Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ACTA : le traité secret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: ACTA : le traité secret   Sam 23 Jan 2010 - 23:15

ACTA : le traité secret qui pourrait changer la face d’internet

Si le traité ACTA venait à être appliqué, l’internet tel qu’on le connait aujourd’hui serait radicalement changé. Le traité renforce de façon démesurée le pouvoir du copyright (ou du droit d’auteur, en l’occurrence la différence est insignifiante), forcera les fournisseurs de services sur internet à faire la police du copyright, rendant du même coup l’hébergement de contenus générés par les utilisateurs impossible à assumer financièrement, il mettra en place des sanctions pour les utilisateurs violant le copyright, comme de leur couper l’accès à l’internet après trois avertissements, et exigera que les supports informatiques soient inspectés aux frontières (disques dur, lecteurs mp3, etc.). Ceux qui contiendraient des fichiers copyrightés téléchargés de façon illégale seraient détruits, et leur possesseurs se verraient infliger une amende.

Parmi les informations qui ont fuité du traité ACTA – toujours en négociation -, on trouve aussi la possibilité pour les ayants droits d’accéder aux informations personnelles d’un internaute, suspecté d’avoir téléchargé un contenu copyrighté, sans avoir besoin de recourir à un juge. En bref, Hadopi, à coté, ce n’est pas grand chose, mais c’est un bon début.

Les négociations autour du traité ACTA se font en dehors de tout cadre, aucune organisation internationale comme l’OMC ne les supervise. Elles ont commencé en 2006 entre les USA, la Commission Européenne, la Suisse et le Japon. Depuis, l’Australie, le Canada, l’Union Européenne, la Jordanie, le Mexique, le Maroc, la Nouvelle Zélande, la Corée, Singapour et les Emirats Arabes Unis se sont joints aux négociations.

Ce traité est négocié dans le plus grand secret, mais en mai 2008, Wikileaks.org a publié un document en révélant de nombreux éléments. C’est plus récemment que l’opinion publique a été alertée, grâce à l’EFF dans un premier temps, puis à ReadWriteWeb US en fin d’année dernière.

Beaucoup d’analystes en France voient le couple Hadopi/Loppsi comme un premier pas dans la mise en application du traité ACTA. Les récentes loi impactant l’usage de l’internet en Espagne et en Italie font penser que c’est une partie de l’Europe qui est en train de mettre en application ce traité, avant même qu’il soit signé.

Mais comme le montre les dernières évolutions législatives concernant Internet en Italie, ce n’est pas seulement le téléchargement ‘pirate’ qui est visé par ACTA, mais bien l’ensemble du web 2.0 et de la capacité qu’a donné l’internet à tous de s’exprimer (sans même parler du logiciel libre, nous reviendrons sur ce point ultérieurement). L’obligation faite aux services ‘web 2.0′ de faire la police obligerait de facto la plupart des plateformes de blog à fermer, tout comme les autres sites proposant d’héberger gratuitement les contenus des internautes.
La pression monte pour plus de transparence

Le traité ACTA a donné lieu a 6 réunions de négociation jusqu’ici, une septième se tient à la fin de ce mois à Mexico. Chose étonnante, la pression semble avoir au moins eu un effet : la transparence est enfin à l’ordre du jour.

Google, qui s’est engagé pour la Net Neutrality et ne voit pas d’un bon œil le traité ACTA, a organisé une table ronde la semaine dernière à Washington D.C. pour débattre du projet de traité.

Le débat qui s’est tenu lors de cette table ronde a été particulièrement intéressant et agité. Réunissant des représentants des lobbies et des partisans des libertés numériques, les échanges ont été vifs, et ont portés sur l’aspect législatif, l’économie, les problèmes éthiques soulevés par le traité ACTA, mais surtout sur la transparence, demandée à corps et à cri par tous (ou presque).

Le représentant des lobbies, Steven Metalitz (avocat de la MPAA et de la RIAA), a longuement défendu le traité et la nécessité du secret de sa négociation. Une position difficile mais on ne peut que saluer l’effort de dialogue. Pour lui, le secret est une condition nécessaire à la négociation avec les pays étrangers (entendez, entre autre, l’Europe, qui semble être en train, dans certains de ses pays membres, de le mettre en application).

L’autre point défendu par Metalitz frise le ridicule quand il affirme que le traité ne nécessitera pas que les lois des pays signataires soient changées. En effet, dans la mesure où les points du traité font d’ors et déjà l’objet de loi telles qu’Hadopi et Loppsi (ou celle de l’économie durable en Espagne), on peut imaginer que d’ici à la signature du traité, les lois nécessaires à son application soient déjà en place.

En France, ACTA n’a fait l’objet de quasiment aucun article dans la presse officielle, et des sources nous ont fait savoir que le sujet était carrément censuré dans certaines rédactions. Aucun groupe parlementaire n’a demandé la moindre commission d’enquête : circulez, il n’y a rien à voir.

Si vous parlez anglais, trouvez une heure et demie pour regarder cette vidéo, c’est l’avenir de l’internet qui se joue, et plus largement celui de la liberté d’expression.
http://www.youtube.com/watch?v=Y3lzd9yJP9Q

Sans Wikileaks, ce traité serait encore à ce jour secret, nous ôtant la possibilité de comprendre ce qui se trame réellement en France, en Espagne, et en Italie en ce moment. Si vous aussi vous pensez que le rôle joué par Wikileaks est essentiel pour la démocratie, faites un don, ils ont besoin de notre soutien. Vous pouvez également adresser vos don à La Quadrature du Net, qui joue un rôle indispensable pour la défense des citoyens face à ACTA auprès, entre autre, de la Commission Européenne.


Dernière édition par JoK le Dim 24 Jan 2010 - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Sam 23 Jan 2010 - 23:30

Là ça commence à sérieusement faire flipper...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Who

avatar

Nombre de messages : 498
Age : 30
Localisation : Sous un bourgeon géant.
Date d'inscription : 21/06/2009

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 1:10

Ça va relancer Freenet, ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lecorridor.net
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 2:59

Il me semblait évident que Hadopi n'était qu'une mignardise, annonçant des plats bien plus consistants. Il me semblait évident qu'il serait forcément insupportable que l'outil internet soit à ce point devenu un lieu d'échanges où tout se partage. Il est aussi insupportable que nous puissions nous parler comme nous le faisons sur un forum, dans mille forums, de blogs à blogs et de sites en sites. Pensez donc, pour l'instant se récoltent des milliards de messages de mécontentement populaire, des documents dérangeants, et des éléments faisant fourmiller la culture qui nous rend moins stupides. De là à ce que des mouvements de force se créent et passent à l'acte, imaginez le danger pour nos politiques bien assis sur leur trône de merde-morale.

Ainsi donc cela ne va pas s'arrêter là ? Mais qu'espériez-vous donc, rêveurs !
Un jour, pour utiliser correctement Internet il faudra avoir le cul bordé de lingots d'or. Pour les autres, c'est-à-dire nous tous, il faudra payer très cher pour peu de possibilités, mais comme il y aura ces maigres fenêtres et que nous en sommes assoiffés, nous paierons bien sûr.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 12:34

Je me demande si j'ai bien tout compris.
À la base, je croyais que si le projet HADOPI se mettait en place, c'était seulement pour "bloquer" les téléchargements possedant le copyright. Le projet n'ayant pas abouti car refusé.
Maintenant, quand je lis le projet ACTA et la réponse de Romane, j'entends que bientôt on ne trouvera plus rien sur le Net et l'accès à Internet coûtera de plus en plus cher.

Mais, l'avenir c'est aujourd'hui, la seconde d'après et Internet en matière d'informations c'est l'avenir.

Enfin, je ne suis pas convaincue. Ils ne vont pas brider ce nouveau souffle de cette façon - il ne vont pas y être gagnant. Si ?
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 13:45

C'est complètement affolant tout ça. On s'aperçoit que tout ce qui peut être une ouverture libre et active sur le monde représente un danger pour nos dirigeants. Bientôt une dictature planétaire ? (elle est déjà en place au niveau des finances d'ailleurs)

Et les FAI, qu'en disent-ils ? Car si les blogs et les forums ferment, je suspendrai mon abonnement, puisque c'est ma principale activité sur le net, en tout cas la seule à laquelle je tiens. Et je connais beaucoup d'internautes qui sont comme moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 14:34

lucaerne a écrit:
C'est complètement affolant tout ça. On s'aperçoit que tout ce qui peut être une ouverture libre et active sur le monde représente un danger pour nos dirigeants. Bientôt une dictature planétaire ? (elle est déjà en place au niveau des finances d'ailleurs)

Et les FAI, qu'en disent-ils ? Car si les blogs et les forums ferment, je suspendrai mon abonnement, puisque c'est ma principale activité sur le net, en tout cas la seule à laquelle je tiens. Et je connais beaucoup d'internautes qui sont comme moi.

R E S I S T A N C E!!!!

François
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 17:54

Et tu envisages quoi, comme type de résistance, François ?

Sinon, voici ce que je viens de trouver :
http://www.numerama.com/magazine/14903-la-quadrature-du-net-pourrait-jeter-l-eponge-faute-de-financement.html

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 18:20

C'est quand même dingue ce qu'on lit dans le NUMERAMA.
La quadrature du Net n'étant qu'une association vivant de dons et survit grâce à quelques salariés et beaucoup de bénévoles...
Selon l'article, il reste des fonds que pour quelques mois, jusqu'en été, alors qu'il y a plusieurs combats à mener.
Franchement, ça devient grave et inquiétant. Il est sûr d'une chose, c'est que si dans plusieurs mois on ne trouve plus rien sur le net, je ne verrai pas pourquoi je paierai un abonnement. Je reprendrai le chemin du classique avec le bon vieux téléphone et le courrier classique.


Dernière édition par Rosacée le Dim 24 Jan 2010 - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 18:45

J'ai tout lu, mais pas vraiment tout compris entre les Copyrigths, les diverses lois etc...

Sauf que j'ai compris que:

Classer la protection des droits d'auteur (légitime, mais elle a le dos très très large) "Secret Défense", c'est pousser un peu loin.
Mais c'est une évidence que ce projet entre dans la ligne de contrôle d'Internet dont tous les états rêvent depuis qu'ils se sont rendu compte que c'est un espace de liberté d'expression absolument inégalé, et international, qui de ce fait échappe à tout contrôle... Si ça ne servait pas la préservation de leurs interêts, ede leurs pouvoirs et le contrôle des opposants par l'amputation del'accés à la culture pourquoi tant d'état y adhéreraient-ils?
L'interêt des distributeurs de produits culturels qui sont de puissants lobbies qui se voient en perte de bénefs , est certains, mais ça justifie pas tout!

En ce moment Google mence de se retirer de Chine parce que le gouvernement censure les internautes qui en profitent pour faire de l'opposition. Yahoo et Google avaient accepté une restriction de l'accés à certains sites, mais apparement ça va trop loin pour Google.

Fallait être naïfs pour ne pas voir qu'Hadopi n'était qu'un hors d'oeuvre au contrôle! La taxation et l'exigence d'autorisation des Webs TV, encore un pas vers la censure vu que ce sont les états qui donneront les autorisations et qu'ils ne l'accorderont qu'à celles qui sont bien dans leurs lignes!

Et ne pas s'imaginer qu'un changement de gouvernement changera la donne. Quel qu'ils soient à l'heure actuelle, TOUS les gouvernements veulent ce contrôle. Et comme les accords sont internationaux, ils peuvent toujours dire que c'est pas eux qui ont décidés, donc qu'ils peuvent pas revenir sur ce qu'ont signé leurs prédecesseurs mais ils sont apparement tous (30 quand même) bien d'ac là dessus!

Contôle, vous avez dit Contrôle?
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 20:06

Ça commence à se répandre, Rue89 commence à en parler aussi, mais un peu "minimisé"...
http://eco.rue89.com/explicateur/2010/01/24/acta-pourquoi-internet-crie-au-grand-mechant-loup-135219
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 20:18

Jok, pourrais-tu nous en dire plus sur La Quadrature du Net, parce qu'en lisant les commentaires, je ne trouve pas ça toujours très clair.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 20:48

La quadrature du net est un groupement d'origine "linuxienne". Leur crédo est de défendre l'égalité de tous devant le numérique, cela va de l'accès à l'information jusqu'au logiciel.
Ils soutiennent ouvertement tout ce qui est libre de droits, pour le bien de tous. Ils ne remettent pas en cause les brevets, le copyright, ni le droit à la propriété. Ils s'insurgent surtout sur la façon de les utiliser, voire les imposer. Non content qu'ils soient là pour défendre la liberté d'Internet dans sa globalité, ils apportent également leur contribution aux débats sur la façon d'utiliser Internet, pour tous.

Leur demande principale vis à vis des pouvoirs politiques est d'ailleurs d'adopter des standards ouverts, par conséquent des standards clairement vérifiables, et donc fiables. Ceci permettra d'en établir une certaine transparence.

Je te donne ici un petit exemple assez simple je pense.
Lorsque tu créés un document sous Word, et que tu le diffuses, il est possible à Microsoft, grâce à son code de savoir qui, quand et quelle version de son logiciel a été utilisé pour créer le document. Ceci est impossible sous OpenOffice, avec ses standards ouverts.

La quadrature du Net défend aussi la neutralité du réseau.
Pour eux, le fournisseur d'accès n'a pas à savoir ce que tu fais. Son rôle ne doit se limiter qu'au "transport de données numériques". C'est un peu comme la poste. Elle n'a pas à savoir ce que contient ta lettre, son rôle est d'acheminer le courrier que tu lui confies, et c'est tout.
C'est à ces titres que la quadrature s'invite dans tout débat touchant au numérique, et à Internet.

Pour en savoir un peu plus :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Quadrature_du_net
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Dim 24 Jan 2010 - 21:17

JoK a écrit:
C'est un peu comme la poste. Elle n'a pas à savoir ce que contient ta lettre, son rôle est d'acheminer le courrier que tu lui confies, et c'est tout.
C'est vrai que c'est très comparable.


--------- Edit :

Oh, ils en parlent aussi dans Télérama. Pour une fois que je vais plus loin que le courrier des lecteurs , j'ai bien fait !

Citation :

Richard Stallman, hacker vaillant

Richard Stallman milite depuis vingt-cinq ans contre le cynisme des géants de l'informatique, pour le logiciel libre. Alors qu'une biographie en français sort aujourd'hui, rencontre avec cet Américain étonnant, aussi intègre que radical.

Vous vous en servez sans peut-être vous en rendre compte.. Vous surfez sur le Web avec Firefox ? Vous tapez vos textes dans OpenOffice ? Vous lisez vos vidéos avec VLC ? Alors vous utilisez un logiciel libre, c'est-à-dire un logiciel que l'on peut utiliser, étudier, modifier et redistribuer sans restriction. Si la gendarmerie nationale, la région espagnole de l'Estrémadure, l'Etat du Massachusetts ou la ville de Munich se sont mis ces dernières années aux logiciels libres, c'est en partie grâce à un homme que l'on rencontre aujourd'hui dans un restaurant du 5e arrondissement parisien pour la sortie de sa biographie française. Barbe fournie et (longs) cheveux gris, Richard Stallman déchiffre d'un œil circonspect le menu écrit sur une ardoise, et lâche avec un petit air gentiment autosatisfait : « Je suis athée, alors pas de foie pour moi. » Cet Américain de 56 ans capable de fabriquer de mauvais calembours en français est depuis vingt-cinq ans l'infatigable héraut du logiciel libre et le héros de milliers d'informaticiens du monde entier.

Dans les années 70, Stallman travaille comme chercheur en informatique au laboratoire d'intelligence artificielle du MIT (Massachusetts Institute of Technology), autant dire le top de ce qui se fait à l'époque. Au sein de cette communauté de supercerveaux règne un état d'esprit hacker, soit, loin de l'image du méchant pirate que l'on associe au terme, le sens de la débrouille et de la compétition amicale : « L'idée était de faire la preuve de son intelligence et d'impressionner les autres en se montrant plus astucieux. Si l'un de nous mettait au point un programme comprenant cinq instructions, un autre cherchait à faire de même en seulement quatre instructions. » Les hackers du MIT passent donc leur temps à imaginer des programmes performants et à améliorer ceux qui existent, en faisant partager leurs découvertes. Mais au début des années 80 les temps changent, les premiers ordinateurs personnels apparaissent et advient l'ère des multinationales de l'informatique toutes-puissantes, comme Microsoft et Apple.

Une nouvelle imprimante, donnée par Xerox au MIT, va bouleverser la vie de Stallman. Bien que performante, celle-ci est sujette aux bourrages papier. Qu'à cela ne tienne, Stallman se dit qu'il va modifier le programme qui fait tourner la machine pour qu'elle indique à distance aux utilisateurs son état de marche. Sauf que, contrairement à l'usage, le fabricant n'a pas fourni le code source de ce programme (c'est-à-dire la liste des instructions qui le composent), empêchant toute modification. Pire, la seule personne, en dehors de Xerox, à connaître ce code source est tenue par un accord de confiden­tialité... Stallman prend conscience de « l'immoralité » de ces contrats : ­il engage un combat contre les logiciels « privateurs », ainsi qu'il désigne en français les logiciels non libres.
Tout en développant un système d'exploitation (1) entièrement libre, GNU, il se lance dans la conception de licences qui vont permettre de « libérer » l'utilisateur tout en restant dans le cadre légal. Au sein de la Free Software Foundation, une organisation à but non lucratif qu'il fonde en 1985, il ne cessera de prêcher la bonne parole de ce qu'il appelle désormais le « copyleft », par opposition malicieuse au copyright.
Aujourd'hui, grâce à ces licences, les logiciels libres sont de plus en plus répandus, mais Stallman se sent loin d'avoir terminé son combat. Il s'intéresse de près à la France, fustige l'Etat qui, avec la loi Hadopi, « a pris le parti des éditeurs en instaurant un système de menottes numériques contre les citoyens ». « Le partage non commercial des œuvres d'art, d'opinion et de divertissement doit être autorisé », explique-t-il. Car ­l'inverse, selon Stallman, va à l'encontre des trois valeurs qu'il cite inlassablement partout où il passe : « liberté, égalité et fraternité ».


*

Histoire d'une biographie

Le livre Free as in freedom : Richard Stallman’s Crusade for free software, écrit par le journaliste américain Sam Williams, est sorti en 2002 aux éditions O'Reilly Media. Selon la volonté de son auteur, il est diffusé sous une licence libre GNU FDL, qui autorise la copie ou la redistribution du texte, avec ou sans modification. En 2007, des membres de Framasoft, un réseau de sites dédiés à la promotion des logiciels libres, se proposent d'utiliser les droits de cette licence pour lancer une traduction « collaborative » en français. Pour cela, ils ouvrent un wiki, un site dont les pages sont modifiables par chaque internaute, et une équipe de traducteurs « amateurs » se constitue autour d'Alexis Kauffmann puis de Christophe Masutti. Fin 2008, les animateurs estiment le travail quasi terminé et contactent Richard Stallman... qui explique alors n'avoir jamais lu le livre ! Et, lorsqu'il le fait, il commence à envoyer par mail des corrections ou des précisions qu'il estime nécessaires au texte. Entretemps, l'éditeur spécialisé Eyrolles se montre intéressé et propose d'éditer une version papier. L'ouvrage final, fruit donc d'un long travail collectif exemplaire, est disponible depuis aujourd'hui dans toutes les librairies et téléchargeable librement sur le site Framabook.


Source : http://www.telerama.fr/techno/richard-stallman-hacker-vaillant,51770.php (25/10/2010)
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Mer 18 Aoû 2010 - 19:08

Suite pour WikiLeaks. C'est déjà eux qui sont à l'origine de la publication d'une bavure de l'armée américaine.
Si vous avez suivi un peu les infos, ils font de nouveau parler d'eux. Cette fois-ci, ils publient des documents classés secret défense de cette même armée américaine, mais pour le conflit afghan. Pour le moment 92 000 doc ont été publiés intégralement avec noms dates bref tout, ils n'ont même pas cherché à classer, fignoler, bref ils y vont carrément.

Obama a vivement critiqué la chose, disant que s'il n'y a rien de bien neuf dans ces documents et que certaines choses se savaient déjà publiquement, le président regrette tout de même que les noms soient clairement visibles, ce qui met en danger la vie de ces gens.
Le département de la défense américaine (pentagone) cherche l'appui de ses alliés pour fermer purement et simplement le serveur.
Réplique immédiate de Wikileaks, en disant qu'il dispose encore de quelques documents en réserve, et bien plus compromettants dans leur gravité, en clair, c'est une menace supplémentaire.
Reporter sans frontières, au sujet de cette affaire met également en cause le site, mais pour ma part ça ne m'étonne pas trop. La branche US de cette organisation est subventionnée par le gouvernement...

Devant cette menace, le Parti Pirate (suédois) a proposé d'héberger le site sur ses serveurs. Ce parti est le premier parti de ce type a être entré dans la cour politique européenne. Le mois prochain auront lieu des élections en Suède. S'ils arrivent (et c'est très probable) à être officiellement élus au parlement de Suède, ils vont pouvoir protéger Wikileaks de toute attaque gouvernementale, d'où qu'elle vienne, grâce à l'immunité que procurera cette entrée parlementaire.

Ce même parti pirate héberge actuellement et officiellement le site "The Pirate Bay".

Argument invoqué ; le droit d'expression et publication de la presse.

http://torrentfreak.com/pirate-party-strikes-hosting-deal-with-wikileaks-100817/

Et

http://www.generation-nt.com/wikileaks-parti-pirate-suede-serveurs-actualite-1068141.html
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Mer 18 Aoû 2010 - 20:02

J'essaye de capter en clair ce que tout cela veut dire. Si je comprends bien, Internet est gravement menacé de ne devenir que rien, c'est-à-dire qu'il n'y aurait plus aucun intérêt à compulser les pages internautes puisque la plupart des blogs, documents, forums, seraient interdits. Autrement dit, il ne resterait qu'une sorte de dictionnaire sans grand intérêt, puisque nous ne pourrions plus échanger, ni trouver la foultitude de documents contribuant à la connaissance de ce qui constitue le monde (scientifique, politique, économique, social, artistique, pratique, etc.). C'est bien cela ?

Et par ailleurs, si la Suède menait à bien et au bout son projet, Internet pourrait poursuivre cette démarche de connaissances mises à disposition de tout un chacun. C'est bien cela ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Mer 18 Aoû 2010 - 20:47

Internet est menacé de devenir que ce que veulent les politiques, et les lobbys (commerciaux et autres).
Internet est le seul média public actuel à ne pas encore être filtré et maitrisé par les pouvoirs en place. Nous sommes là en plein dans ce que j'appelle la neutralité des tuyaux.
Rappelle toi sarko
Il a utilisé la toile pour faire sa promo candidat, et un peu plus tard, il se fait rattrapper avec la vidéo du "casse toi pauvre con" ou encore hortefeux avec sa blague pourrie, pour laquelle il va se faire sanctionner judicièrement pour racisme, l'affaire Woerth qui va partir d'un journal uniquement publié sur Internet.
Toutes ces infos sont un danger pour les pouvoirs en place, parce que ça créé du trouble dans les instances supérieures, ce que veulent éviter absolument les décideurs. Il vaut mieux que certaines choses ne se sachent pas, comme ça on n'en parle pas, et si on n'en parle pas, pas de contestations non plus.

Un Internet filtré, ça veut dire que seules les infos permises peuvent être diffusées. On assiste à ça tous les jours, à la télé, radio, presse écrite. Il ne faut pas mécontenter le nabot au pouvoir, sinon tu te fais arrêter, ou tu perds ton job, que sais-je encore.

Et c'est très exactement ce vers quoi nous allons avec (en France) Hadopi + loppsi + acta. Je rappelle au passage que sarko soutient à fond michel barnier, lorsque celui-ci cherche à adapter les règles communautaires européennes à Acta, alors que les opposants veulent le contraire; faire adapter acta au règles communautaires. C'est très sensiblement différent. Nos règles actuelles protègent les sources d'information, et la liberté de presse ainsi que de parole.
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   Lun 31 Jan 2011 - 21:11

Act Up a écrit:
"Chaque citoyen doit se sentir révolté face à ce déni de démocratie dont se sont rendus coupable les Luc Devigne, Patrice Guyot et autres Jean-Philippe Müller avec la complicité d’Anne-Marie Idrac, Bernard Kouchner, Christine Lagarde et Nicolas Sarkozy, pour le plus grand plaisir de l’industrie du divertissement (Universal, Time Warner) et pharmaceutique (Sanofi, Abbott, Glaxo, etc.)"

Risque de procès, vivement souhaité, à l'encontre de Act Up. Et je les comprends, surtout s'ils peuvent prouver ce qu'ils avancent. Pourvu que ça dure...

Source : Numerama
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ACTA : le traité secret   

Revenir en haut Aller en bas
 
ACTA : le traité secret
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Barjavel, René] Le grand secret
» Mary C. Jane, auteur de la série Secret (Bibliothèque Rose)
» Un moment d'histoire (Le Secret de la Licorne)
» [SWEET SECRET]
» Secret absolu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Coup de Gueule!-
Sauter vers: