Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dis Papa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astérisque
"J'étais pas là"
avatar

Nombre de messages : 1549
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Dis Papa   Jeu 24 Sep 2009 - 19:14

Retrouvée, spéciale pour Blood... Une "lettre ouverte"...

Dis, Papa,


Bien sûr, maintenant tu sais que je pense à toi souvent, mais tu vas sans doute être surpris par cette lettre bien que ce soit ton anniversaire. Enfin virtuellement ce serait le quatre-vingt treizième…En dehors des cartes postales convenues des vacances, il y a longtemps que je ne t'’ai gratifié de ma prose. Lorsque j’écrivais, pensionnaire, il y avait toujours un petit passage pour toi ; mais une grande épître spontanée, rien que pour toi, je ne l’ai jamais rédigée. Il était tacitement et généralement entendu que l’écrivain c’était Elle. Dès cette époque, Elle a filtrecodé le contenu de nos relations, étendant le procédé à toutes celles qui m’étaient à venir, j’étais si candide. Et pourtant…

Les choses importantes que j’avais à dire à des êtres chers, je les leur ai toujours écrites. Lorsque j’étais loin de la maison, tu ne peux pas savoir le plaisir que m’ont procuré tes petits mots griffonnés sur des billets de fortune ! La tendre et très simple sollicitude de leur contenu contrastait tellement avec ses missives qu’ils accompagnaient à l’occasion si modestement, mais si chaleureusement à mon cœur.

Et si, aujourd’hui, je m’autorise la forme de cette lettre ouverte, c’est parce que je sais ton admiration et ton respect pour la chose écrite. Admiration un peu intimidée autant que sincère de qui a dû quitter trop jeune une Ecole vénérée. Point de forfanterie ni d’exhibitionnisme convenus, cette singularité, tant à l’égard de ta souche maternelle que, plus tard, envers ceux que tu as nourris, tu l’as vécue dans la modestie sinon le secret. Le dernier livre que je t’aie vu dévorer avec passion fut cette biographie de Marie Curie que tu m’avais réclamée alors que tu étais déjà malade. Pourquoi ne t’avais-je pas proposé mes services auparavant ?… Je n’y avais, bien sûr, jamais songé. J’attendais toujours quelque chose de toi qui m’avais, dans la mesure de tes modestes moyens, toujours gâtée sans condition.

Je n’ai rien oublié de nos moments de complicité, de nos jardins secrets qui avaient la dimension des vastes collines boisées qui entouraient le village. Chaque saison renouvelait le prétexte de nos balades : trouver les meilleures châtaignes, me dévoiler tes coins secrets pour les morilles ou le muguet ; souvent il s’agissait simplement de ma santé… Elle, Elle s’en fichait bien. Heu…Elle faisait sa correspondance. Et, à mi-chemin de ces après-midi de marche quasi silencieuse dans la connivence, nous avions notre halte gourmande, à La Demi-Lune, dans une sorte de petite guinguette souvent déserte. La patronne était charmante, nous dégustions : toi, ton « ballon de rouge » et moi un très gros rocher en chocolat, souvent deux ! Tu parlais travail, clients… C’était la même cérémonie, le samedi soir au bourg, lorsqu’Elle faisait ses courses. Longtemps j’ai sacrifié à ce délice qu’Elle m’interdisait. Plus tard Elle m’a eue. Ses « nourritures spirituelles » se sont faites plus convaincantes et l’attrait de la librairie l’a emporté sur celui du chocolat. Et notre complicité s’est étiolée déjà…

De temps à autres, on allait à la chasse chez Emile. Ah, Emile ! Il était riche lui, il avait des terres lui… Mais il ne chassait pas. C’était chouette, surtout les deux dernières années, c’était juste avant la rentrée, juste avant que je ne rentre à la « Boite ». Je ne t’ai jamais dit que j’y emportais les parfums âcres et suaves de l’humus des sous-bois, du velours moite de tes vêtements, du cuir de ta gibecière imprégné du sang frais des animaux… C’était très incongru et délicieusement provoquant au milieu de ces cinquante lits proprets recouverts de la même cretonne…C’est bête, mais je ne t’ai jamais dit combien tu m’avais manqué là-bas, combien je m’étais sentie déplacée dans cet univers de vieilles bigotes. Et puis un samedi je suis rentrée et tu m’as dit qu’on n’irait plus à la chasse ; le dimanche précédant, faute de gibier suffisant, quatorze abrutis avaient tiré sur une biche… Tu as parlé de sauvages, je crois…Alors nos occasions de balades se sont encore espacées.

Il y a encore eu quelques vacances d’été. Elle disait qu’il était temps pour moi d’apprendre les tâches ménagères. Comme si je ne devais pas, depuis belle lurette, encaustiquer le couloir et la salle aux planchers pleins d’échardes. Et puis, ça je ne te l’ai jamais dit non plus, éplucher les légumes lorsque, petite, je rentrais de l’école, un mot m’attendant sur le coin de la table avec mon pain d’épices : « à jeter après lecture »… Elle avait ses réunions, la « Ligue ». Tu te souviens : lorsqu’Elle prononçait ce mot, son torse se redressait, son faciès se figeait de solennité, son ton perdait tout enjouement. Elle se trouvait in peto entourée de ces dames à particules dont les noms s’épanouissaient dans sa bouche, plus onctueux que les Jurançons de sa jeunesse, aussi gaillarde que reniée.

Alors, chaque fois que j’ai pu m’échapper, je t’ai accompagné sur tes chantiers. J’aimais bien t’écouter chanter, c’était attendrissant car tu roulais les « r », c’était désuet et délicieux, tu avais un timbre si doux, si moelleux. Et puis avec toi, pas de leçons de morale, tu ne m’as même jamais parlé de la petite fille et de sa mère que tu avais perdues lors du « Débarquement », alors qu’Elle et sa Première fille !… On riait comme des fous ; parfois, tu hélais une passante du faîte d’une toiture et, toi aussitôt re-caché sur l’autre pente, je m’embusquais derrière la cheminée pour la regarder se désarticuler le cou à chercher d’où venait l’appel ! Tout cela était bien innocent.

Plus en tout cas que tes copains de bistrot, et Dieu sait s’ils lui faisaient horreur : enfer et damnation ! Note que moi j’en avais un peu peur du bistrot lorsque, passant en bicyclette, je te savais dedans. Pire, il m’est arrivé de devoir aller y chercher une babiole prétexte lorsqu’Elle t’y savais présent, un peu trop longuement à son goût. Un peu « parti », parmi tes copains, je ne te reconnaissais plus. Ta connivence veule avec l’horrible gros René, le tenancier, me terrorisait : je me sentais alors désavouée. Souviens-toi, il disait ostensiblement en me désignant : « tiens, la fille du curé ! » ? J’aurais voulu disparaître. Et toi tu ne disais rien, tu te marrais stupidement. Là je t’en voulais, c’est sans doute la raison qui m’a fait prendre son parti, quoi qu’il m’en ait coûté ensuite.

Bien plus que toi, j’ai dû subir ses causes et ses boucs émissaires. Toi tu rentrais fourbu ou bien, de temps à autres, éméché ; tu écoutais les « informations », la « minute de Saint-Granier »…et, dès la fermeture du « Poste », le relais se faisait instantanément. Sa fougue oratrice s’enflammait pour le thème du jour : la cave du presbytère qui, de ce fait, menaçait ruine (la toiture, c’était pour ta pomme) ; la fille de Machin qui allait mal tourner ; la pauvre mère Trucmuche qui ne touchait pas de pension, mais à qui, sans vergogne, Elle faisait laver ses draps à la main ! Ce n’était pourtant pas faute que tu lui aies proposé une machine à laver : « Quelle horreur cet engin pour paresseuses ! »… Elle était Conseillère, membre du bureau d’aide sociale – Tu te rappelles aussi quand Elle a refusé la charge de Maire ?

Le plus souvent tu parvenais à la calmer, très momentanément, exception faite du dimanche. Le dimanche, c’était particulier : apéro le midi, une bonne bouteille en jouant aux cartes lorsqu’il y avait de la visite, en plus de l’ordinaire… Arrivé le soir, Elle insistait : « Si, si, mon Jeannot, tu vas reprendre un petit apéro, c’est dimanche ! ». Déjà que le midi tu avais dû patienter une bonne heure au-delà de la messe durant laquelle tu surveillais la cuisson du poulet ! Elle avait toujours tellement de choses urgentes à dire à ce bon monsieur l’Abbé…Moi, je me rendais compte que le dimanche soir aurait pu très bien s’achever sans cet ultime apéro qu’au reste tu ne demandais même pas…Et bien Elle, non. Et c’est ainsi que nombre de dimanches se sont terminés dans un climat de tension farouche…

Tu te souviens aussi de la répugnance qu’Elle affichait violemment à l’égard des sentiments manifestés par d’autres qu’Elle-même ? Que d’hystéries n’a-t-Elle pas dénoncées ? Et toujours ses revendications d’orgueilleuse indépendance, alors que sa subsistance même dépendait de toi…En fait j’ai compris depuis, mais si tardivement, à quel point Elle méprisait l’humanité toute entière. Elle a réussi à donner le change encore longtemps après que tu nous aies quitté. Et patatras ! Voilà qu’il y a trois ans la façade s’est effondrée. Et tous de se montrer sidérés : « comment est-ce possible une femme aussi intelligente ? ».

Et aujourd’hui, je te revois vrillant ta tempe de ton index puis haussant tes épaules navrées autant qu’impuissantes à contenir le flot de ses vociférations. Petite, je ne comprenais pas. Adolescente, j’ai pris son parti. Pense un peu : une femme comme Elle, Elle était si malheureuse avec un homme tel que toi… Après, j’ai été lâche… Lâche jusqu’à te laisser entre les mains de ce médecin « bien pensant » qu’Elle vous avait choisi et qui a refusé de t’administrer des antalgiques majeurs une semaine avant ta mort, sous le prétexte que tu ne criais pas, toi un trachéotomisé !… Aujourd’hui ce triste sire doit militer contre l’avortement, c’est son fond de commerce !

Et donc tu nous a quittés. Alors seulement j’ai compris…que je serais seule pour faire la route et que plus jamais personne n’aurait pour moi cette sollicitude pleine de tendresse. Dans les moments de désespoir, je me remémore ta phrase fétiche en pareille circonstance : « un jour, je prendrai mon balluchon et je m’en irai tout droit devant moi. ». Mais tu n’es parti que pour le grand voyage. Oh, on s’est encore bien compris, lorsqu’il a été question de nouvelle opération. Tu m’as dit que tu ne voulais plus, que tu voulais finir tes jours là, sous ton cerisier, en paix. Ca m’a fait mal, mais j’ai compris, tu étais au bout de ta route. Je ne sais pas , le temps venu, ce que je déciderai, ni si j’en aurai seulement l’occasion.

Depuis, j’ai pas mal erré, surtout dans ma tête ; jusqu’à ce soir d’hiver il y a trois ans, où cette brave vieille télé, par le biais d’un téléfilm anglais, m’a ouvert les yeux sur ce spectacle interdit que je connaissais si bien. Sa douleur, son mépris ont pris sens enfin. Heureusement pour moi, il était encore temps de la questionner. Elle m’a semblé soulagée sur le moment, mais bien vite son esprit s’est désintéressé de ce réel qu’Elle ne contrôlait plus. « Démence sénile » ont diagnostiqué les médecins. Sénile, sénile… et si j’avais pu entrer en analyse dans ma prime jeunesse ?…

Voilà où j’en suis, mon Papa. J’aime toujours autant le parfum des sous-bois, le bon vin et le rugby. Et si j’ai le plaisir de t’adresser cette missive c’est un peu grâce à Elle, malgré tout, qui m’en a imposé les rudiments et la discipline, qui mieux que toi pourrait le comprendre ?

Je t’aime
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Dis Papa   Jeu 24 Sep 2009 - 19:28

Chuuttt

Crying or Very sad

I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Astérisque
"J'étais pas là"
avatar

Nombre de messages : 1549
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Dis Papa   Ven 25 Sep 2009 - 2:08

Embarassed

bisou

Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dis Papa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dis Papa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Papa Wemba feat Ophelie Winter
» papa Wemba ?????? il a fumé la moquette ou koi??
» Un papa qui veut faire plaisir à son fiston
» Au diable Papa
» David de nouveau papa!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Zoé-
Sauter vers: