Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Néons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Néons   Sam 11 Juin 2011 - 20:53

Le néon rouge et jaune est inutilement agressif. Les deux couleurs emmêlées tressent une sorte d’appel pathétique vers le client. Venez ! Ne me laissez pas couler comme tous les autres commerces du quartier.
Peine perdue sans doute… Elle le sait et Leïla, derrière son comptoir, le sait vraisemblablement aussi. Ici, un monde s’écroule. Des vies s’anéantissent. Qui pourrait encore avoir envie d’habiter là ?
Pourtant, elle revient toujours dans cette sandwicherie située près de la gare. Parce que le pain est bon et craquant même à la fin de la journée lorsque la nuit tombe et que l’estomac réclame sa dose de bien-être. Parce que Leïla prépare des petites salades délicatement parfumées. Parce que, quitte à se shooter au Coca, il vaut mieux l’acheter à une fille sympa.
Elle revient régulièrement.
Ses amies aussi…
La sandwicherie est devenue au fil des jours une sorte de point de rencontre. Muriel et son jean troué rebelle. Samia dont le rire sonore doit s’entendre de l’autre côté du canal. Lucia et sa mine de souris timide.
Et puis, elle, Vénus.
Un prénom tellement difficile à porter qu’elle a passé toute sa jeunesse à chercher à le justifier.
Un mètre quatre-vingt, talons compris. Une blondeur pâle que relèvent quelques paillettes rosées au coin des yeux. Un sourire éclatant comme un lever de soleil sur l’amour.
- Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ?
- Les soldes, évidemment !...
- Tu étais à l’ouverture des magasins ?
- Non, j’ai pas pu me lever à 6 heures… J’y étais vers 10 heures… La folie ! Y avait des pétasses qui se battaient presque pour un soutif…
- Et t’as trouvé quelque chose ?
Muriel écarte les pans de sa veste en faux cuir.
- Woaw, s’exclame Samia ! Il est trop génial ton débardeur ! Ca te fait des seins d’enfer !
L’épisode « soldes » s’arrête aussi vite qu’il a commencé. Samia plonge sa fourchette en plastique dans le bol transparent de salade. Elle la tourne mécaniquement comme si elle pouvait encore améliorer le dosage de la vinaigrette sur les feuilles vertes. Lucia pique quelques frites du bout des doigts ; ses ongles peints se marient mal avec les grosses traces d’huile qui dégoulinent. Muriel vide distraitement sa canette de soda. De petites gorgées sans quoi son estomac entre en révolte et d’ignobles brûlures la tordent toute la nuit.

Vénus les regarde. Ce trio, c’est un raccourci de la misère du monde.
Samia, la maghrébine, née là-bas de l’autre côté de la mer et venue rejoindre son père alors qu’elle avait 14 ans. L’école ? Quelques jours de rêve et d’espoir… puis l’apprentissage de la galère quotidienne de l‘élève analphabète. Aucune sortie glorieuse du système scolaire possible. Juste l’échec. Permanent. Irrémédiable.
Murielle, la fugueuse. Partie de chez elle à 15 ans. Dix années de bohême parsemées de coups de folie et de petits séjours au poste de police. Son seul souvenir d’avant, ce foutu blouson qu’elle essaye de garder potable mais qui, jour après jour, craque sous l’usure des ans.
Lucia, la petite Roumaine. Souple comme une gymnaste qu’elle serait peut-être devenue si elle n’avait pas pris la route pour l’Ouest brillant. Comme d’autres parties avec elle, parlant à peine quelques mots de français, elle a découvert la richesse du bout des yeux. Comme dans les vitrines des grands magasins de chez elle, il lui est interdit d’y toucher. D’ailleurs, elle n’en rêve même plus.
Et elle ? Son propre parcours ?
Elle n’a pas envie de rouvrir les plaies. Il lui faut penser positif !
- Rapprochez-vous ! Je vais faire une photo !
Vénus sort son nouveau téléphone portable. Celui qu’Alexandre lui a payé pour le travail.
Elle pointe l’objectif vers le trio. Zut ! Elle est trop près.
Un pas en arrière. La voilà sur la chaussée.
Ses talons hauts plongent dans l’huile déposée par les voitures, pataugent dans le courant d’eau libéré par un lointain employé de la voirie.
Un cliché puis un autre. Lucia sourit presque sur le second. Ca n’est pas le bonheur mais c’est suffisant pour lui labourer le cœur d’un peu de chaleur.
Gros coup de klaxon ! Le bus n°2 veut qu’elle se pousse de son passage !
Un piéton, valise à la main, l’interpelle :
- Eh, mademoiselle, vous devriez rester sur le trottoir… C’est dangereux là où vous êtes !
Le trottoir moins dangereux ?
Sait-il seulement ce voyageur pressé que dans un quart d’heure, Samia, Lucia, Murielle et elle-même seront quatre silhouettes plongées dans l’éclat glauque d’une lumière orange. Pensionnaires du trottoir gris sous le pont du chemin de fer. Jusqu’à ce que le plaisir des uns fassent le malheur des autres.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Néons   Mer 22 Juin 2011 - 23:50

Dur. Dur-dur. Mais réaliste. Finalement, les textes noirs ne sont pas tant sortis de l'imaginaire. La réalité les forge...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
 
Néons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: MBS-
Sauter vers: