Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le mental et l'esprit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Le mental et l'esprit   Lun 9 Nov 2009 - 22:29

"Les pensées sont comme des mouches qui entrent et sortent d'une chambre. L'important est donc de laisser les fenêtres grandes ouvertes. Ainsi, les mouches, pourront aller et venir, sans guère gêner l'occupant de la chambre. Bientôt déçues par ce lieu inhospitalier, elles n'y entreront même plus."

Jacques Brosse.

J'aimais bien ce petit texte. Nettement moins depuis quelques temps. J'ai eu l'impression qu'en laissant les fenêtres grandes ouvertes, les mouches ne se lassaient pas du tout de leurs allers-retours et leurs bourdonnements constants m'horripilaient. J'attendais impatiemment qu'elles s'en aillent mais elles étaient irrémédiablement remplacées par d'autres et les différences de bourdonnement captaient mon attention, je finissais par les identifier, "tiens, revoilà la grosse noire, ah, celle-là c'est la petite nerveuse, et voilà la vieille mollassonne..." Et lorsque le tohu bohu se calmait, je me retrouvais à craindre leur retour et je ne profitais même pas de l'accalmie.

J'ai donc voulu fermer les fenêtres mais je me suis retrouvé avec les mouches enfermées à l'intérieur et le ronflement de leurs corps butés contre la vitre était redoutablement irritant. D'autant plus que là, il n'y avait aucune chance que ça cesse. J'étais condamné.

J'ai bien imaginé que je n'avais qu'à bourdonner avec elles, me muer en insecte, plonger dans la nuée, mais la tête me tournait bien vite. Un vrai cauchemar. Ce vol anarchique n'était pas pour moi.

Et puis, là, soudain, la solution s'est imposée. Le problème ne venait pas des mouches mais de la présence de l'enceinte. Elles étaient attirées par le lieu, espérant sans doute y trouver quelques pitances ou un partenaire ou je ne sais quoi. Mais l'espace restreint contenait trop de promesses à saisir pour qu'elles puissent résister à l'attirance.

Il fallait donc pulvériser la pièce, abattre les murs, réduire à néant cette enceinte captivante. Il m'a fallu beaucoup d'énergie pour venir à bout des murailles, ne pas craindre l'immensité de l'espace qui s'ouvrait, abandonner les appartenances, l'identification à ce lieu de perdition.

J'ai tout détruit. Et les mouches désormais ne font que passer sans marquer le moindre arrêt. Elles ne sont plus que des zébrures noires qui traversent dans un zeste criard le ciel lumineux au-dessus de moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Lun 9 Nov 2009 - 22:54

Ce texte est magnifique et bouleversant ! chinois
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Lun 9 Nov 2009 - 23:12

lucaerne a écrit:
Ce texte est magnifique et bouleversant ! chinois

bisou
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 1:14

Je l'ai beaucoup lu et relu, un peu comme on tourne longtemps autour d'un objet précieux avant de se risquer à approcher la main.
Et puis j'ai tenté de me souvenir.

Cette espèce d'aspiration par le vide.
Sac réduit à peau de chagrin, à peau de rien.
Oui, c'est ça. Par le vide.

Plus rien n'entre ni ne sort.
L'instant lui-même n'a plus de consistance.

Emotion zéro.

Ça peut durer une heure, un jour, un an.
Mettons dix.
Un cinquième de cinquante.
Si je mourais demain, un cinquième tout court.

Finalement, je préfère l'esprit dans le mental. Quitte à ce qu'il révèle les sables mouvants à perpétuité.
C'est plus rassurant.

Ceci est ma pensée du moment. J'aime bien préciser "du moment". Cela évite le boulet aux chevilles.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Esprit
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mental

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/


Dernière édition par Romane le Mar 10 Nov 2009 - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 3:09

Dès ta citation de la phrase au début de ton post, j'ai pensé tout de suite "mais pourquoi une chambre ? Pourquoi enfermer ?"
Ta conclusion m'a donc rejoint, très bien.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 12:00

Très fine métaphore. J'ai apprécié Smile
Puisse l'esprit s'élever sans fin dans ce ciel libre et lumineux, laissant au mental la part qui est la sienne.

(détail homéopathique : j'aurais mis "quelque pitance" au singulier)
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 14:24

"Cette espèce d'aspiration par le vide.
Sac réduit à peau de chagrin, à peau de rien.
Oui, c'est ça. Par le vide.

Plus rien n'entre ni ne sort.
L'instant lui-même n'a plus de consistance.

Emotion zéro."

Romane, je perçois dans ce texte une once de dépit ou de déception mais ça n'est sans doute que mon interprétation.
"Emotion zéro" ne signifie pas que l'individu n'éprouve rien mais plutôt qu'il est entré dans la capacité à observer ses émotions et dès lors à ne pas s'y soumettre. De la même façon, "l'instant n'a plus de consistance" pourrait sous entendre que l'individu en sortant de l'espace temporel généré par le mental se retrouve coupé de la réalité. A mon sens, il s'agit plutôt d'une réception totale de l'instant étant donné qu'il est le seul "temps" réel. Le passé comme le futur n'ont aucune réalité étant donné que "je" n'y suis pas, que je n'y vis pas mais l'instant est au contraire le calice dans lequel la vie prend forme. Il n'y a que dans l'instant que "je" suis en vie.
Prendre conscince de cela et surtout l'expérimenter à chaque instant revient à baigner dans une plénitude qui n'est ni joie, ni espoir, ni regret. L'individu ne peut rien perdre de ce qui est là parce que ça ne dépend pas de ses émotions ou de son mental.
C'est juste là.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 14:53

C'est le processus de la "pleine conscience".

Dites-donc, dame Roulotte. Ton troisième lien renvoie sur une page "session expirée". Faut-il comprendre que c'est le moment d'expirer doucement par la bouche en position du lotus ?
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 17:56

thierry a écrit:
Romane, je perçois dans ce texte une once de dépit ou de déception mais ça n'est sans doute que mon interprétation.
Ni dépit, ni déception, simple constat, pour avoir vécu l'expérience.

Citation :
"Emotion zéro" ne signifie pas que l'individu n'éprouve rien mais plutôt qu'il est entré dans la capacité à observer ses émotions et dès lors à ne pas s'y soumettre.
Si si, je t'assure qu'il est possible de se momifier le cerveau dans une sorte de no man's land, de sorte que les émotions ne s'infiltrent plus, ni dans un sens, ni dans l'autre.

Citation :
De la même façon, "l'instant n'a plus de consistance" pourrait sous entendre que l'individu en sortant de l'espace temporel généré par le mental se retrouve coupé de la réalité.
En quelque sorte, oui, on peut dire ça comme ça. Disons pour recadrer correctement, "d'une partie de la réalité". Demeurent les gestes automatiques.

Citation :
A mon sens, il s'agit plutôt d'une réception totale de l'instant étant donné qu'il est le seul "temps" réel.
Je ne peux vraiment pas adhérer à cela, dans ces conditions que je décris. L'instant, "le temps réel" (qui peut effectivement se recevoir à plein en temps "normal" si nous nous en donnons un peu la peine), n'est plus que "traversé sans état d'âme" (masque neutre, intérieurement, si tu préfères). Il ne revêt donc strictement aucune importance, n'a aucune consistance, laisse totalement indifférent.

Citation :
Il n'y a que dans l'instant que "je" suis en vie.

Oui, d'habitude c'est ainsi, je te rejoins parfaitement.
Mais encore une fois, je suis en train de démontrer qu'il est totalement possible de n'être qu'une figurine en carton pâte, dont l'intérieur pourrait ressembler à un produit congelé, ou momifié, appelons ça comme on veut.

Citation :
Prendre conscience de cela et surtout l'expérimenter à chaque instant revient à baigner dans une plénitude qui n'est ni joie, ni espoir, ni regret. L'individu ne peut rien perdre de ce qui est là parce que ça ne dépend pas de ses émotions ou de son mental.
C'est juste là.
Bien sûr et encore une fois je te rejoins.

En fait je parlais d'une expérience hors sentiers battus, (que je ne souhaite d'ailleurs à personne), pour dire que c'était possible.

La pleine conscience est aussi la possibilité des choix. Choisir cela pour un temps X n'a pas été évident, mais je ne le regrette pas. Je suis terriblement vivante, n'est-ce pas, maintenant.
Je dirais, que le sommeil de la Belle au Bois Dormant pourrait être la métaphore de ce no man's land.

@ luca : je ne sais plus retrouver le troisième lien par un autre biais, pour l'instant, aussi je le retire. Si je retrouve je remettrai.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 21:38

"En fait je parlais d'une expérience hors sentiers battus, (que je ne souhaite d'ailleurs à personne), pour dire que c'était possible."

Je comprends maintenant ce que tu voulais dire.
Effectivement, ça n'est bon pour personne ce genre de situation...
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 21:42

Alors maintenant à ce stade, je peux ajouter qu'en toute chose on peut puiser des trésors.
Car j'ai trouvé dans cette situation une singularité qui ne me quittera plus jamais. On va dire ; un certain regard.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 22:06

Romane a écrit:
Alors maintenant à ce stade, je peux ajouter qu'en toute chose on peut puiser des trésors.
Car j'ai trouvé dans cette situation une singularité qui ne me quittera plus jamais. On va dire ; un certain regard.

Je te comprends tout à fait. Tu fais partie des gens qui ont trouvé dans la "cassure" le ciment nécessaire pour te construire.
Ce "regard" est une vision macroscopique qui permet de survoler l'étendue des ruines. Il n'y a pas de remord à avoir ou de déception en contemplant ce "champ de bataille."
"Le guerrier de la lumière" sait d'où il vient et connaît désormais la source de sa plénitude... chinois
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mar 10 Nov 2009 - 22:23

Oui. Mais je veux dire aussi (et tu vas voir à quel point c'est porteur d'espoir), que dans nombre de situations périlleuses où l'on se sent mis à l'épreuve, malmené, voire désespéré, sort toujours la pointe d'un éclat qui va pimenter là où on ne l'attendait pas.
Parfois la prise de conscience de cela se fait bien des années après, quand le regard peut balayer une grappe temporelle assez large pour recevoir cette fresque.

Alors peut-être je raccroche avec l'autre fil (souffrance/beauté) parce que j'y vois une magie de la vie, cette chose qui fait qu'elle est rudement pas banale au fond.

Ceci dit, quand on a le nez dans le guidon, il n'est pas forcément évident de trouver la respiration, le détachement, le recul, donc.

Je me dis qu'on a beau être riche d'expériences, de conscience, tout ce qu'on veut, il n'en demeure pas moins que notre condition humaine fait qu'on se laisse piéger par nos émotions de l'instant, nos peurs.

De fil en aiguille, je pense à ce que nous appelons "notre vide".
Quel est-il.
Qu'est-ce qui peut bien faire qu'on se sente vide, là, au coeur du coeur de soi, avec cette faim qui tenaille notre ventre.

Le vide serait-il comme l'instant ; ce qu'on en fait, comme on l'invente.

?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mer 11 Nov 2009 - 22:32

Tout dépend de quel vide il s'agit à mon avis.
Est-ce qu'il en est de ce vide existentiel qui va jusqu'à l'absence de douleur ? La douleur est en quelque sorte une révolte, comme une rébellion qui crierait sans cesse que la situation est insupportable. Lorsque cette douleur disparaît c'est qu'il y a un abandon complet. Non pas une acceptation de la réalité mais un désespoir si profond que la chape de plomb qui recouvre l'individu ne laisse plus passer la moindre lumière. Comme une mort en fait.

Il existe aussi un autre vide, une autre dimension spirituelle. C'est cette acceptation de la réalité qui fait que l'individu s'est libéré de toutes les émotions anarchiques. Le mental se tait, il n'est là que pour gérer les éléments quotidiens, il sait très bien le faire, mais il n' a plus aucune entrée dans le domaine spirituel. Les émotions sont donc bannies. Ca ne veut pas dire qu'il n'y a aucun ressenti. J'étais en montagne ce matin, un sommet en ski de rando et l'arrivée au sommet sous le ciel bleu était merveilleuse. Mais ce bonheur qui m'a saisi il était bien plus profond, plus intime, plus vital qu'un simple plaisir visuel. Une osmose avec le monde, un sentiment de fusion, une appartenance. Des frissons dans tout le corps, une chaleur inexplicable.
Je sais que c'est là, en moi. Je n'ai donc aucune crainte envers le vide dans lequel j'évolue la plupart du temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Mer 11 Nov 2009 - 23:05

Je vois ce que tu veux dire. Ta description du sommet de ta montagne me fait furieusement songer à ces instants de grâce nez levé vers le ciel, ou observation de l'océan, ou à chaque trente et un décembre à minuit lorsque les bateaux cornent. Entre autres. C'est aussi des détails, des petits riens auxquels on ne s'attendait pas et qui soudain étreignent, oui, avec exactement ce que tu décris ; la sensation d'appartenance.

Alors c'est follement beau.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Jeu 12 Nov 2009 - 15:34

thierry a écrit:

Je sais que c'est là, en moi. Je n'ai donc aucune crainte envers le vide dans lequel j'évolue la plupart du temps.

J’ai ce ressenti quand je crée…
Une sorte d’intimité avec mon âme !
Des instants rares, précieux, qui donnent vie. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Jeu 12 Nov 2009 - 17:19

Bianca a écrit:
J’ai ce ressenti quand je crée
pfiou... cette sensation indescriptible, sur laquelle je tente vainement de mettre les mots exacts !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Jeu 12 Nov 2009 - 19:32

Romane a écrit:
Bianca a écrit:
J’ai ce ressenti quand je crée
pfiou... cette sensation indescriptible, sur laquelle je tente vainement de mettre les mots exacts !

On en est tous là Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Jeu 12 Nov 2009 - 20:32

Ange
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Ven 13 Nov 2009 - 22:44

Une tentative...

Tu n'es pas Je.


Qui es-Tu toi qui m'étouffe sous tes certitudes

entassées comme autant de fêlures

Tu as établi ta souveraineté au royaume des altitudes

miasmes enluminés d'infinies convenances,

soumissions passives, perverses accoutumances,

qui es-Tu pour vouloir ainsi me perdre alors que Je t'héberge

Tu as voulu te nourrir des amitiés soudoyées,

honorer les vénérations, les reconnaissances

te gaver sans répit des amours galvaudés,

Tu as cru prendre forme, pâte malléable

abandonnée langoureusement aux caresses versatiles

Tu réclamais ta pitance le coeur éteint

et l'égo malhabile, prêt à t'humilier pour calmer ta faim,

l'euphorie anarchique te servait de remède et

Tu refusais d'écouter en ton sein

vibrer une âme éteinte qui tendait vers sa fin

mais la Vie a trouvé la faille et t'a mené vers le tombeau

nulle crainte pour elle tu n'étais qu'un vaisseau

tu pouvais bien sombrer dans les abysses lointaines

elle était l'Océan, Tu te croyais capitaine

au creux des montagnes mouvantes Tu as eu peur enfin

tes pensées se sont tues et Je suis revenu

de mon corps paralytique ont jailli des lumières

des étreintes amoureuses ruisselant de semence

palpitations d'univers comme autant de naissances

j'ai compris les douleurs car Tu n'étais plus là

dressé à la barre d'un navire perdu Tu n'avais pas le choix

ta solitude morbide t'emplissait de morve

il fallait que tu craches toutes tes nuisances

pour échapper enfin aux avides noirceurs

Je ne t'en veux pas Tu sais,

Tu as fait ce que Tu croyais juste

le courant était bien trop fort pour toi

Je te tends la main désormais

cette main que tu as toujours donné aux autres

en ignorant qu'elle était ton bien

il n'y a plus rien à fuir, ni peur à nourrir

Tu as rejoint ton âme et Tu t'y sens bien

laisse -toi porter la Vie sait ce dont elle a besoin

l'Océan n'existe que là où Je me trouve

cesse de regarder les horizons éteints

ils ne sont que chimères et Tu t'épuises pour rien

Je suis là maintenant et Tu peux te reposer.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Ven 13 Nov 2009 - 22:49

On pourrait prendre des bribes et débattre sur chacune d'elles, tant ce texte est riche.

J'ai une question, ou plutôt un flottement plus ou moins aléatoire selon l'instant et les conditions ; qui est "je par rapport à moi" et qui est "moi par rapport à je". Lequel est en l'autre, sont ils différents.

Parfois l'un prend le pas sur l'autre. Un rai de lumière et je les discerne bien.
Parfois ils se confondent. Clair obscur, je ne sais plus trop.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Ven 13 Nov 2009 - 23:14

Romane a écrit:
On pourrait prendre des bribes et débattre sur chacune d'elles, tant ce texte est riche.

J'ai une question, ou plutôt un flottement plus ou moins aléatoire selon l'instant et les conditions ; qui est "je par rapport à moi" et qui est "moi par rapport à je". Lequel est en l'autre, sont ils différents.

Parfois l'un prend le pas sur l'autre. Un rai de lumière et je les discerne bien.
Parfois ils se confondent. Clair obscur, je ne sais plus trop.

Une tentative de réponse.

Juillet 2009

"Je suis allé faire du vélo ce matin, un long tour dans les montagnes, un col bien raide, juste histoire d'entretenir le bonhomme...Je savais bien que j'allais "prendre cher" comme disent mes deux gars.

Bon, effectivement, j'ai pris cher ! Mais moins qu'hier quand même...Le coup de pédale qui revient.

Mais là n'est pas le sujet.



Je roulais sous le soleil, douze kilomètres de montée, je soufflais les gouttes qui perlaient régulièrement au bout de mon nez ou qui venaient me brûler les yeux, je ruisselais tellement que la route devait glisser derrière moi...

Et puis là, soudainement j'ai réalisé que je ne pensais à rien ! Bon, bien entendu, il a fallu que je pense pour m'en apercevoir mais j'aurais été incapable de dire depuis combien de temps il n'y avait rien eu dans ma tête qu'un grand vide apaisé...

Quel bonheur !!

Pouquoi est-ce qu'ainsi je parvenais enfin à perdre la tête ?

La solitude tout d'abord. La première explication qui me venait à l'esprit. Dans l'absence de l'autre, je ne disposais d'aucun miroir, aucun retour vers ce moi identifié. L'autre n'est que l'architecte de ce moi. Il m'apporte le rôle qui convient à l'instant. Je n'étais ni le père qui accompagne ses deux garçons, ni le cycliste qui roule dans un groupe, rien. Aucune parole, ma voix ne venait pas me rappeler ce que je suis. Aucune attention envers cet autre que je ne dois pas perturber si je souhaite maintenir le contact, la reconnaissance. Aucun besoin d'établir cette réciprocité nécessaire envers l'autre moi qui cherche inconsciemment à construire ce qu'il pense ou souhaite "être"...Aucun regard vers cet individu que je suis à travers la communication. Personne pour me renvoyer l'image de moi. Lorsque je parle à quelqu'un, je peux voir dans ses regards tournés vers moi que "je" suis là. Mais est-ce le "je" ou le "tu" auquel il s'adresse ? Etant donné qu'il profite de la même façon de mon attention, il est probable que je ne lui donne ce sentiment d'existence qu'à partir du moment où je profite également de ce qu'il m'offre...Dès lors, nous imaginons simultanément deux êtres constitués, identifiés, séparés, face à face, comme deux entités différenciées...Et ce sentiment d'être là grâce à l'autre nous comble de bonheur. Même s'il s'agit d'un jeu de rôle auquel nous nous soumettons afin de préserver l'assemblage. Nous acceptons d'être modelés par les réactions de l'autre parce que nous y prenons forme. Parce que le "tu" se dresse et du haut de son égo se ravit.



L'épuisement ensuite. Comme une déliquescence favorable, une perdition de tous les repères. Je pensais au zazen de Jacques Brosse ou Jean Klein.

Cette identification proposée par l'autre est une superposition de la réalité. L'impression adorée qu'il y a une personne dans le monde, une croyance à laquelle je m'attache parce qu'elle me renforce. Mais là, il n'y a personne pour m'observer et me renvoyer mon image et je perds en plus la sensation éprouvée de mon corps. Et ce corps est "l'autre" entité à laquelle je suis attachée. Je ne le vois pas comme un "transporteur" mais un être à part entière, une réalité détachée de celle du monde. Hallucination. Il y a davantage de vide dans l'espace entre mes cellules qu'entre la Terre et la Lune.

Et là, dans le tempo de mes jambes qui appuient sur les pédales, sans que je n'ai à y penser et sans qu'aucune sensation précise ne me parvienne, je me dilue, je m'évapore, je quitte cet ectoplasme réduit à une enveloppe vidée de tout, juste animée encore (heureusement !) par les battements cardiaques et toute la machinerie physiologique qui lui obéit, sans que je n'ai besoin d'intervenir, sans que mes pensées n'aient à en prendre la charge, comme si dans la sueur qui ruisselle toutes les images afférentes à ce corps dégoulinaient, ruinées par l'abandon complet à la mécanique lancinante des jambes qui pédalent, qui pédalent... Je ne sais pas où est le sommet, je ne m'y intéresse même pas, je fixe le goudron devant ma roue, les yeux cloués à la route, dans un vide silencieux. L'épuisement est une humiliation bénéfique, salvatrice, je ne suis qu'un vide que personne ne regarde, que personne ne sonde, juge, observe, moule, transforme, je n'ai plus de tête puisque personne ne m'offre à travers ses regards la présence de cette tête, je n'ai plus de corps, il ne reste qu'un mouvement qui ne m'appartient pas, une certaine hypnose qui m'extirpe de cette carapace fracturée, un leitmotiv mécanique comme si la vie elle-même se maintenait, aucune volonté, ce n'est pas "moi" qui pédale, "ça" pédale en moi et il n'y a plus de moi mais un puits ouvert qui absorbe la lumière, l'énergie, le souffle vital, je ne cherche pas à accélérer, je ne cherche même pas à avancer, rien n'est à moi, j'appartiens à ce vide qui me remplit.



J'ai voulu quitter mes pensées à un moment...Elles revenaient à l'assaut...Alors je me suis concentré sur la remontée de la jambe gauche pendant que la droite redescend...Jean Klein parle de concentration pour faire zazen...Pour s'enraciner dans l'absence et découvrir la présence.

Appuie, remonte, appuie, remonte...Appu...Remon...Ap...Re...

Plus rien. Le vide.

Je n'ai rien vu des derniers kilomètres..."
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Ven 13 Nov 2009 - 23:25

Oui, j'avais déjà lu ce texte que tu as posté dans un autre fil je ne sais plus où. Il m'avait frappée, déjà.

Il me revient en mémoire une expérience hors du commun, qui a duré trois mois et pendant laquelle j'ai été à la fois subjuguée et bien embarrassée pour tenir le coup. Ce truc que je n'aime pas raconter, sauf quand je suis en confiance, mais vraiment en confiance, quoi, et. Bon. Ce truc qui m'a épuisée.

Pendant laquelle j'ai bien fait la différence entre "moi" et "je". Puisqu'ils s'étaient dissociés.
Comment peut-on ensuite être obligé de faire un effort pour les distinguer ! Je devrais plus souvent faire travailler ma mémoire !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Ven 13 Nov 2009 - 23:35

Romane a écrit:
Oui, j'avais déjà lu ce texte que tu as posté dans un autre fil je ne sais plus où. Il m'avait frappée, déjà.

Il me revient en mémoire une expérience hors du commun, qui a duré trois mois et pendant laquelle j'ai été à la fois subjuguée et bien embarrassée pour tenir le coup. Ce truc que je n'aime pas raconter, sauf quand je suis en confiance, mais vraiment en confiance, quoi, et. Bon. Ce truc qui m'a épuisée.

Pendant laquelle j'ai bien fait la différence entre "moi" et "je". Puisqu'ils s'étaient dissociés.
Comment peut-on ensuite être obligé de faire un effort pour les distinguer ! Je devrais plus souvent faire travailler ma mémoire !

Tu sais, on est beaucoup dans ce cas là...Ca a duré des mois pour moi, pareil pour Nathalie...Par contre on a évité cet épuisement dont tu parles. c'était au contraire une énergie incommensurable, des nuits entières à marcher, plus aucun sommeil, dix minutes parfois en 48 h, des heures en montagne, à écrire des heures durant, une joie immense, un sourire intérieur et puis parfois d'énormes crises d'angoisse, la peur que tout s'arrête...Le mental qui faisait des siennes, quel cabotin celui-là, faut toujours qu'il fasse son intéressant ou son rôle adoré de victime.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   Ven 13 Nov 2009 - 23:43

On ne doit pas évoquer tout à fait la même chose, Thierry, parce que je t'assure que ne serait-ce que pour porter une tasse de café à mes lèvres, il fallait rudement calculer et y mettre toute mon énergie. Quant à marcher pendant des heures, je n'aurais pas pu, à cause du fonctionnement des jambes à calculer sans tomber. Je ne te cause même pas des escaliers à monter, et pire, la voiture à conduire. Il n'aurait pas fallu que ça dure plus longtemps, mon corps n'aurait pas pu suivre. C'était limite zone rouge fluo.
Quant à écrire, même chose... tenir le stylo en main et tracer quelque chose sur le papier relevait d'un défi épouvantable.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mental et l'esprit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mental et l'esprit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Débat] Esprit Walt Disney vs Esprit Pixar ?
» Esprit de collections
» Les libraires d'Esprit BD chroniqueurs sur Clermont-Première
» Pont Saint Esprit
» Merci de m'accueillir sur Esprit BD :-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Philosophie-
Sauter vers: