Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Le Scandale arrive!!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9739
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Le Scandale arrive!!!!   Mar 28 Déc 2010 - 20:46


C’EST UN SCANDALE !



De Woerth/ Bettencourt au Médiator en passant par le Karachi Gate et Clearstream, les scandales sont quasi quotidiens (sans compter tout ce qu’on ne sait pas encore).
Je me suis donc interrogée sur le sens exact et l’étymologie du terme. L’étymologie étant comme souvent plutôt obscure, mais toutes les consultations que j’ai faites convergent vers le sens de « piège, ce qui fait trébucher. » je ne le voyais pas comme ça, retenant l’aspect révélations de pratiques incompatibles avec l’éthique, révélations qui suscitent à juste titre l’indignation publique.
Certes les scandales ne datent pas d’hier, l’Histoire en bruisse de l’Affaire de la Mutilation des Hermés dans l’Athène du Vème siècle avt JC, à celui de Panama en passant par la Banqueroute de Law et le Collier de la Reine pour ne citer que ceux là…
Mais les scandales ci-dessus évoqués ont fait tomber ceux (pas tous, y’en toujours qui passent à travers les gouttes) qui y étaient impliqués directement ou non. Jules Grévy, président de la République démissionne parce que son gendre était l’instigateur d’un trafic de décorations.
Aujourd’hui c’est le président qui trafique, ouvertement, en accrochant lui-même les hochets sur la poitrine de ses copains dont certains sont à l’origine de scandales comme Servier du Médiator… Et « l’honnête » Woerth n’a pas démissionné malgré toutes les casseroles qui lui tintent aux fesses. Il s’est quand même fait virer, devenu juste utile comme fusible.

Et si le scandale était là aussi et peut être surtout ? Les responsables de trafic, de malversations, de complaisance envers des entrepreneurs uniquement occupés à gagner du fric par tous les moyens restent en place…
Qu’ils cherchent à échapper aux sanctions qu’ils encourent, c’est de bonne guerre (je dis pas que c’est moral), parce que ce qui les embête ce ne sont pas les conséquences de leurs actes sur la société, l’économie, la santé, c’est de s’être fait prendre !
Il y a d’ailleurs un détournement de la phrase de l’Evangile « malheur à celui par qui le scandale arrive » qui vise l’auteur du scandale. Aujourd’hui ce sont les dénonciateurs du scandale qui sont considérés comme ses déclencheurs. Voir l’attitude de Sarko et sa bande envers les journalistes qui ont le tort de faire leur boulot en disant ce qui se passe. Et pas que d’aujourd’hui, au fond, ce qui gêne c’est la mise en lumière de ces agissements, qu’ils soient contraires à l’éthique et à l’intérêt général n’est pas le point le plus important, c’est que ça se sache.
Et il est aussi vrai comme dit dans l’article suivant, que les médias font volontiers leur fond de commerce de ces scandales, que le public en est friand (au moins agit-on comme si). Mais une fois l’effet scoop passé, médias et public se désintéressent et les affaires retombent comme des soufflés refroidis, on passe à autre chose, un scandale en chassant un autre…

On trouve en tapant « Scandale » des pages et des pages dans lesquelles il faut trier pour obtenir une définition précise, je suis contente d’avoir trouvé l’article : « Et si le scandale c’était bon pour la morale » qui répond assez bien à ma recherche, et d’avoir découvert le site Agrobiosciences qui présente plein d’articles interessants…






DÈFINITION

1 Terme de l'Écriture sainte. Ce qui est occasion d'errer, de tomber dans l'erreur ou dans le péché. Si votre main vous est un sujet de scandale, coupez-la. [SACY, Bible, Évang. St Marc, IX, 42]

2Occasion de chute que donne une mauvaise action, un discours corrupteur. Malheur au monde à cause des scandales ; car il est nécessaire qu'il arrive des scandales ; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive. [SACY, Bible, Évang. St Math. XVIII, 7]
On dit de même : être, devenir une occasion de scandale.
Par antiphrase, le scandale du bon exemple, le bon exemple que donne une personne au milieu de ses compagnons pervertis. Pour écarter le scandale du bon exemple, ils m'excitaient à les imiter. [ROUSSEAU, Les confessions]

3Répulsion, indignation que causent les actions, les discours, les personnes de mauvais exemple. [L'empereur] Julien [fut] le scandale de notre Église et la gloire de l'empire romain. [VOLTAIRE, Essai sur les moeurs et l'esprit des nations et sur les principaux faits de l'histoire depuis Charlemagne jusqu'à Louis XIII]
]
Par exagération. C'est un scandale, il est indigne, honteux. C'est un scandale qu'il ait obtenu cette place. Fi ! c'est un scandale.

5Insulte (sens qui vieillit). Mais, après le scandale et l'affront d'aujourd'hui, Le ciel n'ordonne pas que je vive avec lui. [MOLIERE, Tartuffe, ou l'imposteur]

6 En termes d'ancienne procédure, un amené sans scandale, un ordre du juge pour faire amener quelqu'un devant lui sans éclat. Point de bruit, Tout doux, un amené sans scandale suffit. [RACINE, Les plaideurs]



LE SENS DES MOTS. NOVEMBRE 2010
ET SI LE SCANDALE, C’ETAIT BON POUR LA MORALE ? (CHRONIQUE ORIGINALE)

Tout aujourd’hui fait scandale. Dans un même sac, le divorce d’une desperate people, une sombre affaire d’Etat, des collusions d’intérêts à la pelle, une intoxication majeure et j’en passe… Pêle-mêle, les soupçons se confondent avec les certitudes, les rumeurs avec les faits, le vrai avec le faux. A l’heure où se clôt le procès en appel de l’hormone de croissance et où le Médiator enflamme l’actualité sanitaire - pour s’en tenir à ce domaine - , calmons-nous quelques minutes. Car, au juste, de quoi le scandale est-il le nom ? Retour sur l’étymologie d’un joli mot qui masque de vilaines manœuvres aux effets paradoxaux. Et qui en dit long sur les sociétés où il se déploie. Par Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences


Par trois fois à cul nu…
Imaginez un gros caillou. De celui qui fait trébucher et tomber de tout son long. Eh bien, le scandale, c’est en premier lieu cette pierre d’achoppement, qui fait obstacle et qui roule depuis la nuit des temps. Son nom lui vient en effet du sanscrit skand, repris par le grec skandalon qui désignait un piège, et traduit enfin en latin par scandalum.
Chausse-trappe ? Un tel signifié ne pouvait laisser indifférent les Ecritures saintes. Et voilà que ce trébuchet, au sens propre, nous fait basculer au figuré dans le mal. Un sens qui aura une longue carrière. Pendant des siècles, le scandale désignera donc une occasion de tomber dans le péché.
Cet usage théologique se double, à partir du 16è siècle, d’une signification beaucoup plus laïque. Quittant le commerce avec le ciel pour aborder de plain-pied les relations avec les hommes. Le scandale devient alors un affront, un acte qui, à l’image des duels, provoque la réprobation publique, un comportement qui choque les bonnes mœurs ou « la commune opinion » des peuples, telles ces « maisons de scandale » que sont les lieux de prostitution.
L’expression « pierre de scandale » fait alors florès, pour désigner ici une femme dépravée, ailleurs un margoulin de la pire espèce. Opérant un retour à l’Antiquité, Furetière, dans son dictionnaire de 1690, explique l’origine de cette locution. Cela vient, dit-il, « d’une pierre élevée devant le grand portail du Capitole, sur laquelle on faisait heurter par trois fois à cul nu » les responsables de banqueroute… En ces temps de crise économique et de records financiers, une telle pierre serait fort fréquentée. Imaginez. Traders et banquiers, le pantalon sur les chaussettes…
N’est pas scandaleux qui veut
Mais poursuivons. Car continuant son bonhomme de chemin, de Panama à l’amiante en passant par Dreyfus, notre scandale opère un ultime déplacement, pour se contenter de désigner, non plus l’acte répréhensible, mais son effet : l’émotion, le malaise, l’éclat fâcheux ainsi provoqué. L’esclandre pourrions-nous dire, qui tire son nom de la même racine latine. Le sens actuel éclairci, reste à savoir ce qui « fait » scandale.
Il y faut trois ingrédients, selon le philosophe et psychologie français René Le Senne (1) : une collectivité d’abord, celle des « scandalisés ». En clair, sans l’existence de l’autre, le comportement scandaleux n’a pas lieu d’être. L’existence de valeurs partagées, ensuite. Que ce soient les bonnes mœurs ou les principes religieux, c’est le fait qu’ils soient bafoués ou ridiculisés qui cause le scandale. Et puis, il faut un public auprès duquel se diffuse l’objet du scandale. Précision importante de R. Le Senne : l’événement scandaleux peut être faux, archi-faux, l’essentiel est qu’il soit tenu pour vrai par l’opinion publique. Aujourd’hui, côté diffusion de rumeurs, internet relaye allègrement rumeurs et vérités, auprès d’un public qui n’a jamais été aussi large. Et quand bien même ce ne serait point le cas, le scandale a cette particularité qu’il créé lui-même ses publics, qui se divisent en défenseurs des vieilles valeurs outragées d’un côté, et en promoteurs de nouvelles règles, de l’autre. Sans oublier les « professionnels », tous ceux qui vivent du scandale et le propagent.
Mais quels sont ces scandales qui sifflent sur nos têtes ?
A lire les titres des médias et des divers sites internet, qui dénoncent et s’offusquent, ou plus simplement, rappellent, comme Le Figaro de ce jour, la longue liste des scandales sanitaires qui secouent la France, peu à peu, une question se fait jour : « ça sert à quoi un scandale ? ».
Le grand sociologue Eric Dampierre s’était penché justement – en 1954 !- sur l’étude de ces phénomènes et leurs fonctions. Car gageons que si le scandale ne servait qu’à heurter la bonne conscience, il n’aurait pas un tel succès. En fait, nous dit E. Dampierre, il sert aussi à révéler que les valeurs qu’une société s’est donnée ne sont pas intangibles et ne sont pas forcément respectées par tous. Or, ainsi attaquées, ces valeurs en sortent renforcées. Face à la tentative de corrosion ou de corruption des grands principes qu’elle s’est choisie, la société fait cohésion, dans l’émotion et la réaffirmation de comportements collectifs. « Le scandale crée ou active un « nous » »… » Loin d’être un simple fossoyeur de nos valeurs, il en constitue un test, une mise à l’épreuve. Une pierre de touche.
Le scandale, propre aux périodes d’entre-deux
On s’en doute, le scandale agit ainsi en révélateur des sociétés dans lesquelles il naît ; il dévoile la hiérarchie de ses valeurs, la part de ses croyances et de ses méfiances, le degré d’adhésion à ses institutions. « Aux types de scandales, correspond une typologie des sociétés (…), mais aussi », ajoute E.Dampierre, « des régimes politiques dont elles se sont dotées, selon qu’ils soient autoritaires ou libéraux. » Et le sociologue de citer un passage de René Le Senne : « Le scandale révèle moins des époques organiques qu’une structure rigide et respectée régit, et des époques troublées que déchirent des forces guerrières ou révolutionnaires, que de leurs transitions où le vieux droit a perdu de sa vigueur, où le jeune n’a pas encore acquis la sienne. » Un intervalle qui pourrait bien caractériser notre époque.
Depuis plusieurs années, dans le fil de ces analyses, les chercheurs des sciences humaines – et plus particulièrement ceux de la sociologie pragmatique - voient dans le scandale non pas un révélateur, mais un moment même de transformation sociale, par la transgression qu’il met publiquement à jour : « En forçant les acteurs à se positionner et à réaffirmer (ou à modifier) explicitement des valeurs implicitement partagées et à les inscrire dans des textes réglementaires, en forçant des refontes organisationnelles… le scandale ne laisse jamais les choses en l’état. En un mot, le scandale enferme en lui une force instituante.(2) » Vu le chapelet de vrais ou de faux scandales qu’égrènent les médias, on doit avoir une sacrée force instituante…

Chronique Le Sens des mots, Valérie Péan, Mission Agrobiosciences, 26 novembre 2010
Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Le Scandale arrive!!!!   Mar 28 Déc 2010 - 22:54

Merci Prof Trys, je ne voyais pas les choses comme ça.

J'en apprends des choses, sur le Forum des LUs !
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Scandale arrive!!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le scandale Hannah Montana !
» [AIDE] j'ai un htc hero et je n'arrive pas a envoyer des mp3 par bluetooth
» [AIDE] Je n'arrive pas à décrocher un appel
» [Demande conseils] Chèque envoyé mais n'arrive pas à destination !
» [RESOLU]Je n'arrive pas a installer le news sense hd sur mon desire (deja rooter)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: