Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut penser aux choses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Il faut penser aux choses.   Dim 17 Avr 2011 - 11:46

Il faudrait penser aux choses ! C'est çà ! Pas à toutes les choses. On ne pourrait pas. Aux choses essentielles. Voilà ! C'est essentiel de penser aux choses essentielles. Aux choses de la vie. La plupart du temps, les choses vous entourent mais on n'y pense pas. Elles sont là, tout près de vous. Pour vous. Elles vous accompagnent. Mais, on n'y pense pas. On n'y pense plus. Les choses mènent leur vie de choses, et on fait comme si elles n'existaient pas. On les ignore. Pourtant, elles sont là. Elles pourraient très bien ne pas l'être. Là.
Je pense à mon frigo. Beaucoup de gens n'ont pas de pensées pour leur frigo. Il l'ouvre et s'y serve. Machinalement. Le frigo ronronne. Il allume sa lumière dès qu'on lui ouvre sa porte. Pour le reste, il fait du froid. Comme ça paraît naturel, les gens n'y pensent pas. Ils en oublient son compresseur et son bruit. C'est un bruit discret. Si vous descendez la nuit à la cuisine, vous l'entendez. Le frigo continue de fonctionner même pendant le nuit. Même quand vous n'êtes pas là. Il ronronne à la cuisine, et si vous y descendez la nuit, il est là.
Les choses restent là quand on n'est plus là. On n'y pense pas. C'est effrayant. Elles pourraient disparaître. Non ! Elles restent là. Grâce à son compresseur, le frigo fait circuler son liquide réfrigérant. Il prend le froid dans l'air de la cuisine et le condense dans son intérieur. Il fait cela. C'est son travail. On n'y pense pas. Autrefois, à sa place, il y avait la glacière. Il fallait penser à lui changer sa glace. A en soutirer toute cette eau qui y avait fondu. Aujourd'hui, les glacières ne fonctionnent plus. On les met dans les musées. On les y regarde parfois et alors on y pense. A nos grands-mères aussi. Du coup.
Le bruit du frigo ne remplace pas le bruit que faisait la pendule. Son bois ne craque pas. Il n'a pas de bois. Du coup, le frigo vrombit. Il n'a pas de tic-tac non plus et, on n'y pense pas car il n'y a pas besoin de le remonter. De prendre la grosse clé pendue à un clou dans l'armoire et de lui remonter son ressort. Les réfrigérateurs n'ont pas de ressorts. Ce n'est pas dans leurs principes. Rien à remonter. Du coup, on les oublie.
Quand, j'ai allumé la lumière, cette nuit-là, le chat ronronnait sur la chaise de la cuisine. Celle avec le coussin. Vous pensez ! Il ronronnait à l'unisson avec le frigo. Je me suis dit : ils sont bien comme ça, tous les deux ! Ils se tiennent compagnie. Ils sont moins seuls. Je me suis assis avec eux parce que je ne pouvais plus dormir et que dans mon lit j'avais froid. Non qu'il fasse froid dans la chambre, j'y garde le radiateur sur deux, mais j'avais froid d'être seul. J'ai pensé alors que dans la cuisine, j'aurais moins froid. Je suis descendu et l'escalier a craqué. Les marches de l'escalier ont craqué sous mon poids. C'est à cause des pointes. Dans un escalier, il ne faut pas de pointes, les marches sont emboitées dans les contre-marches et, ensemble, elles sont encastrées dans le bois du limon. Il ne faut surtout pas de pointes pour cela. Sinon, leur métal grince dans le bois. L'ancien propriétaire de la maison, et qui était un vieux monsieur ne savait pas cela. Il a mis des pointes partout quand il a installé l'escalier. Du coup, tout grince dès qu'on monte ou qu'on descend.
J'ai allumé la lumière de la cuisine et le chat a ouvert les yeux en les clignant plusieurs fois. Les chats n'ont pas besoin de lumière et j'ai vu dans ses yeux comme des clignements de reproche. Comme si, je venais les déranger, le frigo et lui. Mais, jusqu'à preuve du contraire, j'étais quand même chez moi ! Je me suis assis. Sur la chaise sans coussin. Mais, je ne lui ai pas fait remarqué. Je n'ai rien dit. Je ne voulais pas perturbé leurs ronronnements. J'ai regardé la gazinière et je me suis dit : à elle non plus, on n'y pense pas. Au début, lorsque nous avions emménagé, il fallait penser à lui changer sa bouteille de gaz. Une fois tous les deux mois. Et puis, on a bénéficié du gaz de ville dans la rue, j'ai fait venir le plombier et il raccordé la gazinière au réseau. Depuis, on n'a plus pensé au gaz. Il entre tout seul dans la maison et pour le payer, j'ai opté pour le prélèvement automatique. Je n'ai plus besoin de parler au marchand de gaz. C'est pratique. « C'est pour vous simplifier la vie » qu'ils m'ont affirmé. J'ai voulu leur rétorquer que mon existence était somme toute déjà assez simple, mais ils ne m'en ont pas laissé le temps. Et, je ne sais pas s'ils m'auraient compris. Avant, je veux dire : avant la gazinière, mais aussi avant moi, du temps du vieux monsieur des pointes et de l'escalier, à la place, il y avait la cuisinière à bois. Il fallait y penser tout le temps. Penser à y remettre des bûches, à régler le tirage, à vider les cendres, ne pas oublier d'en ramoner la cheminée, de rentrer du bois pour l'hiver, de trouver où le stocker. Avant, il fallait de la place dans l'atelier pour y pendre la scie, y ranger le chevalet, de la place au milieu pour le billot de bois et faire attention quand on soulevait la hache de ne pas accrocher l'ampoule électrique qui pendait de la poutre. Devant la porte, dans la cour, il y avait la pierre à meuler, pour affûter la hache, et les ciseaux à bois, mais il fallait penser l'hiver à en vider l'eau pour éviter le gel. Il fallait penser à tout cela. Le chat s'en souvient mais il ne le dit pas. Il garde tout cela pour lui. Il me regarde désœuvré.

Peu à peu, ils sont entrés dans la maison. Subrepticement. Sans que j'y pense. Pour simplifier. Ils m'ont offert une carte de fidélité pour la grande surface qu'ils ont bâti en bas de la rue, là où il y avait le marchand de gaz et de charbon et qu'on appelait le « bougnat » et ils m'ont dit : vous verrez, ce n'est pas compliqué. Et, ils m'ont vendu des choses auxquelles il n'y a pas besoin de penser. Des choses, que si elles tombent en panne, vous n'avez pas à réfléchir sur leur dysfonctionnement. D'ailleurs, les ouvrir est interdit. Vous n'avez pas le droit de comprendre le dedans de ces nouvelles choses. De les ouvrir avec votre tournevis, de coincer à l'intérieur une rondelle qui bouge anormalement avec une vieille pointe retournée ou un morceau de fil de fer. Sinon, ça annulerait l'extension de garantie qu'ils vendent avec. Ce sont des choses à mettre dans votre maison, qui font votre maison, mais qui s'arrêtent de fonctionner au bout de cinq ans. Huit, si vous prenez l'extension de garantie et que surtout, vous n'y pensez pas. La chose que vous achetez, qui vous appartient puisque vous l'avez achetée, possède son propre réparateur qui pense à elle. L'idée que votre objet peut mourir ne vous appartient pas. Ça n'était pas dans le prix. Quand, la chose sera morte, il ne faudra pas l'entreposer au fond de l'atelier pour en conserver les pièces (souvent le moteur est encore bon), il faudra la rapporter au magasin pour y racheter sa copie qui sera mieux parce qu'elle sera plus moderne.

Le respirateur ronronne comme le frigo. Aussi un peu comme le chat. Mais, il n'y a pas le droit de faire entrer les chats dans le service de soins palliatifs. C'est Madame Bellanger qui s'en occupe. Pour le faire manger. Pour le reste, il se débrouille. La pauvre femme était paniquée. Je lui ai dit qu'il ne fallait pas s'inquiéter. Il n'en a toujours fait qu'à sa tête. Il suffit de mettre des croquettes dans son écuelle, à côté du frigo et un peu de lait. Il y en a six packs dans le frigo. Ça devrait suffire, non ? J'ai remarqué que certaines nuits le respirateur faisait un bruit anormal. Je l'ai dit à l'infirmière, mais vous savez comment sont les infirmières : elle m'a dit de ne pas m'inquiéter inutilement. Que tout était normal. Je parie que dans les hôpitaux, eux non plus, n'ont pas le droit d'ouvrir leurs objets. D'ailleurs, j'ai remarqué sur le côté du boitier comme une sorte de plombage : mon respirateur est scellé ! Il faut que je me concentre sur cela car depuis quelques nuits, j'ai de plus en plus de mal à penser...

… Alors qu'il suffirait d'un cruciforme. J'ai dû le laisser sur la table de la salle à manger. Si ma femme était encore là, vous verriez, elle en ferait toute une vie.

C'est ça ! Il me faut penser aux choses, à la vie et à ma pensée qui s'en va.




Dernière édition par Vic Taurugaux le Dim 17 Avr 2011 - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Il faut penser aux choses.   Dim 17 Avr 2011 - 11:53

J'ai lu. J'ai trouvé ça très juste, très fort.

Bravo et merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Il faut penser aux choses.   Dim 17 Avr 2011 - 12:22

j'ai adoré VIC...Possible que je te le pique , histoire d'en faire quelque chose.... chinois
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Il faut penser aux choses.   Dim 17 Avr 2011 - 14:05

Un bonheur... Merci monsieur !


Vic Taurugaux a écrit:
jusqu'à preuve du contraire, j'étais quand même chez moi !
Ben... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
lison

avatar

Nombre de messages : 7704
Localisation : Gatineau, Québec
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Il faut penser aux choses.   Mar 19 Avr 2011 - 2:55

Chapeau M. Vic Taurugaux, tout simplement vrai.

Merci...
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Il faut penser aux choses.   Mar 19 Avr 2011 - 8:10

wouch...!!! ca c'est du lourd.... chinois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut penser aux choses.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut penser aux choses.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel relique de la mort préférez-vous?
» Caractère et amours de Louis XIII.
» Bientôt Pâques!!!! Faut penser à Pâques!!!
» Les superstitions
» Penser froid et vivre chaud

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Vic Taurugaux-
Sauter vers: