Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les imperfections poétiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Les imperfections poétiques   Jeu 21 Avr 2011 - 8:46

La question du matin... (j'aime pas le matin)

Un texte - surtout poétique - n'est-il pas d'autant plus fort, beau, qu'il contient ces petites imperfections qui en font l'expression d'un instant de vie ?
Alors il faudrait l'accepter tel qu'il a été écrit et ne plus y revenir, passer à la suite.
De la même façon qu'on ne peut revenir dans le passé ni le modifier.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Les imperfections poétiques   Ven 22 Avr 2011 - 0:31

lucarne a écrit:
Alors il faudrait l'accepter tel qu'il a été écrit et ne plus y revenir, passer à la suite.
Sinon ?

Tu arrêt Zon, on sent fou des in(paire)fections.
On n'est cri common vœu.
Six nom, Lulu vous cass la gaule.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Les imperfections poétiques   Ven 22 Avr 2011 - 0:41

Il peut y avoir des imperfections, d'ailleurs y'en a toujours qui persistent même après affinage, mais si point trop ne faut de perfection formelle qui tue l'émotion, point trop ne faut non plus d'imperfections qui tuent la poèsie!
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Les imperfections poétiques   Ven 22 Avr 2011 - 20:57

Justement, un grand nombre (majorité ?) de textes se situent entre ces deux extrêmes, sur lesquels la question ne se posera évidemment pas (encore que tout cela peut finalement être très subjectif).

En fait, c'est mon avant-dernier texte, Il y aura toujours, qui a suscité cette interrogation. Des trucs qui ne me plaisent pas : la répétition des "au", le vers "ou les céruléens" que j'aimerais modifier. Mais je bloque sur le rythme. J'étais partie sur un vers cours mais ce qui me passe par la tête est plus long et je bloque. Pourquoi... ?

Je lis parfois des textes de poètes dont j'admire particulièrement la plume et j'ai l'impression - peut-être totalement erronée - qu'ils s'accordent une jolie liberté ; qu'ils donnent la priorité au discours, à l'entité plus qu'aux détails.

Je pense à Balthus expliquant qu'il savait quand un tableau était fini. Pas parfait. Même pas idéal. Non, juste fini.

Moi je balance toujours entre le renoncement et le "peaufinage".

Je pensais que c'était probablement lié au don, à la virtuosité ou à l'humilité. Mais je crois qu'il s'agit sûrement plus d'une capacité à se faire confiance. Enfin... j'en suis là de mes réflexions. Peut-être faudrait-il que je refasse un tour dans les textes de Gérard sur le lâcher-prise...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Les imperfections poétiques   Sam 23 Avr 2011 - 11:43

Je me pose la même question concernant les imperfections poétiques.
Pour certains poèmes la conscience de leur achèvement est bien là, et malgré des avis contraires je n'y changerais pas un mot.
Par d'autres fois une remarque (comme pour mon avant dernier poème où , sur un autre site, on m'a fait remarquer que j'utilisais trop la première personne) et je reprends la plume pour essayer de remodeler le poème...le résultat ne me satisfait en général pas, car l'idée, la sensation qui a préexisté à l'écriture du poème se trouve édulcorée.

Il y a un autre facteur, en dehors du regard d'autrui ; le temps.
Je parcours mes poèmes de l'année écoulée pour en extraire quelques vers et...surprise je n'aime plus ce que j'ai écrit car je ne m'y reconnais plus.
Les poèmes sont le reflet de notre état d'être à un moment donné, s'il reflètent au plus juste cet état, ils ne nous parlent plus ensuite (ou semblent imprécis).
Du coup, autre questionnement : combien ne doivent pas se reconnaître dans mes écrits ? La réponse me donne le vertige et se pose l'autre question du bien-fondé d'éditer un second recueil.

Je ne manque pas de confiance en moi, je suis terriblement lucide.
Depuis trois ans, je conserve mes écrits, avant je brûlais tout ; je ne suis pas loin de revenir à ces pratiques.
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Les imperfections poétiques   Sam 23 Avr 2011 - 13:38

Alizé a écrit:
Depuis trois ans, je conserve mes écrits, avant je brûlais tout ; je ne suis pas loin de revenir à ces pratiques.
Il y aurait une autre solution : publier et laisser vivre les écrits loin de soi.
C'est pour cela que j'écrivais "Alors il faudrait l'accepter tel qu'il a été écrit et ne plus y revenir, passer à la suite".
Parce que tu dis "combien ne doivent pas se reconnaître dans mes écrits ?", mais combien s'y reconnaissent, et pourquoi les en priver ?
Pourtant il est parfois difficile de sauter le pas, de se dire "voilà, c'est fait, et basta".

PS : C'est une belle personne, je trouve, la première...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Les imperfections poétiques   Sam 23 Avr 2011 - 14:14

" L'idée, la sensation qui a préexistée à l'écriture du poème"...
Je crois que tout est là, cette sensation, comment la rendre avec des mots? Parfois ils viennent volontiers, parfois il faut les forcer un peu, pas trop parce qu'alors on tombe dans l'artifice.
J'aime bien la remarque de Balthus: pas parfait, pas idéal, mais "fini", si c'est "fini" pourquoi revenir dessus? Ma propre réaction face à à mon oeuvre, les réactions des lecteurs? Il arrive souvent que des textes que j'aime beaucoup obtiennent moins d'avis "favorables" que des qui me plaisent moins, mais bon, c'est moi qui ai écrit, et dés qu'on publie le texte ne nous appartient plus.
Ce dont tu parles Luca c'est l'avant publication. Tu dis que tu es partie sur des vers courts et je trouve que le court convient très bien à ton propos, je crois qu'on ne choisis pas long/ court; rimé/pas rimé. C'est la sensation déclencheur qui détermine la forme. Il m'arrive de commencer un texte, puis de bloquer, incapable de "finir" justement, l'impression que l'idée primordiale se dilue en en faisant trop. Je laisse de côté, ça peut être long, mais le déclencheur se débloque et la suite vient.
Revenir sur un texte pose toujours question, parfois il suffit de changer un mot pour que tout s'éclaire, mais sans toucher au rythme (qui pour moi est essentiel), parfois ce mot on n'arrive pas à le changer, à trouver l'autre mot qui dirait mieux à notre sens.
"Moi je balance toujours entre le renoncement et le "peaufinage"." Bienvenue au club... j'ai longtemps paufiné, et on me conseillait de pas trop, mais j'ai vraiment du mal, sauf dans les défis et exercices de style où la démarche est différente à publier un texte brut de décoffrage, c'est jamais ça!

Je commence tout juste à sortir d'une longue période pendant laquelle je n'ai pas écrit, non que je n'avais rien à dire, mais aucune des façons de dire qui se présentaient ne me satisfaisaient. Là j'ai un texte tout frais, vais je le publier tel quel ou le travailler?
"Publier et laisser vivre ses écrits loin de soi", c'est sans doute la solution, mais encore faut-il se faire confiance pour lâcher le bébé dans la nature...
Ceux d'entre nous dont certains textes ont été repris par d'autres et retravaillés sans l'auteur se disent satisfaits parce que précisément le texte vit, hors d'eux. Et si certains reprennent l'ouvrage c'est qu'il présente un interêt qui a échappé à l'auteur au moment de la publication.
Il faut faire preuve d'humilité, ne pas être jaloux de son travail, savoir que dés qu'il paraît il nous échappe, mais il est naturel de souhaiter qu'il paraisse au mieux da sa forme!

Ca fait pas avancer le schmilbick ces considérations... mais ça montre qu'on est plusieurs à se poser les questions, les mêmes, et qu'au bout du compte chacun y répond à sa manière, selon son fort intérieur.

Alizé, ne détruis rien, même si tu n'es pas contente, mets de côté, on ne sait jamais ce qu'il pourra avenir d'un ouvrage!

Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les imperfections poétiques   Mar 26 Avr 2011 - 23:00

Luca a écrit:
Je lis parfois des textes de poètes dont j'admire particulièrement la
plume et j'ai l'impression - peut-être totalement erronée - qu'ils
s'accordent une jolie liberté

S'accorder la liberté ! A mon sens, le meilleur moyen pour rendre l'authenticité de l'instant. J'ai lu la poésie à laquelle tu fais référence, sur ton fil. Qu'est-ce qui pourrait me gêner ? A vrai dire, rien. Je n'y vois pas de maladresses plus grosses qu'une maison de nature à tuer la poésie. J'y vois un langage poétique, le tien en cet instant.

J'avais un jour assisté au travail de refonte d'une très jolie poésie, pour en faire une poésie classique répondant à tous les critères (drastiques). Au résultat, le texte était devenu fade, creux, ne laissant filtrer aucune émotion. En tout cas, je suis restée de marbre et m'y suis même ennuyée alors que l'original imparfait éclatait d'émotions.

Et puis l'instant croqué sur le vif, est-il parfait ?

L'important demeure ce qu'on ressent à la lecture d'un texte, non vraiment d'autre chose. Bien sûr qu'il faut un minimum d'habileté à manier les mots, et surtout user d'un langage poétique non mièvre et si possible le sien à soi. Le reste importe bien peu, au fond...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les imperfections poétiques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les imperfections poétiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les imperfections poétiques
» [PROPORTA] Les ranges câbles magnétiques : évitez les noeuds dans vos câbles
» Contre les tiques
» Faire maison ses recettes bio et diététiques
» chars soviétiques dans les armées arabes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: A propos de l'écriture & infos concours littéraires-
Sauter vers: