Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On étouffe bien la création culturelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: On étouffe bien la création culturelle   Mer 31 Mar 2010 - 17:47

Quand on veut se débarasser de la Culture, point n'est besoin de sortir son revolver, trop voyant et trop bruyant, il suffit en toute discrétion, de tailler à vif dans les subventions.
Mais quand même, si les créateurs sont "indépendants" pourquoi réclament-ils des sous à l'Etat?
Pourquoi Etat et collectivités (dont le financement dépend d'un Etat de plus en plus radin) subventionneraient-ils des indépendants qui n'en font qu'à leur tête au point d'être subversifs pour certains? L'Etat c'est l'ordre, nan mais!

En tout cas, ça craint de plus en plus grave!



http://www.20minutes.fr/article/394270/France-Le-monde-de-la-culture-a-bout-de-souffle.php
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Mer 31 Mar 2010 - 20:30

Sûr qu'il vaut mieux favoriser le développement de l'armement, des partis politiques et des banques.
C'est à mourir de honte.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Allart

avatar

Nombre de messages : 1002
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Mer 14 Avr 2010 - 4:13

Sad dodo29
Revenir en haut Aller en bas
http://undatalethe.free.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Mer 14 Avr 2010 - 17:20

Et pendant ce temps là...
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Mer 14 Avr 2010 - 23:57

Hé ben, c'est édifiant...
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Lun 26 Avr 2010 - 15:43

Cette culture « qui plaît à tout le monde »

lundi 26 avril 2010





C'est une guerre économique, industrielle et culturelle à laquelle chacun, consommateur et citoyen, participe sans le savoir. Ce que nous voyons à la télévision, ce que nous écoutons comme musique, les livres que nous lisons, nous distraient ; ils nous enrichissent ou nous cultivent. Mais l'enjeu dépasse de loin la satisfaction de nos goûts. Il s'agit du contrôle des mots, des images et des rêves. Car, en cette matière même, nous sommes devenus des consommateurs qu'il faut séduire.

Dans une enquête (1) passionnante et touffue, menée pendant cinq ans dans trente pays, Frédéric Martela voulu décrire cette globalisation du divertissement. Il s'est intéressé notamment à Hollywood, quartier général de cette guerre où le cinéma demeure le vecteur le plus efficace.
Que l'on soit étudiant à Abou Dhabi ou à Bamako, chômeur à Bucarest ou à Shanghai, la culture américaine continue de faire rêver, et son emprise sur l'industrie du divertissement demeure. Malgré la crise économique, malgré la concurrence nouvelle du Brésil, de l'Inde ou du Japon, les Américains restent dominants, culturellement parlant. Quant à l'Europe, en dépit de ses créations, son influence décline. À part quelques fragiles bastions de résistance, notamment en France, le cinéma américain, les jeux vidéo, comme les séries télévisées fabriquées outre-Atlantique ont définitivement conquis les nouvelles générations. L'anglo-américain s'est, peu à peu, installé dans l'imaginaire européen comme une marque de fabrique. C'est pour cette raison que les publicitaires la cultivent et que le Coca-Cola, les chewing-gums ou les jeans sont encore à la mode.
Le paradoxe, c'est de constater que, si, en Europe, la diversité culturelle a le vent en poupe, c'est moins pour s'opposer à cette efficace production culturelle américaine que pour cultiver un nationalisme identitaire, comme en Catalogne ou en Flandre. Pour y parer, le sociologue Edgar Morin avait parlé de « communauté de destin ». Il voulait nous faire comprendre la nécessité de prendre conscience de notre culture commune. Mais il est probablement trop tard.
L'américanisation tranquille de nos pratiques culturelles sur le Vieux Continent, comme celles du reste du monde, est une réalité. Et son essor est une évidence, pour la raison simple que cette culture-là est la seule qui s'exporte en masse et rapporte autant d'argent. La seule qui ne trouve, face à elle, aucune vraie contestation. La seule qui continue de mener la danse, en matière de création et de diffusion. L'Avatar de James Cameron ou l'iPad de Steve Jobs viennent de nous en fournir des preuves.

(1) Mainstream, enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, Flammarion.
(*) Professeur associé à l'université de Paris 8.

Jean-Michel Djian (*)
Source: Ouestfrance.fr du 26/04/10
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Ven 28 Mai 2010 - 17:41

Ça continue dans la destruction:


http://www.agoravox.fr/actualites/info-locale/article/imaginez-maintenant-la-maison-de-75589?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Jeu 8 Juil 2010 - 18:58

Peut-on débattre de l'avenir de la culture ?

jeudi 08 juillet 2010






La culture ne semble plus être un enjeu politique. Partout en France, les festivals, les institutions culturelles théâtrales, musicales ou chorégraphiques pâtissent d'une distance nouvelle entre les élus de la République et les acteurs publics de la vie artistique.
Les élus sont confrontés à d'autres priorités qu'impose la crise économique, et ils s'inquiètent de la nouvelle loi en discussion sur leurs compétences territoriales. Quant au secteur culturel, il voit que le ministère de la Culture n'a plus le magistère qu'il eut dans les années 1980, lorsque le gouvernement socialiste en avait fait le fer de lance d'un « changement de société ».
Aujourd'hui, l'État plafonne ses dépenses culturelles à 2,9 milliards d'euros tandis que les villes, les départements et les Régions y contribuent pour plus de 7 milliards. Mais, au-delà de ce nouvel équilibre budgétaire, c'est d'une autre politique culturelle qu'il est question. Désormais, l'art et la culture sont d'abord un simple sujet comptable, ce qui les éloigne du débat public.
À l'heure où le divertissement est devenu une activité économique fort lucrative pour tous les groupes multimédias, l'action culturelle de proximité se sent ignorée par les politiques. Dans les conseils municipaux, les structures associatives ou au Parlement, le débat public « sur le fond » est inexistant.
L'influente fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC) veut alerter ses propres adhérents sur l'urgente nécessité de « redonner du sens au rôle des artistes dans la cité ».
Le mois dernier, le président du syndicat national des entreprises culturelles, François Le Pillouër, directeur du Théâtre national de Bretagne, inquiet de cette « indifférence criante », a mobilisé des professionnels dans la rue, parmi lesquels des comédiens comme Denis Podalydès ou Emmanuelle Béart.
La vie culturelle foisonnante qui caractérise pourtant le paysage français est-elle vraiment menacée ? Oui, car, pour la première fois depuis la création d'un ministère de la Culture (c'est-à-dire avec Malraux en 1959), ce n'est plus l'État qui a les cartes en main, mais des centaines, voire des milliers de maires, de conseillers généraux ou régionaux isolés qui se sentent parfois dépassés par l'enjeu. Crise oblige, la culture est en train d'être localement et discrètement sacrifiée sur l'autel de la rigueur budgétaire.
La liberté chèrement acquise d'avoir pu répartir les dépenses culturelles entre les collectivités publiques se retourne, aujourd'hui, contre ceux qui en sont les bénéficiaires, c'est-à-dire les artistes et le public. Car, non seulement l'État n'est plus en mesure d'imposer ses choix, c'est-à-dire d'arbitrer et d'impulser, mais il est absent pour penser, concevoir l'avenir culturel de l'ensemble du territoire.
Dans leurs diversités politiques et géographiques, ce sont donc des collectivités locales qui, pour l'essentiel, détiennent les clés de notre accès à la culture. Mais qui, au plan national, est garant de l'égalité de cet accès aux oeuvres et de la solidarité des pouvoirs publics avec le monde de la création ?

(*) Professeur associé à l'université de Paris 8.
Jean-Michel Djian

Source: ouest france 08/07/10

Pendant les vacances, le massacre continue.
C'est vrai quoi, nos dirigeants ont d'autres soucis que la culture.
Pis la culture, ça peutfaire penser, c'est pas le moment...
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Jeu 8 Juil 2010 - 21:20

Citation :
Le SYNDEAC s’adresse à la Cour d’honneur et à Frédéric Mitterrand par la voix d’Agnès Sourdillon
8 juillet 2010

Mercredi 7 juillet 2010 à l’occasion de la première de « Papperlapapp » dans la Cour d’honneur du Festival d’Avignon, la comédienne Agnès Sourdillon a lu un texte au nom du Syndéac – le syndicat des directeurs de théâtres publics. Le Ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand était dans la salle. Le Syndéac appelle à manifester le jeudi 15 juillet à 14h30 devant le Palais des Papes. Voici le texte:

Oui, nous sommes encore ici devant vous. Oui, le spectacle vivant est encore debout. Ce soir, il nous est nécessaire de vous adresser quelques mots avant de laisser libre cours à notre imagination et – nous l’espérons – à votre plaisir.

Non, ce n’est pas l’habituelle lecture de protestation des prétendus nantis de la Culture. Mais, intermittents ou non, grandes institutions ou petites compagnies, opéras ou circassiens, danseurs, musiciens ou acteurs, artistes ou indispensables personnels techniques, administratifs et d’accueil, nous avons subi depuis plusieurs années une érosion sans relâche de nos moyens de travailler pour vous.

Aujourd’hui, et dans une perspective déclarée de trois ans, de 2011 à 2013, le gouvernement de notre pays se lance dans un assaut multiforme contre sa propre politique artistique et culturelle. C’est-à-dire contre nous. C’est-à-dire contre vous. Si des suppressions fortes de crédits devaient venir s’ajouter aux régulières compressions de ces dernières années : ce serait un assaut sans précédent. Depuis des mois, nous luttons. Nous avons arraché la compétence culturelle pour les départements et les régions, mais faute de transferts budgétaires de l’État, beaucoup de ces collectivités se déclarent hors d’état, à court terme, de poursuivre leurs engagements.

Nous sommes donc pris en tenaille et la situation atteint un point de non-retour. Ces atteintes supplémentaires vont entraîner d’innombrables suppressions de projets, de compagnies, d’institutions – c’est-à-dire de disparitions d’emplois et des milliers d’intermittents perdant leurs droits – la catastrophe est sans commune mesure avec les économies réalisées. Comment ne pas voir ici la marque avérée d’un mépris, pour ne pas parler d’une méfiance, voire d’une volonté d’en finir avec une politique artistique garante de la liberté de l’esprit dans ce pays ? Oui, la nation est dans le pétrin. Oui, tout le monde doit participer au sauvetage – même si nous ne sommes en rien responsables de cette déroute. Depuis plusieurs années, et bien avant la crise, le spectacle vivant a déjà beaucoup payé. Le bouclier fiscal et la baisse de la TVA pour la restauration font perdre 3 milliards d’euros à l’État, c’est-à-dire la totalité du budget du ministère de la Culture.

N’oublions pas le sens et la création, sans lesquels notre pays ne s’en sortira vraiment pas. Nous luttons et nous lutterons, mais notre seul et véritable appui viendra de vous, et de votre volonté – que nous connaissons – de ne pas vivre dans un pays qui abandonnerait toute sa tradition de pensée et d’imaginaire, sous prétexte d’une crise difficile à traverser. Pour toutes ces raisons, nous appelons à une grande manifestation le jeudi 15 Juillet prochain à 14h30, devant le Palais des Papes à Avignon.


source:http://www.sceneweb.fr/?p=5438
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   Mar 13 Juil 2010 - 16:05

Tryskel a écrit:
Cette culture « qui plaît à tout le monde »

lundi 26 avril 2010

[...]

Dans une enquête (1) passionnante et touffue, menée pendant cinq ans dans trente pays, Frédéric Martela voulu décrire cette globalisation du divertissement.

[...]


(1) Mainstream, enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, Flammarion.
(*) Professeur associé à l'université de Paris 8.

Jean-Michel Djian (*)
Source: Ouestfrance.fr du 26/04/10

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce chroniqueur de Ouest France.

Le livre de Frédéric Martela est effectivement passionnant. Il commence à parler d'Hollywood comme étant la référence en matière de production culturo-divertissement, pour signaler notamment qu'il est bien loin le temps des majors constituaient à elles seules une industrie du cinéma. Désormais, ce sont plus qu'autre chose de banques d'affaires spécialisées dans la création de films et de musique.

Mais ce ne sont là que les premiers chapitres. Par la suite, Mainstream parle de l'industrie du divertissement partout ailleurs où, apparemment, plein de choses se font. Mais on parle là d'une industrie, et d'une industrie consacrée au divertissement. Non à la culture.

Martela semble effectivement regretter que l'Europe soit si absente dans cette foire au divertissement, mais, à mon avis, il faut considérer la question uniquement d'un point de vue industriel. Parce que franchement, les télénovélas latino-américaines, les dance & song bollywoodiens ou les stars braillantes et préadolescentes sud-coréennes ou japonaises, moi, ça ne me manque pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On étouffe bien la création culturelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
On étouffe bien la création culturelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On étouffe bien la création culturelle
» Aide pour bien débuter dans la création de décors et de diorama...
» j aimerai bien avoir vos avis sur ma création
» Projet de création d'une maquette du SpaceMountain.
» Création de Cutie Marks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Coup de Gueule!-
Sauter vers: