Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le bourreau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Le bourreau   Ven 24 Juin 2011 - 19:17

Il a les yeux dans le vague. L’horizon n’est plus qu’un brouillard. Tout ce qui se trouve à plus d’un mètre de lui n’a plus la moindre importance.
A chaque fois, il se demande pourquoi il a accepté ça. C’est une tâche qui le dépasse et le terrorise, qui le happe et le lamine. Il se sent un bourreau moderne, pouvant décapiter une existence s’il ne sait pas retenir son bras vengeur.
C’est qu’il est aussi un des gardiens d’un Temple théoriquement commun à tous mais qu’il sait bien être aux mains de quelques-uns seulement. Il est de ces privilégiés qui ont accès à ses trésors. Cela l’honore mais cela le paralyse.
De quel droit peut-il décider ?
Qui a fondé son autorité ?
Ceux qui l’ont légitimé appartenaient au même groupe, au même clan, à la même caste. Ils l’ont adoubé mais au nom de leurs principes communs, de ces vérités superficielles qui ont valeur d’évangiles.
Mais pour eux seulement.

Il attend avant de baisser les yeux. Ce serait déjà entrer dans l’affrontement. Il s’y refuse. Il n’est pas prêt.
Il va mettre de la musique. Il sait que cela lui est devenu indispensable pour ne pas se laisser aller à la violence, au déchaînement aveugle, à l’injustice. Ces disques qu’il connaît par cœur le font baigner dans une ambiance familière et apaisante, lui rappelle qui il est vraiment. Il sait que si quelque chose ne va pas, s’il sent qu’il dérape, qu’il étouffe sous l’ouvrage, il pourra se rattacher à quelques notes, à quelques mots qu’il chantera pour lui-même. Entrer et sortir rapidement de la bulle dans laquelle il doit s’enfermer, c’est indispensable. Sinon, qu’adviendrait-il de sa raison ?

Retour à son poste. Rien n’a changé, rien n’a bougé.
Ni ses instruments de bourreau alignés en ordre devant lui. Froids et transparents.
Ni ses futures victimes, muettes et sans doute résignées à l’inéluctable. Pâles et bleuies.
Un sang qu’il juge trop pur va couler.
Rouge.
Rouge de confusion ou haine.
Sang de vengeance ou sang de peine.
Passion fatale que la sienne.

La page est déjà écrite. Il n’a plus qu’à la compléter.
Le doute l’étreint à nouveau.
Les mêmes questions.
Sempiternelles depuis quinze ans.
Il se souvient comme au début, cela lui paraissait simple. De grandes idées l’animaient, ils voulaient les défendre. Il n’hésitait donc pas à tailler dans les rangs adverses de grandes saignées. Il fallait qu’ils comprennent, qu’ils se convertissent à ses idées et à ses principes. Pourquoi aurait-il eu des états d’âme ? Il avait la sanction de l’autorité suprême qui lui avait accordé une confiance aveugle. Il détenait la Vérité.
Mais il avait fini par ouvrir les yeux… et à trouver à ses victimes de troublantes circonstances atténuantes. Elles étaient pour certaines bien innocentes des pêchés qu’il leur reprochait. D’autres n’avaient pour se défendre que de faibles moyens et il ne pouvait guère leur reprocher leur passive présence. Ils n’avaient rien demandé. Enfin, il avait commencé à les voir, à les entendre souffrir.
Souffrir par lui.
Souffrir de son autorité, de ses excès de zèle, de son incompétence aussi qu’il voyait enfin se dessiner au-delà de sa suffisance.
Il en était venu à admettre qu’il n’avait pas toujours raison… et que, eux, n’étaient pas de simples victimes expiatoires, condamnées à vie par leurs insuffisances, condamnées à mort par une inutile vengeance.

Il va se lancer dans son macabre ouvrage, le cœur à l’agonie, l’esprit sans enthousiasme.
Si seulement ils pouvaient l’aider.
Ne plus se poser en victimes, en ennemis, en brebis toujours faussement repentantes.
Plus l’un contre les autres mais avancer tous ensemble.
C’est trop en demander, il le sait…
Au cours de son travail, il aura envie de vomir, de tout abandonner, de s’enfuir.
Même innocente, la victime est parfois décevante. On lui a offert une occasion d’échapper à ses griffes. Par quelques mots jetés dans le vent de la salle des supplices, par des conseils répétés donnés quand tant d’autres les évitent, par des sourires confiants pour apaiser sa peur. Mais, non, les voilà qui donnent tête baissée dans ce qui n’était même pas un piège.
Il se rend compte qu’au moment de les affronter, il les aime.
Et ça le désespère.

Ca y est ! Il a son arme à la main, tend l’autre vers la première victime.
Parfois il les classe en pensant que cela l’aidera à être plus juste. « Les derniers seront les premiers » a dit quelqu’un… Il agit exactement en sens inverse, espérant donner aux plus faibles l’occasion de profiter de sa lassitude et de sa faiblesse quand elles viendront au bout d’une ou deux heures.
Et puis, ceux-là, ces premiers, il les connaît bien. Il sait qu’ils vont se défendre, qu’il retiendra peut-être plus facilement son bras envers eux. C’est connu dans son monde… On ne traite pas à la même aune ceux qui passent pour l’élite, ceux qui un jour peut-être pourrait bien être à votre place.
Un stylo rouge à la main.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le bourreau   Lun 8 Aoû 2011 - 0:49

Si tes élèves lisaient ce texte, ils tomberaient de leur chaise. Un prof qui se voit sous cet angle ne peut qu'être un humain, ça déstabilise.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Le bourreau   Lun 8 Aoû 2011 - 8:56

C'est surtout le reflet d'une perception par les élèves eux-mêmes. Dans un lycée (dans un collège surtout) beaucoup disent qu'ils sont en prison ; le devoir est la peine qui complète cet emprisonnement sans qu'on sache très bien si le prof est vraiment le bourreau ou le juge (les parents pouvant parfois se révéler les exécuteurs des hautes oeuvres). Ce sont des représentations qui sont à cent lieues de ce qu'on devrait penser dans un établissement scolaire mais elles existent, il faut vivre avec et espérer qu'à la fin de l'année on aura pu en convaincre certains (généralement convaincus d'avance d'ailleurs) que c'est autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bourreau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bourreau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Le Cherche Midi] Le bourreau de Pierre Boulle
» Une Nuit en enfer 3 : la fille du bourreau
» Bourreau
» Ma mère, mon bourreau
» Le bourreau de Lamballe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: MBS-
Sauter vers: