Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Questions de territoire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Questions de territoire...   Mer 30 Sep 2009 - 14:52

En m'intéressant à ce dont a parlé Farouche il y a quelque temps, le décodage biologique, je tombe sur cette notion que je trouve intéressante et qui m'interpelle :
le territoire.

C'est très animal comme idée, cependant ça pourrait bien être plutôt actif en nous, même si nous sommes des humains très évolués du 3ème millénaire...

Comment envisagez-vous ça ? votre "territoire", c'est quoi ? votre maison ? votre rue ? votre ville ?
Est-ce que vous défendez farouchement ses limites ? est-ce que vous vous sentez facilement envahis ?

Pour ma part, lorsque je jette un oeil rétrospectif sur les grandes lignes de mon histoire perso, je suis bien obligée de me rendre à l'évidence... la notion de territoire, notamment sa défense plus ou moins efficace contre l'intrusion, est au centre de pas mal de situations qui ont compté, et a conditionné pas mal de choses...
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Mer 30 Sep 2009 - 19:00

Ta question provoque chez moi deux réflexions.

1) Je vis depuis quelques temps dans un logement où notre "chambre" est dans le salon. N'étant pas dans ma forme la meilleure, j'en ai vraiment énormément souffert, à tel point que j'ai pris à un moment un studio pour arriver à me retrouver seule.

2) Au travail, j'ai été soumise à des personnes qui entraient dans mon bureau sans arrêt, sans frapper, sans me demander si j'étais dispo. Certains même me parlaient à travers les cloisons (fines). Petit à petit, j'ai fini par me sentir littéralement menacée, à tel point que quand je voulais être tranquille, je me réfugiais dans les... WC. Que dire des bureaux paysagers !

Alors oui. J'en suis arrivée à me dire que nous avons un réel besoin de territoire dans lequel nous sentir "en sécurité". Ce qui peut être très variable selon les gens, je pense.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Mer 30 Sep 2009 - 19:35

Oui le "corollaire" à la notion de territoire c'est la notion d'intrusion / invasion du-dit territoire.

Et tu introduis différents niveaux ou modes d'intrusion : sonore, physique, visuel....
Sur ces nuances-là aussi probablement il y a des différences d'une personne à l'autre.

Perso, le visuel me gêne pas mal, par exemple actuellement j'ai une maison avec un jardin, mais qui n'a aucune zone abritée des regards, il y a du vis-à-vis partout, et du coup je profite pratiquement pas de mon jardin....
Idem au bureau, je pense que ça me gênerait d'avoir du vis-à-vis.
J'imagine qu'il y a des gens qui s'en foutent peut-être.
Le sonore en revanche me dérange moins (sauf si c'est le marteau piqueur sous ma fenêtre à 4h du mat' évidemment * Mr. Green ), alors que je me rappelle de ma mère qui manquait devenir folle quand la voisine marchait sur son plancher dans l'appart du dessus.

Je pose quelques définitions pour alimenter la réflexion :

- un territoire implique l'existence de frontières ou de limites
- L'idée de territoire est en lien avec la notion d'espace
- Le territoire au sens politique a été défini comme « portion de l'espace délimitée pour exercer un pouvoir » (R. Sack)
Je pense que même si ça concerne le politique, on peut peut-être étendre ça au territoire en général, y compris le territoire personnel.
Dans son territoire, il y a l'idée d'être libre, et de pouvoir faire "ce qu'on veut" d'une certaine manière. Donc liberté et pouvoir.
Du coup ça élargit la notion de territoire zone de sécurité simplement.

Après, des questions comme ça que je pose là aussi pour l'instant :
quand le territoire est envahi (subjectivement et/ou objectivement), qu'est-ce qu'il faut faire ? chasser l'envahisseur ? commencer par réfléchir aux limites du territoire pour vérifier si elles sont vraiment valables ou bien si on les a peut-être un peu exagérées ?
défendre ? abandonner ? négocier ? se taire ? gueuler ? ....

y'a-t-il un moment où l'invasion est tellement forte que l'on peut avoir l'impression d'être purement et simplement dénié ?
à savoir est-ce que notre territoire va avec notre existence, ou la preuve de notre existence ?

est-ce que le territoire c'est forcément un endroit où on est seul ? qu'en est-il des territoires "partagés" (vie familiale par exemple !)
faut-il absolument disposer d'un endroit où l'on peut être seul ?
(moi perso, oui, j'en ai besoin, mais peut-être que ça dépend des gens...)

* ceci étant dit, à l'instant où j'écris ça je me souviens que j'ai parfaitement dormi pendant plusieurs nuits à Mexico, alors qu'il y avait des travaux dans la rue la nuit (parce que c'est impossible à Mexico de bloquer une rue la journée pour faire des travaux...)
Mais je ne me considérais pas dans mon "territoire"....
Je considérais que là où j'étais, à Mexico, c'était comme ça, on faisait des travaux à 4h du mat', ok, et moi j'avais besoin de dormir, ben je dormais. Point à la ligne.
Drôle quand même comme tout est question de la perception des choses...
Si ça avait été chez moi, je pense que ça m'aurait bien énervée... alors que là, même pas un sourcillement, ça faisait partie du paysage.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 10:05

Je relis justement un joli livre de R. Neuberger sur « les territoires de l’intimité ».
Il y parle de l’intimité corporelle et psychique que se construit l’adolescent dans la maison familiale qui lui permet de rêver d’ailleurs.
Puis, intimité d’un nouveau couple qui se construit un espace à deux.
Enfin, nouvelle intimité familiale entre parents et jeunes enfants.
Ce cycle de vie qui se répète voit jouer, les portes qui s’ouvrent et se ferment sur les différentes « chambres » d’une maison.

Le territoire intime varie beaucoup d’une personne à l’autre. Je ne sais plus quel architecte disait qu’actuellement dans un appartement, il n’existe que deux portes inamovibles : la porte d’entrée et celle des toilettes. Sinon le luxe est de jouer avec les autres cloisons et ouvertures. Moi qui vient d’une famille « nombreuse » et plutôt prude où chaque espace personnel était défendu âprement de toutes intrusions, j’ai été surpris lors de ma première rencontre avec ma belle-sœur qu’elle m’invite illico dans les toilettes pour que j’assiste et admire le pipi de son petit garçon. Ma galanterie m’empêcha de lui avouer mon trouble devant un tel manque de pudeur mais ma future femme me rassura sur le fait que c’était comme ça chez eux. On recevait les invités dans les toilettes !

Autre idée de territoire personnel qui serait un espace secret. Je suis étonné de combien les gens acceptent si facilement toutes les caméras de sécurité qui nous espionnent aujourd’hui. Chacun de nous doit bien être filmé quatre à cinq fois par jour (bien plus pour les citadins) et le syndrome de « Big Brother is watching you » ne semble pas toucher les jeunes générations.

Au travail, je souffre personnellement sur le fait qu’on soit entassé les uns sur les autres. Mais, beaucoup de mes collègues se plaignent des « distances » qui existent entre nous. La présence physique de l’autre étant à la fois recherchée et crainte.
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 12:56

L'architecture de Le Corbusier est tres interessante à ce sujet..
Revenir en haut Aller en bas
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 13:19

Tu peux en dire un peu plus Sbreccia ? Intéressante de quel point de vue ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 13:38

Sans doute ce serait faisable dans une autre culture, mais vu d'ici dans nos pays occidentaux et plus spécialement en France, disons même chez Ro ; oui, le territoire est important. Il se manifeste sous plusieurs formes ;

- Mon sac à mains est mon territoire et je ne supporterais pas que l'on y jette ne serait-ce qu'un coup d'oeil.
- Mon courrier, pardi, parce que c'est aussi privé.
- Ma session utilisateur sur ordi, s'assimile au courrier privé.
- Ma bagnole même, parce que sans elle je me retrouve en mobilité réduite.

Dans le lieu de vie, j'ai absolument besoin d'un endroit-territoire. J'ai connu un temps où à part les toilettes, il ne me restait pas grand chose pour m'isoler. C'était l'enfer. Il me faut un espace, j'y regroupe des éléments laissant le monde entier indifférent sauf moi, parce que c'est mon univers. Je m'y isole, je m'y ressource, j'y crée, enfin appelez-ça comme vous voulez, c'est l'endroit où "je" peut recoller ses morceaux en diverses circonstances pour divers buts.

La famille est mon territoire. Gare à qui va venir la perturber, d'autant plus qu'ayant enfin réussi à me dégager de l'élément perturbateur qui la disloquait et anéantissait chaque membre par voie de conséquence, je vous assure que j'ai bien appris à la reconstituer et à la protéger maintenant. Il se trouve que je suis devenue en quelque sorte le chef de tribu, vu la santé précaire de mes parents et la jeunesse de mes enfants. Je suis donc amenée à prendre des décisions, à faire office de conseillère, d'écouteuse, et ainsi de suite, d'appui, quoi. Donc pas touche famille, zone privée.

Mon jardin secret est mon territoire. J'ai envie de partager certaines choses et pas d'autres, ou de les partager partiellement. Je protège cet espace virtuel de toute intrusion et peux me montrer extrêmement animal-sauvage si on essaye de transgresser les limites.

Les plates-bandes comme on les appelle, peuvent aussi se situer sur le plan boulot. Certains trucs sont à partager, d'autres pas. Par exemple, je n'ai pas l'intention de me laisser dévaliser de techniques de fonctionnement par des rapaces prêts à tout bouffer en vous jetant dehors ensuite, à coups de pompe au cul. Je partage donc volontiers ce qui va apporter quelque chose à la vie du groupe du travail, mais je refuse qu'on me vandalise.

La notion de territoire est vaste et multiple !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Who

avatar

Nombre de messages : 498
Age : 30
Localisation : Sous un bourgeon géant.
Date d'inscription : 21/06/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 15:39

Personnellement, au lieu de territoire personnel, je parlerai plus de refuge, sans que je n'arrive vraiment à formuler la subtilité.

Quand j'étais seul dans mon studio à Poitiers, j'y étais bien. Je pouvais y recoller les morceaux comme dit romane. Ca n'empêchait pas que j'avais souvent des amis chez moi, mais au moins, la plupart du temps, j'étais peinard dans mon coin. Et qu'on me dise que je suis un asocial aigri parce que j'aime être isolé de temps en temps, rien à faire.

On en revient au problème de Vic, pourquoi les gens acceptent les caméras : je pense tout simplement parce qu'il y a dans la société un déni de ce besoin de "territoire". Quand on veut être seul de temps en temps, on est mal vu, on est suspect, on est inamical. Du coup, pour avoir l'air sympathique, on rejette inconsciemment ce besoin, et les caméra passent par là. On les accepte parce que vivre en société exigerait d'être toujours avec quelqu'un. Quand ils en viendront aux caméras de surveillance dans les maisons, ils joueront sur la corde du "on sera en contact permanent avec le monde, puisque le monde nous verra", c'est déjà pour ça que tout le monde met sa webcam dans une discussion, montrant ainsi une chambre dans laquelle on refuse parfois que quiconque entre. La caméra, c'est un lien social tellement anodin...

Quand je me suis installé avec Herljos, ca a été dur, justement parce qu'à deux (trois avec la boule de poils qui nous sert de chien =p) dans un studio, il n'y a plus vraiment de quoi s'isoler dans l'espace. J'ai fini peu à peu par avoir un nouveau territoire, la musique : quand j'ai mes écouteurs aux oreilles, c'est à vos risques et périls =p. Parfois, ça se passe bien, parfois, ça me fout en rogne d'être dérangé et je gueule. A défaut de m'isoler physiquement, je m'isole acoustiquement, je me laisse emporter par la musique, et j'ai l'impression que rien d'autre autour n'existe.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lecorridor.net
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 15:46

PS : je déteste les caméras. Elles sont atteintes à la vie privée, je déteste ça.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 15:50

Citation :
Personnellement, au lieu de territoire personnel, je parlerai plus de refuge, sans que je n'arrive vraiment à formuler la subtilité.

Pourtant c'est une subtilité qui me parait très intéressante !!
Et pour ce qui me concerne, cette nuance me parle beaucoup.

En fait, en lisant Romane, je suis déjà "admirative", et surtout assez surprise de constater finalement que je serais quasiment, au jour d'aujourd'hui, incapable de faire le même exercice. A savoir définir très fermement, faire la liste, de mes territoires.

Et c'est en te lisant Who que j'ai l'explication, parce que je n'ai pas de territoire jusqu'à aujourd'hui, je n'ai que des refuges.

Refuge implique une fuite (de mon point de vue), alors que territoire implique une occupation du sol et une présence.
Ca me semble tout à fait différent, y compris dans la perception de soi-même.

Autre chose, par rapport à la notion d'intimité, (bon normalement on ne fait interner personne suite à des trucs racontés sur ce forum, hein ? rassurez-moi... Laughing ) :
je me souviens très clairement à certaines périodes de ma vie, pas forcément si lointaines que ça, avoir eu le sentiment d'être "envahie" même dans des moments où j'étais absolument seule, avec plein d'espace autour, aucun regard sur moi, rien de perturbant, rien (en apparence).
Mais en dedans, mon "territoire" intérieur, j'étais littéralement envahie.
J'avais l'impression d'abriter une foule à l'intérieur de moi, et de ne pas avoir un seul endroit où me réfugier, là pour le coup, où je pourrais être seule en moi.
(Vic, rassure-moi, c'est un truc psy normal ça ? ou bien c'est le début de la schizophrénie ? Laughing )

Ceci pour dire que le territoire n'est pas nécessairement quelque chose de physique et matériel.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 15:58

C'est marrant cette notion de refuge. Dans les moments les plus pénibles de ma vie (je parle des moments où la relation avec le conjoint pose de gros problèmes) mon territoire lieu était indispensable comme un refuge, justement.
Alors qu'en temps normal, le même territoire lieu a simplement la fonction d'un espace privé du même ordre que ce que je nomme au théâtre "la bulle" (tends les bras et pivote sur toi-même, la bulle est constituée du cercle que tu formes bras tendus, et tu imagines l'idem de la tête aux pieds. Un espace symbolique qui t'appartient, que nul n'a le droit de franchir s'il n'y est pas invité. Au théâtre, dans cette bulle on se concentre, on se recentre, on fait travailler son imaginaire, sa créativité, puis on sort de sa bulle pour exprimer au groupe tout ce qu'on aura à exprimer). Un lieu indispensable, en somme, mais pas forcément vu sous l'angle refuge, puisqu'il n'y a pas de menace.

Citation :
je me souviens très clairement à certaines périodes de ma vie, pas forcément si lointaines que ça, avoir eu le sentiment d'être "envahie" même dans des moments où j'étais absolument seule, avec plein d'espace autour, aucun regard sur moi, rien de perturbant, rien (en apparence).
Mais en dedans, mon "territoire" intérieur, j'étais littéralement envahie.
J'avais l'impression d'abriter une foule à l'intérieur de moi, et de ne pas avoir un seul endroit où me réfugier, là pour le coup, où je pourrais être seule en moi.
Ce ne serait pas quand les autres envahissent la pensée, des fois par hasard ? Quand ils obsèdent, en quelque sorte.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 16:33

Citation :
Un lieu indispensable, en somme, mais pas forcément vu sous l'angle refuge, puisqu'il n'y a pas de menace.

Voilà. C'est ça qu'il faut que je trouve. Jusqu'à présent, il y a toujours eu une menace sous-jacente, même si je n'en ai pas eu conscience pendant longtemps.

Citation :
Ce ne serait pas quand les autres envahissent la pensée, des fois par hasard ? Quand ils obsèdent, en quelque sorte.

Pas uniquement.
En fait c'est plutôt le fait d'avoir le sentiment de ne pas être maître de soi, maître chez soi, entre autres parce que sa propre pensée est fabriquée de la pensée des autres exclusivement, un puzzle, un patchwork d'opinions, de logiques, de manières de voir, qui en réalité ne sont pas SOI, mais papa, maman, la grand-mère ou le grand-père.

C'était aussi un sentiment proche de celui que pourrait avoir, je pense, celui d'un roi qui sait qu'il est le roi, mais à qui le régent a piqué son trône et ne veut pas le lui rendre.
Le roi est comme un témoin impuissant de ce que le régent pousse son peuple et son royaume à faire et à vivre. Il sait qu'il est chez lui mais il ne peut pas exercer son autorité et sa place légitime.

Je me souviens aussi très clairement avoir eu un jour la sensation, véritable, presque palpable, d'enfin me retrouver seule chez moi.
Ca m'a fait à peu près la même chose que l'on ressent quand après une grande fête ou réunion qui s'est tenue chez soi, et qui n'en finissait plus, avec du bruit, pas d'espace de tranquillité, même pas d'espace assez calme pour penser, enfin tous ces gens partent.
On ferme la porte, et là il y a un très grand calme et on souffle très longuement. Enfin seul.....
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 16:41

Citation :
En fait c'est plutôt le fait d'avoir le sentiment de ne pas être maître de soi, maître chez soi, entre autres parce que sa propre pensée est fabriquée de la pensée des autres exclusivement, un puzzle, un patchwork d'opinions, de logiques, de manières de voir, qui en réalité ne sont pas SOI, mais papa, maman, la grand-mère ou le grand-père.
En somme, comme si tu t'interdisais de rentrer chez toi sous le prétexte que papa, maman, grand-mère et grand-père y auraient déposé des petits paquets au point de submerger tes propres meubles ?
Il suffit des fois de les ranger sur les étagères dans les meubles et de se dire qu'on va se servir de tel ou tel truc le jour où on en aura besoin, et qu'on est pas du tout obligé de les laisser au milieu du salon.
Parce que forcément, tout ce qu'on nous donne, on l'a chez soi (dans notre territoire).

Ceci dit, les objets encombrants intrusifs, j'ai trouvé le truc de les renvoyer à l'expéditeur. Cela m'est arrivé deux fois, ça soulage rudement, ça aide à retrouver le territoire débarrassé de ce qu'on n'y voulait pas. Il m'a suffi de dire : je te renvoie tels propos, ils ne me concernent pas, ils t'appartiennent. Et hop ! Territoire sauvegardé.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 17:09

Citation :
Ceci dit, les objets encombrants intrusifs, j'ai trouvé le truc de les renvoyer à l'expéditeur. Cela m'est arrivé deux fois, ça soulage rudement, ça aide à retrouver le territoire débarrassé de ce qu'on n'y voulait pas. Il m'a suffi de dire : je te renvoie tels propos, ils ne me concernent pas, ils t'appartiennent. Et hop ! Territoire sauvegardé.

Oui on peut le faire une fois qu'on a pris conscience de la présence et de la nature des objets encombrants intrusifs.

Ce qui va à mon sens (pour ce qui me concerne en tout cas) avec au préalable l'apprentissage de la notion de territoire.
Parce que pour définir l'intrusion, il faut définir le territoire. Sinon, tout est flou et c'est le bordel Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 17:31

Ah oui, évidemment...

Mais on sent bien où il démarre et jusqu'où il va, non ? Enfin je parle pour moi, donc j'ignore chez les autres si c'est la même chose.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 17:44

Romane a écrit:
Mais on sent bien où il démarre et jusqu'où il va, non ?

Non..... Laughing
Moi je suis incapable de définir mon territoire avec ses limites très claires comme tu l'as fait précédemment....
Faudrait que je m'entraîne d'ailleurs, après tout les limites c'est conceptuel, peut-être qu'en y pensant et en les définissant comme ça, elles finissent par apparaître, je ne sais pas...
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 18:16

sophiesuite a écrit:
Le sonore en revanche me dérange moins (sauf si c'est le marteau piqueur sous ma fenêtre à 4h du mat' évidemment), alors que je me rappelle de ma mère qui manquait devenir folle quand la voisine marchait sur son plancher dans l'appart du dessus.
Ce qui prouve bien que c'est très relatif puisqu'à un moment, j'ai dû habiter un endroit où je ne voulais absolument pas vivre, et le niveau sonore m'était une torture. Aujourd'hui, j'habite un lieu que j'aime, il est aussi bruyant et ça ne me pose aucune gêne.

Romane a écrit:
La famille est mon territoire.
Pourrais-tu préciser Romane. La famille (des êtres vivants donc) peuvent-ils être territoire. Et dans ce cas, n'y a-t-il pas lieu à surinvestissement nuisible pour les autres ?

Who a écrit:
J'ai fini peu à peu par avoir un nouveau territoire, la musique : quand j'ai mes écouteurs aux oreilles, c'est à vos risques et périls. Parfois, ça se passe bien, parfois, ça me fout en rogne d'être dérangé et je gueule. A défaut de m'isoler physiquement, je m'isole acoustiquement, je me laisse emporter par la musique, et j'ai l'impression que rien d'autre autour n'existe.
C'est marrant, parce que depuis quelque temps, ayant "quelques" problèmes d'insomnie, j'ai enfin trouvé un moyen radical pour m'endormir : au lit avec mon mp3 et mes écouteurs dans les oreilles. Radical !


Pour ce que dit Sophie, certaines personnes me conseillent d'aller me balader quand j'ai besoin de me sentir seule. Ou lire au bord du lac. Mais moi je sais que c'est inutile, parce dehors, je peux rencontrer n'importe qui n'importe quand. Je sais bien que c'est fort peu probable, mais c'est malgré tout un risque existant, et donc qui devient envahissant.


sophiesuite a écrit:
Romane a écrit:
Mais on sent bien où il démarre et jusqu'où il va, non ?
Non..... Laughing
Moi je suis incapable de définir mon territoire avec ses limites très claires comme tu l'as fait précédemment....
Faudrait que je m'entraîne d'ailleurs, après tout les limites c'est conceptuel, peut-être qu'en y pensant et en les définissant comme ça, elles finissent par apparaître, je ne sais pas...
Je crois que ça nécessite un sacré travail sur soi... Mais ça vaut le coup.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 19:10

Laurence a écrit:
Romane a écrit:
La famille est mon territoire.
Pourrais-tu préciser Romane. La famille (des êtres vivants donc) peuvent-ils être territoire. Et dans ce cas, n'y a-t-il pas lieu à surinvestissement nuisible pour les autres ?
Eh bien le coeur de ce que j'appelle famille (et que chaque membre appelle même "tribu") est constitué de mes parents, mes enfants et leur compagne. Nos liens sont épanouis, nous nous aidons les uns les autres, nous nous parlons beaucoup, personne n'interfère dans la vie de personne, bref chaque membre se sent en confiance parmi les autres.
Rassure-toi, nous ne sommes pas fermés au monde, loin de là, et les amis des uns sont très acceptés par les autres. Ce n'est pas un vase clos.
Seulement nous avons fait les frais du comportement de deux personnes indélicates qui n'ont pas hésité à tout mettre en oeuvre pour que les ponts soient coupés, et maintenant que nous nous sommes enfin bel et bien retrouvés et ce dans l'harmonie, nous sommes tous farouchement décidés à ce que plus personne ne vienne mettre la merde dans ces liens là.

Qu'est-ce que tu appelles surinvestissement nuisible pour les autres ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 23:22

Le territoire c'est énorme et c'est important pour soi, pour son intimité.
Le fait de penser que l'on ait un territoire est rassurant et donne une limite déterminant notre territoire à celui des autres.

Pour ma part, au travail, j'ai un lieu. Cela n'est pas un bureau, c'est une lingerie, mais c'est comme chez moi. D'ailleurs, je disais souvent, l'établissement où je travaille c'est ma maison secondaire. Que voulez-vous, j'y passe 36 heures dans la semaine. Alors, pensez-vous, ma lingerie c'est vraiment mon territoire et cela m'insupporte quand on y rentre sans frapper, pour moi c'est une intrusion.

A la maison, chacun a son territoire, ce sont les chambres.
Il n'y a pas longtemps, mon fils aîné est revenu vivre à la maison, il s'était proposé de dormir sur le canapé du salon. J'ai senti naître en moi comme un malaise. Mon fils a 22 ans, et ma chambre est attenante au salon séparé d'un rideau épais. Seulement, le rideau ça n'est pas une porte, et l'idée que mon fils aîné dorme dans le salon, le voir quand je me lèverai le matin n'était pas du tout envisageable.
Cependant, c'est tout aussi ennuyeux pour mon deuxième garçon (18 ans) qui doit partager sa chambre, car c'était devenu sa chambre depuis deux ans. Depuis, mon fils de 18 ans dort chez un copain tous les soirs.
C'est parfois compliqué quand les logements sont petits et qu'il manque une pièce pour chacun, surtout lorsque arrive l'adolescence et l'âge adulte.

Après, je rejoins Romane. Chacun son courrier. Chacun sa session, voire chacun son ordinateur et son téléphone portable. Mais cela peut aller plus loin, c'est-à-dire jusque dans les vêtements et surtout les sous vêtements lors des lessives.

Pour parler d'autre chose en matière de territoire.
Avez-vous remarquez combien nous sommes souvent maître-possèdant des lieux. Par exemple, sur un parking, vous cherchez une place et vous en voyez une ; là, quelque chose se passe, cette place devient subitement la votre, c'est comme si vous possédiez déjà ce morceau de territoire et vous "foncer" jusqu'au moment où une autre personne aussi a vu cette place qui est "devenue sienne". Alors souvent, comme on est des gens civilisés, on ne se heurte pas parce qu'on s'est fait prendre notre "place*" .
Mais qui n'a jamais assisté à ces coups de klaxon, des coups de gueule comme quoi la personne était là avant vous, comme quoi c'était SA place.

Le territoire ce sont des choses que l'on possède :

Il y a longtemps, dans un documentaire, il était expliqué que lorsque les gens font les courses dans un hypermarché, s'il est déclenché une alerte incendie, le chariot ou tout ce que nous avons entre les mains sort avec nous (sans pour autant payer). Nous avons tendance à partir avec tout ce qui nous appartient, sans aucun doute tout ce qui nous est cher à nos yeux.

D'ailleurs, si Vic le veut bien et si ça n'est pas considéré comme du hors sujet ; il pourrait expliqué ce qu'il se passe chez les enfants d'environs deux/trois ans (si je ne me trompe pas), l'âge ou l'objet qu'il a entre les mains lui appartient, il s'avère que très souvent celui-ci pleure ou fait un caprice quand il doit rendre ce qu'il a pris pour jouer avec à l'autre enfant.


Dernière édition par Rosacée le Jeu 1 Oct 2009 - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Jeu 1 Oct 2009 - 23:30

C'est très intéressant, Ro, ton concept de "bulle", ce que j'appellerais moi "espace vital". Le mien a énormément évolué avec le temps, je trouve cela bizarre quand on y pense.
Quand j'étais ado et jeune adulte, on ne pouvait que difficilement m'approcher. Ma "bulle" s'étendait à tout l'espace délimité par mes bras ouverts et jambes tendues, sans doute parce que j'étais légèrement parano, et tout ce qui pouvait être à portée d'une défense active constituait pour moi une menace. J'étais excessivement bagarreuse, on m'a fait faire du karaté pour me calmer, et je dois dire que je suis devenue plus prudente après quelques bonnes corrections par mes profs (mais encore plus parano). Il n'était pas possible de toucher mes cheveux, qui étaient très très longs, sans déclencher une réaction plutôt vive.
A bien y réfléchir, cela était du sans doute à l'attitude envahissante de ma mère, qui ne me laissait aucune intimité, rentrait dans la salle de bain quand je me lavais, et prenait même la liberté de vouloir aussi entrer aux toilettes (elle faisait un cirque quand je les fermais, et restait derrière à me parler jusqu'à ce que je sorte). On est pudique quand on est ado, ces intrusions perpétuelles, physiques mais aussi morales puisqu'elle fouillait aussi ma chambre régulièrement, m'ont poussée à me fermer et à adopter une attitude défensive très longtemps.
Il a fallu un certain nombre de facteurs, le fait de couper les ponts avec ma mère surtout, mais aussi le fait de trouver un épanouissement au travail, d'aller plus volontiers vers les gens, d'aimer sincèrement un homme et de souhaiter sa proximité physique, tout cela a réduit mon besoin "d'espace vital".
Et puis j'ai vécu seule longtemps. La vie de couple a été très difficile pour moi : même quand on est amoureux, vivre dans un même lieu, et donc se gêner parfois, m'a toujours été pénible. Alors quand on n'est plus amoureux...
Bref, je revis seule, et ce "territoire" constitue pour moi aussi un "refuge". Je ne pourrais jamais vivre en colocation...
J'avoue aussi que la pratique de la danse m'a rendue volontiers plus "tactile" : avec les filles on se papouille, on se bisouille, on se pince les bourrelets. J'accepte le contact maintenant, je le recherche même.
Mais j'ai gardé un fond de prudence, je n'aime pas qu'on s'approche trop près de moi sans avertir...
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Ven 2 Oct 2009 - 0:16

Romane a écrit:
Qu'est-ce que tu appelles surinvestissement nuisible pour les autres ?
Tu dis "Il se trouve que je suis devenue en quelque sorte le chef de tribu, vu la santé précaire de mes parents et la jeunesse de mes enfants. Je suis donc amenée à prendre des décisions, à faire office de conseillère, d'écouteuse, et ainsi de suite, d'appui, quoi. Donc pas touche famille, zone privée"
Est-ce que ça ne peut pas être trop ? Étouffant pour les autres (et que dire pour toi) ?
Je pense à ça car j'ai quitté quelque mois le domicile familial. Il se trouve qu'avant, je projetais énormément mes traumatismes d'enfant sur ma fille, et donc je pense que je l'étouffais. Je ne le souhaitais pas et elle ne me le disais pas. Je ne suis même pas sûre qu'elle en était consciente. Toujours est-il qu'à partir de mon départ, nos relations ont changé, se sont détendues, sont devenues plus authentiques. Je les ai vues se transformer sous mes yeux.
Aujourd'hui, je suis de retour. Mais les choses sont définitivement différentes. Elle n'est pas mon territoire. Elle est elle.

Je ne sais pas si c'est très clair ? Il est tard...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Ven 2 Oct 2009 - 0:16

Tu décris bien ce que j'appelle "la bulle", Blue, au point que l'exemple de tes cheveux est significatif ! Et on comprend pourquoi, parce que tu me vois ahurie des intrusions à répétition de ta mère, jusqu'aux toilettes. Alors ça... !!

Rosacée, tout à fait d'accord avec toi pour l'espace-oxygène dans les appartements (ou petites maisons). Hyper important, sinon il ne reste plus que les espaces collectifs et on se retrouve moins bien, voire pas du tout (soi-même je veux dire) !

Par contre, la place de parking n'est pour moi qu'une place vacante, celle là où une autre n'a pas d'importance, à mes yeux.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Ven 2 Oct 2009 - 0:24

Laurence a écrit:
Romane a écrit:
Qu'est-ce que tu appelles surinvestissement nuisible pour les autres ?
Tu dis "Il se trouve que je suis devenue en quelque sorte le chef de tribu, vu la santé précaire de mes parents et la jeunesse de mes enfants. Je suis donc amenée à prendre des décisions, à faire office de conseillère, d'écouteuse, et ainsi de suite, d'appui, quoi. Donc pas touche famille, zone privée"
Est-ce que ça ne peut pas être trop ? Étouffant pour les autres (et que dire pour toi) ?
Je pense à ça car j'ai quitté quelque mois le domicile familial. Il se trouve qu'avant, je projetais énormément mes traumatismes d'enfant sur ma fille, et donc je pense que je l'étouffais. Je ne le souhaitais pas et elle ne me le disais pas. Je ne suis même pas sûre qu'elle en était consciente. Toujours est-il qu'à partir de mon départ, nos relations ont changé, se sont détendues, sont devenues plus authentiques. Je les ai vues se transformer sous mes yeux.
Aujourd'hui, je suis de retour. Mais les choses sont définitivement différentes. Elle n'est pas mon territoire. Elle est elle.

Je ne sais pas si c'est très clair ? Il est tard...
Ah oui, je vois. Non, ce n'est pas pesant, ni pour eux, ni pour moi. Je visualise ça comme "la roue qui tourne" comme on dit. On arrive à une charnière de vie où la solidité du raisonnement est plutôt chez moi, d'une part par la fragilité grandissante de mes parents, d'autre part parce que mes jeunes n'ont pas encore la maturité bien ancrée bien qu'ils se débrouillent pour l'un complètement, pour l'autre très prochainement.
Ce n'est pas pesant, c'est comme dans un couple, ni plus ni moins ; quand l'un est en péril, l'autre a l'épaule solide, et réciproquement.

En cela, chacun est ce qu'il est, aucun de nous ne bouffe les autres. J'ai un oeil attentif, non intrusif.
Il y a quelques jours, mon plus jeune fils me disait qu'il envisageait de prendre un appartement. Moi, ça me gênait parce qu'ils ne sont pas encore bien assis dans leur situation, lui et sa copine. Nous en avons parlé, puis ils ont pris le temps de réfléchir, et la conclusion est que effectivement, il y a d'autres impératifs avant de se lancer. Nous vivons sous le même toit, mais je ne me mêle pas plus de leur organisation qu'eux de la mienne. Ils ont décidé d'un commun accord de commencer par le début, plutôt que se lancer à l'envers. Cela obligera à un peu plus longtemps de vie commune, mais quand ils se lanceront, ils seront plus solides à tout point de vue. Et comme tout se passe bien ici sous le même toit, cela n'est pas pesant.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Ven 2 Oct 2009 - 0:34

chinois
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Questions de territoire...   Ven 2 Oct 2009 - 0:44

Alors justement, comment ça se passe quand on vit à trois dans une toute petite maison, qu'on est deux générations différentes ?

Simple. On n'arrive pas toujours à se concerter pour certains détails (c'est dire si on se fiche la paix point de vue organisation). Ce qui donne que des fois, on fait les courses en même temps mais sans savoir que l'autre les fait aussi. C'est comme ça qu'on se retrouve avec 4 mottes de beurre et des légumes à gogo. Qu'à cela ne tienne : on les cuisine, qu'importe du moment qu'on mange tout sans rien perdre.
Le premier qui arrive devant le bac à linge plein met la machine à tourner. Les bras les plus solides oeuvrent aux travaux les plus difficiles. Il m'arrive de rentrer et de trouver la maison dans une soirée poker, autant qu'il arrive à mes jeunes de rentrer et de trouver des invités autour de la table. On s'en fiche, c'est chouette, ça ne dérange personne. Quand il est arrivé l'an dernier que quelques jeunes soient vraiment un peu bruyants, je suis allée les voir en le leur disant sur le mode humour, il n'y a jamais eu de problème, tout le monde y met toujours du sien. Je ne me sens jamais envahie, mon espace est respecté autant que je respecte le leur et les lieux communs sont comme leur nom l'indique : collectifs. Il y a beaucoup de passage, chez moi, et alors, c'est génial, non ?

Il fut un temps où nous vivions dans une maison plus spacieuse (certains d'ici l'ont connue). Je m'y sentais bien plus étriquée, mon fils aussi. Quant à sa copine, elle passait furtivement par la fenêtre de sa chambre quand ils voulaient se voir. Je déteste cette période là, c'était nul.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Questions de territoire...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Questions de territoire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Questions de territoire...
» Comment se protéger et faire du territoire contre un style de jeu agressif + autres questions
» Petite questions entre amis!!!
» Questions pour un champion
» Questions techniques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: