Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au niveau ou à portée des élèves?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9695
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Au niveau ou à portée des élèves?   Ven 8 Juil 2011 - 14:40


COGITO ERGO SUM

Se mettre "au niveau" ou "à portée" des élèves ? Réflexions d'un correcteur du bac 2011











Cette année, j’ai corrigé une soixantaine de copies d’histoire-géo du baccalauréat : un rituel que j’accomplis aux terrasses des cafés, au bord de la mer parfois (à Dinard, au bar du casino, au-dessus de la plage…), dans la salle des profs de mon lycée ou, plus rarement, à mon bureau, véritable capharnaüm dans lequel j’ai du mal à me retrouver ! J’y mets beaucoup de sérieux, malgré mon agacement devant les sujets proposés et choisis, mais aussi face aux consignes « conciliantes » (c’est-à-dire démagogiques) des autorités de l’Education nationale qui tendent à faire du bac un simple « droit de l’homme » (sic !) ou un certificat de fin d’études secondaires sans enjeu ni véritable valeur…




Les incidents nombreux de cette session de juin 2011 ont porté un coup très rude au crédit d’un examen qui n’en avait déjà guère plus beaucoup avant même le commencement des épreuves. Le retentissement donné à la diffusion d’un exercice de mathématiques sur la toile à la veille de l’épreuve a caché d’autres fraudes autrement plus importantes et plus massives, comme celle des fuites autour de l’épreuve d’anglais ou l’usage des téléphones reliés à internet pour « vérifier » les croquis de géographie (petite opération rapide ayant généralement lieu dans les toilettes…). Sans compter que la disposition des tables dans les salles d’examen permettait parfois les coups d’œil curieux sur la copie des proches voisins…





Néanmoins, il ne faudrait tout de même pas que l’arbre des fraudes, aussi importantes aient-elles été cette année, cache la grande honnêteté de la plupart des concurrents, sérieux et soucieux de bien faire.

Cela étant, la question se pose avec une plus grande insistance encore désormais : que faire du baccalauréat ? A l’origine, celui-ci, premier diplôme et grade universitaire, était un véritable examen et rares étaient ceux qui arrivaient, après un parcours fort laborieux, à le décrocher : sa valeur tenait aussi au petit nombre des heureux (mais pas hasardeux !) bénéficiaires. Faut-il regretter cette époque ? Pas vraiment car ce petit nombre tenait aussi à ce que les études secondaires n’étaient ouvertes qu’à un nombre forcément restreint de jeunes Français.

L’augmentation du nombre d’élèves des lycées n’est pas, en soi, une mauvaise chose, loin de là, et je ne suis pas favorable à sa limitation drastique que certains peuvent préconiser tandis que, en fait, les autorités pédagogiques de l’Education nationale, elles, s’acharnent à abaisser le niveau au nom d’une « démocratisation » démagogique et niveleuse. En fait, la grande erreur des pontes de l’Education nationale c’est de croire qu’il faut se mettre « au niveau » des élèves quand, en fait et de manière plus efficace, il s’agit de se mettre « à portée » des élèves, ce qui n’est pas du tout, mais alors pas du tout, la même chose !


Se mettre « au niveau », c’est abaisser celui-ci pour gonfler les scores du bac ou d’autres examens, quand se mettre « à portée », c’est, sans diminuer le niveau d’exigence, déployer tous les moyens possibles pour élever le niveau des élèves ! La deuxième attitude me semble plus honnête et plus intéressante que la première : enseigner l’histoire-géographie n’est pas seulement enseigner quelques thèmes « historiquement corrects » mais chercher à susciter la curiosité, à montrer les ressorts de l’histoire et comprendre ceux de la géopolitique, amener à réfléchir sur ce qui forme la vie des hommes et des sociétés, etc.





Pour cela, la rigueur est tout aussi nécessaire que la distanciation et l’humilité (ce qui n’empêche pas la passion), et se pencher sur quelques grandes figures ou événements ne me semble pas négligeable. Sans oublier d’évoquer les grandes pistes de notre histoire nationale, non par chauvinisme mais par nécessité de savoir ce que nous sommes et quelles sont les potentialités de nos « traditions », au-delà de nos gloires et de nos erreurs françaises, de nos résistances et de nos faiblesses : si nous sommes des héritiers qui n’avons pas choisi ni notre naissance ni notre héritage, aussi lourd soit-il parfois, il n’est pas inutile de le connaître, dans l’esprit et l’espoir d’une « tradition critique »… Marx, à la suite d’ailleurs des traditionalistes français, n’avait pas tort d’affirmer que « celui qui ne connaît pas l’Histoire est condamné à la revivre », et le plus souvent, pour le pire !



L’auteur




JPChauvin

Le Pots.fr 08/07/11

Je ne vois à ajouter sur cette réflexion, qui ne date pas d'hier, sinon que je suis totalement d'accord avec l'auteur de ces lignes et que maintenir une exigence de qualité c'est un bras de fer constant avec les élèves (mais encore une fois ils ne sont pas les premiers responsables), les parents, la hierarchie et certains collégues... Autant dire qu'il faut y croire et que ça demande beaucoup d'énergie.
N'est -il pas MBS?


Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Au niveau ou à portée des élèves?   Ven 8 Juil 2011 - 17:41

Tryskel a écrit:
En fait, la grande erreur des pontes de l’Education nationale c’est de croire qu’il faut se mettre « au niveau » des élèves quand, en fait et de manière plus efficace, il s’agit de se mettre « à portée » des élèves, ce qui n’est pas du tout, mais alors pas du tout, la même chose !
D'accord à 100% !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
MBS

avatar

Nombre de messages : 8137
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Au niveau ou à portée des élèves?   Ven 8 Juil 2011 - 17:45

Il est...

AngeR

J'en parlais il n'y a pas plus d'une heure avec un collègue d'un autre lycée avec qui je travaillais (oui, oui, un 8 juillet !). Je suis à 90 % d'accord avec l'auteur ; ma seule différence de perception portera sur la question de l'abaissement du niveau justement soit-disant voulu par les institutions. Si les nouveaux programmes étaient plus simples à traiter que les précédents, je serais totalement d'accord... Mais ils sont plus difficiles, terriblement ambitieux !!!... Ce qui fait qu'on se rend compte très vite que ça risque d'être catastrophique (l'HG n'a-t-elle pas eu pendant longtemps la plus basse moyenne générale des bacs généraux ?) et donc on donne des consignes de correction tendant à effectivement adoucirl'ire du correcteur. Cette année, il était écrit par exemple pour la cartographie : "Il n'y a pas un seul croquis de géographie recevable pour ce sujet, d'autant plus que le nombre de figurés possible est limité sous peine de rendre ce croquis illisible. Le candidat est donc amené à faire des choix, en fonction des problématiques retenues par son professeur, de ses connaissances et de sa propre réflexion". Quand vous savez que les élèves apprennent les croquis par coeur (sauf ceux qui les mémorisent vite fait dans les toilettes... mais là ce sont les surveillants qu'il faut punir aussi !) et que ces croquis sont ceux du prof qui les a souvent piochés dans un autre manuel que celui de la classe, qu'est-ce que vous pouvez dire contre la malheureux élève ? Vous ne pouvez quand même pas exiger qu'il soit plus au courant que son prof et que l'auteur de la carte du manuel ! Donc, vous allez devoir tolérer les éclairs pour symboliser les tremblements de terre au large du Japon, l'intérieur des Etats-Unis ravalé à l'état de simple "zone agricole", les ponts représentés par des flèches, les interfaces ouvertes d'un seul côté... et, le must, en provenance directe de certains manuels, les ports situés en pleine mer !!! Autrement dit, si l'élève fait une carte de m... vous devez lui mettre quand même au moins la moyenne parce que ce n'est pas la sienne et qu'il n'y est pour rien... Sacré piège !


*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Au niveau ou à portée des élèves?   Ven 8 Juil 2011 - 20:08

Tryskel a écrit:

correcteur du bac 2011 a écrit:

COGITO ERGO SUM
J’y mets beaucoup de sérieux, malgré mon agacement devant les sujets proposés et choisis, mais aussi face aux consignes « conciliantes » (c’est-à-dire démagogiques) des autorités de l’Education nationale qui tendent à faire du bac un simple « droit de l’homme » (sic !) ou un certificat de fin d’études secondaires sans enjeu ni véritable valeur…


La valeur du bac est-il fonction du nombre d'élèves qui y échouent?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9695
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Au niveau ou à portée des élèves?   Ven 8 Juil 2011 - 21:04

Absolument pas, c'est pas ce que dit l'auteur de l'article et pas ce que je dis!

Mais si tu lis ce que disent l'auteur et MBS, tu verras que ça n'a plus de sens, puisqu'on leur demande des trucs soi disant de haut niveau (j'imagine pas ce que c'est aujourd'hui vu que quand j'ai quitté il y a tantôt 7 ans c'était déjà de l'ordre de l'infaisable pour un élève normal, et un casse tête pour les profs) et qu'on rabaisse les exigences à la correction, ce qui fait que la note n'a plus de sens, donc le diplôme plus grande valeur. Ce qu'on retrouve dans la vraie vie puisque l'exigence des employeurs se situe minmum à Bac+2, donc ils demandent des gens qui ont fait leur preuve en études au delà d'un diplôme dévalorisé par l'Institution elle même, qui multiplie les chausses trappes, mais ne voulant pas se faire huer par les foules (de parents et de candidats) en provocant trop d'échecs, demande de faire comme si parce qu'il faut approcher au plus près des "80%" qui n'ont jamais eu le moindre sens!

Bienvenu chez UBU, ou Kafka!
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8137
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Au niveau ou à portée des élèves?   Ven 8 Juil 2011 - 21:23

Bon, Trys, tu peux hausser le curseur... Aujourd'hui, quand un COPSY (traduction : Conseiller d'orientation PSYchologue) présente à des secondes les perpectives d'études en post-bac, c'est bac+5 minimum... Quand tu reprends la classe après l'intervention et que tu leurs dis "ouais, vous en avez encore pour au moins 8 ans...", les mines sont vraiment décomposées (surtout pour ceux qui sont en seconde alors qu'ils ne voulaient pas y venir).

En fait, je ne pense pas qu'il faille parler de ce fameux "niveau" du bac. Il ne veut rien dire en lui-même. C'est comme le thermomètre qui dit qu'il y a problème de santé mais pas lequel. Là c'est pareil. '"Oh ! 2% de plus que l'année dernière !" ou "1,4 % de reçus en moins cette année". Qu'est-ce que cela veut dire ?... Rien parce qu'on ne prend pas en compte les effets de groupe. Deux exemples : on nous promet des élèves de seconde excellents l'année prochaine car dans les collèges les résultats ont été bien meilleurs cette année que l'année d'avant (ce qui veut donc dire que sur notre secteur, les résultats au bac dans 2-3 ans répercuteront forcément cette situation). Mais, c'est perceptible encore plus tôt ; chaque année, les instits de maternelle peuvent dire aux instits de CP (dont ma femme) comment seront les élèves qui arriveront à la rentrée suivante... et ça se vérifie. Au risque de rejoindre mon grand dada du sens des notes, on est dans le même trip. Faire des raisonnements à partir de chiffres aussi peu analysés et mis en perspective, ça ne vaut pas tripette.
Je me permets de préciser que mes élèves sont souvent meilleurs que moi. Ils savent eux dès la seconde ce qu'est une problématique, quels sont les points obligatoires sur un croquis, comment présenter un document... Moi je ne l'ai appris qu'à la face. En français, ils savent faire la différence entre un oxymore et un autre truc du même style au nom barbare, dégager la situation d'exposition dans un récit. En maths et en physique, je n'en parle même pas... Ok, ils font souvent 40 fautes par page et écrivent tellement mal que des critiques pourraient y voir la naissance d'une nouvelle langue. Ces points positifs et ces points négatifs peuvent-ils se retrouver derrière un chiffre, une valeur de reçus ou de non-reçus ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9695
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Au niveau ou à portée des élèves?   Sam 9 Juil 2011 - 1:23

C'est juste, mais plus on hausse le curseur et moins ça a de sens! Voire tous les BAC+5 qui galèrent pour trouver du boulot et sont obligés d'en accepter de sous qualifiés!

Juste itou que les notes ne valorisent pas certaines qualités/ capacités. Sauf si c'était vraiment trés bon ou trés mauvais, ça a toujours été un casse tête et des cas de conscince pour moi de noter!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au niveau ou à portée des élèves?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au niveau ou à portée des élèves?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1er Bataillon de Chasseurs Portés
» Leçon n°08 : 5 petits conseils pour prendre une photo [niveau facile]
» [Photoshop CS3]Signature DBZ [Niveau=Débutant]
» Précision sur l'appareil photographique [niveau moyen]
» Tarte portée en 1941-- période sombre--

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: