Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Thérapie psychomotrice d'une enfant de quatre ans présentant des troubles de la vision.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Thérapie psychomotrice d'une enfant de quatre ans présentant des troubles de la vision.   Dim 24 Oct 2010 - 16:10

Thérapie psychomotrice d'une enfant de quatre ans présentant des troubles de la vision.




C'est l'ophtalmo qui l'adresse à mon pédopsychiatre pendant que la maîtresse de maternelle la présente parallèlement au médecin de PMI. Louison est une enfant qui souffrirait des yeux.

Sa maman me dit l'épreuve du bilan orthoptique durant lequel la rééducatrice menaça Louison de l'enfermer dans son placard. Je regarde le mien et je constate combien il est trop plein de jouets pour pouvoir en plus y emprisonner une enfant, aussi menue soit-elle.

Je dis cela sans savoir encore qu'à l'école, lors de la visite médicale, combien Louison s'était si bien cachée sous une couverture et qu'il fallut à Sylvie, tendre médecin de PMI, de tonnes de diplomatie pour entrevoir cette enfant sauvage. La maîtresse, qui avait également ses propres enfants souffrant de troubles oculaires, conseilla à la suite de cet examen médical, à la maman, la confection d'un petit frère. Elle ignorait certainement combien, chez certains parents d'élèves, ladite confection peut être chose malaisée pour fournir l'effectif optimal.




Le bilan psychomoteur demanda trois séances hebdomadaires d'une demi-heure. J'avais proposé à la maman qu'elle attende l'issue de telles séances dans la salle d'attente au bout du couloir. Mais, cette dernière, sans doute trop éloignée, ne convint pas. Les séances d'évaluation, durant lesquelles Louison seule devait demeurée sous le regard de son psychomotricien, se passèrent donc avec l'oreille de la maman collée contre la porte.

Le psychomotricien disait à l'enfant de marcher pour voir comment elle marchait. De sauter pour voir comment elle sautait, de courir pour voir comment elle courrait. Mais Louison n'obtempérait pas à ces consignes. Elle restait immobile, au fin fond de la salle, les yeux cachés dans ses mains. Pas plus qu'elle ne voulait voir les docteurs, elle évitait son psychomotricien. Et ce, de façon répétitive, durant la première et deuxième séance. Louison refusait d'être vue malgré l'exigence de l'examen. Or, le courroux d'un rééducateur en psychomotricité se différencie de celui de sa collègue orthoptiste par le simple fait que son métier n'exige pas de voir les yeux de son patient et qu'il dispose de tout son temps. Cette différence d'approche donna une idée à la maman qui, depuis le derrière de la porte, pensa utile d'offrir à sa fille comme une sorte de paravent. En effet, nos examens para-médicaux s'avèrent souvent, chez les enfants, profondément intrusifs. Du moins, les mamans ressentent cela, et ce faisant, les enfants. C'est pourquoi Louison revint à la troisième séance de bilan, munie de son parapluie. Mieux que des mains cachant son visage, cet instrument la cachait tout entière. Ainsi, le psychomotricien n'avait plus accès à la moindre parcelle de son corps. Cachés le visage, mais également le tronc, les bras, les jambes. Seuls subsistaient à l'examen l'avant des sandales. C'était peu. Mais, ce parapluie présentait deux particularités. La première était d'être vert. La seconde de posséder sur son sommet deux yeux de grenouille. C'était là une facétie qui, plaisant à la mère, avait permis l'achat de cet écran et que Louison avait adopté.

L'intérêt qu'un psychomotricien porte au petites filles est moindre à celui qu'il porte aux batraciens. Faire l'examen psychomoteur d'une grenouille étant plus plaisant que de devoir subir la tyrannie d'une enfant. Aussi, est-ce depuis la gravité de son cas, du fond de la pathologie sévère dans laquelle cette enfant avait chuté que cette dernière reconnut enfin quelqu'un qui voulait jouer avec elle. Non pas une maîtresse si désireuse d'apprendre, non pas un médecin si désireux d'examiner, pas plus une rééducatrice si désireuse de soigner l'enfant d'une maman inquiète, mais plutôt un drôle de Monsieur qui préfèrerait faire sauter des grenouilles plutôt que de faire des piqures aux enfants. Ce monsieur était très malléable, tout cela n'était pas sérieux et c'est ainsi que cette psychomotricité piqua la curiosité de Louison.




L'enfant sauta. Comme une grenouille évidemment car c'était ainsi qu'elle était évaluée. 9 sur 10, car elle pouvait faire mieux. A l'issue de cette troisième séance, le psychomotricien avait donc réussi son examen. On se mit d'accord avec la maman et Louison entama ce traitement qui durera deux ans et demi.



Pour bien que vous compreniez les choses, il faut au préalable vous avertir combien les psychomotriciens (surtout les hommes) peuvent se montrer patauds. Autant vous dire que leur rééducation n'est jamais gagnée. Louison s'attacha donc là à une tâche avec un courage qui fut tout à son honneur. Comment en effet, quand on a que quatre ans, expliquer à un vieux monsieur comment on fait les enfants. Tous ceux que la maîtresse exige, tout ceux que Maman ne sait faire. Il faut alors quantités de pâte à modeler pour faire la cuisine, la dînette, pour obtenir du psychomotricien qu'il la mange, pour, en quelques sortes l’inséminer. Car la simple conception de l'idée de l'enfant n'est pas forcément aisée pour une petite fille qui a deux parents qui ne couchent pas ensemble. Ainsi, la maman de Louison est aide-soignante de nuit pour consacrer ses journées à sa fille quand le papa travaille sur des chantiers de travaux publics qui l'éloignent du domicile durant des périodes de quinze jours à trois semaines. Comme la grand-mère maternelle de Louison est morte d'alcoolisme alors que sa maman n'avait que dix-huit ans, que les deux oncles maternels souffrent de la même maladie, Louison passe les nuits où maman travaille à l'hôpital, dans la maison de ses grands-parents paternels. Ce sont là des gens très frustres, arriérés prévient la maman de Louison qui souffre pourtant d'un manque de points de comparaison.

Seulement, parents ou grands-parents, c'est de leur chambre que s'apprennent les choses, la nuit. Comment l'intégrer au jeu?

Ainsi, quand Louison (cinq ans) et son psychomotricien couchent ensemble. Il est trois heures du matin.

L: -Vite! Vite! Réveilles-toi! Les chiens se sont échappés.

P: - Rendors-toi, ils reviendront tous seuls demain matin!

L: Non! Ils sont partis vers l'autoroute! Prends la voiture et va les chercher!

P: En pyjama?

Le psychomotricien papy, après deux heures sous la pluie revient trempé, frigorifié et bredouille. Il veut se recoucher.

L: J'ai froid aux pieds. La chaudière est encore tombée en panne. Rallumes-là!



Cette nuit torride donne apparemment peu de résultats: Louison-Mamy demeurant toujours insatisfaite d'un partenaire de vie si pataud. Pourtant dès la séance suivante, le psychomotricien a la surprise d'être le papa de deux jumeaux. Durant deux ans, il devra alors s'acquitter de leur charge malgré leur tyrannie. Ces deux bébés sont toujours malades, il faut plein de consultations pour eux à l’hôpital, aussi des réunions pédagogiques parents-enseignants à l'école, et maman-Louison doit prendre énormément sur elle pour ne pas disputer le papa-psychomotricien qui s'y prend comme un manche avec ses marmots.

Durant ce temps, la vraie maman lit des livres de psychologie. Comment lutter contre la honte? Le psychomotricien, contre l'avis de la maîtresse, encourage alors l'inscription de Louison à des cours de danse. Au bout d'une année: le gala. Le papa y vient essayer son camescope.Pour les souvenirs.




Au mois de juin de l'année suivante, Louison arrête la danse. La maman en est désolée. Elle préparait pourtant une superbe chorégraphie sur Céline Dion. Mais, Louison ne veut plus faire les galas que sa maman aurait tant voulu faire étant enfant. Durant l'été, le papa a décidé de vacances en Espagne durant quinze jours. Louison a désormais six ans et demi. Durant juin, se discute son maintien au CP.

Seulement, en aout, avec Maman, elle achète un joli haut. Un T-shirt flamenco que vous ne pouvez trouver qu'en Espagne! Elle le met. Et alors, magie des vacances, son papa la voit enfin pour la première fois et la trouve belle!

A la rentrée, Louison annonce à son psychomotricien qu'elle met fin à ce traitement courant depuis plus de deux ans et demi. Elle ne dispose désormais plus de ses mercredis après-midis. Elle a cours d'équitation. Elle doit y faire énormément de progrès car désormais, tous les samedis, son papa, délaissant ses nombreux chantiers, consacre toute une après-midi pour l'accompagner au centre équestre!




Louison se sent très gênée de laisser ainsi tomber son psychomotricien. De derrière ses grandes lunettes, elle lève vers lui des yeux plein de compassion. Il ne faut pas le prendre mal. Chacun est un peu triste de devoir se quitter mais, dans la vie, il faut savoir affronter les séparations.

-Comment qu'il s'appelle ton cheval? Conclue le psychomotricien, car il vous faut savoir aussi combien les psychomotriciens ont de compassion pour leurs collègues les poneys.
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Thérapie psychomotrice d'une enfant de quatre ans présentant des troubles de la vision.   Dim 24 Oct 2010 - 16:42

Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Thérapie psychomotrice d'une enfant de quatre ans présentant des troubles de la vision.   Lun 25 Oct 2010 - 3:15

Vic, c'est mon conteur du soir. Mon raconteur d'histoires tragiques qui se terminent des fois merveilleusement. A côté, Freud est terriblement ennuyeux.

Le syndrome de la grenouille en ferait même espérer qu'il pleuve demain...

(tu n'as jamais songé réunir ces histoires dans un recueil ?)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thérapie psychomotrice d'une enfant de quatre ans présentant des troubles de la vision.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thérapie psychomotrice d'une enfant de quatre ans présentant des troubles de la vision.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les quatre filles du Docteur March.
» Piñata / pignata anniversaire enfant
» Recherche auteur pour livre éducatif pour enfant
» UN poeme pour un enfant
» Junichirô Tanizaki : Quatre Soeurs ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: