Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'appréhension du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 14:16

Romane a écrit:


Enfin, j'ai une pensée particulière pour ces hommes de la terre, les humbles courbés 365 jours sur 365, qui n'ont pas le temps de philosopher à la terrasse d'un café, mais qui, depuis leur condition de vie, ont acquis une philosophie d'une extrême simplicité qui ramène elle aussi à l'humilité parce qu'elle ne s'emberlificote pas de parasites, elle fait avec l'évidence de la nature et son cycle, la sueur qu'on y laisse, les nécessités vitales. Et que je trouve que c'est un sacré complément aux principes philosophiques et scientifiques, rudement indispensables pour remettre de temps en temps les choses en harmonie.

Je n'ai pas participé à la discussion, mais je trouve ce passage sublime..Il me fait penser à "la terre" de Zola...
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 14:42

Je suis d'accord avec Filo.

Quelque chose me chiffonne dans ce qui est dit. C'est que l'on puisse faire intervenir l'émotion en rapport avec la rationalité. Puis que l'on parle d'intelligence...

Pour ma part, la façon dont on a à appréhender le monde vient bien de chaque individu. Je ne vois pas ce qui pourrait géner la rationalité si chacun de nous avait à développer des arguments en fonction du ressenti, donc l'émotion. Nous parlons bien d'appréhension.
Sans notre code humain pourrions nous débattre sur le sujet ?
Qui peut mieux parler de l'apprehension du monde que nous-mêmes ?
Sans ressenti, sans émotion, est-ce que nous serions capable d'appréhender un quel que monde que ce soit ? - car (justement) l'émotion semble faire partie de l'appréhension que l'on soit intelligent ou non (d'ailleurs).

Maintenant, peut être qu'au lieu d'élever l'intelligence on pourrait parler de connaissance.
Cependant, je pense que chacun a des connaissances on fonction des expériences de vie, donc du monde qui l'entoure. Donc cela vient aussi du vécu de chacun. Certes que pour exprimer quelque chose de rationnel, il faut le vouloir, peut-être qu'il faut aussi le pouvoir, parce que cela demande un code que nous avons tous en possession et ce, peu importe le moyen : le langage.
Chacun de nous et à son niveau peut appréhender le monde à sa façon et tenter de l'exprimer. L'appréhension du monde passe aussi par la simplicité du langage.

Parlons-nous d'une généralité ?
Le monde c'est bien ce qui le constitue, me semble-t-il.
Tout n'est pas noir ou blanc, positif ou négatif. Donc rien est uniforme.

Si nous prenons l'exemple du handicap. Qui dit qu'un handicapé n'a pas de propension à appréhender le monde ?
L'appréhension du monde, n'est-ce pas la notre ? - et pour le coup notre propre monde ?

Qui dit que chez un enfant, chez un handicapé (je ne prends que ces deux exemples) qu'ils n'ont pas l'appréhension du monde ?
Ils ont conscience du monde, il me semble..?

Cela ferait-il de leur façon d'appréhender le monde comme quelque chose d'irrationnel ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 15:18

Je reviens ici pour être sûre que l'on me lise étant donné que j'imagine que certains ont pu déjà lire mon post précedent. Je laisse le soin aux animateurs de remettre ceci dans le contexte de mon petit développement ci dessus.

Ce qui me ramène c'est une phrase que Vic avait formulé dans un autre débat.

Cela concerne l'uniformité dont je parle précedemment.
Je disais que rien n'était uniforme. Je vois déjà ici des idées qui peuvent être soulevées par le fait de répondre mais si : la neige est blanche, la terre est "ronde" - les nuages sont faits de milliers de gouttes d'eau ( ce ne sont que des exemples parmi tant d'autres).

Ceci est notre façon d'appréhender notre monde, celui dans et sur lequel on vit.

Seulement, Vic avait sorti une phrase merveilleuse et pleine de sens.
Sans doute que c'est sa façon d'appréhender le monde, le sien.
Mais il avait dit quelque chose comme ça, ou du moins c'est ainsi que je l'ai compris :

Dans le registre de la nature, il n'est pas répertorié les formes, les couleurs ainsi que tout ce que nous pouvons interpréter du monde et ce avec notre langage - donc des mots - donc des codes que nous mettons en avant pour donner une signification à notre monde. Et il a dit :

L'homme pense la nature.


Dernière édition par Rosacée le Ven 11 Sep 2009 - 21:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 15:39

Romane titre : l’appréhension du monde et non la compréhension du monde ???

Vous connaissez mon goût pour les mots. Appréhension, ça vient d’appréhender, c’est à dire saisir comme un flic saisit au col le malfrat. C’est qu’il faut l’alpaguer le gonze ! Vous saisissez l’idée?
Concevoir le monde, le comprendre, c’est là quelque chose de plus…maternel. La compréhension demande de l’empathie, du cœur, pas forcément de la débrouille…

Durant mes vacances, à la plage en Corse, je n’ai pas perdu ma sale manie d’épier les enfants. Il y avait là Ugo, à vue de nez 14 15 mois avec ses deux parents assis touts trois sur le sable et laissant venir les vagues leur caresser les jambes. Bien sûr, c’est une activité à haut risque, confronter un encore bébé à la puissance des lames. Papa et Maman se montrent donc très prudents face aux rouleaux. Ils encadrent leur enfant, lui tiennent la main dans ce nouveau jeu qui fait un peu peur. Mais, comme la mer fait toujours pareil, au bout d’un moment, l’habitude rassure tout le monde et les yeux des parents se décrochent de bébé pour contempler les bateaux sur l’horizon. C’est alors, qu’une vague un peu plus forte que les autres arrive. Elle bouscule Ugo qui manque d’être renversé. Heureusement, ses mains trouvent par réflexe un appui derrière son dos. Il ne tombe pas à la renverse mais ses yeux, son visage témoignent d’une forte angoisse et il cherche désespérément le regard de sa mère. Or, celle-ci ne le voit pas. Pour elle, vu sa taille, la vague était semblable aux précédentes. Elle ne détourne donc pas son regard de sa rêverie et ne voit pas la réalité son enfant. Elle n’a pas su que son bébé a failli se noyer parce que sinon, vous pensez …

Alors Ugo voit dans l’indifférence de sa mère qu’il a eu peur pour rien. Sa main avait été assez rapide pour lui permettre de tenir l’équilibre malgré la poussée de la vague. Cette indifférence maternelle le rassure. Malgré l’ampleur de l’événement, il n’avait pas besoin que maman comprenne ce qui était en train de lui arriver. Alors il ne pleure pas, il regarde à nouveau les vagues venir s’écraser sur ses jambes. Son angoisse n’a trouvé ici aucun reflet dans les yeux de maman, aussi, grâce à cette expérience, ce désarroi qui n’est pas validé, il est devenu un plus fort, plus intrépide…

L’appréhension première qu’on peut avoir de la mer, c’est que celle-ci fait peur. On l’appréhende, on est un peu effrayé. La pensée humaine est un dispositif fait pour lutter contre l’angoisse. Face au chaos des choses, celui qui vous déstabilise, ici la vague, l’être humain peut (dans certaines conditions) appréhender d’une nouvelle façon la première représentation angoissante qu’il a de son environnement.

Bien sur qu’il faut toujours avoir peur du monde, l’appréhender, (il ne s’agit pas d’être saisi par la vague, mais bien d’en apprécier sa dangerosité) mais de façon relative à mesure qu’on grandit…
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 15:52

J'avais eu l'occasion de faire ce constat avec mon fils : lorsqu'il tombait, sa mère (une angoissée chronique) était tout de suite sur lui l'air affolé, pour voir s'il avait eu mal, l'essuyer, à l'affût d'une écorchure, et évidemment il pleurait.
Sans sa mère, lorsqu'il tombait, je faisais mine de ne pas l'avoir vu, et il se relevait et continuait tranquillement son chemin.

Ceci dit Vic, le mot "appréhension" est ici utilisé dans son acception philosophique, c'est à dire "compréhension", "saisie d'un concept".

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 16:51

filo a écrit:

Ceci dit Vic, le mot "appréhension" est ici utilisé dans son acception philosophique, c'est à dire "compréhension", "saisie d'un concept".

J'avais bien compris. Mais je pense aussi que le choix de ce mot inconscient de ce mot n'est pas vain. Il existe une inqiétude de la part de Romane à comprendre son monde. Il y a des gens beaucoup moins inquiets qu'elle dans la vie, mais ils restent cons, leur intelligence ne se développe pas. C'est bien la preuve que l'angoisse est le substrat de la pensée, non?
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 18:01

Vic Taurugaux a écrit:
l'angoisse est le substrat de la pensée
Ça mériterait un autre débat, mais à priori je ne suis pas d'accord !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91105
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 19:41

Je salue tous ceux qui sont passés sur ce fil depuis mon dernier passage, tous sans exception, parce que vraiment vous êtes fantastiques tous autant que vous êtes.

Appréhension
Je n'avais pas fait le lien entre appréhension et angoisse (plus ou moins) inconsciente, mais en réfléchissant Vic n'a pas tort. J'avais choisi ce mot parce que c'est celui-là qui est venu à mon esprit puisqu'il regroupe les synonymes que je vais vous rechercher pour les avoir sous les yeux...
...les voilà : apercevoir, arrêter, avoir, comprendre, concevoir, craindre, mettre, prendre, redouter, saisir. et que c'est tout ça que je voulais englober dans la question.

Je pense ressentir les mêmes angoisses humaines que n'importe quel autre de mes frères humains, donc elles ne m'inquiètent pas.
Par contre, Vic a raison sur l'angoisse singulière qui me tenaille : celle ne ne pas avoir la capacité d'avaler toute la nourriture dont je sens que j'ai faim.

Qu'Alex me tombe dessus de très haut sur un ton professoral, je vous avoue que cela m'indiffère ; il n'est pas passé par mes caissons de solitude et de silence, ni par ce qui a bouffé mon système nerveux et ma concentration, au point qu'il ne peut pas comprendre l'angoisse qui me tenaille précisément au sujet de ces deux points là : concentration (donc mémoire) et cerveau en liaison avec le vieillissement qui s'est opéré pendant trente quatre ans de ces putains de caissons. Comment lui en voudrais-je, parce qu'après tout c'est facile de dire : si t'avais lu, ma pôv vieille, et si tu lisais, t'en s'rais pas là. Ce qu'il ne sait pas, c'est que je fus lectrice passionnée mais si parasitée que mon cerveau a fait des choix de survie plutôt que des choix de plaisir, au point que j'ai l'impression de redémarrer à zéro. Pardon. De démarrer tout court. Ici, la boucle est bouclée, on revient à l'angoisse singulière dont je parlais au paragraphe précédent... case départ que Vic a perçue.

Intelligence / connaissance / émotions
J'aime bien l'intervention de Rosacée, et merci à Vic pour cette petite phrase : Il y a des gens beaucoup moins inquiets qu'elle
dans la vie, mais ils restent cons, leur intelligence ne se développe
pas. C'est bien la preuve que l'angoisse est le substrat de la pensée,
non?

Je suis d'accord avec filo, la phrase mérite développement (pas forcément un fil à lui tout seul, enfin je n'en sais rien) mais je suis aussi d'accord avec Vic parce que ce que je vois dans "l'angoisse est le substrat de la pensée", c'est que par opposition la quiétude est le lit de l'inertie (puisqu'on y est bien, pourquoi se faire suer à abîmer le bien-être) ou quelque chose de ce genre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 21:15

filo a écrit:
Vic Taurugaux a écrit:
l'angoisse est le substrat de la pensée
Ça mériterait un autre débat, mais à priori je ne suis pas d'accord !

Je suis d'accord, cela mériterait un autre débat.

Je serais plutôt d'avis à dire que l'angoisse est le substrat de l'inconscience.

Je ne pense pas que l'angoisse nait de la pensée, en tout cas, pas toujours. Je ne sais pas pour les autres, mais il m'arrive d'être angoissée sans savoir pourquoi, sans penser à quelque chose de précis.
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
Nonosse Tradamus dodo


Nombre de messages : 2551
Localisation : Alpha du Centaure, juste à droite
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: l'appréhension du monde   Ven 11 Sep 2009 - 22:04

l'angoisse peut venir des autres : ils ont l'air si bien dans leur peau, ils parlent bien, ils savent plein de choses, ils ont l'air satisfaits d'eux même, vous assènent des vérités premières..... alors l'angoisse vient : "je suis nulle, je ne sais rien, je n'ai rien appris, je ne fais que des bêtises, je peux faire des choses mais je les fais mal, etc, etc....". Cette angoisse là vous mord dedans, vous apprends l'humilité, le besoin idiot parfois de "faire l'intéressant" et puis vient la peur d'être mal jugé, d'avoir fait du mal sans le vouloir, et la spirale est infernale. Pourtant, il est vrai que le substrat est là, et voilà que l'on veut apprendre d'avantage, etre quelqu'un de mieux perçu et viennent les efforts, l'humilité consentie et le dur apprentissage de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91105
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 1:15

Rosacée a écrit:
Je ne pense pas que l'angoisse nait de la pensée, en tout cas, pas toujours. Je ne sais pas pour les autres, mais il m'arrive d'être angoissée sans savoir pourquoi, sans penser à quelque chose de précis.

Personnellement je sais à peu près toujours mettre les mots sur l'objet de mes angoisses. Je ne le formule pas forcément tout haut, mais intérieurement, je sais exactement ce qu'il en est.

Ysandre a écrit:
l'angoisse peut venir des autres : ils ont l'air si bien dans leur peau, ils parlent bien, ils savent plein de choses, ils ont l'air satisfaits d'eux même, vous assènent des vérités premières..... alors l'angoisse vient : "je suis nulle, je ne sais rien, je n'ai rien appris, je ne fais que des bêtises, je peux faire des choses mais je les fais mal, etc, etc....". Cette angoisse là vous mord dedans, vous apprends l'humilité, le besoin idiot parfois de "faire l'intéressant" et puis vient la peur d'être mal jugé, d'avoir fait du mal sans le vouloir, et la spirale est infernale. Pourtant, il est vrai que le substrat est là, et voilà que l'on veut apprendre d'avantage, etre quelqu'un de mieux perçu et viennent les efforts, l'humilité consentie et le dur apprentissage de la vie.

Oh là ! Pour le coup, c'est comme si nous ne parlions pas du tout du même sujet, Ys. A moins que je me trompe, mais je lis ton intervention comme une sorte de revanche vis à vis des autres doublée d'une rancoeur, laquelle amène l'angoisse, ou quelque chose comme ça. Avec, au bout, comme une punition à ton encontre, dont tu attribuerais la source aux autres tout en te l'infligeant toi-même. Une sorte de grand bouillonnement d'amertume, en tout cas.

Je ne vois pas du tout les choses comme ça, et ne les vis pas non plus comme tu le décris pour toi-même. D'abord parce que nous n'avons pas du tout vécu la même chose, deux parcours totalement opposés qui nous ont donné des acquis différents et un regard sur le monde différent. Ensuite parce que je pense que la manière d'appréhender le monde est propre à chacun, justement parce que chaque parcours de vie ne ressemble à aucun autre.

Bien que l'approche du monde passe aussi par les rencontres que l'on fait, je ne vois pas trop ce qui pourrait blesser parce qu'ils l'ont approché autrement que moi. En gros, si tu préfères, ce n'est pas parce qu'une maison a une fissure que je vais accuser la maison d'à côté d'avoir des murs parfaits.

Pourquoi craindre quelqu'un qui aurait plus de savoir que moi ? Pourquoi leur connaissance m'effraierait-elle ? Au contraire, je trouve très porteur d'être entourée de gens sortant de la moyenne, et même les êtres hors du commun (je n'en connais que deux ou trois) me sont très précieux ; sans eux, j'aurais peut-être perdu confiance en l'humain. Pourquoi leur tiendrais-je un discours d'amertume, là où ils sont strictement ce qu'ils sont pendant que je suis strictement ce que je suis, c'est-à-dire chacun à un stade de cheminement qui lui est propre ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 5:31

Ysandre a écrit:
l'angoisse peut venir des autres : ils ont l'air si bien dans leur peau, ils parlent bien, ils savent plein de choses, ils ont l'air satisfaits d'eux même, vous assènent des vérités premières..... alors l'angoisse vient
Effectivement, c'est un peu égocentrique de se placer ainsi en victime face à une supposée supériorité de quelqu'un d'autre !
Ça me rappelle la phrase de Coluche : "Les égoïstes, ce sont ceux qui ne pensent pas à moi".

L'angoisse dont parle Vic est tout autre. J'élargirais même l'idée aux peurs.
L'angoisse vient de la peur, et la plupart d'entre nous sont pétris de toutes sortes de peurs.

L'angoisse et les autres peurs ont la particularité d'être parfaitement inutiles, et de ne rien changer au cours des choses.
On les croit irrépressibles, mais c'est faux à mon avis.

Croyez-moi, il est possible de vaincre ses peurs et d'atteindre une certaine sérénité. Et là nous sommes en plein dans le sujet de l'appréhension du monde (en l'occurrence des autres, des épreuves, des différences, voire des échéances personnelles, de voir le verre à moitié vide ou à moitié plein...)
Voici quelques indices : expérience, insouciance, connaissance de soi, de ses capacités et de ses faiblesses, acceptation des différences, curiosité et soif d'apprendre, adaptation, humilité...
Oser, assumer, et être soi-même, authentique, sans retenue autre que le respect. Faire des choix, et une fois qu'une décision est prise, s'y tenir, sauf constat de fausse route. Mais l'angoisse et les peurs sont des freins, on régresse plus qu'on progresse.

Nous laver de nos peurs nous libère des angoisses et de nombreux malaises existentiels. On acquiert alors une certaine assurance, une liberté, une positivité, une sérénité (et même du charisme), ainsi que la capacité d'aider les autres.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Ysandre
Nonosse Tradamus dodo


Nombre de messages : 2551
Localisation : Alpha du Centaure, juste à droite
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: l'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 10:11

Ma Ro, ce n'est pas de l'amertume, c'est ce que j'ai appris de la vie. D'abord cette impression d'être inférieures (je vivais parmis des gens intelligents et plus agés que moi, j'avais 20 ans et l'impression de ne rien savoir) mais relis la fin de mon intervention : j'ai appris l'humilité et j'ai commencé à apprendre au contact des autres. Et puis il m'arrive de retomber dans ce travers et d'être confrontée à des personnes qui me faisaient percevoir mes insuffisances et j'avais cette "appréhension du monde" à nouveau, mais je rebondis à chaque fois.
Filo, ce n'est pas de l'égocentrisme, je ne crois pas, c'est l'impression de ne pas être à la hauteur parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 11:00

J'essayerai de revenir plus amplement sur ce débat fort intéressant. En attendant, comme je vous lis depuis le début, je pose juste deux petits cailloux :
Citation :
Rosacée a écrit:
Vic Taurugaux a écrit:
l'angoisse est le substrat de la pensée


Je ne pense pas que l'angoisse nait de la pensée, en tout cas, pas toujours.

C'est exactement le contraire que dit Vic, Rosacée : que la pensée naît de l'angoisse. Le substrat, c'est le terreau, là où on plante. Donc, pour Vic, on plante dans l'angoisse et il pousse de la pensée Wink

Citation :
Qu'Alex me tombe dessus de très haut sur un ton professoral, je vous avoue que cela m'indiffère ; il n'est pas passé par mes caissons de solitude et de silence, ni par ce qui a bouffé mon système nerveux et ma concentration, au point qu'il ne peut pas comprendre l'angoisse qui me tenaille précisément au sujet de ces deux points là : concentration (donc mémoire) et cerveau en liaison avec le vieillissement qui s'est opéré pendant trente quatre ans de ces putains de caissons. Comment lui en voudrais-je, parce qu'après tout c'est facile de dire : si t'avais lu, ma pôv vieille, et si tu lisais, t'en s'rais pas là. Ce qu'il ne sait pas, c'est que je fus lectrice passionnée mais si parasitée que mon cerveau a fait des choix de survie plutôt que des choix de plaisir, au point que j'ai l'impression de redémarrer à zéro. Pardon. De démarrer tout court. Ici, la boucle est bouclée, on revient à l'angoisse singulière dont je parlais au paragraphe précédent... case départ que Vic a perçue.
Je crois que tu fais erreur Ro : dans tes caissons de solitude et de silence, il ne s'est pas rien passé pendant toutes ces années. Sans doute n'as-tu pas engrangé de ce savoir "livresque", mais cette introspection permanente et forcée n'a pas pu (et c'est là une formule rhétorique Wink ) être vide d'apprentissage... (souviens-toi d'une certaine conversation dans la maison aux volets rouges Wink ) Simplement, c'est d'un autre savoir qu'il s'agit, ce lui qu'on appelle la connaissance...

sur ce, à plus, les LUs penseurs Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91105
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 11:59

Farouche a écrit:
Je crois que tu fais erreur Ro : dans tes caissons de solitude et de silence, il ne s'est pas rien passé pendant toutes ces années. Sans doute n'as-tu pas engrangé de ce savoir "livresque", mais cette introspection permanente et forcée n'a pas pu (et c'est là une formule rhétorique Wink ) être vide d'apprentissage... (souviens-toi d'une certaine conversation dans la maison aux volets rouges ) Simplement, c'est d'un autre savoir qu'il s'agit, ce lui qu'on appelle la connaissance...

Je suis parfaitement consciente de tout ce qu'ils m'ont permis d'acquérir, Farouche, et même je vais te le formuler comme je le pense : je suis parfaitement consciente du savoir que j'en ai retiré et qui manque à la plupart des gens (ni péjoratif, si gonflette chevilles, j'ai passé l'âge de ces enfantillages). Wink "Démarrer" c'est démarrer dans quelque chose de neuf, bien sûr. Ce n'est pas renier le capital déjà engrangé, tu penses bien.

@ Filo : je te rejoins, à 100 %.

@ Ysandre : Disons que nous ne portons pas le même regard sur la vie...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 12:37

Merci Farouche de préciser ma pensée. Pour moi, l’angoisse prime sur la pensée en ce sens qu’elle vient avant. La pensée humaine est une construction pour se sortir de l’angoisse en se représentant sous des formes plus acceptable le chaos du monde. C’est pour cela que j’avais pris l’exemple d’un jeune enfant. Au début le bébé ne pense pas, c’est sa mère qui le comprend. Dans mon exemple d’Ugo, celui-ci confronté au chaos du monde, (la vague qui le renverse) a pour réflexe de chercher les yeux de sa mère afin que celle-ci comprenne ce déséquilibre qui lui arrive. C’est maman qui sait. Lui, qui ne pense par encore la vague, est angoissé. Il n’a pas suffisamment d’éléments pour penser la vague mais il sait que sa mère sait. L’indifférence de sa mère à son trouble le renseigne alors sur le fait que le monde, la vague n’est pas toujours angoissante. Du coup, il regarde les autres vagues différemment. Il imite alors sa mère, il s’en laisse bercé. Il y a désormais d’un côté la rêverie de Maman qui s’intéresse aux bateaux et la rêverie d’Ugo qui s’intéresse à l’eau sur ses doigts de pieds. Ils ne pensent plus pareils, mais ce n’est plus grave.
La première impression d’un bébé qui vient au monde et qui se met aussitôt à pleurer d’angoisse, n’est pas fausse. Effectivement équipé comme il est, il tombe dans un univers hostile et il a de grande chance de mourir de faim ou de froid dans les prochaines heures. Heureusement, sa maman pense à lui et pense pour lui. Elle partage beaucoup son inquiétude mais, elle a pour avantage d’avoir déjà une petite expérience des choses. Ainsi, la maman d’Ugo sait quand la vague est dangereuse pour son fils et quand elle ne l’est pas. Elle sait aussi l’inquiétude de son fils et la sienne. Après un temps de jeu pour expliquer les vagues à son enfant, elle n’a plus besoin de penser avec lui la mer. Elle rêve à autre chose et laisse son bébé se faire sa propre représentation des choses. Alors, lui, il regarde l’eau lui monter sur ses jambes et, effectivement, ça ne le fait pas tomber. Le monde extérieur n’a pas changé, mais lui, le découvre autrement.

Donc, qu’on est peur du monde au départ, c’est normal. Mais je suis d’accord avec Filo, le but de la vie est quand même de surmonter son angoisse. C’est d'ailleurs aussi le but de la pensée.
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 14:51

Vic Taurugaux a écrit:
le but de la vie est quand même de surmonter son angoisse. C’est d'ailleurs aussi le but de la pensée.
À mon avis pas seulement.
Je dirais "un des buts", peut-être. Et c'est vrai que le rôle de l'éducation (les acquis) reçue lors des premières années de la vie peut être déterminant quant à l'appréhension du monde à l'avenir, en terme d'angoisse, entre autre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 22:42

Farouche a écrit:
J'essayerai de revenir plus amplement sur ce débat fort intéressant. En attendant, comme je vous lis depuis le début, je pose juste deux petits cailloux :
Citation :
Rosacée a écrit:
Vic Taurugaux a écrit:
l'angoisse est le substrat de la pensée


Je ne pense pas que l'angoisse nait de la pensée, en tout cas, pas toujours.

C'est exactement le contraire que dit Vic, Rosacée : que la pensée naît de l'angoisse. Le substrat, c'est le terreau, là où on plante. Donc, pour Vic, on plante dans l'angoisse et il pousse de la pensée Wink

Merci Farouche d'avoir éclairci la phrase de Vic.
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
Nonosse Tradamus dodo


Nombre de messages : 2551
Localisation : Alpha du Centaure, juste à droite
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: l'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 23:01

Il est possible que je souffre par périodes d'un sentiment d'infériorité, qu'en penses-tu Vic ? Parce que comme je le disais à Ro cet après midi, j'ai déjà connu ça quand j'avais 20 ans, avec des gens plus agés avec qui je travaillais et ça m'a passé pendant des années. C'est revenu tout récemment.
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Sam 12 Sep 2009 - 23:57

Si les premières années de la vie sont déterminantes pour ce qui concerne l'appréhension du monde, je n'explique même pas ce qu'il en est des 18 premières années ou des 21 premières années qui ont pu déterminer cette appréhension du monde au fond de nous.

Pour te répondre avec mes mots, Ysandre, les premières années on fait avec des acquis que l'on nous a donné. Lorsqu'on a atteint 20 ans et pendant vingt ans ou plus, on découvre sa vie, on fonce, on occulte son passé - "son enfance" - "sa vie" - "ce monde". Puis vers la quarantaine, parfois un peu plus tard, on se réveille. Certaines choses frappent en pleine figure sans que l'on s'y attende. C'est souvent à cette période, bien des années plus tard que l'angoisse arrive, mais ce n'est pas non plus une généralité.

Le plus dur, je pense, est de mettre des mots expliquant la naissance de l'angoisse. Même quand on a quarante ans, cinquante ans (moins ou plus).

J'aime beaucoup l'intervention de Vic.

Alors, je suppose que penser l'angoisse ça fait très peur.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91105
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Dim 13 Sep 2009 - 1:44

filo a écrit:
Vic Taurugaux a écrit:
le but de la vie est quand même de surmonter son angoisse. C’est d'ailleurs aussi le but de la pensée.
À mon avis pas seulement.
Je dirais "un des buts", peut-être. Et c'est vrai que le rôle de l'éducation (les acquis) reçue lors des premières années de la vie peut être déterminant quant à l'appréhension du monde à l'avenir, en terme d'angoisse, entre autre.

Surmonter son angoisse, c'est accéder à des bonheurs dans un tas de domaines. L'angoisse latente est un parasite énorme qui empêche de savourer pleinement ce qui nous tombe sous la main, non ?

@ Ys : j'ai une petite idée qui pourrait faire office de réponse à ton questionnement, et d'ailleurs je t'en ai déjà parlé, mais cette réponse te remue trop pour que tu l'acceptes facilement. Wink Forcément, c'est le genre de truc qui fait séisme en soi.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Ysandre
Nonosse Tradamus dodo


Nombre de messages : 2551
Localisation : Alpha du Centaure, juste à droite
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: l'appréhension du monde   Dim 13 Sep 2009 - 10:44

Alors dis moi le à l'oreille ma Ro. Je calmerai le seisme du mieux que je pourrai
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91105
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Dim 13 Sep 2009 - 12:44

Ysandre a écrit:
Alors dis moi le à l'oreille ma Ro. Je calmerai le seisme du mieux que je pourrai

Ton oreille détient déjà ce que tu ne veux pas encore entendre, Ys. Il faut un temps pour tout, le travail en soi se fait souvent dans une lenteur exaspérante, il faut aussi accepter cette lenteur.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Dim 13 Sep 2009 - 13:07

Romane a écrit:
[
Il faut un temps pour tout, le travail en soi se fait souvent dans une lenteur exaspérante, il faut aussi accepter cette lenteur.

D'ac à 200% Ro! Il faut acepter cette "lenteur" même si, quand comme dit Rosacée, tout ce que tu as occulté pendant des années te revient en pleine poire sans que tu t'y attendes ni même sache pourquoi ça revient maintenant.
Il y a certes des éléments déclenchants, mais pas évident de les décoder.
C'est là qu'il faut détacher les boulets que tu traînes malgré toi,pour devenir Toi et appréhender le monde autrement, mais c'est toujours toi qui l'appréhendes.
Plus facile à dire qu'à faire de détacher les boulets, intellectuellement tu sais que... viscéralement, ouille!
Surtout quand ton approche du monde est viscérale et émotionnelle!
Revenir en haut Aller en bas
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Dim 13 Sep 2009 - 13:09

Romane a écrit:


Surmonter son angoisse, c'est accéder à des bonheurs dans un tas de domaines. L'angoisse latente est un parasite énorme qui empêche de savourer pleinement ce qui nous tombe sous la main, non ?



Oh que oui et il faut une sacré pair de « C……. » pour l’éradiquer, plonger au fond du fond de soi, pendant des années, c’est une souffrance morale et physique, car le corps parle ce défends de toutes les horreurs que l’on fait remonter a la surface et ça pendant des années, mais a la fin quelle légèreté.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91105
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   Dim 13 Sep 2009 - 13:11

Oui Trys. Et lorsque je lis ton message au-dessus de ma tête, je trouve que cela rejoint assez ce que dit Vic sur les angoisses et les peurs que nous passons notre vie à tenter de vaincre....

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'appréhension du monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'appréhension du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'appréhension du monde
» Le Disney le plus apprécié!
» Meg Harris Williams, Donald Meltzer
» Tour du monde en voilier
» Le compteur du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: