Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les manipulateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Les manipulateurs   Lun 21 Juin 2010 - 20:44

Extraits du livre "Les manipulateurs sont parmi nous" d' Isabelle Nazare-Aga

Ces 30 critères permettent de déceler un manipulateur.
Si quelqu'un répond à 14 de ces critères, il est manipulateur.


01.Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle
02.Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes
03.Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions
04.Il répond très souvent de façon floue
05.Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations
06.Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes
07.Il fait croire aux autres qu'ils doivent être parfaits, qu'ils ne doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions
08.Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l'air, dévalorise et juge
09.Il fait faire ses messages par autrui
10.Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner
11.Il sait se placer en victime pour qu'on le plaigne
12.Il ignore les demandes même s'il dit s'en occuper
13.Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins
14.Il menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert
15.Il change carrément de sujet au cours d'une conversation
16.Il évite ou s'échappe de l'entretien, de la réunion
17.Il mise sur l'ignorance des autres et fait croire en sa supériorité
18.Il ment
19.Il prêche le faux pour savoir le vrai
20.Il est égocentrique
21.Il peut être jaloux
22.Il ne supporte pas la critique et nie les évidences
23.Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres
24.Il utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui
25.Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé
26.Il flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous
27.Il produit un sentiment de malaise ou de non-liberté
28.Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d'autrui
29.Il nous fait faire des choses que nous n'aurions probablement pas fait de notre propre gré
30.Il fait constamment l'objet des conversations, même lorsqu'il n'est pas là.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91107
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 1:53

Je n'aurais pas imaginé qu'on puisse dresser facilement une liste telle que celle présentée par Isabelle Nazare-Aga. J'imaginais plutôt le manipulateur comme quelqu'un de fuyant, sur lequel il est impossible de poser des marques.

Un autre truc qui m'agace profondément et que je ne sais pas à quoi le rattacher : quand quelqu'un n'entre jamais dans un sujet dont il est question, et qui intervient ou répond toujours à côté de la plaque, comme déconnecté du sujet.
Je ne sais jamais s'il faut attribuer cette attitude à du mépris, ou de la désinvolture, en tout cas c'est extrêmement désagréable, ça donne l'impression que tous les autres sont totalement inexistants à ses yeux. Comme le sujet de conversation lui-même. Inexistant.

Ça vous est déjà arrivé de tomber sur des gens comme ça ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 17:05

Romane a écrit:

Un autre truc qui m'agace profondément et que je ne sais pas à quoi le rattacher : quand quelqu'un n'entre jamais dans un sujet dont il est question, et qui intervient ou répond toujours à côté de la plaque, comme déconnecté du sujet.
Je ne sais jamais s'il faut attribuer cette attitude à du mépris, ou de la désinvolture, en tout cas c'est extrêmement désagréable, ça donne l'impression que tous les autres sont totalement inexistants à ses yeux. Comme le sujet de conversation lui-même. Inexistant.

Ça vous est déjà arrivé de tomber sur des gens comme ça ?

Extrait du livre:

Le non verbal

Les mots rapportent un contenu. Un message classique entre un émetteur et un récepteur est constitué d’un fond et d’une forme. Mais les influences du non verbal (les gestes, les mimiques, les attitudes, le regard, la voix, volume, débit, intonation) sont de 80%, certains parlent même de 93%. Cette influence est la plupart du temps inconsciente.

A. Le manipulateur fait de l’écoute aversive, c’est-à-dire qu’il regarde ailleurs pendant que nous parlons. Cette forme de réception est agressive et instaure une sensation de gêne chez le récepteur qui se déstabilise. C’est une stratégie chez le manipulateur qui veut montrer que votre personne ne représente rien d’important

B. Son regard est fuyant ou alors dominateur. Le regard d’une personne affirmée assure un bon contact

C. Le volume de la voix du manipulateur est soit plus fort que celui des autres, soit plus faible selon l’impact qu’il veut avoir sur ses interlocuteurs.

D. Le ton utilisé porte des messages verbaux codés.

E. Ses attitudes corporelles, imposantes ou effacées sont représentatives d’un état. (posture souvent en décalage). Dans tous les cas, il se veut hors norme, hors masse

F. Les gestes du manipulateur sont variables sécurisants, hostiles, ambigus

G. L’expression de son visage ne laisse apparaître que ce qu’il souhaite. Visiblement, il est quelqu’un qui ne se laisse pas impressionner.



Il y a donc un décalage entre le sentiment profond et ce qui est montré. Les signaux non verbaux ne trompent pas.
Revenir en haut Aller en bas
vestale



Nombre de messages : 1436
Date d'inscription : 29/01/2010

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 17:10

Et quelle différence fais-tu entre le manipulateur et le manipulateur pervers narcissique ?
Il me semble que le manipulateur pervers narcissique tente d'étouffer autrui, détruire les libertés de l'autre ?

"29.Il nous fait faire des choses que nous n'aurions probablement pas fait de notre propre gré"
Revenir en haut Aller en bas
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 17:18

Quelque extraits du livre Les manipulateurs sont parmis nous. Isabelle Nazare-Aga

Les manipulateurs sont passés maîtres dans l’art de modifier a volonté selon la personne, la situation ou le but vise, les faux visages.

· Le manipulateur dit « sympathique » est de loin le plus fréquent.

Il offre l’image de quelqu’un d’aimable au sens plein du terme, qui sait se montrer attentif aux autres et se positionne : la place que vous occupez devient naturellement la sienne. Le processus de manipulation est difficile à repérer quand il est paré de qualités agréables. Dans la nature ce processus existe aussi : par exemple, la blennie copie à la perfection le rason, petit poisson nettoyeur-associé d’un gros poisson, pour tromper sa proie et lui prélever des morceaux de bronchies et de nageoires.


Quels sont les facteurs engendrant la sympathie ?



Quelle différence entre le manipulateur dit sympathique et l’individu vraiment sympathique ?

Il n’est pas question de se méfier de tout individu sympathique et surtout de ceux qui affirment clairement et sincèrement leurs opinions, leurs désirs, leurs sentiments tout en respectant concrètement ceux des autres. Il faut savoir cependant que 60% des manipulateurs tentent de créer des relations d’amitié le plus rapidement possible en étant souriants, généreux, attentifs en utilisant la flatterie. Ceux qui sont passifs ou naïfs risquent le plus de ne pas déceler l’aspect caché quoique sympathique d’un manipulateur, parce qu’ils n’ont pas pris conscience de leurs besoins, qu’ils n’ont pas accès a leur jardin émotionnel, s’expriment rarement, ne disent pas ce qu’ils sentent.

Ce sont eux les plus vulnérables parce qu’ils fonctionnent selon le schéma inverse : refoulant un ego qui s’accommode alors des frustrations et permet la soumission, il leur est plus important de satisfaire les besoins et demandes des autres que leurs besoins personnels.

Or seule cette connaissance produit le choc nécessaire.

Comment peut-on distinguer les vraies qualités des fausses qualités ? Avec le temps, les failles deviennent des évidences. Elles sont cependant d’autant plus difficiles à accepter qu’elles concernent une figure d’autorité comme un parent ou un supérieur hiérarchique et que l’on soit persuadé de la compétence de celui-ci. En effet, pourquoi devrions-nous nous attendre à une réalité inverse ? La plupart du temps, la question ne se pose même pas.

Pourtant, chez le manipulateur au masque sympathique, les qualités qu’il met si bien en valeur masquent une toile d’araignée qu’il tisse tranquillement. Ses qualités bien réelles lui servent à dissimuler la manœuvre au milieu de comportements tout à fait acceptables voire souhaitables pour toute relation amicale et de complicité quand elle s’investit dans une tâche commune.

Un tel climat de confiance est instauré qu’il ne serait pas légitime dans ces conditions de se méfier : révisez l’idée qu’une personne sympathique ne peut pas vous faire de mal ! Et ce, d’autant que le manipulateur sympathique ne le sera que jusqu’à une certaine limite : il ne supporte pas les remarques et les reproches qu’il retournera aussitôt contre vous.
Le manipulateur timide, difficile à déceler est plutôt rare. C’est souvent une femme. Elle utilise son conjoint ou collègue pour faire parvenir ses critiques a la personne -cible, s’attribuant ainsi la caution involontaire du messager.

Il dit détester les conflits, mais les déclenche subtilement.

· Le manipulateur dictateur lui, est facilement repérable pour autant qu’il n’invoque pas des motifs, pour justifier sa violence. La peur qu’il génère y est pour beaucoup. Il est convaincu que la faiblesse affective est un défaut inconcevable dans le cadre professionnel ou personnel. Aucun sentiment ne doit faire d’ombre sur l’efficacité et la volonté d’atteindre tous les objectifs prévus. Ce que vivent et ressentent les autres, ne l’intéresse absolument pas. Pour lui, l’humain doit être parfaitement contrôlé. Toute faiblesse est du domaine de la honte et de la réprimande. Le dictateur décide seul que ses principes soient appliqués sur tous les membres de son entourage. Il peut être pervers et donc conscient de son exigence et de son autorité souveraine
Cette forme de terrorisme relationnel n’empêche pas le manipulateur de vous accuser, de vous faire passer vous, pour un monstre d’égoïsme, pour celui qui n’a rien compris, pour le premier responsable de tous les maux qui lui sont reprochés.
Sommes nous tous des manipulateurs ?

- La première différence à souligner est celle qui existe entre faire et être. Le fait de mentir quelques fois, de vous plaindre un peu ou d’être jaloux occasionnellement, ne fait pas de vous un menteur, une victime ou un possessif pour autant. Le processus d’autoévaluation globale est fréquent, mais il est erroné car on ne peut se définir par rapport un mode de comportement isolé. Par contre, si tous vos comportements relèvent du même qualificatif (p.e égocentrique) vous pouvez vous définir comme tel.

- La deuxième différence est qu’il n’y a pas de commune mesure entre faire de la manipulation et être manipulateur…



Il faut différencier un comportement passager d’une une personnalité manipulatrice.

Le manipulateur manipule parce qu’il ne peut pas faire autrement. Il s’agit pour lui d’un système de défense. Contrairement aux apparences, il ne s’affirme pas. En fait, il ne peut exister sans la présence de l’autre. Il se construit toujours par rapport à l’autre mais en introduisant une donnée fort néfaste : celle de la dévalorisation. Il ne respecte pas l’autre.

Son entourage n’est qu’un instrument l’aidant à sortir sa propre tête de l’eau. Ce n’est qu’en dévalorisant et culpabilisant qu’il se valorise et se déresponsabilise en conséquence. En nous faisant remarquer nos défauts, il ne peut qu’être différent. C’est ainsi que nous nous faisons piéger par une logique erronée mais qui fait son tout effet. Par phénomène de projection, le manipulateur reproche à son interlocuteur des lacunes ou des fautes qui sont les siennes. Alors que l’on a tendance à penser « S’il me reproche cela, c’est qu’il ne l’est pas », notre émotion nous empêche d’accéder à une perception juste de la réalité. C’est le lien qui relie ces coordonnées qui se révèle erroné.

C’est une fausse évidence qui nous piège et nous déstabilise.
Qu’est-ce qui pousse une personne à devenir manipulatrice ?

Il est le mode systématique qui permet au manipulateur de communiquer car il a constaté que l’effet produit lui donne du pouvoir. Et ce pouvoir le rassure. Le mécanisme du manipulateur est différent à mesure qu’il s’automatise
Sommes nous entourés de manipulateurs ?

Le pourcentage est de 2 à 3 %. La motivation de cette étude tient aux dégâts psychologiques qu’ils peuvent créer chez les individus de leur entourage. Le fait qu’ils soient peu nombreux ne diminue en rien le danger qu’ils représentent sachant qu’ils sont invisibles.
Le manipulateur est-il conscient de l’être ?

20% le sont et confondent ce pouvoir avec l’intelligence. Ceux-là sont pervers. La plupart cependant ne sont pas des manipulateurs conscients. Ils ne se rendent pas compte des véritables conséquences chez autrui à la perte de l’estime de soi, la confiance en soi, le malaise, le stress extrême, voire la destruction psychique avec répercussions sur le plan psychologique et physique. Ils considèrent dans tous les cas qu’ils n’ont rien à se reprocher.

L’attitude défensive du manipulateur est analogue à celle du paranoïaque. La personnalité de ce type relève de la psychose, caractérisée par la surestimation du moi, la méfiance, la défiance systématique, la susceptibilité, l’agressivité. C’est aux autres qu’elle attribue des intentions, soient mauvaises soient persécutrices.

Le manipulateur ne se remet donc pas en question. Alors quel est, dans ces conditions, son degré de conscience ? L’égocentrisme d’un manipulateur est tellement puissant qu’il est probable que ce seul facteur suffise à expliquer sa non conscience face à ce que les autres ressentent, son inconscience en général, sa désinvolture en particulier.

Si on le lui reproche, il rétorque que « c’est parce que tu le veux bien » et nous fait passer pour consentants. Oser lui opposer un refus dans tous les cas, constitue le moyen indéniable de sauver notre intégrité car il essayera par tous les moyens de rendre ce refus impossible en utilisant la culpabilisation et les grands principes comme s’il s’agissait de vérités universelles.

Il sera d’autant plus difficile de refuser aussi qu’existe un puissant désir de cohérence. En effet, quand bien même nous avons été poussé à nous engager dans une action non consentie par manœuvre manipulatrice, le simple fait d’avoir agi, crée un désir d’être et de paraître cohérent pour justifier notre comportement.

Les plus culpabilisés dans ce domaine du refus possible ou non, n’attendent même pas la demande de la part du manipulateur, ils l’anticipent.
Le manipulateur et l’éthique.

Il n’en a pas. Et parfois exerce un métier qui empêche totalement d’imaginer qu’il n’en a pas.

Sa profession lui donne souvent une garantie de respectabilité. La logique est simple : l’image que nous avons de cette profession est celle des personnes altruistes ayant « sacrifié »-comme ils aiment le dire- leur vie aux autres. Quelle meilleure couverture que de se cacher derrière d’honorables statuts sociaux ? Le manipulateur profite souvent de son statut social pour dissimuler les zones d’ombre de sa personnalité. Il affirme des choses comme des vérités alors qu’il ne fait que les interpréter. Nous y croyons, tout simplement.

Les schémas sociaux nous dictent depuis notre enfance des attitudes. L’automatisme fait le reste. Il nous permet de ne pas soupçonner cette figure d’autorité. C’est une bonne chose en général mais certains abusent de leur pouvoir. C’est à partir de faits anormaux que l’on peut commencer à douter des personnes. C’est leur intérêt, pour la sauvegarde de leur image et de leur place dans la société, de les nier. Souvent, ce sont les collaborateurs ou secrétaires qui réparent les dégâts, avant même que ceux-ci ne soient connus du manipulateur pour éviter des reproches inévitables par la suite. Dans les deux cas, il est difficile de faire accepter et reconnaître ces faits.
Ch. III. Les dégâts psychologiques et somatiques



Chacun a le droit d’exister avec le système de défense qu’il peut mais nul n’a le droit de destruction sur autrui. Voilà pourquoi, nous nous intéressons de plus près aux personnalités manipulatrices. S’il existe des gens ennuyeux, fatigants voire irritants, ces gens la ne vous détruisent pas au plus profond de vous-mêmes. Cette illusion d’existence réussie que se donne le manipulateur est inadmissible. Que se passe-t-il pour la plupart d’entre nous. 10% reste dans une forme d’indifférence affective tandis que 90% dit « Il me ronge, il me pompe toute mon énergie ». Si vous ressentez ce malaise, c’est qu’il existe un dysfonctionnement dans la relation dont vous n’êtes pas obligatoirement la cause directe.

Un contact prolongé avec un manipulateur engendre des sentiments de culpabilité, d’agressivité, d’anxiété, de peur, de tristesse qui mettent de plus en plus en échec nos stratégies de réussite et d’épanouissement. C’est une affaire sérieuse. Les conséquences organiques des ruminations et émotions négatives qui en découlent sont nombreuses. La maladie la plus fréquente due a la présence d’un manipulateur est la dépression nerveuse. Heureusement la majorité des manipulateurs n’acculent pas au suicide. Le manipulateur souvent envoie l‘autre faire soigner ses troubles. C’est alors en partie vrai car, victime d’une machination invisible, vous vous êtes rendu malade.
Le stress

Certains ressentent un énorme stress dès qu’ils sont en contact avec un manipulateur.

Le stress est la réaction de l’organisme qui, face a une nouvelle situation tente de s’adapter. Avec la difficulté, apparaissent les symptômes.

Il n’est pas alors suffisant de s’entraîner à l’affirmation de soi. Il faut savoir reconnaître le facteur de stress. Plus le stress est intense, plus les réactions psychologiques somatiques et comportementales sont importantes. Le processus passe par des déclenchements hormonaux de l’hypotalamus, de l’hypophyse et des glandes surrénales qui secrètent l’adrénaline –entre autres hormones de stress- et les glucocorticoïdes. Toutes ces substances agissent sur le cœur, la respiration, la pression artérielle. Les symptômes varient d’une personne à l’autre.

A. Sur le plan psychologique, ce peut être de l’anxiété, de la dépression, de la démotivation, de la fatigue, de la perte d’estime de soi, de l’irritabilité.

B. Sur le plan somatique apparaissent plusieurs troubles comme :

- Les troubles du sommeil (insomnies totales ou partiels, cauchemars)

- Les troubles digestifs (douleurs au ventre, ulcères, nœuds a l’estomac)

- Les troubles alimentaires (perte de l’appétit, anorexie, boulimie.)

- Les tensions musculaires (dos, cou, épaules, mâchoires)

- Dysfonctionnements biliaires (douleurs sur les côtes droites, nausées, ballonnements, gastrites, diarrhées)

- Les troubles cutanés (herpès, boutons, démangeaisons, psoriasis, chute des cheveux)

- Les troubles sexuels (inhibition du désir, insuffisance d’érection.)

- Les trouble gynécologiques (dysfonctionnement des règles, diminution de fertilité)

- Les symptômes cardiovasculaires (gêne respiratoire, modification de la respiration, augmentation de la tension artérielle, tachycardie, douleurs autour du cœur)

C. Sur le plan comportemental, le stressé peut devenir agressif ou au contraire, inhibé. Il peut montrer des signes d’hyperactivité et d’agitation ou au contraire d’hypotonie, des troubles de l’humeur (euphorique, soit dépression)

D. Sur le plan de la performance, les difficultés de concentration, les trous de mémoire, les troubles de la faculté de compréhension perturbent la productivité.



Une personne affirmée n’a pas de tendances habituelles à s’auto accuser. Le manipulateur fait en sorte que cela puisse se produire. Il a l’art, tout en se démettant des responsabilités propres à sa fonction ou à son état, de convaincre l’autre que c’est lui qui a manqué à son devoir. Ce dernier occulte alors les preuves qu’il n’en est rien et les oubliant à son insu est prêt à être convaincu.
Le manipulé, a-t-il une part de responsabilité ?



Nous portons, en partie, la responsabilité des manipulations que nous subissons quand le manque de discernement et un présumé besoin du jugement d’autrui, sont les principales causes de notre naïveté. Ainsi l’influence des autres, peut-elle être systématique voire permanente. Déceler un manipulateur relationnel, est la première étape pour regagner sa liberté á 50%. Diminuer son taux de culpabilité, sa vulnérabilité, changer ses croyances et ses attitudes comportementales, résoudront le reste.

La manipulation se branche directement, sur les circuits codifiés et pré-établis socialement qui nous régissent. Le manipulateur sait les utiliser à son bénéfice en les détournant de leurs valeurs réelles. La culpabilité, par exemple : que deviendrait la société humaine sans la notion de bien et de mal ? A la moindre occasion par colère ou frustration, nous serions libres moralement d’éliminer l’objet de nos souffrances. Par le meurtre tant qu’à faire !

Les problèmes surviennent, quand la culpabilité est exagérée, dépasse les limites du rationnel. La plupart des individus de type non affirmés ne perçoivent pas cette limite. Les manipulateurs les repèrent facilement et exploitent leurs lacunes. Mieux encore, ils s’arrangent pour que cette limite n’existe plus afin d’en abuser a leur guise.

Il faut donc apprendre à exister pour nous-mêmes tout en incluant les autres dans notre vie. Un concept irrationnel et inconscient qui nous fait craindre de nuire au bien-être d’autrui lorsque nous nous faisons plaisir, nous rend passifs, soumis, vulnérable, la manipulation.

A priori, rien ne nous oblige à nous laisser stresser et dévaloriser par quiconque. Mais le manipulateur exerce un pouvoir sur les autres réel et psychologique, puisqu’il fait appel au domaine sentimental. Contre toute attente, il dépasse l’éthique en général et notre éthique en particulier. Cette éthique de notre civilisation judéo-chrétienne, si profondément ancrée, nous fait croire qu’une mère ne peut pas vouloir de mal à ses enfants, un mari ne peut pas détruire moralement sa femme qu’il a choisi d’aimer toute sa vie, qu’un religieux ne peut tromper.

Face à cela, nous sommes vulnérables : nous ne pouvons imaginer que, des proches ou des personnes éthiquement correctes apparemment, puissent nous détruire à petit feu.

Nous allons expliquer maintenant « pourquoi et le comment » la manipulation aboutit à de tels résultats. Pourquoi peut-elle si bien fonctionner ? Quels moyens sont à prendre pour se désengager d’un tel processus ?



Ch. IV. Il culpabilise les autres.



Culpabiliser autrui est un phénomène fort courant. Il correspond au report d’une responsabilité sur l’autre, espérant que celui-ci éprouve le sentiment en question. De cette culpabilité naissent des attitudes et des comportements avantageux pour l’auteur de la culpabilisation. Qui n’a jamais eu recours à ce procédé pour amener l’autre à réagir selon son bon vouloir ou ses valeurs morales ? L’utilisation systématique de la culpabilisation produit des effets dévastateurs. Nous verrons que le manipulateur réussit à vous rendre coupable de fautes imaginaires. Cependant, certains culpabilisent les autres à outrance sans être des manipulateurs pour autant.

Fautes réelles ou imaginaires

La culpabilité est un état propre à celui qui commet une faute. La faute cependant peut être réel ou imaginaire. La culpabilité réelle, objective émane d’une violation majeure d’une règle sociale (ne pas tuer, escroquer, mentir, exploiter, faire volontairement du mal…). Notre développement corporel et psychique s’effectue sous l’influence de notre milieu socioculturel qui a mis en place des règles de savoir-vivre. Dès la naissance d’un individu, il y a selon le mode de vie familial et social : modèles, sanctions, compliments, discours, explications, principes émis verbalement etc. La famille initie l’individu aux lois culturelles du groupe social. Tout petit, l’enfant est face aux modèles du père et de la mère, puis à un environnement social plus élargi : celui de la famille, des enseignants, des figures religieuses, des amis, des médias. Notre personnalité y trouve ses références au bien et au mal. Un assassin qui n’aurait aucun sentiment de culpabilité serait dangereux pour notre société en ce qu’il ne mettrait pas de limite restrictive à ses pulsions vis-à-vis d’autrui. Le sens de la culpabilité est un sentiment normal et sain chez l’être humain, il devient pathologique lorsqu’il ressemble de près ou de loin au sentiment de faute subjective. Intense il détermine la névrose et peut devenir la source de problèmes psychologiques encore plus graves.

Un type de culpabilité subjective et inconsciente consiste à croire que nous avons fait du mal à nos parents ou à nos proches (surpasser les siens, être un fardeau, voler l’amour de ses parents ou les abandonner, trahir les siens, être mauvais profondément). Elle diminue notre estime de nous-mêmes, notre propre valeur : nous doutons de nos instincts les plus sains, les intentions les plus pures. Le seul moyen pour éviter d’affronter les situations reste la fuite : nous acceptons alors sans mot dire les accusations injustes, les mauvais traitements que nous ne méritons pas (ici, il n’y a pas de faute réelle). Ce sentiment peut se manifester par des malaises divers troubles digestifs, difficultés respiratoires, tensions dans tout le corps, troubles du sommeil ou de l’alimentation, d’anxiété latente ou permanente-, -, mais il diminue à chaque forme d’autopunition et de sabotage.

Ce qu’il y a d’étonnant dans l’existence de ces crimes imaginaires, c’est qu’ils nous rendent inconsciemment fautifs d’intentions et aspirations que nous approuvons consciemment : nous voulons réussir professionnellement, nous voulons être heureux, nous voulons avoir de bonnes relations avec autrui. Mais c’est comme si le fait d’effleurer ces objectifs nous faisait penser (inconsciemment) que nous faisons du mal aux autres.

Cette deuxième forme de culpabilité se retrouve chez de nombreux individus et le manipulateur sait la repérer de façon intuitive. Il tente de la créer (ce qui est très facile pour un parent vis-à-vis de son enfant par exemple) ou de la maintenir. Il amène à croire que ce crime imaginaire n’est pas illusoire mais qu’il existe bel et bien (envers lui tout au moins).

À partir de cet instant, la confusion s’installe. Elle est difficilement décelable puisqu’une partie de cette culpabilité n’est pas consciente et que certains d’entre nous en sont victimes. La forme de logique que va utiliser le manipulateur va donc s’inscrire sur des rails pré-établis : ceux de la logique de cause à effet. Par exemple la phrase « Ton grand-père est décédé pour que toi, tu puisses naître » s’inscrit dans le registre de la culpabilité du survivant.

C’est aussi ce même énoncé d’un principe moral chez l’émetteur qui peut devenir une culpabilisation chez le récepteur. Par exemple celle qui déclare comme une évidence « Si je n’ai pas divorcé de votre père – et Dieu sait qu’il m’a fait souffrir- c’est à cause de vous » fait de ce qui semble au premier abord l’énoncé d’un principe moral, une culpabilisation indissociable chez le récepteur.

C’est aussi un moyen de déplacer sa responsabilité ou de ne pas se responsabiliser totalement et de se retrouver au stade de pauvre victime…pour faire le bien !

Cette notion de sacrifice est un atout apprécié des manipulateurs.

Le manipulateur ne peut s’empêcher d’exprimer bien haut ce que d’autres auraient gardé pour eux afin de ne pas créer de malaise. Il se veut bon samaritain, mais chacun entend quel en est le prix et combien il souffre pour vous. Quand les enfants arrivent à une autonomie la notion d’abandon est fort bien exploitée par un parent manipulateur. Où est la faute si vous souhaitez devenir plus indépendant dans vos actes, vos choix, vos pensées ? Vous souhaitez devenir plus responsable de votre vie et vous séparer d’eux. Il n’y a aucune faute à ces désirs. Vous êtes adulte, mais le manipulateur va les considérer comme illégitimes. Ce sera pour lui de la cruauté, de l’injustice, de l’ingratitude. Vous devenez coupable de son malheur comme si le bonheur dépendait de vous et surtout de votre présence physique auprès de lui.

Tel l’exemple de Joyce qui a 20 ans et a pu finalement partir en vacances un mois sans ses parents. Elle affirme qu’elle est tout à fait libre de ses mouvements, en fait, il n’en est rien : elle doit encore mentir pour justifier un soir passé avec son petit ami. Son autonomie semble devoir se gagner en secret par le mensonge et l’hypocrisie. Ce qui est intéressant est qu’elle ne semble pas consciente que les stratégies qu’elle a mis en place sont justifiées, uniquement parce qu’elle craint d’afficher son indépendance par culpabilité d’abandonner ses parents.

Il ne lui est pas permis de faire des petits boulots et de gagner son argent de poche. En la privant d’expériences extra familiale, elle est retenue dans un milieu sécurisant, mais on lui enlève toute possibilité de s’en détacher en entretenant le lien entre la culpabilité et la dépendance. « Je gagne assez pour toute la famille », cela semble logique et c’est tout de même pratique pour le jeune adulte.

Dans cet exemple, le manipulateur sait créer la culpabilité de deux manières : par le comportement auprès de sa fille et par le discours critique devant ses enfants à propos de la mère qui n’est pas de son avis.

Le manipulateur qui culpabilise réussit même à inverser la situation qui peut se retourner jusqu’à son extrême contraire.

La réalité est là pour trouver la bonne réponse à l’accusation d’une faute prétendument commise contre toute apparence.



La double contrainte (« double bind » pour les spécialistes)

Dans une situation de double contrainte, il s’agit pour le manipulateur d’utiliser simultanément deux messages opposés qui font que, si vous obéissez à l’un, vous désobéissez à l’autre. C’est une situation aliénante et perturbante si vous ne décelez pas le paradoxe et n’en faites pas immédiatement part à l’instigateur. Exemple classique : « Je voudrais que tu m’embrasses spontanément. » Que vous embrassiez ou que vous n’embrassiez pas le demandeur, il sera insatisfait et, dans les deux cas, vous aurez tort. Quelle que soit votre attitude lorsqu’il y a présence de double contrainte, le manipulateur vous accusera de ne pas choisir la bonne solution. Il veut vous persuader de l’existence d’une faute de comportement pour vous obliger à réagir comme il le souhaite. Il démontre à sa manière, que la faute imaginaire est une faute réelle pouvant être passible de sanctions morales.

Démontez alors le cas de double contrainte et demandez lui ce qu’il préfère. Ce qui ne veut pas dire que vous devez obéir au choix de l’autre message. Cette confrontation au paradoxe n’est là que pour faire repérer au manipulateur l’illogisme du problème et lui imposer une position claire. La rationalité est le principal outil de défense.

Le « double bind » n’est cependant pas le fait exclusif des manipulateurs : ainsi, une femme peut demander à son mari de bien gagner sa vie et en même temps se plaindre de ne pas assez le voir parce qu’il travaille trop. L’idée est de trouver un équilibre.

Le manipulateur est le roi des contradictions. Le double contraint fait partie d’un ensemble de processus paradoxaux qu’il manie fréquemment.



Ch. V. Le manipulateur et la responsabilité



La démission : La démission face aux engagements, aux promesses et aux tâches incombant à son rôle spécifique (professionnel, parental) est fréquente chez le manipulateur. En se démettant de ses responsabilités, il les reporte sur autrui ou sur un système (entreprise, institution, supérieure hiérarchique). Malgré les apparences, il craint d’endosser les responsabilités. Il utilise son pouvoir de décision à des fins personnelles. Ses formes de démission face à la responsabilité sont multiples.

L’évitement : Echapper aux confrontations - qu’elles soient pacifiques ou hostiles- évite au manipulateur de s’engager (réunion) de se positionner (décision) ou de résoudre un problème (conflit). Il évite les situations qui le dérange en les reportant, en s’absentant par de fausses excuses, en prétextant leur inanité ou les minimisant au maximum ou tout simplement en refusant d’en aborder le premier mot : « On ne peut pas communiquer avec vous ! »« Je ne veux pas prendre part à vos histoires ».

L’appropriation : Le manipulateur est très fort quand il s’agit de s’approprier seul, les résultats positifs ou efficaces d’actions mise en œuvre par son entourage. Il s’en attribue systématiquement les mérites avec un aplomb qui ne laisse aucune place pour une mise au point. L’appropriation de résultats obtenus par les autres cependant, ne se fait pas toujours ouvertement.

Le report sur autrui : Une autre tactique est de reporter la responsabilité sur l’autre quand les choses ne vont pas tout à fait comme il le souhaite. Un manipulateur se voyant soudain déçu de son pouvoir de manœuvre sur un ami dira : « Qui t’a monté la tête ? »

La non-décision : Pretextant de multiples rendez-vous ou une autre occupation, le manipulateur ne se rend pas disponible pour régler les difficultés. Ses collègues n’ont pas toutes les informations et autorisations indispensables pour mener à bien le travail demandé. Collaborer avec un supérieur hiérarchique engendre un grand stress. L’incertitude sur ce qu’il est bon de faire et de ne pas faire devient une constante et provoque le doute quant aux capacités de chacun. Cela rappelle la situation du double bind : si vous ne prenez pas d’initiatives ou de décisions, vous avez tort, vous êtes qualifié d’incapable. Mais quand vous décidez seul et que cette décision n’amène pas les résultats escomptés, vous avez aussi tort et vous donnez une occasion supplémentaire au manipulateur de vous faire croire que cela est une preuve de votre incapacité. Tout se joue comme si vous deviez avoir tout pouvoir sur les événements.
Cette situation est horriblement confuse pour celui qui la vit.

Saviez-vous qu’un manipulateur peut saboter votre processus décisionnel afin que vous obteniez des mauvais résultats ? Bien sur s’il fait partie de votre équipe, il tiendra un discours de souffrance et de compassion plutôt que de l’assimiler à sa propre responsabilité. Pour se décharger de toute responsabilité, il reportera la responsabilité sur les autres (même si c’est lui qui les a influencés à prendre cette décision). Il suffit pour lui, de ne pas donner les informations indispensables. Il n’est pas clair, fuit les questions, fuit les personnes et garde les informations pour lui tout en faisant des pirouettes et parfois des rires. Le manipulateur agit en sorte que vous vous sentiez responsable des erreurs, en utilisant les croyances mises en place depuis votre plus tendre enfance. Penser systématiquement que vous n’auriez pas du faire ce choix et que vous avez donc agi stupidement est votre première faiblesse. Il va l’exploiter immédiatement comme s’il s’agissait d’une vérité, et va s’arranger pour entretenir le malaise. Apparaissent alors de puissants sentiments de culpabilité et de dévalorisation. Vous pouvez vous les créer tout seul, mais ils sont indéniablement amplifiés par cet être qui insistera sur vos lacunes et vous laissera croupir dans vos difficultés.

Si vous souhaitez lutter contre les manipulateurs, remettez en cause vos propres croyances. De fausses idées qui sont le plus souvent irrationnelles – mais vous ne le savez pas, vous y croyez- sur la responsabilité et la culpabilité vous rendent incroyablement vulnérable aux attaques d’un manipulateur.

La protection face aux manipulateurs de notre entourage implique une sérieuse remise en question de notre interprétation de la réalité. Le manipulateur est doué pour nous faire entrevoir la réalité comme il le souhaite. Di nous ne la percevons pas correctement, il réussira sans peine aucune à le découvrir et utilisera nos propres croyances pour nous déstabiliser.

L’utilisation d’intermédiaires : Le seul moyen de ne pas s’engager est de se tenir loin de tout le monde. Le manipulateur qui a besoin de vous ou d’informations que vous détenez emploie des intermédiaires. Les petits billets, les « post-it »: autant de moyens de ne pas vous laisser de droit de réponse.

Faites cependant la différence entre un message, laissé dans but de vous réduire à l’impuissance et celui qui vous permet une coordination et une communication efficaces entre plusieurs personnes. Entre le téléphone et le face- à- face, le contact direct ou le collègue ou le conjoint qui sert d’intermédiaire. A son insu, le messager devient « responsable » de ce qu’il transmet. Malgré l’illogisme de ce phénomène inconscient, cela se passe comme si, l’intermédiaire cautionnait le message du manipulateur de par la tâche qu’il accomplit (il est lui-même manipulé le plus souvent).

C’est pour le manipulateur relationnel, un excellent moyen d’une part, de dévier symboliquement sa propre responsabilité et d’autre part, empêcher le récepteur de refuser.



Ch. VI. Le manipulateur et la communication



Le manipulateur ne communique pas de façon claire et directe ses besoins, ses demandes, ses sentiments, ses opinions. Pourtant nous avons l’impression qu’il passe son temps qu’il passe son temps à nous communiquer ses propres besoins, ses jugements sur nous et sur autrui et ses opinions sur le monde. La plupart de temps nous décodons ses formules verbales et l’aspect non verbal de ses messages. Nous percevons un deuxième discours derrière le premier. Une des caractéristique inhérentes au manipulateur est l’absence de communication simple et saine avec autrui. Une écoute respectueuse existe rarement chez lui, sauf s’il a quelque chose à y gagner. Ses idées sont arrêtées comme s’il s’agissait de vérités universelles. Il est habile à glisser du particulier au général. Son discours semble logique mais il s’appuie le plus souvent sur une croyance ou un postulat erroné. Une fois les arguments avancés, nous oublions de revenir à la base même du problème. Nous sommes alors embarqués dans des discussions ou considérations qui ont un autre sens, malgré l’apparence. Il n’y a donc pas de véritable communication et les conséquences pour l’entourage peuvent être très graves.

Opacité

Pour aborder les mécanismes d’une mauvaise communication, il faut d’abord définir les critères d’une bonne communication.

Un émetteur envoie un message à un récepteur. L’émetteur est porteur d’une intention appelée « A ». Le but de l’émetteur est de bien se faire comprendre. Il fait alors en sorte que le récepteur reçoive correctement le message « A » correspondant a son intention. Dans un premier temps, la bonne communication va dépendre de l’expression du message par l’émetteur. Il est véhicule par un contenu sous forme de mots et de phrase, de non verbal aussi. Le message s’entend par l’enchainement des mots les uns par rapport aux autres et par la signification a laquelle il se rapporte. L’intention, quant a elle, reste toujours mentale et interne a l’émetteur. Si le message énoncé ne correspond pas a l’intention (intention « A » «message « B »), il y a eu interférence de la part de l’émetteur. Ces interférences appelées parasites ou filtres sont : l’anxiété, les émotions, les expériences passées, les préjugés, la culture et bien entendu, le manque de clarté. Si l’émetteur domine la présence éventuelle de ces filtres, il exprime un message clair pour le récepteur qui reçoit effectivement le message « A ». La bonne communication est celle ou l’effet perçu par le récepteur correspond à l’intention émise. Rappelons que, toute émission non claire d’un message, ouvre le champ à l’interprétation.

Prenons le cas ou l’intention s’exprime mal. Le refus de communiquer est en fait une sorte de communication. Il revient au récepteur de décoder cette forme de communication parallèle.

Le manipulateur peut fort bien choisir de passer sous silence une partie de la réalité. Le silence et le flou peuvent lui permettre quand cela s’avère utile pour lui, de modifier ses attitudes, ses prises de positions ou ses opinions en fonction de la tournure des évènements.

Etre clair, c’est être clair d’emblée – sans appeler à des questions supplémentaires. Le but est de bien se faire comprendre pour que l’efficacité soit optimale. Toutes les informations doivent être soumises d’emblée pour qu’il n’existe aucun quiproquo, aucune interprétation possible. La demande de clarification part d’une intention saine.

La manipulation fonctionne quand elle opère dans le domaine du mystère. Dans le registre de l’opacité, il existe une technique qui consiste à ne donner qu’une partie de l’information dans le but « d’accrocher » l’interlocuteur. C’est ainsi qu’existent dans diverses entreprises le système du parrainage. C’est une démarche manipulatrice par laquelle le parrain, souvent à son insu- est supposé accompagner le « nouveau » en lui transmettant les informations qu’il a reçues avant lui - « pour son bien ». Le manipulateur reste souvent flou pour :

- ne pas se sentir coincé ni découvert.

- se donner une forme d’autorité et faire croire qu’il sait mieux que tous les autres.

- nous laisser interpréter de manière à changer d’opinion

- nous dévaloriser si nous nous trompons

- se déresponsabiliser

- séduire par le mystère (cela en fait fantasmer certains sûrement)

Comment procède-t-il ?

A. Le manipulateur ne complète pas ses phrases. Si vous exprimer tout haut votre interprétation, il peut dire qu’il n’a jamais dit cela !

B. Le manipulateur utilise des mots vagues à significations multiples. Le caractère équivoque du mot employé est suffisant pour attiser l’attention dans un premier temps, puis la suspicion et le malaise dans un deuxième temps puisque le mystère reste entier. Le non-dit crée alors le trouble et la réflexion. Et puisque cela n’est pas explicite, il y aura donc du négatif à camoufler, de l’interprétation naturelle à faire. En restant suffisamment équivoque sur le plan verbal, le manipulateur a le loisir de changer facilement son intention. A la moindre réaction, il devient la personne la plus bienveillante qui soit. Il est difficile pour la victime de détailler l’aspect non verbal apparaissant simultanément pour expliquer la raison de son malaise. Les observations dussent-elles être réfutées, il n’y a plus de traces de manipulation.

C. Le manipulateur peut aussi s’exprimer avec un jargon spécifique face à des interlocuteurs qui ne peuvent pas tout comprendre. Le jeu consiste à ne pas être compréhensible. En tant qu’interlocuteur, nous avons la conviction qu’il sait beaucoup de choses et est très cultivé. Le manipulateur est en fait dans un monologue qui ne profite qu’à lui-même. Même s’il semble attaquer la pauvre société dans laquelle nous vivons, a travers Héraclite, par exemple, c’est vous qu’il remet en cause personnellement en vous faisant comprendre que vous êtes ignorants de cet auteur. D’ailleurs, les gens n’osent pas poser des questions. La preuve sociale convainc : si personne n’intervient, c’est que tout le monde comprend sauf vous ! A la fin du discours, les gens sont impressionnés par sa teneur et s’interrogent sur leurs propres facultés de compréhension. Ils sont à la fois mal à l’aise et séduits.

Le manipulateur a l’art de faire croire aux autres qu’ils doivent tout savoir tout en espérant qu’ils ne sachent pas.

Les demandes détournées

Le manipulateur ne demande pas. Il impose. Et ce, de manière intelligente : il commence par poser une question. Le récepteur pressent une demande. Le manipulateur utilise alors sa logique pour coincer l’interlocuteur. Le dialogue semble amorcé. Mais il n’en est rien. La première question est fermée c’est-à-dire qu’elle amène une réponse unique, courte comme « oui » ou « non ». Une question ouverte, au contraire, permet a celui qui y répond d’amener un développement et des nuances de points de vue. Le manipulateur le sait et c’est pourquoi il ne dévoile pas tout. Il laisse l’interlocuteur s’engager sachant qu’il est difficile de se désister même si les données sont inverses aux éléments qui nous ont poussés à promettre quelque chose à quelqu’un. En dernier lieu, les demandes mal formulées par un manipulateur sont entendues par ses interlocuteurs au niveau de leur subconscient (messages subliminaux). Alors qu’ils sont convaincus que rien ne leur a été demandé, déjà ils pensent offrir leurs services ou ont agi sur leur propre initiative !

Prêcher le faux pour savoir le vrai

C’est une des techniques de manipulation des plus notoires. La pratique courante consiste à poser une question incluant un élément erroné. C’est le moyen d’éviter à la personne de poser une question directe. Cette fois, il n’y a aucune agressivité, au contraire, le manipulateur tente de créer un climat de confiance pour obtenir une information que vous ne lui auriez pas donnée spontanément ou qu’elle n’aurait pas osé vous demander directement. Votre réaction est rapide et vous rétablissez aussitôt la vérité sur la fausse information prodiguée avec une apparente naïveté. Le manipulateur sait instaurer un climat de complicité pour diminuer la vigilance de l’interlocuteur. Il peut mentir. Pour camoufler un problème qui le tourmente. L’interlocuteur ne soupçonne pas le mensonge et sans méfiance, donne des informations apparemment accessoires. Noyées au milieu d’autres considérations, elles sont en fait le principal objet d’intérêt du manipulateur. Soyez vigilants !

Les réponses évasives

Le « A votre avis ? » est un des renvois favoris du manipulateur qui ne dévoile pas mais oblige, en quelque sorte, l’autre a dévoiler l’idée qu’il peut avoir. Il y a une inversion rapide de la situation. Le questionneur devient questionné.

La tentation du hors sujet

Le manipulateur peut soudain changer de propos en introduisant une critique a votre égard (de type général, comme par ex « il faut être humain ! » ou en cherchant à dévaloriser la manière de penser de celui qui est évoqué.

Un autre moyen de détourner la conversation consiste a transformer vos dires et vos intentions. Cela se traduit par l’interprétation en communication.

La différence, entre prêcher le faux pour le vrai, le mensonge, la demande déguisée et le sujet détournée est parfois inexistante dans les procédures de certains manipulateurs. Elles ont été dissociées afin de les nommer.

Pouvoir nommer, c’est reconnaître. La reconnaissance est la première étape vers le discernement.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91107
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 18:58

Ça fait flipper, carrément. En fait, ça fait un peu comme quand on lit un dico médical ; on se
retrouve avec toutes les maladies possibles et impossibles. Je vais essayer de regarder les gens sans imaginer qu'ils sont éventuellement des manipulateurs.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 20:36

Romane a écrit:
Ça fait flipper, carrément. En fait, ça fait un peu comme quand on lit un dico médical ; on se
retrouve avec toutes les maladies possibles et impossibles. Je vais essayer de regarder les gens sans imaginer qu'ils sont éventuellement des manipulateurs.



Laughing Ouiap ! faut relativiser... c’est quand le comportement devient constant qu’il y a manipulation.

La toute première fois, je l’ai senti dans mon corps, (comme décrit dans l’analyse), que la personne que j’avais en face de moi était manipulatrice. Étant dans une phase de fragilité, (qui a tout de même duré un an), je ne l’ai pas vu venir... Ce n’est que récemment après m’être opposé à elle que j’ai pleinement réalisé à qui j’avais à faire. Et fort heureusement pour moi, d’autres personnes de mon entourage témoin de son comportement ont abondé dans mon sens car je commençais à me demander si ça venait de moi!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91107
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 20:38

Oui. La plus grande solitude est celle de ne pas être crédible aux yeux des autres, quand ça arrive. Cela entraîne un repli sur soi, un mutisme... un enfermement, une vulnérabilité supplémentaire...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 21:00

Oui. Et je peux te dire, elle est fortiche, finalement à tourmenter les autres elle ne torture qu’elle-même dommage.
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mar 22 Juin 2010 - 23:21

Romane a écrit:
Je n'aurais pas imaginé qu'on puisse dresser facilement une liste telle que celle présentée par Isabelle Nazare-Aga. J'imaginais plutôt le manipulateur comme quelqu'un de fuyant, sur lequel il est impossible de poser des marques.

Un autre truc qui m'agace profondément et que je ne sais pas à quoi le rattacher : quand quelqu'un n'entre jamais dans un sujet dont il est question, et qui intervient ou répond toujours à côté de la plaque, comme déconnecté du sujet.
Je ne sais jamais s'il faut attribuer cette attitude à du mépris, ou de la désinvolture, en tout cas c'est extrêmement désagréable, ça donne l'impression que tous les autres sont totalement inexistants à ses yeux. Comme le sujet de conversation lui-même. Inexistant.

Ça vous est déjà arrivé de tomber sur des gens comme ça ?

Une seule fois j'ai eu cette impression face à quelqu'un. Mais je l'ai eu longtemps, puisqu'il s'agit de ma mère. Donc pendant 37 ans, j'ai eu affaire à quelqu'un qui ne vous écoute jamais, ne répond pas clairement, oublie systématiquement ce que vous lui dites et suit son idée sans tenir compte des vôtres. C'est usant.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91107
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Dim 22 Avr 2012 - 10:37

Je tombe par hasard sur cet article qui du coup fera remonter le fil :

Citation :
Ces manipulateurs savent repérer ce que l'on attend d'eux

En fait, "depuis leur plus jeune âge, ils ont appris à coller exactement à ce que l'on attendait d'eux". Mais surtout, très tôt, en raison d'une enfance souvent empreinte de carences affectives, ils ont du geler leurs affects. Ce qui les rend redoutables.

Redoutables, car ils savent jouer mieux que personne l'empathie en miroir. Et c'est là l'un des premiers jalons de leur séduction perverse. "A l'intérieur du château de Walt Disney, la réalité est toute autre. Il s'y cache un amas de toiles d'araignées", ironise Geneviève Pagnard. Et de surenchérir: "C'est comme le vendeur d'aspirateurs à domicile d'antan. Plus son aspirateur était merdique, plus il en vantait les charmes". Le manipulateur, c'est pareil. Plus son fond est sombre, plus il le masque par son contraire, avec de nobles discours teintés de respectables principes moraux. Mais cette charmante façade n'est que supercherie.

Le séducteur montre ce qu'il a de meilleur. Tandis que le manipulateur montre ce qu'il n'a pas

"Dans les premiers instants, ils sont dans une séduction extrême. C'est de la séduction classique à très haut niveau et de très bonne qualité. Ils en font trop. Ils sont trop parfaits", souligne Pascal Couderc, psychanalyste auteur de La manipulation affective dans le couple (ed. Albin Michel). C'est pourquoi il convient de distinguer la séduction de la manipulation. "Le séducteur montre ce qu'il a de meilleur. Tandis que le manipulateur montre ce qu'il n'a pas. Il trompe son monde." Difficile cependant de faire d'emblée la différence. Le meilleur moyen de s'en prémunir: "Se méfier des hommes et des femmes trop parfaits", préconise Pascal Couderc.

"Intellectuellement brillants, ils savent parfaitement manier le verbe. Ils ont de l'esprit. Ce qui leur permet de manier l'autre. Les autres, moins subtiles, frappent plus directement ", relève Pascal Courdec. Par ailleurs, "ce sont des êtres parfaitement adaptables. En société, le manipulateur cherche à se faire aimer et à se faire des alliés. Ainsi, tout le monde le trouve charmant et cultivé". Quand il a jeté son dévolu sur une victime, "il fait en sorte de s'attribuer ce qui lui appartient, car il a besoin de s'alimenter de la substance de l'autre. En cela, il ne s'intéresse qu'à des personnes dotées de qualités spécifiques". Le dynamisme, le perfectionnisme et la bienveillance d'Alice en sont des exemples notoires. Son patron la sollicitait en permanence pour apporter sa touche finale au travail inachevé. Touchée par sa bonté apparente, elle ne pouvait se résoudre à lui refuser quoique ce soit. Jusqu'au jour où, épuisée, elle osa lui opposer un refus. La riposte menaçante de son patron fut telle, qu'elle préféra abdiquer et rester. Sous peine de se voir licenciée.

Une face sombre dans l'intimité

Par ailleurs, "il est primordial d'observer ce qui peut être dissonant dans le discours", alerte Pascal Couderc. Lucie: "Quand j'ai rencontré Stéphane, il était l'incarnation type de l'homme idéal. Prévenant, doux et gentil. Deux jours plus tard, je l'ai surpris au téléphone. Il tenait des propos d'une extrême violence. Je n'en ai malheureusement pas tenu compte..." En clair, d'après Pascal Couderc, "quand quelque chose ne colle pas au personnage idéal, il est essentiel de s'y arrêter". Et d'ajouter: "Les manipulateurs ont une façon emphatique de s'exprimer. Tout le facies sourit, mais leur regard est froid." Une absence d'affect qui témoigne d'un profond vide intérieur.

Cette face sombre ne se révèle que dans l'intimité. Jamais en public. Dans le huis clos, le despote use progressivement de propos humiliants et reproches à l'encontre de sa victime. Jamais rien ne va: "Tu es nulle! Ton travail ne vaut rien! C'est mal rangé...". Mais foncièrement habile, il a l'art de procéder par ondulations. "Quand ils en ont trop fait, ils redeviennent le partenaire ou le patron charmant des débuts", renchérit Geneviève Pagnard. Par contre, quand la victime résiste, sa colère devient alors paroxystique...
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sexualite/comment-reperer-les-manipulateurs_1106871.html

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 31
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Dim 22 Avr 2012 - 11:33

Bon sang, j'ai tous les défauts cités dans le premier message, je suis donc un manipulateur invétéré.
Argl ! Je suis démasqué, fait comme un rat. Il faut que je m'exile, c'est la seule échappatoire... puits
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Dim 22 Avr 2012 - 20:07

Un com parmi d'autres mais qui dit bien que la grande force des manipulateurs est qu'on ne voit pas qu'on est manipulé. Ce qui auparaît évident, si on s'en rendait compte, ils ne réussiraient pas leurs manips
Et s'en dépêtrer est extrêment difficile, recoller ses morceaux après quand enfin on a réussi à les dégager encore plus!


"PetitPoucet - 22/04/2012 02:21:17

@NicolasD : si vous avez la malchance de croiser un(e) vrai(e) manipulateur( trice), vous vous rendrez compte de la différence. Il ne s'agit pas des petits cotes sombres que nous avons tous en nous, mais bien d'un mode de fonctionnement pervers qui "habite" l'ensemble de la personnalité. Au début ( et parfois longtemps) vous n'y voyez que du feu car ces personnes savent très bien masquer leur vrai visage. Je parle d'expérience."




Revenir en haut Aller en bas
Isa belle



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 30/04/2012

MessageSujet: Manipulateur + perverse narcissique   Lun 30 Avr 2012 - 16:18

Bonjour,

J'ai découvert ce site hier soir, j'ai donc eu une bonne lecture toute la soirée. Je viens de découvrir également que veut dire perverse narcissique.

Je vais essayer de vous expliquer mon histoire en quelque mot pour que vous y voyez plus clair.

Il y a deux ans, ma collègue à déposé plainte pour moi pour harcèlement moral. Je suis tombée plus bas que terre car je ne m'y attendais pas du tout. On s'entendait super bien, elle ne m'a jamais rien dit, tout le monde à vraiment été surpris. Cette cille a été engagée au niveau de mon secrétariat en juin 2007, elle ne connaissait rien a notre système, je lui ai donc appris tout ce qu'elle sait aujourd'hui.

L'analyse de cette plainte à été confiée à la médecine du travail, celle ci a durée environ un an, ou j'ai du répondre à des milliers de question. Les faits reprochés commence en décembre 2007!!!! Pour remonter 3 ans en arrière dans sa mémoire c'est pas très évident. Bref, quand l'analyse a été terminée, la conclusion est que je ne la harcelé pas, mais au contraire y a de la violence reconnu de sa part envers moi. Je n'ai rien fait, j'en ai quasi pas parlée à l'entour de moi, je me suis dis ok justice est faite, je n'ai rien fait et c'est reconnu. Par contre, j'attendais des dirigeant qu'ils fassent quelque chose mais non... Rien... Elle se dit d'ailleurs protégée par le président... Donc...

Y a une semaine, j'ai appris que j'étais à nouveau accusée de harcèlement mais cette fois si au niveau du parquet (justice). Et donc, ben j'ai à nouveau replongée dans tout les problèmes de santé, car je suis certaine que c'est à nouveau elle!!!

J'ai énormément de problèmes de santé, spasmophilie, l'année passée je me suis déboité la mâchoire en dormant tellement les cauchemars sont important, cette année je me suis fracturée des côtes à cause du stress, j'ai attrapée dernièrement de l'urticaire, sans parler des maux de tête, la fatigue intense (je dors toutes les après midi) je travaille d'ailleurs à mi-temps vu l'épuisement, enfin je pense que tout les symthomes reprises dans le livre des manipulateurs je les ai.

Je ne sais plus quoi faire pour sortir de ce problème, je suis épuisée et je ne vois pas le bout du tunnel!!! Si quelqu'un d'en vous a connu ou connait une solution ça me ferait plaisir si vous pourriez m'aider.

Merci Isabelle Rage
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91107
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Lun 30 Avr 2012 - 16:48

Bonjour Isabelle, et bienvenue parmi nous, malheureusement dans des circonstances pas très réjouissantes. Je ne sais que dire, puisque cela ne m'est jamais arrivé, si ce n'est que ce type de situation doit être très déstabilisant (ce n'est pas pour rien que les manifestations de ton corps se présentent telles que tu les décris).

Je pense que tu devrais en parler à ton médecin habituel, déjà. En principe, il devrait te conseiller, t'orienter et t'aider. Peux-tu aussi t'en ouvrir à un supérieur, à ton boulot ?

En tout cas, courage à toi.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Isa belle



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 30/04/2012

MessageSujet: Manipulateurs   Lun 30 Avr 2012 - 19:56

Bonjour Romane,

Merci pour ta réponse. J'en ai déjà parlée avec mon médecin traitant mais je pense qu'elle ne sait pas vraiment ce qu'est un manipulateur. Et donc pour elle c'est le stress!! L'année passée quand il y'a eu l'analyse par la médecine du travail je lui ai demandé une attestation, un document qui prouve mon état de santé, mais elle m'a répondu qu'elle ne faisait pas ce genre d'attestation!!!

Quand a un supérieur ben j'ai bien peur que non vu que le président donne l'impression en tout cas de la protéger donc.... Ben.. Je vais voir vendredi aux auditions ce que ça va donner.

Si je peux faire??? Car la aussi c'est un gros problème, car finalement à qui faire confiance???!!!

Merci a toi quand même de m'avoir répondu si rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91107
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Lun 30 Avr 2012 - 23:59

Peut-être alors te faudrait-il l'aide d'un psy, pour te permettre de retrouver un peu d'assurance et de forces ? Si ton médecin généraliste se sent démuni devant ce type de problème, il peut t'indiquer un spécialiste qui lui pourra intervenir de manière plus efficace ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
CW



Nombre de messages : 3
Localisation : Region de Montreal, Quebec
Date d'inscription : 19/03/2013

MessageSujet: Bonsoir   Mer 20 Mar 2013 - 5:33

Bonsoir,

Je suis nouveau ici.

Dommage que le fil sur les narcissiques pervers soit fermé...

Je suis nouveau, je suis au Quebec.

J'ai été victime pendant 15 mois d'une femme narcissique perverse.

Je l'ai quittée il y un peu plus de deux mois.

Je suis si amoché par mon experience desastreuse avec cette femme méchante que je suis en contact avec un centre de prevention du suicide...

Cette femme a presque reussit a eteindre la flamme en moi...je reussis a peine a fonctionner, je ne dors presque plus, je ne mange pas beaucoup, je pleure des dizaines de fois par jours...je ne vois plus ce qu'il me reste, pourquoi continuer...

Ce serait trop long de tout raconter mais ce qui a été trop, vraiment trop est lorsqu'elle a tenté de m'imposer qu'elle avait le droit de parler de sexe pendant que le masso therapeute avait ses mains sur son corps a demi nu.

oui vous avez bien lu; son masso therapeute lui racontait des choses sexuelles ( avec beaucoup de details ) pendant qu'il avait les mains sur son corps a demi nu.

Non seulement ,Ici au Quebec celà est une grave derogation au code de deontologie des masso-therapeutes, mais cette femme me disait que la seule raison pourquoi je voulais qu'elle cesse d'aller voir cet homme etait que je voulais la controller???!!!

Elle m'accusait de vouloir la controller et avait presque reusiit a me convaincre que c'etait moi le mechant.

Elle etait dans une "zone" de quasi-infidelité ( ou infidelit♪0 totale selon les opinions ) et elle me criait par la tete que c'etait moi qui avait tord???!!!

J'ai tenté de lui faire comprendre - sans succes - et ce supplice a duré plusieurs semaines...

Si je n'acceptais pas de vivre sous ses conditions a elle, elle mettrais fin a la relation...et c'est avec celà qu'elle m'a tenu "otage" pendant des semaines

Elle m'a manqué de respect, elle m'a deshonoré, elle m'a avilis en s'avilissant elle-meme avec ce masso-therapeute pervers

j'essaie comme je peux de ramasser les morceaux de mon coeur et de mon ame et de les recoller...mais je tiens a peine debout...

voila...c'est mon histoire en bref...
Revenir en haut Aller en bas
CW



Nombre de messages : 3
Localisation : Region de Montreal, Quebec
Date d'inscription : 19/03/2013

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mer 20 Mar 2013 - 5:42

Aussi je voulais dire merci a Romane pour tous les extraits qu'elle a affiché dans l'autre fil sur les narcissiques pervers

Cela m'a donné envie d'en savoir plus, j'ai donc commandé sur amazon.ca le livre de Marie-France Hirigoyan

J'essaie comme je peux de recoller les morceaux cassés et eparpillés de mon coeur et mon âme, un livre ici, un forum là. etc etc...

je ne sais pas si je vais y parvenir...je tombe en morceaux...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91107
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Mer 20 Mar 2013 - 11:34

Bonjour et bienvenue, CW. Malheureusement ton histoire n'est pas drôle, ni facile, et je ne sais pas ce que nous pourrions t'apporter, si ce n'est la douceur et le plaisir du partage sur les nombreux thèmes évoqués ici sur ce forum, et tous ceux qui ne l'ont pas encore été et qui attendent quelque part qu'on les aborde.
Je te souhaite de pouvoir prendre du recul par rapport à tout ce que tu as vécu, pour te reconstruire et t'apercevoir qu'il te reste tout à vivre, mais en mieux cette fois, autrement et ailleurs.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
CW



Nombre de messages : 3
Localisation : Region de Montreal, Quebec
Date d'inscription : 19/03/2013

MessageSujet: Re: Les manipulateurs   Jeu 21 Mar 2013 - 20:55

Merci beaucoup Romane , c'est tres gentil.

Je tente de recoller les morceaux de mon coeur et de mon âme qu'elle a eu du plaisir a fracasser et pietinner, un plaisir sadique , cruel, pervers, mais c'est tres diffilicile...de ramasser les morceaux et de les recoller...et du cassé-collé ca reste de cassé-collé...

A chaque jours je rejoue dans ma tete , des dizaines ou meme des centaines de fois par jour , comme une video les choses qu'elle faisait et me disait pour ecraser la flamme en moi.

Je suis un homme qui est genereux en amour mais qui a aussi un grand besoin d'amour, et je lui disait souvent qu'une des choses que j'aimais le plus en ce monde etait m'endormir collé sur elle ...et lorsque je ne faisait pas ce qu'elle exigeait de moi comme des choses aussi ridicules que de ne pas replacer les coussins apres avoir quitté le salon, me valait de mefaire engueuler, elle me disait sur un ton plein de colere : " si tu ne fais pas ce que je te demande, tu va t'en aller chez toi , on ne se verra pas pendant deux semaines, et tu n'aura presonne pour te coller, et t'endormir!!!"

si je n'ouvrais pas les rideaux comme elle aimait; elle me faisait une colere, si j'oubliais de fermer la porte lorsque je me brossait les dents; meme chose, chacun de mes gestes pouvait declencher chez elle une colere...

Lorsque j'allais passer des jours chez elle, j'apportais ma propre nourriture, je lui donnais meme de l'argent...mais si je prenais quelque chose dans son frigo, elle m'engueulait et me menacait...

C'etait comme marcher sur un terrain de mines, je vivais un stress enorme, je craignait tout le temps ses coleres et ses menaces, et plus je me pliait a ses demandes et plus elle etait exigeante...

je deteste les disputes et l'agressivité alors je suis devenu au cours des mois comme un esclave qui n'a presque aucun droit, je me faisait plus petie et plus petit de semaines en semaines...

elle utilisait la colere et les menaces pour me forcer a devenir soumis, pour me rendre obeissant...c'est humiliant de l'avouer mais ca marchait...

et lorsque je reussissais a l'amadouer et qu'elle ne s'etait pas fachée et ne m'avait pas menacé pour quelques heures, je croyais qu'il y avait de l'espoir...que je reussirais à la changer, que je ne devais pas abandonner...qu'il fallais que j'essaie encore plus fort...

et lorsque elle etait gentille ( parceque ca lui arrivait bien evidemment ) ces moment etaient si rares et si difficiles a obtenir que cela les rendaient encore plus precieux

Lorsque cette femme avait des moments ou elle etait gentille avec moi, je fondais à l'interieur...je ne peux l'expliquer mais cette femme lorsqu'elle etait gentille avec moi me charmait , me seduisait, me faisait fondre...et cela etait tellement magique que c'est comme si je retombais en amour avec elle à chaque fois...

Sa gentillesse etait toujours ephemere... et cela aussi rendait ces moments encore plus precieux a mes yeux...

Ces monents de getillesse etaient comme ces rares oasis dans le desert qui sont si precieux( precieuses? ) mais en meme temps c'etait elle qui me poussait plus loin dans ce desert de souffrance ou j'avais toujours soif, de plus en plus soif d'amour, de tendresse, d'affection et tellement soif d'etre traité avec respect...tellement soif d'etre apprecié pour l'homme bon et gentil et genereux que je suis ( chez elle je faisait tout comme si j'etais un employé; laver les planchers, les chaudrons, aider sa fille a faire ses devoirs, tout reparer, peinturer, je transportais toujours tous les paquets, je lui apportais meme son café au lit !!!...je pourrais faire une liste de dizaines de choses gentilles que je faisait pour elle)

Plus j'avais soif et plus je me sentais desesperé, et plus j'etais desespré et plus je devenais faible et manipulable...et plus j'etais faible et manipulable et plus cela la rendait cruelle envers moi

Et pourtant elle, elle se permetait tout...je devais couper ma moustache selon ses criteres a elle, sinon ca me valait une grosse colere et des menaces, mais elle changeait la couleur ou la longueur de ses cheveux souvent, et ce sans me demander si ca me plaisait ou non...

ce que je faisait devait etre aprouvé par elle, mais elle faisait ce qu'elle voulait quand elle voulait, avec qui elle voulait...comme avoir une relation malsaine et tres louche avec le masso-therapeute ...ce qui me blessait, ce qui me tuais

j'avais tenté par tous les moyens de lui faire comprendre, mais helas sans succes...cela a duré plusieurs semaines ou je souffrait atrocement et en plus dans les 3 ou 4 dernieres semaines , elle ne me permetais meme plus de parler de cette situation malsaine avec son masso-therapeute; si j'en parlais elle se fachait violemment et me disait qu'elle mettrais fin à la relation " pour de bon cette fois-ci"...

Je devais accepter en silence que pendant qu'un autre homme a les mains sur le corps nu de la femme que j'aime, il a le droit et elle a le droit qu'ils aient des conversations ou des details renversants sur leur vie sexuelle etaient abordés.

Si je me revoltais contre cette situation ; je perdait son amour et son affection

et si je restais , je devais m'avilir ( faute d'un meilleur mot ) et souffrir en silence

Je devais choisir entre deux tortures...j'ai d'abord choisi d'endurer en me justifiant que au moins une parite du temps elle etait gentille et j'avais un peu d'amour et d'affection - choses sans lesquelles je ne peut vivre...

mais apres environ 6 semaines je n'en pouvait plus de cette torture, de ce supplice, ce cette cruauté...et je l'ai quittée ...mais ce serait trop long à a raconter...peut etre ue autre fois?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les manipulateurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les manipulateurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Marie Abgrall, Tous manipulés tous manipulateurs
» J'AI AIME UN MANIPULATEUR de Caroline Bréhat
» Manipuler les Manipulateurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: