Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le devoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Le devoir   Mar 13 Oct 2009 - 21:27

Le devoir s'arrête quelque part, là où l'on n'a plus le pouvoir de l'accomplir, précisément là.

Stefan Zweig - Amok ou le fou de Malaisie

Tombée sur cette phrase, j'en suis tombée amoureuse au point de vous la suggérer sur LU.
Qu'est-ce qu'elle vous suggère ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Le devoir   Mar 13 Oct 2009 - 21:29

Que si le devoir s'arrête, c'est que ça a sonné...

MBS (prof jusque dans ses réflexes stupides)
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mar 13 Oct 2009 - 23:02

Je trouve cette phrase magnifique. Savoir exactement ce sur quoi on a la main et ce sur quoi on ne l'a pas. Nos responsabilités et la responsabilité des autres. Et surtout surtout ne pas tout mélanger.
Faire ce qu'on doit faire, et laisser à César ce qu'il a à faire. C'est qui ce César me direz-vous ? N'ayez crainte, il se reconnaîtra.

Sur certaines choses, nous n'avons AUCUN pouvoir et il est sage de pouvoir l'accepter. Pfff... Y a du boulot Stef...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 0:45

Elle est tombée amoureuse de Zweig, la la lère banane

Bon, sur la phrase, elle est très belle, mais je ne suis pas totalement sûre d'être d'accord.
Le devoir, quand on l'a définit clairement, ne s'arrête pas, précisément. Quand on a décidé de s'en tenir à une direction, et qu'elle reste indiscutable dans son coeur et dans sa tête, du moins on s'efforce, même si on ne réussit pas.
Je prends l'exemple, trop souvent peut-être, de ces hommes et femmes engagés dans la Résistance. Ils ont défini quel était leur devoir, d'humains avant tout, et n'en ont pas dévié, pour la plupart, même si c'était tout simplement impossible.
Ou alors on dira qu'ils n'ont estimé faire que leur devoir, mais qu'il s'agissait d'héroïsme, même si beaucoup racontent qu'ils n'avaient pas du tout conscience de courage ou quoi que ce soit d'approchant, mais de devoir, justement.
De Gaulle aurait dit : son devoir de militaire et de français, ce qui peut paraitre suranné et pompeux, mais il le pensait.

N'empêche que cette nouvelle, "Amok" m'a paru particulièrement riche et forte...
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 1:00

Oui mais tu vois, ce que je lis dans la phrase de Zweig, c'est : un groupe de résistants qui échoue dans le sabotage d'un train de la mort est-il responsable de la mort de ces hommes ? La réponse évidente est "non". Ils ont fait leur devoir - tout ce qu'ils ont pu - mais la mort des hommes dans le train est imputable uniquement aux nazis (et éventuellement à ceux qui, eux, n'ont rien fait, encore que là, on peut aussi discuter des circonstances pour chacun).

Et je pense qu'en prendre pleinement conscience est vital, parce que comment ne pas se sentir coupable d'avoir échoué. Et parfois toute sa vie. Pourtant, ils ont fait de leur mieux, au péril de leur vie, donc, leur devoir. Tout ce qu'ils ont pu. Plus, ils ne pouvaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 2:07

blue note a écrit:
Elle est tombée amoureuse de Zweig, la la lère
Complètement et inconditionnellement ! J'en suis à regretter que le Tome 1 ne fasse que 1200 pages... !


Citation :
Bon, sur la phrase, elle est très belle, mais je ne suis pas totalement sûre d'être d'accord.
Le devoir, quand on l'a définit clairement, ne s'arrête pas, précisément. Quand on a décidé de s'en tenir à une direction, et qu'elle reste indiscutable dans son coeur et dans sa tête, du moins on s'efforce, même si on ne réussit pas.
Je prends l'exemple, trop souvent peut-être, de ces hommes et femmes engagés dans la Résistance. Ils ont défini quel était leur devoir, d'humains avant tout, et n'en ont pas dévié, pour la plupart, même si c'était tout simplement impossible.
Ou alors on dira qu'ils n'ont estimé faire que leur devoir, mais qu'il s'agissait d'héroïsme, même si beaucoup racontent qu'ils n'avaient pas du tout conscience de courage ou quoi que ce soit d'approchant, mais de devoir, justement.
De Gaulle aurait dit : son devoir de militaire et de français, ce qui peut paraitre suranné et pompeux, mais il le pensait.

Tout dépend quel devoir tu te donnes. Défendre son pays n'a pas la même envergure que former un stagiaire dans une entreprise, ou élever son enfant ou aider un ami, et ainsi de suite, les exemples fourmillent à l'infini.

Dans le genre fil du rasoir, que dire du personnel médical dévoué au devoir de vie, comme de celui d'aider à mourir ?

Citation :
Et je pense qu'en prendre pleinement conscience
est vital, parce que comment ne pas se sentir coupable d'avoir échoué.
Et parfois toute sa vie. Pourtant, ils ont fait de leur mieux, au péril
de leur vie, donc, leur devoir. Tout ce qu'ils ont pu. Plus, ils ne
pouvaient pas.
Prendre conscience de ses limites c'est accepter d'en avoir, et à mes yeux c'est très important parce que ça permet d'autres prises de consciences comme l'acceptation de la limite de notre vie, de la force physique, de nos mots, etc. et de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre (sachant que les capacités varient d'une personne à l'autre, ce qui explique l'endurance de certains par exemple, pouvant être ahurissante pour d'autres)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 10:15

Le devoir, c'est ce qu'on devrait faire. Bien sûr, on vise haut, le 20/20 !
MBS m'a mis 11/20...

C'est déja pas si mal ...
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 12:56

Le problème, quand tu commences à donner des notes, c'est qu'il faut une échelle (jeux de mots pourris interdits... et pourtant, en disant cela, je sais bien que...).

Parce que 20/20, ça veut dire quoi ? 11/20 ça veut dire quoi ? Qui peut décider de la note ? Peut-elle être discutée où est-ce un critère tyrannique ? Une seule note suffit-elle ? On pourrait imaginer plusieurs notes, genre patinage artistique... Etc.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 13:10

"capacité" est la seule échelle valable, à mon avis.

Je suis capable jusqu'à un certain point, au-delà duquel cela n'est plus de mon ressort.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 13:41

Pfff... il vient de me bouffer mon post le gueux !!!

Je disais donc que capacité... capacité... mmm...

Qui évalue la capacité ? Comment ?
Parce que souvent, on se croit (se veut) capable de..., et puis on se retrouve le cul par terre, à ramasser à la petite cuillère.
Il nous arrive d'ailleurs d'être aussi comme ça avec les autres.

Là par exemple, je me sens capable de ne pas en vouloir à ce bachibouzouk de forum pour avoir passer mon premier post à pertes et profits. Mais il se pourrait que dans 5 mn mon ordi passe par la fenêtre et atterrisse sur la tête de ma débile de voisine...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 13:53

lucaerne a écrit:
Pfff... il vient de me bouffet mon post le gueux !!!

Je disais donc que capacité... capacité... mmm...

Qui évalue la capacité ? Comment ?
Parce que souvent, on se croit (se veut) capable de..., et puis on se retrouve le cul par terre, à ramasser à la petite cuillère.
Il nous arrive d'ailleurs d'être aussi comme ça avec les autres.

Là par exemple, je me sens capable de ne pas en vouloir à ce bachibouzouk de forum pour avoir passer mon premier post à pertes et profits. Mais il se pourrait que dans 5 mn mon ordi passe par la fenêtre et atterrisse sur la tête de ma débile de voisine...

On sent bien quand on atteint une limite, tout de même. Cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas faire l'effort supplémentaire, bien sûr (je vois d'ici venir les arguments pour), mais il arrive un moment où il est vain de s'épuiser davantage.

Parce que : est-ce que je vais plonger pour sauver l'enfant qui est en train de se noyer ? J'en ai le devoir, n'est-ce pas. Sauf que je ne sais pas nager. Alors je fais quoi ; j'offre aux prochains qui vont passer par là deux noyés au lieu d'un ? Ben non. Je fais le 17, ou j'arrête une voiture, ou n'importe quoi, mais certes non, je ne vais pas me jeter à l'eau. Mes capacités et mes incapacités sont bien claires dans ma tête, pas la peine de se faire des noeuds au cerveau quand c'est inutile.

Après, il y a les choses moins facilement décelables, quoique. Je sais qu'on sent quand les limites sont atteintes et que si on va au-delà d'un certain seuil, on se met soi-même en péril. Que ce soit physiquement, nerveusement, moralement, et ainsi de suite.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 14:05

Le devoir serait peut-être d'abord d’être soi en toute indépendance afin d’éprouver nos limites sans culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas
XATO



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: Devoir   Mer 14 Oct 2009 - 14:41

Je trouve que le devoir a des limites tout à fait personnel.

Rien à voir avec la capacité de faire les choses ou la responsabilité de devoir faire les choses parce qu'on l'inculque ou nous le propose...

Avoir le devoir de faire ou ne pas faire c'est suivant notre analyse de la situation et de notre envie de vouloir ou pas faire les choses.

Mon pays entre en guerre avec un voisin ou autre, ai-je le devoir de m'enroler dans l'armée ou autre groupe clandestin pour le défendre, ou rester attentiste voir ce que ca donne, fermant les yeux de rafles en tout genre?

Vous parliez de 39-45 en introduction. Mais la majorité du peuple suivait le régime de Vichy parce qu'ils faisaient confiance en leur gouvernement et ne prenait pas conscience de l'ampleur du désastre et surtout du fait que l'information ne passait pas.

C'est à partir du moment où l'info a circulé, que certaines rumeurs se sont avérés exactes que le combat de petits groupes s'est organisé pour fonder la résistence comme on nous l'a enseigné au collège et lycée. Encore qu'heu sur certains points d'Histoire on nous cache sans doute encore des choses... C'est vrai que Vichy et sa politique de collaboration ca fait pâle figure dans les programmes scolaire où on accentue plus la victoire que la défaite... Le devoir de mémoire et de mise au point historique, il est où la dedans?

Cela dit, on crie au loup aujourd'hui sur le régime de vichy et les délations de voisinage de l'époque, mais on ferait quoi aujourd'hui si l'Histoire recommancerait?

Aurions nous le courage de défendre les valeurs de ce pays? Si valeurs il y a? Défendrons nous une cause en tout genre? La main au portefeuil à soulager sa conscience en donnant à des oeuvres caritatives? Le téléthon arrive à grand pas, faites votre devoir siouplais mr dame! Où le deovir n'est-il pas plutôt d'être sur le terrain, à aider au quotidien et non une fois dans l'année?

Suis-je responsable? Non. Je paie des impots justement parce que les institutions d'état sont justement là pour palier au problème et assurez le devoir de la république à ma place.

Mais alors pourquoi ce pays a tant d'associations? C'est que l'état ne fait pas son devoir? Ah bon! Damned. On m'aurait menti? Mais mon devoir c'est quoi alors si la République ne peut pas faire le sien? On a bien voter des lois à une époque? On a signé des accords de paix, une constitution sur le droit républicain, sur les droits de l'homme, de l'enfance, de l'animal, non? Ah c'est pas suffisant! Mais ca sert à quoi alors si la République vote des lois qu'elle ne peut mettre en place (sauf quand il faut payer - non je rigole pas la tête)?

Ou doit-on associer le sens du devoir au courage qu'il incombe. un courage qui nous surpasse de notre quotidien ordinaire. un courage qu'on calcule pas, qu'on a d'instinct parce qu'on trouve ca normal, logique, solidaire?..

Compliqué tout ca...
Revenir en haut Aller en bas
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 15:27

Xato je ne crois pas que se soit de se devoir la dont il est question mais je me trompe peut-être Ange
Revenir en haut Aller en bas
XATO



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: précisez   Mer 14 Oct 2009 - 15:51

Donc si ce n'est pas de ce devoir là dont on parle, c'est duquel.

Quelques précisions seraient judicieux de mettre en place quand on présente un sujet afin d'éviter de répondre hors sujet alors...
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 15:57

Je n'aime pas le terme "devoir" - mais la phrase est magnifique en effet.
Je n'ai pas le temps, j'ai des devoirs à faire, mais j'essaierai de venir dire ce que j'en pense.

Je n'aime pas le terme "devoir" - surtout quand il est employé pour un tas de choses - comme le "devoir" conjugal par exemple ... Parce que devoir est un dû mais tout ne devrait pas être un dû (pardon, je ne sais pas comment ça s'écrit "dû" ... Dans le devoir, cela nécessite une obligation... Tout ne devrait pas être obligation et/ou obligatoire, voire systématique.

Le devoir a des limites, ça c'est sur...

Non, je n'aime vraiment pas ce mot. Mais je me dois devoir... devoir envers moi-même par des notions réglementaires comme des notions de vie, des notions de loi, des notions de respect... et devoir vous quitter, c'est ainsi, pour aujourd'hui.

Le devoir est-il une nécessité ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 16:03

Le devoir, l'honneur ! Des mots à qui on fait dire ce qu'on veut, comme aux perroquets.

Alfred Capus - Mariage bourgeois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 20:20

Je ne sais plus qui a évoqué dans le fil que le devoir est une affaire personnelle. Oui et non, quand même. Dans l'absolu, on peut décider de n'avoir aucune obligation de devoir, mais alors comment vivre en société ? On peut aussi s'obliger à n'avoir que des devoirs, mais alors comment respirer ?

Et pourquoi le devoir ne serait-il exercer qu'au profit d'autrui ? N'a-t-on pas de devoir envers soi-même ? Si oui, lesquels ?

Et pourquoi orienter très spécifiquement ce fil sur une sorte de devoir, serait un devoir ? Ne peut-on pas le laisser se déployer dans toutes les directions qu'il voudra bien conduire notre réflexion ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 20:33

Romane a écrit:
N'a-t-on pas de devoir envers soi-même ? Si oui, lesquels ?

Selon toi, Romane, quels sont les devoirs ou le devoir que tu as envers toi-même ?
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 20:37

Romane a écrit:
Dans l'absolu, on peut décider de n'avoir aucune obligation de devoir, mais alors comment vivre en société ?
Je suis bien d'accord là-dessus. Pourquoi diaboliser ce mot ? Ne pourrait-il pas être un synonyme de "respect de l'autre". Je voudrais bien faire ceci, mais alors je causerais un préjudice à un autre, alors, je décide de ne pas le faire. Ou alors, je voudrais bien rester peinarde à ne rien voir, mais je ne peux pas rester aveugle à tout, donc je fait à mon niveau.
C'est par exemple le devoir du citoyen qui doit contrer ds tentatives négatives des gouvernants dont parle Xato.

Citation :
Nous avons payé très cher, les uns et les autres, pour savoir que rien n'est jamais acquis à l'homme une fois pour toutes, qu'il n'y a pas de conquête, pas d'expériences qui ne puissent lui être reprises, être retournées contre lui. (...) pas plus la révolution que ce qui le distingue de l'animal. Rien, ni personne ne peut jamais libérer les hommes de cette responsabilité, et s'ils viennent à l'oublier ou à croire qu'ils ont gagné, ils se démettent, ils abandonnent ce seul combat qui fait d'eux des hommes, qui les a arrachés à la bête, mais qui ne peut, par là même, avoir de halte ou de cesse, parce que ce combat, c'est l'histoire des hommes. Il n'est pas d'autre assurance contre la régression jusqu'à la barbarie, contre l'anéantissement atomique. (Pierre Daix, Préface à Une journée d'Ivan Denissovitch, de Soljenitsyne)
Il existe aussi un chapitre très intéressant d'André Comte-Sponville, nommé "La Morale", dans "Présentation de la philosophie". (je cite pas hein ?)


Romane a écrit:
Et pourquoi le devoir ne serait-il exercé qu'au profit d'autrui ? N'a-t-on pas de devoir envers soi-même ?
Tout à fait d'accord aussi. Il devrait même être au coeur de nos priorités. Nos ancêtes ne disaient-ils pas "Charité bien ordonnée commence par soi-même". Bon d'accord, ils disaient parfois des conneries, mais pas toujours quand même...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le devoir   Mer 14 Oct 2009 - 21:06

Rosacée a écrit:
Romane a écrit:
N'a-t-on pas de devoir envers soi-même ? Si oui, lesquels ?

Selon toi, Romane, quels sont les devoirs ou le devoir que tu as envers toi-même ?

Si tu veux :
- j'ai un devoir de mère.
- j'ai un devoir d'administration (LU)
- j'ai un devoir à mes boulots
- j'ai un devoir de conductrice

tu vas me dire : ce n'est pas de toi à toi, c'est de toi à autrui.
C'est aussi un devoir de moi à moi : car si je ne m'y tiens pas, je me mets pénalement en péril, or j'ai le devoir de ne pas me mettre en péril.

Et puis je me donne des devoirs : celui de prendre soin de moi (me préserver de toute atteinte susceptible de m'abîmer physiquement, nerveusement, moralement, etc.) et à l'inverse de me donner accès à tout ce qui est positif et constructif.

Je voulais donc en venir à cette histoire de regard, qu'on tourne souvent vers une direction en oubliant le reste.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Jeu 15 Oct 2009 - 11:00

I
Romane a écrit:
oui, suis en accord avec ça. Et pour toi, Rosacée, quels sont les devoirs vis-à-vis de soi-même ?

II
Romane a écrit:
la liberté de se donner le choix de certains devoirs est par exemple l'une des plus importantes à mon sens. C'est elle qui nous aide à nous délivrer de l'emprise que pourraient avoir sur nous des personnes à tendances réductrices.

J’ai repris ces deux interventions de Romane dans le sujet « La liberté » - car nous voici dans le vif du sujet en matière de devoir et liberté.

Pour répondre à la première question de Romane, dirais-je que mon devoir en tant que femme, mère et citoyenne doit être à peu près le même qu’un bon nombre de citoyens. Ce serait bateau que de dire la même chose que Romane au niveau des devoirs qui m’incombent, cela semble tellement évident sur le moment. Toutefois, quand on ne se pose pas de questions en matière de devoir, ce qui semble être une évidence pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre et pour ce qui me concerne, dirais-je que tout ce que j’apporte ou fais au quotidien pour autrui (proches – moins proches) et moi-même semble normal. Du moment où cela me semble normal, je ne prends plus tout ce que je fais comme un devoir et je ne me sens donc pas contrainte, bien au contraire, je me sens libre. Libre d’agir, de faire comme je le sens car la morale est (ou semble) acquise/intrinsèque.

Néanmoins, j’ai envie d’élargir le champ et de pousser le devoir bien au-delà de cette complaisance sociétale. Car le devoir, comme nous le savons est une déontologie. Il prend sa source dans la morale, ce qui implique la loi et le respect donc le respect de certaines règles, le respect de cette loi. Pour pousser encore plus loin, car le devoir c’est encore bien nous qui le mettons en place, celui-ci est du même ordre que les dix commandements de Moïse. Ainsi, depuis le temps des temps sont mises en place des règles de vie. On doit respecter dans tous les sens de son terme, car cela ne s’applique pas qu’envers autrui.
Le devoir cela s’apprend, c’est aussi pour cela que l’erreur existe. Pour apprendre de l’erreur, il nous faut la commettre, l’erreur et le devoir vont ensemble, c’est en somme le prix à payer pour grandir en toute liberté dans le chemin du devoir.
L'humain n'est pas au bout de ses peines car le devoir est mis à rude haleine au quotidien par l'erreur qui ne sert pas toujours de leçon.

J Costilshes disait : « On peut obéir, en effet, à une loi de deux façons, soit par respect pour la loi parce que c'est la loi, soit en vue d'un but déterminé qu'on veut atteindre. »

Le but à atteindre a cette notion de devoir qui n’appartient qu’à soi et apposant la notion de liberté.
C’est là que toute la donne change.

II
Romane a écrit:
la liberté de se donner le choix de certains devoirs est par exemple l'une des plus importantes à mon sens. C'est elle qui nous aide à nous délivrer de l'emprise que pourraient avoir sur nous des personnes à tendances réductrices.

J’aime particulièrement cette phrase même si à mon sens, la fin est moins plaisante. C’est parce que la vision de Romane n’est pas la même que la mienne.
C’est là que j’interviens, et qui, je pense, va rejoindre une partie de cette jolie phrase.
Outre le fait du/des devoir(s) qui m’incombent ; à mon sens, le choix le plus important dépasse la mesure du choix allant au-delà de l’étique même du terme « devoir ».
Je vais essayer d’être le plus claire possible.
Nous savons…, nous le savons que trop bien, le système sociétal dans lequel nous vivons est revêtu d’apparat. Tout est lissé pour faire simple. Tout le monde y est beau, tout le monde y est gentil, tout le monde y vit à la même enseigne. Soit. Mais seulement d’apparence et superficiellement. Quand on entre plus en profondeur, dans notre monde régit par un tas de bon sens, de bonnes lois, de règles et de respect, on découvre un autre fond enlisé dans des remous boueux voire les remous de la fange.
Parfois, pour vivre libre, il faut se battre en toute liberté, et ce, sans déontologie. À cet instant même, le choix le plus important est encore de survivre. Toutefois, cela ne devient plus un choix, cela devient une priorité et cette priorité est un devoir. Par déduction, et au travers de ce devoir, quand nous franchissons les abîmes de la rue, la notion du respect, de la loi, de la morale n’existe plus, car nous sommes au milieu d’une faune sauvage. Et à mon sens, au milieu de la jungle, lorsqu’on tente de voler votre pitance celle qui nous aide à nous délivrer de l’emprise que pourraient avoir sur nous des personnes c’est se donner en toute liberté le devoir de vivre, survivre et/ou mourir au travers d’un perpétuel combat (ou pas - ou non).

Chers amis, vous le savez tous : Le bonheur est au bout du chemin.
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Jeu 15 Oct 2009 - 13:11

Rosacée a écrit:
Toutefois, quand on ne se pose pas de questions en matière de devoir, ce qui semble être une évidence pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre et pour ce qui me concerne, dirais-je que tout ce que j’apporte ou fais au quotidien pour autrui (proches – moins proches) et moi-même semble normal. Du moment où cela me semble normal, je ne prends plus tout ce que je fais comme un devoir et je ne me sens donc pas contrainte, bien au contraire, je me sens libre. Libre d’agir, de faire comme je le sens car la morale est (ou semble) acquise/intrinsèque.
Donc ton entourage, la civilisation... t'a inculqué des devoirs. Tellement inculqué que tu n'y penses plus forcément avant de les honorer. Ce sont pourtant bel et bien des devoirs malgré cela.


Citation :
celui-ci est du même ordre que les dix commandements de Moïse.
Ah ! Je le savais que Moïse était dans le coup !!! mdr


Citation :
Parfois, pour vivre libre, il faut se battre en toute liberté, et ce, sans déontologie.
Pas d'accord, parce là encore, tu obéis à des injonctions extérieures, qui au lieu d'être humaines, sont purement animales. Ce qui parfois (souvent ?) n'est pas si éloigné.


Citation :
À cet instant même, le choix le plus important est encore de survivre. Toutefois, cela ne devient plus un choix, cela devient une priorité et cette priorité est un devoir. Par déduction, et au travers de ce devoir, quand nous franchissons les abîmes de la rue, la notion du respect, de la loi, de la morale n’existe plus, car nous sommes au milieu d’une faune sauvage. Et à mon sens, au milieu de la jungle, lorsqu’on tente de voler votre pitance celle qui nous aide à nous délivrer de l’emprise que pourraient avoir sur nous des personnes c’est se donner en toute liberté le devoir de vivre, survivre et/ou mourir au travers d’un perpétuel combat (ou pas - ou non).
Même si je ne te trouve pas très claire sur ce passage (pardon Embarassed ), il me semble que tu es en train de confondre les notions de devoir et de droit. Car, si vivre est un droit, il n'est pas un devoir. On peut choisir de ne plus vivre, non ?


Dernière édition par lucaerne le Jeu 15 Oct 2009 - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Le devoir   Jeu 15 Oct 2009 - 13:48

La notion de devoir me parait complètement fausse en fait.
Je veux dire dans le sens où c'est un mensonge, on n'a pas de "devoir".
On n'a que les devoirs que l'on se donne, que l'on accepte plus ou moins consciemment.
Des accords que l'on passe avec soi-même, plus ou moins consciemment et volontairement, et qui sont plus ou moins en adéquation avec qui on est et ce qu'on a envie de vivre au plus profond de soi.

Les lois de mon pays pourraient me paraître des devoirs (ou des interdits, ce qui est pareil, c'est devoir ne pas. )
Pourtant c'est très superficiel comme approche si je m'arrête là. Je fais ça parce que je dois ; je ne fais pas ça parce que je ne dois pas.
Ca mène pas très loin.

Si la loi de mon pays dit qu'il ne faut pas voler, je m'interroge.
Je remonte à la source et je vois comment ça me parle.
Ne pas voler me parle, parce que ça ne me semblerait pas juste, par rapport à ma justice personnelle, et d'aucune utilité étant donné que je n'en ai pas le besoin matériel.

Maintenant si je crevais la dalle dans un pays qui respire l'abondance, et que je n'aie pas d'autre moyen pour manger un soir que de voler quelque chose sur un étalage, eh bien je le ferais.
Parce qu'avant de devoir respecter des lois, ce qui est plus important c'est ma vie.

Les engagements que j'ai pris sont des engagements et non des devoirs.
Et j'espère avoir toujours la lucidité et la conscience nécessaire pour savoir et sentir quand est-ce que ces engagements n'ont plus de sens pour moi, et pour faire le nécessaire pour m'en désengager.
Justement pour qu'ils ne se transforment pas en devoirs, en obligations qui m'enfermeraient dans quelque chose qui n'est plus vivant.

Non, décidément, cette notion de devoir ne me parle pas du tout. Plus maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le devoir   Jeu 15 Oct 2009 - 13:51

[quote="lucaerne"]
Romane a écrit:

nan nan, c'est pas moi qui ai écrit cela, mais Rosacée. Ton premier devoir sera de porter Afflelou sur le pif, Luca.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le devoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le devoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Sens du devoir-The Beginning:
» L ENFER DU DEVOIR
» Le romantisme en poésie....un sujet de devoir.
» Devoir de mémoire...et pierre
» Devoir de mémoire - Oradour sur Glane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Philosophie-
Sauter vers: