Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le futur immédiat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yugcib

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Le futur immédiat   Lun 11 Avr 2011 - 20:07

Je ne parviens plus depuis janvier 2011 à me projeter dans le futur immédiat... Ce futur qui est celui des années qui viennent et s'étend jusqu'aux confins du milieu du 21 ème siècle...
En 2048, une année qu'il ne me tarde guère d'atteindre, j'aurai cent ans, ainsi que Nathalie Baye, Gérard Depardieu et Louis Cheddid...
Hier encore en 2010, je disais : "dans les années 2030... " ou "en 2040... "
Et je disais aussi : "en 2012... en 2020... "
Et je continuais disant : "il se passera ceci, cela... " Et "l'on aura inventé ceci, cela... "
J'imaginais des ordinateurs plus puissants, des i-phones et des smartphones plus performants, des images et vidéos holographiques se mettant en place dans l'air même juste au dessus de l'ordinateur ou du téléphone portable...
J'imaginais depuis Bordeaux, le train LGV transportant des étudiants des Landes et des Pyrénées Atlantiques chaque matin et chaque soir, qui ne seraient donc plus obligés de prendre une chambre ou un studio à Bordeaux durant l'année de leurs études...
C'est fou ce que j'imaginais, de ce qui serait et se ferait... Jusqu'en 2048... Et j'imaginais même ces "bébés de 2011" devenus des vieillards de cent ans en 2111...

Dès le début de cette année 2011 cependant, j'ai senti en moi, par le regard qui me venait, par les événements qui survenaient et dont la marche s'accélérait sans qu'il soit possible de concevoir l'évolution et l'issue de cette marche...
Que le 9 novembre 1989, jour de l'entrée dans le "nouveau monde" par la chute du mur de Berlin... était déjà devenu une date dépassée, figée comme un visage pâli sur un tableau de peinture, un visage ayant perdu toute la symbolique du regard qu'il avait eu alors...
Est survenu ensuite ce vendredi 11 mars 2011, le "Jour du Soleil", comme j'ai appellé ce jour... parce que le soleil, le centre du soleil, c'est comme dans un réacteur nucléaire... La fusion... L'énergie des étoiles...
Déjà le 26 avril 1986 à Tchernobyl, et durant les quinze jours qui suivirent au moins, des milliers de "liquidateurs" avaient sacrifié leur vie pour que l'Ukraine jusqu'à Minsk et une partie de la Russie occidentale ne deviennent à jamais un "no man's land", c'est à dire un désert totalement stérile et inhabitable.

http://www.suite101.fr/content/les-liquidateurs-de-tchernobyl-heros-anonymes-et-sacrifies-a25060

Combien de "liquidateurs" pour la centrale nucléaire de Fukushima ?
Ces "liquidateurs"... Des oubliés de l' Histoire !
Pas le moindre monument commémoratif, pas la moindre cérémonie du souvenir en hommage à ces gens qui ont sacrifié leur vie pour éviter que ne meurent des dizaines de millions de personnes !

Alors... 2012... L'élection présidentielle en France, de 2012... Il faut déjà y arriver !
Vous me direz "ce ne sont là que considérations purement existentielles"... Ou encore "fantasmes culturels de poète ou d'écrivain diffusant de la littérature de science fiction épouvante" !
Mais nous y sommes bel et bien, dans la science fiction... Une science fiction devenue un abîme de réalités toutes plus "surréalistes" encore, que toute forme de surréalisme.
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
yugcib

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Comment nos ancêtres imaginaient-ils le futur ?   Lun 26 Mar 2012 - 12:23

Je me suis souvent posé cette question :

Comment nos lointains (ou même plus proches) ancêtres, de différentes civilisations du passé ; en France, en Europe, dans le monde, dans l'antiquité... Ou dans les siècles qui ont précédé... Imaginaient-ils le futur (proche ou lointain) ? Est-ce qu'ils se disaient par exemple : "comment ça sera dans mille ans, dans quelques siècles... Comment vivra-t-on, qu'aura-t-on inventé?"... Enfin, ce genre de question... ?
Sans doute autrefois étaient-ce les religions, les cultes, les mythes, les légendes et les croyances populaires, qui à elles seules, entretenaient les imaginations et les rêves, dans l'immense majorité des gens ordinaires du peuple...
Ils devaient donc imaginer, rêver, croire que "ça sera comme ceci ou comme cela", en fonction essentiellement de ce que leur apportait la religion ou les légendes...
Il nous est difficile de concevoir qu'il eût pu exister dans un lointain passé ou même dans un passé relativement proche de nous d'un siècle ou deux, quelque chose qui se serait apparenté à notre science fiction actuelle selon les connaissances bien sûr, de l'époque.
Ce sont les avancées technologiques et les découvertes scientifiques survenues à partir du milieu du 20 ème siècle, qui ont tout d'abord inspiré les écrivains et romanciers de science fiction, éveillé les imaginations des gens ordinaires que nous sommes pour la plupart d'entre nous, et ensuite, ont fait la science fiction telle que nous la connaissons aujourd'hui.
Mais "avant", comment c'était ?
"Avant", il y avait la réalité quotidienne, souvent très dure et très précaire pour une immense majorité de gens dont le principal souci était celui de survivre... Et j'imagine assez mal comment dans de telles conditions de vie aussi difficiles, l'on pouvait rêver à "comment ça serait dans cent ans, dans mille ans"...
Il faut souligner aussi, dans le passé comme dans le présent, l'influence exercée par les grandes religions du monde sur tous les peuples. Les grandes religions en effet, donnent une "explication" de nos origines et un "modèle" à suivre, de telle sorte que toute affabulation ou vision d'autres mondes possibles semble ou est considérée "déraisonnable" ou inutile... (mais lorsqu'il y a manifestement une vérité ou un fait scientifique, ou une probabilité scientifique – et non une affabulation- alors les grandes religions ne peuvent plus infirmer les faits et les découvertes comme elles le faisaient auparavant)...
D'ailleurs "Dieu" intervient bien dans certaines oeuvres de science fiction produites par des romanciers et des écrivains croyants... (c'est dire la force, la puissance, l'omni présence, l'influence de la religion, partout dans le monde)...
Je dirais même que depuis quelques années dans le monde actuel où nous vivons, alors que circule un flot continuel, instantané et quasi infini d'informations et de connaissances, alors que les technologies de la communication ne cessent de se développer, que de plus en plus de jeunes partout dans le monde parviennent à faire des études secondaires ou supérieures, que les populations et que les cultures se mêlent ; que des courants idéologiques, que des passions, que des antagonismes, que des communautarismes, que des exclusions, que des haines, que des violences, que des conflits, s'entrechoquent... Les grandes religions exercent encore plus leur influence, leur autorité et leur pouvoir dans la vie quotidienne des gens, dans la relation que les gens ont entre eux...
Quel futur dans un tel contexte actuel mondial, peut-on encore imaginer? Les années situées en gros entre 1950 et 1980, seraient-elles "les meilleures" pour la littérature de science fiction ? C'est à dire "les plus porteuses d'espérance" ?
Lorsque l'on versait autrefois -il n'y a pas encore si longtemps- dans le "catastrophisme" il y avait alors "quelque chose de confortable si l'on peut dire, à se faire peur" en pensant très consensuellement, que "ça ne serait jamais possible et qu'on trouverait une solution avant"...
C'était là une vision exprimée en quelque sorte pour "conjurer" l'inacceptable, l'impossible, la grande peur, toutes les déviances possibles et imaginables...
Aujourd'hui le "catastrophisme" n'est plus un "fantasme" mais une réalité... Ou plus exactement le "catastrophisme" tend à devenir une réalité car il commence à survenir.
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Lun 26 Mar 2012 - 14:03

Les précurseurs de la science fiction datent d'il y a bien longtemps, le premier identifié remonte à 120 (fiche wikipedia personnelle de Lucien de Samosate), et voici l'évolution de la SF :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Science-fiction

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Lun 26 Mar 2012 - 16:34

Pas mal ton article-questionnement. Je me suis souvent fait cette réflexion aussi.
Je me souviens dans mon adolescence notamment avoir fantasmé énormément sur "l'an 2000", dans les années 70, on l'assaisonnait à toutes les sauces, jusqu'à ajouter "2000" à un nom pour le rendre plus moderne, sans parler de notre vision de l'époque de l'an 2000 : les tenues moulantes ou brillantes (genre les Bogdanof dans Temps X), les voitures silencieuses qui ne touchent plus le sol, la colonisation de Mars, la télépathie, l'écologie résolue, etc...
Et finalement, peu de choses se sont réalisées comme nous le prévoyions alors : l'apparition des micro-ordinateurs, des téléphones portables, d'internet et du WiFi sont les avancées les plus considérables en terme de quotidien. Mais d'autres avancées moins à la portée du public le sont aussi, comme l'observation poussée du passé par des instruments comme Hubble, la fin de la guerre froide, l'alternative énergétique au pétrole (même si les solutions sont étouffées par les lobbies, elles existent), les techniques chirurgicales, la nano-technologie, etc.
Il est donc indéniable qu'en 30 ans nous projetions des fantasmes de SF et nous en avons obtenu d'autres.
Alors sur des siècles, évidemment...

D'autre part, il faut distinguer l'écriture d'anticipation de l'écriture de science-fiction : l'anticipation décrit une évolution de notre société dans notre avenir, avec une vision plausible, alors que la SF évoque un monde différent.
Les auteurs d'anticipation, pour certains, ont à merveille réussi à "anticiper" justement certaines évolutions de notre monde, comme Verne et Orwell par exemples.
Sur le 21ème siècle, je me suis adonné à l'exercice d'anticipation dans cette nouvelle : http://liensutiles.forumactif.com/t11500-nouvelle-bus-7


Une question : pourquoi poster tes petits éditos dans la rubrique consacrée à nos œuvres littéraires et artistiques alors que ce sont plutôt des débats d'actualité en général ? (pour lesquels plusieurs sections spécifiques existent déjà)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
yugcib

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Lun 26 Mar 2012 - 22:48

... Il faudrait à mon sens distinguer la science fiction (littérature, cinéma) du fantastique... Quoique dans la science fiction tout comme dans le fantastique, il y a aussi d'une part, ce qui a vocation à être crédible, qui s'appuie tant soit peu sur une réflexion scientifique ou cognitive incitant à déduire "dans une certaine logique" et donc à imaginer une histoire, des personnages, des mondes et des environnements différents ; et d'autre part ce qui n'a pas vocation à être crédible, qui se fonde sur du rêve, sur des personnages dont on sait qu'ils ne peuvent absolument pas exister dans le réel, sur des fantasmes, sur des légendes, sur justement tout ce qui procède de la fantasmagorie pure (par exemple, Harry Potter, Le seigneur des anneaux)...
Personnellement, je ne "verse" si je puis dire, que dans le "crédible"... (Je n'ai donc pas aimé Harry Potter ni Le seigneur des anneaux, car je suis d'un esprit "trop scientifique et cognitif" pour pouvoir apprécier "à leur juste valeur s'il en est", de telles oeuvres)...
Par contre j'ai beaucoup lu et aimé Jules Verne (mais pas toujours dans son style littéraire un peu trop à mon sens "vieillot", et "par trop manichéen" par moments dans sa vision du monde et l'attachement qu'il porte à certaines valeurs moralisatrices)... Comme par exemple dans "L'île mystérieuse" (mais il vrai aussi que ce genre de récit s'adresse plus spécialement à la jeunesse)...
J'aime aussi beaucoup Azimov...
Sans doute, depuis le temps que je me pose la question sur ce sujet "le futur vu par nos ancêtres", je vais me lancer dans des lectures d'ouvrages d'auteurs anciens, de science fiction ou d'anticipation... Mais de toute évidence, je vais forcément choisir de lire des auteurs qui ont écrit des histoires "crédibles" c'est à dire ayant un minimum de connotation scientifique, logique, cognitive... (les fées, les sorciers, les maléfices, les diableries, les lutins, les gnomes, tout ça "c'est pas ma tasse de thé"!... Ni non plus les histoires de machines à remonter le temps ou de mondes de lilliputiens ou de titans)...
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
yugcib

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Lun 26 Mar 2012 - 22:51

Filo : pour répondre à ta dernière question (pourquoi poster dans "vos écrits...") eh bien c'est tout bête de ma part : je n'ai tout bonnement "pas fait du tout attention" !
A l'avenir, (merci de me le dire)... Je ferai attention !
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Mar 27 Mar 2012 - 9:50

Fil très intéressant. Notre regard sur le futur change-t-il en fonction de notre âge, en fonction des générations ? Sans doute, puisqu'à des âges différents, des générations différentes, nous ne pensons pas pareil. Nous ne sommes pas les mêmes tout en restant les mêmes. Comment serais-je dans vingt ans ? La question est paradoxale car je sais déjà que je serais moi et différent.
Le catastrophisme n'est pas une invention récente. Le mot catastrophe vient du théâtre grec. Il désigne le deuxième acte, celui dans lequel prend corps le drame. Il est précédé par un premier acte d'exposition, d'ouverture. Mais, après tout cela, survient toujours un acte épilogue, c'est à dire, ce qu'il faut penser après la catastrophe... Comme quoi la catastrophe ne serait pas si catastrophique car ce n'est pas la fin. Cela n'aurait d'ailleurs aucun intérêt : ma propre fin, je la connais très bien même si je me refuse d'y penser. Elle sera sans doute, des plus banales, à l'image de celle de tous les mortels.
Donc, le futur, c'est quand même beaucoup d'imagination, un peu de la mienne, beaucoup de celle des autres...
Revenir en haut Aller en bas
yugcib

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Mer 28 Mar 2012 - 22:43

... Peut-on parler de science fiction... Dans le passé ? Dans la mesure où, comme l'on explorerait l'avenir, l'on explorerait le passé ? Par "exploration" je ne vois pas seulement l'exploration dans le passé ou dans l'avenir en tant qu'exploration à proprement parler, mais en même temps "imagination fiction projection"...
Par exemple dans "le seigneur des anneaux" pour ce qui est autre dans l'oeuvre que le côté fantastique, c'est à dire le côté géographique, le côté civilisatiion vie des gens... Ou encore dans "les enfants de la Terre" de JM Auel ?
Pour le passé, il me semble que notre curiosité de savoir ce qui fut et comment cela fut, peut être "relalivement satisfaite" à cause des découvertes archéologiques, de la connaissance même incomplète et imparfaite à laquelle on peut avoir accès...
Mais pour le futur, notre curiosité à mon avis, me semble moins aisée à satisfaire, dans la mesure où l'on puise davantage dans l'imaginaire, dans la supposition, même si l'imaginaire ou le supposé s'appuie quelque peu sur des bases scientifiques ou pseudo scientifiques...
Il est un thème de science fiction auquel je n'adhère pas, ou ai du mal à adhérer, c'est celui "où l'on remonte le temps", et celui "où l'on revient du futur".
En effet dans ce thème là, il me vient une peur : la peur que si je m'incarne dans le passé, par exemple à une époque "dangereuse" de guerre, d'épidémie ou de grande insécurité, je "meure" dans ce passé et par conséquent je ne peux plus revenir dans le présent. (par contre "mourir dans l'avenir" me ferait peut-être moins peur, car ma curiosité, cette énorme curiosité que j'ai de ce qui après moi sera et comment ça sera, serait, j'imagine, satisfaite... Et ce que j'aurai donc vu et su dans un futur vraiment réel, "compenserait" si je puis dire, le fait que je ne pourrais plus revenir dans le présent...
En somme pour dire la vérité... "ça m'emmerde de mourir" parce que mort, je ne verrai plus, je ne saurai plus ce qui sera et comment ça sera (et ça m'intéresse au plus haut point)... Bien sûr j'ai en moi de l'imaginaire, je réfléchis, je suppute, et j'imagine et essaye de savoir quand même comme je peux en fonction de mes connaissances sur les technologies du présent... Mais ce que je me sens capable d'imaginer avec "la plus grande logique possible" et avec mon esprit "scientifique et réaliste"... Ne me suffit pas du fait que je me rends compte que je n'ai pas toutes les données... (et ça m'emmerde)...
Souvent quand je vois un petit gosse né en 2000, 2010... Je me dis "moi aussi j'aimerais être né en 2000, 2010"! (j'imagine ce gosse là devenu vieux en 2100, 2110... des années que je ne verrai pas!
Le passé, je peux "à peu près" connaître grâce aux livres, aux images, aux documents... Mais l'avenir, pour ça y'a que la science fiction !
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Jeu 29 Mar 2012 - 0:48

yugcib a écrit:
Le passé, je peux "à peu près" connaître grâce aux livres, aux images, aux documents... Mais l'avenir, pour ça y'a que la science fiction !
L'anticipation, nuance. Même si on place la science-fiction dans le futur en général.
On peut très bien envisager un récit de science-fiction dans l'Egypte antique, en introduisant des voyageurs du futur ou des extra-terrestres qui seraient venus aider les Egyptiens à construire les pyramides qui ne seraient que des balises ou "portails" dimensionnels, comme dans le film "Stargate".

Il faut distinguer les genres : l'anticipation, la science-fiction, le fantastique et l'heroïc fantasy sont différents.

Pour tenter d'illustrer ces nuances, un exemple au hasard, que je vais improviser en l'écrivant :
Prenons par exemple ce sujet :




Un équipage d'humains fait une expédition sur Mars.


Anticipation : Les humains sont arrivés en 2077 à construire un vaisseau navette qui leur permet d'amener les premiers hommes sur Mars pour fondre la glace qui s'y trouve et stabiliser la température de l'atmosphère, pour redonner à la vie ses chances sur la planète rouge. En effet, grâce à l'évolution des technologies spatiales, informatiques et géologiques, cette mission est envisageable. Et elle est devenue indispensable à la survie de l'humanité, dont le monde est en train d'agoniser à cause de la pollution. L'enjeu est de taille.

Science-fiction : Lorsque l'expédition arrive sur Mars et commence à s'y installer, des messages mystérieux sont transmis à la navette. L'ordinateur de bord, qui a obtenu le privilège d'être neuro-sensé (hybridation organique/mécanique) réussit à déchiffrer ces messages, qui proviennent d'extra-terrestres dont le monde est à des milliards d'années-lumière, mais grâce à leur maîtrise sur le voyage dans le temps, ils peuvent communiquer et même se rendre dans notre système. Et il se trouve que Mars est leur station d'observation, et les terriens ne sont donc pas bienvenus. S'ils ne s'en vont pas immédiatement, la Terre sera attaquée par leur civilisation, avec aucune chance de s'en tirer. Heureusement, l'ordinateur HOM (Hybride Organique Mécanique) trouve à la fin un moyen d'envoyer aux extra-terrestres des fausses informations qui leur font croire qu'ils se sont trompés.

Fantastique : Parmi l'équipage de la mission terrestre, une jeune femme, Judith, est sujette à des crises (hallucinations dues à la fatigue prétendent ses collègues) lors desquelles elle voit un homme s'adresser à elle : c'est le fantôme de son lointain aïeul. Il lui explique qu'un démon s'est emparé de leur lignée jusqu'à la douzième génération et que l'enfant qu'elle porte marque justement cette 12e lignée. À l'intérieur de la matrice de Judith, le démon est en fait déjà à l'œuvre pour pervertir et même prendre possession de l'âme de l'enfant à naître. Une seule solution pour défaire cette malédiction : trouver la Pierre de Gaïa, un trésor caché depuis des siècles par les anciens celtes, grâce à laquelle elle pourra annuler l'action démoniaque. Mais cette pierre serait gardée par des créatures terribles (genre des vampires ou/et des loups-garous, pour être consensuel)

Heroïc-Fantasy : La pierre de Gaïa, avant d'avoir été détenue par les Celtes, le fut par les Atlantes, et avant cela, elle fut forgée par le Roi des Elfes, à l'époque où les Grands Anciens luttaient encore contre les démons, qui avaient à leur service des armées de Trolls. La pierre magique fut enfouie par un maléfice du Démon suprême, Ramastakroth, au cœur du Mont Amrita, qui n'est pas de ce monde et qu'on ne peut atteindre qu'après une série d'épreuves et de passages dans l'autre dimension (grâce à des incantations que l'apparition de son aïeul lui apprend).
Judith (qui découvre qu'elle descend directement des Elfes et dont le vrai nom est Kaamerlyne) devra se lancer dans cette quête entre deux univers : notre monde et celui d'Amrita, et devenir une guerrière tueuse de trolls.

Lorsqu'elle aura réussi, elle se retrouvera à nouveau dans la navette, quelques secondes après son évanouissement, comme s'il ne s'était rien passé.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Jeu 29 Mar 2012 - 3:11


Excellent exercice filo, il fait bien la distinction entre les genres.
Lesquels genres peuvent d'ailleurs être mêlés, comme chez Brabury, Simak ou dans Star Gate, le fantastique intervient dans la SF.

A vous lire, je me rends compte de quelque chose qui m'apparaît curieux:
Je suis une accroc de SF, de Fantasy et de Fantastique. Mais je rejoins la position de Vic, à titre perso, je ne me projette pas dans un futur lointain. Je dirais même que (et l'idée m'est venue récement) en tant que tel, le futur n'existe pas.
Il n'existe pas parce qu'il se construit dans ce qui est agi au présent, et il peut toujours être modifié si le présent prend une autre orientation. Il n'est pas écrit, il n'y a pas de fatum, ni de destin qui orienteraient nos actes.

J'aime beaucoup les histoires de voyages dans le temps: La Patrouille du temps de Poul Anderson ou Le Temps n'a pas d'odeur de Gérad Klein pour ne citer que ces deux là. Dans ces romans l'homme voyage dans le temps, mais pour modifier le passé et même dans le Temps n'a pas d'odeur le futur. Mais de manipulations en manipulations, il risque l'anéantissement.
C'est tentant de se dire qu'en revenant dans le passé on tuerait Hitler et ainsi on éviterait la 2nde Guerre Mondiale et toutes les horreurs qu'elle a engendrées. Mais c'est absurde, si cette guerre n'avait pas eu lieu je ne serais peut être pas là pour vouloir aller corriger les erreurs du passé. Les auteurs de SF qui ont traité ce thème en ont eu conscience, ils ont imaginé le "Paradoxe temporel", comme le risque de se renconter soi même dans le passé, ou en tuant la personne qu'on estime dangereuse, se faire disparaître soi même parce qu'on a éliminé son ancêtre comme Le Voyageur imprudent de Barjavel.

Yucib, tu parles de la période 1950/1980 qui fut ce que certains nomment "L'âge d'or" de la SF. mais ces récits ont été écrits pendant la Guerre Froide (la grande majorité sont américains) et les méchants extra terrestre envahisseurs sont des alllusions aux russes , et réciproquement car il existe une SF russe, peu connue mais de qualité pour ce que j'ai lu.
La Guerre froide finie, il a fallu trouver d'autres sources d'inspiration et peut être que l'essor de la Fantasy, intemporelle, outre l'influence du Seigneur des Anneaux (qui n'est pas si déconnecté que ça du réel, Tolkien a vécu les deux guerres) est en partie due à cet effacement de La SF qui peine un peu à trouver d'autres marques.
Et certains auteurs ont anticipé ce que devient notre monde: Orwel avec 1984 qui m'apparaît de plus en plus réel, et Huxley avec le Meilleur des Mondes qui m'apparaît aussi de plus en plus réel avec les bricolages génétiques et les naissances assistées, fécondations artificielles etc...

J'aime beaucoup Assimov dont les robots deviennent également réels, ils envahissent notre présent et la recherche technologique et scientifique dans ce sens est une des plus féconde, et des plus rentables aujourd'hui.

Il existe aussi des uchronies, comme chez K Dick avec le Maître du Haut Château, Silverberg avec Roma Aeterna, Dan Simons avec Illium et Olympus.
Dans l'imaginaire, tout est possible et j'adore ça. Mais dans la vraie vie, si on veut que nos enfants aient un futur, il faut construire un présent qui ne conduise pas à la cata totale, et pour ça l'humain est bien parti...

En bref, j'adore la SF tant quelle reste F, ça m'inquiète de la voir rattrapper la réalité par certains de ses aspects les moins agréables.

Il m'arrive de me demander si mon ordi ne va jouer les Hal, l'ordinateur de bord de 2001 l'Odyssée de l'Espace mdr
2001 qui par ailleurs n'est pas le meilleur A.C. Clarke que j'ai connu plus inspiré.

Et en bonne historienne, j'ai étudié l'Histoire de la SF, et celle de la Fantasy.
Revenir en haut Aller en bas
yugcib

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Jeu 29 Mar 2012 - 8:34

... Entre Anticipation, Science Fiction, Fantastique et Héroïc-fantasy, pour bien préciser les genres selon l'exemple ci dessus... Il est clair pour moi que j'ai une très nette préférence pour l'anticipation et pour la science fiction...
Deux réalisations en particulier (entre autres bien sûr) m'avaient beaucoup marqué :
-La mouche (mais la première version originale des années 50, pas le "remake" de bien plus tard).
-Soleil vert.
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Jeu 29 Mar 2012 - 10:44

yugcib a écrit:
Deux réalisations en particulier (entre autres bien sûr) m'avaient beaucoup marqué :
-La mouche (mais la première version originale des années 50, pas le "remake" de bien plus tard).
-Soleil vert.
Mais là tu parles de cinéma.
Je parlais surtout de référence littéraire, mais en fait c'est bien sûr pareil pour le cinéma, oui.

Trys, j'ai été plus jeune un fan de SF et de fantastique aussi, et le thème du voyage dans le temps était mon favori (avec le thème de la spiritualité, comme traité par Herbert ou Zelazny). Je dois avoir lu la plupart des bons bouquins et nouvelles sur le sujet, mais je n'ai jamais lu celui de Gérard Klein (qui dirige d'ailleurs la collection Ailleurs & Demain chez Lafont, éditeur notamment de Dune, et que j'ai eu le privilège d'interviewer). Je vais me pencher sur ce livre.

En revanche à part par Tolkien (et justement Zelazny avec le cycle d'Ambre), je n'ai jamais pu supporter l'Heroïc Fantasy sous-Tolkienne, et c'est la raison pour laquelle je refuse tous les manuscrits de ce genre pour Filosphere, et c'est surtout dans ce style que les jeunes s'essayent depuis le regain de cette mode au début du 21e siècle.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Jeu 29 Mar 2012 - 13:19


Le Temps n'a pas d'odeur

http://www.noosfere.org/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=2146559589

Klein, jai voulu l'intewiever à une époque lointaine où je travaillais sur l'histoire de la SF. J'aurais souhaité qu'il intervienne dans une de mes classes pour présenter la SF genre alors fort décrié. Il m'a carrément envoyée promener, pas le tempsd 'aller parler à des gamins... n'empêche que j'aime beaucoup ce que j'ai lu de lui (le Gambit des Etoiles. )
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le futur immédiat   Ven 30 Mar 2012 - 0:09

Je pense que j'ai lu tout ce qui se faisait de bien sur le sujet avant qu'il ne devienne consensuel et que des productions plus que médiocres n'envahissent le marché.
Filo, il faudra que je te montre quelques excellentes séries d'heroic fantasy, surtout des livres d'auteurs féminins américains d'il y a quelques années.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le futur immédiat   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le futur immédiat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le futur immédiat
» Passé, Présent et Futur
» Conseils et questions pour choisir sa futur Télé HD
» Le futur de Cablecom, nouveau set top boxe et 3D
» Foursquare, le futur des Réseaux Sociaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Detente :: Blabla-
Sauter vers: