Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La femme habillée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yugcib

avatar

Nombre de messages : 796
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: La femme habillée   Mer 16 Juin 2010 - 8:52

La femme habillée serait-elle plus « attirante » que nue comme un ver ? C’est possible… Lorsque ce qu’elle porte et la manière dont elle le porte lui sied au plus vrai, au plus intime, au plus émouvant de ce qu’elle est et qui émane d’elle...
Et le regard dont j'étreins alors cette femme, ce regard à oser dire vrai qui est le mien et tel qu'il respire jusqu'à même haleter, soudain jailli du ciel comme un éclair de foudre blanche, vitrifie toutes ces laideurs que j'ai du monde, éteint toutes ces violences que je porte contre le monde... Et même toutes les morts me deviennent comme irréelles ou incongrues... Et le temps qui passe n'a plus d'espace... Ce sont des hardiesses et des inspirations qui me viennent et non plus ces hésitations, ces « pourquoi » et ces « comment » si lourds à porter...
Et je me plais dans ce regard dont j'étreins une femme lorsque cette femme porte sur elle ce qui la fait être elle, elle seule au monde et pas une autre... J'aime la femme qui fait de son apparence non pas une afféterie afin de plaire devant le monde ou de suivre une mode, mais un don d'elle même, un don de ce qu'elle porte en elle de vrai et d'unique et qu'elle exprime de la manière dont elle s'habille, se coiffe, s'arrange...
Cela dit, il y a dans la nudité quelque chose d'émouvant et d'intime qui ne devrait jamais être pornographié...
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La femme habillée   Mer 16 Juin 2010 - 10:06

Je verse dans l'espace conversations ce fil, Yugcib, tu me diras si tu y vois un inconvénient. Parce que je trouve qu'il est propice à voir suivre un débat, il s'agit plutôt d'un article que d'une oeuvre littéraire, même si tu le formules vachement bien, comme toujours.

D'ailleurs je trouve ta formulation élégante, un hommage même. Je l'ai souvent pensé ainsi, sans jamais parvenir à le dire avec autant de finesse.

Ainsi donc je suis d'accord avec toi. Le déclic m'est venu un jour que je regardais des gens danser, pendant une pause d'un soir de réveillon. Une femme plus particulièrement, a attiré mon regard. Une dame d'un certain âge déjà, qui évoluait entre les bras de son époux. Sa particularité était précisément la robe qu'elle portait. On aurait dit qu'elle avait été sculptée sur elle, belle, classe, originale sans être excentrique, simplement pas ordinaire. Sur elle, ça donnait une alchimie absolument BELLE. Il me semble me souvenir que je n'ai plus eu l'envie de danser, tant ce tableau était charmant et suffisait à combler mon regard et les sensations qui en découlaient : une sorte de bien être, d'harmonie, un plaisir sans nom à regarder évoluer cette femme.

Mais alors, pourquoi toutes n'ont pas ce tilt capable de les rendre singulières et harmonieuses ? Car nos yeux traversent d'autres femmes sans vraiment s'y arrêter, comme si elles étaient transparentes ; leur "don" n'existerait pas ?

Parfois, c'est leur regard, leur sourire, la luminosité de leur visage, qui offre ce que l'habit n'offre pas. Parfois c'est le geste qui fait tout.

Il y a mille manières d'être, je crois. Sauf que certaines sont affublées du don du choix, d'autres moins. J'ai connu des femmes qui savaient absolument se mettre physiquement en valeur, mais dont rien ne se dégageait si ce n'est une sorte de vitrine n'inspirant que le côté esthétique, sans plus de profondeur. Comme une brillante coquille dont l'intérieur serait terne.

Alors ça doit venir d'ailleurs.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: La femme habillée   Mer 16 Juin 2010 - 12:40

Et la "beauté" d'une femme mal fagotée qui dit des choses passionnantes...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La femme habillée   Mer 16 Juin 2010 - 12:41

lucaerne a écrit:
Et la "beauté" d'une femme mal fagotée qui dit des choses passionnantes...

Voilà.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
yugcib

avatar

Nombre de messages : 796
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: La femme habillée   Mer 16 Juin 2010 - 13:08

... J'ai de tous temps vu des femmes "vieilles" ou jeunes, filles très jeunes et même fillettes, "mémères" opulentes ou "osseuses et fil de fer"... qui, quelque visage qui soit le leur... et qui, même si elles se fussent vêtues d'un sac de patates... m'ont paru "à nulle autre pareille", d'une élégance et d'une délicatesse quasiment "surréalistes" (et à coup sûr très émouvantes)...
Assurément il doit y avoir une manière, une sorte d'art, et quelque chose d'absolument indéfinissable, pour une femme, à porter un vêtement, ne fût-ce qu'une pièce brute de tissu, un chapeau, une écharpe, un sac à main...
...Sur mon site dans la catégorie "VISAGES", dans un épisode intitulé "L'ermitage", je raconte une anecdote (une petite fille dans un jeu)... J'avais 8 ans... L'un de mes premiers émerveillements, en quelque sorte...
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La femme habillée   Mer 16 Juin 2010 - 13:14

Tu peux nous la raconter aussi, nous nous en régalerons.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
yugcib

avatar

Nombre de messages : 796
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: La femme habillée   Jeu 17 Juin 2010 - 14:17

...Voici donc l'histoire :

L’Ermitage

Dans les années 1955 - 1956 à Cahors le jeudi, jour de congé scolaire j'allais à " l' Ermitage ". L' Ermitage était une sorte de Centre Aéré, un peu comme une colonie de vacances où les enfants des écoles passaient la journée.
Pendant toute la durée de l'année scolaire on y allait le jeudi mais pas à l'époque des vacances. Les enfants dont les parents travaillaient s'y rendaient pour la plupart d’entre eux, des enfants d'ouvriers principalement. Depuis le Centre situé tout au sommet d'une colline l’on dominait à perte de vue toute la boucle du Lot et la ville de Cahors avec le Pont Valentré et la Barbacane.
Un environnement tout à fait enchanteur, des sous-bois, un vaste pré à l'herbe tendre, des fleurs sauvages, des chemins de promenade et toutes sortes de " cachettes ", des légions d'oiseaux, des quantités de petites bêtes. Dans le grand bâtiment qui ressemblait à une école pour les vacances, il y avait une immense salle de jeux, un réfectoire bien plus gai que celui du Lycée Gambetta, où l'on y mangeait surtout beaucoup mieux : du beefsteak ou du poulet avec des frites presque à chaque fois, et des gâteaux pour le dessert. Sans compter le goûter, où l'on servait du chocolat au lait. Le dortoir était aménagé dans un espace qui ressemblait à un grenier, on y faisait la sieste, mais surtout des batailles de polochon. Je me souviens en particulier dans les rares moments de calme de cette " sieste ", de ces instants merveilleux en lesquels je me sentais si fortement relié à tout ce qui m' entourait, où j'éprouvais un sentiment de sécurité et de bien-être absolus, comme si la vie tout entière devait toujours être ainsi.
J'aimais beaucoup aller à l' Ermitage, seulement mes parents ne m'y envoyaient pas systématiquement tous les jeudis ; c'était bien mieux que de rester tout seul à la maison avec des tas de jouets et de petites autos qui ne m'amusaient guère, à attendre que Maman revienne des commissions avec au fond du filet à provisions, un gros pain de pâte à modeler. A l' Ermitage, il y en avait des tonnes de pâte à modeler, et de toutes les couleurs, et bien d'autres choses encore, des jeux de construction géants, des boîtes de peinture, des déguisements... On s'y préparait à toutes les fêtes, Noël, Carnaval, entre autres. Et puis, surtout, il y avait des filles ! Avec des filles c'était bien plus marrant et plus sympathique... Mais aussi nous étions plus hardis, les garçons, plus enclins à des " coups pendables ", et il fallait que les éducateurs et les personnes qui nous encadraient, aient vraiment comme on dit, " quelque chose dans le pantalon " pour venir à bout des " fortes têtes " que nous étions tous chacun à notre façon.
J'aimais beaucoup les petites filles parce qu'en général elles étaient bien plus gentilles que les garçons, sauf quand elles se mettaient à discuter ensemble à voix basse en se chuchotant des choses à l'oreille et en nous regardant de loin. Dans ces moments là, lorsque je me sentais la cible de leurs regards et que j'entendais leurs rires de petites chèvres sauvageonnes, j'avais nettement l'impression qu'elles se moquaient de moi. Pour la plupart, elles étaient assez sauvages, solitaires ou timides. Il y en avait peu de délurées, et pour s'en approcher, jouer avec elles, il fallait tout doucement les apprivoiser. Il y en avait de laides et de belles. Mais elles étaient toutes mystérieuses et imprévisibles. La plupart des garçons jouaient les durs et rivalisaient entre eux de fanfaronnades, "roulant leurs grosses mécaniques", mais les filles n'étaient pas impressionnées pour autant. Quand aux plus délurées, elles battaient les garçons pour les " tours de cochon ". De préférence, si le pouvais, je jouais et m'amusais plutôt avec les petites filles. Je n'étais pas mauvais en dessin, assez imaginatif, j’excellais en pâte à modeler et aussi pour raconter des histoires, faire rire en imitant des grandes personnes dans des situations grotesques et caricaturales. Les petites filles aimaient tout cela. En leur compagnie j'avais envie de " m' éclater ".
Je n'aimais pas beaucoup les jeux brutaux des garçons, les jeux de ballon où l'on fait deux équipes. Dans ces jeux là, je me souviens, il y avait toujours deux " durs ", deux meneurs, qui au départ afin de former chacun leur équipe, s'alignaient à dix pas l'un de l'autre puis " faisaient les pas " jusqu'à ce que le pied de l'un recouvre le pied de l'autre. Alors ce dernier pouvait choisir en priorité. Autant que je me souvienne, Sembic, on le prenait jamais, ou toujours en dernier, parce qu'il était toujours dans la lune et qu'il ratait le ballon trois fois sur quatre.
Avec les filles, on faisait pas les pas. Et c'était presque toujours " hyper drôle ". Je crois bien que c'est à l' Ermitage, que pour la première fois de ma vie, j'ai commencé à prendre conscience de la magie de la Féminité.
Entre autres jeux, il y en avait un que j'aimais beaucoup, c'était celui de la ronde où, à un certain moment, quand on disait " embrassez qui vous voulez ", celui qui se trouvait au milieu devait effectivement embrasser celui ou celle qu'il avait choisi.
J'avais remarqué depuis quelque temps une petite fille que personne, aucun garçon ni même aucune fille n'embrassait jamais. Elle n'était pas très jolie, de visage. Et même pas jolie du tout. Très maigre, un vrai fil de fer ! Mais, je ne sais pas pourquoi, il y avait quelque chose en elle qui m'émouvait beaucoup : c'était peut être dans la façon qu'elle avait de porter ses vêtements. A chaque fois qu'elle venait à l' Ermitage, ses effets, de très bonne coupe, lui donnaient une allure de jeune fille. Ce jour là, elle portait avec autant de grâce que de délicatesse une petite robe ras du cou, sans manches, dont le bas était au niveau de ses genoux, et cette robe lui allait fort bien. Presque une robe pour jeune fille, pincée à la taille exactement comme il faut, d'un ton gris bleu, avec des petits oiseaux dessinés sur un côté de la poitrine. On aurait dit que cette robe et surtout la manière dont elle la portait, mettait en valeur quelque chose d'elle qui ne se voyait pas, qui était à l'intérieur d'elle même dans son coeur. Je revois encore son petit visage aux traits anguleux et accusés, ses cheveux en bataille, son cou, sa nuque, ses petits bras très fins, ses jambes comme des baguettes de pain, ses petits pieds dans des chaussures à bride...
Oui, vraiment, elle m'émouvait très fort. J'avais envie d' être l' élu du milieu de la ronde pour l'embrasser, elle, et pas une autre. Le miracle se produisit : cela faisait déjà un bon moment que trois ou quatre filles en face de moi, se poussaient du coude en rigolant très fort et exhortaient l'une d'entre elles, la plus belle, mais aussi la plus délurée, à se faire remarquer par le garçon opulent qui, à ce moment là, se trouvait au milieu. Naturellement elle fut choisie, et à son tour, elle se mit au milieu de la ronde. Après avoir exécuté quelques pitreries, fait semblant d'hésiter, après deux ou trois clins d'oeil très moqueurs, et les rires redoublés des autres filles, elle s'approcha de moi et déposa sur mes joues, ou plutôt presque sur mes lèvres, deux, trois, quatre gros baisers baveux et fortement appuyés, avec un énorme sourire, un regard de feu et de glace à la fois. Je n'en demandais pas autant, mais je lui en ai gardé une reconnaissance infinie, car, de ce baiser, elle m'ouvrait la porte du ciel...
Au moment où je pénétrai dans le cercle, avant même d'avoir atteint le milieu, un grand silence se fit, à tel point qu'on pouvait entendre les rumeurs de la ville dans le lointain. L'instant semblait solennel car chacun peut être se demandait bien quelle fille un garçon tel que moi allait embrasser. J'avais, disons, une certaine popularité, à l' Ermitage, mais qui ne jouait pas forcément en ma faveur. Sans hésiter, mais tout tremblant d'émotion, avec presque des larmes dans les yeux, le coeur battant, et, avec de la tête aux pieds une immense sensation de bien-être, je m'approchai donc de cette petite fille que j'avais si souvent remarquée et qui m'avait tellement plu à cause de ce que j'avais vu en elle au delà de ses traits accusés et si peu engageants. Je ne fis pas comme tant d'autres, deux ou trois fois le tour de la ronde, faisant semblant d'hésiter... J'allai tout droit au but.
Une main en avant, les doigts tendus, j'effleurai délicatement sa nuque, juste sur le bord de sa robe, et très doucement je l'embrassai sur l'aile du nez, légèrement en dessous de la paupière. Sa peau était très douce, et je me souviens alors très précisément d'une odeur qui s'apparentait à celle des jeunes feuilles de platane au début de l'été après une pluie d'orage. Je me tenais si près d'elle, que je pouvais percevoir le léger mouvement de sa robe contre moi. Elle se raidit alors, mais cela n'était pas de la répulsion puisqu'elle ne me repoussait pas, et qu'elle me laissa même l'embrasser de l'autre côté également. Je perçus un léger craquement au niveau de son épaule : elle était tellement frêle !
Des rires énormes, des " Ah " et des " Oh ", fusèrent de toutes part. D'un côté cela me faisait rire et m'amusait parce que je comprenais tellement leur réaction qui ne m'étonnait pas du tout, mais d'un autre côté je souffrais en même temps parce que je savais que ces rires incongrus et moqueurs pouvaient blesser cette petite fille si fragile...
Comme elle ne s' avançait pas à son tour selon la règle du jeu, au milieu de la ronde, on lui donna un gage. On lui demanda tout simplement de s'asseoir à mes côtés jusqu'à la fin du jeu après avoir cependant désigné quelqu'un d' autre pour aller à sa place au milieu. Pendant tout le temps que dura encore le jeu, nous nous tenions donc étroitement blottis l'un contre l'autre et c'est à peine si nous nous sommes regardés. Nous n'avons pas non plus échangé un seul mot. J'ai seulement vu, lors d'un imperceptible croisement de regards, le sourire d'une petite fille qui n'avait pas l'habitude de sourire. Mais j'étais tellement heureux de cet évènement !
Pendant plusieurs semaines, je ne revins pas à l' Ermitage. Sans doute à cause de l'une de ces bronchites à répétition dont j'étais coutumier dans mon enfance et qui faisait le désespoir de ma mère parce qu'à chaque fois elle devait demander des jours de congé. Jusqu'à un jeudi matin du mois de juin où, sur la place Thiers, en attendant le car, alors qu'il avait plu toute la nuit, on pouvait sentir l'odeur des feuilles de platane. Elle ne se trouvait pas là ce matin, ni au moment du rassemblement ni dans le car. Je ne la revis plus jamais. A l' Ermitage, les jeux continuèrent, c'était toujours aussi drôle. Mais je n'ai plus voulu participer au jeu de " embrassez qui vous voulez ", je ne concevais pas en effet de devoir en embrasser une autre. Je la devinais partout, elle était encore là, éternellement présente, et, à chaque fois, avec une robe différente.
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
yugcib

avatar

Nombre de messages : 796
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: La femme habillée   Jeu 17 Juin 2010 - 15:06

Mon plus grand bonheur, vraiment le plus grand de toute ma vie, celui qui m'a fait dire « c'est pour ça que je ne me suis pas suicidé dans le ventre de maman avant de venir au monde »... C'est d'aimer les femmes de la manière dont je les aime et de me plaire autant dans cette manière de les aimer...
J'ai passé des années et des années de ma vie, depuis mon enfance, à ne pas oser l'écrire et encore moins à le dire... Et je pense découvrir en osant l'écrire ou le dire, que toutes ces femmes et toutes ces filles qui m'ont émerveillé et dont j'ai parfois frôlé les étoffes, pourraient bien aimer être ainsi aimées...
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
Marylen
Electrocuteuse Innée
avatar

Nombre de messages : 1728
Age : 64
Localisation : Chez Cro-Magnon
Date d'inscription : 10/07/2004

MessageSujet: Re: La femme habillée   Jeu 17 Juin 2010 - 15:36

Je
Je
Je
ne dirais rien d'autre que...je reste bouche béeeeee
Revenir en haut Aller en bas
yugcib

avatar

Nombre de messages : 796
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: La femme habillée   Jeu 17 Juin 2010 - 20:19

... Je viens de recevoir sur ma boîte mail un commentaire portant sur l'ensemble de mes textes publiés sur le blog de Sud Ouest (Paroles et Visages) ouvert en février 2010 (et qui contient 80 textes et articles)... Un commentaire qui m'étonne au plus haut point... et me suscite cette réflexion (qui avait déjà bien mûrie si je puis dire) : "Si je comprends bien, il me faudra désormais prendre conscience du fait qu'à "un certain niveau d'écriture et de réflexion (et de poésie)" je me devrais en quelque sorte d'avoir à coeur de conserver l'acquis !
... C'était un peu la raison pour laquelle sur ce blog là (Paroles et Visages) je m'étais attaché à "bien" sélectionner mes textes... (et je vois le résultat)...
C'est vrai que depuis 2005 je suis "extrêmement prolixe" (mais que cette prolixité parfois me nuirait)...
J'ai l'impression que sur les forums où je m'exprime par ailleurs, il me faudra tenir compte je crois, de "quelques nouvelles données"...
Mais j'avoue que sur au moins 1 ou 2 de ces forums (où l'on me laisse tout dire) je "pousse parfois un peu mémé dans les orties"... C'est comme tout, "ça se gère" !
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: La femme habillée   Ven 18 Juin 2010 - 0:31

Un texte délicieux et sensible, tout frémissant. On perçoit parfaitement chaque détail que tu décris. Un vrai talent de conteur !
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La femme habillée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La femme habillée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adieu ! Femme habillée en noir
» La femme-squelette
» Un homme déguisé en femme
» Lulu Femme Nue de Davodeau
» La femme noire et ses artifices....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Detente :: Blabla-
Sauter vers: