Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le mental

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
thierry



Nombre de messages : 601
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Lun 30 Nov 2009 - 22:28

Afin de ne pas paraître « didactique » je vais continuer ce post en mettant en avant ma propre expérience. Non en détaillant les évènements mais juste en apportant ce que je comprends. Ca n’est pas une « voie » universelle bien entendu. Juste mon expérience. Ca vaut ce que ça vaut…Les termes que j’utilise sont de la même façon ceux qui me conviennent. Ils ne correspondent pas à une certitude linguistique mais juste aux termes qui me permettent de saisir cette réalité.

C’est parfois par un « éveil » brutal que l’individu s’ouvre à une conscience plus élargie. Quelque chose survient qui dévoile l’essence profonde de l’être, l’individu est comme saisi ou arraché à ce qu’il était et accède à autre chose. La dureté de ce qu’il vit fait qu’il n’a pas le choix. C’est un saut dans l’inconnu et il ne le maîtrise pas. Freud parle de « l’inquiétante étrangeté », Maslow d’une « expérience paroxystique », Krishnamurti de « l’êtreté », Mircéa Eliade « du surgissement du sacré », Michel Hulin de « la mystique sauvage », Romain Rolland « d’un sentiment océanique »…Ce sont des moments de flashs existentiels…
Ca peut prendre la forme d’un drame mais également d’une situation plus banale, comme une écoute musicale, un paysage, un regard, un coup de foudre... Sauf que cette fois, ça n’est pas perçu par le mental, à travers des références éprouvées mais à travers une émotion paroxystique qui n’a pas de source connue, un embrasement, un « décrochage » au sens littéral. L’individu identifié n’est plus là, c’est une autre entité qui se révèle. Il s’agit bien entendu toujours du même individu, rien ne descend en lui, tout est déjà là mais c’est comme si toutes les « barrières mentales » avaient volé en éclat. Bien évidemment ce flash a des conséquences immenses, un bouleversement complet, durable…Il n’est pas toujours simple de le gérer d’ailleurs. La cassure avec l’environnement connu peut plonger l’individu dans un isolement qui peut sembler névrotique…Dès lors la peur risque de bloquer l’évolution, la peur de perdre ses repères, ses relations…Il suffit de regarder le nombre « d’expériencers » (survivants de NDE). Beaucoup se taisent et s’efforcent même parfois de tout nier, de tout oublier.
Cet état dé-mentalisé, je le perçois comme l’irruption de l’esprit, une fulgurance bouleversante. L’individu n’a aucun point de repère, aucune connaissance qui lui permette de comprendre ce qu’il a vécu et perdure en le laissant dans un état de réception qui frise parfois l’intolérable. Ca n’est pas nécessairement agréable tellement c’est déstabilisant…Le problème vient du fait que l’individu cherche à comprendre, à analyser, à identifier, à classifier, il alterne entre l’euphorie et l’inquiétude. C’est là que le lâcher prise prend toute son importance.
« Laisse la vie te vivre, elle sait où elle va. »
Cette phrase qui s’est imposée à moi m’a apaisé, considérablement. J’ai arrêté de chercher à comprendre. Le mental n’avait rien à faire là. Il n’avait aucun rôle à jouer, il ne pouvait être qu’une entrave. Cette conscience « élargie » s’est installée dès lors. De l’individu torturé, je suis passé à un état de détachement. Enormément de problèmes ont disparu. Au point que j’ai retrouvé mon intégrité physique sans que le monde médical ne puisse l’expliquer.
L’esprit.
Qu’est-ce que c’était ? Qu’est-ce qui s’était révélé ainsi ? D’où venait cette perception de la vie qui m’avait toujours échappé ?
Gurdjieff parle de quatre niveaux de conscience :
Le sommeil nocturne
L’état de veille ordinaire (champ d’investigation du mental)
Conscience du Soi
Conscience objective.
Selon Gurdjieff, l’individu existe essentiellement dans les deux premiers états de conscience et connaît par ouïe dire le quatrième, que les Traditions orientales appellent « état de grâce, nirvana, illumination »…Mais ce niveau de conscience objective reste inaccessible à l’homme ordinaire si le goût et la saveur du troisième état, celui de la conscience de soi, lui sont inconnus.
« Chaque pensée, chaque sentiment, chaque sensation, désir, attirance ou répulsion constitue un « moi ». Ces « moi » ne sont réellement ni coordonnés ni reliés entre eux. Ils sont même parfois en totale opposition…Chacun d’eux dépend d’un changement de circonstances extérieures et d’impressions reçues. Dans la plupart des cas, l’homme croit au dernier « moi » qui s’est exprimé et cela tant qu’il dure, c'est-à-dire tant qu’un autre « moi » parfois sans lien avec le précédent n’exprime pas plus fortement son opinion et ses désirs. Ces « moi » forment l’égo. »
Il n’y a donc pas d’unité mais un amalgame de « moi ». Ils peuvent être très performants et capables de réaliser de grandes choses, il n’est pas question de les renier, mais dans cet état anarchique l’individu souffre, inconsciemment ou pas, d’une étrange nostalgie, une impression indéfinissable d’avoir égaré une part de lui-même…Cette tristesse inexplicable qui nous saisit parfois sans raison connue. L’esprit ? On la rejette en raisonnant, « allez, reprends-toi, t’as du boulot, t’as aucune raison d’être comme ça, etc… »
La raison…Je ne l’aime pas celle-là. Rien à voir avec ce que j’appelle « la vigilance ». La raison est très éducative alors que la vigilance est une écoute attentive de soi. En dehors des paramètres sociaux, des regards de l’autre. Je suis vigilant à mon être intérieur et je l’aime, je l’écoute, je lui suis attentif, même si c’est « déraisonnable ».

Joëlle Maurel et René Barbier ont écrit : « Nous définissons la spiritualité comme l’énergie qui pousse l’individu à la transcendance de sa conscience personnelle afin de s’ouvrir à la conscience universelle que nous appellerons l’esprit ou la fonction noétique. »

Le bonheur que j’ai éprouvé en lisant cette phrase…Comme si on me donnait enfin à comprendre cet état étrange, cette « distanciation » dans laquelle je vivais. J’avais une idée plus claire de cet esprit…Je comprenais mieux également cette énergie fabuleuse que j’avais éprouvée à diverses occasions, cette force incompréhensible, pas nécessairement une force physique, même s’il y avait des effets corporels, mais bien davantage une « nourriture » spirituelle, une lucidité incroyable, une perception affinée, un lâcher prise total, quelque chose que je ne saisissais parfois pas dans l’instant mais avec le recul. Je comprenais ces états contemplatifs qui me faisaient pleurer au sommet d’une montagne, dans la solitude lumineuse des horizons intérieurs…
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Mar 1 Déc 2009 - 0:51

Voilà un fil d'une qualité et d'un intérêt incontestables. L'article m'a semblé proprement passionnant.
J'ai beaucoup lu sur les philosophies japonaise et chinoise, je commence à étudier celles relatives à l'Inde, encore qu'une lecture passionnée de Jung m'ait déjà familiarisée à certains concepts.
Je n'ajouterai rien, sinon une réflexion personnelle qui me titille en ce moment. Pardon si elle ne vous semble pas judicieuse dans ce fil...
J'ai entendu parler d'un état de "transe" atteint par des danseuses alors qu'elles se produisaient (je parle de danses orientales). Cet état s'appelle le "tarab", que les danseurs de flamenco connaissent aussi et appellent "duende".
Bien sûr, il existe des danses de transe spécifiques, mais il ne s'agit pas de cela.
C'est un état de grâce particulier où le corps, l'esprit, l'âme de la danseuse, en contact avec le public, s'élèvent vers une sorte de sommet extatique.
Ce qui m'a paru nouveau et très intéressant, c'est justement l'interférence des autres. Pas seulement une harmonie parfaite ressentie entre corps-âme-esprit ou moi-soi-surmoi, et que certains peuvent atteindre pour un bref moment privilégié (ou plus), mais la nécessité des autres, du public, pour atteindre cet état. Et que ce "tarab" se propage du coup au personnes du public, qui se nourrissent de celui de la danseuse. C'est la réciprocité qui me fascine.
Attention, je ne parle pas seulement d'un moment de grâce entre artiste et public, cela arrive assez souvent, mais d'un véritable état de transe collective.
On dit qu'Oum Kalsoum provoquait cela aussi quand elle chantait, certains de ses récitals duraient toute la nuit. Et bien qu'elle soit morte depuis fort longtemps, ses disques sont encore les plus vendus dans les pays de langue arabe.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental   Mar 1 Déc 2009 - 2:10

Je vous lis avec attention, mais j'avoue ne pas savoir trouver les mots pour donner mon propre témoignage. J'ai toujours pensé que le vocabulaire usuel n'est pas à la hauteur de ce qui dépasse l'ordinaire. Je confirme.
Il y a aussi une part d'indicible dans le sens : pas n'importe comment.
C'est je pense ce qui me retient tant que les conditions ne sont pas réunies favorablement pour que je me lance. J'sais pas comment l'expliquer mieux.

Très touchée par vos deux témoignages, Thierry et Blue.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le mental   Mar 1 Déc 2009 - 4:11

À ce point de la discussion, j'aimerais que vous regardiez un film, pour faire avancer le débat, mais peut-être aussi élargir les esprits sur le sujet :
http://liensutiles.forumactif.com/philosophie-f112/le-lien-entre-matiere-et-conscience-est-quantique-t18343.htm#368922

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Mar 1 Déc 2009 - 14:24

filo a écrit:
À ce point de la discussion, j'aimerais que vous regardiez un film, pour faire avancer le débat, mais peut-être aussi élargir les esprits sur le sujet :
http://liensutiles.forumactif.com/philosophie-f112/le-lien-entre-matiere-et-conscience-est-quantique-t18343.htm#368922

Merci Filo, je regarde tout ça ce soir. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Mar 1 Déc 2009 - 14:26

blue note a écrit:
Voilà un fil d'une qualité et d'un intérêt incontestables. L'article m'a semblé proprement passionnant.
J'ai beaucoup lu sur les philosophies japonaise et chinoise, je commence à étudier celles relatives à l'Inde, encore qu'une lecture passionnée de Jung m'ait déjà familiarisée à certains concepts.
Je n'ajouterai rien, sinon une réflexion personnelle qui me titille en ce moment. Pardon si elle ne vous semble pas judicieuse dans ce fil...
J'ai entendu parler d'un état de "transe" atteint par des danseuses alors qu'elles se produisaient (je parle de danses orientales). Cet état s'appelle le "tarab", que les danseurs de flamenco connaissent aussi et appellent "duende".
Bien sûr, il existe des danses de transe spécifiques, mais il ne s'agit pas de cela.
C'est un état de grâce particulier où le corps, l'esprit, l'âme de la danseuse, en contact avec le public, s'élèvent vers une sorte de sommet extatique.
Ce qui m'a paru nouveau et très intéressant, c'est justement l'interférence des autres. Pas seulement une harmonie parfaite ressentie entre corps-âme-esprit ou moi-soi-surmoi, et que certains peuvent atteindre pour un bref moment privilégié (ou plus), mais la nécessité des autres, du public, pour atteindre cet état. Et que ce "tarab" se propage du coup au personnes du public, qui se nourrissent de celui de la danseuse. C'est la réciprocité qui me fascine.
Attention, je ne parle pas seulement d'un moment de grâce entre artiste et public, cela arrive assez souvent, mais d'un véritable état de transe collective.
On dit qu'Oum Kalsoum provoquait cela aussi quand elle chantait, certains de ses récitals duraient toute la nuit. Et bien qu'elle soit morte depuis fort longtemps, ses disques sont encore les plus vendus dans les pays de langue arabe.

Bonjour Blue, j'ai déjà lu un artcile sur ces cas et Gurdjieff le pratiquait également avec les derviches tourneurs. Ouspensky dans "fragments d'un enseignement inconnu" en témoigne. Fascinant...
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Ven 4 Déc 2009 - 22:44

Chaque fois que vous êtes malheureux, vous ajoutez quelque chose à la réalité et c'est cette addiction qui vous rend malheureux. Je vous le répète, vous ajoutez quelque chose : vous ajoutez votre réaction négative.

La réalité procure le stimulus, vous procurez la réaction. Vous ajoutez quelque chose en réagissant. Et si vous examinez cette chose, vous constatez que c'est toujours une illusion, une exigence, une attente, un désir insatiable. Toujours. Les exemples d'illusions abondent. " Anthony de Mello

A mon sens, il en est de même avec la peur. La peur est intimement liée à notre perception du temps. Nous avons peur d’un passé qui nous hante et que nous craignons voir rejaillir ou nous avons peur d’un avenir que nous imaginons. Nous nous projetons par la pensée dans un espace qui n’existe pas dans la réalité. Notre réaction à cette projection créé cette peur. Dont nous finissons par avoir peur… Si j’ai peur de ce qui peut arriver à mes enfants, ça n’a aucune réalité dans la vie. Ca n’est qu’une projection de mon mental, une dérive de mes pensées. A travers cette peur, j’entretiens mon identification à mon « rôle » de parent et l’égo s’en trouve conforté dans sa position. Je suis un bon père parce que j’ai peur et que j’essaie de protéger mes enfants d’un danger que j’imagine…C’est évidemment absurde. Ca n’a aucune réalité. C’est une création de ma pensée en fonction des conditionnements auxquels j’aime me soumettre parce qu’ils renforcent mon égo (ou mon Moi). Le mental, et les pensées dont il est friand, même si elles sont "hallucinatoires", devient un architecte au lieu d'être un ouvrier mais sa citadelle est chaotique.
Cette peur mentalisée me valorise. Le pire étant de transmettre cette peur à ses propres enfants comme une preuve d'amour...

S’il s’agit d’un danger réel, alors mon attitude se doit d’être différente. Je dois agir et la pensée sera au service de cette action indispensable. La pensée redevient l’outil qu’elle ne doit pas cesser d’être. Il n’est pas question de se laisser emporter par les conséquences éventuelles de ce danger mais de rester ancré dans l’instant afin que les actes soient efficaces. Les pensées « temporelles » qui projettent l’individu dans un avenir incertain sont une dispersion qu interfèrent sur la qualité des actes.
Mais c’est très compliqué…Ca réclame une grande "vigilance"...
Si je suis en montagne avec mes garçons, en tête dans une voie d’escalade, si je me retrouve dans un passage dangereux et que je me mets à penser que si je tombe, ils vont vivre un cauchemar ou que je risque de souffrir, ça ne servira à rien dans le fait que je dois dépasser ce passage. Il faut que je concentre mes pensées pour qu’elles soient au service de mes actes: la lecture du rocher, le positionnement de mon corps, la mise en place des coinceurs, il ne doit y avoir rien d’autre et la peur ne serait qu’un voile sur la lucidité.
C’est d’ailleurs ce contrôle que les situations dangereuses volontairement déclenchées peuvent permettre.


Je ne peux pas me plaindre de l'obscure réalité quand mon regard lui donne cette teinte. Je ne peux pas me plaindre de la peur dès lors qu’elle n’est qu’une projection temporelle, une pensée sans réalité, le fruit de mon mental.
Je ne peux pas me plaindre de situations que je provoque. Je dois les assumer ou les changer.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental   Sam 5 Déc 2009 - 2:23

A la peur, on peut ajouter la colère, la frustration, la jalousie, enfin toutes sortes de sentiments négatifs qui effectivement façonnent l'instant pour le rendre invivable. Ces sentiments prennent naissance à la suite d'un événement ou de situations du passé, certes, mais il nous appartient d'en venir à bout et c'est possible.

Je disais à un petit garçon assez turbulent, l'an dernier dans le groupe théâtre dont je m'occupe, qu'il avait une sacrée chance d'être à la tête de sa tête, et de pouvoir orienter sa tête comme il le souhaitait. J'ai expliqué en mots très simples pour qu'il soit capable de comprendre qu'il était décideur et que de sa décision plein de choses pouvaient changer en lui et autour de lui. De fait, il m'a écoutée rudement attentivement et s'est piqué au jeu. Tout le reste de l'année a été fructueux, il en a retiré une aisance bien plus confortable, et s'est débrouillé comme un chef. Mine de rien, je constate que cette année, il a fait un bond en avant en matière de capacités.

A côté de ça, j'ai l'exemple contraire d'une adulte de 67 balais qui n'a toujours pas compris qu'elle pouvait tourner sa pensée vers le positif, et qui visuellement me fait l'effet d'une spirale descendante aspirant tout vers le bas. Les mots n'y font rien, les gestes non plus, mais s'ils sont vains, c'est bien parce que tout passe par la personne en elle-même et non pas l'entourage. Tant qu'elle refusera elle se sentira mal. Si un jour par miracle elle tourne son regard dans l'autre sens, ce que je lui souhaite, déjà elle comprendra beaucoup des conséquences de ses actes/mots et pourra commencer à rayonner.



Je ne peux pas mieux illustrer.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Dim 6 Déc 2009 - 16:33

http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/article.php3?id_article=556

Depuis l'année universitaire 2005-2006, avec une petite équipe d'enseignants et de tuteurs militants, nous poursuivons une passionnante expérience de recherche-action pédagogique, dans le cadre de la licence de Sciences de l'éducation en ligne de l'Institut d'Enseignement à Distance (IED) de notre université. Au deuxième semestre, dans mon cours sur "le recherche-action existentielle et transpersonnelle", j'utilise la fonction du WIKI du logiciel CLAROLINE qui permet une écriture collective et anonyme sur une thème de recherche. C'est ainsi qu'autour de "Qu'est-ce qu'une spiritualité laïque", les étudiants de licence, tous travailleurs salariés, élaborent, progressivement, la réflexion présentée ici à la date du 11 mars 2006.


Recherche-action existentielle et transpersonnelle sur le thème "Qu'est-ce qu'une "spiritualité laïque ?"

C'est une démarche expérientielle et existentielle de soi-même, indépendante des institutions religieuses. Il s'agit d'une réflexion profonde sur l'ensemble des expériences de la vie en reliance avec l'Autre et ce qui nous entoure, qui nous amène à avoir une meilleure perception du réel et une conscience de plus en plus grande de l'être humain au sein de son environnement. Ces expériences et cette conscience d'être en interdépendance constante avec le monde, forment la manière d'être en vie. La spiritualité se traduit par des paroles et des attitudes d'ouverture à l'égard des autres, par des attitudes de tolérance et de compassion. La spiritualité s'éprouve avant de se penser. Quand on se sent envahi, lors de certaines expériences de vie, par cette dimension spirituelle de soi-même, on en ressort différent, ça nous émeut, ça nous chahute, ça nous bouscule, ça nous change. C'est comme un rendez-vous avec l'essentiel en soi, une écoute de ce qui s'exprime le moins. Ce sont des instants qui bouleversent une vie.

Atteindre un accomplissement spirituel en accord avec ses valeurs et principes, sans relation quelquonque avec la religion. Juste l'accomplissement de son être. Etre en accord avec soi-même et aller dans le sens que l'on souhaite donner à sa vie sans influence quelconque.

C'est une compréhension de soi et du divin en nous et en toutes choses, sans aucun artifice religieux particulariste qui divise par des symboles des dogmes et autres attributs. Un esprit laic, universel, sans aucun teintage ethnico-religieux sous la forme clivatrice, pour en terminer avec les enfantillages des religions qui tentent de s'appropier une vérité inébranlable. Une union constante en ce fond commun, en cet amour universel et inconditionnel qui transcende les divisions et nous unit TOUS.

C'est une liberté absolue de conscience éprouvée et mise en pratique pour le bonheur d'être au monde, en disponibilité avec soi et les autres, et comme toutes les libertés, elle n'est pas seulement voyage imaginaire, philosophique et fraternel mais aussi engagement social. La spiritualité laïque est de l'ordre de "l'imaginaire sacral et philosophique". L'être spirtuel se pose la question de la façon dont il vit, que fait-il de sa vie avec les autres et quelles valeurs sociales contribue-t-il à dispenser. La spiritualité laîque commence par une mise en action de sa pensée.

La spiritualité entraîne un travail intérieur de l'être, la spiritualité laïque peut être le moyen de se libérer de la religion ou de toute autre forme de pensée, de croyance imposées sous prétexte d'une Verité. La spiritualité laïque permet de trouver sa propre harmonie, une dimension sacrée de la vie en découle. Elle entraîne l'être tout entier dans différents univers qui lui sont connus ou encore inconnus.

Une spiritualité laïque s'adresse à ceux qui ont l'intuition d'une dimension sacrée de la vie. Tendre à plus de cohérence dans sa vie et de se porter mieux, de trouver une certaine harmonie intérieure, ou encore de donner un sens à nos actions et plus généralement à notre vie, au-delà de la satisfaction des besoins matériels. Cette spiritualité doit être personnelle et ne doit pas tendre vers un mouvement sectaire. De plus, nous n'en avons pas forcément conscience de cette spiritualité laïque au quotidien, souvent les personnes qui ont connu une expérience proche de la mort, relativisent leur vie matérielle et ont un sens plus profond de la vie. Mais on peut se poser la question, en se libérer de croyances, du dogme religieux, avons-nous tous une spiritualité ?

Mais finalement spiritualité et laïcité sont -ils bien des termes que l'on peut lier ? Une personne laïque peut elle accepter cette notion de spiritualité ? Les laïcs n'ont ils pas cette façon de penser qui les laisse neutres quant à toute source de croyance et la spiritualité n'est elle pas une croyance à quelque chose ? La spiritualité laïque est conforme au besoin qu'on éprouve de se libérer de mythologies religieuses et de croyances qui ne correspondent pas aux découvertes fondamentales de la science moderne. Cette tendance est éprouvée par le besoin que l'on a de se libérer de toutes formes matérielles, de toutes technologies, de se sentir en paix sans aucun accessoires.

La laïcité est une sorte de neutralité bienveillante à laquelle fait référence une société pour s'établir et se développer, affirmant ainsi une certaine autonomie vis-à-vis des religions. Une telle société prône la liberté de conscience de sujets libres et responsables, capables de penser par eux-mêmes en vue de faire avancer des questions de société car la laïcité évolue avec son temps. En ce sens, on peut dire qu'elle a un lien avec la spiritualité car elle est tournée vers l'autre, avec une réelle capacité d'écoute, de compréhension et de tolérance pour tenter de mieux vivre ensemble.

Peut-être qu'il peut y avoir plusieurs approches dans la compréhension de ce qu'est "la spiritualité laïque". Et si, pour répondre à la question de savoir si on peut lier ces deux termes que sont "spiritualité" et "laïcité", on commençait par consulter le dictionnaire pour définir les termes ?

« Spiritualité : qualité de ce qui est esprit : la spiritualité de l'âme. Tout ce qui a pour objet la vie spirituelle. Spirituel : qui appartient à l'esprit, à l'âme. Relatif à la religion, à la vie de l'âme. Relatif à l'Eglise. Où il y a de l'esprit, de la finesse, de l'intelligence. Spiritualiser : donner un esprit, une âme « à »… dégager de toute matérialité. Larousse 1979. » « Relatif au domaine de l'intelligence, de l'esprit, de la morale. Valeurs spirituelles. Relatif à la religion, à l'église. Larousse 1989. »

« Laïque : qui n'appartient pas au clergé. Laïcité : système qui exclut les Eglises de l'exercice du pouvoir politique ou administratif, et notamment de l'organisation de l'enseignement. Laïciser : éliminer tout principe de caractère religieux. Dictionnaire Larousse 1979 » « Laïque : indépendant des organisations religieuses, neutre sur le plan confessionnel ; qui est étranger à la religion, au sentiment religieux. Laïcité : caractère de ce qui est indépendant des conceptions religieuses ou partisanes. Système qui exclut les églises du pouvoir politique ou administratif. Laïciser : soustraire à l'autorité religieuse. Dictionnaire Larousse 1989. Idem Larousse 1994 » « Laïque : qui n'a pas de caractère religieux. Laïcité : principe de séparation des églises et de l'état. Laïciser : ôter tout caractère religieux à. Dictionnaire de poche Hachette 2003 »

Si on pense le terme de « spiritualité » comme figé dans la sphère du religieux, et le terme de « laïcité » comme ce qui est « anti-religieux », il semble alors que la spiritualité laïque soit quelque chose d'incompréhensible. Il y a une exigence d'ouverture dans la compréhension des termes de spiritualité et de laïcité pour penser la spiritualité laïque. Le terme "spiritualité" tire son origine du terme "esprit" mais ce dernier était entendu dans certains milieux comme synonyme de "l'esprit saint". Il faudra attendre E.Mounier pour voir apparaître l'utilisation du mot esprit "sans étiquette". Les termes de laïc et ses dérivés : laïcat, laïcité… furent longtemps réservés à la désignation des non-clercs, puis des anticléricaux, et ce sens envahit fort longtemps le champ des relations entre l'Eglise comme institution (les clercs, le dogme, les pratiques) et le reste de la société. Il faudra le compagnonnage né des luttes sociales et des guerres de la première moitié du XXème siècle pour qu'apparaissent une laïcité plus ouverte et le début d'une tolérance à son égard dans les milieux religieux traditionnels. En témoigne un texte de 1949 signé André Latreille et Joseph Vialatou dans la revue "Esprit", définissant la laïcité comme "l'expression juridique de la liberté de l'acte de foi". Il fallut attendre 1946 pour que certaines autorités ecclésiastiques déclarent que "la laïcité pouvait être tolérée".

Mais ce serait une erreur de confondre laïcité et esprit anti-religieux .Le mot "laïque" est parfois interprété dans un sens anti-religieux.Mais l'important dans la spiritualité laïque à ce qu'il me semble, c'est d'apprendre à vivre avec d'autres, à tolérer les différences, à porter secours à celui qui est dans le besoin, se mettre d'accord sur une éthique, une morale.La "spiritualité laïque" n'a pas de sens anti-religieux. Certes la religion peut être comprise d'abord comme une institution qui se définit en fonction de la collectivité tandis que la spiritualité se ramène au travail intérieur de l'individu. Mais s'il est juste d'avancer que l'encadrement devient parfois un enrôlement, une forme de soumissions au dogme, faut-il nier qu'il soit possible de poursuivre une expérience spirituelle dans le cadre d'une religion ?

La spiritualité laïque apparait comme une nouvelle tendance qui manifeste le besoin que l'homme éprouve de trouver une certaine harmonie intérieure, ou encore de donner un sens à ses actions et plus généralement à sa vie, au-delà de la satisfaction des besoins matériels. Une spiritualité laïque s'adresse à ceux qui ont l'intuition d'une dimension sacrée de la vie et qui cherchent à vivre en accord avec cette intuition. Cela se traduit jour après jour par des paroles et des attitudes d'ouverture à l'égard des autres, des attitudes de tolérance et de compassion, par une droiture dans l'engagement et par un travail sur soi, jour après jour, que ce soit avec ou sans Dieu. Les voies sont multiples, mais la sagesse est Une. Cela suppose d'être d'une grande rigueur avec soi-même. La spiritualité laïque ce serait donc l'expression d'un besoin de spiritualité avec ou sans Dieu.

La spiritualité laïque est la recherche en toute liberté de connaissance pour construire sa vie et trouver l'art de vivre. Elle n'est pas anti-religieuse, car elle permet l'ouverture aux autres sans distinction de culture, religion, classe sociale.

Personnellement je suis athée (limite anti-cléricale, précise cet interlocuteur) et je ne pense pas que la spiritualité laïque soit un besoin de spiritualité à tout prix, mais effectivement une recherche de connaissances pour construire sa propre vie, trouver un art de vivre qui permet de m'ouvrir aux autres, c'est là qu'est la vraie richesse.

spiritualité laïque… c'est toucher le ciel comme on se gratte le menton. Sans y faire attention- comme ça- car ça nous prend. Mais, en le faisant, c'est être attentif à soi et à l'univers. On se relie à l'univers parce que ça va de soi et l'on fait de cette façon là parce que ca ne va pas de soi. Spirituel par réflexe, laïque par vigilance.

En vérité, toucher le ciel de la sorte n'est pas si facile, ce n'est pas un nouvel acte de foi, un nouvel « au-dessus » de l'existence, d'ailleurs il n'y a pas de récompense éternelle pour nos souffrances et paradoxalement la spiritualité laïque demande pourtant de « sacrés » efforts et ne délivre parfois qu'une simple fragilité.

Je ne suis pas sûre que le but d'une spiritualité se soit de toucher le ciel car même dans la religion, toucher le ciel n'est pas l'important en soi. Bien sûr, c'est une image, mais je n'aurai peut-être pas employé ce terme là. La spiritualité représente plus pour moi, l'ascension au sommet de son âme, équipé de toutes ces connaissances, de son amour, de l'amour de la vie en général. Et la laïcité peut-être la capacité de croire que l'on peut se réaliser avec soi même, la laïcité est certainement la croyance en l'homme, à la vie. D'où ce contraste saisissant entre l'association de ces deux mots qui me paraissent bien différents dans leurs significations respectives !

Considérons l'importance du retour du spirituel dans nos sociétés : il faut remarquer qu'il n'est plus rattaché nécessairement à des églises, à des croyances religieuses. Il s'est laïcisé. En ce sens, on parle d'une différence entre religion et spiritualité. Pour bien des gens, la religion est identifiée à un ensemble de normes, d'obligations morales et à une appartenance à des institutions ecclésiales, plutôt qu'à une vie spirituelle plus personnelle et incarnée. Aujourd'hui on cherche une spiritualité plus respectueuse du corps et qui valorise les réalités matérielles. On se distancie d'une religion à tendance dualiste et manichéenne ; celle-ci présentait la matière et la sexualité comme mauvaises, et prêchait une moralité stérile et qui générait des sentiments de culpabilités maladives, comme la psychanalyse l'a mis en évidence. Une religion qui n'est pas en mesure de favoriser une spiritualité, c'est à dire une rencontre existentielle, n'est qu'idolâtrie ou même une idéologie. Si on peut utiliser les termes de religion et de spiritualité comme synonyme c'est dans le sens où à la base de l'expérience religieuse on trouve une dimension constitutive de l'anthropologie qui est que la personne est un être d'altérité. La personne est un être « avec ». Elle n'est pas jetée dans le monde mais reliée à la réalité, à autrui, à la transcendance. C'est l'autre qui lui révèle son humanité ; autrui est le miroir qui la renvoie au plus profond d'elle-même. On se reconnaît humain en présence d'un autre être humain. Découvrir l'autre comme autrui et non comme projection de ses propres besoins est l'aboutissement du développement humain. La nudité de l'être humain exprime bien cette dimension relationnelle, cette dimension de dépendance existentielle (pas comprise comme soumission mais comprise comme révélatrice d'une altérité qui fonde nos libertés) des hommes. L'homme n'est donc pas habillé de soi-même mais référé à autrui. C'est en s'acceptant nu que l'homme dépasse sa tendance possessive et dominatrice pour être dans un rapport de liberté et de gratuité avec autrui. L'altérité est opposée à une dépendance maladive. C'est à l'intérieur de cette dimension d'altérité que s'enracine la spiritualité laïque, la question de la transcendance, voire l'expérience religieuse. En ce qui concerne la spiritualité laïque, c'est une spiritualité qui n'est en rien fondée sur la peur et le déni. Elle est ouverture aux autres, enracinée dans une dimension d'altérité. Et on ne peut parler d'ouverture et de respect que si nos paroles sont authentiques, que si nous ne nous cachons pas derrière des masques. La relation aux autres ne peut être authentique que si nous sommes honnêtes et, ce, déjà avec nous même. L'autre a le droit à la vérité, sinon il ne peut pas nous respecter vraiment tel que l'on est. La meilleure façon de respecter l'autre c'est de ne pas lui mentir sur nous-même. Parler de spiritualité laïque c'est parler d'une spiritualité authentique parce qu'elle ne nous fait pas peur, parce qu'elle ne fait pas peur aux autres. Elle nous donne la liberté de nous exprimer sans peur du « qu'en dira t-on ? ». Elle nous autorise à penser autrement. Parce que respecter l'autre, c'est parfois lui dire : « là, je ne suis pas d'accord avec toi ». On a le droit d'être différent. Spiritualité laïque et ouverture ne font pas « sens » ensemble si on plie les genoux, si on baisse les bras, si on dit « amen à tout », si on courbe l'échine et si finalement on baisse les yeux en signe de soumission. On n'a pas à avoir peur d'être qui on est. Et c'est ce que permet la spiritualité laïque. Une spiritualité fondée sur la peur et qui engendre la peur n'est pas une spiritualité authentique. Elle est une idéologie.

Gestionnaire(s) du cours ELE 616 : René Barbier
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le mental   Dim 6 Déc 2009 - 18:55

Merci Thierry, c'est trés complet et trés clair.

Une façon de voir que je partage dans l'ensemble.
Si les gens hurlent quand on parle de "Spiritualité" ou de "Sacré" c'est parce que ces notions ont été confisquées par les religions et sectes de tout poil. Et qu'ils croient qu'on va lessayer de les convertir en prêchant des "vérités", alors qu'on en pas plus de "Vérités" que les autres!
Religions qui ne sont que des institutions et auxquelles je reproche personnellement, (au moins aux 3 monothéisme) d'avoir oeuvré pour couper les hommes du spirituel et du sacré, précisément. Ils les ont confisqué pour les redistribuer réduits à ce que eux décidaient.

Peut être que ça mériterait un fil en soi, parce que ça dépasse de loin le seule notion d'éducation, même si c'est dans le cadre d'une reflexion sur l'éducation que ça a été rédigé.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Dim 6 Déc 2009 - 19:02

Tryskel a écrit:
Merci Thierry, c'est trés complet et trés clair.

Une façon de voir que je partage dans l'ensemble.
Si les gens hurlent quand on parle de "Spiritualité" ou de "Sacré" c'est parce que ces notions ont été confisquées par les religions et sectes de tout poil. Et qu'ils croient qu'on va lessayer de les convertir en prêchant des "vérités", alors qu'on en pas plus de "Vérités" que les autres!
Religions qui ne sont que des institutions et auxquelles je reproche personnellement, (au moins aux 3 monothéisme) d'avoir oeuvré pour couper les hommes du spirituel et du sacré, précisément. Ils les ont confisqué pour les redistribuer réduits à ce que eux décidaient.

Peut être que ça mériterait un fil en soi, parce que ça dépasse de loin le seule notion d'éducation, même si c'est dans le cadre d'une reflexion sur l'éducation que ça a été rédigé.

Oui, c'est vrai Tryskel que ça mériterait un fil entier.
A toi l'honneur Smile (si ça te dit...)
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental   Dim 6 Déc 2009 - 19:12

La lecture de l'article fort intéressant, m'amène à cette réflexion (à creuser) :

Pour atteindre une harmonie spirituelle, il faut beaucoup travailler en soi, cheminer entre le point des blessures et le le point des guérisons, ce dernier devant faire l'objet d'incessantes mises à jour. En bref, il faut se prendre à bras le corps parce que la "zénitude" s'acquiert, du moins pour le peu que j'en sache quelque chose depuis ma petite personne.

En quelque sorte, il faut se dégager de l'enfance de l'âme et de la pensée, autrement dit acquérir une maturité (ne pas confondre avec la fraîcheur de l'enfance qu'on garde au fond de soi comme une pépite, je précise au cazou et comme ça s'est produit il y a quelque temps... hein) qui va naturellement mener à cette harmonie spirituelle.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le mental   Dim 6 Déc 2009 - 20:23

Beuh, faudrait déplacer le post, ça sais pas faire, May Day Ro, si tu pense que ça vaut un fil à part.
Et c'est à toi que ça revient Thierry puisque c'est toi qui a lancé cette reflexion!
Et dans quelle catégorie le ranger? Philo? Société? Surtout pas Religion en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Le mental   Dim 6 Déc 2009 - 20:38

"Nous n'avons pas à apprendre les bonnes manières à nos
enfants, ils en sont simplement les témoins"


Indiens Navajos
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental   Dim 6 Déc 2009 - 20:39

Tryskel a écrit:
Beuh, faudrait déplacer le post, ça sais pas faire, May Day Ro, si tu pense que ça vaut un fil à part.
Et c'est à toi que ça revient Thierry puisque c'est toi qui a lancé cette reflexion!
Et dans quelle catégorie le ranger? Philo? Société? Surtout pas Religion en tout cas!

Si je scinde, c'est pour le raccorder au fil déjà ouvert sur le sujet, je pense. Sinon il y aura plein de fils sur un même thème.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Dim 6 Déc 2009 - 22:56

C'est vous qui voyez Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le mental   Lun 7 Déc 2009 - 14:52

Romane a écrit:
Sinon il y aura plein de fils sur un même thème.
Surtout que c'est déjà le cas...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le mental   Lun 7 Déc 2009 - 15:04

Je l'ai joint au sujet déjà ouvert en philo, filo. (il fallait que je me la fasse, elle est nulle, hein ?)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Le mental   Mer 9 Déc 2009 - 20:20

Un homme avait peiné toute sa vie pour offrir de bonnes études à son fils et mettait
en lui de grands espoirs. Une fois ses études en physique et chimie terminées, le fils
revint s'installer dans sa ville natale.
Son père, un jour, le prit à part et lui dit:
- Mon fils, je me suis sacrifié de longues années pour t'offrir cette formation. Le
moment est venu de me montrer ta reconnaissance. Tu es devenu maître en physique
et chimie, je voudrais que tu utilises ton savoir pour me changer du plomb en or.
- Mais, père, protesta le jeune homme, ce n'est pas possible.
- Comment, rétorqua le père, tu as étudié de si nombreuses années et tu n'es même
pas capable de faire cela ? Ta connaissance ne vaut rien et j'ai gaspillé mon argent
en te payant ces études.
Estomaqué, le fils se mit à réfléchir et dit :
- En vérité, père, il existe bien un moyen de transformer du plomb en or. C'est
extrêmement difficile, mais je peux te l'enseigner. Prends ce plomb et fais-le fondre.
Puis veille à ce qu'il reste liquide pendant trois heures. Si pendant ces trois heures tu
réussis à ne pas penser une seule fois aux crocodiles, tu trouveras de l'or dans ton
récipient.
Après une demi-heure, le père abandonnait en disant:
- C'est très étrange. D'ordinaire je ne pense jamais aux crocodiles et voilà que
maintenant que je m'efforce de ne pas y penser, je ne pense qu'à eux.

Auteur inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mental   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mental
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le dessin mental, au revoir les crayons?
» RELOOKING EN 7 ETAPES - SOYEZ VOTRE COACH PHYSIQUE ET MENTAL de Delphine Lecastel
» [Chesbro, Georges] Hémorragie dans l'oeil du cyclone mental
» La Mentale
» Créations by Carods :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Philosophie-
Sauter vers: