Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un espace de liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yugcib

avatar

Nombre de messages : 749
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Un espace de liberté   Jeu 28 Avr 2011 - 9:12

Je l'ai déjà dit mais je le redis encore aujourd'hui (décidément c'est un "leit motiv")...

"Le Net est un espace de liberté qui appartient à tout le monde".

Aussi bien pour les auteurs d'oeuvres littéraires, ou d'écrits que l'on pourrait qualifier de "monuments littéraires"... Que pour toute personne, de quelque origine et de quelque culture ou de quelque "milieu social" que ce soit...
"Mauvais Français", fautes d'orthographe, style "SMS" et autres bizzareries sinon langages "claniques" (et seulement compréhensibles pour les "initiés")... Toute expression a sa place sur le Net...
Le Net est une immense, immense place publique... Mais virtuelle... Mais à ce propos, où se situe vraiment la "frontière" entre le virtuel et le réel? Quand on sait que, suite à un appel de quelques lignes ou même d'un seul message sur un réseau social, les gens peuvent se rencontrer dans l'heure qui suit !
En ce qui concerne la littérature, la poésie, il existe des forums "dédiés" qui, cependant ne sont jamais des "univers fermés" en lesquels il faut être "co-opté" (comme pour entrer à l'Académie Française !)...
Il suffit tout simplement d'avoir envie de voir, de découvrir... Et même pourquoi pas, d'y entrer, dans l'un ou l'autre de ces "univers" qui, je le réaffirme, ne sont pas des "univers" pour des seuls "élus", où l'on a peut-être son petit mot à dire s'il en est...
Tout le monde n'a pas la même capacité si je puis dire, à s'exprimer de la même manière qu'un écrivain, ou qu'une personne cultivée, ayant fait des études : à ce sujet d'ailleurs, il y aurait beaucoup à dire... Parce qu'il existe déjà une injustice fondamentale, dramatique et commune à toutes les civilisations, à tous les systèmes d'éducation, à tous les pays du monde : l'accès à la culture, à l'éducation, pour tous... (sélection par l'argent, par le milieu social d'où l'on vient et où l'on demeure, par le lieu où l'on habite).
La seule injustice qui soit "concevable" c'est l'injustice naturelle, c'est à dire celle qui fait que des êtres humains ont "plus de mal que d'autres pour arriver dans la vie"...
Si "tout le monde n'a pas la même capacité à s'exprimer de la même manière qu'un écrivain ou qu'une personne cultivée"... Il n'en demeure pas moins que "tout le monde a le droit de s'exprimer"... Et doit, d'ailleurs, s'exprimer... Comme il peut, avec ses mots à lui, dans le langage qui lui est habituel, avec des fautes d'orthographe, en "SMS"...
Je souffre, personnellement, de voir de temps à l'autre, ces "intellectuels qui se la pètent" (avec des "petites phrases", des formules bourrées de métaphores hasardeuses pour ne pas dire tarabiscotées comme un épisode de Louis la brocante, ou des propos condescendants et méprisants à l'égard de ceux qui "écrivent n'importe comment") !
Si le Net n'existait pas, des millions de gens ne pourraient jamais s'exprimer autrement que devant le comptoir d'un café, devant la table familiale, ou dans l'entrée de leur immeuble...
Le Net, c'est un espace plus large, plus ouvert, un immense mur où il y a de la place pour les tags, les graffitis, les mots de tous les jours, et ce que l'on dit être "du fond de ses tripes"...
La médiocrité culturelle n'est pas une fatalité "qui coulerait de source et serait directement le fait de personnes qui, par centaines de millions, s'y vautreraient dedans comme les poissons dans l'océan le plus naturellement du monde" : la médiocrité culturelle est le fait des systèmes politiques et économiques qui la font exister de telle sorte que les centaines de millions de gens n'en ont pas même conscience parce qu'ils ne connaissent pour la plupart d'entre eux, que l'eau dans laquelle on les fait nager...
La médiocrité culturelle est avant tout orchestrée et subie, dans une indifférence générale et dans un air que l'on respire sans penser que l'on a une peau, des narines, des bronches et des poumons, et que chaque partie de notre être même, jusqu'en ses organes et ses tissus, respire...
La médiocrité culturelle c'est l'idée intemporelle et répandue, d'un certain nombre de personnes selon lesquelles un grand nombre de gens sont "sans éducation, serviles et à l'esprit conditionné par l'attraction ou l'engouement du moment"...
Mais en réalité, n'importe quel être humain de ce monde, ne connaissant pas le nom d'une fleur ou d'une plante aperçue sur son chemin, a la capacité d'en apprécier la beauté, de cette fleur, de cette plante, et de s'en émouvoir, et de s'en souvenir... Et même de revenir s'il le souhaite vraiment, sur le lieu où pousse cette fleur, cette plante.



Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Un espace de liberté   Jeu 29 Mar 2012 - 18:09

Venant dans ton espace littéraire pour y effectuer un peu de rangement (je dispatche dans les sections adéquates car il s'agit de sujets de débats et non de textes littéraires à proprement parler. Tu auras bien plus de chances de trouver des réactions des membres), je tombe sur cet article que je n'avais pas vu.

Je crois qu'il faut distinguer le défaut de culture par manque de moyens comme tu le soulignes avec justesse (pas d'études, pas de spectacles ni de rencontres culturelles de quelque nature que ce soit), du défaut de culture par flemme ou par certitude d'être assez cultivé. Qu'est-ce qui me fait dire cela ? Eh bien tout simplement la différence entre les internautes qui viennent poster un texte en demandant des collaborations de corrections et qui les prennent en compte, et les internautes qui postent des textes en demandant la même chose mais qui, paradoxalement, n'acceptent pas la critique (j'entends par critique, non pas dégommer mais bel et bien souligner dans l'écriture les erreurs, les faiblesses, les textes non aboutis, etc.)

A cette confusion de défaut de culture, ou plutôt d'application (écriture notamment, puisque sur le Net nous passons tous par le clavier), il faut ajouter (à mon sens) la notion de but. S'il tend vers l'édition d'un bouquin, ce n'est pas du tout la même chose que s'il tend vers le simple besoin de s'exprimer, ce qui est aussi totalement différent. Tu me diras que les écrivains communiquent grâce à leurs ouvrages. Certes. Mais on peut aussi communiquer sans passer par l'écriture d'un livre, la preuve.

La distinction de ces deux intentions est importante : éditer un bouquin, même et surtout à compte d'auteur ou par l'auto-édition est chose si courante maintenant que ça pullule. Or, il est bien rare dans ce domaine précis, de tomber sur un bouquin gratuit, n'est-ce pas. Et payer un livre, c'est payer un objet-marchandise : l'auto-édition ou le compte d'auteur génèrent des prix de vente similaires à l'édition-tout-court (c'est à dire à compte d'éditeur), et le client est en droit de demander une marchandise équivalente au prix qu'il paie.

Voilà pourquoi il est régulièrement question de culture sur le Net ; sur le plan littéraire et notamment au sujet des propositions de bouquins à compte d'auteur ou en auto-édition, la médiocrité est à la louche à 90 % au rendez-vous.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
K.ROLL

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 44
Localisation : PERPIGNAN
Date d'inscription : 30/11/2011

MessageSujet: Re: Un espace de liberté   Jeu 29 Mar 2012 - 20:25

Il y a beaucoup de sujets dans ton sujet ...

"Le Net est un espace de liberté qui appartient à tout le monde"

et le net est assez grand pour que chacun y trouve sa place ou enjambe tout simplement ce qui ne lui va pas.
Pour moi le net c'est la réalité, sauf qu'elle fonctionne à l'envers au niveau de "l'approche". Dans la vie, on "voit" d'abord la personne, puis "on s'approche", puis " on découvre ". Sur le net: "on découvre", " on s'approche" puis "on voit".
Je n'ai jamais considéré que le net était si virtuel que ça, dans tous les cas pour moi il est dans une réalité et j'ai toujours eu l'impression que l'écran était comme la porte d'entrée de chez moi... et que celui qui se trouvait derrière mon écran me semblait étrangement présent devant ma porte. Bien des aventures et des contacts sur le net auront pu avoir le même impact que dans la vraie vie autant les cas positifs que négatifs. Je fais super gaffe !

Les libertés que chacun peut prendre ont une multitude de visages et de raisons, tout autant que ce que les êtres, chacun, peuvent être dans leur complexité et leur singularité. Liberté de partager, d'échanger, de découvrir, d'être soi ou ce que l'on n'est pas. Un large éventail !

Mais je partage effectivement ton idée " Toute expression a sa place sur le Net " ce qui ne me semble pas très différent finalement pour l'expression "dans la réalité ". Tout cela me semble normal ou "humain" au niveau des échanges et des rapports.
C'est ce à quoi chaque individu est confronté dans son rapport avec les autres. Je ne vais pas dire que je cautionne tous les comportements, simplement qu'ils se comprennent dans la nature des gens. Certains peuvent penser qu'ils sont plus .... que les autres ou qu'un autre, certains ont besoin de se rassurer dans cette idée, d'autres ont plus d'humilité, d'autres le mette au service de ... il faut de tout pour faire un monde.

Pour ce qui est de la culture et d'application, au-delà des moyens qu'on peut avoir ou pas, il y a là encore la nature des gens, l'influence ou pas de leur entourage, leur environnement.

Pour mon cas, je n'ai pas pu faire de hautes études, ni même trop poussées. Ma mère n'en avait pas les moyens et mon cercle familial a plutôt été un gros barrage. Personne de ma famille n'était spécialement cultivé ou passionné par quoi que ce soit en particulier. Autrement dit il n'y avait aucun exemple ni aucun moteur autour de moi. C'est lorsque j'ai commencé à rencontré des gens de différents milieux que je suis devenue très curieuse. Simplement parce qu'à moment donné je sentais mes limites pour : comprendre, participer, poursuivre mes découvertes, répondre, réagir etc etc... .
A l'époque j'ai donc commencé par l'informatique. on m'a collé un ordinateur dans les mains et j'ai fait ma découverte et mon apprentissage toute seule. Tout ce que j'ai entrepris par la suite je l'ai fait de la même façon et "mon ventre s'est ouvert ". Tout ce qui me permettait d'apprendre ou de connaitre plus je le saisissais et j'ai vite compris qu'on apprenait encore plus vite en écoutant bien "mes oreilles sont devenues des éponges". Si une discussion restait un vrai mystère pour moi, en rentrant, je me jetais sur mon ordinateur et je cherchais les informations jusqu'au bout pour tout comprendre et arriver à me placer au milieu de tout avec mon propre avis, ma propre opinion. Je n'hésitais pas à contacter des amis (prof de ci ou de ça ) pour me faire expliquer encore tout ça et comparer ce que j'aurais saisi avec ce qu'ils m'expliquaient.

Durant l'un de mes congés parental, je n'ai pas hésité à demander un stage de remise à niveau agrée par l'Afpa. J'ai remonté mon niveau d'enseignement général à Bac/Bac+1 pas évident quand on a des marmots dans les pattes et les soucis de la vie active.
J'ai acheté une multitude de bouquins d'enseignement sur des thèmes : histoire, social, français, général... que j'ai lus et relus et re relus... et j'ai eu une période "philosophie". Comme tu le dis beaucoup se gargarisent de citations et autres objets de la littérature. Moi je n'y comprenais rien et donc impossible de savoir de quoi on parlait ni même donner mon avis. Alors j'ai planché ! Pour me rendre compte que certaines de ces personnes ne savent même pas de quoi elles parlent... simplement qu'elles auront appris ça durant les études, que tout le monde en balance en veux-tu en voilà mais qu'au fond... ils n'ont pas appris grand chose. Chance ! Un ami avait fait de hautes études en philo. Je lui ai dit que je voulais avancer sur ce poste, comme il faut pour ne pas me dégouter moi-même d'un trop d'infos à tout va bon. ça l'a fait rire mais il a joué au prof (par mails en m'envoyant des sujets de recherches ) et cela depuis le début pour pouvoir tout suivre dans le bon contexte, la bonne époque, la bonne logique. Mon fils se marrait bien parce que je traitais les mêmes sujets que ceux qu'ils faisaient sur le moment dans études et je bossais ses cahiers.

On ne peut pas tout apprendre et tout savoir, mais je saisis toutes les occasions qui m'approchent pour apprendre et approfondir mes connaissances même techniques et c'est encore mieux quand le sujet me passionne.

Parfois les moyens financiers sont un problème, le net permet d'y remédier pour beaucoup.

J'ai fait exactement la même chose avec mon éducation. J'ai eu la chance de côtoyer des milieux très différents, des gens très différents avec des éducations, des comportements et des codes différents. J'ai beaucoup observé pour apprendre à m'intégrer dans un milieu ou un autre tout en restant moi-même.

J'ai très souvent été confrontée aux gens, à leur jugement perso, aux espèces de confrontations et mise à l'épreuve... et là j'ai appris encore et je sais exactement faire la différence entre l'instruction et l'intelligence, ceux à qui j'ai envie de prêter mon attention ou pas parce que j'estime que je n'ai rien à prouver à quelqu'un qui souhaite avant tout se prouver quelque chose de lui-même en se servant de moi.

Je ne me perds pas de vue dans tout cela, la part de ce qui "entre" prend place avec la logique de ce que je suis, le repère c'est moi et ça je l'assume très bien.
Je ne dis pas que je suis complètement sûre de moi ou convaincue, que j'ai raison ou tort, je ne cherche d'ailleurs pas à prouver quoi que ce soit si ce n'est partager, participer tant bien que mal et voir chaque individu au milieu de tout cela. Je tente surtout de comprendre.

Parenthèse ouverte :

Synonymes de la méconnaissance : ignorance, sous-estimation, incapacité, incompétence, nullité, inaptitude, insuffisance, lacune, inexpérience.
"Méconnaissance de la situation. Méconnaissance de ses droits. Méconnaissance dans tel domaine. Faire preuve d'une totale méconnaissance de quelque chose. "

Termes connexes de connaissance : compréhension, discernement, entendement, intelligence, intuition, perception, savoir, expérience, acquis, science, instruction, culture, notion, bagage, compétence, conscience, lucidité, ami, liaison, relation, conception, idée, raison, clarté.

: Parenthèse fermée

Sur un autre plan je pense qu'interviennent les notions de la communication, les outils techniques et/ou humains de communication , la capacité à communiquer .... encore un sujet très vaste... mais je crois que chacun fait comme il peut faire, comme il sait faire... et à cela encore plusieurs raisons... humaines pour la plupart.

Bé oui c'est souvent celui qui dit qui est !

et puis j'aime bien : Léonard de Vinci - « Toute connaissance commence par les sentiments. »

tong
Revenir en haut Aller en bas
http://krollambiance.e-monsite.com
yugcib

avatar

Nombre de messages : 749
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: Un espace de liberté   Lun 2 Avr 2012 - 23:10

"Toute connaissance commence par les sentiments" (Léonard de Vinci) : je suppose que Léonard de Vinci devait voir - ou entrevoir- que dans les sentiments, il pouvait y avoir une dimension d'humanité et de réflexion, associée à de l'émotion et à de la reconnaissance...
Je n'imagine pas que la Connaissance puisse venir par le sentiment en tant que sentiment seul...
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
K.ROLL

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 44
Localisation : PERPIGNAN
Date d'inscription : 30/11/2011

MessageSujet: Re: Un espace de liberté   Lun 2 Avr 2012 - 23:52

K.ROLL a écrit:


et puis j'aime bien : Léonard de Vinci - « Toute connaissance commence par les sentiments. »

tong


tong
Revenir en haut Aller en bas
http://krollambiance.e-monsite.com
K.ROLL

avatar

Nombre de messages : 844
Age : 44
Localisation : PERPIGNAN
Date d'inscription : 30/11/2011

MessageSujet: Re: Un espace de liberté   Lun 2 Avr 2012 - 23:57

et puis moi j'entends pas la même image que toi... moi je sais que quand j'aime bien quelque chose j'ai plus envie d'en connaitre plus... et puis voilà ! lk
Revenir en haut Aller en bas
http://krollambiance.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un espace de liberté   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un espace de liberté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un espace de liberté
» La vraie liberté ne consiste pas à faire ce qu'on veut...
» Education et Liberté
» Mot de passe espace adhérents passeports annuels
» Citations de personnes célèbres sur la Liberté.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Detente :: Blabla-
Sauter vers: