Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alessandro BARICCO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Alessandro Baricco - "City" (*)   Dim 4 Sep 2005 - 16:19

Vous n'y couperez pas, je ne peux pas m'empêcher d'arriver avec un Baricco entre les doigts. Il est l'un de mes auteurs favoris-chéris, un de ceux qui me donnent l'envie de les relire sans m'en lasser.

"City" (Folio - Traduction Françoise Brun)

Je ne pourrais mieux le définir en disant qu'il s'agit de plusieurs histoires dans une histoire. Sur le fil conducteur de la rencontre d'un enfant surdoué et d'une jeune femme, on entre dans plusieurs mondes. Celui de l'imaginaire de ce gamin pas comme les autres, rempli de personnages étonnants comme un géant, un muet, un coiffeur qui coupe gratuitement les cheveux un jour par semaine, un professeur, un entraîneur de foot...
On entre aussi dans un western, dans l'atmosphère des combats de boxe, dans la philosophie, dans l'aventure.

Le tour de force de l'auteur réside dans le fait de mener le lecteur d'un monde à l'autre dans une précision telle qu'on sent puissamment l'atmosphère de chacun de ces lieux bien particuliers. Tout est vrai, les détails surprennent, je m'y suis crue !

Sa faculté de passer du style dialogue au style décousu de la pensée, en passant par des descriptions non barbantes me sidère.

Il y a notamment un "traité sur la pensée" écrit par le personnage "professeur", pure merveille. Il part du "formidable bordel" qu'est la pensée naissante dans l'esprit, pour arriver au constat que les mots sont des armes avec lesquels les hommes s'entretuent, dans une description de l'évolution d'une précision qui me laisse sur le cul.

Je reviendrai sur le sujet. Wink


Dernière édition par le Ven 24 Nov 2006 - 15:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Lun 5 Sep 2005 - 1:03

Extrait sous forme de bribes

1- Les hommes ont des idées
(...) les idées sont des apparitions provisoires de l'infini. Les idées "claires et distinctes", c'est une invention de Descartes, c'est un attrape-nigaud, ça n'existe pas les idées claires, les idées sont par définition obscures, si tu as une idée claire, ça n'est pas une idée.

2- Les hommes expriment des idées
(...) Quand tu exprimes une idée tu lui donnes un ordre qu'à l'origine elle ne possède pas. D'une certaine manière, tu es obligé de lui donner une forme cohérente, et synthétique, et compréhensible par les autres. Tant que tu te contentes de la penser, elle peut rester le merveilleux bordel qu'elle est. Mais dès que tu te décides à l'exprimer, tu commences à écarter telle chose, é résumer une autre partie, à simplifier ceci et à couper cela, à ordonner le tout en lui donnant une certaine logique : tu la travailles un peu, et pour finir tu as quelque chose que les gens peuvent comprendre. Une idée "claire et distincte". Au début tu essaies de faire les choses bien : tu essaies de ne pas jeter trop de choses, tu voudrais sauver tout l'infini de cette idée que tu avais dans la tête. Tu tentes le coup. Mais eux, ils ne t'en laissent pas le temps, ils sont là après toi, ils veulent comprendre, ils t'agressent.
(...) Avec une vitesse impressionnante tu penses seulement à la rendre la plus dense et la plus forte, pour résister à l'agression, pour qu'elle en sorte vivante, et tu utilises toute ton intelligence pour en faire une machine inattaquable, et plus ça te réussit, moins tu t'aperçois de ce que tu es en train de faire, ce que réellement tu es en train de faire en ce moment, c'est perdre le contact peu à peu, mais à une vitesse impressionnante, avec l'origine de ton idée, avec le merveilleux bordel infini et instictif qu'était ton idée, et ceci dans le seul misérable but de l'exprimer et autrement dit de la fixer d'une manière suffisamment forte et cohérente et raffinée pour résister à l'onde de choc du monde autour, aux objections des gens, à la figure obtuse de ceux qui n'ont pas bien compris...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Lun 5 Sep 2005 - 14:35

Mais ce ne sont plus des idées. Ce sont des détritus d'idées organisés d'une main de maître pour devenir des objets très solides, des mécanismes parfaits, des machines de guerre. Elles ont juste une parenté lointaine avec ce merveilleux et infini bordel d'où tout avait commencé, mais c'est une parenté presque imperceptible, comme un parfum lointain. En réalité c'est rien que du plastique, de l'artificiel, aucun rapport avec la vérité. (...)

3- Les hommes expriment des idées qui ne sont pas les leurs
Elles ne sont plus les leurs. Elles l'étaient. Mais très rapidement elles leur échappent des mains et devienent des créatures artificielles qui se développent de manière quasi autonome et qui ont un seul objectif : survivre.
(...)
Elles étaient des apparitions ; elles sont maintenant des objets dont l'homme s'empare et qu'il connaît à la perfection, mais dont il ne saurait pas dire d'où elles viennent ni au bout du compte quel diable de rapport elles peuvent bien avoir désormais avec la vérité. D'une certaine manière ça n'a même plus tellement d'importance pour lui. Elles fonctionnent, elles résistent aux agressions (...) L'homme les regarde (...) Tôt ou tard, c'est inévitable, il apprend qu'on peut les utiliser pour combattre. Il n'y avait jamais pensé avant. Elles étaient des apparitions : il avait juste eu envie de les montrer aux autres, rien de plus. Mais avec le temps, plus rien de ce désir originel ne subsiste. Elles étaient des apparitions : l'homme en a fait des armes.


Cette partie du bouquin de Baricco m'interpelle énormément.
Je suis frappée par les difficultés de communication que rencontrent les hommes, malgré les moyens mis à sa disposition. Interprétation de nos idées dans le choix des mots pour les dire, interprétation de l'interlocuteur, incompréhension quasi constante, mur, solitude.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Mar 10 Jan 2006 - 2:20

Histoire de présenter l'auteur :
http://perso.wanadoo.fr/mondalire/baric.htm#bio

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Ven 13 Jan 2006 - 19:56

Je suis un peu désolé, j'ai essayé deux fois de me plonger dans cet auteur, notamment avec City. Je n'accroche pas , je suis gêné par l'impression que j'ai qu'on passe souvent d'une chose à l'autre, à la fin je ne sais plus trop ce qu'on "raconte", de quoi on parle et pour moi ça perd en intérêt. Ce n'est que mon impression.
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Sam 14 Jan 2006 - 5:40

City est l'exemple type de ce que tu cites. Quand je l'ai lu, j'ai eu l'impression de lire des histoires dans une histoire. Personnellement, c'est ce qui m'a plu ; cette dextérité à passer de la tête des personnages à leur vie réelle, de leurs rêves à leur quotidien. Boxe, foot, western, petit traité sur la pensée (une merveille), etc.... un peu comme un grand coffre rempli de boîtes plus petites, chacune recélant un trésor différent.

Novecento est différent, on ne peut pas s'y perdre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/


Dernière édition par Romane le Dim 24 Jan 2010 - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Fulminou
Futur Banni *
avatar

Nombre de messages : 2138
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Sam 14 Jan 2006 - 15:51

City m'est tombé des mains très vite. Le style, sans doute, ou le style du traducteur. Une sorte d'allergie. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Sam 14 Jan 2006 - 21:35

C'est possible. Il utilise plusieurs styles d'écriture et notamment dans City, l'écriture automatique en certains passages.
Faut arriver à passer d'un style à l'autre, d'une histoire à l'autre, d'une atmosphère à l'autre.
Ça peut ne pas plaire à tout le monde.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Fulminou
Futur Banni *
avatar

Nombre de messages : 2138
Date d'inscription : 11/07/2005

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Mar 17 Jan 2006 - 16:13

Romane a écrit:
Extrait sous forme de bribes

1- Les hommes ont des idées
(...) les idées sont des apparitions provisoires de l'infini. Les idées "claires et distinctes", c'est une invention de Descartes, c'est un attrape-nigaud, ça n'existe pas les idées claires, les idées sont par définition obscures, si tu as une idée claire, ça n'est pas une idée.

(...)

C'est Barricco qui s'exprime, ou il fait dire ça à un personnage ? Le roman est entièrement à la deuxième personne ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Mar 17 Jan 2006 - 16:21

Il fait dire ça à son personnage.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Alessandro Baricco   Dim 2 Juil 2006 - 10:14

Imaginez un instant, un individu captivé par l’œuvre monumentale de Géricault « le radeau de la méduse »
Imaginez cet homme, écrivain, absorbé par la toile, humide des embruns salés suintant les corps des survivants damnés.
Imaginez la peinture marine, engloutir le visiteur, l’espace des jours à suivre, imbiber le curieux de l’histoire tragique des entre las de rescapés épuisés.
La mer porteuse de promesses tout autant qu’elle puisse être sanctuaire ou orgiaque vivante monstrueuse à la surface peinte par l’infortune rescapée. Les esprits marqués par l’horreur ont goût de poison.
Lorsque profondeur des lames restent croûtes picturales, l’indescriptible mouvement, l’irascible perpétuel vacarme étourdissant des goûts de mort en bouche que la soif avilie, restent les yeux pour pleurer ceux qui percent l’imaginaire des profondeurs abyssales.
Restent un écrit vain, à la recherche des mots purs, au point d’en élaguer fioritures, lourdeurs pataugeuses.
N’imaginez rien finalement et partez sur une plage déserte avec pour seule compagnie, celle de votre âme, élément terre, envahit d’immensité car l’eau c’est en mer qu’il faut boire sans retenue.
La bête humaine dévoreuse de cadavres mous, réunit par le sang des morts, l’antéchrist nous rapproche de l’ignominie écœurante au secours des vies hachées menues, le souvenir des soupirant laisse un goût à mer.

Une œuvre pour l’œuvre, Alessandro Baricco est un peintre incontestable, à la plume garni de mots images que son ouvrage sublime à chaque page.

Et si l’univers de la mer tenait dans une larme ? (bertrand-môgendre)


Dernière édition par le Mar 10 Oct 2006 - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Dim 2 Juil 2006 - 10:25

Baricco, on adore ou pas du tout. Désolé , moi je n'entre pas dans cette écriture. J'ai abandonné le livre: toujours l'impression de trop de choses disparates juxtaposées. Je n trouve pas le lien.
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Dim 2 Juil 2006 - 10:59

Comme ode joyeuse, changez de cap.
Conjugaison au temps passif des verbes amers, sévit par tant de sujets dévots, qu’à tout lieu d’accès se conjuguent l’objet de cette complainte lancinante.
L’eau c’est en mer qu’il faut lire, la transparence des fonds sans fonds, ou la force des vagues creuses, mouvantes, calmes et furies à la fois.
Car l’eau c’est face à terre, l’aidant de travers, le sourire bien au milieu des vies sages des pensionnaires réunis dans une maison gîte.
Les personnages d’élucubratives imaginaires, donnent à l’exercice littéraire tout autant d’amoncellement ludiques, qu’aficionadoses séquentielles.
Elisewin a besoin d’ailes, avant que la mort ne vole son envie de lutter.
Cette petite fille épuisée, en silence supplie son père pour des bains nourriciers, espérant trouver grâce, entre l’écume légère et l’onde lisse. L’eau vive guérit les indomptables désespérances chagrines comme seule ressource vitale, énergisant les fonctions malades trop longtemps endormies.
La vérité est elle inhumaine (page 62), la soif de vivre s’étanche au bord d’elle, avant d’y plonger, la jeune pucelle flanqué de son air câlin lui trouvera le goût vivant d’une noyade comblée d’hébétitude.
Nous y trouvons un marin, esclave blanc muet africain devenu jardinier au service d’un amiral retraité collecteur officiel des aventures maritimes de tout bord. Dissociant le vrai du faux, l’historien du royaume arrange méthodiquement dans les livres sa subjectivité impartiale.
Bien en peine de trouver la fin de la terre, en limite même de l’océan, un chercheur observe le mouvement incessant du liquide sur le granulé des plages en sablées.

Sinon molinet tente « sans sang » du même auteur, ou « Soie », tu auras vite fait de trouver le lien dans une histoire courte, qui j’espère ne te décevra pas.
Et regarde longtemps ce tableau "le radeau de la méduse", pour trouver dans l'écriture de Baricco, son interprétation tout à fait fulgurante.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Dim 2 Juil 2006 - 11:06

L'un de mes préférés dans la mesure où les bouquins de Baricco m'ont subjuguée. Tous !!!

Encore une fois j'y trouve l'alchimie écriture/musique et dans l'écriture à la fois humour et poésie.
Baricco m'emporte décidément vers le monde du rêve, de la magie et de l'émerveillement. Son imaginaire colle avec ce qui me plaît.

L'image de ce peintre à l'ouvrage dans l'océan... et la visite de sa galerie sont un délice. Quant à l'épisode central du radeau, d'une cruauté remaquablement décrite.

C'est décidé ; si Baricco me demande en mariage, je dis oui.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: sans sang de Alessandro Baricco(*)   Sam 29 Juil 2006 - 17:07

Avec un goût de brûlé dans la bouche, la petite fille de ce roman, crache les cendres de ses morts.

Son enfance vécu en silence, elle devint femme lorsque son père adoptif la vendit au jeu de carte comme pièce maîtresse lui évitant la faillite.
Forcée d’être mère, elle garde toujours la nuit, près de son cœur endolori, les genoux repliés hauts, pour se protéger du froid de l’oubli.
Tant que rester vivante, l’horreur des souvenirs, la vengeance pigmente le parcours de son existence de veuve.
Une illustration de l’œuvre diabolique de la guerre qui suicide à petit feu les survivants des batailles obsolètes.
Alessandro Baricco exprime la désespérance d’un jeune tortionnaire qui ne désire plus rien, que de recevoir à son tour la sentence qu’il mérite.
C’est l’histoire troublante d’une amnésique reconstruisant son passé grâce aux paroles repentantes ou non, des exécuteurs de son père.
Ainsi allégée de son fardeau et débarrassée de ses fantômes, la femme pourra enfin dormir en paix.

Baricco malaxe les sentiments entre aime et haine, car le monde sans haine est à la mode.
J’aime l’onde comme promesse d’évasion de cet océan cruel gonflé des réalités quotidiennes.(bertrand-môgendre)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
voilier67

avatar

Nombre de messages : 438
Age : 55
Localisation : Alsace et Sud-Ouest pour le coeur
Date d'inscription : 01/06/2006

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Sam 26 Aoû 2006 - 23:55

[b]Soie[/b]

Je viens de terminer la lecture de ce petit bijou... l'écriture est vraiment très belle, l'histoire pleine de délicatesse et de poésie... et effectivement, la lettre incroyablement écrite !
J'aime le style. Les phrases courtes. Les effets de répétitions. L'écriture est simple sans être simpliste.
2 belles heures passées en compagnie d'un écrivain dont je lirai probablement d'autres écrits. Probablement "city" pour suivre l'un de tes récents conseils.
Cela donne envie d'écrire.... bisou
Revenir en haut Aller en bas
http://www.olivier-goujon.com
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Sam 5 Juil 2008 - 2:39

Au sujet de Sans sang

Il faut que je réponde car j'ai A-do-ré ce livre ; court, précis, impeccablement dur et beau.
La petite fille devenue femme sublime d'un âge respectable m'a émue à un point inimaginable...une petite fille si vulnérable qui se protège comme elle peut en projetant une image parfaite de son corps et de ses vêtements, avec la pensée magique que la perfection la sauvera, que la beauté anihilera toute l'horreur qui se déroule au dessus d'elle...
Toute sa vie elle a souhaité entendre son histoire, pour cela il lui faut trouver le bourreau de sa famille et exiger de lui qu'il mette des mots sur ses actes...mais lui n'attendait qu'elle, pour être délivré par la mort de ses remords. Cette femme est implacable, elle va jusqu'au bout de sa vengeance par l'amour, elle veut l'annulation de l'acte criminel et seul l'amour peut réaliser cette transmutation, cette tranfusion.
Une image qui s'impose à moi : une blessure cautérisée par une lame chauffée à blanc.
Ce personnage de femme est puissant dans sa fragilité, personnage si bien compris qu'à un moment je me suis étonnée qu'un homme en soit l'auteur.
Formidable cet auteur !
Du coup, j'ai acheté tous ses livres.


Dernière édition par Alizé le Ven 29 Jan 2010 - 20:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Sam 5 Juil 2008 - 5:17

J'aime beaucoup Baricco mais n'ai pas encore lu ce livre. Je vais y remédier bientôt surtout que je l'ai acheté récemment.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Sam 5 Juil 2008 - 5:19

Tous les livres de Baricco sont époustouflants, tous. Poésie et originalité au rendez-vous, à ne pas manquer parce qu'il en vaut vraiment la peine. Le truc en plus, c'est qu'il est encore jeune, et qu'on peut alors se dire qu'il va encore écrire pour notre plus grand plaisir. N'hésitez pas. Filo, tu devrais l'aimer, j'en suis à peu près sûre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Alessandro Baricco   Mer 1 Oct 2008 - 13:41

Cette histoire-là

C'est l'histoire de la vie d'Ultimo Parri, histoire qui se déroule à travers le XXe siècle et démarre par la course Versaillles-Madrid de 1917...mais ce livre est plus qu'une histoire d'automobile ; la route d'une vie nous y est magistralement contée encore une fois par Baricco.

Un passage au hasard :

"...Alors écoute moi bien.

Les ovales, c'est là où courent les chevaux. Les automobiles vont sur les routes et les routes vont à travers le monde. Et les courbes qu'elles peuvent suivre sont infinies. Tu la vois, cette merveille ?

Maintenant tu enlèves du monde. Des arbres contre lesquels on va se fracasser, des gens qui traversent la rue, des croisements que personne ne peut passer son temps à contrôler, des charrettes qui circulent, de la poussière et du bordel. Tu prends uniquement cette merveille, le geste propre qui fend l'espace et le temps, la main de l'homme sur le volant qui redessine la trace de la route, et qui l'absout. Et tu la mets au milieu de nulle part. Tu me suis ?

Plein de virages et de courbes...toutes les courbes que j'ai vues dans ma vie. Les contours du monde. Au milieu de nulle part.

Tu démarres, et tu pars. Et tu tournes. Tu tournes jusqu'à ce que toutes les coubes disparaissent dans un geste unique qui commence et qui finit au même endroit, et qui disparaît à l'intérieur lui-même. Alors ça te semblera un cercle parfait, clos et parfait. Toute la vie dans un cercle. Mais il est dans ta tête, le cercle, pas en réalité. Il est seulement à l'intérieur de toi.
Je ne sais pas.
C'est une sensation.
Oui, peut-être.
C'est cette chose-là.
Oui.


Dernière édition par Alizé le Jeu 2 Oct 2008 - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Jeu 2 Oct 2008 - 12:10

Figure-toi que je ne l'ai pas encore lu, bien que je me le sois procuré dès sa sortie, et pourtant dieu sait que Baricco est l'un de mes auteurs chéris préférés adorés.
J'ai hâte !

Je relis l'extrait que tu as posté. Toujours le même ravissement, et cette merveilleuse sensation d'entrer dans une autre dimension faite à la fois de rêve et de poésie.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Thimothée

avatar

Nombre de messages : 456
Localisation : haute-loire
Date d'inscription : 10/06/2009

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Mer 17 Juin 2009 - 16:14

De lui, j'ai lu "constellations" livre qui m'a dirigé vers Walter Benjamin et le groupe de Vienne avec Adorno. Ça a donc été une lecture importante pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
http://khoan.free.fr/Zefyr/
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Mer 17 Juin 2009 - 17:02

Je n'ai lu que "Soie" pour l'instant (j'étais chez Dieu) avec ce sentiment bizarre qui ne m'a pas quittée : l'ai-je ou non déjà lu, ce livre ?
Et j'ai très très très envie d'en lire encore de ce Monsieur-là.
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Renord

avatar

Nombre de messages : 827
Localisation : à gauche de l'épinette!
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Ven 19 Juin 2009 - 0:17

Farouche a écrit:
Je n'ai lu que "Soie" pour l'instant (j'étais chez Dieu) avec ce sentiment bizarre qui ne m'a pas quittée : l'ai-je ou non déjà lu, ce livre ?
Et j'ai très très très envie d'en lire encore de ce Monsieur-là.

Je pense avoir tout lu Baricco sauf Illiade que j'ai.
Mes préféré dans l'ordre :
Les châteaux de la colère
Novecento pianiste
Océan mer
l'âme de Hengel et les vaches du Wisconcin (quel titre)
etc
Ma préférence va pour les châteaux.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   Ven 19 Juin 2009 - 0:24


*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alessandro BARICCO   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alessandro BARICCO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soie, et autres oeuvres d'Alessandro Baricco
» Alessandro BARICCO (Italie)
» SOIE d'Alessandro Baricco
» [Baricco, Alessandro] Océan mer
» [Baricco, Alessandro] Soie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: