Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le dortoir (texte avec suite éventuelle...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cathecrit
Collectionneuse d'éphémère
avatar

Nombre de messages : 1369
Localisation : Ailleurs mais avec vous.
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Le dortoir (texte avec suite éventuelle...)   Jeu 18 Fév 2010 - 5:09

LE DORTOIR

Ça rigole toujours le soir au dortoir. Les copains n’en loupent pas une. On se fait des niches, on se tape dessus avec nos polochons juste avant que le surveillant n’arrive. Et Paulo se fait engueuler parce qu’il éternue la demi-heure qui suit. C’est pas sa faute, il est allergique. Mais ça, le surveillant, il s’en fout. Il veut juste être peinard. Et nous on veut juste s’amuser avant l’extinction. On lui demande pas la lune, juste cinq minutes.
J’aime bien le dortoir, on y est bien, on est pas trop nombreux comme avant au Collège Rimbaud. Soixante plumards en rangs serrés comme des radis dans un potager ; et nous dedans avec le plafond à 5 mètres pour nous aplatir le moral. Et ça résonnait… On se croyait chez les curés tiens. En plus j’aimais pas trop Rimbaud ; je préfère Verlaine et ils nous obligeaient toujours à lire des trucs de Rimbaud qui vous fichent le moral à zéro. Déjà qu’on est plus en famille…

Alors qu’à Emile ZOLA, ils nous foutent la paix avec le type qui a donné son nom au collège. Bon on a bien lu un truc au début de l’année, une sorte de lettre publiée dans un journal je crois… Rien de passionnant, je ne m’en rappelle même plus. Non, les surveillants sont à peine plus coulants avec nous, mais on sent la différence, nous. Ils nous laissent toujours faire les zouaves 10 bonnes minutes avant de rappliquer pour l’extinction. On apprécie. Je ne sais pas pour les autres dortoirs, mais nous on dort toujours mieux quand on a chahuté juste avant. Je ne sais pas, ça nous met comme en appétit pour dormir. On s’envoie nos polochons en pleine poire et ça doit nous assommer les centres nerveux parce que cinq minutes à peine après l’extinction des lumières, je suis endormi. J’ai demandé aux copains et pour eux c’est pareil. Sauf Paulo. Paulo, lui, il dit qu’il éternue une bonne trentaine de fois et ça lui prend la demi-heure avant de pouvoir s’endormir tranquillement. C’est lui qui sait qui s’endort en premier et en dernier. Faudra que je lui demande tiens…

Et puis une fois par semaine, le samedi, on peut même amener un bouquin pour lire un peu dans son lit et discuter avec les copains. Ça, on ne pouvait jamais le faire au collège Rimbaud. Les surveillants étaient tous pète-sec. Ils cherchaient toujours à nous surprendre. Ils nous guettaient. Ici, Ils veulent juste que tu leur foutes la paix. Et alors ils te la foutent aussi. On fait un peu gaffe et on est royalement peinard. J’ai pourtant rien demandé aux parents et ça s’est fait tout seul. Je l’ai sûrement pensé très fort, et c’est arrivé. Du coup, je rends tous mes devoirs sans exception et le bon jour pour montrer aux parents qu’ils ont bien faits. Bon je ne suis pas le premier de la classe, seulement dans les quinze premiers et ça suffit à les épater.

Les parents, ils n’ont pas compris pourquoi je me suis mis à bosser, mais ils cherchent plus. Ils n’ont jamais vu ça dans la famille. Ils se sont bien un peu demandés au début… Et puis ils ont laissé tomber parce qu’ils ont trop de boulot pour réfléchir et que finalement ça les arrange bien que je file doux. Alors tout est pour le mieux… Ils me foutent la paix et je fais pareil. C’est un accord tacite entre nous, sans qu’on ait eu à se causer. Je bosse, j’ai la paix. Ça j’ai vite compris le truc.

Et puis mes parents ne sont pas moches avec moi. Ils ont choisi la pension pour mon bien et parce qu’ils n’ont pas tellement le temps avec la boutique. Ils tiennent une petite épicerie à l’entrée du village. C’est dur. Je le sais parce que je donne un coup de main quand je reviens à la maison pour les vacances.

Mon père il va chercher les marchandises très tôt le matin, non la nuit plutôt tiens. Il se lève quand tout le monde roupille et il y va pour ramener ce qu’il faut. Un jour il va aux Halles pour le frais, le lendemain il s'occupe du reste, les boîtes de conserve, le sucre ou le pinard, tout des trucs comme ça. Après, dès qu'il revient il range et je dois l’aider. Et puis on mange. C’est ma sœur Yvonne qui prépare le repas. Ça la barbe mais papa dit que c’est un boulot de fille et qu’elle doit aider maman. Moi ça m’arrange. Alors j’aide mon père à ranger comme si j’aimais ça et puis après, je suis peinard alors qu’elle, elle doit se taper la plonge. Sans compter les légumes à éplucher et le fricot à surveiller. Et puis faut recommencer deux fois chaque jour alors que moi, j’aide mon père qu'une fois par jour. Mais attention c'est qu'il faut être plutôt costaud hein et pas feignant non plus. ça me prend toute une heure, des fois même plus. Mais je le fais de bon cœur quand je suis là ; je sais que ça soulage vraiment le père puisqu'il a l'air content quand on a fini.

Moi je suis pas tout le temps là puisque dès la fin des vacances, je retourne au collège Zola et je bosse. Yvonne elle ne bosse plus à l’école remarque. Papa a dit qu’elle avait l’âge pour se mettre au boulot et qu’il pouvait pas payer des études à tout le monde. Alors elle est revenue à la maison en pleine année et maintenant elle travaille au magasin avec maman. Et je sens bien qu’elle a du mal à avaler la pilule. Avant elle râlait pour aller à l'école et maintenant elle se dit qu'elle y était bien mieux. Seulement il est trop tard.

Moi, j'ai pensé comme elle jusqu'au jour où le père a décidé qu'elle donnerait un coup de main à ma mère. ça été tout un cirque pendant quelques jours… Yvonne s'est permise de râler à table qu'elle voulait plus aller à l'école, écouter sans rien faire, bosser le soir en plus, tout ça. Qu'elle n'aimait pas et qu'elle voulait travailler, aider la mère. Elle en a rajouté un peu je trouve. D'un mot, le père l'a fait taire. On ne parle pas à table sans avoir demandé la permission et elle a passé outre. Il a dit qu'il allait réfléchir et le lendemain ou le jour d'après, il a juste dit : "Yvonne, tu travailles au magasin à partir de demain. Je préviendrai l'école. Yvonne était bien contente mais il ne lui a pas fallu deux semaines pour déchanter. Elle a fini par me dire qu'elle regrettait et qu'elle osait pas l'avouer au père. Je savais pas quoi dire. Alors elle en a parlé à la mère qui l'a envoyé promener en disant qu'il était trop tard et qu'elle n'aille pas embêter le père avec ça.

Yvonne s'est résignée ; pour sûr, ça m'a fait comprendre pas mal de choses… Évidement, je me dis encore parfois que je préférerais bosser. Enfin un boulot qui rapporte quoi, parce que, pour l’instant, je bosse gratis.

Ma sœur, elle dit que je fayote mais moi je fais tout ça juste pour être peinard. Et j’y suis. C’est une vraie philosophie de vie que de vouloir être peinard. Il faut se donner les moyens, il faut réfléchir, prévoir son coup… Là-dessus, je crains personne, je suis le roi. Je pourrais même donner des cours aux autres si je voulais. Mais du coup, je ne serais plus peinard. Alors je garde l’idée et je suis bien tranquille.



Avec mes potes, le samedi, on se lit des trucs qui nous font rêver. Nan, rien de croquignolet, là- dessus, on en est encore à débrouiller tout seul… Nous, ce qui nous fait rêver, ce sont les histoires qui se passent dans d’autres mondes et en d’autres temps… Des histoires d’aventuriers à peines humains auxquels on s’attache malgré tout parce que ce sont des types biens, droits dans leurs bottes, bref ça nous fait rudement décoller !
A suivre ?...?
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le dortoir (texte avec suite éventuelle...)   Jeu 18 Fév 2010 - 20:34

cathecrit a écrit:

A suivre ?...?

Oui!
Rêve
Revenir en haut Aller en bas
cathecrit
Collectionneuse d'éphémère
avatar

Nombre de messages : 1369
Localisation : Ailleurs mais avec vous.
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: Le dortoir (texte avec suite éventuelle...)   Ven 19 Fév 2010 - 0:11

Si tu le dis, je te crois. Dès que j'aurais plus que l'énergie d'un mollusque, je m'y mets !

mille merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dortoir (texte avec suite éventuelle...)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dortoir (texte avec suite éventuelle...)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Écrire un texte avec SCAL ??
» courber un texte avec photofiltre??
» courber un texte avec photofiltre
» [PHOTOSHOP] Texte avec effet "plastique" ou "ballon" !
» [TUTO] Probleme de connexion avec le PC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Cathecrit-
Sauter vers: