Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 crise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: crise   Dim 8 Nov 2009 - 14:30

Quand la vérité sort de la bouche des banquiers !....

Citation :
Natixis nous promet un avenir sombre



Un
« flash économie » du directeur de la recherche et des études de
Natixis, du 21 octobre, confirme l’ampleur de la dégradation de la
situation économique et sociale à venir. Cette note infirme les propos
lénifiants sur la sortie de crise. Elle s’intitule : « que les
gouvernements aient le courage de dire la vérité aux Européens. »





Il suffit d’aller sur le site http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=49177
pour prendre connaissance de la note 470 du 21 octobre 2009 rédigée par
Patrick Artus, directeur de la recherche et des études économiques du
groupe Natixis (Banque populaire-Caisse d’épargne), économiste aux
références impressionnantes, pour se faire une idée du pavé dans la
mare que constitue cette analyse assez iconoclaste provenant des
milieux d’affaires.

D’entrée, il pose un diagnostic sans appel sur ce qui nous attend
et sur l’inutilité de raconter des histoires aux peuples qui subissent
la crise et à qui on voudrait faire croire qu’on est en train d’en
sortir :

« Au lieu d’entretenir l’espoir d’une reprise rapide de la
croissance et de l’emploi, les gouvernements feraient mieux de dire aux
Européens qu’ils vont être confrontés :

à une perte irréversible d’emplois dans les secteurs
qui se contractent après la crise (construction, finance, biens
durables…), d’où un chômage durablement très élevé ;

à l’absence d’idées pour créer des emplois nouveaux en quantité suffisante pour compenser les pertes d’emplois ;
à l’inefficacité des politiques de soutien de la
croissance par l’exportation, avec la contraction du commerce mondial
et, pour la zone euro, le risque d’appréciation de la devise ;

à la disparition du modèle de soutien de l’activité par la hausse de l’endettement ;
au besoin de rééquilibrer les finances publiques par des politiques budgétaires restrictives ;
à l’accélération des délocalisations avec l’écart de
croissance et de coûts de production entre les pays émergents et les
pays de l’OCDE ;

à la déformation du partage des revenus au détriment des salariés, avec le chômage élevé, les délocalisations… »

La suite n’est pas plus réjouissante. Face à ce constat, Patrick Artus considère que
« la seule solution constructive à cette masse de problèmes n’est pas d’amplifier les politiques contracycliques mais :
d’accepter la perte inévitable de pouvoir d’achat et de capacité de dépense de l’Etat ;
de construire les entreprises et les secteurs qui créeront de nouveaux emplois durables. »

En un mot, il ne croit pas« qu’il puisse y avoir une véritable reprise cyclique en Europe, que la perspective est celle d’une croissance durablement dépréciée et d’un chômage durablement élevé. »


Une crise structurelle grave

Graphiques à l’appui, il développe l’idée qu’il vaudrait beaucoup
mieux expliquer aux Européens les raisons pour lesquelles il y a une
crise structurelle grave, ce qu’il fait en entrant dans le détail de
chacun des chapitres de son introduction. Ce faisant, il confirme ce
que disent depuis un certain temps nombre d’économistes peu médiatisés,
pas seulement néo-marxistes, mais bien au-delà, qui dénoncent la
duplicité de ceux qui ne veulent voir dans cette crise qu’une crise du
capitalisme financier, au mieux une crise conjoncturelle en fin de
cycle.

On peut se demander pourquoi cette analyse –qui n’engage pas la
banque, mais qui émane de son directeur de recherche et d’études tout
de même- vient maintenant après que Natixis et le groupe aient défrayé
la chronique financière par de lourdes pertes au moment de la crise des
subprimes ?

Les deux groupes mutualistes avaient enregistré en 2008 des pertes
record à hauteur de 2,5 milliards d’euros, ce qui avait conduit à leur
regroupement fin février 2009, sous la pression de l’omni-président,
déléguant François Pérol, secrétaire adjoint de l’Elysée, pour prendre
la tête du nouveau groupe. Il cumule également la fonction de président
du conseil de surveillance de Natixis. Cette double fonction lui
assurant une rémunération mensuelle de près de 50 000 euros !

Comme quoi on peut être banques coopératives et assurer de
bons revenus à son directeur qui devrait, le pauvre, se passer de bonus
en 2009…en principe. Un tel niveau de revenu relève de la provocation.
C’est tout un symbole.

D’autant que Patrick Artus souligne que l’une des causes
structurelles de cette crise –le déplacement du capital- entraînera un
chômage très élevé et un partage des revenus très défavorable aux
salariés. Donc davantage de chômeurs, baisse du pouvoir d’achat des
salaires, (mais pas des très hauts revenus !) accroissement de la
précarité et de la pauvreté.

Tel est l’avenir vraiment très sombre qui nous est décrit. Il
n’est, malheureusement, pas fait pour nous surprendre. Cette étude se
veut une alerte aux milieux d’affaires et aux gouvernements, pour
qu’ils tiennent un discours plus proche des réalités sous peine d’avoir
quelques déboires en termes de crédibilité. Ainsi qu’une invitation à
adapter leurs politiques car le monde est en train de changer de base :
les pays dominants sont de moins en moins le centre de gravité des
échanges économiques et leur influence s’en ressent.

De quoi alimenter quelques colères sociales amplement justifiées
et appeler des transformations radicales dans la structure même de nos
sociétés et de leurs modes de gestion.

René Fredon
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: crise   Dim 8 Nov 2009 - 14:40

Tu ne voudrais quand même pas qu'ils nous expliquent que le capitalisme sauvage est dans le mur et que, par ce fait même, certains s'en mettent plein les poches pendant que les autres vont se retrouver dans une merde noire... ?

Déjà qu'y en a qui commencent à flinguer leur boss...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: crise   Dim 8 Nov 2009 - 14:46

Je trouve qu'il l'explique très bien au contraire....
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: crise   Lun 9 Nov 2009 - 17:27

"Le monde va changer de base
Nous ne sommes rien soyons tout..."

Bon, l'article va pas franchement dans le sens de l'Internationale, mais il a au moins le mérite d'être clair, de dire ce que tout individu de bon sens peut comprendre sans être grand clerc ni banquier (et là c'est un banquier qui cause), à savoir que la "crise" est pas seulement financière, mais totalement structurelle.
Appelez les états à revoir leur politique, ça set pas à grand chose vu qu'ils n'ont et ne veulent avoir aucun pouvoir sur l'économique, ça serait s'impliquer, et vécu comme un retour à des pratiques de "nationalisation", le vilain mot honni par le capitalisme qu'il soit néo ou pas!
les riches seront moins riches mais toujours riches, et les pauvres de plus en plus pauvres, et y'aura de plus en plus de pauvres!
quand on voit des gens qui bien que travaillant vont bouffer à la Soupe populaire (pas à la banque) et qu'en France y'a officiellement prés de 4 millions de chômeurs, sans compter ceux qu'on compte pas, c'est pas rassurant pour les lendemains.
oui, on va dans le mur, ou plutôt on s'enfonce de plus en plus dans le mur vu qu'on y est déjà et grâce à qui?

Tout ce que fait l'Etat français souceux de notre santé (parce que c'est bien sûr pas pour se remplir les poches) c'est d'augmenter encore (30 centimes) le prix des clopes.
Vais émigrer en Espagne si ça continue...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: crise   Mar 10 Nov 2009 - 12:21

Bon, moi je vais me recoucher.
Réveillez-moi quand ça ira mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: crise   Mar 10 Nov 2009 - 21:30

Alors prépare toi une soue confortable, tu risques de dormir longtemps!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: crise   

Revenir en haut Aller en bas
 
crise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Signes avant coureur d'une crise cardiaque
» Crise economique : les tps sont durs il faut se serrer la ceinture
» "la crise actuelle est née en 1971"
» La crise débarque en sport auto...
» Saïf a eu une crise cardiaque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: