Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Philippe Caubère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Philippe Caubère   Lun 25 Jan 2010 - 19:05

Philippe Caubère



Philippe Caubère est un comédien, auteur, metteur en scène français, né le 21 septembre 1950, à Marseille.

Entre 1970 et 1977, il est un des piliers du théâtre du Soleil que dirige Ariane Mnouchkine, avant de choisir de voler de ses propres ailes, non sans avoir goûté au « système » du théâtre « normal ».

Après un passage à l'Atelier théâtral de Louvain-la-Neuve, dirigé par Armand Delcampe en 1978-79, où il joue Lorenzaccio d'Alfred de Musset au festival d'Avignon et Les Trois Sœurs de Tchékhov dans une mise en scène d'Otomar Krejca, il se tourne vers l'éciture. Partant d'improvisations sur son enfance dirigées par Jean-Pierre Tailhade et de Clémence Massart (son ex-compagne dans la vie et au théâtre du Soleil), il crée en juillet 1981 au festival d'Avignon La Danse du diable, prologue à la saga Le Roman d'un acteur.

Le Roman d'un acteur est une œuvre autobiographique monumentale, écrite, mise en scène et jouée par Philippe Caubère avec la collaboration de Jean-Pierre Tailhade, Clémence Massart, Véronique Coquet (sa compagne, rencontrée au théâtre du Soleil avec laquelle il fonde en 1985 la société de production La Comédie nouvelle) et Pascal Caubère (son frère). Composée de onze spectacles de 3 heures chacun, elle raconte la vie du jeune Ferdinand Faure - alter ego de Caubère - depuis l'enfance (La Danse du diable) jusqu'à la décision, après avoir quitté le théâtre du Soleil et le théâtre subventionné « classique », d'écrire et de monter lui-même ses spectacles (Le Bout de la nuit). Philippe Caubère a alors la trentaine.

L'auteur Caubère ne renie pas les influences de Proust, de Balzac, de Céline, comme celles de la commedia dell'arte et de Fellini : l'ampleur de l'œuvre, le monde qu'elle met en scène (les années 70), la multitude de personnages peuvent donner le vertige, surtout lorsqu'on songe qu'après avoir créé les spectacles au fur et à mesure, de 1981 à 1993, il les a ensuite joués en même temps au rythme d'un par jour. Cela suppose de posséder, outre les déplacements, les effets de mise en scène et la voix et attitude de tous les personnages, près de 36 heures de texte en mémoire ! Mais Le Roman d'un acteur est plus qu'un simple marathon théâtral. Le ton des spectacles, selon Caubère lui-même, oscille « entre Tintin et la tragédie », passant avec une intensité et une précision rares du comique burlesque au pathétique, toujours renforcé et structuré par ce goût de vécu qui irrigue chaque parcelle des spectacles.

Philippe Caubère, avec le succès de son premier spectacle, fut très vite considéré comme un comédien virtuose aux facultés d'interprétation exceptionnelles. Mais ce talent, irréfutable, ne doit pas masquer celui, non moins négligeable, d'auteur et de metteur en scène. Les textes, à la fois fleuves et travaillés à la syllabe près, sont saisissants de poésie, d'humour, de profondeur. Quant à la mise en scène, elle laisse aux spectateurs le souvenir d'une production à grand spectacle, alors qu'ils n'ont vu qu'un acteur avec une chaise ! C'est donc un homme de théâtre complet, à qui il n'aurait manqué qu'une troupe pour ressembler définitivement au Molière qu'il avait immortalisé en 1978 au cinéma sous la direction d'Ariane Mnouchkine (dans la douleur, comme il le raconte dans Les Marches du Palais).[non neutre]

En 2005, 25 ans après le premier spectacle, Philippe Caubère remet sur le métier l'œuvre-matrice, La Danse du diable, en repartant des improvisations de l'époque, pour faire de ce spectacle de 3 heures un nouveau cycle, L'Homme qui danse, comprenant cette fois huit spectacles de 3 heures chacun, dont les deux derniers, La Ficelle et La Mort d'Avignon, constituent, de son propre aveu, « l'épilogue à une autobiographie théâtrale bouleversante et comique ». Dans le film documentaire qui lui est consacré, En plein Caubère, il s'en explique, considérant son impossibilité à jouer autre chose et avec d'autres gens comme une composante incontestable de sa vie et un besoin vital ; si ce besoin rencontre le public, c'est l'idéal. Sinon, rien ne l'empêchera de continuer.

* 1981 : La Danse du diable – Histoire comique et fantastique, La Condition des Soies (Avignon)
* 1986 - 1992 : Le Roman d'un acteur – Épopée burlesque en onze épisodes
o L'Âge d'or (1re partie)[3]
+ Les Enfants du Soleil – septembre 1988
+ Ariane ou l'Âge d'or – avril 1986
+ Jours de colère (Ariane 2) – octobre 1986
+ La Fête de l'amour – janvier 1989
+ Le Triomphe de la jalousie – janvier 1989
+ Les Marches du Palais – janvier 1993
o La Belgique (2e partie)[4]
+ Le Chemin de la mort (Le Vent du gouffre 1) – avril 1991
+ Le Vent du gouffre (2) – avril 1991
+ Le Champ de betteraves – janvier 1992
+ Le Voyage en Italie – janvier 1992
+ Le Bout de la nuit – janvier 1992
* 1996 : Aragon, Festival des Îles (Marseille)
o Le Communiste
o Le Fou
* 1999 : Suarès d’après André Suarès, théâtre des Salins (Martigues)
o Marsilho - 1931
o Vues sur l’Europe - 1939
* 2000 - 2007 : L'Homme qui danse ou la Vraie Danse du diable – Autobiographie théâtrale, comique et fantastique en sept épisodes
o Claudine et le Théâtre (1er volet) – carrière Boulbon, Festival d'Avignon, juillet 2000
+ Claudine ou l'Éducation
+ Le Théâtre selon Ferdinand
o 68 selon Ferdinand (2e volet) – théâtre du Chêne Noir, Festival d'Avignon, septembre 2001
+ Octobre
+ Avignon
o Ariane et Ferdinand (3e volet) – théâtre de la Minoterie (Marseille), janvier 2005
+ Ariane
+ Ferdinand
o L'Épilogue (4e volet) – théâtre du Rond-Point, septembre 2007
+ La Ficelle
+ La Mort d'Avignon
* 2003 : Recouvre-le de lumière d'après Alain Montcouquiol, Arènes de Nîmes

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Caub%C3%A8re

* * *

Le roman d'un acteur, œuvre classée dans le genre "épopée burlesque", retrace les aventures de comédiens des planches, sous forme d'une suite d'épisodes si fournis que c'en est hallucinant. Une véritable prouesse littéraire, qui, lorsqu'on sait qu'elle est jouée par Caubère sur scène, dépasse l'imagination.

Tout y est, depuis les tribulations d'une troupe de comédiens en préparation de pièce ou en jeu, en passant par les histoires individuelles qui se nouent et se dénouent au fil du temps, les galères et les petits bonheurs, les histoires d'amour, d'autres histoires plus pathétiques, en somme l'histoire du monde réuni dans le monde du théâtre.

L'écriture est fameuse, humoristique à souhait, ça claque et ça bouge tout le temps, jusqu'aux bruitages qui m'ont fait hurler de rire.

Une œuvre aussi déjantée que le profil des artistes plus artistes que la moyenne.




Le Roman d'un acteur - Epopée burlesque en onze épisodes
Editeur : Editions Joëlle Losfeld
Parution : 25/02/2003
Nombre de pages : 792

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
 
Philippe Caubère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philippe Caubère
» Molière
» Historique des chronos Patek Philippe à QP et revue du chrono QP 5970
» Recherche sur Philippe Daudet
» SOMMAIRE DU GRIMOIRE DE PHILIPPE DE NEUVILLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: