on vit dans un monde d’amour et d’eau fraîche au risque de se faire envahir par plus cupide que soi, ou ériger les défenses nécessaires en proportion des risques d’agression.
Notre propre agressivité n’est pas là pour se retourner contre nous en culpabilité. Pas plus que pour envahir l’autre. Elle est juste nécessaire pour contrer l’agression qui vient réellement de l’extérieur. L’analyse de ma faute n’est pas faite pour me voir infliger une pénitence supplémentaire, elle doit me servir à ne plus me mettre dans une situation qui m’est néfaste. La question n’est pas de me dire que le monde m’est hostile. Mais comment, dans quelles mesures il l’est, quelles sont mes propres ressources internes pour lui résister, quelles sont les alliances que je peux passer avec l’extérieur.

Pardonner, ça ne veut pas dire, on passe l’éponge, maintenant tout ce qui était mauvais est devenu magiquement bon. Pardonner, c’est évaluer avec précision ce qui dans le mauvais reste mauvais car non élucidé mais aussi voir les parties plus compréhensibles donc plus saines. C'est-à-dire y discerner le bon malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 14:54

Comme le dit la conteuse : " Je ne vais pas changer le monde, mais je fais en sorte que le monde ne me change pas..."
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 15:07

Donc il ne faut pas avoir de pitié pour son prochain ?
Etre trop gentil ça nous rend fautifs, donc il faut se pardonner de cette gentillesse d'avoir cru pouvoir calmer ou amortir quelque chose qui nous dépassait. Soyons donc le plus "méchants" possible pour faire respecter nos valeurs sinon on se fait manger par les autres. Oeil pour oeil dent pour dent, la loi du Tallion ?
On sait qu'on vient au monde dans un monde plus ou moins beau quand on a conscience de cela. Pas avant. Disons que si avant notre inconscient le sait, soi-même n'en a pas conscience. C'est quand même quelque chose qui échappe au sens.
C'est que j'appelle mettre des limites à soi-même et sa compréhension. C'est vrai qu'on ne va pas tout accepter des autres, et il faut arrêter d'être trop bon. On le dit bien : trop bon trop con.
Quelle navrante réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 17:31

On peut être bon sans être con.
Evidemment si on veut se positionner, et si on parvient à contenir les agressions on risque la guerre froide. C'est ça ou on s'aligne...et ne pas oublier que dans un tel climat on ne tient qu'un temps, donc prévoir des stratégies de sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 18:30

On peut aussi gagner.
Revenir en haut Aller en bas
ronronladouceur
Prout Chef
avatar

Nombre de messages : 2608
Localisation : ciel nymbé d'étoiles
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 18:38

Vic Taurugaux a écrit:
Or, c’est quoi rester bon ? Dire, on vit dans un monde d’amour et d’eau fraîche au risque de se faire envahir par plus cupide que soi, ou ériger les défenses nécessaires en proportion des risques d’agression.
Notre propre agressivité n’est pas là pour se retourner contre nous en culpabilité. Pas plus que pour envahir l’autre. Elle est juste nécessaire pour contrer l’agression qui vient réellement de l’extérieur. L’analyse de ma faute n’est pas faite pour me voir infliger une pénitence supplémentaire, elle doit me servir à ne plus me mettre dans une situation qui m’est néfaste. La question n’est pas de me dire que le monde m’est hostile. Mais comment, dans quelles mesures il l’est, quelles sont mes propres ressources internes pour lui résister, quelles sont les alliances que je peux passer avec l’extérieur.

Plein de bon sens...
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 19:21

Rosacée a écrit:
Donc il ne faut pas avoir de pitié pour son prochain ?
Etre trop gentil ça nous rend fautifs, donc il faut se pardonner de cette gentillesse d'avoir cru pouvoir calmer ou amortir quelque chose qui nous dépassait. Soyons donc le plus "méchants" possible pour faire respecter nos valeurs sinon on se fait manger par les autres. Oeil pour oeil dent pour dent, la loi du Tallion ?
On sait qu'on vient au monde dans un monde plus ou moins beau quand on a conscience de cela. Pas avant. Disons que si avant notre inconscient le sait, soi-même n'en a pas conscience. C'est quand même quelque chose qui échappe au sens.
C'est que j'appelle mettre des limites à soi-même et sa compréhension. C'est vrai qu'on ne va pas tout accepter des autres, et il faut arrêter d'être trop bon. On le dit bien : trop bon trop con.
Quelle navrante réalité.

La question posée se rapporte peut-être la valeur que l’on s’accorde à soi et aux autres. Le problème de la pitié est qu’il introduit une sorte de hiérarchie entre celui qui prend pitié pour autrui et celui à qui cette pitié est offerte. Tu me fais pitié ! : demeure une phrase paradoxale ou à la fois on offre sa bonté teintée d’une pointe de mépris.

Le sentiment que l'homme supporte le plus difficilement est la pitié, surtout quand il la mérite. La haine est tonique, elle fait vivre, elle inspire la vengeance; mais la pitié tue, elle affaiblit encore notre faiblesse. C'est le mal devenu patelin, c'est le mépris dans la tendresse (BALZAC, Peau chagr., 1831)
De même de la gentillesse, qui serait une pitié retournée, on accepterait d’être trop bon donc trop con pour les autres.
Par leur manque de tonicité, d’agressivité, les bons sentiments deviendraient alors des sentiments mous.
La compassion insiste moins sur cette hiérarchie entre moi et l’autre. L’empathie annule un temps la frontière pour permettre de ressentir ce que l’autre ressent. Comment les sentiments que j’éprouve pour moi me permettent de ressentir les sentiments de l’autre, son monde interne ? Voyez une mère avec son enfant. Elle comprend sa colère d’être frustré. Elle ne lui pardonne pas, mais le console car la frustration est une chose éprouvante et inévitable. Elle ne pardonne pas sa colère car ce n’est pas un sentiment méprisable. C’est une réaction saine quoique pénible. Elle précède la tristesse qui est un sentiment moins tourné vers l’extérieur. Un sentiment qui peut permettre plus facilement de se consoler soi-même. Avec la colère, c’est toujours la faute des autres. Elle vous déborde. Elle est réactionnelle. La tristesse quant à elle, vous envahit, vous procure un état que vous pouvez garder en vous, même si le contexte extérieur change. Elle vous introduit à la notion de continuité, de temps qui s’écoule, (c’était mieux avant) de nostalgie. Ce spleen, cette blessure vous appartient désormais. Soit, vous la laisser cicatriser, soit vous en gratter la croute, pour encore la faire un peu saigner. Il n’y a plus besoin de l’autre pour cela. Son souvenir désormais suffit.

On voit ainsi combien la tristesse peut devenir une richesse intérieure. Comment elle peut, si nous l’acceptons en nous-mêmes, nous permettre de la déceler en l’autre, de la distinguer de ses élans de colère.
L’impuissance à communiquer provoque ainsi parfois la tristesse des relations. Il faudrait pouvoir la reconnaître de part et d’autre. Ce pourrait être peut-être cela, un peu pardonner.

Quelle réconfortante réalité !
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 21:11

Il peut aussi y avoir des nuances à tout ça Vic, les états peuvent être présents mais pas forcément appuyés, justes humains quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Jeu 9 Juil 2009 - 21:27

Vic Taurugaux a écrit:



On voit ainsi combien la tristesse peut devenir une richesse intérieure. Comment elle peut, si nous l’acceptons en nous-mêmes, nous permettre de la déceler en l’autre, de la distinguer de ses élans de colère.
L’impuissance à communiquer provoque ainsi parfois la tristesse des relations. Il faudrait pouvoir la reconnaître de part et d’autre. Ce pourrait être peut-être cela, un peu pardonner.

Quelle réconfortante réalité !

Je pense avoir compris tout ce qui est écrit. Bien que nous ne soyons pas tous fins observateurs, des analystes, ce passage me réconforte.
Je n'aime pas le terme "pitié" - hélas, il existe.
Dans tous les cas ce passage me touche beaucoup parce qu'il me parle plus intensément que tout le reste. Et le peut-être apporte une ouverture sur un horizon plus élargi. C'est ce que j'aime. Et effectivement, quelle réconfortante réalité.
Revenir en haut Aller en bas
cathecrit
Collectionneuse d'éphémère
avatar

Nombre de messages : 1369
Localisation : Ailleurs mais avec vous.
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Ven 10 Juil 2009 - 2:54

Vic a écrit :
"Elle (la colère) précède la tristesse qui est un sentiment moins tourné vers l’extérieur. Un sentiment qui peut permettre plus facilement de se consoler soi-même. Avec la colère, c’est toujours la faute des autres. Elle vous déborde. Elle est réactionnelle. La tristesse quant à elle, vous envahit, vous procure un état que vous pouvez garder en vous, même si le contexte extérieur change. Elle vous introduit à la notion de continuité, de temps qui s’écoule, (c’était mieux avant) de nostalgie. Ce spleen, cette blessure vous appartient désormais. Soit, vous la laissez cicatriser, soit vous en grattez la croute, pour encore la faire un peu saigner. Il n’y a plus besoin de l’autre pour cela. Son souvenir désormais suffit.

On voit ainsi combien la tristesse peut devenir une richesse intérieure. Comment elle peut, si nous l’acceptons en nous-mêmes, nous permettre de la déceler en l’autre, de la distinguer de ses élans de colère.
L’impuissance à communiquer provoque ainsi parfois la tristesse des relations. Il faudrait pouvoir la reconnaître de part et d’autre. Ce pourrait être peut-être cela, un peu pardonner.

Quelle réconfortante réalité ! "

Je cite rarement les autres mais là, vraiment, ce sont de belles et justes paroles qui m'ouvrent des chemins jusqu'alors inconnus, ou plutôt que je n'avais jamais entrevus.
Cela me permet de comprendre les réactions de 2 de mes proches à qui justement j'ai du mal aujourd'hui à pardonner (ma soeur et la nana de mon ex).
Ce qui est difficile aussi, c'est de pardonner à quelqu'un qui vous a fait beaucoup souffrir dans le passé et qui, régulièrment se débrouille pour continuer. Et ne me dites pas que j'ai qu'à le laisser tomber parce que s'il n'y avait que moi, ce serait déjà fait. Cette femme se comporte comme un coucou. Sa philosophie se résume à : (je cite) "si pour être heureuse je dois écraser la gueule des autres, ce n'est pas un problème pour moi."
Alors elle, c'est sûr, elle est dans une colère monstre. Et je sais pourquoi. Il y a des années, son père s'est pendu. Il ne s'entendait plus avec sa mère et n'allait pas bien. Lui parlant au téléphone, elle lui a dit je viens te voir. Réponse du père à sa fille: ne viens pas sinon je me tue. Elle est venue quand même, alors il l'a fait. Allez vivre avec ça sans culpabilité ni colère....
Alors est-ce qu'elle fait payer la note aux autres, à ceux dont elle estime qu'ils lui font de l'ombre ???
Mais les vacheries à répétitions, surtout lorsque ça touche mes enfants... je ne suis pas capable de lui pardonner. Juste, j'arrive à ne pas le lui montrer... C'est déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Ven 10 Juil 2009 - 9:21

Peut-être la colère de cette femme te paraît monstrueuse. C’est une colère froide dont elle a fait une philosophie. Plutôt que d’être à raison en colère contre son père ou (si elle le souhaitait un jour) de lui pardonner le tort qu’il lui a fait en se suicidant, elle détourne ce procès sur qui veut bien l’entendre. Et comme en tant que victime, elle n’a pas le sentiment que justice lui a été rendue, alors elle aurait tout les droits. On voit là un exemple de colère mal gérée.

Mais, l’intoxication psychologique pourrait être que cette mauvaise colère qui l’anime infecte ta bonne colère de maman utile à défendre ta relation avec tes enfants. Face à ses vacheries, tu dois pour défendre ton territoire avoir de saines colères. Celle des mamans qui ne supportent pas qu’on touche à leurs gosses. Pardonner à l’ennemi au milieu du champ de bataille est une stratégie que pour ma part je désapprouve. Je comprends la tentation de battre en retraite devant un ennemi que l’on estime trop fort. Mais, cette conception même de l’ennemi (le baratin sur son enfance malheureuse, comme si tout le monde n’avait pas une enfance malheureuse) et qui lui a sans doute permis de gagner des points dans sa stratégie pour séduire le coucou, ne doit pas être une arme qui se retourne contre toi. Comme si, la plus malheureuse était la plus forte.

Le bonheur, pour qui sait le cultiver, est une arme plus forte que le malheur. Les enfants le savent bien et se tournent naturellement vers celui-ci. Chaque moment de bonheur passé avec maman est une trace que rien ne peut effacer. Ca relativise les rodomontades de l’ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Ven 10 Juil 2009 - 16:40

Le regard. Comment porter le regard sur soi et sur autrui. Comment tourner ce regard de sorte qu'il absorbe à la fois le bon et le mauvais, tout en prenant délibérément le chemin des belles choses, enfin, les plus constructives.

J'aime beaucoup une phrase de Vic, un peu plus haut, qui parle d'un regard dans la plus grande justesse, non pour enfoncer, non pour sublimer, juste regard le plus vrai possible. Il relativise, sans doute.

Alors dites ; dans les pires situations, chercher la lueur, l'étincelle, l'éclair fulgurant d'une issue plus belle que les multitudes d'autres plus moches. Ce qu'on nomme "pardon" viendrait-il alors du regard et de ses capacités à non pas embellir, mais ne pas occulter le positif ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Ven 10 Juil 2009 - 17:06

Romane Rêve
Revenir en haut Aller en bas
cathecrit
Collectionneuse d'éphémère
avatar

Nombre de messages : 1369
Localisation : Ailleurs mais avec vous.
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Ven 10 Juil 2009 - 19:02

Moi j'appelle ça voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide.
Revenir en haut Aller en bas
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Ven 10 Juil 2009 - 19:08

Ce qui compte c'est que notre façon de penser rende la vie plus belle...et ça personne ne peut le faire à notre place, surtout quand ce n'est pas facile.
Envie de citer H.Whitman
"Ne vous demandez pas ce dont le monde a besoin mais ce qui vous éveille à la vie. Puis faites-le. Car ce dont le monde a besoin, c'est d'êtres qui s'éveillent à la vie."
...et je rajouterai qu'il n'y a pas d'âge pour ça !
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Ven 10 Juil 2009 - 19:16

En parlant de ça tiens voilà, moi je dirais bien " l'ex de mon barbu est une grosse nase !" P'tain ça fait du bien quand même ! mdr et tant-pis pour le Karma Gaga
Revenir en haut Aller en bas
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   Ven 10 Juil 2009 - 19:20

Et toutes les copines seront d'accord !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faut-il pardonner ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faut-il pardonner ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Faut-il pardonner ?
» Quel comportement faut t'il avoir face a un homme infidèle ?
» [AIDE] haut parleur s'active par défaut en émission/réception...
» Dois je lui pardonner après qu'elle m'a trahie......
» [INFO] faut il une carte sim 3g/3g+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: