Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'histoire du capitalisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Romane
Administrateur


Nombre de messages : 91113
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Mer 19 Mai 2010 - 20:11

iomi a écrit:
Ce qui est normal c'est ce que vous dites tous les deux, toi Romane, toi aussi "Petit grain de blé" On ne peux dépenser que ce que l'on a et rien d'autre, +1 moins un égale zéro.
Je n'en connais pas beaucoup sur LU, pour ne parler que de LU, qui brament qu'ils n'ont aucun problème financier. Je n'en connais qu'un peu hors de l'écran, qui peuvent ne pas trop se faire de souci, parce qu'ils iront au bout de leur vie sans trop calculer, ou moyennement calculer, ce qui revient au même.
Donc il est acquis que le pourcentage de gens à soucis matériels est immense. Ça vous verrouille pas mal, ce petit grain de sable. C'est que ça occupe, de se demander comment on va boucler la fin du mois. Pendant que vous vous torturez les méninges pour savoir ce que vous allez pouvoir donner à bouffer à vos gosses, vous êtes un peu éloignés du porte à porte pour distiller la parole de sagesse, vous ne croyez pas ?

Bien. Ensuite on passe à :

Citation :
Jusqu'à avant hier je pensais que cela devait être une base incontournable. Ce serait sans compter avec la nature humaine et son souci du paraitre et son gout de la normalisation "Après tout, pourquoi pas moi"
et on arrive à pieds joints dans la nature humaine (je cherchais vainement le mot "nature", merci iomi, c'est ce que je voulais dire dans mes posts précédents). Outre le souci de paraître et son goût pour la normalisation, il n'a pas d'autres soucis, l'humain ? Ne serait-ce que se dépatouiller de ses problèmes affectifs qui lui sont la plupart du temps balancés à la tronche dès sa plus tendre enfance ? Les psys ont du pain sur la planche, parce que s'il n'y avait que le paraître, ce serait pain béni. C'est qu'il faut aussi se débarrasser de ses complexes, ces machins qu'on nous flanque de bonne heure et qu'on met une vie pour s'en défaire. C'est aussi son côté sombre, qui fait qu'on assassine volontiers le voisin à coups de mots bien plantés droit au coeur, c'est aussi sa prédisposition naturelle à dominer qui fait qu'il est toujours bon d'être un cran au dessus de l'autre, histoire de se prouver qu'on vaut quelque chose. C'est aussi sa difficulté à s'exprimer, déjà dans sa tête, alors pensez, à plus forte raison avec des mots qu'on dit avec la bouche. C'est sa jalousie, son instinct animal, son côté nombriliste qui fait que "je me fous de l'autre du moment que moi...." et ainsi de suite.

Quant à la normalisation, on en a parlé mille fois, elle nous est inculquée depuis tout petit. Bawi, il faut bien apprendre à se couler dans le moule d'une collectivité, on ne peut pas faire n'importe quoi, sinon on emmerde les autres. Mais alors... mais alors ? On réduit nos capacités créatives, c'est pourquoi un jour j'ai ouvert un fil là dessus, on reste dans la médiocrité ambiante (il y a aussi un fil là dessus), on n'ose pas aller de l'avant (mille fils sont ouverts sur le sujet), bref, on est formaté. Comment voudriez vous qu'il en soit autrement ?

Alors les deux trois pélerins qui ont quelque idée se démarquant du reste du monde, se font montrer du doigt comme des allumés, des illuminés, des hors la loi, quoi. Bref, dès qu'on a envie de sortir un peu du moule, on n'est déjà plus crédible, ou alors on passe pour des êtres un peu à part, des doux rêveurs.

Passons.

Citation :
Il y a dans ce comportement "Demain on verra bien" tout à la fois la nonchalance de cette génération qui nous pousse au cul et la démission des parents qui, c'est un constat, ne montrent aux enfant que l'image d'adultes au chômage qui ne se lèvent même plus le matin pour aller chercher un job et attendent , et là c'est la société et les assistances mises en place, qui attendent leurs aides financières (8 fois sur 10 heureusement quelles soient là)
Atta, atta, iomi. Oui, ce que tu dis est un peu l'image que j'en retire aussi. Sauf que ce n'est pas si simple.
Le chômeur ? Mais mon pauvre, quand on lui demande tout à trac s'il sait parler le togolais ou le chinois, rien que pour pouvoir accéder à un poste minable où il sera payé avec un lance pierre, et encore, à condition qu'il se mette nuit et jour à disposition de la hiérarchie, hein... Quand il arrive au Pôle Emploi pour constater que cette grande administration aux locaux rutilants ne sait pas quoi faire de lui, et lui parle avec un mépris au point qu'il se demande s'il ne s'est pas changé entre chez lui et le Pôle Emploi, en serpillière. Eh oui, le chômeur n'est pas à la fête, et même on fait si peu de cas de lui que lors des statistiques on peut parfaitement l'oublier. Deux millions de chômeurs passés à la trappe aux dernières stats.
Qu'est-ce qu'il veut, le demandeur d'emploi ? Il veut vivre dans la décence. Il n'a pas envie de faire la manche. Pas envie d'être pris pour un con qui n'a pas su se débrouiller dans sa vie de salarié, parce que sa boîte a fait faillite, ou qu'il vient de déménager pour rejoindre sa compagne, ou que sais-je.

Merde quoi. C'est le monde à l'envers. Je sais bien qu'il y en a qui profitent, c'est dans la nature humaine les profiteurs, comme les violeurs ou les menteurs. Mais les autres, les très nombreux autres qu'on balance sans état d'âme dans le magnifique projet de l'auto-entreprise, sachant parfaitement que les charges vont splendidement leur tomber sur la gueule au bout de trois ans, et qu'ils n'auront plus aucun filet de sécurité, tout ça pour dégonfler le chiffre des stats...
Et ce chômeur doit donc ne pas vivre avec sa compagne et rester dans son coin de l'autre côté de la France, pour satisfaire le poste de merde qu'il aura péniblement réussi à intégrer (en espérant qu'il ne fera pas l'objet de harcèlement moral et qu'il ne finira pas au bout d'une corde ou le canon dans la bouche, jetez un oeil au passage sur ces magnifiques boîtes qui vous pompent honteusement en laissant leurs salariés se suicider... quel confort, c'est merveilleux !)

Les parents eux-mêmes sont pris dans l'engrenage, donc. Alors nos enfants, nos pauvres enfants, si vous saviez ce que j'ai le cœur gros pour cette jeunesse.

Alors ça me fait bondir, ces solutions dans les besaces qui ne sortiront jamais, si tant est qu'elles existent. Et je voudrais bien, je vous l'assure, que quelqu'un me démontre que j'ai tort. Pas avec des mots, mais avec quelque chose de concret. Parce que tu décris les grandes lignes de l'effondrement, iomi, et nous y allons tout droit, dans le mur.

Alors... ?!
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Mer 19 Mai 2010 - 20:24

Vilain a écrit:
ben, ce qui me semble évident, c'est que nous sommes des citoyens et qu'en tant que tels nous devrions être formés à l'être...je veux dire par là que chacun d'entre nous ne devrait être ignorant de
comment ça marche....Ensuite, je pense que chaque citoyen devrait avoir
conscience de son rôle et de son importance...autrement dit, ne pas
s'en foutre ou ne penser qu'à son petit interret personnel....Hélas,
l'éducation civique qui était au programme des écoles primaires quand
j'y étais a disparu et la société dans laquelle nous vivons ( entre
autre par l'intermédiaire des médias et de la pub) nous pousse de plus
en plus vers une individualisation.....

Nous devrions. Oui, mais ce n'est pas le cas. Avec des si, on mettrait Paris dans un mouchoir de poche.
Si tu relis l'une des questions qu'avait posé Ian (je ne sais plus où, fouille) qui partait bêtement de : qu'est-ce que vous feriez si vous étiez président ? J'ai répondu une chose pour moi essentielle : nantir les programmes scolaires de l'apprentissage de ce qu'est l'humain.
C'est la moindre des choses, parce que régulièrement oublié dans les débats de quelque nature que ce soit. Les théories toutes seules ne valent pas un clou, si on ne les accompagne pas de ce qu'est la nature humaine. Et crois-tu que ça intéresse les gens ? Ben non, ou trop peu. Trop axés sur eux-mêmes.
Suffit de regarder sur n'importe quel forum d'internet (facile, c'est du noir sur blanc), pour s'apercevoir de la carence de l'attention à l'autre, d'où malentendus fréquents, pour ne pas dire crêpages de chignons. Dans la vie dite "réelle", c'est la même chose, globalement, à part quelques exceptions qui pour ma part deviennent de vrais amis durables.

Alors oui, devrait, devrait, devrait, mais comme pas être, alors n'est pas. Faut faire sans.
Personne n'a réagi, quand j'ai parlé des interventions de Thierry plus haut dans le fil... ni même posé de question pour ceux qui n'étaient pas là et qui suivent ce fil ici. Je me suis dit : indifférence ? Il ne devrait pas y avoir d'indifférence. Mais de la curiosité, un mouvement vers, un intérêt, une attention.


Citation :
Comme quoi, tout est fait pour nous désengager de la chose publique....
Oui, tu as raison.
Et non, tu as tort, parce que tu oublies la volonté individuelle.
Je pourrais m'en foutre et consommer, je te signale que je suis souvent au front. Ça m'a souvent valu d'être la cible, d'ailleurs. Ah, bawi, c'est pas confortable, le front. Faut tirer, pousser, soulever, motiver, bousculer, éveiller ceux qui sont à quelques mètres, derrière. Oui, oui, ça prend des heures, de l'énergie, ça bouffe même les nerfs des fois. Et même avec un peu de malchance, tu tombes sur des gens qui ne se rendent même pas compte de tout ce que tu mets de toi, dans cette infime goutte d'eau dont le voisin n'a jamais entendu parler, alors tu parles, le gouvernement....

Et je l'ai aussi dit plus haut : victime et bourreaux, nous sommes, chacun individuellement.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Mer 19 Mai 2010 - 20:55

Tryskel a écrit:
On nous pousse au désengagement de la chose publique parce qu'on nous ment en permanence en nous persuadant qu'on est trop con pour comprendre.
J'en ai marre d'entendre ça. Parce que c'est encore un moyen de se poser en victime. On, on, on ! Et Je, il compte pour du beurre ? C'est un légume, Je ? Il n'a pas la capacité de se prendre pour autre chose que pour un con ? Alors oui, il est un légume, et on a raison de le lui faire savoir.
Crotte, quoi. Tout le monde ici sait lire et écrire, y'en a même qui créent des œuvres artistiques, c'est pas rien, quoi. Et pour ceux qui ne sont pas artistes, je n'en vois pas beaucoup qui seraient incapables d'aller au-delà de l'épinard séché.
Donc mon point de vue là-dessus : personne n'est obligé de se laisser traiter d'imbécile, et tout le monde a la capacité de montrer qu'il ne l'est pas. J'ai pas dit en révolutionnant le monde, pour ceux qui m'attendent au virage, parce que je n'y crois pas, et ce n'est pas du défaitisme, je vous l'assure, parce que je crois en d'autres choses.

Citation :
Maintenir les "masses" dans l'ignorance est une forme de pouvoir et de gouvernance.
C'est vrai. C'est une stratégie qui fonctionne à merveille.
Citation :
Une réaction concrète contre ça? Savoir, se renseigner, s'informer pour pouvoir "choisir son camp" et s'y tenir.
Pardon, Trys, mais là je souris. Tu prends n'importe quel événement, depuis les tours du 11 Septembre, en passant par les magouilles de la banque ou n'importe quel sujet, je te défie de trouver le moyen de pouvoir dire un jour "je sais ce qui s'est exactement passé". Tu es tributaire des documents que Tartampion met à ta disposition. Ils sont aussi fiables que les livres d'histoires dans lesquels j'ai appris que Napoléon était un type génial. Tu peux aussi aller taper à la porte de Matignon pour demander qu'on veuille bien te laisser consulter le dossier Machin.
Tu aimes les oranges ?

Citation :
Ne pas se laisser enrôler dans les cohortes du toujours plus matériel.
Parce que la question de fond est là: que nous propose t-on toujours sinon du matériel, du fric.
Retour à la case départ. Nature humaine. etc. etc. etc.

Citation :
La solution c'est une prise de conscience individuelle

Ouais. Alors bon courage, ma belle. Tu entres là dans le volet maturité de l'individu. Avec ce mot "maturité", dont je concède qu'il est concis, tu détiens tout ce qui t'expliquera pourquoi la conscience individuelle est en berne ou en mode ralenti. Quand on sait que des gens sont capables d'ouvrir une guerre féroce pour prendre le pouvoir sur un forum qui ne vaut pas un centime, tout ça pour un titre d'admin, ou que sais-je, ça fait marrer quand même, quant à la maturité des gens. Je cite ce type d'exemple qui peut vous parler, puisque nous sommes ici sur internet. D'autres vont se battre pour une place de parking ou pour une clôture... qu'est-ce que vous voulez que je vous dise...

Citation :
Et la connaissance, contrairement à ce qu'on veut nous faire croire est accessible à tous, surtout aujourd'hui avec Internet
On est d'accord. Même s'il faut apprendre à trier.

P.S : J'sais pas pourquoi je me suis cramponnée à ce fil de cette manière. D'habitude, je suis beaucoup plus modérée, même si je pense exactement la même chose qu'ici. Bref. Ce doit être parce que je le sens de le balancer comme ça.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Mer 19 Mai 2010 - 21:12


*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Mer 19 Mai 2010 - 22:38

J'étais en train de penser, comme ça, à un ancien collègue à moi. Il avait hérité d'une minuscule masure, vivait en couple et n'avait pas d'enfant. Un jour, il a fait ses calculs et il a décidé de passer à mi-temps. Il m'a dit :

"Tu comprends, je vis très bien avec un demi-salaire, alors pourquoi faudrait-il absolument que je travaille à temps complet. Bien sûr, je pourrais faire des tas de voyages, mais je vis dans une région extraordinaire et je découvre toujours et toujours des gens et des paysages merveilleux. Je pourrais m'acheter plein de disques et de livres, mais ma carte de bibliothèque me suffit. Je pourrais acheter une maison plus vivable, mais être à mi-temps me permet d'arranger la mienne petit à petit. Ça me permet aussi de faire mon jardin et d'élever quelques poules et lapins. Et de partir en balade pour ramasser champignons, myrtilles... Pas de portable, pour quoi faire. J'ai une vieille voiture qui me sert pour venir travailler, le reste du temps, je circule à vélo ou à pied. Et parfois je prends le train.
Alors mon demi-salaire me suffit pour mon téléphone fixe et internet, parce que j'aime bien ça. Pour quelques habits. Pour un petit extra de temps en temps si je le peux..."

Certes, tout le monde n'hérite pas d'une maison et avoir des enfants peut compliquer un peu les choses. Mais avec les mêmes éléments, combien auraient l'idée d'un tel calcul ?

Je pense aussi aux SEL, aux réseaux d'échange de compétences. Aux Amap dans lesquelles des personnes s'abonnent à un panier-semaine et permettent ainsi à de petits producteurs de travailler tout en disposant de produits de qualité, locaux et de saison.

À cet immeuble des quartiers nord de Marseille dans lequel le dernier étage a été aménagé en salle de création. Les habitants s'y retrouvent pour peindre, sculpter... un lien se crée, les œuvres sont ensuite disposées au fil des étages et ne sont jamais dégradées.

À cet instituteur qui revenait un peu plus tôt le midi pour aider mon fils à apprivoiser l'écriture.

Et combien d'autres excellentes initiatives pourraient être relevées un peu partout. Alors oui, les grandes rivières sont forcément faites de milliers de petites gouttes d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Mer 19 Mai 2010 - 23:40

En phase, Luca. Complètement. Et ça, c'est du concret.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 8:29

Les vacances me plongent dans un optimisme... ça fait presque peur... pale
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 8:36

lucaerne a écrit:
Les vacances me plongent dans un optimisme... ça fait presque peur... pale

Pas peur, Luca. Les vacances sont souvent un tremplin de créativité bouillonnante favorisée par la rupture du rythme, en plus de son côté farniente rudement agréable.

Profiter de la vie, tant que c'est possible.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 18:56

Nom de Dieu de... de..., ça fait trois fois que je tente une réponse et ça veut pas passer, quand je clique sur envoyer ça dit "Ne peut pas afficher cette page web", encore un coup des capitatistes!

Bon là ça passe, je m'ai dit que la 1ère réponse était trop longue, j'ai racourci, même topo, pis reracourcit re même topo!
Y'a que quand je dis que je peux pas répondre que ça passe!
Je vais la taper sur word, comme ça si ça passe encore pas, ça sera plus perdu au moins!
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 20:25

20/05/10










J’ai fait remonter l’origine du capitalisme à la création des compagnies par actions, mais je n’ai pas pensé aux enclosures, faut dire que j’ai étudié ça mais il y a très longtemps.

C’est pertinent comme point de départ : la clôture en confisquant les terres communales qui permettaient aux paysans ne possédant qu’un lopin ou rien de faire paître leurs bêtes les prolétarise.

Hors l’extension des enclosures se fait parallèlement aux débuts de la Révolution Industrielle (2ème moitié du XVIIIème en Angleterre). Laquelle rentabilise l’agriculture en la mécanisant, mais qui dit mécanisation dit moins de bras nécessaires, même les journaliers ont du mal à se louer, alors ils vont dans les usines textiles ou dans les mines pour travailler dans des conditions épouvantables pour des salaires de misère.

Et le possesseur de la terre est gagnant sur tous les fronts puisqu’il peut investir ses profits dans l’industrie (c’était l’heureuse époque ou les capitalistes investissaient dans les moyens de production) et voilà que naît le prolétaire, celui qui ne possède que sa force de travail, force qu’on sous paye, profit oblige.

C’est pourquoi la Révolution Industrielle est née en Angleterre, elle ne touche la France que plus tard à partir de 1830, date officielle qui voit la création de la première ligne de chemin de fer : Paris/ Orléans.



Ro, quand je dis « on » c’est parce que je généralise, mais ça t’avais compris.

La « maturité » ben vi, c’est si peu répandu, voir les quelques exemple que tu donne et qu’on pourrait multiplier à l’infini.



« Nous avons aujourd’hui des élèves qui vivent dans une société du « tout tout de suite », du passage à l’acte immédiat, du zapping relationnel, intellectuel et social.

C’est cela qui rend l’enseignement si difficile et nécessite un surcroît de pédagogie pour apprendre à fixer son attention, à surseoir à ses impulsions, à communiquer de manière différée etc…

La pédagogie que je défends est une pédagogie de la résistance active à un système néo libéral qui infantilise les sujets pour les réduire à leurs impulsions primaires »

Philippe Meirieu



Infantilisation, réduction aux pulsions primaires, on ne saurait le reprocher aux jeunes qui ne font que reproduire les modèles des adultes, enfin adultes !

Parce que si les adultes se conduisaient en adultes, s’ils acceptaient de mûrir, ça irait nettement mieux déjà.

Certes si la pédagogie est une solution concrète, elle n’a pas de résultats immédiats, parfois même pas de résultats du tout, on sait ce qu’on sème, on ne sait pas grand-chose de la récolte.

Mais pour que ça marche sur les jeunes, il faut que les adultes aient un comportement responsable.

Si papa/ maman empruntent à tout va, le jeune va suivre, et si on lui passe tout ce qu’il exige en matos (les marques, le dernier portable qui fait tout) il n’apprendra pas à attendre.

La « Société de consommation » contre laquelle nous nous sommes révoltés en 68 est plus que jamais d’actu.

Ben, faut que le populo, qui a de moins en moins de boulot consomme quand même, alors on lui invente des crédits dont on sait qu’ils sont pourris puisqu’on va en même temps les jouer à la baisse, ça populo le sait pas !



C’est pourquoi l’éducation, l’acquisition des connaissances sont fondamentales.

Hé oui, faut trier dans les infos, pas toujours facile, mais quand même, tout gober c’est volontairement se voiler la face : « La crise est derrière nous », mais n’importe qui peut voir que de plus en plus d’entreprise mettent la clef sous la porte balançant ici, 600, ici 400, là 500 employés, autant de famille précarisées.

« Ce n’est pas la rigueur », nan, c’est un vilain mot qui fait peur, mais ce sont les aides sociales qui trinquent, « y’aura plus assez de sous pour payer les retraites », « les fonctionnaires sont surpayés à ne rien faire »… j’en apsse, tout ça, n’importe qui peut se rendre compte que c’est pas vrai !



« Maturité », certains électeurs, hélas une majorité, ont offert à un sale gosse capricieux et caractériel un gigantesque hochet : la France, il s’amuse avec parmi ses copains surfriqués auxquels il fait des cadeaux somptueux comme le bouclier fiscal.

Ca aussi tout le monde peut le voir. Pas besoin d’avoir fait polytechnique pour s’en rendre compte et savoir ne pas claquer du fric dans tous ces machins dont on veut nous faire gober qu’ils nous sont indispensables.


Ouf, c'est passé!
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 21:02

Citation :

Et le possesseur de la terre est gagnant sur tous les fronts puisqu’il peut investir ses profits dans l’industrie (c’était l’heureuse époque ou les capitalistes investissaient dans les moyens de production) et voilà que naît le prolétaire, celui qui ne possède que sa force de travail, force qu’on sous paye, profit oblige.


On demandait le début du Capitalisme....le voici....En fait ça à commencer beaucoup plus tôt.....simplement quand le plus fort s'est proclamer "Seigneur" qu'il avait le " droit de la terre " ( en langage Marxiste ça s'appelle "l'appropriation primitive", ce qui veut bien dire ce que ça veut dire)....Puis un jour, les propriétaires ont réalisé qu'un serf ( en gros un esclave) coûtait plus cher qu'un "salarié" ( je veux dire par là, qu'un esclave faut l'entretenir pour qu'il soit vraiment "rentable", faut le loger, le nourrir, lui donner les moyens d'être en forme; sinon "on y perd"...Alors "on" ( pardon RO, mais c'est "On" tchin ) On décide donc que les gens sont libres..;et qu'on les payera pour leur travail...en contrepartie, ils ( les gens) devront payer pour leur toit, leur nourriture..;etc....

Qui est le gagnant dans le marché, quant l'employeur est le propriétaire ?


" la propriété c'est le vol" disait l'autre...Il avait raison....


Dernière édition par Vilain le Jeu 20 Mai 2010 - 21:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 21:15

Tryskel a écrit:
[
« Ce n’est pas la rigueur », nan, c’est un vilain mot qui fait peur, mais ce sont les aides sociales qui trinquent, « y’aura plus assez de sous pour payer les retraites », « les fonctionnaires sont surpayés à ne rien faire »… j’en apsse, tout ça, n’importe qui peut se rendre compte que c’est pas vrai !



!


Non, "Vilain" n'est jamais un "vilain" mot..... grrrrrrrrrrr
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 21:32

Y'en a qui ont le choix...travailler pour leur plaisir ( voir même se sentir utile) et y'a ceux qu'il faut qu'ils travaillent pour "gagner leur vie"...les Prolétaires..."Prolétaires de tous les pays unissez-vous !"
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 22:02

Vilain a écrit:
Y'en a qui ont le choix...travailler pour leur plaisir ( voir même se sentir utile) et y'a ceux qu'il faut qu'ils travaillent pour "gagner leur vie"...les Prolétaires..."Prolétaires de tous les pays unissez-vous !"

C'est-t-un sssscandââllllllllle !!
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 22:24

JoK a écrit:
Vilain a écrit:
Y'en a qui ont le choix...travailler pour leur plaisir ( voir même se sentir utile) et y'a ceux qu'il faut qu'ils travaillent pour "gagner leur vie"...les Prolétaires..."Prolétaires de tous les pays unissez-vous !"

C'est-t-un sssscandââllllllllle !!
Ben..;Ouais...;lol
Revenir en haut Aller en bas
noann



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Jeu 20 Mai 2010 - 23:56

Je n'ai pas lu toutes les interventions, mais il y a un truc qui me fait ch....

Tu économises pendant des années, tu rames, tu rognes, regardes à cinq sous.

Arrivé à un certain âge, t'as un petit pécule, que tu cherches à faire fructifier du mieux possible.

On t'offre du 1,5 % sur un compte, et la banque qui te fais cette obole prête ce même argent, le tiens, à du 5 à 7 %

Donc, comme on te rétribue fort peu ton bas de laine, tu te risques à placer sur un fond qui dépend de la bourse.

Et patatras, du presque jamais vu, des chutes de 3 ou 4 % par jour !

Celui qui en a beaucoup, mon Dieu, il s'en fout un peu. Perdre un million sur dix millions, on relativise. En plus ces gens-là ont les moyens de se faire conseiller.

Mais perdre son bas de laine tricoté le long d'une vie... pffff c'est dur.

Alors bon, moralité, quand t'es petit tu restes petit, et quand t'es gros tu deviens de plus en plus gros.
Revenir en haut Aller en bas
noann



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 1:08

A part le compte d'épargne à 1,5 %, il y a le bon de caisse à 2 % etc...

Le problème est le suivant (selon moi) :


ANGELA MERKEL ET SARKO, ARRETEZ DE FAIRE LES PITRES !

Revenir en haut Aller en bas
noann



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 12:53

iomi a écrit:
Les anglais n'ont pas adopté l'euro certes, mais ils touchent les subventions de la politique agricole commune autrement dit la PAC tout comme nous ou les allemands.

Ce que tu dis à propos des Allemands qui n'auraient pas du .......... peux-tu développer, ça m'intéresse. Tes connaissances sur l'histoire et le fonctionnement de l'EUROPE n'intéresse d'ailleurs surement pas que moi

Non je n'y connais rien en fait.

Certes cette puissance économique ne pouvait pas échapper à la construction européenne, mais le social compte aussi, pas seulement la politique, or l'Allemagne me semble à ce titre très différente

Je constate aussi que si l'Allemagne a figuré dans les précurseurs de l'E.U., c-à-d quand le vent était en poupe, son attitude change avec la bise. Mais peut-être est-ce une particularité du parti Merkel. Que pense le quidam allemand de l'Europe ?

Je pense qu'on aurait dû éviter la course à l'expansion. La Grèce, l'Espagne et le Portugal ont des économies très différentes, à mon avis incompatibles avec les autres. L'Europe des 25... un leurre ?

Attali disait que l'euro ne servirait à rien sans unification des politiques fiscales et économiques.

Je livre mes idées à brûle-pourpoint... Mais je n'ai pas approfondi en fait.

Mais un exemple : un livre qui coûte 5 euros en France coûte 7 euros après la frontière. Comment voulez-vous que l'Europe existe dans ces conditions ? A quoi sert l'euro si les politiques économiques sont si différentes ?
Revenir en haut Aller en bas
noann



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 12:56

iomi a écrit:
j'ai oublié? les Anglais au contraire de ce que tu écris font partie de l'union économique depuis 1973

Oui très juste.

Tu vois je n'y connais rien, j'aurais mieux fait de me taire.

Ouf, mon bas de laine commence à respirer. Si les cours remontent, je n'aurais rien perdu.
Revenir en haut Aller en bas
noann



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 13:58

iomi a écrit:
Tu n'as pas à te taire si non pourquoi participer ? Tu ne sais pas ? Il y a bien des choses, j'en suis sur, que tu sais et que j'ignore. Il faut simplement ne pas prendre l'écris toujours au premier degré.
Je me méfie un peu des forums. Vers 2003-2004 j'ai fait un court séjour en hopital psychiatrique en forums, les prises de tête, voire insultes, m'ont personnellement ébranlé, venant de personnes qui cherchaient un exutoire.

Oui il faut juste ne pas prendre tout au premier degré, tu le dis très justement, mais tout le monde le sait-il, et le veut-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 16:41

Bref passage sur ce fil, bref passage sur LU, bref passage, quoi, entre deux cartons et tout et tout et plus que tout.

Si je puis me permettre : je n'ai pas suivi depuis un bon moment, mais j'y reviendrai.
En attendant, bien sûr que tous les avis peuvent être postés, y'a pas photo dans ma tête, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas possible. Si un lieu d'expression ne peut pas admettre l'expression des uns et des autres, autant aller pêcher le thon en haute mer, voyez.

Donc noann, tipeu voui voui.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
noann



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 17:27

iomi a écrit:
Tu n'existes qu'a travers un pseudonyme.

Oui, mais en cas d'agression il y a quand même une âme qui trinque, derrière

Mais bref, je dois m'habituer.

Je me demandais, pour en revenir, si l'Europe n'était pas une utopie.

L'Europe avec la Turquie, surement

L'Europe des 25 ou 28, à mon avis oui aussi, eu égard à la disparité des lois, des modes d'économie et de fiscalité, des régimes sociaux

Dans le fond, n'aurait-on pas du en rester au Bénélux ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 17:28

noann a écrit:
Oui, mais en cas d'agression il y a quand même une âme qui trinque, derrière
Personne ne devrait oublier ça.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
noann



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 17:35

Romane a écrit:
noann a écrit:
Oui, mais en cas d'agression il y a quand même une âme qui trinque, derrière
Personne ne devrait oublier ça.

Je pensais justement qu'il serait bon de taper sur son clavier en imaginant que celui qui lira le message est un malabar juste derrière.

De même, j'ai quelquefois malmené des "écrivains" (faut dire qu'avec ce qu'on publie). Mais je me suis dit un jour : qui es-tu pour jouer à ça ? aimerais-tu être considéré avec aussi peu de mansuétude ? Es-tu si parfait pour juger ? Et si le malheureux se trouvait un jour face à toi ?
Et surtout : tu n'as pas l'impression de te couvrir de ridicule, en critiquant des écrivains renommés ?
Fruit de ces réflexions : remise en question. On devrait toujours se considérer comme le plus minus du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 17:38

noann a écrit:
On devrait toujours se considérer comme le plus minus du monde.


Non, ça c'est exessif....Juste "pas péter plus haut que son cul " comme disait ma grand-mère...
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   Ven 21 Mai 2010 - 18:24

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-terre-a-qui-appartient-elle-75308?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

Le Moyen Age n'est pas capitaliste, même si les banquiers apparaissent très tôt.
Ils ne l'est pas parce que l'argent en temps que tel n'a pas de valeur, le peu qu'on les riches, ils se dépêchent de le dépenser parce que la dépense montre la générosité, on est dans une société du don (pour ceux qui ont de quoi donner) où la seule vraie richesse est la terre, où on laisse des terres communales ou de "Vaine pâture" à ceux qui n'en ont pas. Un système qui permet la survie des plus pauvres.

" Quels sont les éléments constitutifs du capitalisme qui n'exitent pas dans l'Europe médièvale?
Une alimentation suffisante et régulière en métaux précieux ou en monnaie papier.
Hors jusqu'à la fin du XVème siècle la monnaie manque, on est dans une économie de troc, de paiement en nature. ce n'est qu'après la découverte de l'Amérique et le transfert régulier en Europe de masses de métaux précieux, or et argent que cette première exigence du capitalisme fut satisfaite.
Une deuxième condition fut la formation, à la place de la multiplicité de marché qui avait fragmenté l'usage des monnaies imparfaitement réglé par les foires et les Lombards, d'un unique marché qui qui ne se constitua qu'à partir du XVIème siècle, et qui n'est d'ailleurs pas encore entièrement achevé, à travers une succsession de mondialisations.
La troisième institution décisive fut l'appartion d'un organisme qui n'avait pas réussi à s'imposer à Anvers au XVème et qui s'établit enfin à Amsterdam en 1609: La Bourse"
Source: Le Moyen Age et l'Argent: Jacques le Goff

jacques le Goff est notre plus grand médiéviste, c'est son dernier essaiqui vient de paraître.

L'Europe n'existe pas.
Juste celle du fric, donc du Capital, que ce soit à 6 ou à 57, ou plus, c'est juste une mécanique.
La vraie Europe serait celle des peuples , de la culture et du social, on en est loin.
Ils n'ont pas sauvé la Grèce, ils se sont auto protégé au moins provisoirement contre les "marchés" autrement dit les spéculateurs, enfin ils ont fait semblant de croire qu'ils se protégeaient parce que la spéculation se nourissant d'elle même repart de plus belle.

Et ne me demandez pas de plaindre les actionnaires qui perdent des sous, qu'ils soient petits ou gros, ils sont tous à fourrer dans le même bas de laine!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire du capitalisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire du capitalisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'histoire du capitalisme
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» HISTOIRE DE LUMUMBA
» Revue "Les dessous de l'Histoire" (Jacquier)
» la peinture hyper réaliste Histoire de l'Art

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: