Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 gourou or not gourou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: gourou or not gourou   Lun 14 Sep 2009 - 21:34

Voici quelque temps que je suis avidement deux ou trois fils captivants. (Merci les LUs : vous mettez le feu sous la marmite de mon cerveau). Ces sujets auxquels je n’ai pas participé faute de temps se sont développés avec pour moi des fils conducteurs (pas forcément directement liés au sujet de départ) pourvoyeurs de nouvelles questions à explorer. En voici certaines :

Qu’on les appelle professeurs, maîtres, gourous, mentors, guides ou tous autres noms qui ne me viennent pas présentement à l’esprit -entendez ces personnes qui en savent long dans un domaine où nous sommes novices, qui sont susceptibles de nous faire avancer, de nous transmettre un savoir, un savoir-faire, un savoir-être- ils semblent aujourd’hui être presque diaboliques.
Je me réfère à bien des phrases glanées de-ci, de-là, sur LU et ailleurs.
Tous prêts à faire de nous des marionnettes, à nous conditionner (comme si nous ne l’étions pas déjà…) à nous réduire à des éponges absorbant niaisement n’importe quelle notion empirique.

Or, pour ma part, je ne vois pas bien en quoi réside tant de danger. Si me prend l’envie de me lancer dans le potager, j’ai plusieurs options. Soit je me lance à l’aveuglette, prête à assumer les conséquences de mon ignorance, soit je me mets à lire tous les bouquins qui s’y rapportent (ce qui revient un peu à accepter des maîtres virtuels, soit dit en passant), soit je vais parler au pépé d’en-dessous, qui fait son jardin depuis 40 ans et qui sait vachement bien de quoi qu‘il cause Wink
Ce faisant, je ne me sens nullement humiliée ou amoindrie. Je n’ai pas peur que son influence spolie à jamais ma capacité à mettre en doute, à critiquer, à inventer, à innover. Je sais que s’il me donne un conseil qui me chiffonne pour une raison ou une autre, eh bien, je n’en tiendrai tout simplement pas compte, et puis voilà. Et bien au contraire, je me réjouis de bénéficier d’un savoir qui passe par lui, mais qui trouve sa source dans des siècles d’observation, d’analyse, de perfectionnements.
Mon exemple est simpliste à dessein. Les choses simples sont toujours le ciment des autres.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : j’exclus forcément les gourous des sectes de tout poil, dont le prosélytisme ne vise qu’à faire de nouvelles victimes de leur doctrine et tout et tout.
Les maîtres dont je parle, ce sont ceux dont Nikos Kazantzakis dit :
« Les vrais maîtres s’utilisent comme ponts sur lesquels ils invitent leurs disciples à traverser. Puis, ayant facilité leur traversée, ils s’effondrent de joie, les encourageant à créer leurs propres ponts. »

Alors, penser par soi-même, sans aucune influence ?
Croire par soi-même, sans aucune influence ?
Vous (que ceux qui ne se sentent pas concernés ne prennent pas ce « vous » pour eux Wink ) qui frémissez d’horreur à l’idée que quelqu’un vous insuffle une idée, vous souffle des pistes, vous montre un chemin possible,
- Ne voyez-vous pas beaucoup d’orgueil dans cette façon d’envisager les choses ?
- Vous sentez-vous libre de tout conditionnement ?
- En voulez-vous vraiment beaucoup à la maîtresse d’école qui vous a appris à lire sans vous laisser la possibilité de discuter la méthode ni le bien-fondé de cet apprentissage ?
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Lun 14 Sep 2009 - 22:20

Penser soi-même sans aucune influence n'est qu'une partie de la pensée, celle qui, rebelle, explore ses propres espaces. Et encore, sans qu'il soit question d'un quelconque guide nommé, nous sommes forcément influencés par la culture dans laquelle on baigne, l'éducation qu'on a reçue, le visage de la société dans laquelle on vit. Donc l'électron libre, je n'y crois pas vraiment, sauf en ce qui concerne la créativité.

Par contre, cette seule facette révèle une sacrée lacune, si elle n'est pas accompagnée de sa copine la pensée construite (ou le savoir construit, si tu préfères) grâce à des supports qu'on peut appeler livres effectivement, mais aussi conseils, guides, appelez ça comme vous voulez, je nomme celui qui a défriché un bout de terre et qui offre le résultat de ce qu'il a lui-même appris et mis en lumière pour nous.

Je suis bien placée pour le savoir, puisque sitôt libre me voilà prise d'une faim digne d'un Gargantua qui n'aurait pas bouffé depuis un demi-siècle, dans la nécessité d'équilibrer ces deux facettes indispensables à mon sens.

Alors donc, je jette loin les gourous & Co, mais vive les éclaireurs, ils me sont béquille et je les salue avec reconnaissance.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 15 Sep 2009 - 0:10

Farouche, tu as raison pour la culture générale et les gestes pragmatiques de l'existence, mais la créativité et la foi, c'est autre chose, justement.
Et m'est avis que les discussions où tu as glané la source de tes réflexions tournaient autour de cela.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 15 Sep 2009 - 1:13

filo a écrit:
Farouche, tu as raison pour la culture générale et les gestes pragmatiques de l'existence, mais la créativité et la foi, c'est autre chose, justement.
Et m'est avis que les discussions où tu as glané la source de tes réflexions tournaient autour de cela.
Oui, je m'attendais à ce genre de réponse. J'aimerais bien que tu développes, ce me serait profitable Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 15 Sep 2009 - 1:39

Je le développe en partie sur ton autre fil parallèle.. Le reste, on en a tant parlé déjà...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 15 Sep 2009 - 10:45

La créativité sied mal au maître, je veux dire par là que les deux sujets ne vont pas ensemble.
Un maître enseigne une discipline.
L'élève doit posséder son potentiel créatif, qu'il déploiera lorsqu'il aura acquis cette discipline.

Je me trompe ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 15 Sep 2009 - 23:53

Romane a écrit:
La créativité sied mal au maître, je veux dire par là que les deux sujets ne vont pas ensemble.
Un maître enseigne une discipline.
L'élève doit posséder son potentiel créatif, qu'il déploiera lorsqu'il aura acquis cette discipline.

Je me trompe ?

Pas l'impression Wink

Apprendre, c'est gagner en liberté. Et pour être créatif, il faut être libre.

Je reviens sur mon exemple de la lecture. Il y a longtemps, une institutrice nous a appris à lire. Pour certains, ce fut tâche aisée, pour d'autres difficile. Mais un jour, un jour, enfin ! Déployer les ailes de ses yeux et décortiquer les panneaux dans la rue ! Dans notre civilisation, lire est un des accès à la liberté et notamment la liberté d'écrire et donc d'exprimer sa créativité. Cela existe, mais fort peu de gens ont appris à lire entièrement par eux-mêmes.

L'élève doit posséder son potentiel créatif, qu'il déploiera lorsqu'il aura acquis cette discipline.
La créativité, je l'ai. Mais combien de fois ai-je pesté de n'être pas capable de peindre les tableaux qui vivaient dans ma tête parce que ma technique n'est pas à la hauteur ? Si j'avais maîtrisé parfaitement cette discipline qu'est la peinture, rien n'aurait pu m'empêcher de traduire mon imagination en images.

Bref, tout ça pour dire : vachement d'accord Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mer 16 Sep 2009 - 0:03

Ton post me fait penser à un truc ;

Force est de constater que l'école formate l'élève, et que c'est à la fois incontournable parce qu'il faudra bien qu'il se plie aux règles de la société, du travail, de la famille, etc. et pour cela il doit acquérir des connaissances, mais aussi une certaine discipline. Et à la fois cela a pour conséquence de réduire considérablement son imaginaire et sa créativité en matière artistique, mais aussi individuelle, car on oublie souvent qu'il est possible d'avoir des réactions créatives en réponse aux contraintes qu'imposent les règles conventionnelles.

Ainsi donc quelqu'un de trop formaté n'aura plus le réflexe de recourir à sa créativité. Il existe des activités permettant le réapprentissage de cette créativité, il faut bien aussi qu'elles soient guidées.

Ensuite, eh bien si l'on peut (si l'on s'en donne la permission), on devient électron libre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mer 16 Sep 2009 - 0:41

Oui, on peut "désapprendre", justement.
Pas forcément renier nos acquis, mais au moins les relativiser et en être indépendant si on le choisit.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mer 16 Sep 2009 - 15:11

Pour "désapprendre", il faut avoir appris d'abord!
En passant par des contraintes, là on rejoint l'autre fil de Farouche.

Et pour apprendre, il faut avoir, comme dit Ro, des gens qui savent et font passer le savoir.
Aprés, ce qu'on fait de se savoir, c'est quelque chose de personnel, on peut l'utiliser ou pas, le dépasser pour devenir un "électron libre", mais on ne dépasse que ce par quoi on est passé!

Je rejoins Ro, et la notion de "Maître" (au sens oriental) qui n'est pas un formatageur, mais quelqu'un qui aide à devenir.
L'école est réductrice en ce qu'elle "forme" tout le monde de la même façon, mais c'est à partir de cette formation commune qu'on peut ensuite voler de nos propres ailes et devenir créatif en s'affranchissant du formatage!
A condition de le vouloir, et c'est en soi que se trouve la créativité...
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mer 16 Sep 2009 - 15:13

Ça tombe sous le sens. C'est même implicite.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Dim 27 Sep 2009 - 13:20

Mon ami, mon maître
by Serge Lama




J'ai essayé à cent reprises
De vous parler de mon ami
Mais comment parler d'une église
Dont l'accès vous est interdit ?
Mais ce soir je sens sous ma plume
Un fourmillement familier
Quand le soleil du cœur s'allume
L'éteindre serait un péché
C'est mon ami et c'est mon maître
C'est mon maître et c'est mon ami
Dès que je l'ai vu apparaître
J'ai tout d'suite su que c'était lui
Lui qui allait m'apprendre à être
Ce que modestement je suis

Comme une chèvre vendéenne
De ses secrets il est jaloux
Et même s'il a de la peine
Il ne vous parle que de vous
Il conserve de son bel âge
Un sourire au fond de ses yeux
Et je me dis que c'est dommage
De vous le décrire sans cheveux
C'est mon ami et c'est mon maître
J'le vouvoie encore aujourd'hui
Et quand j'ai mal dedans mon être
Je passe une heure ou deux chez lui
L'air qu'on respire à sa fenêtre
C'est l'air le plus pur de Paris

Il porte en lui dur comme une arme
Un orgueil au-delà de tout
Au point que même au bord des larmes
Il vous fera croire qu'il s'en fout
C'est lui qui a fortifié mon âme
Et si je suis encore en vie
Je n'le dois pas à cette femme
Qui me rend heureux aujourd'hui
Mais à mon ami à mon maître
Et dans la chanson que voici
Je sais qu'il va se reconnaître
Mais puisque nous sommes entre amis
Ce soir je peux bien me permettre
De vous le présenter aussi



http://www.dailymotion.com/relevance/search/%22c%27est+mon+ami+et+c%27est+mon+maitre%22/video/x2bz3r_mon-ami-mon-maitreserge-lama_music
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Dim 27 Sep 2009 - 21:06

Vilain : chinois + bisou
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Dim 27 Sep 2009 - 21:25

Romane a écrit:
La créativité sied mal au maître, je veux dire par là que les deux sujets ne vont pas ensemble.
Un maître enseigne une discipline.
L'élève doit posséder son potentiel créatif, qu'il déploiera lorsqu'il aura acquis cette discipline.

Je me trompe ?

Ben autrefois, les peintres tenaient des ateliers avec tout plein d'apprentis qui l'appelaient "Maître." (comme du reste tous les métiers)

Il enseignait et, il faudrait un culot certain pour dire des peintres d'autrefois qu'ils manquaient de créativité.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Dim 27 Sep 2009 - 21:56

pffff alex. Tu vois ce que je veux dire, tout de même.
Je parle du professeur, appelle-le comme tu veux et dans la discipline que tu veux, il a un programme entre les mains ou une technique, appelle ça aussi comme tu veux, et il enseigne le programme ou la technique. Je n'ai pas dit qu'il n'était pas créatif, il peut d'ailleurs se libérer de sa créativité chez lui, là n'est pas un problème. N'empêche qu'un cours c'est un cours, et que ce cours canalise l'élève sur un programme ou une technique.
L'élève n'est pas là pour laisser libre cours à sa créativité, le prof-maître-ou-ce-que-tu-veux non plus. Il est là pour apprendre une discipline et l'autre est là pour la lui inculquer.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Dim 27 Sep 2009 - 22:56

Gougourougourou... Embarassed

Farouche a écrit:
Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : j’exclus forcément les gourous des sectes de tout poil
Tu n'as donc rien contre les sectes de toute plume. Bonne nouvelle pour les pigeons ! Very Happy

Sur le maître, je mettrais une petite nuance : est-ce qu'il n'apprend pas tout autant de l'élève ? (c'est une fausse question, puisque je réponds oui)

Quant à avoir besoin d'apprendre la base pour pouvoir la dépasser, ça me semble évident, tant en matière de littérature que de peinture, danse, musique...

Mais franchement, je trouve quand même qu'en "accumulant" (sans aucun sens péjoratif... j'aurais plutôt dû utiliser "articuler") les connaissances, on devient plus créatif. Si je prends mon exemple (et n'hésitez pas à me complimenter, je suis en cure !), je trouve que je suis bien plus capable aujourd'hui d'avoir un esprit critique (au sens "noble") de ce qu'on me dit, ce qu'on me présente. Quand je lis un livre, vois un film, écoute une conversation, je me surprends régulièrement à me dire "Tiens, ça je suis d'accord, ça non..." Et je me fais au bout du compte mon idée personnelle, mais qui prend en compte les idées des autres, tout aussi respectables (dans une certaine limite).
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Lun 28 Sep 2009 - 17:08

Romane a écrit:

Force est de constater que l'école formate l'élève, [...] Et à la fois cela a pour conséquence de réduire considérablement son imaginaire et sa créativité en matière artistique, mais aussi individuelle, car on oublie souvent qu'il est possible d'avoir des réactions créatives en réponse aux contraintes qu'imposent les règles conventionnelles.

« Formater » … comme si on était des disques durs. « Structurer » c’est beaucoup plus joli, non ? avec une connotation plus proche de la réalité, non ?

Sinon, je ne vois vraiment pas pourquoi le fait d’aller à l’école réduirait considérablement l’imaginaire et la créativité, artistique ou individuelle.

Tu as des drôles de fantasmes concernant l’école, toi.

Romane a écrit:

L'élève n'est pas là pour laisser libre cours à sa créativité, le prof-maître-ou-ce-que-tu-veux non plus. Il est là pour apprendre une discipline et l'autre est là pour la lui inculquer.

Je pense comme Farouche. L’apprentissage, même s’il peut être pénible, est ce qui permet entre autres de déployer sa créativité.

Je sais, Filo va encore dire que comme je ne suis pas artiste je ne peux pas comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
XATO



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: carpe diem   Lun 28 Sep 2009 - 17:36

Votre fil me fait repenser à des films qui m'ont marqué sur justement le sujet en question, en voici quelques uns :

- The Wall
- Et le spectacle continu
- Le cercle des poètes disparus
- Lions & Agneaux

Xato
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Lun 28 Sep 2009 - 18:07

alejandro a écrit:
Sinon, je ne vois vraiment pas pourquoi le fait d’aller à l’école réduirait considérablement l’imaginaire et la créativité, artistique ou individuelle.

Tu as des drôles de fantasmes concernant l’école, toi

C'est plutôt reculer pour mieux sauter, à mon avis. Car si, dans le temps de formation on te coule dans un moule, d'autant plus quand tu es très jeune, parce qu'il faut bien t'apprendre qu'un jour il faudra suivre des consignes et même si elles paraissent absurdes, il faudra faire avec (le monde du travail, ce n'est pas rien...)

Pour prendre un exemple : l'écriture est très canalisée, sur les temps scolaires. On te montre des genres, des styles, des époques par le biais des auteurs étudiés, et on te demande de rendre des analyses, explications, rédactions etc. Le tout structuré selon des consignes bien précises.
Ce n'est que plus tard, livré à toi-même, que tu peux oser innover. Après, ça fait flop ou pas, mais ceci est une autre histoire.

Au théâtre en début de saison, j'ai affaire à des jeunes plutôt formatés. Il y en a même qui lèvent le doigt pour me parler. Ils attendent que je leur donne tous les ingrédients. Or, je les amène peu à peu à quitter ce mode de fonctionnement, afin qu'ils puisent eux-mêmes puiser dans leurs capacités à imaginer et à créer (impros entre autres). Ils raffolent de cela, parce qu'ils se dégagent des carcans éducatifs. Ils ont le droit de ramper, de fermer les yeux, d'inventer un langage, et même de transgresser la consigne de départ (j'alterne entre consignes précises et consignes floues, parce qu'ils doivent alterner entre créativité et minutie, un double travail, donc).

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Lun 28 Sep 2009 - 19:16

Je pense que le formatage se fait au niveau du temps. Les élèves sont sensés avoir fait telle ou telle acquisition à tel moment, telle autre à tel autre moment... Alors que dans la réalité, on sait bien que chacun d'entre nous - enfants comme adultes - avançons à notre propre rythme. Et qu'il n'y a rien de plus néfaste à la créativité que l'uniformisation. Et qu'il n'y a bien sûr rien de mal à avancer chacun à son propre rythme. Ni dans sa propre direction. S'pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 29 Sep 2009 - 0:41

Je rejoins Lulu sur pas mal de points.
Pour ma part, cela ne me pose pas de problème particulier de confier mon apprentissage à un "maître" et de le reconnaitre comme tel.
J'ai fait pas mal d'années d'arts martiaux, et je suis tout à fait capable de faire la différence entre un professeur et un maître. Un professeur va m'apprendre une technique, et m'aider à atteindre un niveau qui me permettra justement de développer une créativité personnelle, servie par ma plus ou moins maîtrise de la chose. Si je suis capable de développer une telle créativité, sinon je reste une simple technicienne. Un maître me transmettra en plus l'âme de son art, c'est très différent. Sa passion, son souffle, et tout compte fait, la transmission de son savoir.
Autant je reste rebelle face à l'incompétence, autant je suis extrêmement disciplinée quand je reconnais que quelqu'un a quelque chose d'important à m'apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 29 Sep 2009 - 12:16

lucaerne a écrit:
Je pense que le formatage se fait au niveau du temps. Les élèves sont sensés avoir fait telle ou telle acquisition à tel moment, telle autre à tel autre moment... Alors que dans la réalité, on sait bien que chacun d'entre nous - enfants comme adultes - avançons à notre propre rythme. Et qu'il n'y a rien de plus néfaste à la créativité que l'uniformisation. Et qu'il n'y a bien sûr rien de mal à avancer chacun à son propre rythme. Ni dans sa propre direction. S'pas ?

C'est juste Luca, c'est là que se situe le formatage, terme qui convient mieux que structurer, parce que se structurer suppose une liberté d'esprit que l'école n'apprend pas.
D'ailleurs, est ce son rôle?
L'apprentissage pénible par moment, fourni des bases, aprés on peut partir de ces bases pour créer,quelque si le domaine de création choisi.
mais il faut s'en dégager.

C'est là que la notion de prof: chargé de fournir les bases et d'enseigner un programme dont il n'est pas responsable, et celle de "Maître" qui comme dit Blue Note transmet "L'âme de son art" divergent profondément.
En Occident, on a réduit cette notion de "Maître" à celui qui commande le savoir à transmettre, dommage!
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 29 Sep 2009 - 13:55

Tryskel a écrit:
lucaerne a écrit:
Je pense que le formatage se fait au niveau du temps. Les élèves sont sensés avoir fait telle ou telle acquisition à tel moment, telle autre à tel autre moment... Alors que dans la réalité, on sait bien que chacun d'entre nous - enfants comme adultes - avançons à notre propre rythme. Et qu'il n'y a rien de plus néfaste à la créativité que l'uniformisation. Et qu'il n'y a bien sûr rien de mal à avancer chacun à son propre rythme. Ni dans sa propre direction. S'pas ?

C'est juste Luca, c'est là que se situe le formatage, terme qui convient mieux que structurer, parce que se structurer suppose une liberté d'esprit que l'école n'apprend pas.
D'ailleurs, est ce son rôle?
L'apprentissage pénible par moment, fourni des bases, aprés on peut partir de ces bases pour créer,quelque si le domaine de création choisi.
mais il faut s'en dégager.

On peut critiquer un système en avançant des remarques qui suggèrent que si le système les adoptait, il serait amélioré de façon significative. On peut également critiquer un système en avançant des remarques qui sont irréconciliables avec le système lui-même. Exemple du premier cas : la brasserie au coin de ma rue. Il est joliment décoré, les serveurs sont fort aimables et sympathiques et on y mange très bien. Seul ennui, il y a la télévision. Si j’avais une critique à faire à cette brasserie, ce serait ça, et s’ils m’écoutaient, la brasserie serait, à mes yeux du moins, améliorée. Un exemple du second cas est la finance internationale. Le service rendu par la chose est tellement inexistant, sa nuisance tellement patente, que toute critique de la finance internationale venant de ma part traduirait le souhait de voir celle-ci non pas corrigée, mais supprimée purement et simplement.

Sinon, par formatage, à propos du formatage d’un être humain, je comprends le conditionnement de cette personne à penser et agir de façon stéréotypée et de façon indistincte des autres personnes dans le même cas que lui. Est-ce ce qui arrive à l’école ? Et dans l’affirmative, peut-on maintenir un système à ce point répressif ?

On peut critiquer un tas de choses. Je ne trouve pas normal, par exemple, qu’un enfant de moins de douze ans ait des devoirs à faire à la maison. Ca ne me paraît pas indispensable non plus de leur enseigner à manier des ordinateurs à huit ans. Etc. On peut aussi critiquer le manque de moyens de l’école, en particulier dans certains quartiers et constater qu’en raison de ce manque de moyens, l’école n’accompli pas sa mission de façon satisfaisante.

Mais c’est autre chose que de dire que l’école, par nature, formate les enfants. S’il devait s’avérer que c’est vrai, alors il faudrait 1/ supprimer de toute urgence le système scolaire et le remplacer par autre chose. 2/ stigmatiser et, pourquoi pas, poursuivre devant les tribunaux, cette catégorie absolument répugnante de fonctionnaires malfaisants et fascistes qui n’ont d’autre idée que d’anéantir l’individualité des enfants qu’on leur confie.
On va dire que j’exagère, mais c’est qu’il faut prendre en considération les conséquences de ses positions. Suffit pas de critiquer pour se donner des airs de rebelle.

Il paraît donc que l’école formate sur la longue durée en imposant un rythme identique à tous les élèves. On se demande ce qu’il faudrait faire à la place. Prenons l’exemple de la table de multiplication. Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire « avancer chacun à son propre rythme » ? Faudrait-il attendre que les enfants aient envie d’apprendre les tables de multiplication pour les leur enseigner ? Il se trouve qu’il y a des choses, entre autres les tables de multiplication, qu’il convient d’apprendre avant un certain âge. Ce serait moins « formater » que de laisser passer cet âge et attendre qu’il se rendent compte de l’utilité des tables pour s’y intéresser ? L’idée de formater – comme l’idée de moule que Romane sort à chaque fois qu’elle en a l’occasion, et même quand elle ne l’a pas – suppose qu’on ne tienne pas compte que les enfants sont différents les uns des autres et qu’on applique de façon mécanique ce pour quoi l’école est faite, c’est à dire, enseigner.

Or, il arrive qu’un enfant soit largué. Non pas tant qu’il ait une « personnalité différente » – ce qui serait une façon politiquement correcte de dire qu’il est con – mais parce que des difficultés extérieures à l’école ou, en tout cas, à l’enseignement, l’empêchent de suivre comme il est prévu qu’un enfant de son âge suive. Le laisse-t-on au bord de la route ? Non. Il y a dans l’école les outils qui vont permettre de l’aider, de surmonter ses problèmes, de rattraper le temps perdu.

Les enfants doivent apprendre et ce n’est pas toujours drôle. Cela veut-il dire que l’école est un lieu de contrainte permanente, de bourrage de crâne chronique, de souffrance à n’en plus finir ? Ben non, les enfants ont beaucoup de temps pour des activités artistiques, peinture, musique, théâtre, et pour le sport.

« Formatage », « uniformisation » … l’école est un endroit – pas le seul, j’en conviens – où les enfants sont socialisés, où ils apprennent à vivre en société, ce qui veut dire, développent leur individualité en l’opposant au groupe. Il y a un lieu commun qui veut qu’il y ait antagonisme entre l’individu et le collectif. C’est totalement faux. L’individualité ne peut en aucune façon se construire sans la contrainte du collectif. C’est à l’école qu’on joue avec des camarades, qu’on apprend son propre fonctionnement, qu’on se familiarise avec son propre tempérament. Bref, l’école contribue grandement à la structuration et non au formatage.

Faut un peu oublier Pink Floyd The Wall et du Cercle des poètes disparus. Non pas qu’ils ne soient pas bien – le premier est un de mes films culte –, mais parce qu’ils parlent d’un monde qui n’est pas le nôtre. D’ailleurs, dans les quartiers difficiles, là où les profs ne tiennent pas les élèves, où les élèves font ce qu’ils veulent, quelle liberté obtiennent-ils ? La liberté de ne pas savoir s’insérer dans une société.

En conclusion, donc, non, il ne s’agit pas de se libérer de ce qu’enseigne l’école. Il s’agit d’y prendre appui pour se hisser.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: gourou or not gourou   Mar 29 Sep 2009 - 14:37

1 Critiquer le maître, c’est plus facile quand on a compris ce qu’il enseigne. Je peux critiquer la façon d’enseigner la table de multiplication dès lors que je connais mes tables de multiplication. Sinon je parle sinon dans le vide, du moins d’autre chose. On ne peut donc brûler que ce qu’on a préalablement acquis.

2 Un des principaux problèmes du gourou, c’est qu’il sait tout sur tout et qu’il est tout seul avec son savoir. On ne peut pas le contredire. C’est énervant. Donc, soi t on le suit, soit on s’en sépare. C’est maigre comme choix.

Chez les compagnons du devoir, votre maître est un élève de deux ans votre aîné. Lui-même apprend avec un aîné de deux ans. Dès qu’un compagnon du devoir a acquis une connaissance, il lui convient de la transmettre à plus novice que lui-même. On ne voit le haut de cette pyramide du savoir qu’après avoir soi-même beaucoup appris et surtout, beaucoup enseigné.

Il me semble qu’un des torts de l’éducation Nationale est de mettre devant des enfants, des adultes trop savants. Pire, plus ils sont savants (plus ils ont de diplômes), plus ils sont payés et déchargés de cours ! Comme si le but n’était pas d’apprendre au plus grand nombre, la base de la pyramide, mais de concentrer au sommet une élite de gens très savants et très seuls.
Pourquoi les enfants de l’école maternelle ne bénéficient-ils pas de plus d’enseignants. Un enseignant pour dix enfants par exemple. A la crèche, c’est un adulte pour cinq enfants ….

Je suis intervenu dans des IUFM, et j’ai eu la surprise d’apprendre que les apprentis enseignants ne font aucun stage en crèche, en centre de loisirs etc… Non, ils passent des tas de licences à l’Université et ensuite ils font beaucoup de maths et beaucoup de français ! Mais la plus part ne savent plus jouer à coucou le voilà ou à trappe-trappe ! Ou alors, ils ont appris ça en fraude !
Revenir en haut Aller en bas
XATO



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: points   Mar 29 Sep 2009 - 14:37

Alejandro : 10 points!

Mais c'est hors sujet comme le devient ce post à mon avis.

Sans forcer la dose, je pense qu'on s'écarte un peu, et tout ceci devient un débat de société. Dixit Les bourdieu and Co qui ont donné souvent leur avis sur la question de leur vivant.

Que l'école soit ou non un lieu de formatage ou d'éducation//construction/liberté sociale elle évoluera comme à chaque époque. Il se peut d'ailleurs -dû à notre individualité que l'école buissonnière virtuelle redevienne un atout à la future construction de nos chères têtes blondes.

L'université par pragmatisme donne des cours par conférence audio. Donc de chez soi on apprend. Plus besoin de se déplacer.

Pourquoi pas dès le plus jeune âge! Ca résoudrait le gouffre financier qu'est devenu au même titre que le budget de l'armée, le ministère de l'éducation nationale. Mais alors que deviendrait cette utopie de croire que l'école est le garant de la liberté socioculturelle? Un garde fou de la libre pensée? Un pôle du Savoir?..

Mais cela n'impliquerait-il pas non plus que la société deviendrait de plus en plus individualisé alors que justement en toute logique l'école comme tout lieu public à pour sens l'unicité dans l'ouverture sociale?

Enfin tout ca parait bien utopique malgré tout et pour en revenir au dilemne de prof et gourou, ne pas oublier non plus qu'en certaines périodes de l'histoire et de pays, le gourou était et l'est toujours dans certaines tribus le garant du savoir oral...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: gourou or not gourou   

Revenir en haut Aller en bas
 
gourou or not gourou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [DisneyToon Studios] Les Aventures de Petit Gourou (2004)
» Les aventures de Petit Gourou
» Présentation Skippy le grand gourou.
» Sherryn, gourou en herbe
» Programmes Disney à la TV Hors Chaines Disney

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: