Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Mer 3 Fév 2010 - 21:30

Depuis le temps que la potion mijote, je peux la servir!

La Sorcellerie s'inscrit dans l'Histoire, et contrairement à une idée reçue, ce n'est pas au Moyen Age que la Chasse aux Sorcières fut la pus intense.
Si l'Eglise s'y interesse dés la fin du XIIème, sa préoccupation majeure reste la lutte contre les hérésies jusqu'au XVème s.
En cherchant l"Le Marteau des Sorcières", manuel de l'inquisiteur chargé de les interroger, j'ai découvert que la psychiatrie est née à la fin du XVème s. autour des chevalets de torture et des procés.

" A la fin du Moyen Age, les concepts d'identité nationale et d'indépendance ont fort peu de sens.
Par contre existe une Europe homogène, un monde chrétien.
L'universalité de la foi chrétienne est une composante majeure de l'Europe médiévale. Les valeurs de l'amour du prochain, la reflexion quant à la place et la mission de l'homme dans le monde, tout ceci définit la philosophie de la vie qui mérite une longue méditation.

La démonologie en contrepartie représente certainement un aspect mystèrieux et négatif dans l'histoire de la pensée chrétienne...
Le Moyen Age fut une tentative réussie de restructuration du monde occidental...

Conclusion:
La sorcière était l'emblème de tous les malheurs du temps. Les origines de la psychiatrie sont donc inséparables des études et des expertises relatives aux procés de sorcellerie. Voici comment nous glissons insensiblement des procés de sorcellerie et de la possession démoniaque à la clinique psychiatrique. Une certaine psychiatrie naît des observations et des expertises. Mais quelle étrange naissance!
Les médecins n'ont pas été au chevet des patients, mais hélas tout près du chevalet de torture. La clinique psychiatrique est née au XVème s. parmi les magistrats, les prêtres et les médecins, accusateurs ou défenseurs des sorcières."
Ludwig Fineltain

Le début et la fin d'un article sur la naissance de la psychiatrie. un peu long mais interessant, il éclaire sous un nouveau jour (sorti des flammes du bûcher) et l'approche de la sorcellerie par les contemporains, et la naissance (souffrée) de ce qui allait devenir la Psychiatrie.
Je vous mets le lien...


http://www.bulletindepsychiatrie.com/wier.htm

A titre perso et me sentant concernée par l'esprit "Chasse aux Sorcières", j'ai toujours pensé que c'était les juges et les exécuteurs qui relevaient davantage de la psy que les sorcières!
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Mer 3 Fév 2010 - 22:49

Merci Trys pour l'info et le lien, je le lirais quand j'aurais du temps...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Jeu 4 Fév 2010 - 1:11

Génial, ton lien ! Je viens de le parcourir (effleurer devrais-je dire) mais je le prends pour le lire de A à Z !

raaah, je n'ai pas sous les yeux ce bouquin que j'ai acheté et laissé en cours de lecture sur place, chez moi, mais je prendrai probablement des notes en cours de lecture, sur place, que je porterai ici. Ne sois pas pressée.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lasorciere

avatar

Nombre de messages : 804
Age : 52
Localisation : dans le berry chère à mon coeur
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Sam 6 Fév 2010 - 8:43

Très pationnant ce fil, je vais essayer de tout lire, les sorciers et sorcières sur le bûcher où mis dans l'eau bouillante et d'autre torturés, je crois aussi que certaines personnes accusaient de sorcellerie et trouver un malin plaisirs à voir leurs voisins juger et torturer, sous pretexte qu'ils vivaient differement d'eux
Mais ça la méchanceté à toujours existé, ainsi que la jalousie, certains paysans perdaient leurs récoltes ou des bêtes et accusaient leurs voisins sous prétexte qu'il n'était rien arriver
Revenir en haut Aller en bas
http://birette18.skyrock.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Dim 7 Fév 2010 - 22:07

lasorciere a écrit:
les sorciers et sorcières sur le bûcher où mis dans l'eau bouillante et d'autre torturés, je crois aussi que certaines personnes accusaient de sorcellerie et trouver un malin plaisirs à voir leurs voisins juger et torturer, sous pretexte qu'ils vivaient differement d'eux
Mais ça la méchanceté à toujours existé, ainsi que la jalousie, certains paysans perdaient leurs récoltes ou des bêtes et accusaient leurs voisins sous prétexte qu'il n'était rien arriver

C'est toujours d'actualité l'envoûtement, même si personne ne le reconnaît ouvertement. Les "sorciers", marabout, envoûteurs/ desenvoûteurs et autres voyants croulent sous la clientèle, et pas seulement, loin de là, une clientéle inculte socialement défavorisée. D'autant moins que ces messieurs dames monnaient leurs ténèbreuses lumières au prix forts, que voulez vous, mettre ses "pouvoirs" au service des autres, ça a un prix!
Quand je suis arrivée en Guadeloupe, mes élèves (qui pourtant sont des jeunes modernes avec Internet et tout) m'ont mise en garde contre certaines partiques de magie noire: les Quimbois. Et des quimbois, j'en ai vu plus d'un, mais surtout pas touché!
Certains jeunes cassent les feux arrières de leurs mobs ou scooters pour que les "soucougnans" esprits malfaisants ne les poursuivent pas quand ils roulent de nuit!

Bien sûr qu'au fort de la Chasse, dénoncer sa voisine (90% des sorciers étaient des sorcières), non seulement c'était s'en débarasser, mais prouver qu'on était soi même au dessus de tout soupçon- avoir connaissance de telles pratiques et ne pas les dénoncer pouvait mener à être accusé de complicité- les avocats trop ardents des sorcières aux procès se voyaient soupçonnés d'être soit complices, soit envoûtés par les accusées, et donc risquaient le procès à leur tour, ce qui expliquent que ça ne soit pas bousculé pour les défendre.
Un truc bien vicieux pour les enfoncer davantage.

Vous n'aurez pas droit aux descritions détaillées des supplices, ça serait monotone, et je souhaite épargner votre sensibilité, LOL!
Pas plus qu'au contenu des Grimoires, même si j'ai le classique des classiques du genre "Le Grand et le Petit Albert", dont je vous parlerai, comme je vous parlerai du "Marteau des Sorcières", manuel de base des juges lors des procés.
Mais historiquement et socialement, l'étude de la sorcellerie ouvre un champ extrêmement vaste, ce jusqu'aujourd'hui.
Je vais procéder par étapes, pour que ce soit clair.

Mais si vous avez des questions, je consulterai les bouillonnements de mon chaudron, ma chouette sur l'épaule, mon loup d'un côté, mon chat noir de l'autre, pour vous répondre au mieux.
Et si vous avez des connaissances, des annecdotes, des infos sur la question, allez y, je ne vous changerait pas en crapaud, le fil est ouvert.
J'offre un verre d'hypocras à qui sait se montrer aimable (plus prudent avec une sorcière, on sait jamais.) Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
vestale



Nombre de messages : 1436
Date d'inscription : 29/01/2010

MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Lun 8 Fév 2010 - 12:38

ah c'est dommage, j'ai des élèves de 1ère littéraire en TPE qui travaillent sur les sorcières mais elles doivent le rendre à la rentrée, sinon je les aurais mises en contact avec toi qui aurait pu beaucoup leur apporter. Elles se demandaient quelle était l'origine de la sorcellerie. Nous leur avons acheté quelques livres, j'en ai aussi emprunté sous mon compte à la bibliothèque municipale.
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Lun 8 Fév 2010 - 17:46

SORCIERES


Une présentation générale. Elle me paraît s’imposer pour cadrer la question.
Pourquoi pendant plus de deux siècles l’Occident c’est-il focalisé sur les sorcières ? Je ne connais pas de cas à l’extérieur de ses limites, l’Amérique, peuplée d’européens qui y ont importé leurs façons de penser est partie de l’Occident. Des européens dont les premiers, les pèlerins du May Flower, sont des puritains, qu’on qualifierait aujourd’hui d’intégristes. Puritains qu’on retrouve à Salem, rendu célèbre par ces procès en sorcellerie, au XVIIème siècle.
Les « sorcières » ont des connaissances en pharmacopée, et souvent les applications de la « médecine » sont accompagnées de paroles volontairement obscures, qui n’apportent pas grand-chose aux soins, mais impressionnent le chaland.
Car les sorcières ont des clients, aucun ne l’avouerait bien sûr puisque ceux qui font appel à leurs services peuvent être également condamnés. Clients qui ne recherchent pas toujours la guérison du malade, mais souhaitent s’en débarrasser. Et c’était bien pratique puisque si le malade trépassait, c’était la sorcière qui avait jeté un mauvais sort !

Les sorcières sont donc les boucs émissaires de tous les malheurs. Rejeter la faute des calamités sur un petit groupe n’a rien d’original, mais ça a pris des proportions énormes du XVème aux XVIIIème siècles.

A noter que le Sabbat, la fornication avec le Diable (sous forme d’un bouc noir) et autres croustillances, ne sont pas le fait des sorcières mais une invention de l’Eglise qui pour justifier ses persécutions, les accuse de promouvoir un culte satanique contre elle. Ce avec une imagination aussi débridée que malsaine, à se poser des questions sur les fantasmes sexuels des juges ecclésiastiques…
Et notre Jehanne nationale, ne fut pas brûlée comme sorcière contrairement à une idée reçue, mais comme hérétique relaps.

Et si la majorité des accusés sont des femmes (80%), c’est que la sorcière est aussi considérée comme une femme un peu trop libre pour la mentalité de l’époque ! Ce que l’Eglise totalement mysogine ne supporte pas. L’Eglise répercute donc en l’amplifiant le malaise social qui cherche des « coupables »…



I) DEFINITION/ ETHYMOLOGIE

Une sorcière est une femme adepte ou considérée comme telle d’une forme de sorcellerie.
Le mot français sorcière, féminin de sorcier, dérive du latin vulgaire sortarius proprement « diseur de sorts », et du latin classique sors, sortis, désignant d’abord un procédé de divination, puis destinée, sort. Le mot qui les désigne en allemand est Hexe dérivé du grec ancien aix, chèvre, évidente référence à un monde pastoral. Bruja, en espagnol provient du terme ibère bruixa, et plus précisément du galicien bruxa. Le mot anglais witch a des origines plus controversées mais parait bien provenir d’un radical wik d’origine tant celte que germanique. La sorcière était appelée en grec stryx, en latin striga -ae d’où dérive le vocable médiéval stria, strega en italien, estrie en français.


II) CE QUE LA SOCIETE REPROCHE AUX SORCIERES ET SORCIERS

1) Médecine traditionnelle
Les femmes accusées de sorcellerie sont souvent sages-femmes ou guérisseuses, dépositaires d’une pharmacopée et d’un savoir ancestraux. La population, essentiellement rurale, n’avait guère d’autre recours pour se soigner. Les rites qui les accompagnent, ainsi que ce qui est nommé « superstition » font l'objet d'un rejet général de la part de l'élite ecclésiastique qui tente de les combattre. Ces méthodes définies comme magiques se heurtent au rationalisme de la Renaissance. Des incantations en langue connue ou inconnue sont souvent associées aux soins et l'Église contraint les fidèles à remplacer ces gestes et incantations par des prières aux saints guérisseurs et par des signes de croix. Les sages-femmes sont accusées de pratiquer des avortements.

2) L’émancipation
L’accusation de sorcellerie est également utilisée pour condamner une certaine émancipation féminine vis-à-vis des contraintes de la société d'ancien régime. Ainsi, lors de son procès pour hérésie, on reproche à Jeanne d'Arc de porter des habits d’homme - ce qui était alors un délit passible de la peine capitale, d’avoir quitté ses parents sans qu’ils lui aient donné congé, et de monter à cheval. Aussi, certaines de ces femmes travaillent, et la relative indépendance économique dont elles jouissent les fait sortir des normes et du rôle imposés à la féminité. Les femmes sans appui masculin, les veuves en particulier, étaient plus facilement condamnées, d'autant que si elles étaient riches, leur bien était partagé entre l'accusateur et le juge. Également, le bourreau pouvait être payé à la pièce. Ces procédés sont dénoncés en particulier par le jésuite Von Spee4. Le cas des béates est particulièrement révélateur. Des femmes indépendantes qui réunissent autour d'elles de nombreux fidèles et qui disent avoir des visions parfois même des entretiens avec le Christ ou la Vierge Marie, mettant en péril l'unité de la doctrine catholique (bien qu'à échelle réduite). Certaines d'entre elles sont condamnées pour sorcellerie tandis que d'autres, rattachées à un confesseur qui les corrige, sont canonisées.

3) La sexualité

On reproche également aux sorcières leur sexualité. On leur prête une sexualité débridée. D’après le Marteau des sorcières3Malleus Maleficarum, elles ont le « vagin insatiable ». Les sabbats qu’on leur reproche sont l’occasion d’imaginer de véritables orgies sexuelles. Mais l’Église stigmatise surtout une sexualité subversive. Selon l’Église, les sorcières apprécient particulièrement les positions « contre nature » : en particulier, elles chevauchent volontiers leurs compagnons, ce qui symboliquement renverse le rapport naturel de domination. On retrouve ici dans la sorcière la figure de Lilith, que la tradition juive présente comme la première femme d’Adam. Formée par Dieu à l’égal de l’homme, Lilith aurait abandonné Adam car il refusait de se livrer au jeu de l’amour en dehors des positions traditionnelles (position du missionnaire).
Il faut aussi rapprocher ces sabbats de fêtes anciennes, comme Beltaine au printemps, qui étaient des fêtes de la fécondité. Il a pu y avoir, au Moyen Âge et à la Renaissance, des résurgences de ces fêtes. Il est probable, à lire certains comptes rendus de prétendues relations sexuelles avec le diable dans certaines maisons ou dans la nature, que des hommes déguisés abusaient de la naïveté de certaines femmes en se faisant passer pour le diable, avec ou sans complicités. L'autre aspect de cette focalisation sur la sexualité est l'accusation de rendre les hommes impuissants (« nouer l'aiguillette ») ainsi que la terre et les animaux infertiles. Institoris raconte dans Le Marteau des sorcières que les sorcières volent les sexes masculins et les cachent dans des nids. La guerre de la fertilité est attestée par les travaux de l'historien Ginzburg sur les benandantis du Frioul qui vont en rêve combattre les sorciers et démons qui volent les récoltes. Ces croyances sont immémoriales.


4) Le satanisme

Enfin, les sorcières sont censées être en relation avec le diable. On développe pour mieux les rejeter toute une légende et une iconographie autour de ces pratiques : sabbats, messes noires, sacrifices, sorts jetés… Il s’agit en réalité de stigmatiser les reliquats de religions primitives ainsi que les rites et les croyances qualifiés de « superstitieux ». L'Église construit une religion inverse, avec une hiérarchie de démons ; l'inverse de l'agneau pascal est le bouc, l'inverse de la messe est le sabbat, etc., mais les aveux qui sont proposés aux accusés dans ce sens ne correspondent pas aux véritables craintes des populations : les gens ont peur, et accusent les sorcières de la destruction des récoltes, des maladies, de la mortalité infantile.

Source : Wikipédia : Les Sorcières
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Lun 8 Fév 2010 - 22:27

Je sens que je commence à prendre du retard, mais c'est pas grave hein, Trys, tu vas pas partir tout de suite ? mèche
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   Mar 9 Fév 2010 - 0:34

Je lis, je lis, même si j'ai déjà beaucoup lu sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sorcières et Sorcellerie Histoire d'une "Chasse"
» Crosse pour "chasse"d'oiseaux....
» "Chasse" à l'oiseau !
» La "chasse" aux faisans ...
» La "chasse" aux commentaires...!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Connaissance du Monde :: Il était une fois... :: Histoire-
Sauter vers: