Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans les lianes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zoé sporadic
Jasmine calamardesque
avatar

Nombre de messages : 1596
Localisation : "j'étais pas là"
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Dans les lianes   Mar 12 Juil 2011 - 15:05

Dans les lianes...

Des amis sympas m'ont invité à visionner un film. Moi, je les adore, c'est pas qu'ils soient branchés, mais quand tu as un coup de blues, que t'en peux plus d'écouter Bill sur ta vieille platine crachouillante, tu peux être sûr qu'ils sentent que c'est le moment d'appeler. C'est pour ça que je les adore.
Oh, ils vont pas te cramponner trois heures avec leurs états d'âme marinés, non. Ce genre de truc qui te pourrit la vie, vu que toi, tout ce que tu peux faire entre deux "hummm... oui", trois "ben, moi, tu sais...", c'est de tâcher de t'en tuber une ̶ et je te parle même pas d'aller pisser. Tu sais bien, ces beaux esprits désincarnés, tu en connais aussi. De ceux qui seraient offusqués au dernier degré que tu puisses céder à un besoin naturel alors qu'une âme s'ouvre à toi. Et tout ça, c'est pas facile à réaliser en synchro, hein ? Ça relève de l'abnégation altruiste. Parce que, de toi à moi, le bon gros vieux fixe, eh bien, il tenait ferme, lui, coincé entre l'épaule et ton oreille. Tandis que ce p... de saleté de b... de portable de m... en plus d'être minuscule, il manque de reliefs, il glisse. Tellement que t'es obligé de le serrer comme un malade. En plus du risque de torticolis, tu te retrouves avec l'oreille plus bouillante que ton café ! Autant dire que t'es en train de lâcher de l'oseille pour te faire carotter sévère la matière grise, enfin ce qu'il t'en reste... Et puis il arrête pas de faire cliqueter ton anneau à l'oreille et ça, c'est très mauvais pour l'écoute. Et tu sais, toi, combien c'est important l'écoute. Surtout quand une vieille copine est dans la dèche, qu'elle a paumé son dernier flouze pour un voyage de m... au rabais. Qu'elle vient de passer une semaine seule sur un transat à guetter les dauphins, face à la mer Egée. Même qu'elle a dû acheter sur place un kawé hors de prix, vu qu'elle avait emporté que ses bikinis. T'es triste pour elle. Tu lui avais pourtant conseillé de venir passer une semaine, il faisait justement une température à aller chercher les morilles dans le bois du Pisseleu... Mais non, c'est plus fort qu'elle, elle croit toujours qu'il existe quelque part Celui qui l'attend, qui lui est destiné... Un beau, un qu'a pas de fins de mois difficiles, un qui la mettrait sur orbite à chacun de ses clins d'oeil... En fait, elle finit toujours par ramener la converse sur Jipé. Ce qu'elle veut, c'est que tu lui parles de Jipé. Ça a l'air important pour elle. Toi t'en sais rien s'il a toujours ses hémorroïdes. Quoi qu'ils en bavassent, y a toujours des hiérarchies dans la vie des gens. Même avec leurs amis. C'est l'histoire éternelle, elle veut entendre que Jipé se déglingue sans elle. Pauvre de nous. Mais j'ai plus rien à lui dire, moi, de Jipé. Jipé, je le vois plus depuis qu'il est avec sa Justine. J'y suis pour rien s'il a oublié la plupart de ses potes. On sait pas pourquoi. C'est comme ça. Alors, tu te sens pas le coeur de lui rappeler que t'as dépassé depuis deux heures ton forfait et tu l'écoutes... tu l'écoutes... et tu tâches d'aller pisser discrètement... P... de portable...

Non, eux, c'est des vrais potes, des concis. "Tu viens, y manque plus que toi !" Quand ils t'appellent c'est parce qu'ils ont envie de te voir. Vraiment. Te prennent pas pour une agence de renseignement. Alors j'ai emballé la pizza aux artichauts, ça tombait bien, je me disais qu'il allait encore falloir que j'en congèle les trois-quarts. Mon congélo est déjà plein de restes dépareillés. Mais quand j'ai envie d'une pizza, je sais jamais laquelle prendre, parce qu'avec la buée sur le sachet, ben, tu vois plus à quoi elles ressemblaient les précédentes... C'est un peu comme quand tu essayes de te souvenir de Brigitte, de Babette, de Solange, d'Inès ou de Valentine. La buée a beau être de nature différente, le résultat est le même. Après tout ce temps, tu sais plus très bien laquelle avait ce grain de beauté au ras des cheveux qui fichait la transe à tes meilleurs émois.
Donc, ce soir là, l'alibi aux libations était de se faire une toile. On se demande bien pourquoi il faut un prétexte d'ailleurs puisque chacun connaît et la pièce et son rôle. À commencer par l'ordre d'apparition en scène. Immuable. Depuis Loulou qui arrive toujours en retard et jamais avec la même fiancée, jusqu'au tomber du rideau sur Annie et son hallali sur les fonds de bouteilles. Mais une soirée réussie entre amis n'est-elle pas le summun du confort en fonction précisément de ses rituels ? Faute de quoi, et si t'es un téméraire, tu vas traîner sur les contre-allées du Mail. Si t'as des relations et si t'aimes causer, t'as les vernissages, c'est plus classieux et t'as rien à apporter ! Seulement, en général, ça ferme tôt...
Franchement, je ne sais pas qui a eu cette idée de ressortir la série des Tarzan. Peut-être bien Joël notre cinéphile. Dans la vie, Joël est facteur. En tout cas, quand je suis arrivé, il parlait d'"Avatar" qu'il avait vu récemment. Selon lui, le thème était calqué... Moi, j'en sais rien, je l'ai pas vu, dans mon bled y a pas de cinoche. J'écoutais Joël tout en dégustant un bol de taboulé aux champignons, vautré sur une chaise longue. Il est toujours passionnant Joël quand il se décide à causer. Il va chercher de ces trucs ! En même temps, j'avais un oeil sur l'écran, et un verre de Jurançon à la main, juste pour me rafraîchir la mémoire, parce, comme vous peut-être, ça fait un sacré bout de temps que j'avais pas visionné le Johnny...

Je tressaille, un cri me retourne l'estomac. Je tourne la tête sur la gauche, là, tout près, y a un... un être... je sais pas ce que c'est. Un mammifère c'est sûr. Comme il me tourne le dos agenouillé, je ne sais pas s'il s'agit d'un mâle ou d'une femelle... A l'instinct, pourtant, j'opte pour un mâle. Son aspect est troublant, pas assez velu pour un singe... Je retiens mon souffle pour ne pas le déranger, j'espère être contre le vent, mais du vent y en a pas... Il possède un torse puissant sur des pattes courtes... Il ne semble pas avoir senti ma présence, surtout ne pas bouger, pas même cligner de l'oeil... Il est penché sur un marigot... peut-être cherche-t-il sa pitance, qui sait il va pêcher peut-être ? Un poisson ici, j'en doute, mais une grenouille ou un triton, qui sait ?J'attends... Il reste courbé un long moment sur la surface... Son attitude m'intrigue, on dirait presque un humain... Le voilà maintenant qui lève les pattes avant, on dirait bien qu'il a des mains malgré ses ongles démesurés. Voici maintenant qu'il lisse avec des gestes précautionneux, amoureux, les longs poils de sa crinière, sa tête s'incline gracieusement, ma parole il se fait des mines sur le miroir de la flaque !
De la droite un doux chuintement spongieux sourd de la mousse. Une silhouette pâle s'esquisse sur le rideau d'ombre de la végétation. Même allure générale, mais la masse semble plus réduite. Serait-ce une femelle en chasse? Je me ratatine encore. Le premier a tourné la tête et semble humer, l'espace d'un instant, la présence. Comme rassuré sur l'identité de la visiteuse, il se replonge dans sa contemplation attentive. Lui aussi se fait discret. Entre deux minauderies, son regard se lève comme pour estimer ses chances d'escapade. Mais que pourrait-il envisager, ses pattes ne semblent pas adaptées aux longues courses. Devant, les lianes... Derrière, des lianes... Quand soudain, un ricanement s'élève, enfin ce pourrait être également le cri d'une hyène, suivi tout aussitôt de l' émission successive de sons croassants qui me gèlent instantanément tous les chakras : "[zə] [ti] [pʁɑ˜] [zɑ˜] ! [lə] [di] [ne] [ɛ] [pʁɛ] [zɑ˜] ! [il] [sə] [fɛ] [taʁ] [zɑ˜] !"


Une tape sur l'épaule me fait sursauter. Mes yeux hagards s'ouvrent sur la bouille penchée d'un Joël hilare... "Ben, mon cochon ! On dirait qu'il t'a plu mon Jurançon !"
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Dans les lianes   Mar 12 Juil 2011 - 15:14

Ah pétard, quel bon moment j'ai passé là !

Et alors, le Jurançon, donc... avec ou sans portable ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
zoé sporadic
Jasmine calamardesque
avatar

Nombre de messages : 1596
Localisation : "j'étais pas là"
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: Dans les lianes   Mar 12 Juil 2011 - 15:24

Noyé dans le Jurançon (le portable) bien sûr ! Laughing Laughing Laughing

Le rêve est authentique, je l'ai juste "habillé" un peu... Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les lianes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les lianes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans les lianes
» Une main dans sa culotte...
» Du vent dans mes mollets - Moussafir / Mam'zelle Roüge
» [AIDE] Ma vidéo .mp4 n'apparait pas dans l'onglet photos et vidéos
» Figé dans le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Zoé-
Sauter vers: