Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Se donner la permission

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
lucarne



Nombre de messages : 5259
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mar 26 Jan 2010 - 16:38

Je ne crois pas qu'on puisse être dans le "lâcher-prise" en maintenant fermement des murs autour de soi Rosacée. Bien au contraire, j'y vois une volonté de maîtrise totale.

D'autre part, je ne vois pas l'extérieur comme une jungle. D'abord, "l'intérieur" peut aussi être une jungle. Ensuite, on peut faire tellement de belles rencontres. Je crois que rien ne conduit plus à la souffrance que l'enfermement sur soi-même.

La preuve, à un moment, j'ai été tellement mal que je me suis totalement repliée sur moi-même. Conséquence : je me suis maintenue dans cette souffrance et m'y suis même enfoncée chaque jour un peu plus. Je sais aujourd'hui que quand je ne vais pas bien, au bout de deux ou trois jours, il faut que je me force à prendre le téléphone, à appeler à l'aide des amis. Et là je remonte la pente.

Nous avons besoin de respiration, me semble-t-il, pour vivre des moments heureux.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mar 26 Jan 2010 - 16:50

Ah je suis d'accord avec toi, l'intérieur peut-être aussi une jungle. Cela dépend dans quel intérieur on vit.

Enfin je disai quand même que ça n'était pas tous les jours faciles à vivre.

Mais pour ce qui me concerne, entre mes quatre murs, moi, je respire bien. Le plus dur, c'est la solitude. Mais après cela, le plus dur, c'est d'aller vers l'autre. Une véritable angoisse. Enfin, je sais pourquoi je dis ça et je sais de quoi et d'où cela provient.
Alors, maintenant, cela peut paraître aberrant, mais moi, je me préserve, et je n'en suis pas moins malheureuse. Ce qui me rend malheureuse c'est sans doute d'en être arrivée là et de voir le monde tel qu'il est (comme une naïve que je suis...et de m'en sensibiliser au point de me conforter et remercier mon quatre murs.).
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mar 26 Jan 2010 - 16:53

Cela me fait penser à certains ouvrages d'Antoine Blondin : un singe en hiver , ou encore "Monsieur Jadis ou l'école du soir"...Blondin ne se privait pas de franchir les murs quelque fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mar 26 Jan 2010 - 20:14

Ton point de vue, Rosacée, me semble ne définir qu'une facette du repli. L'autre facette (enfin... une autre, parce qu'il y en a sans doute d'autres encore) c'est que chacun n'est pas seul au monde et que se contenter de ses murs (de protection ? ou de barbelés ?) a des conséquences sur l'entourage, autant que pour soi.

Sur mille sujets, la majorité des gens s'accorde à dire qu'il y en a marre de voir "chacun pour soi", cette espèce d'indifférence au monde alentours. Ce peut être en famille, au boulot, n'importe où. Le retrait amène à cela que seul "soi" est considéré, le reste ne faisant que de vagues sujets qui de toute manière reviennent comme un boomerang au "moi je".

Ne te méprends pas sur ce qui précède, il me semble évident que de toute manière tout passe aussi par soi. Mais bon, quand un sujet est mis sur la table et que l'autre en face ne sait que répondre que par "moi je", les quatre murs invisibles se voient comme le nez au milieu de la figure...

"Se donner la permission" sous-entend s'autoriser à la liberté. Un caisson n'est jamais bien confortable, vu sous l'autre facette. Respiration raccourcie, impression de louper quelque chose, repli, réduction. L'envie de grand large et sans doute l'impression qu'il est refusé. Est-ce qu'on ne se le refuse pas soi-même, c'est là le vif du sujet.

Je me demande si le confort n'est pas une auto-interdiction déguisée, si tu préfères. Inconsciente, même.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mer 27 Jan 2010 - 11:17

Romane a écrit:
Alors selon toi, François, celui qui se sent prisonnier de ses murs invisibles se frotte les mains de réjouissance ? Il n'en souffre pas ?
Il n'y aurait donc pas de différence entre nombrilisme et caisson ?


Oh si on en souffre mais on n'y renonce que très difficilement. La peur du vide, enfin de ce que l'on croit le vide.
Et un certain plaisir à la souffrance propre à la nature humaine. Ce que l'on appelle névrose.

François
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mer 27 Jan 2010 - 13:20

Romane a écrit:
Ton point de vue, Rosacée, me semble ne définir qu'une facette du repli. L'autre facette (enfin... une autre, parce qu'il y en a sans doute d'autres encore) c'est que chacun n'est pas seul au monde et que se contenter de ses murs (de protection ? ou de barbelés ?) a des conséquences sur l'entourage, autant que pour soi.

Quels genres de conséquences sur l'entourage, peux-tu développer ?

Comment, en me préservant je peux créer des conséquences sur mon entourage ?
De quel entourage s'agit-il ?
Les enfants ?
L'homme ou la femme avec qui je partage ma vie ?
La famille au sens élargi du terme ?
Les gens de l'extérieur ?

À savoir que je ne vis pas repliée sur moi-même, que je sors, je vais faire les courses, et ce, sans peur.

Je trouve, et je le répète au vu de ce que j'ai vécu sur le cours de ma vie, que mes murs m'apportent moins de conséquences dramatiques que lorsque je fréquente l'extérieur, voire certaines gens. Alors, se préserver, ça n'est pas être si grave, en soi, bien au contraire. Puis, en plus de me préserver, je préserve aussi mes enfants de certains dangers.

La conséquence, la voici : outre le fait d'une certaine phobie, je me préserve d'une certaine réalité. C'est sans doute là qu'est le danger. Car, et vous le savez, il n'y a pas que du beau à voir et à fréquenter. Non.Il suffit d'ouvrir TF1 et de constater toute la misère du monde. Il suffit d'ouvrir le journal et de lire les articles : mort, infanticide, suicides, bombe, guerre, attentat, meurtre, viol, rak, vol à main armée.

Pourquoi devrais-je à tout prix connaître tout ce qui est moche ? Suis-je ainsi condamnée à subir les pires violences ?

J'ai vu du beau, oui. Mais quand la Dramatique, et oserais-je dire la problématique de la Dramatique frappe trop souvent, c'est le "trop" qui est de trop. Au fil du temps, il y a ras de marée, puis c'est le tsunami. Dévastateur.

Ce qui peut sembler moche, dans ma façon de faire, c'est éloigner mon petit monde d'une réalité. Mais la mauvaise réalité. Mais du coup, et j'en ai conscience, dans ma crainte, dans ma névrose, dans ma phobie, que reste-t-il ?

J'ai foncé longtemps avec la même constance, avec le sourire, et j'en ai pris des coups, des claques, fermant ma bouche. Moi, petite fille naïve ? Et alors, si j'ai envie d'être ainsi. Si j'ai envie de protéger et de m'éloigner de certaines réalités ? Pourquoi en faire toute une histoire. Et si moi, dans ma permission que je me donne, c'est de vivre dans le calme. C'est vivre paisible, avec ceux que j'aime et que j'apprécie, avec ceux que je connais bien et que j'apprécie, avec ceux que j'observe, pendant un certain temps et que je veuille bien m'en approcher et qu'ils veulent bien se laisser approcher, alors, c'est mon droit. C'est ma permission, celle qui me permet de respirer, de souffler, de couper le fil réducteur.
Si je suis fragile, sensible, ou hypersensible dans le cadre de la névrose, dans le cadre de la psychologie. Une écorchée vive, c'est moi. C'est moi, oui, c'est ma personnalité, tout simplement. Je suis comme je suis et je suis ce que la vie a fait de moi. Alors pour une fois dans ma vie, je me donne la permission d'être et d'exister tel que je suis. Comme ceux qui se donnent la permission de franchir des barrières, des murs, comme ceux qui ont moins peur ou sont sans peur. J'admire ceux qui franchissent les barrières, qui tombent dans les épines et les ronces et qui se relèvent.
Moi aussi, j'ai franchi moult barrières. Moi aussi je suis tombée dans des ravins granuleux, épineux et vaseux, et mouvants (émouvant ?). Moi aussi je me suis relevée, j'ai avancé. J'ai utilisé plusieurs fois la résilience pour ne pas virer folle dingue, pour ne pas vouloir tuer le premier qui me blesse, qui me sangle, qui me fait mal :

"Ah, oui, ça vous plairait de savoir, que dans mon état névrosé, dans mes tumultueuses pensées, peut-être que moi, aussi, j' 'aurais envie d'être un instant, pas comme vous, pas comme le moi présent. Juste être une psychopathe, une paranoïaque, et virer folle, et dans ma ligne de mire jeter un plomb sur ceux qui me tuent à petit feu. Ah ! vous avez peur, soudain, de ma folie. Vous ne me comprenez pas. Bien sûr, ça ne vous traverserait pas l'esprit de vouloir étouffer votre conjoint qui vous bat tous les jours, ou votre femme qui passe son temps à vous humilier publiquement, à vous mettre plus petit qu'un tas de débris. Ah ! je deviens folle, retenez-moi avant que je ne fasse un malheur ! Vite, retenez ma folie ! Ma pulsion ! Ma névrose ! Voici la barrière que je veux franchir.... Oh mon Dieu, que suis-je ? Un monstre ? Mon dieu, j'ai peur de ce que je suis au fond de mon être. Je suis celui, je suis celle qui dévore, celle qui tue, celle qui consume, celle qui se consume."

Oups... je m’égare…j'arrête de faire ma scène de vie… Mais quelle pièce de théâtre que la folie, que l'aliénation. Quel pied, mouhahahahaha (rire démoniaque)

Oups (ange)

Maintenant, j'ai un idéal ? Oui, hélas, j'en ai un. Je m'écarte d'une population agressive. Celle qui blesse les gens gratuitement. Celle qui ne réfléchit pas quand elle critique, invective, donne des coups bas. Celle qui violente, viole, assassine. Et ça, j'ai le droit de m'en préserver, j'ai le droit pour avoir connu un peu tout ça. Alors, je me ferme ? Je me replie ?
Non, je ferme des accès seulement pour me préserver et préserver mon entourage. C'est ma permission et mon souffle de vie.

Alors c'est sûr, c'est dur de supporter une telle névrose, car comment s'approcher des autres pour être moins seule sans que cela ne devienne angoissant, mais surtout, comment faire pour faire confiance ?

Voici ma contribution du jour, réfléchissons un peu.
Et si, bien sûr, un peu si cologue passait dans le coin (n'est-ce pas Vic, au lieu de dormir sur vos deux oreilles (ange)) ce serait bien...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mer 27 Jan 2010 - 13:51

Vic est occupé pour l'instant, il nous reviendra dès qu'il le pourra.

Sinon, pour revenir à ton propos, (je ne parlais pas spécialement de toi dans le mien, je précise, mais d'une généralité), pour le peu que je puis voir sur LU, tu n'es pas fermée au monde, au point que plein de sujets t'intéressent et te font réagir. Tu n'as donc pas fermé les yeux sur ce qui t'entoure. Ou alors on pourrait dire que nous sommes tous des petits enfants égarés, effrayés par le côté tragique du monde (comment le contraire serait-il possible) et chacun s'en protège comme il le peut.

Se protéger des gens agressifs, ce n'est pas (à mes yeux) se fermer au monde, mais se donner la permission de la protection (et là encore, je pense que c'est bien de le faire, sinon on deviendrait fous).

Se murer ce n'est pas ça, ou alors si, c'est ça, mais il existe plusieurs murs, plusieurs qualités de murs, si tu préfères. Je fais la différence entre se protéger du mal extérieur, et se murer en se faisant du mal et par voie de conséquence, en faisant du mal aux autres (entourage proche). Je ne sais pas si je sais bien exprimer cette différence, mais à mon sens elle est primordiale.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mer 27 Jan 2010 - 13:56

Disons que, c'était bien de soulever le sujet de cette façon, car comme tu le disais plus haut, se donner la permission à plusieurs souffles. Ce que j'ai écrit est à prendre comme un sujet de reflexion, et ce que j'ai écrit en quelques mots, est un autre "moi" dans le sens littéraire.

Bien sûr, je t'ai lue et je t'ai comprise et nous sommes assez d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Se donner la permission   Mer 27 Jan 2010 - 14:05

J'aime bien ton expression "se donner la permission à plusieurs souffles". Sauf qu'elle éveille la notion frappante de ce qu'on voit autour de nous la plupart du temps : ceux qui se donnent la permission d'un nombrilisme outrancier, qui fait plus de ravages que preuve de fraternité. C'est ce mélange de permission qui pose problème. Car si tu rencontres quelqu'un qui passe son temps à se peindre les ongles en ignorant la détresse du monde, ça fout la chair de poule et c'est révoltant, pourtant, c'est la permission qu'il (ou elle) s'est donné. Mais alors, c'est quoi ? Un refus de l'admission du genre humain ? Du foutage de gueule ? Tu verrais ça comment, toi ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se donner la permission   

Revenir en haut Aller en bas
 
Se donner la permission
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Se donner la permission
» donner de l'expression à un visage
» petit chat à donner
» Donner un conseil
» Donne ou vend "Fruits basket" [Donner]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: