Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La médiocrité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: La médiocrité   Mar 21 Juil 2009 - 18:09

L'insuffisance procurée par la médiocrité est-elle réductrice ou porte-t-elle ?


Je me disais ces jours ci, que la médiocrité tient une place de choix dans le monde, notamment je pensais plus précisément à nous, pauvres humains. Pour creuser un peu ce sentiment perturbant, je balayais mentalement les conversations saisies au vol, qu'elles soient verbales où tapées sur les claviers avant d'être livrées en pâture sur le Net, peu importe la forme, il s'agissait d'un balayage général portant sur n'importe quel support, en n'importe quel lieu, n'importe quand, par n'importe qui.

Or donc, il serait pourtant possible de sortir de la médiocrité en se frayant un chemin dans la foultitude des explorations possibles.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: La médiocrité   Mar 21 Juil 2009 - 19:17

Ro, vais finir par croire qu'au lieu de te calmer la tête tes woucances te la creuse!
Suis pas en mesure de répondre à c'te heure vu urgence dem ce week!
Mais fais confiance, à l'emmerdeuse de service, la question m'interpelle et je répondrais, dans le grand calme des Cevennes!
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Mar 21 Juil 2009 - 20:51

Je suis d'accord avec Tryskel, Ro : va falloir se calmer ! Y en a qui bossent !!! spc

Euh... pourrais-tu définir plus précisément ce que tu entends par "médiocrité" ? Parce que tu voua, moi, à ce genre de questions, j'ai envie de répondre "Vive la médiocrité", juste pour conjurer le culte actuel du perfectionnisme (culte s'appliquant d'ailleurs souvent aux autres plus qu'à soi-même chez beaucoup de monde). tong
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Mer 22 Juil 2009 - 12:29

Romane a écrit:
L'insuffisance procurée par la médiocrité est-elle réductrice ou porte-t-elle ?

Et c'est à moi que tu as dit de laisser mon cerveau à la maison ? AngeR

Bon, je m'efforce, hein... Je suis sortie de l'hôpital hier. Mon cerveau était insuffisant... J'écris plus lentement. Je réfléchis lentement aussi. Bon, je suis dans l'insuffisance et je serais médiocre. Donc résultat médiocre. Ben pardonnez ma médiocrité de l'instant liée à l'insuffisance.

J'aurais utilisé la pauvreté du langage et de la communication à la place de médiocrité. C'est peut-être là l'insuffisance : langage et communication. Peut-être aussi dans la connaissance. Peut-être aussi des alentours.
Le truc banal, c'est bien aussi. Je ne suis pas sûre que la médiocrité porte mais elle n'est pas non plus réductrice. Si elle porte c'est pour s'améliorer, mais faut-il avoir assez de suffisance. Peut-être que cela est réducteur, je me dis que si l'on est dans l'insuffisance, l'échange reste moindre (donc médiocre - mais je préfère pauvre). Mais quand on est dans la norme, et j'insiste sur (juste dans la norme) on a tendance à se la péter, à avoir les chevilles qui gonfflent ou bien on gonffle les autres.
Finalement, la modestie, l'humilité et la médiocrité, c'est bien. Ca évite les jugements de valeur, les critiques et la dureté des gens. C'est bien parce que comme ça, avec l'insuffisance on se confond parmi la foule ou la multitude, on embête personne. On reste suffisant dans sa médiocrité.
Mais je me disais : Qu'est-ce qu'on a contre la médiocrité et qu'est-ce qu'on a contre le perfectionisme ?
On est simplement ce qu'on est, avec l'insuffisance et sans ou avec la médiocrité. De toute façon, si on se rapporte à l'insuffisance, on est tous dans l'insuffisance de la connaissance car qu'est-ce que l'on connait qui pourrait combler l'insuffisance ?

C'est bien aussi si on inverse :

La médiocrité procurée par l'insuffisance est-elle réductrice ou porte-t-elle ?
Il y en a qui se suffisent à eux-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Lun 24 Aoû 2009 - 1:42

Me revoilà sur ce fil, que je me propose de creuser à l'avenir.

lucaerne a écrit:
Euh... pourrais-tu définir plus précisément ce que tu entends par "médiocrité" ? Parce que tu voua, moi, à ce genre de questions, j'ai envie de répondre "Vive la médiocrité", juste pour conjurer le culte actuel du perfectionnisme (culte s'appliquant d'ailleurs souvent aux autres plus qu'à soi-même chez beaucoup de monde). tong

Il ne s'agit aucunement d'opposer deux tendances caricaturales, mais bel et bien de faire le tour de l'affligeante banalité et de la poser en contraste contre les esprits plus vifs et enclins à rechercher, fouiller, trouver.

Depuis le jour où j'ai ouvert ce post, je me suis efforcée à porter une attention plus soutenue à ce sujet. "Affligeante" est l'adjectif qui me vient spontanément à l'esprit, car c'est bien de cela dont il est question.

Si je donne quelques exemples de médiocrité, est-ce que ça peut aider ?

Ressasser les mêmes pensées tournées en boucle, sans avoir l'idée de leur chercher des solutions, des issues, des destinations porteuses pour aller plus loin :

le temps qu'il fait
l'emploi du temps, montre en main
des réponses vagues
le détournement des conversations intéressantes qui auraient pu déboucher sur un sujet passionnant
la dernière histoire du beau-frère ou de la belle-mère, dont personne n'a rien à foutre et qui n'intéresse que soi-même
etc. etc. on pourrait en trouver à la pelle.

Il n'est pas question de mettre en avant l'intellectualisation de chaque sujet, mais au moins de le rendre attrayant, de l'étoffer, de le parsemer de références, et ainsi de suite.

De sorte que les répliques donnent l'opportunité d'engager d'autres répliques, etc.


Je te rejoins assez, Rosacée, concernant la pauvreté du langage et de la communication. La médiocrité n'est pas à mes yeux l'insuffisance du savoir (quoi qu'elle y contribue), mais elle réside surtout dans l'incapacité obligée de ne pouvoir communiquer de manière profonde, dans la création d'une complicité, donc d'un lien, donc de l'anti-isolement.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
domenica

avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Lun 24 Aoû 2009 - 12:33

"le temps qu'il fait
l'emploi du temps, montre en main
des réponses vagues
le détournement des conversations intéressantes qui auraient pu déboucher sur un sujet passionnant
la dernière histoire du beau-frère ou de la belle-mère, dont personne n'a rien à foutre et qui n'intéresse que soi-même
etc. etc. on pourrait en trouver à la pelle."

la 4ème me parle beaucoup
et les gens qui le font le font souvent avec humour, ce qui est encore plus désarmant....frustrant et énervant; grrrr !
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: La médiocrité   Lun 24 Aoû 2009 - 13:40

Romane a écrit:

Je te rejoins assez, Rosacée, concernant la pauvreté du langage et de la communication. La médiocrité n'est pas à mes yeux l'insuffisance du savoir (quoi qu'elle y contribue), mais elle réside surtout dans l'incapacité obligée de ne pouvoir communiquer de manière profonde, dans la création d'une complicité, donc d'un lien, donc de l'anti-isolement.

Les manifestations de ce virus pourraient être cherchées dans ces directions : le manque d'altruisme, le nombrilisme, l'auto suffisance, le rejet de ce qui peut être different sans chercher à comprendre, l'auto congratulation épidermique, le moi_je, le "je suis le meilleur", le "je detiens la vérité", le "pousse toi de là que je m'y mette"...etc...etc
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 15:27

Bon, je fais remonter ce fil, parce que quelque chose me taraudait encore ce matin, pendant que je bataillais sur un truc pour le moins médiocre : la recharge d'encre du tampon de l'assoc. Voyez comme on s'occupe de manière éveillante...

Toujours est-il que je suis aussi tombée sur un post de Rosacée, et plus précisément sur une toute petite phrase qui dit en gros : je m'arrange pour avoir toujours une bouteille d'huile d'olives.
Ça peut avoir l'air con de focaliser sur ce type de phrase. Mais figurez-vous que malgré son apparence anodine, elle m'a littéralement fait bondir de colère, au point que je suis allée marcher dehors quelques minutes en rageant tout bas.

Rosacée n'a rien à voir dans cette colère, ni même la bouteille d'huile d'olives. Non, c'est au-delà et même au-delà de nos frontières, c'est une généralité navrante, consternante, haïssable ; qu'est-ce qu'on est, tous, là et plus loin, qu'est-ce qu'on pèse, dans les systèmes, dans une vie merdique et semée d'embûches, au point que certains n'ont même pas un toit pour se le coller sur la tête, ou que d'autres crèvent la faim.

J'ai recherché ce fil, ne l'ai pas relu, et verse ici ma pensée d'aujourd'hui, mais aussi d'hier, d'avant-hier et bien avant, à chaque fois qu'elle me saute au visage ;

Serions-nous donc si médiocres que nous nous laissions bouffer par ces systèmes sans faire autre chose que râler en continuant à patauger dans le bourbier ? Car après tout, oui, nous le sommes, médiocres, malgré nos poésies et nos grandes tirades, malgré les petits élans créatifs ou d'amour, sans doute à cause des noeuds de vie qui nous fauchent dès le départ, mais dont nous ne nous dégageons pas assez vite, par peur, par complexes, par flemme, par nombrilisme, par je ne sais quoi, on peut ajouter autant d'exemples c'est égal, ça revient au même.

J'ai un sursaut de rage, parce que même ceux qui lisent beaucoup ou qui se remuent le cul ne sortent pas beaucoup de notre lot global. Sinon, ça se saurait. Alors quoi ? Alors comment ? Qu'est-ce qui fait qu'on peut se sortir de ce carcan de stupidité ? Regardez comme les gens se bouffent allègrement le nez pour des conneries, plutôt que de s'atteler à construire. Combien de conscience demeurent nulles ou quasi, parce que ce n'est pas confortable, la liberté. Et qui dit que nos petits élans nous portent loin ? Qui parmi nous (entendez par là toutes les populations socialement moyennes à très moyennes voire pire) bouscule les barrières et les franchit pour se donner les moyens de sortir la tête du caca ? Qui refuse ou qui exige, qui veut ?

Vous en connaissez beaucoup, vous ? Pas moi. A ce niveau là, je ne connais qu'une personne capable de raisonner au-dessus du panier, de s'informer en bouffant des pavés mais surtout de s'en servir au quotidien et de sortir du lot. C'est pas des masses, avouez.

Alors qu'est-ce qui EN SOI nous plombe ?

Parce que la petite bouteille d'huile me fait mal aux tripes, une fois de plus. Elle symbolise aujourd'hui à mes yeux la soumission à un système. Et qu'on ne vienne pas ici me parler de politique. Car si elle est importante, et j'en suis parfaitement d'accord, je veux parler d'autre chose, plus loin et plus profond en soi, ce truc qui fait qu'on va ou pas se responsabiliser, s'affranchir et puis ensuite prendre des décisions qui pourront alors prendre l'apparence de choix politiques entre autres.

Je veux parler de ce truc qu'on porte tous au fond de soi, dès lors qu'on a un cerveau en état, et la capacité d'intégrer des éléments, des informations, une culture plus affinée, cette curiosité qui pourrait nous permettre de fouiller et de grossir le savoir.

Bref, sortir de ce putain de cercle vicieux, quoi.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 17:39

En fouillant sur le Net, je tombe sur un article sur le thème de la curiosité, plutôt axé sur les émissions télé dont on nous abreuve copieusement depuis quelques années. Notamment, je relève ces passages :

Le voyeurisme, c’est l’amour de la vérité des autres. Cela vaut mieux que le narcissisme, qui ne sait aimer que la sienne.

Au reste, si ces émissions et ces livres sont si souvent désagréables, ce n’est pas à cause du voyeurisme, auquel ils ne sacrifient guère : c’est à cause de l’exhibitionnisme, ce qui est tout autre chose ! S’intéresser à l’intimité des autres, c’est une façon, même trouble, d’aimer la vérité (c’est la libido sciendi des scolastiques : le désir de savoir). Mais exhiber son intimité à tous, c’est une façon de n’aimer que soi, ou plutôt que son image, sous le regard des autres. « Parlez-moi de moi, y a que ça qui m’intéresse. Regardez-moi, y a que ça qui me met en joie ! »

Triomphe du narcissisme : triomphe de la médiocrité.

Source : http://www.psychologies.com/Culture/Medias/Articles-et-Dossiers/La-curiosite-est-un-joli-defaut

Bien qu'on parle ici du petit écran, je me dis que tout cela pourrait se transposer en plusieurs autres circonstances.

Vous en pensez quoi ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 18:10


Le voyeurisme, c’est l’amour de la vérité des autres. Cela vaut mieux que le narcissisme, qui ne sait aimer que la sienne.

Triomphe du narcissisme : triomphe de la médiocrité.



Parfois, j'ai peur de m'exprimer, car j'ai peur d'être trop brutale. J'ai peur aussi d'être à côté de la plaque. Cependant, je m'exprime quand même et pis tant pis si je tombe. Je me relève toujours. LOL.

Je ne suis pas allée lire ce qu'il y avait de l'autre côté du lien. Parce qu'avant que ma vision soit remise en ordre ou bien faussée, je voulais dire ce que j'en pense.

Les deux phrases m'interpellent et je ne suis pas tout à fait contre ni tout à fait pour.

Si on appelle le voyeurisme comme étant une qualité parce que cela dénombre un amour pour son prochain, alors je suis assez surprise.
En principe, le voyeurisme dévie sur la curiosité. La curiosité est un vilain défaut, parfois c'est une qualité quand c'est enrichissant.

Toutefois, le voyeurisme ne dépasse jamais le contexte du voyeur. Il regarde, il observe, il est curieux. Il critique. Il juge. Il admire. Il fait des comparaisons avec lui-même, son milieu et son mode de vie.

Après il tire des conclusions (parfois un trop hâtives) : y a pire que moi, où, on est tous pareils, ou, y a mieux que moi. Et ça c'est le bon côté des choses. Parce qu'en matière médiocrité, y a pas pire qu'un voyeur malsain qui s'occupe de ce qui ne lui regarde pas.

Donc, le voyeur s'attarde sur les autres pour mieux comparer et se mettre en situation, ou en positionnement.
Mais agit-il mieux pour autant ?
Et dans quel sens ?

On en va pas me dire que tous les voyeurs voient plus loin que leur bout de leur nez ? Non, ça n'est pas vrai. On voit, on se plaint, on plaint - MAIS ON NE FAIT RIEN - ou si peu.

Oui, parce que pratiquer le voyeurisme en restant derrière sa fenêtre ou en regardant la foule sans aller vers l'autre. Ben, ça ne sert à rien.

C'est vrai que voir ce qui se passe autour c'est bien, si et seulement si tous ensembles luttions contre la médiocrité, pas en l'entretenant chacun seul dans son coin.

J'aurais préféré lire :

La solidarité c'est l'amour de la vérité des autres. cela vaut mieux que le narcissisme, qui ne sait aimer que la sienne.

Je vais tenter de lire la psychologie du voyeurisme...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 18:28

En fait, je ne me suis pas attardée sur le côté voyeurisme des émissions machin, vu que je ne regarde plus le petit écran depuis des siècles. J'ai plutôt transposé l'idée en la généralisant, ce qui donne dans ma tête : est-ce que le manque de curiosité, le manque de partage, l'abondance de son propre nombril, ne génèreraient pas la médiocrité dans laquelle l'humanité s'enfonce ? Ma réponse est : évidemment oui.

Or c'est quand même bien comme ça qu'on fonctionne, en grande partie (toute exception mise à part, bien sûr). Chacun fait son truc pour lui-même en se foutant royalement des autres. Mais ça va plus loin, ça mène là où je tournicote depuis pas mal de temps, cette médiocrité qui viendrait de ce qu'on ne pousse pas notre cerveau à faire un peu plus d'efforts, manque de curiosité générale, d'où fermeture rapide des chemins que l'on effleure qu'à peine.

Alors déjà, si on commence par le début, c'est à dire soi-même, puisqu'on est le premier terrain d'observation qui nous tombe sous la main : sans sombrer dans le narcissisme, déjà faire des pieds et des mains pour dénouer les noeuds parasites qui empêchent de se tourner vers le monde, la science, la culture, d'ouvrir grand les yeux, de vivre l'amour sans gnagnardiser sur le prince charmant ou la femme idéale mais simplement plutôt de manière saine et franche, je veux dire par là dans la liberté d'être et de continuer à deux à s'ouvrir au monde, ce qui est aussi valable en entreprise, dans le quartier, dans les associations ou tout groupe quel qu'il soit, bref, de vivre en homme debout, quoi, avec autre chose que du yaourt dans la tête. Eh bien donc si on commençait par là, nous nous donnerions les capacités de transgresser nos propres murs, infantilisants et abêtissants.

Ensuite, eh bien aller au monde, justement, mais en marchant debout, pas à quatre pattes. Tête haute, et pas échine courbée. Se doter d'un tas d'atouts, garder l'esprit ouvert, créatif, bouillonnant, plutôt que cagater dans son coin, enfin tu vois ce que je veux dire, en somme, qui résume à peu près ma pensée (générale, je le rappelle, pour qu'on ne vienne pas me parler des "nous", des "on", des "je" dans une interprétation erronée du propos).

Sortir de la médiocrité, pour moi, c'est s'enrichir à la fois intellectuellement, moralement, psychologiquement, bref, tout ce qui touche à soi parmi le monde. Attention, je ne confonds pas les gens doués de facilités naturelles, avec les autres. Simplement je dis que si des efforts étaient faits, on verrait bien des situations changer, moins de gnagnardises et un peu plus d'intérêt partout, y compris dans les relations humaines. Quant à soi-même, pétard, quel pied !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 18:33

Romane a écrit:
Parce que la petite bouteille d'huile me fait mal aux tripes, une fois de plus. Elle symbolise aujourd'hui à mes yeux la soumission à un système.
Scusez, je prends le train en marche et je bloque sur ça. Que je n'arrive pas à comprendre. La conversation dont tu parles se trouve dans la rubrique "Cuisine-Recettes-Gastronomie", dans laquelle les sujets tournent tous autour de ça. Alors cette rubrique elle-même serait "médiocre" tout entière ?
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 18:34

Ben non, rien à voir. C'est une association d'idées qui m'a ramenée sur ce fil, sans aucun point commun avec l'autre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 18:56

Bon. Je réexplique, parce que peut-être après tout ce n'était pas si clair, je n'en sais rien.

Toujours est-il qu'en lisant la rubrique gastronomie, je tombe sur cette petite phrase. Coup de poignard. Imaginer ce "je m'arrange toujours pour avoir une bouteille d'huile d'olives à la maison", enclenche chez moi le processus de déductions : une mais pas deux. Parce que c'est pas donné. Donc peu de moyens financiers. De fil en aiguille, je saute de la situation de Rosacée à celle de filo, de Trys, de Jok, bref, je ne vais pas vous les énumérer, il faudrait quasiment y coller tout le monde. De LU, je saute à l'extérieur, autour de moi dans ma ville, puis plus loin, et je traverse les frontières, bref, j'embrasse du regard le monde et sa pauvreté, dans certains cas sa misère.

Je ne vous dis pas dans quel état j'ai pensé tout ça. Sourde révolte, colère même, contre le système mais aussi contre nous tous, en me disant : et si tout ça était aussi généré par nous au quotidien, dans le fait qu'on se contente de ce qu'on a et qu'on ne se donne peut-être pas tous les moyens de s'en sortir ?

Dans le tas, y'a eux, vous, moi, tout le monde, je veux dire : tous ceux qui sont concernés par cette précarité. Voilà.

J'espère que c'est plus clair.

Et donc, c'est un peu comme si je nous auto-baffais, histoire de nous réveiller. Tous ceux là. D'où les questions sur la médiocrité.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 19:00

J'ai lu l'article et je viens de te lire.

J'avoue que je suis un peu paumée.

D'abord parce que le voyeurisme est mis en exergue comme étant en correlation étroite avec la curiosité.

Je ne sais pas si tu as lu le lien, mais ça tourne pas mal sur soi et le sexe et le sexe de l'autre ainsi que la sexualité. Ainsi que sur la télé réalité.

Certes que c'est une curiosité.

Cela me chiffonne que le voyeurisme soit considéré comme de la curiosité car voici la définition :

Le voyeurisme est un terme à connotation morale, qui décrit un comportement ou une tendance « voyeuriste », c’est-à-dire basé sur l'attirance à observer l'intimité ou la nudité d'une personne ou d'un groupe de personnes dans des conditions particulières en cherchant à y éprouver une jouissance et/ou une excitation (délectation voyeuriste). Les pratiques voyeuristes peuvent prendre plusieurs formes, mais leur caractéristique principale est que le voyeur n'interagit pas directement avec son sujet, celui-ci ignorant souvent qu'il est observé. Le "voyeur" est souvent représenté observant la situation de loin, en regardant par une ouverture, un trou de serrure ou en utilisant des moyens techniques comme des jumelles, un miroir, une caméra, etc.

tandis que :

La curiosité est une attitude de disponibilité ou d'intérêt à l'égard d'un sujet ou d'un phénomène donné. Elle peut être un trait de caractère (psychologie), présente en toute occasion, ou se manifester dans des circonstances particulières.

Elle est considérée comme positive par la science, lorsqu'elle aide à l'intelligibilité du monde.

Un dicton français, La curiosité est un vilain défaut, rappelle qu'en société le désir de connaissance qui nourrit la curiosité peut parfois heurter les sensibilités ou les intérêts d'autrui et être ressenti comme gênant ou envahissant en fonction des codes sociaux

Maintenant, est-on tous égaux face à la curiosité ?

Il y a des enfants plus curieux que d'autres.
Ceux qui sont moins curieux sont plus médiocres alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 19:08

Je me suis fait à peu près les mêmes remarques, pendant que je lisais l'article, mais j'ai choisi de passer outre puisque ma recherche n'était pas du tout axée sur le voyeurisme et l'exhibitionnisme, mais sur la curiosité. Donc je n'ai extrait que ce qui m'intéressait, quasiment sorti de son contexte d'ailleurs, pour le rapatrier ici dans la médiocrité.

En fait, je cherche à savoir quelle est notre part de responsabilité dans ce que nous vivons (ou ne vivons pas) et comment pouvoir contrecarrer cette médiocrité de vie, pour en construire une autre.

Alors du coup, le fait d'avoir sélectionné ce tout petit passage est assez clair, pour moi : il met en opposition la réduction et l'ouverture, même si c'est dit dans un autre contexte. Je ne cherchais pas spécialement cette image de contraires, mais tant qu'à faire puisque je suis tombée dessus, autant m'en servir pour essayer d'illustrer le thème d'ici.

Citation :
Il y a des enfants plus curieux que d'autres.
Ceux qui sont moins
curieux sont plus médiocres alors ?
Peut-être, puisqu'ils se referment sur eux, ils n'acquierent pas encore assez éléments de l'extérieur ? Mais peut-être aussi que leur monde intérieur va leur ouvrir d'autres perspectives aussi foisonnantes ? Comment savoir ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 19:29

La curiosité est un vilain défaut. Il paraît. Pourtant sans elle, Christophe Colomb ne serait jamais parti, personne n'aurait marché sur la lune, Pasteur n'aurait pas inventé l'aseptie, et j'en passe bien d'autres.
Ne pas confondre curiosité, grande qualité à mon sens, indiscrétion, insupportable, et voyeurisme. Là tant qu'il y a des exhibitionistes pour contenter les voyeurs... même si ce n'est pas mon truc...

Dites voir, cette histoire de curiosité, ça ne vous rappelle pas une certaine histoire de l'arbre de la connaissance au fruit défendu. Et les femmes ne sont - elles pas, injustement, réputées "curieuses". Et n'est - ce pas une femme qui a mordu dans ce fruit défendu et y fait mordre l'Adam tout aussi curieux mais moins courageux? La recherche du savoir, c'est à dire la curiosité, serait - elle vice?

François
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 19:34

francoisdalayrac a écrit:
La curiosité est un vilain défaut.
Mouai, ça c'est ce que les adultes disaient aux enfants pour avoir la paix...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 19:36

Ben oui, François, sans curiosité, pas de découvertes...

Alors j'ai trouvé ce lien, qui, bien que destiné au sujet des étudiants, donne pas mal d'infos sur les motivations de la curiosité.

http://www.crame.u-bordeaux2.fr/pdf/motivations.pdf

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 19:55

Citation :
un vilain défaut

Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 19:59

Romane a écrit:
Ben oui, François, sans curiosité, pas de découvertes...
Alors j'ai trouvé ce lien, qui, bien que destiné au sujet des étudiants, donne pas mal d'infos sur les motivations de la curiosité.
http://www.crame.u-bordeaux2.fr/pdf/motivations.pdf
Pas pu m'empêcher de relever ça :

Apprendre, comprendre, raisonner peuvent constituer d'ineffables satisfactions.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Jeu 4 Fév 2010 - 21:37

J'aime beaucoup ces citations :

Bonheur gît en médiocrité, Ne veut ni maître ni valet.
La modestie ajoute au mérite, et fait pardonner la médiocrité.
La médiocrité est souvent dans celui qui regarde, non dans ce qu'il croit voir.

J'aime beaucoup l'intervention de François : " La recherche du savoir, c'est à dire la curiosité, serait - elle vice?"

Mais pour le moment, je ne suis pas en phase pour raisonner. C'est à cause de la médiocrité.

Je voudrais savoir : Est-ce que nous parlons bien de la pauvreté intellectuelle, individuelle rendant l'individu médiocre ?
Ou bien parle-t-on d'un ensemble plus vaste, c'est à dire dans le contenu de la vie d'une société la rendant à vivre dans la médiocrité à la fois par son état et dans l'état elle-même dans laquelle elle s'est placée ?

Il y a des gens très curieux, très intelligents qui vivent dans la pauvreté.
Certes, la curiosité est une grande richesse. Mais y a t-il assez de place pour tous les curieux ; surtout dans le monde de l'intellect ?

Est-ce qu'être pauvre rendrait l'individu encore plus médiocre ?
Et peut-on lui repprocher à la fois sa pauvreté extérieure liée à sa pauvreté intérieure, parce qu'il n'a pas, comme d'autres, l'intellect "curiosité" ?
Et par dessus le marché, lui confirmer cette vie dans laquelle il s'est lui même créé : sa médiocrité ?

Là on parle d'adulte.

Mais, il y a des enfants curieux et d'autres moins.
Et il y a des parents éveillant la curiosité et d'autres le faisant moins.

La curiosité ça n'est pas inné.
Mais pourquoi, dans le fond, la médiocrité serait à ce point une tare ? Parce que c'est un peu à ça que cela me fait penser.

Après si on parle de tout un système vivant dans la médiocrité, cela devient plus complexe, parce que le système n'est pas composé d'un seul individu...

J'ai trouvé ça quelque part sur le Net, une Têtaclic qui a écrit ça : "La médiocrité que l'on croit exorciser en la désignant et qui déjà s'installe en nous ... se croire mieux qu'une certaine "catégorie" de personnes, plus raffinée , plus originale, plus intelligente...c 'est qu'il va falloir tenir la distance avec cette prétention... mais voilà... le ver de la médiocrité est déjà dans le fruit... qui va bien finir par trahir un jour ou l'autre son joli monde...
Le comble de la médiocrité c'est d'envier une façon d'être ... de se sentir médiocres quand d'autres (sans doute si médiocres) se satisferaient de votre prétendue médiocrité..."
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Ven 5 Fév 2010 - 3:40

Je suis d'accord avec plein de points de ton message, et pas d'accord sur d'autres (et même en contradiction sur des mêmes points parce que l'absolu n'existe toujours pas, à mon sens, ou alors il prend le visage de l'absolu-contradictoire)

Citation :
Est-ce que nous parlons bien de la pauvreté intellectuelle, individuelle rendant l'individu médiocre ?
Ou bien parle-t-on d'un ensemble plus vaste, c'est à dire dans le contenu de la vie d'une société la rendant à vivre dans la médiocrité à la fois par son état et dans l'état elle-même dans laquelle elle s'est placée ?
Ici déjà je ne me verrais pas répondre noir ou blanc, puisque si la société actuelle tend à réduire la qualité de vie, en même temps nous disposons d'outils fantastiques pour apprendre un tas de choses, ne serait-ce que par celui qu'on a en ce moment sous la main : internet. Donc à la fois la société nous abrutit et en même temps on tient une pépite dans le creux de notre main. C'est en totale contradiction, et c'est pourquoi j'essaye de réfléchir en ajoutant la curiosité en opposition à la pauvreté intellectuelle.
2010 et combien d'illettrés à la fin des études ? Est-ce normal ?
2010 et combien de scotchés devant les émissions abêtissantes de la télé ? Pourquoi est-ce que ces émissions fleurissent et sont immédiatement sous l'effet de l'engouement populaire ? Je me pose sincèrement la question, et je regrette le temps où elle était un peu plus classe.
Je me garderais bien de dire que c'est un constat 100%, mais au moins reconnaissons que le nombre "d'atteints" de ces deux effets est considérable. Et encore, en France peut-être sommes nous privilégiés, c'est dire ce qu'il peut se passer dans les pays les moins favorisés...

Citation :
Il y a des gens très curieux, très intelligents qui vivent dans la pauvreté.
Oui. Et des gens qui vivent dans la pauvreté dans tous les sens du terme. Et des riches qui n'ont aucune curiosité, pendant que d'autres l'ont.

Citation :
Certes, la curiosité est une grande richesse. Mais y a t-il assez de place pour tous les curieux ; surtout dans le monde de l'intellect ?
Bien sûr qu'il y a de la place. Si on revient à la télé, il existe des chaînes proposant des émissions un peu plus relevées que les starac et autres babioles du même genre. Les bibliothèques sont présentes partout. L'ordi, on l'a chez soi. Mais pas que. La curiosité d'aborder certains sujets avec des gens qui peuvent apprendre un tas de choses à qui prend la peine de les écouter. Sur leur métier, sur des systèmes de fonctionnement, sur la pratique de certains arts, etc. En fait, tout peut être prétexte à apprendre. Personne n'est laissé pour compte, et ma réflexion porte en partie sur "peut-être se laisse-t-on soi-même pour compte", c'est-à-dire que de victime, on peut devenir acteur de sa pauvreté d'apprentissage.
Tout cela n'est que réflexion de ma part, je le re-re-précise, sans doute suis-je en phase de recherche et le sujet fait partie de la multitude d'autres sujets récurrents qui me taraudent.

Citation :
La curiosité ça n'est pas inné.
Mais pourquoi, dans le fond, la médiocrité serait à ce point une tare ? Parce que c'est un peu à ça que cela me fait penser.
Eh bien d'après les documents que j'ai lus cet après-midi, il semble que la curiosité soit justement innée puisqu'elle est motivée par des besoins prenant source sous diverses formes selon l'âge de l'individu. Il semble même que ce soit incontournable pour trouver un équilibre en soi, par rapport au monde environnant.

La médiocrité n'est pas très agréable. Je ne sais pas si c'est une tare ou pas, mais pourquoi l'élever au rang presque glorieux (c'est ce que j'ai ressenti en lisant les citations du début de ton post ; une sorte de revendication de la médiocrité dans ces citations. Je ne comprends pas très bien pourquoi, parce que ne pas être médiocre n'est pas du tout devenir pédant, ce n'est pas la même chose, or c'est un peu ce qu'il me semble comprendre dans les citations, tu vois ?). Donc mon avis perso est que la médiocrité n'est que ce qu'elle est comme son nom l'indique, ni plus, ni moins. (et encore une fois, je ne parle de personne en particulier, et même j'ajoute, pour que personne ne se méprenne, que personnellement je me classe dans la tranche médiocre avec des échancrures de super mieux et d'autres de super pire). Je me sens donc d'autant plus à l'aise de critiquer la médiocrité ou le manque de curiosité.

Citation :
Après si on parle de tout un système vivant dans la médiocrité, cela devient plus complexe, parce que le système n'est pas composé d'un seul individu...
Oui, et ça rejoint à mon avis le problème de la société, et si on creuse, on va vite arriver au post d'Alf ce matin au sujet des élections (donc politique)...

Citation :
"La médiocrité que l'on croit exorciser en la désignant et qui déjà s'installe en nous ... se croire mieux qu'une certaine "catégorie" de personnes, plus raffinée , plus originale, plus intelligente...c 'est qu'il va falloir tenir la distance avec cette prétention... mais voilà... le ver de la médiocrité est déjà dans le fruit... qui va bien finir par trahir un jour ou l'autre son joli monde...
Le comble de la médiocrité c'est d'envier une façon d'être ... de se sentir médiocres quand d'autres (sans doute si médiocres) se satisferaient de votre prétendue médiocrité..."
Alors là oui, et ça revient à ce que je disais un peu plus haut dans mon post ; c'est friser la pédanterie.

Par contre, celui qui se rend compte que ses pompes sont boueuses et qui cherche absolument à se les nettoyer, fait-il preuve de préciosité, ou est-il simplement quelqu'un de soigneux ?

A mon avis, il ne faut pas tout mélanger, et faire l'apologie de la médiocrité pour la revendiquer (pourquoi d'ailleurs, je ne sais pas), est totalement contraire à l'approche que j'en ai, mais encore une fois, cela n'engage que moi.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: La médiocrité   Ven 5 Fév 2010 - 11:52

Je comprends que nous ne sommes pas ici pour élever la grandeur où l'abaisser.
Je comprends que nous ne sommes pas ici pour élever la petitesse ou l'abaisser.
Nous sommes là, parce qu'il y a constat d'une réalité sociétale. Nous vivons dans un monde fait de clivages. Nous vivons dans un monde faits de justice et d’injustice. De droit et de devoir.
Nous vivons dans un monde hétérogène.
Dans ce monde, nous y vivons et parmi ses/ces différences, il y a l'équilibre posé sur un fil déséquilibré.

Mais que pouvons-nous faire, alors ? Telle est la question.

À mon humble avis, l'apologie de la médiocrité a été lancée quand le sujet a été visible.
Comme je donne beaucoup d'importance à certaines choses, je discute. Je mets en avant des idées, des pensées qui me sont propres.
Dire qu'il ne faut pas faire l'apologie de la médiocrité, cela revient à dire de ne pas débattre autour de ce sujet poignant. Celui qui me touche.

Alors, à moins d'utiliser l'aporie, ce que je ne souhaite pas, je viens discourir et pourquoi pas faire l'Apologie de la Médiocrité avec mon tout petit Savoir. Parce que si le débat à été lancé, ça n’est pas pour se taire. Et chacun peut venir ou non en discourir à sa façon. On est libre.

Dans le sens philosophique, c'est parce que nous sommes tous si différents que nous avons mis en avant des classifications. Et l'histoire du bon et du mauvais, du beau et du laid est ce qu'on en a fait. Voyez comme Dieu est grand, divin et beau. Regardez comme le diable est bassesse, laid et mauvais. Mais entre Dieu et le Diable, il y a le juste milieu : l'homme. L'homme dans toute sa splendeur d'être, et sa petitesse. Le bon et le mauvais en personne. Ces qualités et défauts, au moins, ont la franchise d’être visibles. Ceux-là, tout comme l’Homme ont la réalité d’être. D’être visibles, existants.
Quant au savoir, celui qui sait est tout aussi aveugle que celui qui ne sait pas. Car il ne sait pas d'où il vient. Par conséquent, le savoir devient un vice au travers d'une jolie curiosité et comme il ne sait toujours pas, il enrichit le vice, il l’entretient et garde au fond de lui, une infime partie de médiocrité. Il se rend compte combien dans sa grandeur d’être il n’est que petitesse. N’est-ce pas là dantesque ?
Le problème du savoir, c'est ce qu'on en a fait dans le sens du péché ; le péché originel. Alors que l'avantage du savoir, ce sont toutes les découvertes que l'Homme a faites. Merveilleuses découvertes nous apportant tant et tant en ce que nous sommes. Et nous sommes tellement peu.

Il est difficile ce regard sur la médiocrité qu'on ne peut que le soulever, n’est-ce pas ?
Mais il est difficile de juger. Il y a tellement de facteurs rentrant en compte et tant d'individus différents :
- des enfants en souffrance.
- des familles en souffrance.
- Des éclats de verre.
- Des parcours apocalyptiques, chaotiques.
- Des gens qui ne veulent pas se donner du mal.
- Des gens qui ne peuvent pas.
- Et des je-m'en-foutistes.


Alors, oui, on pourrait ne pas en faire toute une apologie. Car la médiocrité, en voici la définition tirée du petit Larousse :

Médiocre : Adj. (lat. médiocris, qui tient le milieu) 1. qui est en dessous de la moyenne. 2. Qui a peu de capacité dans un domaine. (Élève médiocre en anglais.) 3. qui est sans éclat, sans intérêt, quelconque. (film médiocre)
Adj. Dont les qualités sont faibles ; dont l'esprit est mesquin, borné.

Médiocrité : NF. Être, caractère de quelqu'un qui est médiocre, de ce qui est médiocre.

Synonymes de médiocrité : petitesse, faiblesse, pauvreté
Antonymes : éclat, excellence génie, grandeur

Ce que j’ai le plus aimé dans la définition « Médiocre » - c’est le terme latin : qui tient du milieu, et ça, c’est tout à fait magnifique et valorisant. Car cela représente l’équilibre du milieu.
Après, la définition en elle-même est dévalorisante, mais cependant, comme nous existons, elle ne peut qu’exister.

Rosacée.


***

Partie II

J’ai lu un document psychologique soulevant ce fait : il y a quelques années, déjà, il était donné la chance aux enfants de redoubler. De nos jours, le système est saturé d’enfants et d’enfants en difficultés. L’enfant qui se donnera du mal à apprendre aura sans doute plus de chance que celui qui s’en donne moins. Certains enfants, certains jeunes passent dans les classes supérieures, année après année, même avec des résultats médiocres. Ceux-là, les inclassables. On s'en débarrasse plus vite pour les larguer dans une société où le travail ne court pas les rues. Le comble du sort, c'est qu'en plus du manque de travail, ils partent avec des handicaps : l'illettrisme et la médiocrité.

La chance est-ce seulement pour ceux qui le méritent (la mérite) ?



***


Je ne connais pas, quelqu'un qui relèverait la médaille à par soi-même. Qu'est-ce que tu veux, on peut tergiverser pendant des heures autour de la médiocrité, mais on ne peut pas changer le monde d'un simple coup de baguette magique. On ne peut pas changer les Hommes.


J'ai souvenir d'une élève qui a repiqué sa 6e et sa 5e : résultats médiocres.
Fin de la première année de 5e, cette élève devait se retrouver dans la partie "SEGPA" de l'école. L'école des nuls, des niais. L'école des médiocres.

Parce que là, la médiocrité, dans sa synthèse, si on ne l'a défend pas, si on en fait pas toute l'Apologie, elle restera à jamais que la synthèse de ce qu'elle représente : Rien de plus que la nullité.

Donc, la mère de cette élève sera convoquée. Sans doute pour une discussion autour de son orientation.
Bilan : sa fille doit aller en 5e SEGPA. Elle n’a pas le niveau pour suivre le général. Trop de lacunes. Elle va donc avoir la chance d’aller à l’école des nuls comme le disent les camarades quand ils se foutent de la tête des jeunes, ces autres, de la SEGPA.

Ah oui, on viendra lui dire ça à l'école de la vie : non, ça n'est pas l'école des nuls, c'est une école adaptée à ton niveau scolaire (en gros à ton niveau de nul) - parce que lorsque tu as cet âge et que l'école se trouve parmi les gens qui s'en sortent, les gens dans la moyenne, ben on ne peut pas dire que toute la partie moyenne soit vraiment gentille avec le médiocre.
Tu sais bien, la médiocrité, ça fait rire à l'école. Mais ça fait rire aussi dans le monde des adultes. Car il y aura toujours de la mesquinerie. D’ailleurs, la mesquinerie est signe de médiocrité. Tu le dis toi-même et tu vois, toi aussi tu n’es pas d’accord de le voir ainsi, dans le sens de la mesquinerie. Donc, toi aussi, à ta façon tu fais l’apologie de la médiocrité.

Quand sa mère lui a annoncé qu'elle allait être en SEGPA à la rentrée, elle en a pleuré, et a angoissé tout l'été.
C'était ainsi, elle avait qu'à…

Toutefois, elle a eu une chance incroyable, quand la rentrée est venue, elle s'est bel et bien retrouvée en 5e, mais une 5e générale. Il y a eu à la fois des larmes intérieures et un grand soulagement. Tu comprends, elle était nulle mais elle était avec la norme. Ceux qui essaient, ceux qui arrivent. Cette année-là et sans doute parce qu'elle a réalisé sa chance, ses résultats sont montés, avec les encouragements des professeurs.
Cependant, elle a toujours été médiocre dans certaines matières, dans certains domaines. Et alors, pas la peine d'en faire tout un fromage.

***

Partie III


Quant à l'illettrisme n'est pas à confondre avec l'analphabètisme.
Car L'illettrisme désigne l'état d'une personne qui a bénéficié d'apprentissages, mais qui n'a pas acquis, ou a perdu, la maîtrise de la lecture, de l'écriture et du calcul. L'illettrisme est donc à distinguer de l'analphabétisme qui résulte d'une absence d'apprentissage.
L'illettrisme relève de l'accès au sens des écrits, car le texte que l'illettré ne comprend pas, lui est accessible lorsqu'il lui est lu.

Aparté : Je continue à confirmer, bien que le document que tu as lu affirme le contraire : la curiosité n'est pas innée. Ou alors, si il y a curiosité, elle n’est pas placée comme il le faudrait.
Mais selon qui et quoi ?
Elle aurait donc des degrés différents en fonction des uns des autres.


Il y a une maman qui a essayé d'apporter au mieux à ses trois enfants. Ils ont fait des voyages scolaires, ils sont partis en vacances, ils ont fait des activités sportives. L'illettré à même fait de la guitare, éveil à la musique. Ils ont visité des musées, des parcs, ils ont découvert des lieux, des livres. Des livres, il y en a en pagaille dans la maison des enfants. Dans leur maison. La mère a raconté des histoires. Elle a plus ou moins lu moi devant ses enfants. Pas assez peut-être ? Pas assez pour qui, les puristes ? Ils se sont amusés ensembles, enfants mère. Elle a toujours suivi leur scolarité au mieux, participé aux réunions, aux associations FCPE et aussi autour des écoles et elle a été déléguée de parents d'élèves.

Trois enfants, un bachelier, un illettré et une scolarisée.
Trois enfants différents au sein d’une même famille.
Et combien de familles ainsi, venant de milieux tous différents ?

Trois enfants différents.
Le premier curieux de tout.
Le second libre comme le vent, aimant que les activités sportives. Il n'aimait pas quand elle lui racontait des histoires. Il n'aimait pas la télévision, les jeux vidéos, remarquez, ça c'était même bien. Il aimait être libre. Il n'aimait pas l'école, d'ailleurs, il s'est toujours demandé pourquoi il y allait.
Il lit comme toi et moi, il lit même très bien. Mais il se perd dans la compréhension du texte au bout de dix lignes. Il ne sait plus de quoi parle l'histoire. Et ça c'est terrible. C'est terrible pour lui. Il ne sait pas rédigé un texte simple. Lui, croit qu'il ne comprend pas, il est enfermé dans son propre carcan. Pourtant, il est intelligent.
Un troisième enfant, curieux, très curieux, posant des questions, demandant ce que veut dire tel ou tel mot, s'intéressant à la nature, aux animaux.

Mais que faire, que dire devant l'illettrisme du second. A t-elle loupé le coche, à tel fait quelque chose de mal à un moment donné pour que cela arrive ? En a t-elle trop fait, pas assez fait ?

C’est à la fois dommage, triste et culpabilisant. Sauf pour celui qui résiste. Sauf pour celui qui glisse dessus en ne s’en apercevant pas.

Je pense que l'illettrisme tout comme la médiocrité relève de la psychologie, c’est un effet de serre situé dans un monde sociétal.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La médiocrité   Ven 5 Fév 2010 - 15:21

Citation :
Nous sommes là, parce qu'il y a constat d'une réalité sociétale.
Moi je pense que nous sommes là : parce qu'il y a constat d'une réalité sociétale et d'une réalité humaine.
Je refuse de penser que l'humain n'est que victime. Il est à la fois victime d'un système (qu'il a lui-même mis en place), et acteur de son "moi".
J'imagine mal comment il pourrait avec ses semblables faire en sorte que les dérapages de sa société et des systèmes se redressent, par contre il est libre de choisir de rester dans sa médiocrité ou de faire preuve de curiosité et d'apprendre un tas de trucs, et s'il choisissait le côté porteur de la chose, il est à parier qu'il redresserait son niveau et que peut-être du coup, la société et ses systèmes en bénéficieraient.

Citation :
Mais que pouvons-nous faire, alors ? Telle est la question.
Chercher en soi les capacités dormantes. Je suis bien sûre qu'en chacun sommeille des pépites et que la plupart ne seront jamais extirpées.
Pour te donner un exemple (je parle de ce que je connais) au théâtre les gens arrivent en disant : je ne saurai jamais, je ne sais pas faire. Et peu à peu, jour après jour, au cours des exercices on voit surgir des choses dont ils n'imaginaient pas l'existence. Et ça, c'est fameux, absolument fameux, les voir se déployer est comme une révélation. Mais cela ne touche qu'une facette, ils en contiennent beaucoup d'autres (je dis "ils", il faut comprendre "nous" parce que leur déploiement m'entraîne à me déployer, et réciproquement), dans un tas d'autres domaines. Il suffit de gratter un peu, et petit à petit de se laisser aller à l'exploration, puis à la mise en pratique et on s'aperçoit que ce n'est pas si difficile que cela de se mettre en marche, qu'il suffit d'une impulsion puis de sa propre impulsion.

Citation :
À mon humble avis, l'apologie de la médiocrité a été lancée quand le sujet a été visible.
Dire qu'il ne faut pas faire l'apologie de la médiocrité, cela revient à dire de ne pas débattre autour de ce sujet poignant.
Entre débattre sur la médiocrité et la glorifier, il y a un énorme
fossé.

Citation :
si le débat à été lancé, ça n’est pas pour se taire. Et chacun peut venir ou non en discourir à sa façon. On est libre.
C'est un peu le but du fil, sinon je ne l'aurais pas initié.

Citation :
Quant au savoir, celui qui sait est tout aussi aveugle que celui qui ne sait pas.
Si tu parles des questions existentielles, évidemment qu'on ne saura jamais. Qui prétend accéder au Savoir avec un S majuscule, c'est-à-dire posséder les réponses aux questions insolubles ?
Par contre, est-il à ce point difficile de songer qu'on peut engranger beaucoup de notions dans un tas de domaines, et y trouver beaucoup de plaisir ?
Dire qu'après tout ces réserves sans cesse grossissantes ne servent à rien parce qu'on ne saura jamais répondre à l'impossible question, me semble réducteur à la base et pire, ça me fait penser à reposer la première pierre sur le tas de pierres, en disant que ça ne sert à rien de construire la maison.

Citation :
Car il ne sait pas d'où il vient. Par conséquent, le savoir devient un vice au travers d'une jolie curiosité et comme il ne sait toujours pas, il enrichit le vice, il l’entretient et garde au fond de lui, une infime partie de médiocrité. Il se rend compte combien dans sa grandeur d’être il n’est que petitesse. N’est-ce pas là dantesque ?
Alors tu penses que les scientifiques, les chercheurs, pour ne citer que ceux-là, entretiennent soigneusement un vice, au motif de leur curiosité ? Moi je les trouve sensationnels. Ils savent parfaitement que la Science (puisque j'ai pris cet exemple) est en évolution permanente et que tout reste encore à découvrir, que mille chemins peuvent être pris, certains abandonnés ou modifiés selon les découvertes. Ils défrichent et est-ce que ça les empêche parallèlement de faire preuve de réflexion sur les questions existentielles ? Je ne le crois pas. Je pense qu'il s'agit là de deux sujets bien distincts.
Car personne n'a jamais dit que la curiosité mène à la supériorité divine.

Citation :
Alors que l'avantage du savoir, ce sont toutes les découvertes que l'Homme a faites.
Ben oui. Et alors, pourquoi n'en profiterions nous pas autrement qu'en simple consommateurs ?


Citation :
La chance est-ce seulement pour ceux qui le méritent (la mérite) ?
La chance de quoi ? Le mérite de quoi et qui décide ?
Faire preuve de curiosité et d'allant, est-ce le fait de quelqu'un d'autre que soi-même ?

Citation :
Je ne connais pas, quelqu'un qui relèverait la médaille à par soi-même.
Ben oui, on est en plein dans le sujet et c'est ce que je me tue à dire depuis le début.

Citation :
on ne peut pas changer le monde d'un simple coup de baguette magique. On ne peut pas changer les Hommes.
Personne n'a jamais dit le contraire. Mais juste au-dessus, tu dis "par soi-même"... Donc, individuellement on peut faire quelque chose pour soi-même, cela m'étonnerait que ça n'ait aucune incidence alentours.

Citation :
D’ailleurs, la mesquinerie est signe de médiocrité. Tu le dis toi-même et tu vois, toi aussi tu n’es pas d’accord de le voir ainsi, dans le sens de la mesquinerie. Donc, toi aussi, à ta façon tu fais l’apologie de la médiocrité.
Non. Je disais qu'il ne faut pas tout mélanger, c'est pas pareil.

Citation :
Quant à l'illettrisme n'est pas à confondre avec l'analphabètisme.
Car L'illettrisme désigne l'état d'une personne qui a bénéficié d'apprentissages, mais qui n'a pas acquis, ou a perdu, la maîtrise de la lecture, de l'écriture et du calcul. L'illettrisme est donc à distinguer de l'analphabétisme qui résulte d'une absence d'apprentissage.
Ben justement, celui qui a acquis mais qui n'a pas entretenu ce qu'il a appris ni ne l'a enrichi, fait preuve de médiocrité.
Celui qui n'a pas bénéficié de l'apprentissage, à part dans les très anciennes générations peut-être, parce qu'il y a belle lurette que l'école est obligatoire, donc l'enseignement dispensé.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La médiocrité   

Revenir en haut Aller en bas
 
La médiocrité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La médiocrité
» Affaire DSK et médiocrité du net
» Nouveaux tarifs GW
» 37,2° LE MATIN de Philippe Djian
» Nouveautés BD de la semaine du 18/06/12 au 23/06/12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Philosophie-
Sauter vers: