Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Origine et conséquences de l’islamophobie européenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Sam 2 Jan 2010 - 18:33

Habituellement, je commente les textes d’autrui que je poste.
Mais là – flemme post-sylvestrienne, peut-être –, bien que je sois assez peu d’accord avec le texte, je préfère attendre avant de m’exprimer.


    L’Europe et les minarets, une histoire ancienne

    Abdelwahab Meddeb

    Le vieux contentieux entre chrétiens et musulmans est fondé sur des fantasmes. Commençons donc par y réfléchir.

    Le vote suisse contre les minarets, avec ses répercussions européennes et françaises, reflète l’état de l’opinion face à l’islam : autrement dit, l’islamophobie traditionnelle qui structure la conscience européenne. Car l’Europe, après s’être confrontée à l’islam, l’avait combattu puis rejeté.

    Le raid arabe de Poitiers en 732 est ainsi considéré comme un événement mineur dans la chronique musulmane. Elle le signale en quelques lignes où il est surtout question de Bulât ash-shuhadâ, les « dalles des martyrs », ces cavaliers arabes venus d’Espagne et morts au combat.
    Pour un œil occidental, en revanche, Poitiers a constitué un symbole majeur, d’abord en France, où la bataille a été instrumentalisée pour construire la conscience de l’Etat nation, et d’une façon plus large dans la vision européenne.
    Poitiers a en effet stoppé l’avancée septentrionale de l’islam. La bataille annonce les futurs combats que livrera l’Europe chrétienne au XIe siècle. Le musulman sera alors nommément désigné comme l’ennemi, en compagnie du juif et de l’hérétique. A ceci près que l’islam est considéré comme infiniment plus dangereux : car il dispose, lui, du sabre au service des puissances musulmanes.

    C’est aux alentours de 1080 que va se cristalliser l’idée de la croisade et de la Reconquista, adaptation mimétique par la chrétienté du concept islamique de jihad, de guerre sainte. La seconde séquence défensive de l’Europe contre l’islam perçu comme menace existentielle se déroulera quatre siècles plus tard en freinant la vague ottomane, irrésistible de la prise de Constantinople en 1452 au siège de Vienne en 1529. D’ouest en est, des Arabes aux Turcs, du XIIe au XVIe siècle, ce sont ces deux moments qui firent de l’islam l’ennemi fondateur de la conscience chrétienne européenne.

    L’Europe a donc vécu par deux fois la menace islamique. Par deux fois elle a réagi en résistant et en jetant dehors l’islam. Ce sont ces fantômes et ces fantasmes qui nourrissent aujourd’hui la phobie de cette religion.

    Or ce retour de la référence théologico-politique dans un monde européen sécularisé est pour le moins surprenant. Il faut donc admettre que la rémanence chrétienne est toujours vivace, bien que le primat religieux ait été expulsé du politique. Mais il faut aussi rappeler que les archaïsmes de l’islam, son refus d’évoluer, ne peuvent que conforter la phobie. Plusieurs questions lui sont en effet posées : l’islam peut-il s’accepter comme religion minoritaire ? Peut-il s’adapter à la démocratie sécularisée ? Peut-il se contenter d’un accès au divin cantonné à l’espace privé et non plus d’une apparition ostentatoire, dominante, dans l’espace public ?

    Mais plusieurs questions se posent également aux démocraties européennes : interdire les minarets, n’est-ce pas déshonorer l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme votée le 13 décembre 1948 à l’ONU ? Il recommande précisément le respect de la liberté de conscience, de croyance et de culte.

    Que symbolise le minaret ? L’islam, au moment de sa formation, devait inventer sa différence dans la proximité et la descendance judéo-chrétienne. Les chrétiens signalaient la prière par le tocsin, les juifs en soufflant dans une corne de bélier : les musulmans ont alors inventé le chant qui appelait les croyants à l’adoration. Et la voix serait portée au loin, du haut des tours.
    Pour édifier ces tours, ils se sont inspirés de l’architecture antérieure, créant des merveilles de la civilisation. C’est ainsi qu’au IXe siècle le minaret de Kairouan a imité l’antique phare d’Alexandrie en emboîtant des formes pyramidales. Le minaret de Samarra (IXe s.), au nord de Bagdad, s’est adapté, lui, aux ziggourats des tours de Babel mésopotamiennes avec leurs volutes sinusoïdales. Dans la rocaille des montagnes afghanes, le magnifique minaret de Jam (XIIe s.) imagine deux escaliers qui ne se rencontrent jamais et calligraphie sur ses façades, en bandeau, l’intégralité de la longue sourate de Marie : il devient ainsi stèle monumentale, obélisque paré de hiéroglyphes. En Andalousie et au Maghreb, à la fin du XIIe siècle, les Almohades bâtirent les trois tours sœurs que sont la Giralda à Séville, la tour Hassan à Rabat et la Koutoubia à Marrakech.

    Tous ces minarets, particulièrement ceux des Almohades, symbolisent l’ascension du prophète, le Mi’râj, et son élévation à travers les sept cieux jusqu’à l’empyrée. Des éléments architecturaux scandent cette montée et constituent par leur variété un répertoire de coupoles aux multiples formes.
    Mais ces minarets affichent aussi, par leur hauteur, la célébration de la puissance de l’islam et de ses Etats, ainsi que leur ambition de conquête universelle. De manière inconsciente, cette célébration a recours au symbole de la domination phallique, de tout ce qui se projette comme force génésique pour enfanter l’hégémonie politique et la suprématie religieuse. C’est peut-être cet aspect que refusent les Européens. Une pareille présence érectile ravive le fantasme de la conquête islamique, vécue comme la menace d’un viol.

    A ce fantasme s’ajoute la perversion des minarets contemporains qui enlaidissent les villes d’islam et les rendent désagréables. Ne sont-elles pas doublement repoussantes ? D’abord parce que les tours d’aujourd’hui perpétuent maladroitement et sans art les proportions des formes de naguère : elles ont cessé d’enchanter le regard, avec leurs masses en béton armé. Elles sont même d’une laideur agressive tant on perçoit à l’œil nu l’incohérence entre la forme ancienne et la moderne trivialité de leur technique. Ensuite, l’effet repoussoir des villes d’islam est aggravé par la voix en déroute qui convie à la prière : une voix très mal relayée, voire brouillée et parasitée par des amplificateurs électriques. Du coup, l’appel devient agressif, véhément, méchant, polémique, vindicatif, inesthétique. Combien de fois les voix des muezzins dérivent-elles loin, très loin de l’art de la mélodie ! Combien de fois nous sommes-nous trouvés contraints d’écouter des ânes qui braient, des béliers qui bêlent, des boeufs qui beuglent, au lieu de la voix suave et persuasive du chanteur ! Autant d’agressions sonores qui dégoûtent les Suisses et les Européens.
    Je propose donc qu’on réfléchisse à toutes ces questions à tête reposée. Il faut trouver une solution au contentieux historique que l’attitude actuelle des musulmans, en leur négligence et désorientation, attise au lieu d’apaiser. Ce serait là l’occasion de bâtir la plate-forme d’un vivre-ensemble : solder le passif permettrait enfin de lever le refoulé.

    Pour réaliser ce vœu, peut-être faudrait-il dès à présent proposer des minarets acceptables pour tous. Leurs formes s’adapteraient aux techniques. Elles reprendraient la symbolique de l’ascension, du Mi’râj, mais abandonneraient la forme phallique qui dit la domination politique et religieuse.
    Pourquoi ne pas inventer des minarets virtuels qui, par les rayons laser, signifieraient d’une manière plus éloquente le voyage céleste ? Pourquoi ne pas opter pour des tours brisées, qui casseraient la prétention au phallique, comme le fit dans une de ses premières œuvres (1974) Christian de Portzamparc en bâtissant le château d’eau de Marne-la-Vallée ? Ce serait aussi l’occasion de lancer l’appel à la prière en restaurant la voix nue : elle ferait de son chant un oratorio spirituel, diffusé au nom du beau, dans le respect courtois du voisinage, loin de toute agression sonore et visuelle.

    Dernier livre paru : Pari de civilisation, le Seuil

http://www.marianne2.fr/L-Europe-et-les-minarets,-une-histoire-ancienne_a183306.html?TOKEN_RETURN
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Sam 2 Jan 2010 - 19:03

"Or ce retour de la référence théologico-politique dans un monde européen sécularisé est pour le moins surprenant. Il faut donc admettre que la rémanence chrétienne est toujours vivace, bien que le primat religieux ait été expulsé du politique. Mais il faut aussi rappeler que les archaïsmes de l’islam, son refus d’évoluer, ne peuvent que conforter la phobie. Plusieurs questions lui sont en effet posées : l’islam peut-il s’accepter comme religion minoritaire ? Peut-il s’adapter à la démocratie sécularisée ? Peut-il se contenter d’un accès au divin cantonné à l’espace privé et non plus d’une apparition ostentatoire, dominante, dans l’espace public ?"

Je viens de lire cet article sur Marianne 2, et tu me devances, je voulais le soumettre!

L'interêt c'est qu'il est rédigé par un musulman, comme quoi c'est pas tous des malades extrémistes, et ça donne un son de cloches, de muezin!
Le "refus de sécularisation", d'effacer le religieux de l'espace public n'est pas propre à l'Islam
Quant au "symbole phallique" nos braves clochers et les beffrois dont il a été question sont pas en reste, mais s'il faut en voir partout, les obélisques egyptiens aussi! Et on en a un au milieu d'une des places les plus prestigieuses de Paris!

Ce qui est discutable, c'est que, contrairement à ce qui est avancé, l'Eglise chrétienne a souvent privilégié ses propres querelles internes et le combat contre les "hérétiques" à celui contre l'Islam, CF la Croisade des Albigeois pour ne citer qu'elle!
Charlemagne était pote avec Haroun Al Rachid (alors que son grand papa le Martel avait flanqué la pâtée aux sarazins à Poitiers) et François 1er avec Soliman le Magnifique!
La politique a ses raisons qui surpassent la religion! Et aujourd'hui tout en faisant un épouvantail du musulman d'à côté, on mitonne une loi spécifique pour récolter les sous des émirs pétrolifères!
La Reconquista était itou un fait politique, les souverains espagnols (Aragon, Castille, Catalogne) voulaient agrandir leurs territoires et n'hésitaient pas à s'allier le lendemain au chef arabe qui était leur ennemi la veille pour contrer leur trés chrétien voisin dont les ambitions les gênaient!
Quant à Poitiers, c'est un de ces mythes en image d'Epinal dont l'histoire officielle est friande. Le raid d'un groupe avancé, l'appel à l'aide du duc d'Aquitaine de l'époque, qui fut le perdant de l'affaire parce que la "protection" suposait à terme une mainmise du Nord sur ce Sud, mainmise qui sera effective aprés la défaite des seigneurs languedociens à l'issue de la Croisade des Albigeois!

Autrement dit: entre dirigeants, on noue et dénoue des alliances selon l'humeur et les besoins du moment, sans considérations religieuses, et on agite le chiffon rouge de la "Menace infidèle" pour maintenir l'humeur belliqueuse et les trouilles ataviques du populo!
On peut pas dire que ça ai vraiment changé depuis Charles Martel!


Dernière édition par Tryskel le Dim 3 Jan 2010 - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Sam 2 Jan 2010 - 19:25

Tryskel a écrit:
La politique a ses raisons qui surpassent la religion!
Là, je suis tout à fait d'accord. On a bien vite fait de mettre sur le dos des religions ce qui est souvent d'ordre politique ou économique.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 13:40

lucaerne a écrit:
Tryskel a écrit:
La politique a ses raisons qui surpassent la religion!
Là, je suis tout à fait d'accord. On a bien vite fait de mettre sur le dos des religions ce qui est souvent d'ordre politique ou économique.

Merci pour ce texte qui brille, et c'est rare sur le sujet en question, d'une belle intelligence.
Reste à savoir si c'est le politique qui utilise le religieux ou le religieux qui utilise le politique. Avec un doigt ou deux d'économique pour faire monter une mayonnaise peu ragoutante au fond. Et si tout cela était mixé au fur et à mesure des besoins? Politique, religieux et économique ne recherchent qu'une chose, le pouvoir, voire le pouvoir absolu, sur les consciences. Parfois ils s'unissent, d'autres fois ils se combattent.
J'y pense, notre politiquement correct n'est - il pas une forme moderne de religion, avec ses croyances?
Et que dire de la "science" et de ses doctrines que nul ne peut remettre en cause sans risquer le bûcher? Science toute puissante souvent asservie aux lobbies de toutes sortes.
Exit la religion ancestrale? Et voilà que se créent de nouveaux dogmes, que sont jetés de nouveaux anathèmes contre les hérétiques qui osent penser et parler à contre courant, c'est à dire librement. Malheur à celui qui ose dire que peut être les choses sont différentes!
Exit la sainte inquisition? Dans nos sociétés laïcisées certes, mais les réflexes perdurent.
La pensée dite moderne a elle aussi ses textes sacrés, son clergé médiatique, ses cérémonies télévisuelles. Tout cela sent la manipulation à plein nez.
Dieu est mort? Vive dieu sans dieu!

François
Revenir en haut Aller en bas
Who

avatar

Nombre de messages : 498
Age : 30
Localisation : Sous un bourgeon géant.
Date d'inscription : 21/06/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 17:51

Je doute que les femmes sous burka soient libres de penser et parler.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lecorridor.net
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 19:12

Je connais des femmes qui ne portent pas la burka mais ne sont pas libres de parler. Certaines se font même régulièrement tabasser. En France. Quant à penser, ce n'est pas controlable. Alors, pourquoi toujours se focaliser sur ça ?

Je connais quelqu'un qui a un magasin de lingerie coquine et qui voit régulièrment des groupes de femmes portant burka venir essayer des trucs sexy en se marrant dans les cabines d'essayage. Est-ce que beaucoup de françaises de nos campagnes se permettraient cette liberté ?

J'ai une amie qui a choisi de porter le voile -et je dis bien "choisi", je la connais suffisamment - et qui est loin d'avoir sa langue dans sa poche, y compris en présence de son mari.

Je ne suis pas pour le port de la burka ni du voile, mais j'essaie de ne pas juger ce que je ne connais pas avec mes propres références culturelles. Pas d'ethnocentrisme, ça aide à être plus ouvert.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 19:32

[quote="
Reste à savoir si c'est le politique qui utilise le religieux ou le religieux qui utilise le politique. Avec un doigt ou deux d'économique pour faire monter une mayonnaise peu ragoutante au fond. Et si tout cela était mixé au fur et à mesure des besoins? Politique, religieux et économique ne recherchent qu'une chose, le pouvoir, voire le pouvoir absolu, sur les consciences. Parfois ils s'unissent, d'autres fois ils se combattent.
Et que dire de la "science" et de ses doctrines que nul ne peut remettre en cause sans risquer le bûcher? Science toute puissante souvent asservie aux lobbies de toutes sortes.
La pensée dite moderne a elle aussi ses textes sacrés, son clergé médiatique, ses cérémonies télévisuelles. Tout cela sent la manipulation à plein nez.
Dieu est mort? Vive dieu sans dieu!

François[/quote]

Paroles et clip de Jean Ferrat - Le Sabre Et Le Goupillon
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 20:00

Lulu, ton commentaire me fait réagir, bondir devrais-je dire.
Arrêtons l'angélisme par rapport aux pires extrêmismes qui existent, sous prétexte que ce n'est pas joli, que ça peut être assimilé un peu rapidement à du racisme, et que nous ne sommes pas tout blancs sur la question non plus.
Je pense qu'on ne peut me taxer de racisme, encore moins d'attitude anti-arabe. Je danse oriental, j'écoute de la musique arabe, classique ou moderne, j'étudie la culture, les arts de ces pays, et pas mal de mes copines de danse n'ont pas des noms bien français. Si cette culture me dérangeait, je serais sans doute bien malheureuse, ou complètement maso...
Mais arrêtons de comparer les misères des femmes occidentales avec celles de nos consoeurs orientales. Aucune de nous n'est mariée à 9 ans, aucune avec une homme qu'elle ne connait pas et qui a le triple de son âge, aucune n'a à supporter contre son gré plusieurs autres épouses officielles. Si une femme est battue dans nos pays, il ne tient qu'à elle de venir s'en plaindre, elle trouvera des structures pour l'accueillir et la justice ne passera pas vraiment l'éponge sur des actes violents commis dans un couple. La démarche est difficile, mais elle est possible. Ce qui n'est pas le cas dans les pays musulmans, où battre sa femme est une chose parfaitement admise. Comme la répudier, voire pour certains pays la lapider si on la soupçonne d'adultère, ou pour s'en débarrasser, tout simplement.
Nous avons le droit et les moyens de travailler, de garder notre propre argent et d'en disposer librement. D'avoir un enfant seule et de l'élever en étant aidée par l'Etat. De passer notre permis de conduire, d'aller où bon nous semble, de pratiquer les sports et les loisirs qui nous conviennent. De nous habiller comme bon nous semble. De coucher avec qui nous avons envie, ou pas. De prendre une contraception ou d'avorter.
Dois-je continuer sur ce qui nous semble des évidences, et qui ne le sont pas ailleurs ?
Alors relativisons les malheurs de la femme occidentale. Nous avons obtenu une grande liberté, maintenant, à nous de savoir nous en servir. Si limitations il y a, elles existent plutôt dans notre tête, résultante de notre éducation, de nos propres limites personnelles, de nos a-priori.
Et j'avoue que parfois, cette liberté n'est pas forcément confortable, parce qu'elle nous oblige à des choix, à nous bouger les fesses, alors qu'il peut être confortable de laisser décider à notre place...
Mais c'est ce que nous avons, et c'est la chose la plus précieuse qui existe. Je n'hésiterais pas à me battre pour préserver cette liberté, et je l'ai fait déjà, ne serait-ce qu'en exerçant un métier dit "d'homme" où il a fallu m'imposer.
Quant au fait que les musulmanes (certaines) portent de la lingerie coquine sous leur burqa, cela me semble au contraire une des choses les plus monstrueuse qui existe. J'ai moi aussi remarqué que c'était souvent les musulmanes qui essayaient la lingerie la plus osée dans les magasins. Des trucs que même moi, qui ne suis pas prude, c'est le moins qu'on puisse dire, je n'oserais jamais porter, des trucs de putes, sans vouloir offenser ces dames (les putes, pas les musulmanes). C'est pour moi le comble absolu de l'hypocrisie : voilée dehors, genre bonne pratiquante prude et pure, et fagotée comme une roulure en dessous. Monstrueux.
Et sur les femmes qui "choisissent" de porter le voile, si elles ont décidé d'être des esclaves, des sous-humaines sans droit, tant pis pour elles. Beaucoup d'autres y sont contraintes, et se battent pour obtenir leur liberté, souvent au péril de leur vie. J'ai du respect pour celles-là. Pour les autres, elles ont autant de valeur pour moi que le bout de chiffon sous lequel elles cachent leur mal-être, leurs névroses, leur embrigadement, ou leur bêtise, au choix. Je peux les plaindre, à la rigueur. Mais quelque soit le motif, je ne pardonne pas d'abdiquer sa liberté essentielle, sa liberté de femme.
Et qu'on ne vienne pas me dire que je fais de l'ethnocentrisme. J'ai toujours vécu entre plusieurs cultures.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 20:39

Alors bondissons ensemble...

Je pense à Claude Lévi-Strauss qui étudiait les civilisations sans jamais juger. Je pense à Élisabeth Badinter qui a écrit sur des tribus dans lesquelles les jeunes garçons sont soumis à tortures afin d'en faire des hommes (là, on n'en parle jamais).
Je pense aussi aux femmes des zones rurales qui sont très loin de la femme française libre que tu décris.
Enfin, je pense aux femmes à moitié nues que j'ai vues "exposées" comme de vulgaires objets dans les vitrines du quartier rouge d'Amsterdam ou dans les rues de nos grandes villes.

Je ne me "voile" pas la face. Je sais que partout dans le monde, les femmes sont souvent opprimées, battues, torturées. Mais je sais aussi que les habitants des pays dits "civilisés" sont souvent très prompts à juger les autres civilisations et à les "barbariser" sans jamais balayer devant leur porte. Qui sommes-nous pour prôner à ce point notre soi-disant vérité comme parole d'évangile ?
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 21:07

blue note a écrit:



Quant au fait que les musulmanes (certaines) portent de la lingerie coquine sous leur burqa, cela me semble au contraire une des choses les plus monstrueuse qui existe. J'ai moi aussi remarqué que c'était souvent les musulmanes qui essayaient la lingerie la plus osée dans les magasins. Des trucs que même moi, qui ne suis pas prude, c'est le moins qu'on puisse dire, je n'oserais jamais porter, des trucs de putes, sans vouloir offenser ces dames (les putes, pas les musulmanes). C'est pour moi le comble absolu de l'hypocrisie : voilée dehors, genre bonne pratiquante prude et pure, et fagotée comme une roulure en dessous. Monstrueux.
Et sur les femmes qui "choisissent" de porter le voile, si elles ont décidé d'être des esclaves, des sous-humaines sans droit, tant pis pour elles. Beaucoup d'autres y sont contraintes, et se battent pour obtenir leur liberté, souvent au péril de leur vie. J'ai du respect pour celles-là. Pour les autres, elles ont autant de valeur pour moi que le bout de chiffon sous lequel elles cachent leur mal-être, leurs névroses, leur embrigadement, ou leur bêtise, au choix. Je peux les plaindre, à la rigueur. Mais quelque soit le motif, je ne pardonne pas d'abdiquer sa liberté essentielle, sa liberté de femme.
Et qu'on ne vienne pas me dire que je fais de l'ethnocentrisme. J'ai toujours vécu entre plusieurs cultures.


Quelle frénésie dans tes propos… petit moment d’égarement peut-être ??? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 22:26

Répondons déjà à Lulu : oui, je vois bien ce que tu veux dire, mais je n'ai pas l'envergure intellectuelle d'un Lévi-Strauss et autres ethnologues (je ne le suis pas, par ailleurs).
Leur métier est d'étudier une civilisation, sans la juger bien sûr, sinon ils sortiraient honteusement de leur rôle en prenant partie. Moi je regarde, je m'intéresse, et parfois j'émets un avis, motivé par mon ressenti.
Romane pourra te dire, après une longue conversation que nous avons eu avec une amie à elle sur l'Inde, que je suis particulièrement prudente et que je suis loin de "juger" les civilisations, encore moins de les stigmatiser en les comparant à la civilisation occidentale.
Mais certaines choses me font bondir, effectivement, et mettent rudement à l'épreuve ma tolérance. Je ne dis pas que j'ai raison, c'est juste un fait. Je m'en suis encore rendue compte lors d'une discussion avec un collègue d'origine africaine (ghanéenne) : nous parlions de l'excision des femmes. Il disait qu'il était contre, mais comme c'était un fait culturel, il ne voyait pas pourquoi on s'y opposait. Hé bien si, justement : pour moi, l'excision est une pratique que je juge inacceptable. Tant pis si je prends carrément partie, tant pis si on me juge intolérante, mais là je ne peux fermer les yeux sur une pratique telle que celle-ci.
Pour le fait que certaines tribus pratiquent une initiation très dure envers les jeunes garçons, on pourrait en discuter, mais n'oublions pas qu'il s'agit de civilisations souvent de chasseurs ou de guerriers, et qu'ils éprouvent ainsi le courage et la résistance de leurs futurs hommes. Les Polynésiens pratiquent aussi le tatouage tribal, qui est terriblement douloureux, pour la même raison. Toutes les civilisations pratiquement font passer des épreuves initiatiques à leurs garçons, parfois très pénibles. Une des nôtres était constituée par le fameux service militaire... je crois que c'est une nécessité, symbolique ou non, et que nous en manquons assez cruellement actuellement dans nos sociétés. Je pense que c'est une des raisons pour laquelle les jeunes inventent eux-mêmes leurs propres épreuves initiatiques, parfois de façon très malheureuse ou inopportune, puisque la société ne tient plus ce rôle.
Concernant la "femme rurale", je suis bien d'accord, le niveau de libéralisation des moeurs n'a pas vraiment évolué de la même façon partout, mais on peut remarquer quand même que la tendance à l'uniformisation joue de plus en plus.
Quant à la prostitution, on pourrait longtemps glosser là dessus. Ce n'est pas joli-joli, mais tant qu'il y aura des hommes, il y aura des prostituées, inutile de se voiler la face... dans cette situation, je préférerais être au chaud dans une pièce, même exposée dans une vitrine, que dans la rue au froid et à moitié à poil.
Pour conclure là dessus, je ne parlais pas de "prôner (...) notre soi-disant vérité comme parole d'évangile".
Simplement, il existe des choses, à mon sens, qui très profondément nous remuent et s'imposent comme une vérité (quasi) universelle. Certaines choses qui sont, ou qui devraient être, inacceptables, quelle que soit notre origine ou notre degré de tolérance. C'est une évidence pour moi, donc je vais dire que c'est "mon" évidence. Sur certaines idées, on réfléchit, on pèse le pour et le contre, on trouve des raisons et des conséquences, mais là je parle de ce qui devrait nous remuer à tel point qu'on ne peut le tolérer, et que même le tolérer serait dangereux. Mais je comprends que d'autres n'aient pas cette sensibilité.
Exemple : tu te retrouves dans l'Allemagne en 1937, et là tu vois des gens dans la rue avec des étoiles rose, ou jaune. Tu demandes ce que c'est, et on te réponds que c'est pour distinguer les homosexuels et les juifs, parce qu'ils ne sont pas comme les autres et qu'ils faut donc pouvoir les distinguer au premier coup d'oeil. Que les Allemands sont de toute façon défavorables à l'homosexualité, qu'ils considèrent comme une maladie, et aux juifs, qui sont des ennemis du peuple, déicides et répugnants. D'ailleurs, les Allemands sont tellement favorables à cette mesure que c'est devenu une loi. Ton coeur te dis quoi, là : bon, c'est culturel, pas terrible mais c'est leur problème, qui je suis pour juger ? Ou tu penses que c'est inadmissible et tu sais que si on essaie de l'imposer, tu te battras ?
Tu vois ce que je veux dire ?

Réponse maintenant à Bianca : non non, justement, ce n'est pas de l'égarement, même si mes propos sont durs.
Je suis généralement quelqu'un de très calme et réfléchi, très diplomate aussi, ceux qui me connaissent pourront te le dire. Mais il y a des sujets qui me font monter comme du lait sur le feu. Je déteste l'injustice, ça me hérisse. Je déteste l'hypocrisie également.
Je trouve tout autant répugnant les mafiosis qui tuent des petits enfants, et qui le lendemain se rendent tout benoîtement à l'église en ayant la certitude de laver leur âme noire.
La liberté, et il est évident qu'on a chacun sa définition et son ressenti par rapport à cette notion, la liberté, dis-je, est un bien inaliénable. Y renoncer volontairement est pour moi, qui ne suis pas particulièrement croyante, un péché mortel.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 23:20

J'ai juste envie de te répondre que parfois, sortir de l'émotionnel et prendre un peu de recul ne peut faire que du bien. Si les problèmes des femmes se résumaient à l'islam, ça se saurait. Je crois que toutes les religions se valent à ce sujet. D'ailleurs, quand tu parles de putes, de roulures, de péché mortel... ça me donne l'effet de relents de judéo-christianisme. De la même façon que tu nous expliques que la femme est scandaleusement maltraitée (ce que je ne conteste pas), mais que les hommes mériteraient de l'être nettement plus. Drôle de logique...

Est-ce que je me battrais si on essayait d'imposer dans mon pays des lois qui me scandalisent ? Je ne peux savoir si j'en aurais le courage, mais j'espère. Mais dois-je pour autant me battre au nom de cultures que je ne connais pas ? Je ne me le permettrais pas, ou alors après m'être très sérieusement documentée.

Et puis, voir toujours les mêmes se faire stigmatisés, franchement, ça me fatigue.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Dim 3 Jan 2010 - 23:54

"sortir de l'émotionnel" : oui, tu n'as sans doute pas tort.
Un de mes collègues, un homme extrêmement cultivé avec qui j'avais de longues discussions, me reprochait un peu la même chose. Il disait qu'il raisonnait de façon logique, ce qui venait sans doute de sa culture germanique, alors que moi je pensais de façon émotionnelle, latine en quelque sorte. Cela, d'après lui, faussait mes raisonnements.
J'avoue, je pense avec le coeur. Je fonctionne ainsi, et je crois que je ne voudrais pas, après tout, fonctionner de façon différente.
"les hommes mériteraient de l'être nettement plus" (maltraités) : ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Je pense que les rites d'initiation, quels qu'ils soient, ont leur utilité. En les excluant de nos sociétés, nous laissons un vide psychologique que les adolescents essaient de combler d'une façon parfois bien plus dangereuse et traumatisante.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Lun 4 Jan 2010 - 1:30

Oui..;Nous ne sommes que des animaux grégaires... Notre vraie nation, c'est la tribu, le petit village..;Nous avons besoin de rites....Et nous nous sommes construit un monde trop grand pour nous....Enfin, on nous a construit...Est-ce pour notre bien?...j'en suis pas sûr....
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Lun 4 Jan 2010 - 3:13

Vouloir couper la poire en deux peut parfois être signe de modération et, même, de sagesse. Mais parfois aussi, d’indécision, et d’autres fois encore, carrément de mauvaise foi, en ceci que ça meut à pied d’égalité des choses qui ne sont pas comparables.

Ce que doit être ou pas l’islam, ou s’il est ou pas archaïque, honnêtement, je ne me sens pas qui pour répondre à ces questions. Alors, en ce qui concerne les fameux minarets, je n’ai pas de commentaire à faire. Si ce n’est de signaler que ma sœur qui a travaillé à Genève pendant trois ans me dit que ce vote est bien typique de ce que les Suisses ont de moins réjouissant.


Abdelwahab Meddeb a écrit:


Le vote suisse contre les minarets, avec ses répercussions européennes et françaises, reflète l’état de l’opinion face à l’islam : autrement dit, l’islamophobie traditionnelle qui structure la conscience européenne. Car l’Europe, après s’être confrontée à l’islam, l’avait combattu puis rejeté.

Après quoi, Abdelwahab Meddeb cite quelques exemples de conflits entre européens et musulmans, dont certains diversement narrés par la suite de part et d’autre. Il conclut cette partie du texte par :

Abdelwahab Meddeb a écrit:

L’Europe a donc vécu par deux fois la menace islamique. Par deux fois elle a réagi en résistant et en jetant dehors l’islam. Ce sont ces fantômes et ces fantasmes qui nourrissent aujourd’hui la phobie de cette religion.


Les historiens s’accordent pour dire que la conscience nationale française est née pendant la guerre des cent ans. S’opposant, donc, aux Anglais. Par la suite, les conflits armés ont été nombreux, violents, et radicaux contre les Allemands. Or, que je sache, il n’y a pas de haine particulière des Français contre les Anglais ou contre les Allemands – excepté peut-être de la part de juifs dont la famille a été déportée, et encore. Quand c’est le cas, cela se comprend–. Si les conflits avec les musulmans devaient structurer une islamophobie, pourquoi ne constatons-nous pas de structure anglophobe et germanophobe parmi les Français ?

Abdelwahab Meddeb a écrit:

Or ce retour de la référence théologico-politique dans un monde européen sécularisé est pour le moins surprenant. Il faut donc admettre que la rémanence chrétienne est toujours vivace, bien que le primat religieux ait été expulsé du politique.


Ce qui est surprenant c’est ce raisonnement. D’abord, c’est bien parce que l’Europe est sécularisé que le théologico-politique est pour le moins mal vu, et ce tout particulièrement en France, où le mélange des genres politico-religieux a fait plus de ravages qu’ailleurs. Les réactions que l’islam politique suscite sont attribuables bien davantage à un réflexe laïque qui veut que le religieux reste dans le domaine de la sphère privée qu’un un réflexe chrétien car, après tout, l’islam et le christianisme partagent suffisamment de prophètes et de textes pour se tenir tranquillement la main, malgré les conflits du passé.

Bref. Peut-être que l’islam est archaïque ou que les minarets actuels ne sont pas acceptables. Ou le contraire. Mais l’islamophobie structurelle européenne n’a rien à voir dans cela.

Et indépendamment de ce qui précède, je ne vois pas où est le mal à ne pas aimer une religion.

francoisdalayrac a écrit:

Reste à savoir si c'est le politique qui utilise le religieux ou le religieux qui utilise le politique. Avec un doigt ou deux d'économique pour faire monter une mayonnaise peu ragoutante au fond. Et si tout cela était mixé au fur et à mesure des besoins? Politique, religieux et économique ne recherchent qu'une chose, le pouvoir, voire le pouvoir absolu, sur les consciences. Parfois ils s'unissent, d'autres fois ils se combattent.

Je pourrais aussi citer lucaerne ou Tryskel dont les interventions sont semblables.
Je pense qu’il faut aussi prendre en considération que les relations entre peubles, et entre chretiens et musulmans, ne se résument pas aux seuls conflits armés. De fait, en général, d’où qu’ils viennent, les gens n’aiment pas la guerre et lorsque les dirigeants oublient d’ouvrir un conflit, les gens se mettent à voyager, à échanger et à commercer. Trysquel a rappelé que durant la Reconquista, des alliances entre chrétiens et musulmans contre d’autres chrétiens ou musulmans étaient monnaie courante. C’était le cas aussi au Moyen-Orient pendant les croisades. Alliances, et échanges commerciaux.

francoisdalayrac a écrit:

J'y pense, notre politiquement correct n'est - il pas une forme moderne de religion, avec ses croyances?
Et que dire de la "science" et de ses doctrines que nul ne peut remettre en cause sans risquer le bûcher? Science toute puissante souvent asservie aux lobbies de toutes sortes.

Là, tu t’égares.

blue note a écrit:

Mais arrêtons de comparer les misères des femmes occidentales avec celles de nos consoeurs orientales. Aucune de nous n'est mariée à 9 ans, aucune avec une homme qu'elle ne connait pas et qui a le triple de son âge, aucune n'a à supporter contre son gré plusieurs autres épouses officielles.

Pour abonder dans ce sens, il convient de rappeler, je crois, que ce sont là des choses qui, à peu de choses près, on a connu en Occident il n’y a pas si longtemps. Le droit de vote et, surtout, le droit de disposer librement de ses biens, ont été acquis au milieu du XXe siècle, et ce après une lutte acharnée. Il est difficile d’accepter de revenir sur ce qui apparaît comme un progrès dans la tolérance envers les femmes et l’égalité des sexes par esprit de tolérance envers une religion.

Sinon, l’argument de j’en connais une qui … butte vite sur des limites. En cherchant bien, on en trouvera certainement qui sont très heureuses d’être excisées. Ce n’est pas une raison de l’accepter.


lucaerne a écrit:
Alors bondissons ensemble...

Je pense à Claude Lévi-Strauss qui étudiait les civilisations sans jamais juger.

Pourquoi alors systématiquement juger la société française ?

lucaerne a écrit:

Je pense à Élisabeth Badinter

On trouvera difficilement un intellectuel plus farouchement attaché à la République et à sa laïcité qu’Élisabeth Badinter. Pour rappel, elle a milité activement contre la parité. Par ailleurs, elle condamne la stigmatisation de la prostitution.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Lun 4 Jan 2010 - 4:36

Je confirme que Blue est quelqu'un de posé...

Et elle a raison, disons la "raison du coeur" sur l'inacceptable.
La burka l'est parce que c'est un signe d'asservissement. Le post d'Alex sur l'interdiction du voile intégral en Egypte m'interpelle parce que dans les rues du Caire, j'ai vu des mecs se pavaner en débardeur, chaîne or autour du coup, un paquet dont on ne voyais que les yeux accroché au bras.
Et le guide nous avait averti, au Caire, on voit aussi bien des femmes sans voile, des vêtues comme nous, mais c'est la capitale, plus on va vers le Sud, moins on voit de femme, sur le bateau en Nubie, tout le personnel sans exception est masculin, les femmes on ne les voit pas, même en visitant un village et une maison, les femmes sont hors de portée des regards.
Je me suis abstenue de photos de femmes voilées, je n'osais pas leur demander, et surtout je me demandais ce qu'elle pensaient de moi en short/débardeur, tenue totalement adaptée a la chaleur pour une occidentale!

L'histoire de la burkatisée qui achéte des dessous coquins, j'en ai une autre version par l'article d'un sociologue lu il y a quelques temps.
Il s'était étonné de voir un couple (elle total voile) dans une telle boutique, mais c'était l'homme qui choisissait, et il a tranquillement expliqué que c'était pour lui, parce que à la maison, ça pouvait être chaud!
Révélateur de la chosification totale de la femme qui ne décide, ne veut, ne désire rien que par et pour l'homme. Elle n'ont pas le droit de conduire en Arabie Saoudite, la plus conservatriced es sociétés islamiques, dont pourtant nos dirigeants occidentaux courtisent les princes, question économiques, on se mêle pas de ce qu'ils font de leurs bonnes femmes!
Je ne doute pas qu'elle pense cette femme, mais je me demande quoi et surtout elle ne peut pas le dire!

On glisse de la notion politico /religieuse que soulève l'article à celle de culture et tradition, et la religion a bon dos pour faire avaliser des pratiques totalitaires! le christianisme pysogine à hurler n'a pas été en reste, mais l'occident a réussi quand même à le calmer, et la femme à commencé à acquérir certains droits!
D'ac c'est pas gagné, et je crois pas qu'on soit en train d'avancer à grands pas chez nous!
C'est toujours remis en cause, les plus nobles motifs sont toujours détournés, la liberté doit être préservée, et ça commence par refuser l'inadmissible, de l'étoile jaune (qui n'est pas une invention nazie, elle est bien plus ancienne) à l'excision en passant par la burka! Le respect des cultures, certes, mais pas accepter l'horreur
Mais est ce bien en France une loi de plus qui sera saisie comme "islamophobe" par les intégristes qui réglera la question?

Oui, nous avons en Occident perdu depuis un bail le sens des rituels et de la vraie communauté, mais on a gardé leurs pires aspects, au nom de la "culture"!
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Lun 4 Jan 2010 - 10:05

Ce matin au réveil, je me disais que le débat avait beaucoup dévié par rapport à son titre. En effet, l'islamophobie a de loin précédé la question du port du voile. Autant que la condition de la femme dépasse de beaucoup la question de l'islam.

Il suffit pour cela d'aller jeter un oeil du côté des femmes indoues, népalaises, d'extrême-orient, d'amérique du sud, d'amérique du nord (avec la multiplication des sectes types mormons...). Et jusqu'en Europe, où, comme je le disais, certaines femmes ne vivent pas le paradis. En France notamment, mais rappelons-nous aussi du terrible film "The Magdalene Sisters" dénonçant ces fameux orphelinats catholiques qu'on appelait "Blanchisseries" et dont le dernier a fermé ses portes en... 1996 !


alejandro a écrit:
Pourquoi alors systématiquement juger la société française ?
Parce que je suis une citoyenne française, et qu'à ce titre je connais notre langue, notre culture, notre histoire.

alejandro a écrit:
On trouvera difficilement un intellectuel plus farouchement attaché à la République et à sa laïcité qu’Élisabeth Badinter. Pour rappel, elle a milité activement contre la parité. Par ailleurs, elle condamne la stigmatisation de la prostitution.
Oui, je connais les idées d'EB. Je signalais simplement que dans son livre "XY, De l'identité masculine", elle cite le cas de certaines tribus qui font subir une initiation très dure à leurs jeunes garçons, comme ces jeunes adolescent à qui on incise le pénis, puis qu'on réincise pendant plusieurs semaines pour maintenir la plaie ouverte. Parfois, la "barbarie" ne s'applique pas qu'aux femmes (et je mets ce mot entre guillemets car pour moi, il ne veut pas dire grand chose).


À propos d'Abdelwahab Meddeb :
Wikipédia a écrit:
Lors du débat qu'il tient face à Tariq Ramadan, pendant l'émission Ce soir (ou jamais !) du 30 janvier 2008, Meddeb explicite la condition pour concilier l'islam avec la modernité. Pour lui, seule l'avancée vers la laïcité peut dégager l'islam des archaïsmes qui l'entravent. Il appelle donc au dépassement de la charia et à l'abrogation du jihad (fût-il défensif) par l'islam officiel, c'est-à-dire celui des États. Il explique aussi que l'accès à la modernité exige une rupture avec sa propre origine qui engendre un « travail du deuil » dans la « douleur de la scission » (Hegel). Ainsi sauve-t-il de l'islam sa dimension spirituelle et l'éthique de la nuance théorisée et vécue par les maîtres du soufisme. Un tel legs spirituel s'accommoderait parfaitement avec la condition moderne et participerait même à son enrichissement. Meddeb appelle donc les musulmans à élaborer une « transmutation des valeurs » (Nietzsche) qui devrait les amener à cesser de juger les actes et les paroles sur le seul critère dichotomique du châtiment et de la récompense, de l'Enfer et du Paradis. Les recours à de telles références élémentaires appauvrissent à ses yeux le champ de l'expérience intérieure et la réduisent à un « marchandage de bazar » tout en renforçant la censure sociale et la police des mœurs : ce sont là pour lui des tentations intégristes attentatoires à la liberté individuelle et à l'intégrité du corps, lesquelles constituent les deux acquis précieux de la modernité dont l'islam ne peut éluder ni différer l'adoption.
Voilà les vétirables enjeux de l'ouverture de l'islam à la modernité. Mais ce changement (glissement) ne pourra se faire que par la volonté propre des citoyens des pays concernés, et non en ramenant nos grosses bottes et nos idées préconçues d'Européens.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Lun 4 Jan 2010 - 14:49

lucaerne a écrit:

À propos d'Abdelwahab Meddeb :
Wikipédia a écrit:
Lors du débat qu'il tient face à Tariq Ramadan, pendant l'émission Ce soir (ou jamais !) du 30 janvier 2008, Meddeb explicite la condition pour concilier l'islam avec la modernité. Pour lui, seule l'avancée vers la laïcité peut dégager l'islam des archaïsmes qui l'entravent. Il appelle donc au dépassement de la charia et à l'abrogation du jihad (fût-il défensif) par l'islam officiel, c'est-à-dire celui des États. Il explique aussi que l'accès à la modernité exige une rupture avec sa propre origine qui engendre un « travail du deuil » dans la « douleur de la scission » (Hegel). Ainsi sauve-t-il de l'islam sa dimension spirituelle et l'éthique de la nuance théorisée et vécue par les maîtres du soufisme. Un tel legs spirituel s'accommoderait parfaitement avec la condition moderne et participerait même à son enrichissement. Meddeb appelle donc les musulmans à élaborer une « transmutation des valeurs » (Nietzsche) qui devrait les amener à cesser de juger les actes et les paroles sur le seul critère dichotomique du châtiment et de la récompense, de l'Enfer et du Paradis. Les recours à de telles références élémentaires appauvrissent à ses yeux le champ de l'expérience intérieure et la réduisent à un « marchandage de bazar » tout en renforçant la censure sociale et la police des mœurs : ce sont là pour lui des tentations intégristes attentatoires à la liberté individuelle et à l'intégrité du corps, lesquelles constituent les deux acquis précieux de la modernité dont l'islam ne peut éluder ni différer l'adoption.
Voilà les vétirables enjeux de l'ouverture de l'islam à la modernité. Mais ce changement (glissement) ne pourra se faire que par la volonté propre des citoyens des pays concernés, et non en ramenant nos grosses bottes et nos idées préconçues d'Européens.
Ça reste à mon avis une utopie hélas. Une belle utopie qu'en effet le soufisme effleure. Pour que ça devienne possible, il faudrait du temps et un travail de déconditionnement énorme.

Personnellement j'ai du respect pour le soufisme, mais pratiquement plus pour l'islam.
Et de moins en moins pour toute religion, de toute façon, même si elles sont plus modérées, moins dogmatiques, et engendrent moins d'intégrisme pregnant que celle-ci.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Lun 4 Jan 2010 - 15:12

filo a écrit:
lucaerne a écrit:

À propos d'Abdelwahab Meddeb :
Wikipédia a écrit:
Lors du débat qu'il tient face à Tariq Ramadan, pendant l'émission Ce soir (ou jamais !) du 30 janvier 2008, Meddeb explicite la condition pour concilier l'islam avec la modernité. Pour lui, seule l'avancée vers la laïcité peut dégager l'islam des archaïsmes qui l'entravent. Il appelle donc au dépassement de la charia et à l'abrogation du jihad (fût-il défensif) par l'islam officiel, c'est-à-dire celui des États. Il explique aussi que l'accès à la modernité exige une rupture avec sa propre origine qui engendre un « travail du deuil » dans la « douleur de la scission » (Hegel). Ainsi sauve-t-il de l'islam sa dimension spirituelle et l'éthique de la nuance théorisée et vécue par les maîtres du soufisme. Un tel legs spirituel s'accommoderait parfaitement avec la condition moderne et participerait même à son enrichissement. Meddeb appelle donc les musulmans à élaborer une « transmutation des valeurs » (Nietzsche) qui devrait les amener à cesser de juger les actes et les paroles sur le seul critère dichotomique du châtiment et de la récompense, de l'Enfer et du Paradis. Les recours à de telles références élémentaires appauvrissent à ses yeux le champ de l'expérience intérieure et la réduisent à un « marchandage de bazar » tout en renforçant la censure sociale et la police des mœurs : ce sont là pour lui des tentations intégristes attentatoires à la liberté individuelle et à l'intégrité du corps, lesquelles constituent les deux acquis précieux de la modernité dont l'islam ne peut éluder ni différer l'adoption.
Voilà les vétirables enjeux de l'ouverture de l'islam à la modernité. Mais ce changement (glissement) ne pourra se faire que par la volonté propre des citoyens des pays concernés, et non en ramenant nos grosses bottes et nos idées préconçues d'Européens.
Ça reste à mon avis une utopie hélas. Une belle utopie qu'en effet le soufisme effleure. Pour que ça devienne possible, il faudrait du temps et un travail de déconditionnement énorme.

Personnellement j'ai du respect pour le soufisme, mais pratiquement plus pour l'islam.
Et de moins en moins pour toute religion, de toute façon, même si elles sont plus modérées, moins dogmatiques, et engendrent moins d'intégrisme pregnant que celle-ci.

Pas si utopique que cela : la Tunisie l'a fait..:
http://www.tunisie.com/femmes/index.html
cependant c'est une lutte de tous les instants, la Tunisie du Nord se laïcise, celle du sud au contraire se retranche derriere l'islam de plus en plus, les femmes y sont majoritairement voilées ou portent foulard... Le politique a du mal à faire respecter la laïcité dans le sud et semble même abandonner par peur des mouvements integristes, l'économique y joue un rôle : le sud est pauvre et l'état ne veut pas susciter des reactions face à des populations pauperisées qui semblent se refugier dans les croyances, la croyance est alors une arme pour maintenir la tranquilité sociale...
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Lun 4 Jan 2010 - 19:10

La croyance devient une arme pour maintenir la tranquilité sociale, certes, et c'est pas d'hier ça non plus.
Mais c'est aussi une arme pour maintenir les plus démunis dans l'obscurantisme qui est exploité par les extrémistes, on sait où ça méne.

Et, au risque de rabâcher, ce ne sont pas les lois ou les votations "anti" qui régleront la question, au contraire, elles enferment encore plus les peuples dans leurs convictions, voire les y font basculer quand ils ne voient pas d'autres issues, et comme on les maintient dans ce climat, ils ne risquent que de se radicaliser, et fournissent des arguments aux illuminés qui n'y croient peut être pas tant que ça côté religion, mais s'en servent pour maintenir la pression sur ces populations au nom d'une "tradition" qui n'a rien de religieux!

L'affaire des minarets a provoqué une attaque contre l'auteur danois des caricatures sur Mahomet, caricatures qu'à titre perso j'ai trouvées plutôt de mauvais goût. Mais, rappellez vous les grandes manifs dans des pays islamiques dont les "manifestants spontanés" n'avaient certainement même pas vu lesdites caritures, compte tenu que "sacrilèges" elles n'auraient su y être publiées.
Tordu, mais efficace!

La solution, c'est ce qui est dit dans l'article qu'a posté Luca, mais c'est un travail de très longue haleine, et bien peu de responsables semblent près à l'entamer vu qu'il détruirait leur fond de commerce électoral et leur pouvoir.
Ca convient très bien aux extrémistes d'être vus comme "dangereux", la peur est une arme redoutable. Mais nos dirigeants occidentaux ne sont pas en reste, ils jouent sur cette peur pour restreindre nos libertés- faut bien nous "protéger"-, et malheureusement ça fonctionne, nombreux sont ceux qui sont pour abandonner une liberté au nom de la sécurité, là aussi, on sait où ça mène.
Quant au sort des femmes, quasi tout le monde s'en fout, ce n'est qu'un argument de plus. notre Monarque s'en est servi pour justifier le renforcement du contingent français en Afghanistan:
"Nous ne pouvons pas laisser les femmes afghanes opprimées" ou approchant!

Manips de tous côtés, le perdant, c'est toujours le même!
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Mar 5 Jan 2010 - 0:10

La solution, effectivement, serait que l'Islam s'oriente vers plus de tolérance. Hélas, ça ne semble pas en prendre le chemin.
Certains pays arabes ont été des précurseurs de la laïcité, comme la Tunisie en effet, où les femmes ont obtenu le droit de vote avant les françaises. Mais où en est-on maintenant ? J'ai vu, comme Sbrec, beaucoup de femmes voilées dans le sud du pays.
Lulu, nous pouvons regarder partout ailleurs dans le monde, et nous trouverons des femmes opprimées. Mais pourquoi regarder systématiquement ailleurs ? Par peur d'être traitée de raciste, d'anti-arabe ? Par peur de ce à quoi nous sommes confrontés chaque jour ? Parce qu'en France, le problème de la radicalisation de l'Islam nous apparait de façon de plus en plus évidente, alors que la condition féminine népalaise, ma foi, nous n'y sommes confrontés que de très loin.
Par ailleurs, il est sûr que la condition des femmes en Inde n'est pas enviable. Gandhi avait tenté de supprimer le principe de la dot, qui empoisonne les relations familiales, et essayé de favoriser (si je me rappelle bien) les mariages en dehors des castes, mais il a en grande partie échoué. Chose étrange dans notre optique, les femmes avec qui j'ai pu parler ne paraissaient pas malheureuses mais plutôt satisfaites de leur sort. Le mariage arrangé, qui est la norme là-bas, ne semble absolument pas remis en question puisque leur conception du mariage et de ses buts n'est pas vraiment la nôtre. Et sans doute les Indiens ont tendance a accepter leur sort, même s'il est défavorable, avec plus de dignité et de sérénité que nous.
La chose importante dans ce que je viens de dire, c'est que j'ai pu parler avec des femmes. Alors que dans le pays arabes où je suis allée, les échanges ont été plus que réduits, voire inexistants. Les plus jeunes étaient effarouchées et ne m'adressaient pas la parole, les plus âgées me maternaient, mais avec aucune je n'ai pu avoir de vraie conversation.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Who

avatar

Nombre de messages : 498
Age : 30
Localisation : Sous un bourgeon géant.
Date d'inscription : 21/06/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Mar 5 Jan 2010 - 10:25

J'ai toujours trouvé ça amusant :
Quand on parle de la montée du christianisme fondamentalisme aux Etats-Unis (et ailleurs, mais on préfère croire que ce n'est qu'aux Etats-Unis), on s'en révolte,
Quand on parle de l'islam, qui est de nos jours particulièrement fondamentaliste dans une bonne partie du globe, et se répand peu à peu dans le reste (sans perdre de son fondamentalisme), il faut tolérer sinon accepter, sinon on est juste raciste et xénophobe et c'est pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lecorridor.net
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Mar 5 Jan 2010 - 11:28

Who, contrairement à ce que tu prétends, je ne hiérarchise pas les problèmes. Relis ce que j'ai écrit et tu verras que, justement, mon souci était de mettre ce qui est du même ordre sur le même plan. Parce que la montée de tous les intégrismes me fait peur (autant l'islamisme radical que le catholicisme radical que la renaissance de l'extrême droite en Europe). Pourquoi se focaliser toujours sur les mêmes ? Voilà quel était le sens de mes interventions.


blue note a écrit:
Par peur de ce à quoi nous sommes confrontés chaque jour ?
Ben... je n'y suis pas confrontée chaque jour. Pour une raison assez simple, c'est que les étrangers qui habitent dans mon département ont du travail (taux de chômage très bas) et se trouvent du coup bien intégrés.


De toute façon, le débat est un peu dépassé puisque dans quelques temps, notre rejet ne se portera plus vers les musulmans mais vers les immigrés des pays de l'Est. Car je crois que le problème est effectivement plus là : tant que ça se passe loin de chez nous, après tout ce n'est pas bien grave et ça ne touche pas notre sensibilité. Quand on commence à avoir le problème sous les yeux, là, ça devient important pour les Droits de l'Homme.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Mar 5 Jan 2010 - 20:18

lucaerne a écrit:



De toute façon, le débat est un peu dépassé puisque dans quelques temps, notre rejet ne se portera plus vers les musulmans mais vers les immigrés des pays de l'Est. Car je crois que le problème est effectivement plus là : tant que ça se passe loin de chez nous, après tout ce n'est pas bien grave et ça ne touche pas notre sensibilité. Quand on commence à avoir le problème sous les yeux, là, ça devient important pour les Droits de l'Homme.

D'ac pour la 2ème partie, on ne voit que ce qu'on veut bien voir, ce qui fait qu'on réagit toujours trop tard, et que les droits de l'Homme on les sort quand ça arrange! Sauf que ça arrive jusque chez nous!
Pour la 1ère, les émigrés de l'Est, ça fait un moment qu'ils sont là -même qu'y en a un qu'a réussi comme Président dans un obscur pays de l'Ouest-
Et au moins pour les Rom, ils suscitent des réactions plutôt négatives.
mais on ne pourra pas les jeter en charter parce qu'ils sont "européens" donc libres de circuler et plutôt pas musulmans dans l'ensemble, le plombier polonais serait tendance hyper catho!

Et changer de cible c'est toujours tirer, ça régle rien de rien!
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   Mer 6 Jan 2010 - 15:10

Tout radicalisme, extrémisme ou fanatisme est mauvais.
Que ce soit en spiritualité, en politique, en sport ou en show-biz.

Le rejet ou la peur de la différence a peut-être des bases innées que nous pouvons dépasser, mais le rejet de croyances différentes est hélas entretenu par certaines religions, dont surtout l'islam.
La somme des deux est le plus difficile à endiguer.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Origine et conséquences de l’islamophobie européenne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Origine et conséquences de l’islamophobie européenne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» échange de monnai européenne !!
» Police Européenne
» Bouquet satellite : la Cour européenne interdit d'interdire
» Forum mobilité européenne 18/02/2011
» Convention Européenne pour la protection des animaux de com

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: