Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Conscience de soi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Conscience de soi.   Ven 18 Déc 2009 - 23:59

Merci à Claude-Alain Luthi.
Il est possible d'envisager l'obtention des réponses sur plusieurs vies. Ce qui permet de prendre moins peur...

La conscience :

1. Ai-je un corps ou suis-je mon corps ?
2. Comment comprendre la notion de vie intérieure ?
3. Comment sait-on que quelqu'un est conscient de ce qu'il fait ?
4. Dans quelle mesure peut-on affirmer que la conscience n'est pas un donné mais une tâche ?
5. Doit-on apprendre à devenir soi-même ?
6. En quel sens peut-on dire d'un homme qu'il est plus conscient qu'un autre ?
7. Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?
8. Est-ce que l'attention est la caractéristique essentielle de la conscience ?
9. Est-il légitime de faire prévaloir les exigences de la conscience sur celles de l'Etat ?
10. Est-il vrai de dire que "l'observation directe de soi est loin de suffire pour apprendre à se connaître " ?
11. Est-on fondé à affirmer l'existence d'une conscience collective ?
12. Etre conscient de soi est-ce être maître de soi ?
13. Etre maître de soi, est-ce une visée illusoire ?
14. Faut-il apprendre à percevoir ?
15. Faut-il éprouver pour comprendre ?
16. La connaissance de soi peut-elle être sincère ?
17. La connaissance des lois de l'inconscient nous console-t-elle du désordre de notre conscience ?
18. La conscience de devoir mourir peut-elle susciter chez l'homme d'autres sentiments que la peur ?
19. La conscience de soi est-elle une connaissance ?
20. La conscience de soi suppose-t-elle autrui ?
21. La conscience d'être libre peut-elle être une illusion ?
22. La conscience du temps se réduit-elle à la conscience de la fuite du temps ?
23. La conscience est-elle source de liberté ou de contrainte ?
24. La conscience est-elle source d'illusions ?
25. La conscience immédiate de soi est-elle connaissance de soi ?
26. La conscience me fait-elle connaître que je suis libre ?
27. La conscience morale n'est-elle que le résultat de l'éducation ?
28. La conscience ne s'exprime-t-elle que dans la négation ?
29. La conscience peut-elle errer ?
30. La conscience peut-elle être objective ?
31. La conscience que nous avons de notre liberté vient-elle de ce que l'avenir nous paraît indéterminé ?
32. La duplicité de la conscience rend-elle inutile l'hypothèse de l'inconscient ?
33. Le moi est-il ce qui se cache ou ce qui se manifeste ?
34. Le moi s'identifie-t-il à la conscience ?
35. Le point de vue de la conscience immédiate et celui de la science sont-ils incompatibles ?
36. Le progrès de la science fait-il celui de la conscience ?
37. Le souci de soi recommande-t-il seulement d'être heureux?
38. L'expression "être soi-même" a-t-elle un sens ?
39. L'indignation morale dispense-t-elle de l'analyse ?
40. Peut-on considérer le corps comme le malheur de la conscience ?
41. Peut-on dire que toute conscience est une conscience morale ?
42. Peut-on dire qu'on change avec le temps ?
43. Peut-on dire, avec un anthropologue contemporain, que « la conscience est l'ennemie secrète des sciences humaines » ?
44. Peut-on échapper aux exigences de la conscience ?
45. Peut-on ne pas être soi-même?
46. Peut-on penser sans être conscient ?
47. Peut-on se connaître soi-même?
48. Peut-on se mentir à soi-même ?
49. Peut-on, au moment où il s'accomplit, avoir conscience de la dimension historique d'un événement ?
50. Pourquoi l'homme peut-il parfois désirer l'inconscience ?
51. Pourquoi refuse-t-on la conscience à l'animal ?
52. Pourquoi un sentiment est-il plus difficile à décrire qu'un objet physique ?
53. Que faut-il entendre par "être conscient" ?
54. Que pensez-vous de l'expression : "C'est plus fort que moi" ?
55. Que peut-on savoir de soi ?
56. Quel sens peut-on donner à l'expression : c'est plus fort que moi ?
57. Quelle origine assignez-vous à la mauvaise conscience ?
58. Quelle origine assignez-vous à la mauvaise conscience ?
59. Quelle relation la conscience entretient-elle avec ses objets ?
60. Quels sont les obstacles à la prise de conscience de la réalité ?
61. Qu'est-ce que prendre conscience ?
62. Qu'est-ce que rester soi-même ?
63. Si la connaissance de soi est utopique, devons-nous pour autant y renoncer ?
64. Sommes-nous conscients ou avons-nous à nous rendre conscients ?
65. Suffit-il d'avoir bonne conscience pour être innocent ?
66. Suffit-il d'être conscient de ses actes pour en être responsable ?
67. Suffit-il d'être différent des autres pour être soi-même ?
68. Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?
69. Suis-je dans mon corps "comme un pilote dans son navire" ?
70. Suis-je le mieux placé pour savoir ce que je suis ?
71. Suis-je responsable de ce dont je n'ai pas conscience ?
72. Sur quoi ma conscience morale fonde-t-elle sa légitimité ?
73. Toute conscience de soi est-elle une illusion sur soi ?.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 0:33

Oufti ! Toutes ces questions-piège !
As-tu des réponses, Thierry ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 1:45

C'est hachement bien...Tu prends le temps de réfléchir à tout ça...;et juste une question ?....Ou reste-il le temps de vivre ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 1:51

Nan, moi j'adore me triturer le cerveau pour ce type de questions. D'ailleurs ce n'est pas compliqué : j'ai fait un copier coller pour les emporter sur word pendant mes vacances, c'est dire la place privilégiée que je donne à ces sujets. Et franchement, ça n'empêche pas de vivre, ça aide, même.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 1:55

ca fait un bail que je me pose plus de questions... incl36
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 1:56

Romane a écrit:
Nan, moi j'adore me triturer le cerveau pour ce type de questions. D'ailleurs ce n'est pas compliqué : j'ai fait un copier coller pour les emporter sur word pendant mes vacances, c'est dire la place privilégiée que je donne à ces sujets. Et franchement, ça n'empêche pas de vivre, ça aide, même.


Ben oui....juste que c'est la vie qui te fait capable de répondre à ces question....Comprendre c'est pas dans la tête,c'est dans les tripes..;et les tripes y'a que la vie qui puisse les éprouver....
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 1:58

Oui mais quand la tête arrive à formuler ce que les tripes ressentent, alors c'est fameux.

Formuler quelque chose permet de bien l'asseoir en tête, si tu préfères.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 1:58

mdr mdr mdr Vingtdieu j'ai l'impression qu'on fait le bebete-show...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 2:09

Oui, sûr que ça ne vous passionne pas, mes deux compères. N'empêche, pour ceux que ça intéresse, c'est plus que passionnant, c'en est même une drogue. Enfin pour moi ça l'est en tout cas.

Thierry, je crois que tu as lu beaucoup dans ce domaine. Perso, je commence à peine. Jusqu'à il y a peu, je faisais cavalier seul, sans possibilité de me plonger dans ces livres, juste avec ma manie de me triturer le cerveau au sujet de l'humain, avec ce dont je disposais : le vécu.

Il me manque encore beaucoup pour continuer à l'approcher. Je prends tout ce qui m'est proposé en matière de documentation et je passe souvent des heures à écumer la toile, à la recherche de toujours davantage.

Je voudrais savoir si la liste est issue d'un livre, si oui lequel, et si oui toujours, si chaque thème est développé ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 2:29

je ne sais pas si tu en as conscience, Romane, mais de l'humain, jamais on ne l'approchera ; tout simplement parce que le chemin de la conscience est indéfinissable.

D'ailleurs le soi est une illusion définissant une conscience illusoire.

Maintenant, si il y a une réponse à chaque question, nous n'avons pas fini de lire et notre vie ne suffira pas pour terminer la lecture voire tout simplement l'explication de chacune des questions.
Au pire, ça ne sera que subjectif et lié a une conscience à part entière si tant est la conscience elle même de l'individu ou l'individu lui-même à été défini autrement que par lui-même et/ou la conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 2:40

Bien sûr, Rosacée. Mais la curiosité l'emporte toujours, et dans ce tout petit bout de chemin qui se gravit à tout petits pas pour souvent revenir au point de départ, il y a au moins une tentative de recherche, une tentative de comprendre, un élan vers.

Car essayer de se comprendre soi est peut-être essayer de comprendre les autres, et inversement.

Car ces grands mystères dont est fait l'univers, je ne peux faire comme s'ils étaient insignifiants.

Tous ces philosophes, explorateurs de mondes aléatoires, sont fabuleux, ils ont au moins le mérite de faire en sorte de faire ouvrir la conscience, quand bien même on ne sait aller bien loin, au moins on essaye. C'est toujours mieux que rien.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 2:42

Vilain a écrit:
Ben oui....juste que c'est la vie qui te fait capable de répondre à ces question....Comprendre c'est pas dans la tête,c'est dans les tripes..;et les tripes y'a que la vie qui puisse les éprouver....

La vie éprouve et la tête permet de vivre les épreuves en les acceptant pour mieux les distancier, sinon tu risques l'implosion quand c'est une épreuve trop violente!


Dernière édition par Tryskel le Sam 19 Déc 2009 - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 2:49

Certes, mais à ce compte là, personne n'aurait jamais écrit un seul livre sur l'humain, et les psys n'existeraient pas. Il suffirait de dire à quelqu'un de mal dans sa peau : t'as qu'à laisser tes tripes s'exprimer.
Moyennant quoi, à part se les sentir se tordre de douleur nerveuse, je ne vois pas comment on pourrait progresser dans ce grand mystère qui est ce que nous sommes.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 2:52

Romane a écrit:
Oui mais quand la tête arrive à formuler ce que les tripes ressentent, alors c'est fameux.

Formuler quelque chose permet de bien l'asseoir en tête, si tu préfères.

J'ai juste survolé les questions, mais suis comme Ro, les poser c'est déjà essentiel, même si on peut pas et de loin, répondre à tout, même si on répond qu'un peu, même à la limite si on répond pas vraiment, se demander c'est déjà pas rester les deux pied dans le même sabot.

Un mec qui touche un peu en psy me disait récement parce que justement je lui disais que chez moi ça passait d'abord par le ventre, que je suis "viscérale", j'éprouve trés physiquement par une boule là, juste au creux les émotions fortes. Donc il me disait (je vais y arriver) que c'était bien que ça passe d'abord par là parce que c'est le centre de la force (et ça les orientaux le disent depuis des millénaires), mais qu'il faut que du ventre ça monte dans la tête en passant par le coeur. Trois étapes, ventre, coeur, tête sont indiscociable, sinon, si un fonctionne pas on est incomplet!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 2:56

Et j'ajoute ceci : imaginons qu'on creuse l'une de ces questions sur ce fil, n'importe laquelle. Mais qu'on la creuse vraiment, pendant des années, en posant tous les arguments, toutes les infos, toutes les questions en découlant, et ainsi de suite, et qu'on s'aperçoive qu'on n'a pas la réponse parce qu'elle est impossible. Et alors ? Si au moins cela pouvait permettre de fixer que rien n'est fixé, d'établir que rien n'est établi, de comprendre que les balises n'existent pas mais que nous passons notre vie à vouloir absolument ces balises, hein ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 11:47

Romane, ces questions viennent d'un échange avec un ami. Je pense qu'il les a établies en fonction de son propre parcours. Pour ce qui est des livres, Krishnamurti me semble le plus approprié. Et Swami Prajnanpad, Arnaud Desjardins, Jean Klein, Jacques Brosse, Ma Ananda Moyi, Sri Aurobindo, Yvan Amar, Comte Sponville, Bouchart d'Orval, Dürckheim, Deshimaru, Gurdjieff et Ouspenski, Douglas Harding, Stephen Jourdain, C G Jung, Ramdas, Thomas Merton, Albert Low, Alan Watts, Eckhart Tolle, Teilhard de Chardin, Thich Nhat Hanh, Vivekananda, Cheik Bentounès, Berdiaev...

A mon sens, en tout cas, je ne parle de "vie" que lorsque ces questions sont épluchées jusqu'au trognon. Sinon, cette "vie" n'est qu'une agitation. Mais, bon, il n' y a pas de vérités intagnibles, il n'y a que des chemins.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 12:44

Citation :
1 Ai-je un corps où suis-je un corps ?


Ca, c’est une question que j’adore. Une question en boucle pour occidentaux. Eux qui sont toujours à la recherche de leur image comme les chiens qui se mordent la queue.

Je possède un joli livre qui s’appelle : qu’est-ce qu’un corps ? Il a été écrit par un groupe d’ethnologues pour clarifier la première exposition du musée du quai Branly et qui posait la même question. Et ce livre décrit comment différentes ethnies utilisent ou non le corps humain dans la recherche de leur identité. On y trouve par exemple un travail très intéressant sur notre rapport au corps dans notre culture judéo-chrétienne qui marque et a marqué fortement et symboliquement son territoire avec des crucifix.

Mais, ce qui m’a d’abord beaucoup plus dans ce bouquin, c’est son introduction qui parle des débuts de l’ethnologie.

Il était une fois un pasteur qui chercha à évangéliser les tribus canaques de nouvelle Calédonie. C’était un pasteur très savant qui cherchait en même temps a découvrir les rites, les façons de penser, les mythologies de ces peuples primitifs. Alors il adopta très vite leur façon de faire en troquant des morceaux de sa pensée chrétienne contre des morceaux de leurs pensées indigènes. Car dans la vie, c’est toujours donnant donnant. Au bout de plus de trente ans de travail d’ethnologue missionnaire, le pasteur soucieux de son impact sur ces populations demanda à un de ses semblables, c'est-à-dire à un vieux sage ce que sa présence sur leur sol leur avait surtout apporté. Le sage lui répondit que c’était la notion du corps. En effet, avant l’arrivée du missionnaire, ce concept n’existait pas pour eux, il n’y avait aucun mot dans leur langue pour le représenter. Ils possédaient des mots comme oreille, jambe, tronc, visage, cheveux, etc.. mais pas de mots pour désigner l’ensemble. D’ailleurs, il n’y avait pas non plus de mot pour dire quelque chose comme un individu ou un homme, une femme. Non, eux, c’étaient tous des maris, des frères, des pères, des fils des cousins, des femmes, des sœurs, des tantes etc… Ils étaient tous des membres de leur tribu comme un peu des parties d’un même corps. C’est la relation aux autres qui les définissaient. Mais, l’idée qu’une personne puisse exister par elle-même ne leur était jamais venue. C’était une idée apportée par le missionnaire, celui qui voulait qu’on adorât qu’un seul dieu. Une idée fort respectable par ailleurs. Un mythe différent pour comprendre le monde et les gens.

Ensuite, dans le bouquin, il y a plein d’articles dingues de ce genre qui nous décollent un peu de notre propre nombrilisme.

C’est édité chez Flammarion.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 13:17

Vous comprenez pourquoi je ne consens à sortir de mon lit qu'une fois que Vic est passé par LU ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 13:38

Vic Taurugaux a écrit:
Citation :
1 Ai-je un corps où suis-je un corps ?


Ca, c’est une question que j’adore. Une question en boucle pour occidentaux. Eux qui sont toujours à la recherche de leur image comme les chiens qui se mordent la queue.

Je possède un joli livre qui s’appelle : qu’est-ce qu’un corps ? Il a été écrit par un groupe d’ethnologues pour clarifier la première exposition du musée du quai Branly et qui posait la même question. Et ce livre décrit comment différentes ethnies utilisent ou non le corps humain dans la recherche de leur identité. On y trouve par exemple un travail très intéressant sur notre rapport au corps dans notre culture judéo-chrétienne qui marque et a marqué fortement et symboliquement son territoire avec des crucifix.

Mais, ce qui m’a d’abord beaucoup plus dans ce bouquin, c’est son introduction qui parle des débuts de l’ethnologie.

Il était une fois un pasteur qui chercha à évangéliser les tribus canaques de nouvelle Calédonie. C’était un pasteur très savant qui cherchait en même temps a découvrir les rites, les façons de penser, les mythologies de ces peuples primitifs. Alors il adopta très vite leur façon de faire en troquant des morceaux de sa pensée chrétienne contre des morceaux de leurs pensées indigènes. Car dans la vie, c’est toujours donnant donnant. Au bout de plus de trente ans de travail d’ethnologue missionnaire, le pasteur soucieux de son impact sur ces populations demanda à un de ses semblables, c'est-à-dire à un vieux sage ce que sa présence sur leur sol leur avait surtout apporté. Le sage lui répondit que c’était la notion du corps. En effet, avant l’arrivée du missionnaire, ce concept n’existait pas pour eux, il n’y avait aucun mot dans leur langue pour le représenter. Ils possédaient des mots comme oreille, jambe, tronc, visage, cheveux, etc.. mais pas de mots pour désigner l’ensemble. D’ailleurs, il n’y avait pas non plus de mot pour dire quelque chose comme un individu ou un homme, une femme. Non, eux, c’étaient tous des maris, des frères, des pères, des fils des cousins, des femmes, des sœurs, des tantes etc… Ils étaient tous des membres de leur tribu comme un peu des parties d’un même corps. C’est la relation aux autres qui les définissaient. Mais, l’idée qu’une personne puisse exister par elle-même ne leur était jamais venue. C’était une idée apportée par le missionnaire, celui qui voulait qu’on adorât qu’un seul dieu. Une idée fort respectable par ailleurs. Un mythe différent pour comprendre le monde et les gens.

Ensuite, dans le bouquin, il y a plein d’articles dingues de ce genre qui nous décollent un peu de notre propre nombrilisme.

C’est édité chez Flammarion.

Ca s'appelle des gens "développés". Les Mentawaïs vivent dans le même niveau de conscience.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 15:45

Ai-je un corps ou suis-je mon corps ?

Si je parviens à répondre à la question, il aura bien fallu que j’aille chercher la réponse en moi, c'est-à-dire dans l’antre qui contient ma conscience. Je ne peux concevoir que cette conscience, ou cette raison, soit une entité extérieure que je vais saisir dans mon environnement pour m’en servir. Ma conscience est incarnée. Ma réflexion est inséparable de mon corps, elle y est enracinée comme dans une terre. Mon corps est par conséquent un support, une enveloppe mais il est aussi un « filtre » par lequel toutes les expériences viennent à mon cerveau. Si je peux penser à mon corps, c’est bien parce que je le ressens, je le perçois, j’en reçois également une image. Par contre, il est évident que cette image évolue avec le temps et l’accumulation des expériences. Ce corps n’est pas figé et la conscience que j’en ai fluctue.

Si ces changements surviennent, c’est également que je ne suis pas seulement ce corps, comme une pierre est une pierre, mais que je dispose d’une capacité consciente à « m’extraire » de ce corps pour l’identifier. Ma conscience est par conséquent indépendante de ce corps, elle ne lui est pas seulement inhérente, elle n’est pas intrinsèquement englobée, elle a un pouvoir d’auto réflexion. Elle reçoit les informations reçues par le corps, elle les analyse mais elle a en plus la capacité à conscientiser ce processus. J’ai conscience de ma conscience. Ma conscience n’est pas qu’un récepteur comme peut l’être un ordinateur en état de marche, elle a également le pouvoir d’observer l’expérience et l’expérimentateur… D’avoir conscience de lui, indépendamment du corps. Dans cette situation là, le corps n’est plus le support de l’identité mais l’objet étudié qui permet à la conscience de prendre forme. Je ne suis pas mon corps, j’ai un corps qui me sert d’objet d’expérience afin d’offrir à ma conscience un piédestal.

Ca n’est pas pour autant que ce corps est méprisable et doive être considéré comme un fardeau dont il faut que la conscience se libère. Ca serait absurde, comme une lobotomie sensorielle. A quoi me servirait-il d’analyser ma conscience auto réflexive s’il n’y a aucune expérience à laquelle je puisse me référer ?

Il n'y a pas de conscience sans corps.
"Corps et conscience font un". Pour Spinoza, l'esprit et le corps ne constituent qu'une seule et même substance, une imbrication constante entre le champ d’expérience de la pensée (l'esprit) et le champ sensoriel (le corps).

Pour des philosophes matérialistes comme Diderot ou Nietzsche, la conscience est une simple extension de l'organisme. Les neurologues aujourd'hui déterminent ce que je pense et ce que je ressens qu’en fonction de notre corps. Il semblerait par conséquent que je ne sois qu'un corps qui « raisonne ».

Ma conscience pense "je suis", mais sans pouvoir se passer du récepteur corporel. On pourrait donc valider la phrase et dire "je suis un corps".



Pour Descartes, la conscience, bien qu'étroitement unie au corps, est radicalement distincte de lui. « Je ne suis pas mon corps. »
"La conscience est abstraite". Lorsque je pense "je suis", ma conscience se saisit elle-même comme conscience, en faisant abstraction de mon corps. La conscience du corps n’est qu’une option secondaire. Le corps n'est donc qu'un des objets parmi d'autres qui peuvent occuper la conscience. Descartes est intransigeant et ne veut pas être assimilé à un corps qui souffre et qui lui échappe…
Lorsque je pense, je n'ai pas conscience de mon corps et je n’en ai même pas besoin. Ma conscience et mon corps sont donc distincts et pour Descartes on doit dire "j'ai un corps". Le dualisme cartésien se sert du dualisme chrétien. Il n’y a qu’à lire Schopenhauer pour juger des dégâts…Mesdames, cachez-vous, ne tourmentez pas les consciences supérieures des mâles… Beurk…




Bon, la conscience est donc incarnée, la conscience et le corps ne font qu'un. Je m’en tiens à cette idée.
Il serait illusoire d'imaginer que la conscience puisse être abstraite, totalement coupée du corps. La psychanalyse essaie bien d’ailleurs de réconcilier la conscience et le corps, le moi (ou le surmoi) et l'inconscient, afin de permettre à l'individu de vivre dans la plénitude. Il n’y a aucun « ennemi » en soi, il n’y a que des entités ignorées, par éducation, conditionnement ou traumatismes.

Le zazen travaille également dans cette voie. La maîtrise du corps favorise le développement de la conscience. Il n’est pas question de s’extraire du corps mais de l’éprouver pleinement, en totale conscience, avec amour et cette expérimentation génère un état de conscience sublimé.

On peut s’interroger maintenant sur les états de conscience modifiée déclenchés par des situations particulières.
Les NDE ou d’autres situations moins extrêmes.
On n’est pas au bout de la réflexion, loin s’en faut…
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 22:39

Romane a écrit:
Vous comprenez pourquoi je ne consens à sortir de mon lit qu'une fois que Vic est passé par LU ?

Oui, je comprends.
D'ailleurs, on peut se demander pourquoi les autres interviennent. Il y en a que pour Vic !! AngeR
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 23:02

thierry a écrit:
Ai-je un corps ou suis-je mon corps ?

Si je parviens à répondre à la question, il aura bien fallu que j’aille chercher la réponse en moi, c'est-à-dire dans l’antre qui contient ma conscience. Je ne peux concevoir que cette conscience, ou cette raison, soit une entité extérieure que je vais saisir dans mon environnement pour m’en servir. Ma conscience est incarnée. Ma réflexion est inséparable de mon corps, elle y est enracinée comme dans une terre. Mon corps est par conséquent un support, une enveloppe mais il est aussi un « filtre » par lequel toutes les expériences viennent à mon cerveau. Si je peux penser à mon corps, c’est bien parce que je le ressens, je le perçois, j’en reçois également une image. Par contre, il est évident que cette image évolue avec le temps et l’accumulation des expériences. Ce corps n’est pas figé et la conscience que j’en ai fluctue.

Si ces changements surviennent, c’est également que je ne suis pas seulement ce corps, comme une pierre est une pierre, mais que je dispose d’une capacité consciente à « m’extraire » de ce corps pour l’identifier.…

Cela va sembler absurde, mais ce matin, je regardais un dessin animé avec ma fille. C'était l'histoire d'un petit garçon et d'un pingoin, ils s'étaient trouvés au hasard du temps. Le petit garçon ramena le pingoin au pôle nord afin qu'il rejoigne son espèce, sa famille, son clan. C'était très émouvant comme histoire, car lorsqu'on se croise, que l'on s'habitue à la présence de l'un comme de l'autre, il est difficile de se dire au revoir.

Comme ils étaient seuls chacun de leur côté, le pingoin retourna vers le petit garçon.

Pourquoi je raconte cela ?

Parce que dans l'histoire, une phrase a été dite et je l'ai trouvée sublime.
Je vais la citer ici, puisque l'on parle de corps et de conscience :
sur le radeau, le pingoin et l'enfant ou l'enfant et le pingoin étaient et personne n'aurait su dire qui était l'un et qui était l'autre ou qui était l'autre et qui était l'un. (depuis, je réfléchis, moi qui ai un corps et une conscience)


Dernière édition par Rosacée le Sam 19 Déc 2009 - 23:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 23:05

Rosacée a écrit:
Romane a écrit:
Vous comprenez pourquoi je ne consens à sortir de mon lit qu'une fois que Vic est passé par LU ?

Oui, je comprends.
D'ailleurs, on peut se demander pourquoi les autres interviennent. Il y en a que pour Vic !! AngeR

Remonte un peu, Rosacée, tu verras que je t'ai répondu à toi, après ton intervention à toi. Non mais !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 23:10

Romane a écrit:
Rosacée a écrit:
Romane a écrit:
Vous comprenez pourquoi je ne consens à sortir de mon lit qu'une fois que Vic est passé par LU ?

Oui, je comprends.
D'ailleurs, on peut se demander pourquoi les autres interviennent. Il y en a que pour Vic !! AngeR

Remonte un peu, Rosacée, tu verras que je t'ai répondu à toi, après ton intervention à toi. Non mais !

Oui, j'ai vu. Je chipote ou non ? LOL
Non, je ne vais pas chipoter, mais ta phrase est comment dire... enfin, très sympatique pour Vic en tous les cas. J'espère que les autres ne t'endorment pas trop quand même. Moi, ça me plairait bien que tu consentes à sortir de ton lit une fois que je suis passée sur LU. AngeR

Oups, c'est mon corps et ma conscience qui me rendent narcissique et je suis jalouse aussi. LOL (psychologie oblige - je laisse les psys m'analyser avec grand soin.)
Mais je le dis, je suis irrécupérable. Chuuttt
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Conscience de soi.   Sam 19 Déc 2009 - 23:11

@ Thierry : ce pourrait être comme le lien entre avoir deux jambes deux pieds, et une démarche. Les deux sont indissociables, n'est-ce pas ?

Nous avons un corps et une conscience autant que nous avons deux jambes/deux pieds et une démarche.

J'ai un corps, comme emballage autour de mon énergie, les deux font de moi ce que je suis.

Est-ce simpliste, à votre avis ?

@ Rosacée : comme quoi on peut être à la fois individuel et collectif !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conscience de soi.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conscience de soi.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Philosophie-
Sauter vers: