Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'espoir, le désespoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: L'espoir   Lun 6 Déc 2010 - 21:09



Un mot si exploité, tant de gens qui s'y perdent.

Je sais quel est le danger. Lorsque j'étais cloué au lit, j'espérais que ça allait s'arrêter, que ça allait finir par me lâcher, que j'allais m'en sortir, je vivais dans cette projection incessante d'un avenir meilleur, un espoir aussi puissant que la douleur qui me dévorait.

Ca ne servait à rien.

C'était un piège étant donné que ces pensées se tournaient vers une illusion temporelle et me coupait de la réalité. Bien sûr que cette réalité était une véritable torture mais en quoi cette fuite en avant pouvait-elle m'aider ? C'était absurde tout comme est absurde l'espoir lui-même.

Dans mon cas, l'espoir occupait une place immense, occasionnait une dépense d'énergie constante. Rien n'en survenait étant donné qu'il ne s'agissait que de pensées infantiles. C'est comme attendre l'arrivée du Père Noël...

Ce temps écoulé ne reviendrait plus, il avait tout bonnement été gaspillé.

L'espoir est un gaspillage monumental de temps et d'énergie. Si encore il permettait d'y trouver un certain apaisement mais c'est loin d'être le cas.

Imaginons que cet espoir fasse monter l'individu sur une pente, plus l'espoir est intense, plus la pente s'allonge, c'est un sommet inaccessible étant donné qu'il est fabriqué par la pensée. C'est Sisyphe qui pousse son rocher et qui espère atteindre le sommet perdu dans ses pensées. Il viendra immanquablement un moment où les pensées s'épuiseront, c'est un phénomène naturel, d'autres priorités prendront la place, l'espoir s'essoufflera et Sisyphe lâchera son effort sur le rocher. La masse libérée l'entraînera dans une chute proportionnelle à l'altitude que l'espoir lui aura fait atteindre...Il vaut bien mieux dès lors lâcher pied le plus rapidement possible. Il ne faut surtout pas s'entêter par orgueil dans son espoir. C'est encore une fois un problème éducatif, un formatage, un conditionnement de société : famille, école, travail, couple, enfants, les situations s'enchaînent et nous projettent dans la tentation de l'espoir.

"J'espère qu'il fera beau demain."

Un phénomène sur lequel nous n’avons strictement aucune influence.

"J'espère qu’il viendra au rendez-vous."

Ce qui importe dans la réalité, c’est que moi j’y sois étant donné que c’est une réalité qui me concerne, sur laquelle j’ai une réelle emprise.

"J'espère que j'aurai une bonne note."

Ce qui importe, c’est d’avoir fait ce qu’il fallait pour l’obtenir. Le reste dépend de la subjectivité du correcteur…

"J'espère que j'aurai une prime."

Même chose sauf que c’est un patron…

"J'espère que j'aurai les numéros gagnants du loto." Totalement absurde.



« J’espère que mes efforts seront récompensés. »

Dans ce cas là, on peut au moins reconnaître qu’il y a eu un travail, une emprise sur le réel. Mais le danger vient du fait que cette projection liée à l’espoir est encore une fois une dépense d’énergie inutile, une déviation des pensées qui ne seront pas au service du travail mais perdues dans l’irréalité. On en revient donc bien toujours à cette notion de gaspillage. L’essentiel, dans un projet, n’est pas l’espoir mais le saisissement complet de l’énergie et de l’instant. Il s’agit de rester conscient, lucide, vigilant, opiniâtre, déterminé. L’espoir n’a rien à faire là. C’est comme une aimantation qui a pour effet d’extraire de l’individu l’énergie dont il dispose, un champ magnétique qui pertube les forces disponibles. Il faut imaginer des paillettes d'énergie qui sont volées par l'espoir, qui vont se coller contre cet aimant puissant qui les attire.



Lorsque j’espérais retrouver mon intégrité physique, je me perdais dans un espace chaotique, les pensées fébriles de celui qui souffre et voudrait qu’une bonne fée passe par là et d’un coup de baguette magique règle le problème. Toutes ces pensées sont des ferments de la douleur étant donné qu’elles n’aboutissent à rien de positif et finissent par s’effacer d’un coup, accentuant encore les effets destructeurs de la souffrance. C’est comme un paravent derrière lequel s’entasseraient des marées de douleurs. Il y aura forcément une déchirure à un moment et le flot libéré emportera tout sur son passage. Ca n’est pas la douleur qui est responsable de cet effet paroxystique mais bien l’espoir qui a fabriqué artificiellement ce condensé de violence.

Dans le phénomène des pensées, l’espoir est un traître infatigable et à l'imagination débordante. Il suffit qu’une fois dans l’existence de l’individu, un projet aboutisse et qu’il ait été accompagné durant sa réalisation par un espoir flamboyant pour que le conditionnement s’installe. La lucidité a été balayée par cette « réussite » et l’individu s’imagine que cette euphorie durable qui l’a nourri au fil de ses pensées est une nécessité à reproduire systématiquement.

Si par contre, le projet n’aboutit pas, l’individu refusera d’étudier en profondeur le mécanisme des pensées et mettra cette issue défavorable sur le compte de la malchance. La déception renforcée par l’illusion détruite sera bien plus puissante mais le refus de l’analyse entretiendra le dispositif. La prochaine fois, l’espoir redeviendra l’étendard dressé.



Lorsqu’un enfant s’entend dire qu’il est assez grand pour laisser son « doudou » et qu’il voit ses parents nourrir l’espoir qu’il soit un bon élève, qu’il apprenne un métier, qu’il s’installe dans la vie sociale, qu’il fasse un beau mariage, qu’il réussisse sa carrière, il pourrait demander à ses parents de laisser tomber leur propre « doudou » mais il entre au contraire dans ce fonctionnement pervers…Il se construit sur l’espoir transmis par ses tuteurs….Vaste supercherie. Le conditionnement est installé. C’est une pression dont il se retrouve encombré, alourdi, une mission à tenir. La déception éventuelle des parents sera à la mesure de leur espoir et la rupture viendra dès lors d’une incapacité à rester dans le réel. Tout le monde en souffrira. Comme une trahison alors que rien dans la réalité n’imposait cela. C’est le phénomène insoumis des pensées qui est le seul responsable. Si pour l’aîné, l’issue correspond aux espoirs infantiles des parents, c’est le deuxième enfant qui aura à subir une pression supplémentaire.

« Regarde ton frère comme il a réussi ! Il a comblé tous nos espoirs ! Tu pourrais en faire autant tout de même… »

L’espoir qui devient une arme de destruction massive. La masse spirituelle de l’individu brisé.

Lorsque j’étais cloué dans mon lit, j’ai toujours gardé espoir. Et j’ai entretenu jusqu’au bout l’illusion d’une issue favorable. Ces pensées m’ont maintenu enfermé dans un cloaque carcéral, des sables mouvants qui m’étouffaient. Aucune analyse réelle, aucune conscience de ce qui m’avait conduit là, c’était juste une malchance effroyable et ça ne pouvait pas durer. La médecine allait me sauver, il y avait forcément quelqu’un d’extérieur à mon histoire qui pouvait comprendre…Effroyable présence du « doudou » qu’on refuse de lâcher tout au long de notre vie. Pour certains, ce « doudou » s’appelle Dieu et il est serré férocement et reçoit en alternance les prières ou les reproches.

Combien de couples qui se déchirent dès lors que l’un des partenaires ne parvient plus à nourrir le « doudou » de l’espoir…



Il a fallu que je sombre totalement dans la douleur physique, dans le délabrement moral pour que le mécanisme vole en éclat. Il a fallu que le goût de la mort devienne l’ultime espoir pour que je prenne conscience du mécanisme. C’est là qu’Hélène est apparue. Elle a fini d’ouvrir les portes, elle m’a permis de franchir le seuil.

L’énergie vitale n’a pas besoin d’espoir. Pour elle, c’est un poison. C’est comme si l’individu vénérait une illusion alors que la vie est là. On peut même imaginer que la vie en soit déçue, effroyablement déçue. Au point de se retirer puisque l’illusion a plus d’importance que la vie elle-même. Pourquoi rester là ? Il y a sûrement mieux à faire ailleurs…



L’étape la plus difficile, la plus délicate, le travail de sape le plus redoutable à effectuer est de cesser de penser. Il s’agit de vibrer intérieurement alors que la pensée est une projection extérieure. Nous avons appris à penser jusqu’à finir par nous « dé-penser. » Nous sommes sortis de nous-mêmes en nous projetant dans un flot d’abstractions et nos pensées sont devenues des dépenses énergétiques, des dispersions multipliées à l’infini.



Je dois aussi à l’effort long d’avoir découvert cet espace « dé-pensé », cette plénitude de la vie étreinte dans le creuset de l’énergie originelle. Lorsqu’il n’y a rien d‘autre que le saisissement du silence intérieur, le ronflement infime de l’univers qui s’étend.



Je mourrai totalement désespéré et je remercie la vie de ce cadeau inestimable.

Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: L'espoir, le désespoir.   Lun 6 Déc 2010 - 21:10



"Quand tu auras désappris à espérer, je t'apprendrai à vouloir."

Sénèque.



Cette phrase m'est revenue à l'esprit la nuit dernière. J'avais fait un exposé sur la passion quand j'étais au lycée, en terminale philo et l'espoir est une notion fréquemment rencontrée dans ce domaine. Il s'agissait bien entendu pour ma part d'une réflexion sur les alpinistes et cette force qui les pousse vers les plus hauts sommets. Walter Bonatti, dans son livre "A mes montagnes", parlait de l'espoir et disait qu'il était un ennemi redoutable qui le privait de sa lucidité, de l'exploitation de son potentiel physique parce que cet espoir le projetait dans une illusion qui ne le nourrissait que de pensées et non d'actes. Il escaladait un pilier par une nouvelle voie dans Les Drus, en solo...Il revenait d'une expédition sur le K2, une expérience destructrice d'un point de vue humain, une trahison qui avait failli lui coûter la vie. Chaque jour, sur ce pilier, engagé dans une ascension extrêmement périlleuse, il avait abandonné toute forme d'espoir et avait découvert alors que ses forces morales et physiques redoublaient, que rien ne l'arrêtait parce qu'il n'avait aucune autre intention que le franchissement du passage dans lequel il se trouvait. Rien d'autre, l'exploitation pleine et entière de sa volonté, libérée de tout espoir. Cette énergie intime se retrouvait dès lors totalement accessible, sans aucune interférence.

Il avait désappris l'espoir et avait découvert la puissance de la volonté.

"Un état de grâce."

http://www.dailymotion.com/video/x7e664_walter-bonatti-au-pilier-des-drus-c_sport



On peut s'interroger également sur la finalité de l'espoir chez les individus qui s'en servent. Ou se soumettent à lui. Puisque l'espoir est à l'antipode de la volonté et non pas à son service, comme les conditonnements nous l'assènent continuellement, il est raisonnable de conclure que cet espoir est une certaine forme de résignation, un abandon dans l'illusion, le refus de la réalité et le refuge auprès du "doudou" du petit enfant. Il n'y a aucune action dans l'espoir et même si celui-ci génère finalement un acte quelconque, celui-ci sera perturbé par la pensée inhérente à cet espoir. Un filtre qui retient les énergies disponibles, un canal de dérivation. Celui qui affirme "vivre d'espoir" court le risque de ne pas vivre sitôt que l'espoir s'affaiblit, sa situation en devient dès lors désespérée alors qu'il cherchait dans l'espoir un renfort aux conditions d'existence. Espoir-désespoir, sont les deux plateaux d'une même balance.

"Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir."

Même cette expression courue contient une contradiction phénoménale. Dans la vie, il doit y avoir une volonté.

L'espoir, quant à lui, n'est pas adossé à la vie, il est projeté en dehors de la vie, dans un temps à venir qui n'a aucune existence, un futur qui n'est qu'une extrapolation cérébrale, notre malheureuse capacité à nous extraire de l'instant présent, ce cadeau empoisonné, ce don divinatoire que nous ne maîtrisons pas, qui nous illusionne quand nous voudrions qu'il soit la réalité à venir.

Tant qu'il y a de la vie, il y a une volonté. Celle de la vie qui est toujours là. S'abandonner à l'espoir revient à nier la vie, à lui jeter à la figure notre mécontentement, notre colère, notre dégoût, notre rejet. L'espoir signifie, "je vais aller voir plus loin, ça ira mieux là-bas" mais la vie, elle, est toujours là et rien de cet espoir ne la guérit de ses rudesses. La volonté peut y parvenir quand il s'agit d'une action à mener et qui est à notre mesure.



"Ils ne savaient pas que c'était impossible, c'est pour ça qu'ils l'ont fait."

Mark Twain.

Même là, il ne s'agissait pas d'espoir. Mais d'une lutte constante. Dans l'instant réel de la vie immédiate. Peut-être même qu'en étant dans l'ignorance, il a été impossible de concevoir un espoir, par manque de repères, aucune donnée, il ne restait que le saisissement de l'instant, l'action elle-même.

Le désespoir n'est que le prolongement destructeur d'un esprit qui ne vit pas mais qui a le projet de vivre. Le contre-coup de l'égarement prolongé dans les miasmes hallucinogènes de l'espoir.

Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Mar 7 Déc 2010 - 2:36

Je dois dire que ton propos ici et la vidéo me touchent énormément.

L'ici et maintenant, trop oublié, pour lequel il faut dépenser une folle énergie lorsqu'on le sent inatteignable et qu'on sait que nos mains n'iront pas plus loin que le bout de nos bras, est une torture quand on n'a pas pris garde de prendre soin de lui et de lui redonner la noblesse de sa place.

Au contraire, quand on parvient à le faire sien, des murs s'écroulent tout à trac, et tout devient si tellement tant plus facile... !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Mar 7 Déc 2010 - 2:39

Citation :
L’étape la plus difficile, la plus délicate, le travail de sape le plus redoutable à effectuer est de cesser de penser. Il s’agit de vibrer intérieurement alors que la pensée est une projection extérieure. Nous avons appris à penser jusqu’à finir par nous « dé-penser. »



Mais aussi :

Citation :
Il a fallu que je sombre totalement dans la douleur physique, dans le délabrement moral pour que le mécanisme vole en éclat. Il a fallu que le goût de la mort devienne l’ultime espoir pour que je prenne conscience du mécanisme. C’est là qu’Hélène est apparue.

multiplié par.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Mar 7 Déc 2010 - 19:36

Romane a écrit:
Je dois dire que ton propos ici et la vidéo me touchent énormément.

L'ici et maintenant, trop oublié, pour lequel il faut dépenser une folle énergie lorsqu'on le sent inatteignable et qu'on sait que nos mains n'iront pas plus loin que le bout de nos bras, est une torture quand on n'a pas pris garde de prendre soin de lui et de lui redonner la noblesse de sa place.

Au contraire, quand on parvient à le faire sien, des murs s'écroulent tout à trac, et tout devient si tellement tant plus facile... !

C'est ce que j'essaie de faire comprendre à mes élèves...Et c'est déjà difficile de les libérer de l'influence environnementale...
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
AGsatanas

avatar

Nombre de messages : 10
Age : 24
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 18:50

Hum, très très bonne interprétation !
J'ai bien aimer et je suis en accord avec une bonne partit de tout cela !

Malgré ça, l'homme n'arrivera jamais a se détacher de l'espoir quoi qu'il arrive...
Cela fait partit de lui, ça me rappel cette phrase que la plupart des gens connaissent " L'espoir fait vivre. "

=> D'où le fait qu'il soit tout de même utile parce que pour ma part, je trouves que sans espoir le monde serai bien plus moche, plus laid que ce que je ne le penses actuellement.
Toutes ces réalités du monde, cette méchanceté et autres y fessant partit, détruisant peu a peu ce regard que nous avons de lui.
L'espoir nous donnent une image plus belle de celui-ci

N'est-il donc vraiment pas bon d'utiliser l'espoir même s'il n'est qu'illusoire ?!
Il nous rassure, il efface la peur entre autre...

Mais s'il n'était pas la pour l'effacer ?
Que serai nos vies ? Ne serions nous pas en train de vivre constamment avec nos peurs ?!
Est-ce qu'une telle vie est possible psychologiquement ?!

Je penses que l'espoir est une clé, une sorte d'apaisement pour le cerveau (certes encore une fois illusoire);
Mais c'est aussi quelque chose qui nous permet parfois d'agir ou de nous amuser au-delà de nos peurs.
Quelque que choses qui nous permet de vivre plus facilement, sans craintes !
Alors gardons le ! La réalité est beaucoup trop dure a accepter !
Pourquoi faire compliqué lorsqu'on peut y trouver de la facilité ?!

On peut certainement considérai l'espoir comme un sentiment, un état psychologique tel que la jalousie, la peur ou autre...
D'ailleurs il en va de dire qu'on pourrai évoquer a peut prêt le même genre de critique sur tous ces différents états psychologique.
Donc au final on pourrai même en conclure que tout les sentiments de l'homme peut importe ce que soit, joie, tristesse, peur...
Sont eux aussi complètement inutiles et sont une perte de temps car ils nous perturbent et nous empêche d'avancés ! Ce qui n'est pas faux d'ailleurs car on aurai le temps de se consacré sur les choses prioritaire !

Mais attendez ! Quelles serai pour nous nos tâches prioritaires a accomplir sans sentiments ?!

Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 19:44

Bonjour
je viens de recevoir un message dans ma boîte et du coup me voilà ^^
Et bien, AGsatanas, après avoir lu votre réponse, je dirais que je suis à l'opposé de votre point de vue ^^
Non, l'espoir ne sert à rien. Les marins du Vendée Globe, par exemple, n'espèrent rien. Même si la dialectique peut faire partie de quelques pensées éphémères, ves gens-là ne sont pas dans l'espoir, ils sont l'action. Hors, l'espoir n'est pas un acte, c'est uniquement une pensée.
Je viens de finir un nouveau roman et je vais l'envoyer aux éditeurs. Je n'ai aucun espoir d'être publié étant donné que c'est une décision qui ne m'appartient pas. Par contre, j'ai travaillé pendant des centaines d'heures à cette écriture et toujours sans aucun espoir. ce qui ne signifie pas que j'étais "désespéré". Les deux notions sont inutiles. Si on en raye une, on raye l'autre avec. C'est là tout l'intérêt ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
AGsatanas

avatar

Nombre de messages : 10
Age : 24
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 20:48

Salutation ^^

Hum sur ce point c'est exacte je ne peux que vous suivre, tout comme ce texte ci dessus.
Mais juste que sa me semble peu probable de le supprimer totalement de soi...
C'est pour cela que je voulais souligner le fait qu'on ne peut juste pas l'effacer de notre cerveau indéfiniment ( du moins pour mon avis personnel ).

Car il y a certaines situations dans lesquelles on tend forcement a tombés dedans ( dans l'espoir de quelque chose).
Je suis complètement d'accord que sa ne sert strictement a rien de se reposer sur l'espoir qui se base à priori sur la chance !
C'est même totalement absurde oui !

Mais notre esprit ou plutôt nos pensées se dirigent dans quelques circonstances trop facilement vers l'espoir comme par exemple lorsqu'un proche tombe malade, c'est un exemple basique mais...
Quelque part que l'on le veuille ou non, on en viens a pensée automatiquement que ça ira mieux et c'est la qu'on " espère " sans forcement le vouloir même en sachant nous même que c'est absurde, qui na pas d'échappatoire...
Juste ne serait ce qu'une idée, une pensé brève qui nous viens a l'esprit.

C'est pour cette raison que j'ai un avis différent sur le fait qu'on ne peut pas faire totalement sans lui même si on le voudrai.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 20:49

Je trouve que l'ici et maintenant illustrerait bien ta réponse, Thierry.

Et à propos d'espoir, si une expression me hérisse le poil, c'est bien celle-ci : "Il faut garder espoir"
Je la remplacerais volontiers par quelque chose comme : "Essaye de garder force", moins trompeuse et plus concret peut-être.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 21:07


"Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer" Guillaume le Taciturne.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 22:00

Romane a écrit:
Je trouve que l'ici et maintenant illustrerait bien ta réponse, Thierry.

Et à propos d'espoir, si une expression me hérisse le poil, c'est bien celle-ci : "Il faut garder espoir"
Je la remplacerais volontiers par quelque chose comme : "Essaye de garder force", moins trompeuse et plus concret peut-être.
Oui romane, dans le même genre il y a "tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. " Consternant. Comme si la vie espérait quelque chose...Non, elle vit. Il n'y a que nous pour accepter de telles perditions dans un ailleurs illusoire.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 22:01

Tryskel a écrit:

"Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer" Guillaume le Taciturne.
Très belle citation. Rien à ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 22:06

thierry a écrit:
Oui romane, dans le même genre il y a "tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. " Consternant. Comme si la vie espérait quelque chose...Non, elle vit. Il n'y a que nous pour accepter de telles perditions dans un ailleurs illusoire.

En même temps, l'intention du message est un geste de solidarité ou d'encouragement, ou d'affection, quelque chose comme ça. Nous sommes petits, petits, petits, la force de la vie est sans doute effrayante pour l'homme qui sait qu'il est voué à mourir un jour. Finalement, l'espoir serait une sorte de refuge, comme la croyance en dieu ? La recherche métaphorique du temps utérin, la protection maternelle revisitée ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 22:26

Romane a écrit:
thierry a écrit:
Oui romane, dans le même genre il y a "tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. " Consternant. Comme si la vie espérait quelque chose...Non, elle vit. Il n'y a que nous pour accepter de telles perditions dans un ailleurs illusoire.

En même temps, l'intention du message est un geste de solidarité ou d'encouragement, ou d'affection, quelque chose comme ça. Nous sommes petits, petits, petits, la force de la vie est sans doute effrayante pour l'homme qui sait qu'il est voué à mourir un jour. Finalement, l'espoir serait une sorte de refuge, comme la croyance en dieu ? La recherche métaphorique du temps utérin, la protection maternelle revisitée ?

Personnellement, j'appelle ça " le doudou" Smile)
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 22:38

Ce qui donne donc : Tant qu'il y a de la vie, il y a le doudou. Laughing

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 23:11

Romane a écrit:
Ce qui donne donc : Tant qu'il y a de la vie, il y a le doudou. Laughing

Je l'aimais tellement mon doudou, c'était un nounours avec deux grosses oreilles, j'aimais son odeur et je me frottais la bouche avec son nez en plastique...
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Jeu 29 Nov 2012 - 23:26

Tiens, je remonte ça pour AGsatanas ^^. En fait, je n'ai pas changé d'un iota dans tout ça et je m'aperçois tous les ans à quel point il est essentiel de le présenter aux enfants.
Celui qui a appris sa leçon, qui parvient pendant un contrôle à rester concentré, appliqué, vigilant quant à l'utilisation de sa leçon et tout ce qui a été fait auparavant en classe, il n'a aucun espoir à avoir. Il se doit juste de rester dans l'instant. De même, il n'a aucun espoir à avoir ensuite quant à la note qu'il va obtenir. Il a fait tout ce qu'il pouvait et le reste ne lui appartient pas. S'il se met à imaginer la suite, il fabrique lui-même les éléments d'une possible désillusion. Et ce désespoir qui surviendra ne sera pas venu d'un élément extérieur mais du chaos qu'il a lui-même fabriqué.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
AGsatanas

avatar

Nombre de messages : 10
Age : 24
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Ven 30 Nov 2012 - 0:34

Magnifique ça me fait pensées a ce que je faisais lors de certains devoirs même peut être tous d'ailleurs et encore actuellement aujourd'hui...

Quand j'ai un manque de connaissances sur le sujet tout ce que je trouves a faire, c'est d'y réfléchir au moment même et c'est effectivement la qu'il reviens, en " espérant " trouver les bonnes réponses dans un coin de ma mémoire.
Mais il vrai que c'était naïf de ma part de penser cela...

Des fois il arrive que cela fonctionne.
Mais au final ce qu'il fonctionne c'est peut être juste ce que je sais déjà quelque part en moi,
et par contre ce qui en deviens faux c'est ce que j'aurai forgé, crée sera la représentation de juste un ensemble de pensées tirai d'une conclusions trop rapide ( Pas le temps de réfléchir a toute les éventuel possibilités lors d'un examen pour savoir si oui ou non ce que tu viens de t'imaginée peut être vrai ou non ).

Ai-je bien compris ?! ^^

Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Ven 30 Nov 2012 - 0:45

J'ai fusionné les deux fils sur l'espoir, pas la peine qu'il y en ait deux, merci de l'avoir fait remonter, nounours avec deux oreilles. Very Happy

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Ven 30 Nov 2012 - 0:46

Romane a écrit:
J'ai fusionné les deux fils sur l'espoir, pas la peine qu'il y en ait deux, merci de l'avoir fait remonter, nounours avec deux oreilles. Very Happy

LOL ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Ven 30 Nov 2012 - 10:23

thierry a écrit:
Bonjour
je viens de recevoir un message dans ma boîte et du coup me voilà ^^

Merci AGsatanas de nous avoir réveillé notre Thierry.

On commençait à désespérer.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Ven 30 Nov 2012 - 11:05

Vic Taurugaux a écrit:
thierry a écrit:
Bonjour
je viens de recevoir un message dans ma boîte et du coup me voilà ^^

Merci AGsatanas de nous avoir réveillé notre Thierry.

On commençait à désespérer.
LOL ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
AGsatanas

avatar

Nombre de messages : 10
Age : 24
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Ven 30 Nov 2012 - 22:57

On pourra dire que j'aurai contribuer au moins a une chose dans se forum alors ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Sam 1 Déc 2012 - 3:06

thierry a écrit:
Tiens, je remonte ça pour AGsatanas ^^. En fait, je n'ai pas changé d'un iota dans tout ça et je m'aperçois tous les ans à quel point il est essentiel de le présenter aux enfants.
Celui qui a appris sa leçon, qui parvient pendant un contrôle à rester concentré, appliqué, vigilant quant à l'utilisation de sa leçon et tout ce qui a été fait auparavant en classe, il n'a aucun espoir à avoir. Il se doit juste de rester dans l'instant. De même, il n'a aucun espoir à avoir ensuite quant à la note qu'il va obtenir. Il a fait tout ce qu'il pouvait et le reste ne lui appartient pas. S'il se met à imaginer la suite, il fabrique lui-même les éléments d'une possible désillusion. Et ce désespoir qui surviendra ne sera pas venu d'un élément extérieur mais du chaos qu'il a lui-même fabriqué.

Je ne peux qu'approuver et être ravie que l'Homme des neiges soit sorti de son hibernation.

Le terme "dpudpu" n'était pas à la mode, mais je me souviens (et je n'y avais plus repensé depuis très, très et encore plus longtemps) de mon nounours, je n'ai plus mémoire de l'allure qu'il avait neuf, mais je sais que j'allais le chercher dans la poubelle quand ma mère le jetait décidant qu'il avait fait son temps, il était recousu, décoloré, mais ça fait rien c'est mon nounours!

Comme les mouvements tectoniques mettent à jour des couches enfouies depuis des millions d'années, les conversations sur LU remuent la mémoire. le rapport avec l'espoir, je sais pas mais comme tout est lié, il doit bien y en avoir un! Ange

Lorsque tous les maux furent lâches sur l'humanité après que Pandore eut ouvert la boîte, ne resta au fond que l'Espérance, que Baudelaire qualifia de "folle charmante".
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   Sam 1 Déc 2012 - 8:38

"La Folle charmante" Smile) J'adore !!
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'espoir, le désespoir.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'espoir, le désespoir.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Gavalda, Anna] 35 kilos d'espoir
» Vers l'espoir d'une vie nouvelle...
» une lueur d'espoir
» Amis du désespoir.
» Bougie Espoir 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Philosophie-
Sauter vers: