Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le perfectionnisme, un fléau ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Romane
Administrateur


Nombre de messages : 91113
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le perfectionnisme, un fléau ?   Mar 15 Sep 2009 - 23:56

La spontanéité et le perfectionnisme ne heurtent pas, ils se complètent.
Enfin, je dis ça, je parle toujours et seulement de ce que je connais, notamment le théâtre.

On n'envoie pas un comédien sur scène en roue libre.
Par contre, on l'aide à faire sortir sa spontanéité dans les travaux préparatoires, afin que cela lui serve par la suite. Puis on lui demande de parfaire le plus possible le rôle qu'il devra tenir sur scène un jour.
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Le perfectionnisme, un fléau ?   Mer 16 Sep 2009 - 9:09

Romane a écrit:
La spontanéité et le perfectionnisme ne heurtent pas, ils se complètent.

Je vois deux parallèles

1 - la spontanéité
2 - le perfectionnisme

Je suis assez d'accord pour dire que les deux se complètement.

Pour ce qui me concerne, lorsque j'écris un poème, je laisse aller mes doigts ou mon crayon. À ce moment même, je ne me rends pas compte ce à quoi je pense, il y a comme quelque chose dans ma tête de prédisposé, mais je ne sais pas quoi, je ne réfléchis pas sur les mots que je vais mettre, disons que c'est à peu près comme sur une nappe d'eau, les mots sont réfléchis comme s'ils avaient toujours été là, bien cachés dans les limbes de mon cerveau.
J'appelle ça de la spontanéité, d'autres appelleront cela du premier jet. Peu importe le sens, la spontanéité est ce qui vient sur l'immédiat pour ce qui me concerne.

Après, il y a cette spontanéité logique, accédant à la raison, celle qu'on ne maîtrise pas toujours, mais qui porte un peu à réfléchir avant de s'exprimer.
Alors, quand j'aborde un thème, si je souhaite parler d'eau, il va falloir que je modère cette spontanéité primitive et que je l'apprivoise pour lui faire comprendre que ce n'est pas elle qui décide de ce que je vais écrire (ou dire) et je vais lui imposer ma loi ou mes petites règles, après, on fera bon ménage ou pas.
Dès l'instant où je contrôle cette spontanéité, je contrôle mes émotions, je mets un souffle léger sur mes ressentis, j'aère mon cerveau en rangeant chaque chose dans des cases bien précises. Enfin, je peux poser des mots en fonction d'une idée précise et pourquoi pas d'un idéal.
Dans ce deuxième cas de figure, je pense que la spontanéité et le perfectionnisme se complètent plus aisément. Parce que la forme du poème semble plus aboutie.

Après, je peux prendre ces deux cas de figure dans le terme de spontanéité et mettre côte à côte deux poèmes et les retravailler jusqu'à ce que "MOI", je pense qu'ils me plaisent.

Je souhaite vous dire que dans l'ensemble, je suis assez d'accord pour dire que le perfectionnisme c'est ce qu'on en fait. Une fois qu'on est arrivé à un résultat, alors le but que l'on s'était fixé est escompté.
Cependant, il ne faut quand même pas tomber dans « l'excessivité » et aller dénaturer son oeuvre.
Il faut garder un peu de souplesse. Je vous dis cela, parce que j'ai une amie qui a une fille de six ans, cette petite est minutieuse, mais elle est intransigeante avec elle-même tant est elle perfectionniste. La petite recommence son dessin jusqu'à ce qu'elle soit arrivée à ce qu'elle s'était fixé. Parfois, j'entends sa maman lui dire : sois plus souple avec toi, ça n'est pas grave si ça n'est pas parfait, ne t'énerve pas, ne pleure pas, je le trouve joli ton dessin.
« Mais voyons, maman, tu n’as pas compris, elle ne veut pas que ce soit parfait, elle veut que ce soit comme elle l’imagine – c’est son rêve – son idéal… »
Elle reste donc inconsolable tant qu'elle ou sa maman n'ont pas trouvé une solution pour arranger, contourner ce qui ne va pas. Ou stopper tout simplement et y revenir plus tard.
Parfois, il faut prendre un peu de recul avec soi-même et ses capacités et ne pas non plus se borner.

Il y a certains de mes poèmes que je ne toucherai plus jamais. Et d'autres que je pourrais changer, car ils mériteraient d'être retravaillés. Cependant, parfois, je ne veux pas changer un poème que j'ai écrit il y a dix ans. C'est ainsi que je vois mon évolution dans l’écriture.

Ce serait pareil pour la peinture, je pense que personne, vingt ans plus tard irait apporter des modifications sur leur premier chef-d’œuvre, de leur première toile, de leur premier coup de crayon. Il en va de même pour toute chose. Comme la nature, parfois, il faut savoir respirer.
Mais je sais qu’on se pousse, et qu’on nous pousse au meilleur pour satisfaire un public de plus en plus intransigeant.

N’oublions pas que nous ne sommes pas des machines, la fatigue nous gagne vite et le temps encore plus. Lorsque je vois jusqu’où l’on va dans la compétition, jusqu’à bafouer l’endurance dans le monde sportif, à tel point que l’on soumet les hommes aux dopages, je peux d’ores et déjà dire combien le perfectionnisme met à bout de force.
Que c’est navrant !

Il ne faudrait pas que le perfectionnisme entache le rêve sinon il deviendrait un vrai fléau.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le perfectionnisme, un fléau ?   Mer 16 Sep 2009 - 11:50

En fait, je ne sais plus qui si sur quel fil (peut-être celui-ci) faisait la distinction entre poésie et roman ; s'il est possible qu'une poésie sorte comme ça, spontanément, il n'en est pas de même avec un roman qu'il faut longtemps travailler pour le rendre acceptable.

Là encore, spontanéité et perfectionnisme ont leurs fonctions toutes trouvées.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le perfectionnisme, un fléau ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le perfectionnisme, un fléau ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le perfectionnisme, un fléau ?
» En finir avec le perfectionnisme
» Le perfectionnisme : ce défaut contre-productif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Philosophie-
Sauter vers: