Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Véronique Courjault

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 2:48

je suis encore sous le coup de cette diffusion sur fr3 d'une reconstitution minutieuse du procès.
Extraordinaire plongée sur le crime et la peine, sur la complexité de notre fonctionnement... sur l'incroyable décalage entre le président et l'affaire jugée.
je regrette qu'il n'y ait pas eu débat après une telle émission... mais LU est là!
si je me trompe de fil, Ro, tu redresseras?


Dernière édition par Mihou le Mar 8 Déc 2009 - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 2:55

Je n'ai pas vu l'émission, mais peut-être peux-tu développer un peu ? Je suppose que le dossier fait que le fil est bien placé, mais pour tout dire je ne connais pas. Tu en dis un peu plus, steup' Mihou ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 10:32

J’ai vu moi aussi ce téléfilm très intéressant. Véronique Courjault est cette femme qui avait défrayé la chronique pour avoir tuer ses trois bébés et en avoir cachés deux dans son congélateur. Le téléfilm est la reconstitution la plus exact possible de son procès aux assises.

Ce procès a permis de mettre à jour une « pathologie » dont on parlait peu avant : le déni de grossesse. Véronique C. est une femme qui déjà mère de deux enfants a connu trois grossesses supplémentaires en les « déniant » inconsciemment et en tuant ses bébés dès leur naissance. L’intérêt de ce procès est de montrer combien devenir mère n’est pas une évidence, il ne suffit pas de porter un fœtus, et oblige la justice à réfléchir sur le crime d’infanticide dans ces cas particuliers.

Ce procès est exemplaire aussi car il a une double fonction bien défendu par le juge qui préside le procès. A la fois, faire comprendre à l’accusée qu’elle a tuée trois de ses enfants plutôt que s’être « débarrassée de sortes de tumeurs » et à la fois que la société française puisse juger une telle monstruosité dans le cadre de ses lois. Redire, reformuler à la cour ce qui s’est passé s’avère nécessaire pour que Véronique C. puisse comprendre ses actes et que son entourage fasse la distinction entre les actes monstrueux commis et la personne meurtrière.

Le déni de grossesse affecte aussi bien la future mère que tout son entourage qui n’a jamais deviner l’état de cette femme. Un expert gynécologue explique au tribunal que le déni de grossesse se conclue quand il est pris à temps par un avortement, quand la grossesse va à son terme par des abandons d’enfant sous X ou par des infanticides. Le président rétorque alors au médecin que ces derniers sont tout de même relativement rares ce qui explique le scandale de cette affaire. Mais le médecin laisse entendre que ce sont les infanticides connus qui sont rares. Il existerait beaucoup d’autres Véronique C. qui elles se débarrasseraient de façon « moins voyante » des cadavres de leurs bébés. Ce serait alors des secrets bien lourds à porter pour toutes ces femmes qui n’ont su comment devenir mères ….

Pour la petite histoire, le jury va condamner cette femme a huit ans de prison ferme pour les meurtres successifs de ces trois enfants et dont les deux derniers sont alourdis par la préméditation, ce qui en droit français en fait des assassinats.

La question que pose aussi cette reconstitution est: et vous, comment jugeriez-vous Véronique si elle était votre femme, votre fille, votre soeur, votre mère?
Revenir en haut Aller en bas
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 12:47

remarquable résumé de l'affaire et de sa prolongation dans ce téléfilm; merci Vic.
J'ai relié cette tragédie à la biographie de Hitler par EE Schmitt (toute proportion gardée), parce que nous avons souvent le reflexe de qualifier de "monstre" les personnages humains auteurs d'actes monstrueux...
Hier, et pour la première fois, je pense, un procès a été "revisité" avec le verbatim des audiences reformulé par des acteurs de talent, atteignant ainsi un degré inouï de tension émotive.
J'avoue avoir été fortement troublé, en reconnaissant toutefois la sobriété du réalisateur et l'honnêteté intellectuelle de sa démarche; troublé comme ont dû l'être les jurés...
Le fait divers s'est hier transformé en fait social: reflexion sur ce que nous sommes; alchimie d'un comportement meurtrier; mise en évidence de l'humilité de la justice.
Vic termine son post par une phrase comportant le mot "juger".
La réponse est je crois dans l'attitude du mari, des parents, des amis: ils ont témoigné leur amour.....
Ce que j'ai apprécié aussi, c'est l'utilité du procès pour la prise de conscience de l'acte monstrueux, suivie de la "reconstruction" indéniable de cette femme: une justice qui fait progresser....
Cette nuit je parlai en mal du président, mais avec le recul et l'observation de Vic, je crois qu'il a "accouché" l'accusée du monstre qui était en elle, ausi insupportable qu'ait été sa méthode; il fallait le faire...
Quant au verdict, 8 ans de RC, il répond au souhait de la défense car Véronique Courjault sera en liberté conditionnelle l'an prochain, après quatre années de détention.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 13:32

Il existe une association où l'on peut trouver informations et témoignages dont voici le lien :

Association Française pour la Reconnaissance du Déni de Grossesse
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 13:56

Cochonou a écrit:
Il existe une association où l'on peut trouver informations et témoignages dont voici le lien :

Association Française pour la Reconnaissance du Déni de Grossesse

Le paradoxe: la reconnaissance du déni !
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 16:43

C’était pourtant une évidence pour nous que l’instinct maternel existait. Une donnée commode du temps où les hommes étaient encore au pouvoir. C’est ainsi que tout un chacun aimait sa femme et sa mère. En ce temps-là, il n’y avait rien à redire. Juste s’extasier sur l’insurpassable du mystère féminin. Nous connaissions déjà du catéchisme la Vierge Marie, son immaculée conception, la Sainte Famille dont, bon an mal an, nous étions enfin redevenus les patrons. Mais, d’aujourd’hui, il ne faudrait pourtant pas en vouloir aux hommes. Ils seront toujours comme ils sont. Des petits garçons.

Bien sur, il y avait eu aussi leurs sœurs. Simone Veil et son discours face au parlement. Elle disait : la maternité, c’est plus compliqué que ce que vous pourriez imaginer. Elle pouvait bien nous le dire, elle, qui revenait des camps. La vie, ça n’a jamais eu rien d’une donnée. Nous, nous aurions tant aimé continuer notre collec d’images d’Epinal, un peu comme vous savez, pour les images Poulain. Enfin finir une fois pour toutes, nos beaux albums de certitudes bien rangées. Mais, c’était méconnaitre les journaux intimes des filles. Ceux d’Anne Franck, ect. Oui, ceux-là où l’on cache et où s’y chuchotent toujours tant de secrets et d’interrogations.

Devenir maman n’a jamais rien eu de biologique. C’est Véronique Courgeaud qui, encore une fois, nous le redit. Devenir Maman, c’est d’abord rendre un amour que l’on aurait auparavant perçu. Un amour qui ne s’invente pas. Aussi, faut-il voir dans quelles indignités, bien des petites filles sont encore de nos jours élevées. Les sociétés qui vivent sur les familles, autant dire sur les ventres des femmes, les sociétés idéalisent rapidement bien des malheurs.

Alors, tant qu’à en finir, Monsieur le Juge avec le procès de ces presque mères, et puisqu’un enfant sera toujours et d’abord de la chair, pourquoi plutôt ne pas commencer par instruire le procès des canons ?
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 16:55

Vic Taurugaux a écrit:
Ils [les hommes]seront toujours comme ils sont. Des petits garçons.

C'est le genre d'idée lancée comme une évidence et acceptée comme allant de soi, qui me laisse toujours perplexe.

C'est censé vouloir dire quoi, au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 17:07

Depuis que je l'ai lu ce matin, le sujet tourne et retourne dans ma tête.

Vrai, Vic, qu'on dit toujours que l'instinct maternel est inné. Pourtant, il m'est arrivé de rencontrer des femmes qui avouaient sans honte, ni provoc, ni regret, ni quoi que ce soit qui puisse sembler horrible, leur désintérêt total pour la maternité, et après tout, qu'est-ce qu'on pourrait redire à ça, oui après tout c'est possible.

Le drame survient donc quand un enfant indésiré pousse dans leur ventre, et tu décris les trois cas (avortement, abandon, homicide) pouvant alors se produire. Auquel on pourrait peut-être ajouter violence et pas d'amour, pour celles qui le gardent malgré elles ? Je n'en sais rien.

Je ne sais pas pourquoi c'est ainsi. Je ne sais pas s'il faudrait passer à la moulinette celles qui n'ont pas l'esprit ni l'instinct ou appelons cela comme on veut, ou plus exactement je ne sais pas s'il faut que ce soit négatif de ne pas vouloir.

Du coup, je mesure l'ampleur du débat judiciaire autour de deux problèmes distincts. Car oui il est horrible de voir une femme tuer (ou de voir quiconque tuer), et en même temps on doit considérer le côté psychologique qui n'est peut-être pas une tare ; être une femme qui ne veut pas être mère.

Peut-être pourrait-on aussi se poser la question de la prévention, plutôt que de la procession au cimetière. Que proposer aux femmes qui ne veulent pas d'enfant ? Encore une question à tiroirs, car lorsqu'on veut se faire ligaturer les trompes, on est soumises à des conditions parce qu'il est considéré qu'on peut changer d'avis après avoir subi l'opération. Alors on marche encore sur le fil de tous les possibles, de toutes les incertitudes, des imprévisions incontournables et du rien fixé.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 17:17

Juste dire que les hommes ont de la représentation de la maternité le fait qu’ils sont d’abord les fils de leurs mères. C’est ce qui les différencie et à la fois les rapproche de leurs sœurs. Ce n’est en rien péjoratif. C’est juste dire qu’en ce qui concerne la conception des bébés, les points de vue ne sont pas équivalents.

Mais, dans ce « reportage », les juges sont des hommes qui jugent une femme. C’est pour cela que comme Mihou, je pense que les questions du juge à l’accusée demeurent partiales. Maintenant, comment faire autrement ? Quelles seraient les questions différentes qu’une femme juge aurait posées ?

Peut-être qu’elles auraient été les mêmes. Peut-être que pour définir la maternité, homme ou femme, nous ne sommes pas plus avancés les unes que les autres ?

Je ne pense pas là poser des évidences, juste ouvrir des questions.
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 17:38

Je n'ai pas vu le documentaire mais j'ai suivie l'affaire par les médias et je dois dire que cette histoire me hérisse le poils. Prenez-moi pour une réac' ou ce que vous voulez mais je ne crois pas au déni de grossesse dans le cas de cette femme-là. Comprenons nous bien, le déni de grossesse existe bel et bien je ne remet pas cela en question mais je n'y crois pas pour cette femme-là. Je m'explique : au début de l'affaire, disons pendant la première année, il n'était pas question de déni de grossesse et même je me souviens d'un entrefilet ou madame C. disait "simplement" qu'elle ne voulait pas d'autres enfants que ceux qu'elle avait déjà (en substance) pour des raisons familliales et économiques.
Et, bizarrement quelques années plus tard, quand ses avocats ont bien eu le temps de monter un dossier solide appuyé uniquement sur ce fameux déni de grossesse; la bonne dame passe du "j'en voulait pas" à un "c'était pas vraiment des enfants pour moi, plutôt des tumeurs".
La famille Courjault ne vivait pas dans la misère alors expliquez moi pourquoi elle n'avait pas de contraception ? Allergie à la pillule (mdr) ? Allergie au cuivre (stérilet) ? Allergie au latex (capotes) ? Toutes ces allergies mazette ! je parle même pas de la pillule du lendemain, la pauvre ne doit pas être au courant que c'est en vente libre depuis oh, seulement une petite dizaine d'année...
Cette histoire me révolte vous l'aurez comprit. Et d'ailleurs quand les amis et la famille disent qu'ils n'ont rien vus physiquement de ses grossesses, même en maillot de bain, on nous prend tous pour des jambons parce que vu la ligne "tonneau" de la dame à l'époque, c'est pas difficile de ne rien voir.
Maintenant je suis d'accord quand on me dit que l'instinct maternel n'existe pas. Mais l'instinct de mort lui, je suis convaincue qu'il existe bel et bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 17:55

Oui, là tu abordes ce que moi j'appelle le volet homicide, qui est à mes yeux à dissocier de l'autre problème de fond, et d'ailleurs je ne parlais pas du cas particulier de cette femme dont je n'ai pas suivi l'affaire que je ne connaissais pas.

Il y a horreur dans ce que tu dénonces.
Il y a questionnement peut-être sans réponse dans le sujet "femmes et maternité"

Je n'aimerais pas être à la place des juges, dans une affaire de ce genre !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 18:56

J'ai aussi suivi, mais de loin, cette affaire, depuis que j'en ai entendu la nouvelle.
Mais dès le départ, j'ai eu des doutes sur lui, et non elle. Le mari est pourtant le plus à même de remarquer tout changement dans son environnement familial, surtout lorsque le couple parait sans histoire comme on dit. Lorsqu'il décide de "fermer les yeux", ou de ne pas voir (ce qui revient au même), je ne peux m'empêcher de dire qu'il a vu ou entrevu quelque chose.
Ensuite un "déni de grossesse", le terme est trompeur. Sa définition, c'est un refus de prendre en charge. Pour qu'il y ait refus, il faut bien avoir conscience de l'évènement. Ensuite seulement on peut refuser.
Ceci me trouble encore plus que cette affaire, dans laquelle elle et seulement elle se retrouve sur le banc des accusés.
Revenir en haut Aller en bas
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 20:15

Difficile pour ceux qui n'ont pas vu de donner un avis, car l'objectif du réalisateur est de nous mettre en situation de juré (même si bien sûr nous n'avons pas eu le même espace temps pour ingérer les dires des témoins et de l'accusée...).
Je l'ai déjà écrit plus haut, mais je le répète: je me refuse à "juger", humblement (pas hypocritement, pour me voiler la face) , mais j'essaie surtout de comprendre, de trouver une explication, et de croire en la sincérité des mots prononcés par les uns et les autres aux assises.
Les meurtres de nouveaux-nés existent; ils ont été légion chez nos ancêtres grecs et romains ... mais là, ici, maintenant... pourquoi? une vraie mère de deux enfants qui se met à éliminer les trois suivants...
Dans les corons de mon enfance, les morts en bas âge étaient courantes, et les cimetières illustrés de petites têtes d'ange; j'ai "perdu" trois frères et soeur de moins d'un an et connu la souffrance d'une mère..
A l'heure où le débat officiel est "l'identité nationale", je pense qu'il devrait se fixer sur "quelle société ...." attendons-nous, voulons nous, espérons nous.
Véronique Courjault a refusé l'arrivée d'un nouveau membre: est-ce , au delà du geste personnel de refus de maternité nouvelle, un inconscient "geste sociétal"?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 20:27

Mihou a écrit:
est-ce , au delà du geste personnel de refus de maternité nouvelle, un inconscient "geste sociétal"?
Peut-être faut-il admettre que
- les lois qui régissent la société
- la notion de bien et de mal
- la notion de respect de vie (ou de respect à l'autre)
- la notion de conformité à un shéma dressé par l'esprit de l'homme
- la notion de normalité et d'anormalité
- etc.
n'existent que dans notre esprit en quête de cadres, mais ne correspond pas à une charte de vie-tout-court ?

Ne hurlez pas siouplé, ceci est une réflexion d'ordre général.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mar 8 Déc 2009 - 20:28

Citation :
Véronique Courjault a refusé l'arrivée d'un nouveau membre: est-ce , au delà du geste personnel de refus de maternité nouvelle, un inconscient "geste sociétal"?

Impossible de te suivre sur cette voie là. Les faits se passent en dehors de la france.
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mer 9 Déc 2009 - 0:44

Concernant le fameux "instinct maternel", je n'y crois absolument pas. Cette opinion évidemment n'engage que moi. J'ai vu suffisamment de gosses maltraités dans le cadre de mon travail pour trouver cette notion grotesque.
Certains dans ce fil parle de la difficulté d'être mère, je pense qu'en effet on largue un peu vite les nouvelles mamans après leur accouchement, sans qu'elles sachent vraiment gérer un petit, les problèmes que cela peut poser, y compris dans leur couple. Et en plus, on les culpabilise en véhiculant un discours genre "le monde des bisounours", et en leur présentant des modèles de mères épanouies, avec un bambin exemplaire.
Par contre, je crois très sincèrement à un "instinct maternant" ou "protecteur", c'est à dire qu'un individu peut être en profonde empathie avec les êtres plus "faibles" ou fragiles et souhaiter les protéger. J'ai vu des mères totalement dépourvues d'instinct dit maternel, je ne parle même pas de maltraitances mais de femmes qui considéraient leur gamin avec moins d'intérêt ou d'estime qu'un accessoire de mode. Et des hommes se conduire avec une abnégation, une tendresse et une gentillesse incroyables envers des enfants.
Je n'ai jamais voulu avoir d'enfants, et cela depuis toujours. Ce n'est même pas un choix, c'est une évidence. Le regard des autres n'est pas tendre pour celles qui ne veulent pas rentrer dans les petits cadres tout faits de la vie...
Par contre, j'ai travaillé dans le domaine de l'enfance maltraitée et des mineurs pendant pas mal d'années. On pourrait donc considérer que je suis une "maternante" mais pas une "maternelle".
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mer 9 Déc 2009 - 11:18

Romane a écrit:

Peut-être faut-il admettre que
- les lois qui régissent la société
- la notion de bien et de mal
- la notion de respect de vie (ou de respect à l'autre)
- la notion de conformité à un shéma dressé par l'esprit de l'homme
- la notion de normalité et d'anormalité
- etc.
n'existent que dans notre esprit en quête de cadres, mais ne correspond pas à une charte de vie-tout-court ?

Ne hurlez pas siouplé, ceci est une réflexion d'ordre général.


Aimer les enfants, c'est-à-dire les investir affectivement, est, au regard de l’Histoire, une mode assez récente. Il n’y a pas si longtemps que ça, du temps où les bébés mourraient si facilement pendant les trois premières années de la vie, les parents investissaient plutôt sur les aînés jugés suffisamment viables. Sinon, vous vous imaginez le nombre de deuils à supporter !

Le développement économique, les progrès de la médecine ont fait qu’aujourd’hui, dans nos sociétés occidentales, la mort d’un bébé, c’est l’exception : le scandale !

Du coup, les lois, la morale, les façons de penser la vie-la mort ont aussi beaucoup évolué. Les « parturientes » ne tuent plus leurs bébés par peur d’aller brûler en enfer de la façon si horrible que laissait entrevoir Monsieur le Curé, non, aujourd’hui, les femmes sont capables d’investir des enfants qui ne vont pas mourir et dont elles vont voir en eux immédiatement, dès leur conception, des êtres humains tels qu’elles en ont appris à l’école les droits et les devoirs. La morale laïque est désormais plus facilement intégrable que la morale religieuse. Et c’est sur cette morale que ce sont établies les lois qui permettent le procès contemporain de Véronique C.

Je comprends tout à fait le point de vue de Bloody et je me dis qu’heureusement, la grande majorité des gens pense comme elle. Mais, l’opinion de Bloody sur cette affaire s’est aussi construite sur ce qu’en disaient les journalistes, sur la façon dont ils faisaient parler les époux Courjault devant leurs caméras, c'est-à-dire dans un procès médiatique à sensations bien avant que la justice puisse organiser dans la sérénité ce procès d’assises.

L’intérêt de ce « téléfilm », du également à un journaliste, est de nous montrer que la représentation de la vérité est différente en fonction de la façon dont on vous présente les faits. Les réflexions que Bloody se fait sont les mêmes que celles que s’étaient fait le président du tribunal à la lecture du dossier d’instruction. Les premières déclarations de Madame C. aux enquêteurs ne cadrent pas avec ce qu’elle dit aujourd’hui. C’est surtout sur cela que le juge l’interroge malgré les protestations de Maître Leclerc défenseur de l’accusée.

Les médias instruisent rapidement un procès pour intéresser à un fait divers un maximum de lecteurs, auditeurs, téléspectateurs. La justice construit lentement un procès un peu comme une pièce de théâtre pour un public de jurés censés représenter l’ensemble des citoyens et qui devront « en leur âme et conscience » juger réellement l’accusée en notre nom. Pour cela, la cour fait rejouer devant eux tout le débat contradictoire entre la défense et l’accusation qui tour à tour, illustrent leur propos à coup d’experts et autres pièces à conviction.

Ce téléfilm montre ainsi la responsabilité des journalistes, grands faiseurs d’opinion, sur nos façons de pensée. Ce reportage sur notre justice fait voir que ça ne coûte pas le même prix, ce n’est pas la même économie affective, que de penser depuis chez soi qu’une mère infanticide est un scandale, un monstre, et que d’être désigné par la loi pour devoir juger cette personne en partageant physiquement avec elle les longues heures du procès d’assises.

Cela va de soi pour tout le monde que les crimes qu’elle a commis sont des monstruosités. Le problème du procès est à la fois de protéger notre société contre de telles abominations en disant le droit par un verdict juste et en même temps, depuis que la peine de mort n’existe plus, que ce même verdict puisse permettre à l’accusée de se juger elle-même coupable et criminelle pour que, à sa sortie de prison, elle ne récidive pas.

En voyant les débats, en écoutant notamment l’histoire de cette femme, là d’où elle vient, la façon dont elle a pu être investie affectivement par sa mère, on retrouve des clés permettant de s’apercevoir qu’un parent légalement responsable de ses enfants, ça n’a rien d’une évidence mais c’est plutôt le fruit d’une histoire. L’enfance malheureuse de Madame C. n’excuse en rien ses actes, mais elle les explique tout de même un peu.

L’expert psychiatre appelé à la barre redit bien ce mécanisme de défense psychotique à l’œuvre et qu’on appelle le clivage. Madame peut se montrer à la fois comme une bonne mère pour ses aînés, et une mauvaise mère pour ses bébés. Que ces deux mères peuvent co-exister dans la même personne d’où l’incohérence de son discours. Pour les psys, cette femme ne ment pas, elle cherche, avec les moyens dont elle dispose, notre vérité.

Huit ans, c’est juste un chiffre relatif à l’application de la peine mais c’est surtout un outil symbolique qui permettra, ou pas, d’atténuer dans la société et dans cette femme un peu de la violence humaine.
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mer 9 Déc 2009 - 11:49

Vic a écrit:
Je comprends tout à fait le point de vue de Bloody et je me dis qu’heureusement, la grande majorité des gens pense comme elle. Mais, l’opinion de Bloody sur cette affaire s’est aussi construite sur ce qu’en disaient les journalistes, sur la façon dont ils faisaient parler les époux Courjault devant leurs caméras, c'est-à-dire dans un procès médiatique à sensations bien avant que la justice puisse organiser dans la sérénité ce procès d’assises.

L’intérêt de ce « téléfilm », du également à un journaliste, est de nous montrer que la représentation de la vérité est différente en fonction de la façon dont on vous présente les faits.

Etant donné qu'aucun de nous n'a été présent pendant l'arrestation, l'enquête et le procès, il est évident qu'on ne peut se baser que sur ce que les différents journalistes nous ont distillé. Mais il en va de même pour ce téléfilm (que je vais regarder parce que ça me titille) qui n'est que la vision d'un autre journaliste. A part le libre arbitre, qu'est-ce qui fait que la vision des uns vaut mieux que celle des autres (je parle des journalistes) ? Dès l'instant où une information n'est que retransmise par des tierces personnes, elle passe par leurs filtres et nous arrive transformée il me semble, avec le risque de nous influencer de quelque façon que ce soit.
Dans le cas de V.C., c'est le battage médiatique autour de son déni de grossesse qui me conforte dans mon premier sentiment. Beaucoup n'ont pas la télé ici et grand bien leur fasse, en ce qui me concerne je l'ai et à l'époque du procès c'était à celui qui ferait la plus "belle" émission pseudo crimino scientifico médicale sur le déni de grossesse, même sur le câble !
Cela ressemblait à un bourrage de crâne monstrueux destiné à faire changer la vision nationale négative sur V.C. Alors maintenant qu'on nous explique qu'elle a eu une enfance difficile au point d'en venir à tuer trois de ses nouveaux-nés, de les coller au congel' et de brûler un des petits corps dans la cheminée, désolée mais je trouve l'excuse légère. Et ce qui me donne la nausée, c'est qu'il arrive de temps en temps qu'on apprenne qu'on a trouvé un bébé abandonné dans le froid blablablaa et qu'on nous serves des "comment peut-on faire ça à un enfant ? quelle honte !". Ces enfants-là sont vivants mais la mère encourre tout de même une peine de sept ans de prison (l’article 227-1 du Code pénal). Veronique Courjault tue trois de ses enfants et elle écoppe de huit ans ? Je suis écoeurée.
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Mer 9 Déc 2009 - 13:23

Si le débat se situe au niveau de l'écoeurement, que dire des responsables des tueries de 14-18, où les "enfants" confiants, dignes et obéissants avaient plus de 20 ans!!! Ces responsables ont été décorés, jamais jugés.
Ce n'est pas un autre récit journalistique, ce reportage, qu'on ne s'y trompe pas; et le prendre comme tel s'est se fourvoyer dans une autre logique: celle des faits divers, du show-view etc...
Vic a raison de montrer du doigt la différence entre le pigiste et le juge, et nous n'avons eu droit qu'à 0,01% de vraie justice pour 99,99% de péroraisons journalistiques depuis le début.
En réponse à Jok, je dis: peu importe le lieu, puisque c'est un vécu interne qu'on transporte comme ses gênes, comme sa culture.
Je maintiens qu'il y a relation entre déni de grossesse et identité nationale.
Il s'agit bien de la même bête immonde: l'intime (et pas forcément consciente) conviction que "l'autre" vient rogner votre espace vital.
Mon écoeurement se situe à ce niveau là; la société est aussi coupable du formatage des individus; son rôle n'est donc pas de juger que pour punir, mais d'éclairer les consciences pour diminuer les zones d'ombre où se tapit le monstre... A son niveau , ce procès (relayé par cette émission) a rempli ce rôle.
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Jeu 10 Déc 2009 - 0:53

Nous sommes encore tellement conditionnés par une vision angéliste des mères qu'il est tout simplement impossible dans l'esprit de bien des gens, et pas des plus sots, qu'une femme puisse tuer son bébé de sang-froid.
Elle va automatiquement être jugée "folle", "délirante", mais cette facilité à tuer un petit semble tellement éloignée de notre vision des choses qu'elle parait tout simplement impossible, en tous cas impossible à accepter.
J'ai appris en droit qu'une mère coupable d'infanticide est passible d'une peine inférieure à l'homme qui l'aurait éventuellement aidée dans son crime. C'est une exception en matière de droit, la seule infraction où l'auteur risque moins pénalement que le complice.
Même en droit, les législateurs ont estimé qu'une mère qui tue son enfant avec la complicité de son mari ou concubin ne peut avoir été qu'influencée par lui pour se débarrasser de l'enfant.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Jeu 10 Déc 2009 - 0:58

blue note a écrit:
Même en droit, les législateurs ont estimé qu'une mère qui tue son enfant avec la complicité de son mari ou concubin ne peut avoir été qu'influencée par lui pour se débarrasser de l'enfant.

Ouch ! ça donne à réfléchir !

Que le mari ou le concubin influence sa compagne pour se débarrasser de l'enfant, c'est vachement différent d'un mari ou concubin qui ne l'empêche pas de se débarrasser de l'enfant, ou d'un mari ou concubin qui l'aide à s'en débarrasser.
Ça me pose un problème de fossé entre les trois intentions. Tu vois ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Jeu 10 Déc 2009 - 1:10

Je vois bien la nuance.
Mais si la complicité d'infanticide est punie plus que l'infanticide lui-même, c'est que le législateur (un homme, quoi) a estimé que l'intention coupable la plus flagrante était celle de l'homme qui a participé au crime, et non celle de la mère qui a tué.
Il a donc déduit de la situation que la femme, faible et influençable, n'a pu qu'être incitée au meurtre, sa nature profonde de femme ne pouvant imaginer de tuer son enfant.
Cela semble très éloigné de certaines situations où il parait évident que c'est la femme qui a incité son compagnon au meurtre ou l'a poussé à l'assister dans cet objectif.
Ca en dit long sur les préjugés de notre société.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Jeu 10 Déc 2009 - 10:04

Citation :
Il a donc déduit de la situation que la femme, faible et influençable, n'a pu qu'être incitée au meurtre, sa nature profonde de femme ne pouvant imaginer de tuer son enfant.

Encore une belle connerie du législateur ! Comme si on voulait cacher derrière de belles images d'Epinal comme "l'instinct maternel inné et obligatoire" et "la sainte mère dévouée" qu'il existe -et qu'il a toujours existé- des meurtrières aussi violentes que les hommes, qu'il s'agisse d'infanticide ou non. L'excuse que le législateur est celle de la faiblesse, une insulte juste après des gerbes de roses sacrées.Juste cachée derrière...
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Véronique Courjault   Jeu 10 Déc 2009 - 20:35

BloodyMary a écrit:
Citation :
Il a donc déduit de la situation que la femme, faible et influençable, n'a pu qu'être incitée au meurtre, sa nature profonde de femme ne pouvant imaginer de tuer son enfant.

Encore une belle connerie du législateur ! Comme si on voulait cacher derrière de belles images d'Epinal comme "l'instinct maternel inné et obligatoire" et "la sainte mère dévouée" qu'il existe -et qu'il a toujours existé- des meurtrières aussi violentes que les hommes, qu'il s'agisse d'infanticide ou non. L'excuse que le législateur est celle de la faiblesse, une insulte juste après des gerbes de roses sacrées.Juste cachée derrière...

Instinct maternel obligatoire, ça va de soi puisque notre société, encore de nos jours, ne conçoit l'utilité de la femme que comme reproductrice. Qu'elle puisse nirefuser de produire est scandaleux en soi, et forcément elle est par instinct et nature "mère". la preuve cette législation (que j'ignorais) qui considère qu'elle est incapable, tenue par son 'instinct" de nuire à sa progéniture. pourtant les exemples ne manquent pas au quotidien.
La mère est forcément sainte et dévouée, elle n'existe que pour ses enfants, pas en temps que femme! les préjugés ont la peau dure et on s'accroche aux images d'Epinal.
Qu'on me dise pas qu'un nouveau né c'est "beau" à la sortie!

Et je suis totalement Bloody, le "déni de grossesse" j'y crois pas. Si aujourd'hui une femme ne veut pas d'enfant, il existe bien des méthodes et en dernier recours l'IVG. Pas plus que ne crois au mari qui s'est pas rendu compte que sa femme était enceinte, quand même, quelle vie intime ils avaient?
J'ai pas vu le téléfilm, mais suivi un peu l'affaire au moment où elle a éclaté, une de ses affaires bien croustillantes où on nous sert un "Monstre" en pâture. faut faire de l'audience en évitant d'aborder les questions de fond, c'est pas ça qui fait vendre!
Et la sempiternelle excuse de "l'enfance malheureuse", si toute les femmes qui en connu une agissait comme ça, y'aurait foule dans les prétoires!

Si ce genre d'affaire n'est jamais examiné de sang froid par l'opinion publique et les médias, c'est qu'elles touchent précisément à nos préjugés, à nos petites certitudes bien ancrées que "maman" est forcément un ange!
Que la chair de sa chair nani, blabla est sacrée pour elle!
Ca ébranle sérieusement!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Véronique Courjault   

Revenir en haut Aller en bas
 
Véronique Courjault
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Véronique Courjault
» Véronique Barbier : Janvier 2008
» [Bizot, Véronique] Mon couronnement
» Véronique Forges - 20 11 2006
» Véronique Barbier : Décembre 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: