Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Violences conjugales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Violences conjugales   Mer 13 Juil 2011 - 13:00

Citation :
Une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, publiée mardi 12 juillet dans la soirée, souligne la fréquence des violences physiques ou sexuelles au sein des ménages. Ces violences touchent en majorité les femmes, mais peu de victimes en parlent à un médecin ou à la police, et encore moins portent plainte, révèle le rapport.

663 000 femmes et 280 000 hommes ont été victimes de violences physiques ou sexuelles au sein de leur ménage sur deux ans, selon cette étude qui cumule les résultats de trois enquêtes "Cadre de vie et sécurité" menée en 2008, 2009 et 2010, auprès de 40 000 personnes de 18 à 75 ans.

Parmi les femmes, près des deux tiers affirment avoir subi des actes violents à plusieurs reprises sur cette période. Elles ont été victimes à 90 % de violences physiques, et à près de 19 % de violences sexuelles. Plus précisément, 80 000 "ont été victimes d'au moins un viol ou une tentative de viol au sein du ménage" sur cette période. Si l'enquête distingue trois types d'auteurs (le conjoint, les membres de la famille et les personnes du ménage hors famille), quasiment la moitié des femmes (44,6 %) désignent leur conjoint comme l'agresseur.

DES VIOLENCES LARGEMENT TUES

Hommes et femmes confondus, seulement 18,7 % des victimes ont vu un médecin à la suite de ces violences. Et le chiffre diminue encore (moins de 11 %) pour les femmes qui ont subi des violences sexuelles. Plus de 80 % des victimes ne se sont pas déplacées à la police ou à la gendarmerie, et seulement "près de la moitié" de celles qui se sont déplacées ont porté plainte.

Chez les femmes dont le conjoint est l'auteur des violences, le taux de signalement à la police est encore plus faible, avec 6,7 % de plaintes. Pis, pour celles qui ont été victimes de viols ou de tentatives de viol, "le taux de signalement est inférieur à 5 %, avec un taux de plainte estimé à 2 %".

Pour expliquer ce silence, les victimes disent le plus fréquemment que "ce n'était pas grave", qu'elles préféraient "trouver une autre solution" ou que "cela n'aurait servi à rien". Cependant, environ un quart des femmes qui ne se sont pas déplacées l'expliquent en partie par "la peur de représailles". Cette peur ainsi que celle "que cela se sache" sont également citées par plus de la moitié des victimes de viols ou de tentatives qui se sont tues.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/07/13/une-etude-pointe-le-silence-entourant-les-violences-domestiques_1548090_3224.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Violence_conjugale

Les lois ont beau être posées noir sur blanc, trop de victimes se taisent. Par sentiment de honte, pour éviter le regard des autres, par crainte des représailles....
La barbarie jusqu'au cœur du foyer familial, oui, cela existe...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9739
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Violences conjugales   Mer 13 Juil 2011 - 14:27

"Le détail des mécanismes sociétaux qui sont en marche dans la non résolution des conflits et dans l'inaptitude de la société et ses multiples organites à traiter de vraies "médiations" montre que nous sommes ici confrontés à un problème scientifique concernant la validité de la psychologie. Ainsi, comment forcer une personne à "volontairement" admettre la nécessité d'une "médiation" si elle pense qu'elle aura toujours "raison"! Que peut faire le "partenaire" dans cette situation où le (la) premier (première) s'arqueboute? La violence peut ainsi naitre, non du manque de communication, mais du manque de solutions. Pas forcément du côté "machisé". La prévention consiste dans ces cas à anticiper et à montrer comment la violence prend le pas sur le dialogue; mais rarement la prévention est effective avant les faits de violence. Dans ce cas, pas de finances sonnantes et trébuchantes en jeu, donc pas de "prévention". Seule sous forme de sanction, la médiation ou la procédure judiciaire interviendra après, trop tard, et sans forcément identifier les éléments de la réalité psychologique, médicale ou judiciaire."

Wikipédia.

Les victimes se taisent, comme la majorité de celles de viol (75 000 par an en France).

Honte, sentiment d'inutilité de la dénonciation, celle (ou celui parce la violence envers les hommes est aussi réelle et encore moins dénoncée) qui subit ça chez lui, craint de subir le regard de la Société qui continue de privilégier la "Famille". Et quelque part il y a un "Si je prends des coups c'est que je les mérite", même sachant que qu'on fasse, les coups viendront, et la violence psychologique est aussi intense, diminuer pour mieux dominer...
Et la pression de ceux qui savent mais ne disent rien, et pésent sur la victime pour qu'elle se taise. Voir le cas de Tristane Banon, aujourd'hui sa mère se dit "fière" que sa fille porte plainte (aujourd'hui que le présumé coupable est quasi à terre) alors qu'au moment des faits elle lui a dit de ne pas porter plainte, sa carrière au PS étant en jeu...

Alors pourquoi le "frappé" reste?
Honte, sentiment d'inutilité, crainte du regard, je vais pas dire que je pars parce que suis cogné(e.) Et les coups physiques ou psychiques affaiblissent les défenses, c'est d'ailleurs leur but...

Le viol entre conjoint n'est admis que depuis peu en France...

On peut pondre des lois, ça ne fait pas évoluer les mentalités au coeur de ce qui toujours considéré comme le fondement de la Société, la famille!

Je viens de trouver ça sur la page accueil MSN, le début de l'article reprend ce qui est dit plus haut:

"En matière de violences sexuelles, les femmes ont énormément de difficultés à en parler. Même dans nos centres d'hébergements, la parole se libère très très tard", explique Françoise Brié, précisant que "pour beaucoup de femmes, le viol conjugal est encore associé dans les mentalités au devoir conjugal".

Pour expliquer leur silence, les victimes disent le plus fréquemment que "ce n'était pas grave", qu'elles préféraient "trouver une autre solution" ou que "cela n'aurait servi à rien".

Mais environ un quart des femmes qui ne sont pas allées au commissariat ont aussi eu "peur de représailles", et celles victimes de viols y ajoutent "la crainte que cela se sache".

Le docteur Geneviève Reichert-Pagnard, psychiatre et victimologue, résume leurs sentiments: "Honte, culpabilité, peur de ne pas être crues", et "menaces possibles du conjoint".

De plus, "souvent elles ne souhaitent pas que le père de leurs enfants aille en prison", précise la psychiatre, qui dénonce "la machine judiciaire": "La victime doit faire la preuve qu'elle a été agressée", alors que son "état traumatique (...) fait qu'elle peut avoir des troubles de mémoire et se tromper".

"Le nombre de plaintes classées sans suite est effrayant et beaucoup de victimes le savent", ajoute Geneviève Reichert-Pagnard.

"Faire reconnaître les violences conjugales a posteriori, lorsqu'il n'y a plus de traces, c'est déjà compliqué. Alors parler de violences sexuelles est encore plus difficile", analyse Mme Brié.

"Il faut vraiment que les officiers de police soient formés pour entendre cette parole. Cela arrive mais ce n'est pas toujours le cas", insiste-t-elle, regrettant que soient souvent confondus "conflit de couple et violence conjugale, en renvoyant la victime vers un médiateur conjugal par exemple".
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Violences conjugales   Mer 13 Juil 2011 - 14:51

Outre les coups, qui déjà dénotent le degré de respect à l'Autre, le viol conjugal me sidère toujours ; ce n'est pas parce que deux êtres sont officiellement reconnus comme mariés, que la personnalité individuelle disparaît au profit de l'entité couple.

A mon sens, ce simple détail est à l'origine de nombreux fiascos de relations amoureuses.

Je ne sais si cela vous est arrivé, mais puis vous dire que l'Autre vous regarde incrédule, ahuri, limite choqué, lorsque vous vous refusez à lui, comme si c'était inconvenant, insultant, inimaginable, impossible. Comme quoi, bon nombre d'esprits de notre époque considèrent encore l'Autre comme sa chose... Faut l'faire hein...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9739
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Violences conjugales   Mer 13 Juil 2011 - 14:58

Romane a écrit:
Outre les coups, qui déjà dénotent le degré de respect à l'Autre, le viol conjugal me sidère toujours ; ce n'est pas parce que deux êtres sont officiellement reconnus comme mariés, que la personnalité individuelle disparaît au profit de l'entité couple.

A mon sens, ce simple détail est à l'origine de nombreux fiascos de relations amoureuses.

Je ne sais si cela vous est arrivé, mais puis vous dire que l'Autre vous regarde incrédule, ahuri, limite choqué, lorsque vous vous refusez à lui, comme si c'était inconvenant, insultant, inimaginable, impossible. Comme quoi, bon nombre d'esprits de notre époque considèrent encore l'Autre comme sa chose... Faut l'faire hein...

Tout à fait, ajoute que si tu te refuse parce que t'as pas envie (ce qui est effectivement inconcevable pour l'autre) c'est forcément dans sa tête que tu le fais avec un/une autre!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Violences conjugales   

Revenir en haut Aller en bas
 
Violences conjugales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaînes conjugales (1 Letter to 3 wives) de Mankiewicz
» LES INFORTUNES CONJUGALES (Tome 1 à 2 ) de Callie Hutton - SAGA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: