Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ma femme est un boudin…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 13:10

Depuis tout petit Auguste se prenait des claques par son père, il en était arrivé à prévoir leur arrivée. Le problème c’est que son père était un rapide et que la baffe l’atteignait avant qu’il ait pu esquisser le moindre mouvement du cou ou des épaules. Faut dire que son paternel était une belle daube.
Auguste n’avait pas mis longtemps à piger le mental de cette espèce d'homme, pas besoin d’avoir acquis de l’éducation ou une grande experience pour dénicher la bêtise au plus profond de la couenne d’un maître boucher. Le môme n’était pas idiot, ni masochiste d’ailleurs, il avait bien tenté, autant que son petit cerveau le lui avait permis, de comprendre les raisons ou tout du moins ce qui pouvait motiver et annonçer le départ de la claque de cette masse. Impossible de savoir pourquoi cette grosse brute prenaît sa tête pour un sac de sable.
Il avait joué tous les registres de la gamme : la docilité, la platitude, la supplication, la contrition, l’imploration, rien….Rien n’y avait fait…
Elle fusait toujours, inexorable, injuste et sempiternelle aux moments où il s’y attendait le moins…Si bien que le gamin avait terminé de chercher, il prenait cela comme un don du ciel, une punition transcendante dont il ne remettait plus en cause le mérite, une destinée irrémédiable en quelque sorte.
Alors, me direz vous, comment Auguste pouvait il prévoir leur arrivée s’il ne pouvait deviner leur départ.. ? Avec le temps et cette satanée expérience que l’être humain malheureusement souvent acquiert il avait fini par mettre au point une sorte de timing….Il guettait son père, lequel était un rougeaud mais n’était pas un buveur, il était sanguin en bon bouffeur de viande bien saignante, , et avait de grosses paluches bonnes à attendrir la carne la plus rebelle. Au début il l’avait reniflé comme le fait l’animal pour connaître à qui il a à faire, mais son odeur ne dénotait jamais les flagrances coutumières de graisse et de sang. . Pas le moindre arome d’alcool à la survenance inhabituelle, pas le moindre trouble dans le regard de vache qui jamais ne se posait sur lui.
Un rituel cependant l’avait mis sur la piste, les colères de l’homme et surtout leurs raisons…Le père rentrait à l’appartement situé à l’étage supérieur de l’abattoir criminel vers les onze heures tous les jours pour se remplir la panse avant de retourner officier à la vente du massacre quotidien. Et là lorsqu’il rentrait : deux possibilités, ou bien il sifflotait un air de musette signe que la barbaque était suffisante ou bien il ne faisait pas de bruit, et là ca craignait. . Ca craignait parce que le père se mettait à l’écoute, à l’écoute du moindre bruit qui montait du commerce. A ce moment là Auguste avait intérêt à se faire transparent, muet et en alerte. Il se mettait alors au diapason de son père, singeant ses attitudes, ses blocages et ses atermoiements dès l’apparition du moindre bruit familier ou non. Auguste ne cherchait pas à savoir pourquoi son père écoutait, non, il était toute écoute, le pourquoi n’avait aucune importance car quoi qu’il en fut la baffe arriverait.
Ainsi, son père suspendait la fourchette à l’approche des lèvres, il dressait l’oreille. Son père fronçait un sourcil à l’ouï du rire gloussant de son épouse déguisée en serveuse, il baissait le regard afin de s’effacer, et s'il avait pu, de disparaître. Le rire redoublait et là la bête écumait et se mettait à grogner comme un bœuf. Ca grogne un bœuf.. ? Oui cela grogne..avant d’être abattu. Alors, le père se levait et se jetait sur lui, pas le temps de se protéger, elle giclait. Elle giclait comme le sang qui affleurait à la joue quand celle-ci avait été atteinte et non le crâne.
En général c’était une baffe et pas deux, surtout quand le gamin avait crié et que la mère avait entendu et cessé de rire. L’ogre se rasseyait alors et éructait : »boudin.. ! »
Le dépeceur se renfrognait ensuite et s'apprêtait pour finir de baffrer. Auguste n’avait plus qu’à sécher sa larme et à ajouter la claque à la longue liste des crédits, il présenterait bien un jour la facture.
Auguste avait fini par classifier les claques qu’il recevait, il les jaugeait, le terme est impropre je sais, mais le mental du môme était comme le tonneau des danaïdes. Aussi appliquait il sa propre échelle, laquelle allait de la giffle qui effleurait donnant lieu à une « remise » c'est-à-dire à un nouvel essai qui lui était beaucoup plus percutant et généralement beaucoup plus. En passant par la baffe colèrique, celle longtemps retenue et finissant dans un swing proche du coup de poing, celle là était très douloureuse et laissait le môme à moitié groggy.
Au final, la plus terrible, c’était la claque du tennisman, genre reprise de volée, cette gifle venue de haut avec un ample élan qui atteignait toute la surface de la joue, bien à plat, la baffe qui marquait, celle qui laissait une empreinte de doigts sur la surface du visage. Cette dernière le gros porc ne l’utilisait pas souvent, normal, c’était la claque signée, que l’on avait ensuite du mal à justifier. Mais Auguste, une fois passé le stade de la douleur prenait un malin plaisir à l’arborer. Il s’était rendu compte qu’avec cet étendard il avait tendance à attendrir les gens, et cela le reconfortait car il pouvait partager son lourd secret et ceci sans dénoncer ce qui aurait amené des représailles qu’il n’osait imaginer... Je vous l’ai dit, le môme était intelligent, et tres fin psychologue pour son âge. C’est ce qui arrive souvent chez les gamins en souffrances, ils développent cet instinct que l’on dit de survie, un peu comme ces bestioles de Darwin face aux contraintes de la nature. Il savait qu’il devrait encaisser, mettre un mouchoir sur l’éventualité d’une compassion et devenir fort, toujours plus fort, c’était vital. Peut on avoir conscience de l’énergie nécessaire à ce bambin de quelques printemps ?
Ainsi lui vint l’idée de se trouver un allié…
Tous les quatre heure de l'après midi après goûter, sa mère, Simone, l'amenait au parc voisin où il pouvait jouer un peu, retrouver des gestes d’enfant et oublier un temps son supplice. Simone, elle, faisait des effets de jambes sur un banc en papotant avec les tourterelles du quartier. L’équarisseur en sieste, ronflait sereinement en digérant sa côte de bœuf au vin rouge. Auguste jouait tout en affirmant sa quête.
Sur son bac à sable entouré des autres minots, tout en jouant, il dévisageait les gens.Il savait instinctivement que ce ne pourrait être une femme, bien sûr ce serait la première et la plus fortement émue si cela avait été possible.Mais une femme aurait fini par révéler à sa mère qu’il s’était confié à elle, ou tout du moins sa mère aurait fini par le savoir, et pour lui, de penser que sa génitrice capterait sa démarche était une vraie angoisse. Du silence de sa mère il avait déduit une complicité passive avec le boucher, oh bien sur il ne possédait pas ces mots, il ne possédait pas une forme de raisonnement alambiquée, non, comme un petit animal il ressentait les choses, ce petit bout d’homme.
Très peu d’hommes amenaient leur enfant au parc, et les rares présents étaient jeunes et concentrés sur les jeux de leur progéniture, il en éprouvait d’ailleurs une certaine jalousie, aussi loin qu’il remonte dans ses souvenirs son père ne l’y avait jamais accompagné. Pourquoi, trouvait il cela peu viril.. ? Préférait il passer son temps en sieste ou au café du commerce.. ? Et pourtant, comme il aurait aimé mettre sa petite main dans la main d’un homme et être conduit aux jeux comme les autres gamins, être un temps le centre du monde.
Comme avait coutume de dire le philosophe Otto Von Klhakzohn : « C’est dans les bacs à sable que se préparent les guerres du futur ». On y court parfois plus de risques que dans un conflit armé. La violence des enfants peut être aussi forte sinon plus que celle des adultes. Tous les actes criminels de demain y sont lisibles pour un regard avisé et s’ils avaient la possibilité de déclencher l’arme nucléaire il y a belle lurette que cela aurait été fait.
Auguste en fit l’expérience un Dimanche matin pour une histoire de pelle. Une compétition s’était instaurée entre lui et le fils du voisin du dessus, un bougnat bourru et barbu, le fils un certain Manu aussi mince qu’une ablette, mais gouailleur comme une hyène voulait étendre son empire. Le but du jeu était : lequel des deux finirait en premier le château du roi Arthur pour l’offrir en exposition aux passants du parc, genre le mien est plus beau que le tien. Tout aurait pu se passer sans vague si le Manu n’avait cassé sa pelle en plastique, une cochonnerie de chez Carrefour. Et comme le gamin ne voulait pas perdre et éviter d’assister en ladre au triomphe annoncé d’Auguste , il se mit en tête de lui piquer son outil de bâtisseur.
Bien des Ministres des Affaires Etrangères, bien des Ambassadeurs devraient prendre exemple sur les ruses des mômes lorsqu’ils se sont mis en tête d’obtenir quelque chose. Manu entama les négociations par la proposition d’offrir deux caramels mous contre un partage de la pelle. Auguste ressentit cela comme un danger pour lui de perdre une avance qu’il comptait bien pousser à son avantage par l’usage exclusif d’un bien qui après tout lui appartenait en propre.
Manu nuança alors, doigts dans le nez, en proposant deux pelletées chacun à tour de rôle contre le don de trois caramels mous. Auguste réfuta l’offre, mais bon Prince et dans le but de ménager son adversaire et peut être de voir jusqu’où l’autre pourrait aller, il lui proposa trois pelletées pour lui contre une à Manu et quatre caramels mous.
La proposition parut exorbitante aux yeux de Manu qui les roulait de plus en plus courroucé, c’était pratiquement un casus belli. Les négociations viraient au drame d’autant plus que leurs voix empruntaient le ton de la dispute.
Les mères pendant ce temps là s’étaient un peu éloignées, affairées à comparer les avantages du point de chaînette par rapport au point de tige et de l’épaisseur du tissu à broder. Ce qui on en conviendra présentait un intérêt certain quelques minutes avant une guerre.
Lorsque l’irrémédiable doit se produire il y a peu de chance qu’un évènement fortuit vienne changer le cours de l’histoire dirait Monsieur Voltaire, et ce jour là il ne se produisit pas. Manu se leva et décocha un vicieux coup de sandale dans la muraille du château d’Auguste, il en ouvrit une brèche atroce devant les yeux horrifiés de son évergète. Auguste ne tarda pas à se ressaisir et asséna lestement un violent coup de pelle sur le crâne du Manu qui eût pour conséquence la brisure nette du plastique.
Si le sang avait coulé à cet instant précis il y aurait eu fort à parier que les hostilités aient brutalement cessé, mais il n’en fut rien, le destin réclamait sa part de drame. Choqué par la violence de la riposte le petit nerveux banda ses œufs de caille qui lui servaient de muscle et se projeta sur la poitrine d’Auguste le déséquilibrant à l’occasion. Tous deux roulèrent dans le sable écrabouillant définitivement les demeures du Roi Arthur, funeste présage pour une funeste bataille.
On aurait cru deux chatons en furie tous poils hérissés, se roulant dans le sable, aucun ne lâchant prise, et ce dans un silence total, sans un cri, sans une plainte, enlacés dans une étreinte frénétique.
C’est alors que se produisit l’inespéré, l’impensable, et pourtant ce qu’Auguste avait désiré fortement jusqu’à ce jour. Alors qu’ils se trouvaient face à face, la rage au ventre, deux poignes vigoureuses les séparèrent brutalement en les saisissant par les cheveux, démêlant leur enlacement. Suspendus dans le vide, jambes gigotantes ils continuaient à faire des efforts pour se rejoindre en balançant des coups dans tous les sens.
Ce manège ne tarda pas à cesser, la douleur se faisant plus forte que la haine. Ils l’exprimèrent par des cris tout en levant des yeux implorants vers leur pacificateur. Attirées par les cris de leur progéniture les mères cessèrent leurs papotages et s’intéressèrent à la scène. Dans un premier temps ce fut la surprise, puis cet instant passé à la vue de leurs enfants suspendus dans le vide et n’en connaissant pas les causes elles se transformèrent en lionnes, et houspillèrent le malotru. Elles lui intimèrent l’ordre de relâcher leurs enfants, outrées qu’un étranger s’en prenne ainsi à leurs petits chéris.
Une fois les pieds sur terre Auguste put contempler à loisir l’arbitre de la bagarre. C’était un homme âgé, il n’avait pas connu ses grands pères, mais instinctivement il se les imagina ainsi, ou du moins celui du côté de sa mère, car à ce qu’il en savait le père du boucher était un homme colérique abonné à la dive bouteille.





P.S: toutes mes excuses contrites aux Maîtres Bouchers....


Dernière édition par Sbreccia le Mer 31 Aoû 2011 - 18:22, édité 73 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 14:26

Pourquoi tu n'en fais que cinq lignes?
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 14:30

Vic Taurugaux a écrit:
Pourquoi tu n'en fais que cinq lignes?

mdr mdr Salut Vic, raison : parceque j'ai le cerveau lent, qu'il me faut un quart d'heure pour cogiter une ligne et que je les pond au fur et à mesure comme à mon habitude, en esperant que la source ne va pas se tarir... mdr mdr
C'est interessant..?
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 14:39

Oui! Continue!
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 14:43

mdr hé hé, l'oued est un petit filet...et pas tres profond...En fait non, il est tres profond et bien enfoui le petit salopard....
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 18:23

Magnifique et terrible.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 18:36

Je crois que je ne vais pas lire par ici. Pas maintenant. Pas encore. Ça me flanque trop la rage, et j'aime pas la rancune.
Mais continue, Sbrec'.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 19:23

Romane a écrit:
Je crois que je ne vais pas lire par ici. Pas maintenant. Pas encore. Ça me flanque trop la rage, et j'aime pas la rancune.
Mais continue, Sbrec'.

T'es pas obligée de me lire Ro, désolé si cela choque, mais c'était là, cela devait sortir, je dois dire honnêtement que la violence est malheureusement soeur de bêtise, elle est comme on dit aveugle et peut revêtir toutes sortes de costumes ou de masques...En fait c'est cet attentat au Maroc qui a été à l'origine de ce texte...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 19:33

T'inquiète pas, je me soigne. Car de toute manière, de la violence il y aura tout le temps, partout, pendant que d'autres viendront au secours des plus faibles, mais pas encore assez, il en faudrait bien plus.

J'te lirai plus tard, un jour pas fait comme un autre, quand je me sentirai de le faire. Wink

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 19:53

Ok, prend ton temps, bisoux
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9743
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 20:18

Atroce, mais si trop réaliste! Continue!

Au Maroc, j'ai eu la sensation que les gens étaient heureux de vivre là, même dans des conditions qui nous effraieraient nous bien bardés d'exigences matérielles, et voilà qu'une fois de plus la violence imbécile (c'est quasi un pléonasme) frappe...
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Ven 29 Avr 2011 - 20:32

Tryskel a écrit:
Atroce, mais si trop réaliste! Continue!

Au Maroc, j'ai eu la sensation que les gens étaient heureux de vivre là, même dans des conditions qui nous effraieraient nous bien bardés d'exigences matérielles, et voilà qu'une fois de plus la violence imbécile (c'est quasi un pléonasme) frappe...

Au Maroc aussi , tout comme en Tunisie l'argent des expatriés est trop visible et fait mal aux deux tiers d'une population qui n'a même pas de quoi s'acheter un billet de bateau si ils y avaient le droit, les occidentaux oublient facilement d'être humbles à l'etranger et creusent le nid des terroristes....
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Sam 30 Avr 2011 - 14:40

---bon, pour en revenir à l'affaire du beefsteak, je continue ou cela fait trop mal..?
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9743
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Sam 30 Avr 2011 - 16:32

Sugestion de suite: à force de prendre des baffes, Auguste en grandissant devient un sérial killer qui transforme en steack haché les touristes occidentaux trop arrogants dans les pays pauvres!
Et on lui donne une médaille parce qu'outre débarasser la planète d'une éspèce inutile et prédatrice, il nourrit les chats errants dans les médinas (y'a plein de chats dans les médinas)!



Dernière édition par Tryskel le Sam 30 Avr 2011 - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Sam 30 Avr 2011 - 16:35

Sbreccia a écrit:
je continue ou cela fait trop mal..?
Tu continues !!! bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Sam 30 Avr 2011 - 17:53

Tryskel a écrit:
Sugestion de suite: à force de prendre des baffes, Auguste en grandissant devient un sérial killer qui transforme en steack haché les touristes occidentaux trop arrogants dans les pays pauvres!
Et on lui donne une médaille parce qu'outre débarasser la planète d'une éspèce inutile et prédatrice, il nourrit les chats errants dans les médinas (y'a plein de chats dans les médinas)!


Ca se pourrait, ca se pourrait, mais j'ai trouvé autre chose, en tous cas "serial killer" effectivement le modèle éducatif s'y prête parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Sam 30 Avr 2011 - 18:37

Oui, mais cela fait mal...J'ai envie de chialer par moments....Ah les c...
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Sam 30 Avr 2011 - 21:22

Alors il ne faut pas... bisou
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9743
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Dim 1 Mai 2011 - 0:28

Je disais ça pour rigoler parce que y'a des moments ou vaut mieux... pleure pas Sbrec! bisou bisou bisou
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Dim 1 Mai 2011 - 0:31

Ca va c'est cool...En plus aujourd'hui j'ai regardé les ptits mouchoirs, je te dis pas...
Revenir en haut Aller en bas
lunablues



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 20/07/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Dim 1 Mai 2011 - 0:57

Tu nous laisses sur notre faim (si je puis dire...) Remarque : que fait l'épouse la-dedans ? Pour moi, pas de problème à faire plus hard, il suffit d'ouvrir les journaux...
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Dim 1 Mai 2011 - 1:02

L'histoire n'est pas terminée Luna, il va y avoir une suite...A suivre tous les jours sur le premier post.... Smile
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Dim 1 Mai 2011 - 8:54

lunablues a écrit:
que fait l'épouse la-dedans ?
Elle épluche les pommes ? Chuuttt
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Dim 1 Mai 2011 - 9:09

faut lire... mdr
Revenir en haut Aller en bas
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   Mar 3 Mai 2011 - 16:48

Suite

Il savait instinctivement que ce ne pourrait être une femme, bien sûr ce serait la première et la plus fortement ému si cela avait été possible. Mais une femme aurait fini par révéler à sa mère qu’il s’était confié, et pour lui, de savoir que sa mère aurait capté sa démarche serait une vraie catastrophe. Du silence de sa mère il avait déduit une complicité passive quand aux gestes du boucher, oh bien sur il ne possédait pas ces mots, il ne possédait pas une forme de raisonnement alambiquée, non, comme un petit animal il ressentait les choses, ce petit bout d’homme.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ma femme est un boudin…   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma femme est un boudin…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ma femme est un boudin…
» Lulu Femme Nue de Davodeau
» La femme noire et ses artifices....
» La clarté naît femme
» La femme infidele

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Espace collectif : Prose-
Sauter vers: