Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une nuit aux portes de l'enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Une nuit aux portes de l'enfer   Sam 13 Nov 2010 - 14:48

Tout s'est passé un de ces soirs d'automnes, où la terre de l'Arrée vous happe lentement vers un crépuscule différent.
Nous étions trois, fous et aventureux et la décision de passer la nuit sur les terres de l'Ankou fut presque instantanée. Je n'avais pas idée de ce qui pouvait nous attendre et l'épouvante s'empare encore de moi au souvenir de cette nuit.
Nous avions préparé nos bagages de manière à assurer notre survie :boisson, nourriture, couvertures, bougies. Pour la survie mentale, le choix se porta sans trop de réflexion sur le premier tome du« seigneur des anneaux ».
Et nous sommes partis.
Le marais du Yeun Ellez s'aplatissait à vue d'œil sous le poids de la brume. Une sensation de malaise naquit en moi, se répandant le long de mon dos et propageant une appréhension indescriptible, quelque part – j'étais dans cette lande déserte qui m'attirait tant et me fascinait.
La nuit s'emparait du contour des montagnes lorsque nous atteignîmes enfin la vieille baraque d'ardoisier qui devait nous servir de refuge.
Nous nous installâmes tant bien que mal dans cet exigu igloo d'ardoises et de pierres, trouvant même une place pour mon animal domestique,un coyote des plaines.
Puis,nous fîmes un feu, autour duquel nous nous préparâmes à entamer notre lecture. La nuit, comme nous, s'était tapie dans un coin en posture d'attente.
Dehors,des rafales s'élevaient et une infime tension montait en nous.
A ma gauche, se tenait un long corps sec empli de nervosité et dont le regard se perdait sur le sol. A ma droite, une pipe fumante et une allure de comte en partance vers une terre inconnue et désolée.
J'ouvris alors le livre et commençai la lecture.


« -Trois anneaux pour les rois Elfes sous le ciel
Sept pour les seigneurs Nains dans leurs demeures de pierres
Neuf pour les Hommes mortels destinés au trépas
Un pour le seigneur des Ténèbres sur son sombre trône
Dans le pays de Mordor où s'étendent les ombres
Un anneau pour les gouverner tous, un anneau pour les trouver
Un anneau pour les emmener tous et dans les Ténèbres les lier
Au pays de Mordor où s'étendent les ombres - »


Le coyote commença à s'agiter, puis tandis que j'avançais en lecture,il fut animé à plusieurs reprises de mouvements de tête et d'oreilles, paraissant nous questionner.
« - Eh, vous avez entendu ? Là, écoutez ! M'enfin, vous n'entendez rien ? »
Puis il partit se recoucher, dépité devant notre pauvre indifférence.


Mais nous avions entendu quelque chose, pour ne pas dire, quelqu'un. Et d'un accord silencieux nous nous resserrâmes autour du feu et le livre changea de main, comme pour conjurer la peur qui montait.
Le comte nous emporta alors vers le pays verdoyant des Hobbits et une odeur d'herbe à pipe empli notre petit abri.
Peu à peu, je me sentis détendue, au son d'une voix qui nous contait les aventures de Bilbot Baggins, des nains, du pain de elfes...J'entendais même s'élever les chants de la reine Galadriel.


J'ai dû m'assoupir un peu, prise au piège de je ne sais quelles vapeurs enchanteresses.
Puis soudain, les chants se firent plus lointains, l'odeur d'herbe à pipe se changea en fumée âcre, ma gorge devint encombrée et un timbre de voix différent sonna à mes oreilles.
Le livre avait à nouveau changé de mains, nous étions à un autre passage.
C'était à présent la noirceur qui montait, alors que s'avançaient les êtres noirs et rampants, les orcs, les spectres des Gargals, les cavaliers noirs...
J'entendais leurs cris, leurs sifflements, je sentais leur odeur, comme si j'y étais.
A l'extérieur, une vie se réveillait elle aussi, comme en écho avec notre lecture.
Je tendis l'oreille ; oui, j'entendais bien des chuchotements, des bruits de pas. Il y avait quelque chose dehors, quelque chose de sombre qui cherchait, qui nous cherchait.
Prise par le doute et l'inquiétude je levai les yeux vers mes compagnons pour m'assurer que ce ne pouvait être que mon imagination.
Le livre était à terre.
Je me rendis compte que chacun de nous était ancré dans la même angoisse.
Des sifflements reptiliens et sinistres rôdaient à l'extérieur et leurs intonations inhumaines paralysaient nos gorges. Le sol était pris de tremblements, des griffes semblaient s'accrocher aux murs usés par le temps. Des coups furent abattus sur le toit.
Ne pas bouger-attendre-faire les morts.
La pression dans les poitrines devint intenable.
Même le fidèle coyote se tenait prostré dans son coin.


Nous étions dans le Yeun, dans le pays de l'Ankou, et tout était possible.
On ne fait pas n'importe quoi ici, surtout la nuit.
Qui était là dehors ? Pourquoi nous attaquait-on ?
Les esprits du Yeun étaient de retour parmi les vivants et ils étaient en colère...
Mais qu'est-ce qu'il m'avait pris d'emmener ce livre !

Nous nous recroquevillâmes autour du feu pour tenter d'y exorciser notre panique. Je crois que nous avons dû implorer toutes les forces possibles et imaginables pour nous venir en aide. Et puis pourquoi pas aussi les elfes, Gandalf et tout le tralala – tout ce qui pouvait faire reculer les immondes créatures qui nous cernaient -tout ce qui pouvait apaiser leur colère, notre colère, qui aura permit au mal de se réveiller, ici et maintenant.


Oui,nous avions mis un pied dans un lieu qui dépasse l'humain, et que l'on ne peut se permettre de provoquer avant d'avoir livrer bataille avec soi-même.
La situation nous échappait complètement.


Puis,le sommeil est venu nous prendre, comme une morsure dans le cou, nous emportant les uns après les autres dans le silence.


Le temps s'est arrêté.


Lorsque nous reprîmes vie, les dernières braises du feu s'essoufflaient.Dehors, plus aucun bruit. Nous étions plongés dans une étrange sérénité. Les visages se levèrent et se regardèrent.
Que c'était-il donc passé ?


Nous extirpant tant bien que mal de notre maison de pierres c'est avec une légère appréhension que nous fîmes face au soleil.
Un soleil rougeoyant qui enflammait les crêtes et saluait les crapahutages matinaux de quelques chevreuils insolents.


Sans un mot, nous rassemblâmes nos affaires et quittâmes le lieu pour le laisser aux seuls vrais seigneurs de ces terres du milieu, de ce kreiz ar vro...


Dernière édition par kate100fin le Dim 14 Nov 2010 - 19:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   Dim 14 Nov 2010 - 1:33

Mystérieux à souhait, j'aime bien cette atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   Dim 14 Nov 2010 - 2:31

Moi, ça me flanque les pétoches, surtout lu à cette heure avancée de la nuit, en écoutant qui plus est une musique un peu hors temps http://www.mixcloud.com/FluidRadio/septembers-top-10/
Etrange instant, étrange atmosphère bien amenée, mais je dirais que dès le début on peut s'attendre à tout, sans même qu'il soit besoin de s'attacher au titre. Les premiers mots de l'histoire sont comme ces moments où dans le film, on sait qu'il va se passer quelque chose...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   Dim 14 Nov 2010 - 13:37

Oui, Ro, tu as raison, on sait dès le début, j'ai fait exprès, comme ça, j'ai voulu le présenter ainsi ; ce n'est peut-être pas une bonne idée, je vais y réfléchir...en attendant, je vous assure que c'est une histoire vraie !
Merci à vous deux d'être passées me lire...

La musique..ouais, inquiétante...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   Dim 14 Nov 2010 - 13:45

Tu tiens vraiment à changer le début ? Moi je le garderais, justement, parce qu'il amplifie la trouille, pardi !
Ton début en mots, c'est le début en musique pour les films !
On commence à mourir de trouille avant d'entendre le premier bruit ! C'est bon, ça, c'est très bon !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   Dim 14 Nov 2010 - 13:56

Ah bon, je pensais que tu me disais que c'était pas terrible....
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   Dim 14 Nov 2010 - 14:09

Si si, justement ! Ça flanque les pétoches dès le départ, on est tout de suite immergé dans l'ambiance chair de poule. N'y change rien !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lison

avatar

Nombre de messages : 7704
Localisation : Gatineau, Québec
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   Dim 14 Nov 2010 - 19:13

Comme le dit Ro, je trouve qu'on entre immédiatement dans le vif du sujet...la trouille.

On se sent obligé d'aller jusqu'au bout. C'est plus fort que nous. Je dois dire que j'adore cela.
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   Dim 14 Nov 2010 - 19:41

Merci Lison ; je peux te dire que la trouille je l'ai bien eu ce jour là aussi...J'ai retrouvé ce vieux texte que je ne me souvenais même plus d'avoir écrit et je me suis replongée dedans comme si c'était hier, je ne risque pas d'oublier cette nuit là !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nuit aux portes de l'enfer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit aux portes de l'enfer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit aux portes de l'enfer
» Aout 2005, la Bretagne sans la pluie! portes de l\'enfer: \
» Cavale aux portes de l'enfer - The Legend of Hell's Gate - 2011- Tanner Beard
» Cavale aux portes de l'enfer:
» Les portes de l'enfer.(verrons nous, un jour cette lumière???)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: kate-
Sauter vers: