Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Français moyen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Le Français moyen   Sam 21 Mai 2011 - 9:14

Quelle est l'origine de l'expression "français moyen" ?

L'expression est semble-t-il apparue avec l'essor de la Statistique au cours du 19e siècle. C'est cependant Édouard Herriot (encore un Lyonnais... ils sont partout !) qui la popularisa définitivement en 1924, dans le sens de : celui qui incarne l'opinion courante des Français, leur mode de vie habituel. Dans son allocution, « Français moyen » désigne « l’homme de la rue », bardé de bon sens radical-socialiste, un homme non coiffé d’un casque, mais d’un béret basque. L'expression porte alors une connotation positive. C'est qu'à l'époque, l'appartenance à la "classe moyenne" est extrêmement valorisante et valorisée. Puis, cette dernière tombant peu à peu en décrépitude (beaufitude?), le terme s'est progressivement connoté négativement.

On a donc assisté à un retournement total : au 19e siècle, celui qui use de l'expression "Français moyen" s'inclue implicitement dans la catégorie ; à partir 20e siècle, il s'en exclut.

À noter : la femelle du "Français moyen" est la "Ménagère de moins de 50 ans" (nous tenterons d'expliquer ce phénomène ultérieurement).


Mais puisqu'on doit l'expression aux statistiques, rendons à César...

« L'expression de "Français moyen" est devenue familière au cours des années : chacun peut constater que la notion qu'elle recouvre est devenue un objet sociologique courant et largement diffusé, à tout propos. Car si le caractère péjoratif qu'a acquis le terme lui-même en a sensiblement restreint l'utilisation dans le discours politique ou économique, au profit du plus générique "Les Français...", le recours au concept de Français moyen reste omniprésent, en filigrane : séduire, convaincre ou influencer cet individu abstrait, construit, idéal-type largement méconnu d'une multitude qui peine à lui ressembler, reste une préoccupation de tous les instants, qui suppose de pouvoir identifier cette entité.

Parallèlement, de fait, les instruments statistiques n'ont pas renoncé formellement à se donner pour objet cette créature de substance et d'usage fondamentalement subjectifs, dans le but avoué de l'identifier de façon définitive, de lui donner un visage qui se refuse à elle perpétuellement. Le Français moyen est en quelque sorte à la statistique sociologique ce que le théorème de Fermat est aux mathématiques ou l'apparition de la vie aux sciences naturelles : centre de toutes les attentions et de tous les travaux, voire raison d'être de la discipline, il reste pourtant insaisissable, indémontrable, impossible à modéliser de manière irréfutable. Si la description statistique du Français moyen fait l'objet d'une abondante littérature, souvent détaillée et méthodique, parfois ludique, une parfaite objectivité semble être, en la matière, une gageure : trop de critères entrent en jeu, et l'objet est trop délicat, pour que les résultats puissent se prévaloir d'une scientificité entière.

En vue de mesurer la difficulté de la tâche, nous nous proposons de répondre à cette question simple : peut-on établir le portrait-robot du Français moyen sous un angle statistique ? A cette fin, nous allons nous essayer à construire méthodiquement ce portrait-robot, et mesurer à chaque étape la portée des obstacles méthodologiques que nous rencontrerons nécessairement... »

http://www.reocities.com/CapeCanaveral/Lab/9209/martinstat.html
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Sam 21 Mai 2011 - 9:43

L'expression vient donc des statistiques, qui ont permis de calculer des moyennes de plus en plus fines au fil de leur développement.

Pourtant, contrairement à ce que pourrait laisser penser intuitivement le terme "moyen", la loi normale indique que l'objet moyen, tout "central" qu'il est, est un objet de très faible occurrence. Un individu a donc de bien plus fortes probabilités de se situer entre la moyenne et l'extrême que sur la moyenne précisément. Le Français moyen pourrait alors représenter le prototype de l'individu très finement équilibré. Ou pas...


Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Sam 21 Mai 2011 - 14:53

lucarne a écrit:

Pourtant, contrairement à ce que pourrait laisser penser intuitivement le terme "moyen", la loi normale indique que l'objet moyen, tout "central" qu'il est, est un objet de très faible occurrence. Un individu a donc de bien plus fortes probabilités de se situer entre la moyenne et l'extrême que sur la moyenne précisément. Le Français moyen pourrait alors représenter le prototype de l'individu très finement équilibré. Ou pas...

C'est aussi la conclusion du héros de Les Poupées russes (de Cédric Klapisch avec Romain Duris) qui écrit pour la télévision et qui est sommé, à ce titre, de travailler pour l'homme moyen. Fort heureusement, c'est quelque chose de très rare, parce qu'il donne pas envie de lui ressembler ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Sam 21 Mai 2011 - 16:12

Sad Suis même pas "moyenne", en dessous de la taille requise en centimètres, au dessus de l'âge de 50 ans, pas ménagère... me laissera t-on au moins revendiquer d'être une femelle? mdr
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Sam 21 Mai 2011 - 16:33

Oui c'est devenu péjoratif alors qu'avant c'était une sorte de prestige, de même que l'appellation "bourgeois" qui a subi le même effet, ainsi que "paysan".
On en vient pratiquement à se demander quelle classe n'est pas nommée péjorativement de nos jours. Peut-être les "cadres dynamiques", ou les "salariés syndiqués" ? Ou tout simplement "le peuple" ?

Le français moyen est de plus une notion relative selon le niveau socio-culturo-professionnel où l'on se trouve. Chacun en a probablement une idée personnelle, adaptée à sa sphère de référence, et qui sera donc forcément ce qu'on appelle un cliché.

Personnellement comment je vois le français moyen ? Quel est mon propre "cliché" en l'occurrence ?

Si je prends un homme (il faut bien choisir) :
La quarantaine, séparé (avec éventuellement un ou deux gosses dont il n'a pas la garde), employé dans une entreprise qui lui assure un salaire juste suffisant à assurer sa vie courante et ses crédits, et qu'il tient à garder par peur du chômage ou de la reconversion. Il a une relation avec une autre employée de l'entreprise (ou une femme qu'il a connu dans le cadre d'un loisir, genre club de sport par exemple, ou par internet), mais il a peur de s'engager avec elle, surtout qu'il en voit une autre pas libre, mais bien délurée (elle est bi et tente de le convertir d'ailleurs). Il aimerait gravir quelques échelons et finir au moins cadre. Il votait à gauche avant mais maintenant il se pose des questions et réfléchit à des compromis insolubles, car sa référence principale culturelle et sociétale est issue de la télévision et de la radio, avec en priorité le 20h et les Guignols. Mais il ne connaît jamais le programme de ceux pour qui il vote ; la télé l'informe suffisamment. Il suit une série américaine ou deux, et même la "press-people", mais n'en parle pas forcément avec tout le monde. Il suit l'actualité politique et sportive, en parle avec ses collègues à la pause café. C'est un consommateur, et même s'il s'en défend, la publicité et la mode ont une influence sur son comportement et ses goûts, et donc sur ses priorités en matière de dépenses et d'intérêts. Il fait ses courses en supermarché, souvent le même, parce qu'il le connaît. Il n'a l'impression de vivre que le week-end ou en période de congés. Pour faire la fête, il sort en boîte, ou va se soûler la gueule avec des potes (car la fête = alcool) et pour ses vacances il va dans un camping sur le littoral, souvent le même. Il lit très peu, mais possède quelques livres à afficher dans son salon, avec quelques-uns à citer si on lui parle littérature. Ses goûts musicaux, issus de son entourage ou des media, reflètent les meilleures ventes de la Fnac.
Son dernier investissement, bien qu'il voulait changer de voiture, est un écran plat géant dont la promotion était incontournable au moment des fêtes. Il possède également un PC équipé du dernier Windows, mais qui a encore des problèmes, il faut qu'il appelle son pote qui s'y connaît. Il passe Noël en famille, mais ça lui pèse (mais s'il ne le faisait pas il aurait mauvaise conscience et s'ennuierait de toute façon).
Et bien sûr, il ne fait pas partie de LU ! Smile

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Sam 21 Mai 2011 - 19:49

Ouaip, et il ne fait pas de naturisme, et il n'a pas debian... mèche
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Sam 21 Mai 2011 - 23:04

Zut, j'ai l'impression que je ne suis pas un Français moyen. J'en suis bouleversée.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 8:05

À vous lire, j'ai parfois l'impression de lire d'anciens esclavagistes : votre "Français moyen" serait plus éloigné de vous que vous l'êtes d'une amibe. Il n'aurait pas d'âme, tout juste si vous pouvez concevoir que du sang humain coule dans ses veines...


alejandro a écrit:
Fort heureusement, c'est quelque chose de très rare, parce qu'il donne pas envie de lui ressembler ...
Finalement, Alejandro, je trouve que cette phrase dépeint bien le phénomène. Il semble que ce fameux "FM" a plus à voir avec ce à quoi nous avons une peur bleue de ressembler ; et que nous avons tous besoin d'un épouvantail sur lequel accrocher ces peurs. Autant dire que nous avons chacun le nôtre et qu'il ne ressemble à aucun autre. Si je comprends bien - et partage forcément - ce besoin, je suis plus perplexe lorsqu'il nous permet de nous cacher derrière un mépris systématique. Ce qui est systématique a de grands risques d'être souvent faux et on sait où ça conduit parfois. Toutes les discriminations se basent sur de telles simplifications.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 13:49

Ce n’est pas ce que j’essayais de dire, mais ça doit être vrai. C’est ce que doit cacher des expressions avec « les gens ... » comme « les gens ne savent pas se tenir » ou « les gens sont cons ». De façon générale, « le gens ... » ont telle caractéristique infamante, font ceci d’abominable ou ne font pas cela qui pourtant serait évident. On ne risque pas de voir quelqu’un se lever pour dire « moi, les gens, je ne suis pas d’accord pour dire qu’on est cons »

Les gens (!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) ont tendance à s’exclure de l’ensemble les gens.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 17:06

Les gens, ce sont toujours les autres.
Les français moyens, c'est pire : ils en font partie et représentent en effet la catégorie la plus répandue des gens, selon la subjectivité de chacun en accord avec son propre cliché, comme je l'expliquais plus haut.
Plus on se sent personnellement proche de la marge (donc loin de la moyenne), plus cette marginalité nous fera mépriser la moyenne, qui devient "la beaufitude".
Mais la moyenne méprise également les marginaux, ceux qui frisent les extrêmes entre lesquels ils sont.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 21:07

Les petites boîtes, les petites boîtes, les petites boîtes...
Il y aurait donc des "Français moyens" qui passent leur temps à mettre les "autres" dans des petites boîtes.
Et des "Français marginaux" qui passent leur temps à mettre les autres dans des petites boîtes.
Finalement, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Seules les apparences et les illusions de chacun semblent préservées.
Voilà un monde bien étouffant.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 21:16

Non, tu ne comprends pas (et je suis d'ailleurs d'accord avec toi) :
je parle de subjectivité ; que les "gens" ce sont les autres, et que tout cela dépend d'un cliché.
Mais chacun a le sien, on ne peut pas le nier.

Et puis arrête de me mettre dans la case de ceux qui mettent dans des cases, tu vas me vexer !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 21:41

C'est toi qui te mets dans une case, non ? Dans laquelle, d'ailleurs ?
filo a écrit:
Plus on se sent personnellement proche de la marge (donc loin de la moyenne), plus cette marginalité nous fera mépriser la moyenne, qui devient "la beaufitude".
Mais la moyenne méprise également les marginaux, ceux qui frisent les extrêmes entre lesquels ils sont.

J'essaie simplement de comprendre, puisque je ne me situe ni dans une catégorie ni dans l'autre - ou dans les deux à la fois et plein d'autres encore - et que je n'utilise pas cette catégorisation.
Et je trouve dommage de tout faire pour se distinguer les uns des autres pour, au bout du compte, penser de la même façon.
C'est beaucoup d'énergie gâchée pour arriver au même endroit ; autant faire du covoiturage.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 21:54

Une amie tout à l'heure me disait : je range tout dans des boîtes, je ne peux pas m'empêcher, ça me fait du bien.

Le grand foutoir jonché de choses hétéroclites va sans doute à l'encontre de ce qu'on apprend très jeune : range ta chambre, essuie tes pieds, remets ça à sa place... etc.

Un peu plus tard, qui n'a pas entendu : ah il est parti bien jeune, ce n'est pas juste...

A croire que l'ordre et la classification aident à tenir droit et surtout tête claire.

Mais alors : Dis, papa, pourquoi les choses se mettent-elles toujours en désordre ? => par rapport à qui, à quoi ?

J'ai toujours aimé les jardins fous fous fous. Pourtant, j'ai tendance à mettre tous les politiques dans le même panier. scratch

"Les français moyens" à mes yeux, reflètent la classe sociale moyenne, sans connotation péjorative. Allez donc savoir pourquoi l'expression dans mon esprit est liée au trésor public.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 23:18

lucarne a écrit:
je trouve dommage de tout faire pour se distinguer les uns des autres pour, au bout du compte, penser de la même façon.
Moi je trouve dommage qu'on soit tant incités à penser de la même façon, pour au bout du compte se distinguer tous les uns des autres.

Le français moyen (sans classifier) suivrait plus la tendance que la distinction.
Et si je parle de lui et essaye désespérément de le définir, c'est parce que tu nous as invités à le faire, pas parce que je bloque dessus.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Dim 22 Mai 2011 - 23:53

On a tous un peu du français moyen et un peu du marginal. Sauf que certains penchent un peu plus d'un côté, voilà tout.
Le français moyen type type, ça doit bien exister, mais là ce serait une caricature. Remarque, j'ai l'impression d'en connaitre.
Maintenant que j'ai un écran plat (pas immense, mais quand même), je penche un peu vers le français moyen.
Ce qui n'empêche que je passe pour franchement bizarre aux yeux de mes collègues. Que leur dire de ce week-end ? Que je suis allée écouter un concert d'arabo-andalou, que j'ai fait un stage de danse indienne ? Tout ça est excessivement exotique pour eux, voire suspect. D'ailleurs, une de mes collègue m'a expliqué qu'elle ne comprenait pas comment on pouvait dépenser de l'argent à faire des voyages dans un pays aussi crasseux que l'Inde (ou partout ailleurs en fait). J'aillais lui répondre que les voyages étaient réputés ouvrir l'esprit, mais je n'ai rien dit.
Pour d'autres personnes que je fréquente, je suis au contraire trop insérée dans la société. Je me lève le matin, j'ai des RTT, je paie mes factures...etc.
Bref, je suis un peu exotique pour tout le monde, et partout décalée.
Je me suis donc fait mon petit trou personnel, pour ce que pense les autres, tant mieux, ou tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Lun 23 Mai 2011 - 9:49

blue note a écrit:
Je me suis donc fait mon petit trou personnel, pour ce que pense les autres, tant mieux, ou tant pis.
Je crois que c'est la seule manière intelligente de vivre, bien sûr tant que nous avons bien en conscience que notre liberté s'arrête ou commence celle de l'autre.
Mais alors, la question que je me pose, c'est : lorsqu'on vit de telle manière, pourquoi ne pas accepter à l'autre le droit de vivre aussi de la sorte et arrêter de l'étiqueter à tout-va de manière méprisante ?
La réflexion sur soi ne devrait-elle pas être valable aussi pour la réflexion sur les autres ?
Tant qu'on ne fait de mal à personne (et encore... tout dépend de ce qu'on entend par "mal", c'est à nuancer), n'a-t-on pas le droit de vivre comme on le peut ou comme on l'entend sans subir en permanence des jugements de valeur à la louche ? Ne peut-on pas respecter et aimer "les gens" pour ce qu'ils sont, et libres à eux d'être ce qu'ils souhaitent ou peuvent être ?
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Lun 23 Mai 2011 - 10:59

Tout mène décidément à tout. Parcourant le web sur d'autres sujets, me voici à lire ceci :

le mec qui a écrit la bible a écrit:

Ne condamnez pas les autres, pour ne pas être vous-mêmes condamnés.

Saint Luc : Qu'as-tu à regarder la paille qui est dans l'œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ! Comment peux-tu dire à ton frère : Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton œil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans ton œil ? Hypocrite ! de ton œil ôte d'abord la poutre : et alors tu verras clair pour ôter la paille qui est dans l'œil de ton frère.


C'est que, il y a peu, j'étais une parfaite ignare en matière de textes saints. Et puis, j'ai bénéficié des cours d'un psychanalyste exégète...


Dernière édition par lucarne le Lun 23 Mai 2011 - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Lun 23 Mai 2011 - 11:28

lucarne a écrit:
Tout mène décidément à tout. Parcourant le web sur d'autres sujets, me voici à lire ceci :

le mec qui a écrit la bible a écrit:
.../...


C'est que, il y a peu, j'étais une parfaite ignare en matière de textes saints. Et puis, j'ai bénéficié des cours d'un psychanalyste exégète...

mdr
Revenir en haut Aller en bas
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Lun 23 Mai 2011 - 19:02

lucarne a écrit:

Mais alors, la question que je me pose, c'est : lorsqu'on vit de telle manière, pourquoi ne pas accepter à l'autre le droit de vivre aussi de la sorte et arrêter de l'étiqueter à tout-va de manière méprisante ?
La réflexion sur soi ne devrait-elle pas être valable aussi pour la réflexion sur les autres ?

???...Nous (je) avons aussi en nous cette part d’ombre contenant nos besoins inconscients,
notre vulnérabilité cachée sans parler de nos difficultés de vie...
Nos mécanismes de défense font écho à ce que nous renions et qui vient nous provoquer
en réponse à cela le retour en force de nos rigidités de notre contrôle de nos stratégies de pouvoir
de nos critiques de nos jugements etc... Humain trop humain...??? Rolling Eyes



Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Lun 23 Mai 2011 - 23:39

C'est parce que je respecte la liberté des autres que je ne cherche pas à les changer, ni à les fréquenter si leurs préoccupations sont trop éloignées des miennes.
Qu'aurais je à dire en vérité à certaines de mes collègues qui n'ont d'autres loisirs que leurs enfants, le barbecue du dimanche, les émissions à la télé, le camping dans le sud pendant les vacances ? Elles vivent la vie qu'elles ont choisie, plus ou moins. On trouve parfois un terrain de discussion, parfois, mais il y a un fossé que je n'ai pas forcément envie de combler. Juste superficiellement, pour entretenir une relation de politesse nécessaire, mais juste cela. Il y a tellement de gens avec qui j'ai à apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Mar 24 Mai 2011 - 10:22

Bianca a écrit:
Nous (je) avons aussi en nous cette part d’ombre contenant nos besoins inconscients, notre vulnérabilité cachée sans parler de nos difficultés de vie...
Nos mécanismes de défense font écho à ce que nous renions et qui vient nous provoquer en réponse à cela le retour en force de nos rigidités de notre contrôle de nos stratégies de pouvoir de nos critiques de nos jugements etc...
C'est exactement cela. Mais alors raison de plus pour ne pas me contenter d'un constat décomplexé. Et pour ne surtout pas en faire un credo.

Moi, mon "bouc émissaire" personnel, c'est LE directeur des ressources humaines. Et là, il ne s'agit pas d'un mépris faussement indifférent mais d'une haine épidermique. J'essaie de ne pas être trop dure avec moi-même au regard de ce qui a provoqué cette allergie. Pour autant, pour ma propre humanité, je réfléchis à cela.
Récemment, un ami est venu me titiller sur le sujet. Je sens combien les barrières sont encore présentes et réactives. Mais là où, voilà peu de temps, j'implosais sans pouvoir mener la moindre réflexion, aujourd'hui une pensée plus ouverte et subtile trace son chemin. Et le fait même que certaines personnes se permettent de questionner mon conditionnement me rassure énormément.

Bianca a écrit:
Humain trop humain...???
Peut-on définir des degrés à "l'humanitude" ? Pour moi, un humain est toujours un humain à 100%, rien qu'un humain.


Un texte qui exprime probablement mieux que moi ce que je pense :

"Regardez plutôt ceux qui ont accepté d’être des vivants, c’est-à-dire qui ont assez de foi [(le mot foi est utilisé dans ce livre au sens de confiance vitale] pour sentir et désirer par eux-mêmes, voyez comme quelque chose vit en eux, les porte, les anime. Ils sont éclairés du dedans, mus du dedans ; ils ont comme une liberté et une vérité qui tient à ce qu’ils n’ont pas besoin des autres ; n’en ayant pas besoin, ils peuvent les aimer. Ils sont comme centrés ; ils ne sont pas happés, distraits, étourdis par les mille sollicitations du dehors. Ils perçoivent certes les êtres et les choses qui les entourent mais c’est de souveraineté à souveraineté qu’ils traitent. Leur navigation se fait à la boussole, selon leur cap, ce qui ne les empêche pas de veiller aux écueils et de faire parfois de grands saluts aux autres bateaux qui croisent alentour. (…) Cette justesse du désir, cette adéquation de l’être à son existence, cette vivacité profonde, ce jaillissement calme de la vie, cette invention permanente du geste, du mot, du regard, de la parole, ne se produisent pas dans l’indifférence d’une mécanique bien huilée. Bien au contraire, le signe que notre désir est bien là à l’œuvre dans notre existence, c’est ce frémissement profond, cette vibration chaude de tout notre être qu’on nomme du nom beau et grave de plaisir.

(Yves, Prigent, L’expérience dépressive, la parole d’un psychiatre)

Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Le Français moyen   Mar 24 Mai 2011 - 16:08

lucarne a écrit:



Bianca a écrit:
Humain trop humain...???
un humain est toujours un humain à 100%, rien qu'un humain.

Oui ! c’est ce que je voulais dire par "humain trop humain." Wink


lucarne a écrit:

Un texte qui exprime probablement mieux que moi ce que je pense :

"Regardez plutôt ceux qui ont accepté d’être des vivants, c’est-à-dire qui ont assez de foi [(le mot foi est utilisé dans ce livre au sens de confiance vitale] pour sentir et désirer par eux-mêmes, voyez comme quelque chose vit en eux, les porte, les anime. Ils sont éclairés du dedans, mus du dedans ; ils ont comme une liberté et une vérité qui tient à ce qu’ils n’ont pas besoin des autres ; n’en ayant pas besoin, ils peuvent les aimer. Ils sont comme centrés ; ils ne sont pas happés, distraits, étourdis par les mille sollicitations du dehors. Ils perçoivent certes les êtres et les choses qui les entourent mais c’est de souveraineté à souveraineté qu’ils traitent. Leur navigation se fait à la boussole, selon leur cap, ce qui ne les empêche pas de veiller aux écueils et de faire parfois de grands saluts aux autres bateaux qui croisent alentour. (…) Cette justesse du désir, cette adéquation de l’être à son existence, cette vivacité profonde, ce jaillissement calme de la vie, cette invention permanente du geste, du mot, du regard, de la parole, ne se produisent pas dans l’indifférence d’une mécanique bien huilée. Bien au contraire, le signe que notre désir est bien là à l’œuvre dans notre existence, c’est ce frémissement profond, cette vibration chaude de tout notre être qu’on nomme du nom beau et grave de plaisir.

(Yves, Prigent, L’expérience dépressive, la parole d’un psychiatre)


Ce texte exprime aussi ma pensée... chinois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Français moyen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Français moyen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Français moyen
» Cabu et ses beaufs
» Le Moyen français.
» Pour mémoriser les départements français
» [Troyat, Henri] La gouvernante française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: