Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yugcib

avatar

Nombre de messages : 796
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: "La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]   Dim 20 Juin 2010 - 8:43

Il y a la littérature dont on se nourrit et qui enrichit notre esprit, par la lecture déjà, de toutes sortes d'ouvrages de tous les genres et de toutes les sensibilités ; par la connaissance de ce que le monde et de ce que les gens sont faits ou ont fait... Et l'on peut dire de cette littérature là, qu'elle est celle à laquelle on pense le plus... qu'elle constitue un “bagage”, ou une “référence”, et dans une certaine mesure, qu'elle nous “ouvre ces portes” par lesquelles on entre dans le “grand salon de la Relation”... Et il est certain que, sans cette littérature qui nourrit et enrichit, ou si cette littérature est seulement une enveloppe superficielle qui nous recouvre... l'on ne peut que difficilement entrer dans le “grand salon”, et qu'à dire vrai, l'on entre plutôt dans des salles de bistrot ou des salles à manger salon de petits pavillons de cités...
Il y a la littérature que l'on produit soi-même pour autant que l'on devienne acteur, ou auteur ou créateur et qui vient de l'imaginaire, de la vision, de l'émotion, de la réflexion, de la voix et donc de l'expression que l'on porte en soi... Et la “drogue dure”, c'est cette littérature là... Qui à mon sens, tendrait à “faire perdre” la conscience de la nécessité de la littérature qui nourrit et enrichit... Et qui de surcroît, tendrait aussi par une dimension élargie et diverse de la production s'il en est, à nuire à celui qui en est comme “drogué”...
L'équilibre est difficile à trouver entre la nécessité de cette littérature dont on se nourrit, et le besoin de la littérature que l'on produit...Car le temps qui passe n'est jamais extensible et l'inclination à produire demeure forte, exactement comme un besoin de drogue...
Mais ce que l'on produit ne peut se passer de ce dont on se nourrit et s'enrichit... Ce que l'on produit par dépendance quasi exclusive à la production, finit par perdre en partie sa valeur, par se dénaturer, par se déliter de ci de là, en petites pièces éparses sans intérêt réel ou encore en d'autres petites pièces incongrues voire disgracieuses dans le puzzle... (l'un des effets pervers de la “drogue dure”)...
La littérature dont on se nourrit, tous ces livres lus, tout ce qui est vu et su après avoir été recherché, et qui a été ou qui a pu être retenu... Cela aussi peut être une “drogue dure”... Mais dans une “moindre mesure” à mon sens, et avec des “effets secondaires” moins pervers parce que plus “gérables” au quotidien notamment dans la relation avec ses proches ou avec ses amis, dans la manière d'organiser son temps, par exemple... L'effet sans doute le plus pervers me semble être alors celui de la certitude acquise, ostentatoire et sans cesse confortée, du “bagage” que représente un acquis de connaissances, de lectures, de savoirs... Une certitude en soi derrière laquelle on peut se retrancher, ou dont on peut s'enorgueillir outre mesure... À noter qu'il y a également dans le fait de produire de la littérature, le même “effet secondaire” pervers : cette certitude confortée et ostentatoire de ce que l'on produit, sous-tendue par une conscience aiguë voire démesurée de la valeur de ce que l'on produit...
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: "La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]   Dim 20 Juin 2010 - 10:44

Intéressant développement, Guy, qui appelle de ma part une question : qu'est-ce qu'une certitude ? J'ai bien une définition spontanée à livrer ici : celle de l'instant. Car il me semblerait réducteur de confiner l'humain à des certitudes fermes et définitives, cela voudrait dire qu'il ne possède pas la capacité de réfléchir. Or s'il lit et écrit, qu'il vit aussi au passage, comment ferait-il pour s'en tenir à une certitude datant d'un moment qu'on daterait par exemple à 1975 alors qu'il a vieilli et vécu des expériences de vie, de lecture, d'écriture et que nous sommes en 2010.

Cela rendrait stérile toute forme de mouvement, or lire, écrire, vivre, sont par définition faits de mouvements à la fois intellectuels, gestuels, expérimentaux, émotionnels, progressistes.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: "La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]   Dim 20 Juin 2010 - 14:52

Qui pourrait avoir des certitudes par rapport à ses lectures, et qui pourrait en tirer vanité en réfléchissant un peu ?
Parce que je peux dire sans mentir que j'ai beaucoup, beaucoup lu, et que je lis encore pas mal. Mais ce n'est qu'une goutte d'eau par rapport à tout ce qu'il reste à lire. Et d'ailleurs, tout ne mérite pas d'être lu, dans le sens où nombre de livres, même intéressants, ne nous plairaient pas du tout.
Tirer gloire d'avoir beaucoup lu, c'est ne pas bien avoir compris le message d'humilité et de patience que nous transmettent les livres.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: "La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]   Dim 20 Juin 2010 - 22:04

J'aurais même tendance à penser que plus je lis, moins j'ai de certitudes, plus les possibles sont nombreux, les questions engendrent des questions qui engendrent des questions... Et c'est cela finalement qui est passionnant : prendre conscience du nombre infini d'états d'esprit, de points de vue, d'opinions, d'errances... la richesse humaine quoi.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: "La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]   Dim 20 Juin 2010 - 22:13

Voilà ! La boucle est bouclée, d'ailleurs je répondais à Thierry sur un autre fil que le livre qui m'a fait le plus de bien est celui de Bateson (Vers une écologie de l'Esprit), justement en raison de "l'ouverture sur tous les possibles".

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "La littérature est une drogue dure" (Denis Bélanger)
» "La littérature est une drogue dure" [Denis Bélanger]
» Votez pour vos romans de littérature jeunesse préférés!
» BEOWULF : l'épopée fondamentale de la littérature anglaise.
» Littérature hispanophone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: