Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Terre d'accueil et langue natale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Terre d'accueil et langue natale    Mar 21 Sep 2010 - 1:20

Pas mal imprégnée de ma lecture actuelle "Lettres à mon voisin Serbe" de Gani Azemi, je navigue un peu sur le Net en glanant quelques infos supplémentaires concernant l'histoire des Albanais.

Je tombe sur cet article, à l'origine écrit en albanais je pense, mais ici traduit assez sommairement par google, et vous le livre tel que.

Citation :
Grèce :

Athènes 20 Septembre 2010 - En Octobre, à environ 100 milliers d'enfants albanais vivant en Grèce, va commencer l'école où vous allez apprendre à écrire et à lire en albanais, mais ils n'ont pas de textes. Le chef du Conseil pédagogique des enseignants en Grèce, a déclaré que le ministère de l'Éducation n'a pas de fonds pour l'achat d'amorces et la langue albanaise. Montant d'argent pour acheter l'amorce et manuels de langue albanaise, mais aussi d'autres ressources pédagogiques n'est pas le plus élevé de 25 mille euros. Grec État a adopté une loi sur les minorités, ce qui donne le droit de tout enfant qui est né en Grèce obtenu la citoyenneté, mais pas la bonne langue de son pays. En Grèce pensé qu'ils étaient près de 100 mille enfants albanais qui ne savent pas comment écrire et lire en albanais.

Ma réflexion du moment, suite à cet exemple trouvé au hasard de ma navigation ; je songe à ces enfants déracinés on sait pourquoi et dans quelles conditions terrifiantes, ils n'ont pas fui sans raison, avec leur famille.

Si on transpose sur soi-même et qu'on imagine des atrocités telles que l'on devrait fuir à notre tour vers d'autres pays fondamentalement différents du nôtre, par exemple, il me semblerait normal d'apprendre la langue de mon pays d'accueil, mais il me semblerait aussi normal et logique d'entretenir ma propre langue natale et de la transmettre à mes enfants, pour éviter le risque d'un déracinement plus profond ajoutant à la souffrance déjà existante.

Qu'en pensez-vous ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Marylen
Electrocuteuse Innée
avatar

Nombre de messages : 1728
Age : 64
Localisation : Chez Cro-Magnon
Date d'inscription : 10/07/2004

MessageSujet: Re: Terre d'accueil et langue natale    Mer 22 Sep 2010 - 23:21

Romane, tu touches là un point sensible pour moi.
Figures-toi que cette question, je me la suis déjà posée au vu de mes connaissances sur mes racines.
Je me suis, par exemple, demandé comment mon aïeule madécasse a fait pour comprendre l’une de ces nombre langues malgaches, puis celle des français lorsqu’elle a été faite esclave, tout cela sachant que ses ascendants étaient d’origine africaine ! (De quelle ethnie ? Je ne le saurais sans doute jamais !) Certaines nuits d’insomnie je refais son parcours dans ma tête et c’est une souffrance intérieure réelle. D’autant plus que, au final, la langue qu’elle nous a laissée en héritage n’est même pas celle qu’elle a, de prime abord, apprise mais une autre langue inventée de tous mots : le créole , dans lequel on y trouve du vieux français évidemment, de l’anglais, du portugais, des mots de dialectes chinois et indiens également, langue créée par le brassage des métissages de tous ces peuples qui ont un jour posé le pied, de gré ou de force, sur cette petite île de La Réunion.
Je ne pense pas que ça a dû être dur pour elle d’apprendre d’autres langues, ça a dû se faire progressivement dans le temps, mais ce qui a été terrible je pense, c’est de garder le secret espoir de revoir son pays d’origine et les siens ou de se dire qu’elle ne reverrait jamais plus. Et c’est ce qui s’est passé. Elle a été affranchie avant l’abolition de l’esclavage, mais je ne crois pas que ce fait l’a libérée du poids de l’absence de ses attaches au passé.
Il y a une époque où, j’étais terriblement remontée contre l’ESCLAVAGE et les esclavagistes, époque où pleine de la fougue de ma jeunesse, contestataire aux idées passionnelles de vengeance, je n’avais pas les tenants et aboutissants de l’histoire avec un grand H.
Aujourd’hui, plus instruite des faits, je ne suis pas prête à pardonner les bêtises humaines, oh là non ! mais je suis rassérénée. Je me suis faite à l’idée que, si l’histoire avait été autre, je ne serais probablement pas là aujourd’hui pour témoigner. Alors je remercie la Vie pour ce qu’elle a bien voulu m’offrir : ce cadeau de faire un bout de route dans cette humanité !
Au final, je pense que, aussi horrible que soit la vie des expatriés, ils doivent mettre à profit leurs expériences pour que leurs descendants ne soient pas entièrement déracinés et sdeviennent plus riches de ces aléas. Je dis cela parce qu’aujourd’hui, plus que jamais, je me sens citoyenne du monde, donc à l’écoute de tous les peuples, quels qu’ils soient !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Terre d'accueil et langue natale    Mer 22 Sep 2010 - 23:37

Beau témoignage, Marylen, merci c'est un cadeau parce qu'il n'est pas si fréquent de pouvoir en parler ainsi.

Je n'ai jamais été déracinée, mais j'imagine sans aucune peine que si c'était le cas, je n'aimerais pas perdre l'usage de ma langue natale, et j'aimerais l'inculquer à mes enfants, sinon j'aurais l'impression d'une division familiale, comme une déchirure. Ce qui ne m'empêcherait pas d'apprendre la langue de ma terre d'accueil, cela va de soi, puisque communiquer hors famille est évidemment aussi précieux.

Simplement je considère que d'un joyau on peut en faire deux, et s'en sortir plus riche sans léser personne.

Ces albanais, il ne faut pas qu'on en fasse des pâles copies de ce qu'ils sont, pas plus que n'importe quel autre peuple du monde. Ce serait la mort de quelque chose de précieux. M'enfin on n'est pas à ça près, vu que nous n'hésitons pas à aseptiser honteusement tout ce qui nous passe entre les mains, à commencer par la musique.

Ecoutez-vous ces musiques du monde, aux instruments singuliers qui savent donner des sonorités incroyablement variées, ces rythmes difficiles à cerner tant ils forment un paysage non calé entre deux murs ? Ces accents et ces voix qui donnent un air de liberté quand on les écoute en fermant les yeux ? Les langues sont pareilles à la musique, elles ont l'exotisme de leurs ciels, des saveurs multiples et infinies que jamais nous ne découvrirons toutes.

Ta grand-mère, Marylen, après l'abolition de l'esclavagisme a du connaître un temps terrible, parce qu'elle a tout à coup émergé d'un long long, long temps d'hypnose hors temps. Pas facile de revenir à une situation "normale", après avoir passé tant de temps dans une situation de l'extrême.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Marylen
Electrocuteuse Innée
avatar

Nombre de messages : 1728
Age : 64
Localisation : Chez Cro-Magnon
Date d'inscription : 10/07/2004

MessageSujet: Re: Terre d'accueil et langue natale    Jeu 23 Sep 2010 - 0:37

Je pense que -sans certitude aucune hélas !- Elle a dû continuer à vivre dans le même espoir qu’au début, et que s’est rajouté à son histoire déjà lourde, un évènement horrible à imaginer. Cela a dû être terrible pour elle de devenir la maîtresse de ses compatriotes d’infortune, de les obliger à travailler pour elle. Parce que, le jour de son affranchissement, le 6 mars 1783 elle devenait (avec ses 6 enfants) PROPRIÉTAIRE de 4 esclaves ! Tu imagines ce qui a pu se passer dans sa tête ? J’ose espérer qu’elle a été une bonne maîtresse ! Devenue libre, elle a fait fructifier ses terres et mis au monde encore 5 enfants. Je pense que ses enfants l’ont aidé à se soulager de son passé. Je veux pour preuve qu’elle ait prénommé sa dernière fille : Marie Tranquille ! Elle devait à cette époque-là se sentir plus sereine, plus à l’aise, plus…tranquille !
Elle ne s’est jamais mariée, et un doute plane sur la paternité de ses enfants. Auraient-ils été les enfants du maître ? Un mince indice laisse ouverte l’idée que ce soit le cas : son maître, célibataire qui l’a affranchie est mort… CHEZ elle ! Et la loi interdisait le mariage entre blancs et esclaves !
Elle a vécu 67 ans, ce qui était un bel âge pour l’époque !
Je suis depuis peu de temps en quête de ses esclaves (mon Dieu ! que ce mot m’écorche autant la bouche ! pfff !) Je cherche à savoir ce qu’ils sont devenus, s’ils sont restés sur ses terres quand elle les a affranchis, parce qu’à l’abolition de l’esclavage certains esclaves qui étaient bien traités par leurs maîtres restaient près d’eux sur leur terres. J’espère avoir le temps de réussir cette entreprise avant de mourir !
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Terre d'accueil et langue natale    Jeu 23 Sep 2010 - 0:44

J'ai beaucoup apprécié ce témoignage, marylen, un témoignage touchant et intime.
Mes parents sont pieds-noirs, c'est à dire français d'algérie. Leurs familles à tous les deux venaient d'une très vieille implantation, du milieu du 19è siècle, bien avant les colons officiels. Ils n'étaient pas riches, instituteurs tous les deux et jeune couple avec un enfant (ma soeur). Ils n'ont pas exploité les "locaux", au contraire puisqu'ils enseignaient dans des écoles modestes, mais pourtant ils ont été chassés en 62 comme les autres. Et nous sommes toujours sur une "liste noire", ce qui fait que même moi, qui ne suis pas née là bas, je ne peux rentrer dans ce pays.
Je ne sais pas ce que cela peut faire d'être à ce point déraciné. Ma mère a toujours regretté la vie là bas. Mon père n'en parlait pas, puisqu'il a du faire la guerre et que ça l'a marqué douloureusement. Mais je sais que mon grand-père paternel, que je n'ai pas connu, s'est laissé mourir de chagrin.
C'est terrible, comme ta grand-mère, de perdre sa langue maternelle, l'impression doit être étrange, je ne l'imagine même pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Terre d'accueil et langue natale    

Revenir en haut Aller en bas
 
Terre d'accueil et langue natale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mises a jours Google - Google et la barre noire
» Scribay, terre d'accueil pour tous les auteurs
» Terre Natale - La Légende de Drizzt 1 - Les Royaumes Oubliés
» Salvatore, R.A. - Terre Natale - La Légende de Drizzt 1 - Les Royaumes Oubliés
» La Trilogie de L'Elfe Noir - Terre Natale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Detente :: Blabla-
Sauter vers: