Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JEU DE ROLE en trois Actes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9733
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: JEU DE ROLE en trois Actes   Jeu 1 Sep 2011 - 22:43

JEU DE RÔLE




C'était une voix qui vous rendait indifférent à toute autre musique.

Un chroniqueur culturel avait dit ça à son sujet pour exprimer son émotion la première fois qu'il l'avait entendu. Il en était très fier!
C'était vrai, une voix profonde à la base, il en jouait à volonté tant à titre privé que professionnel. Elle en avait frissonné la première fois qu'il s'était trouvés face à face sur scène. Ni l'un ni l'autre n'était débutants, on les connaissait dans le métier, mais pas encore vraiment au niveau du public.
Le Jeu de l'Amour et du Hasard, elle adorait Marivaux et avait accepté avec enthousiasme de remplacer "Lisette" au pied levé, la comédienne s'était malencontreusement cassé la jambe à une semaine de la première.
Il était Arlequin...

Lisette et Arlequin...

Ca leur était resté alors qu'ils s'affirmaient et menaient une carrière sans faux pas.

Il enchaînait les rôles tant au théâtre qu'à la télé qui faisait de plus en plus souvent appel à lui pour des séries et téléfilms historiques. Il incarnait avec brio les grands personnages, si quelqu'un avait l'idée saugrenue de lui proposer un rôle plus modeste, il l'aurait refusé comme indigne de lui.
Cinq ans auparavant il avait été élu "meilleur acteur de l'année" ce qui avait gonflé un ego qui n'avait nul besoin de l'être. Il avait cette voix magnifique, il était grand, séduisant, séduction qu'il travaillait en entretenant un savant négligé raffiné dans sa tenue.
Il avait très réellement du talent, mais tout cela il le savait, trop, beaucoup trop! Travers encouragé par un entourage aux petits soins qui ne levait pas un sourcil sans son autorisation. il les tyrannisait avec flegme, habitué aux attentions.
Il n'aimait pas les concombres: en tournée personne ne mangeait de concombre dont l'odeur l'incommodait.
Il ne supportait pas le vert: personne n'aurait osé porter du vert devant lui au civil comme à la scène!
On l'invitait partout, lui demandant son avis sur les sujets les plus variés, même s'il n'y connaissait rien. Il lui suffisait d'ouvrir la bouche et l'auditoire était subjugué. Il était constamment en représentation!

Elle avait un talent sûr, pouvait se permettre de choisir ses rôles, et autant par goût que pour ne pas végéter dans l'ombre du grand homme, était devenue une spécialiste reconnue de l'Histoire du Théâtre. Entre deux pièces, elle participait à des confèrences et séminaires en France et dans d'autres pays.
On la disait belle femme, mais elle se méfiait des compliments, doutant toujours de leur sincérité.

Lisette et Arlequin, le couple fonctionnait depuis vingt ans sur scène et quinze à la ville.
On les traitait en fétiches, leurs deux noms sur une affiche garantissait le succès pour metteurs en scène et producteurs.
Ca l'agaçait de plus en plus de se heurter à tant de réticences quand elle voulait jouer sans lui.
Lui? Il s'en moquait dès l'instant qu'il avait la vedette!
Ca l'agaçait d'autant plus que le couple fétiche avait commencé à se fissurer, jusqu'à ce qu'à la veille du départ en tournée internationale d'un an, il lui annonce que...
Avec des trémolos dans la voix, il lui avait joué la scène de la rupture. Classique: il avait cinquante ans, la petite nouvelle, la moitié!

Elle avait déclaré que puisqu'il en était ainsi, elle ne participerait pas à la tournée, ce qui lui avait valu une volée de bois vert du metteur en scène:
"Tu as signé un contrat, tu dois le respecter! Vos histoires de fesses je m'en contrefous! La tournée d'abord, il va falloir vous supporter, vous ferez ce que vous voudrez après. Et ne me pourrissez pas l'ambiance avec des scènes de ménage ou en vous tirant la gueule, garder vos effets pour jouer!"
Elle avait remballé son chagrin dont lucidement elle savait qu'il était partie amour tout court et partie amour propre!
Elle s'était affichée avec le régisseur qui sentant qu'il y avait de l'eau dans le gaz entre eux la draguait depuis des semaines.
Lui s'en était réjoui:
" Tu vois, ça se passe bien!"
Elle aurait voulu lui lui faire rentrer sa belle voix dans la gorge!

On attendait Monsieur pour la répétition, au début personne ne s'était inquiété, il était coutumier de ces retards, caprices de star! mais la fébrilité gagnait:
"Ca fait plus de deux heures quand même, ni son fixe ni son portable ne répondent,il y a quelque chose qui ne va pas!"
Le directeur du théâtre se décida à aller voir chez lui et revint décomposé:
"Je l'ai trouvé, mais, il est... mort!"
Lisette restant la seule imperturbable au milieu du concert de hurlements et de lamentations, le metteur en scène l''avait interpellée:
"Ca n'a pas l'air de te faire beaucoup d'effet, tu as entendu au moins? Arlequin est... MORT!
- Je sais!
-Comment "tu sais", ça veut dire quoi?
- Je sais qu'il est mort, c'est moi qui l'ai tué."

L'homme s'était laissé tomber dans un fauteuil et l'avais regardée d'un air stupide.


Dernière édition par Tryskel le Ven 2 Sep 2011 - 14:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9733
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: JEU DE ROLE ACTE II   Ven 2 Sep 2011 - 22:28

02/09/11


JEU DE ROLE

ACTE II



J'y ai pris goût à cette histoire, alors je vous livre une suite.
Une suite qui aura une suite...



Il finit par se ressaisir pour balbutier :
« Tu l’as tué, mais comment, pourquoi ?
- -Comment ? Par le poignard, j’ai toujours su que si je tuais quelqu’un un jour se serait en le poignardant. J’aime les armes blanches ! »
Elle mimait le geste de frapper.

« Pourquoi ? J’en avais assez de lui !
- Tu étais jalouse ? Pourtant ce n’était pas la première fois qu’il te trompait.
- -Parce que tu savais. Oui, vous saviez tous, mais personne ne s’est senti obligé de m’avertir, comme quand j’en suis tombée amoureuse, personne ne m’a crié casse cou !
- Tu ne nous aurais pas écouté, les amoureux n’écoutent rien, et on ne voulait pas te faire de peine !
- Passe moi la psycho à deux balles ! Si vous n’avez rien dit ce n’était pas pour moi. Il ne fallait pas me mettre en garde parce qu’il ne fallait pas ternir l’image de l’étoile montante au début, puis de l’étoile confirmée après. Ca aurait fait tache que je le quitte avec fracas en déballant pourquoi, même si le public dégouline d’indulgence pour les frasques des mecs célèbres !
- Mais là où tu te goures, c’est qu’en fait il ne m’a jamais « trompée ».
- Ne me dis pas que tu ignorais qu’il allait avec d’autres femmes !
- Je le savais, je l’ai toujours su, et moi, tu crois que je me suis gênée ?
- Toi ? Tu as…
- Je suis entrée dans une troupe de théâtre, pas dans un couvent. Je savais parce qu’il a bien du finir par me le dire, genre : tu sais, je t’aime, je n’aime que toi mais j’ai besoin de… Tu as besoin de vider les couilles et je ne te suffis pas, vas y, mais ne me demandes pas de t’attendre sagement !
Vous vouliez le couple fétiche parce que c’était bon pour les affaires ? Vous l’avez eu, on a joué le jeu, il n’était pas discret ? Moi si, c’est bien toi qui m’as dit que nos histoires de fesses ne concernaient que nous ?
Et c’est lui qui a rompu le contrat en me larguant pour une bimbo.
- Mais ça n’a pas duré avec celle là !
- Pas plus qu’avec les autres ! Il ne savait peut être pas se retenir quand ça le travaillait, mais il était assez pro pour ne pas donner une place sur scène à des filles dont les seuls talents étaient leur tour de poitrine ou leurs performances au lit.
Alors oui, elle l’a plaqué, pour un fils d’émir ! Et je sais que vous l’avez consolé, pauvre petite chose au cœur brisé !
Pendant ce temps moi je devais faire bonne figure, le théâtre d’abord, j’ai tenu mon rôle, c’est lui qui a triché !
- Chapeau, tu as bien caché ton jeu, et maintenant, tu vas être arrêtée, aller en prison, c’est malin !
- Tu t’inquiètes pour moi ou pour la troupe ? Je vois d’ici les gros titres :
« La malédiction du Dionysos : la troupe frappée par le meurtre, Lisette jalouse assassine Arlequin… »
Elle riait…

Avant qu’il ne puisse répliquer, le directeur s’approcha :
- On vous demande, c’est la police.
- La police, qu’est ce qu’ils viennent faire ?
- Quand j’ai trouvé Arlequin mort, je les ai appelé que voulais tu que je fasses ?
- Il y avait beaucoup de sang ?
- Du sang, non, je n’ai pas remarqué, pourquoi ? »

La troupe s’était rassemblée regardant les deux nouveaux venus. L’un d’eux tendit la main :
- Commissaire Lefranc. Qui est le responsable ?
- Je suis le directeur de la troupe et le metteur en scène, vous enquêtez sur le meurtre ?
- Le meurtre ? Quel meurtre ? Je viens au sujet du décès de Mr Arlequin qui ne nécessite aucune enquête, la cause de la mort est claire.
- Oui, les coups de poignard ça se voit tout de suite !
- Très drôle, mais nous ne sommes pas dans une pièce de théâtre, Mr Arlequin est mort d’une crise cardiaque !
- Une crise cardiaque ? Mais il était en pleine forme, très attentif à sa santé, il s’entretenait et se faisait suivre régulièrement, son médecin l’aurait vu s’il y avait eu quelque chose d’anormal !
- Non, pas forcément, ça arrive plus souvent qu’on ne pense que des gens soient frappés ainsi brutalement. Avait-il de la famille ?
- Pas que je sache, mais nous prendrons toutes les dispositions, merci de vous être déplacé commissaire.
- De rien, je l’admirais, j’ai vu beaucoup de ses pièces et de ses films !

Tout en parlant, le metteur en scène fixait Lisette, elle avait repris son sérieux, mais son visage était indéchiffrable. Pourquoi lui avait-elle monté ce bobard de meurtre au poignard ? Qu’est ce cette fille avait dans la tête ? Depuis vingt ans qu’il la connaissait, enfin, qu’il avait cru la connaître…

- Tu peux m’expliquer ? Pourquoi est ce que tu m’as raconté cette histoire d’assassinat ?
- On est au théâtre, avoue qu’un meurtre au poignard c’est autrement plus dramatique qu’une banale crise cardiaque ! J’ai pas pu m’en empêcher, et la tronche que tu as tiré, ça valait la photo !
- Tu savais ?
- Quoi, pour la crise, non, non plus qu’il était mort, j’ai appris ça en même temps que tout le monde. Mais je ne me suis pas sentie obligée de jouer les pleureuses en me couvrant la tête de cendres ! « Garde tes sentiments pour toi, pense à ton personnage… »
- Mais… sa mort ne te touche pas ?
- Pas vraiment, pas pour l’instant, je me sens libérée.
- Mais… vous n’étiez plus ensemble !
- Non, mais il était toujours là, et vous à plat ventre devant lui de peur que sa majesté n’aille voir ailleurs. C’était inutile de craindre, il ne serait jamais parti.
- Pourquoi, on lui a souvent fait des propositions.
- Oui, intéressantes, et vous l’avez gâté pourri pour qu’il reste, je te répète que c’était inutile. Ailleurs il aurait fallut qu’il s’impose de nouveau, et on aurait peut être été moins indulgent. Ici, il avait tout ce qu’il voulait et même plus, il n’aurait jamais pris le risque de perdre ce confort !
C’était un joueur au petit pied, il n’allait au casino que pour se montrer et lever le genre de nanas qui cherchent les hommes qui gagnent, il ne misait jamais gros.

Et je me sens libérée parce que je vais enfin pouvoir jouer avec d’autres, parce que cette fois Lisette et Arlequin c’est définitivement fini, plus besoin de faire semblant !


Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: JEU DE ROLE en trois Actes   Ven 2 Sep 2011 - 23:23

Il fallait penser à cette étrange vengeance virtuelle. Elle a des tripes, la Lisette ! Trys aussi, avec son bic ! Laughing

Bon, maintenant qu'il est archi-mort, m'étonnerait que tu pondes un acte III... !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9733
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: JEU DE ROLE en trois Actes   Sam 3 Sep 2011 - 2:44

Comme dit une chanson: "il est des morts qu'il faut qu'on tue", alors j'en ai pas fini avec lui, déjà faut l'enterrer, puis vivre sans lui...
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9733
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: JEU DE ROLE ACTE III   Sam 3 Sep 2011 - 20:14

03/09/11


JEU DE ROLE

ACTE III





« Lisette et Arlequin », clap de fin, définitivement fini ? C’est ce qu’elle avait dit, mais une fois de plus elle avait parlé trop vite.
Elle vivait sa disparition à sa façon, le soulagement n’excluant pas une certaine peine, il lui manquait quand même un peu.
S’il avait pris encore plus la grosse tête depuis son « meilleur acteur », il avait su auparavant se montrer attentif aux autres sur la scène.
Mais il n’était plus là… le drame !
Ceux de la troupe se comportaient comme des orphelins, même Roger, le directeur/metteur en scène qui les avait toujours mené à la baguette semblait totalement perdu.
L’habilleuse avait accroché une photo de lui en Louis XIV, son dernier tournage avant sa mort, le téléfilm n’était pas encore sorti.
Sa majesté en Roi Soleil, ça lui allait bien ! Elle s’était appliquée à dire tout le mal qu’elle pouvait du Bourbon absolutiste, démontant la gloire surfaite du personnage, mais personne n’écoutait, bien sûr !
Et cette photo était devenu le tabernacle devant lequel ils se recueillaient pieusement !
Elle aurait voulu les secouer, mais comment ? Déjà qu’ils la regardaient comme une sans cœur, froide et insensible, comment leur faire comprendre que la vie devait continuer ?

Le pire avait été l’enterrement…
En grandes pompes, il ne pouvait en être autrement.
Roger avait tout dirigé, jusqu’à la moindre couronne de fleurs.
« - La messe aura lieu à Notre Dame, j’ai un ami qui connaît l’archevêque, je pense qu’il pourra le convaincre de la dire en personne.
- La messe ? Notre Dame ? Même s’il ne fréquentait plus guère sa Loge depuis quelques années, je te rappelle qu’il était Franc Maçon !
- Et alors ?
- Et alors ? Un Franc Maçon à l’église c’est totalement incompatible, contraire à la règle !
- Qui s’en souvient à part toi ? On ne va quand même pas l’enterrer à la sauvette. Ce sera sa dernière représentation, elle doit être grandiose, c’est une perte irréparable ! Il y aura un discours du ministre de la Culture, de ses partenaires au cinéma, de…
- De truc, machin et chose, de tous ces gens qui vont se trouver obligés de causer dans le vide, les trois quarts ne l’appréciaient guère, mais c’est sûr, ils viendront se montrer, ne serait ce que pour se prouver qu’eux sont toujours vivants !
Tu sais les gens irremplaçables, les cimetières en sont pleins !
- Toujours cynique, et tu seras là, pas question de te défiler, qu’est ce que les gens penseraient ? »

Ce que « les gens » penseraient, elle s’en fichait royalement !
Ne pas y être ? Elle y avait pensé, mais après réflexion, s’était dit que la « représentation » en vaudrait la peine, les voir tous tirer des gueules de circonstances, discourir sur le grand homme, déplorer le silence à jamais de cette voix sublime…
Ca valait le déplacement !
Puisqu’on était en représentation, Lisette allait porter dignement le deuil d’Arlequin, en faisant mine d’ignorer les sourires en coin de ceux qui savaient que le couple fétiche connaissait quelques ratés !

Le Tout Paris des spectacles, médias, culture s’était déplacé, et une immense foule d’anonymes (les seuls vraiment sincères ?) qui avait patienté à l’extérieur, la cathédrale ne pouvant contenir tout ce monde.
Patienté pendant les trois interminables heures de la messe et des discours, suivi le cortège au cimetière, Sa Majesté avait pris des dispositions au cas où, pour être inhumé au Père Lachaise carré VIP !
Elle se savait regardée, épiée, étudiée des pieds à la tête, et leur avait rendu la pareille dès qu’ils avaient concentré leur attention sur la messe et les discours !
Les discours ? Elle aurait pu en écrire un type pour tous et faire un copier/coller.
« Cette voix sublime qui s’est tue à jamais…
Cet immense comédien…
Cet homme chaleureux, agréable…
Ce partenaire irremplaçable…
Bla-bli, bla-bla…
De quoi s’endormir !

Et le plus pénible du pire : la séance de condoléances…
« - Ma pauvre petite, qu’allez vous devenir ?
- Nous partageons votre chagrin…
- Comment allez vous faire sans lui ?
- Pensez vous arrêter votre carrière ?
Automatisme, réponses convenues :
« -Mais non, je vais continuer à jouer, en sa mémoire…
Merci, merci beaucoup… »
Elle en aurait pleuré pour de bon cette fois, ils la pensaient finie ?

Savin, son grand rival faisait son numéro :
« - Un très grand acteur, digne des Gérard Philippe et Jean Vilar. Il a beaucoup apporté au théâtre, une contribution unique…
Bla-bli, bla-bla…
Cache ta joie, hypocrite !
Ce mec ne lui avait-il pas tout bonnement proposé de quitter Arlequin pour lui ?
Pas pour ses beaux yeux, elle le savait, mais voler la compagne de son rival, ça aurait doré son palmarès !
« -Il ne vous mérite pas, vous valez mieux que ça, vous n’êtes pas assez mise en valeur, moi, je vous donnerait la place qui vous revient… »
Cause toujours !
Elle avait joué la compagne fidèle jusqu’au bout, sans forcer, elle détestait Savin, et elle aimait jouer avec Arlequin, même si elle aurait souhaiter s’en dépêtrer à l’occasion !

La cérémonie avait été retransmise en direct à la télé. Le directeur des programmes se frottait les mains, le téléfilm sur Louis XIV programmé pour Décembre allait faire un tabac du fait de sa disparition, tout le monde voudrait le voir une dernière fois. Sans compter les redifs… Audience assurée !

Elle n’appréciait pas beaucoup le producteur, mais elle l’avait béni quand il avait exigé qu’ils continuent sans lui.
« - Vous avez proposé un Ruy Blas, il n’a plus été joué depuis des années, il y a des réservations, débrouillez vous, pas question d’annuler ! »
Alors, la mort dans l’âme, Roger avait relancé les répétitions, elle était la Reine…

L’habilleuse arrangeait sa robe :
« Dis, pourquoi tu as raconté à Roger que tu avais tué Arlequin ?
- Il te l’a répété ?
Oui, j’ai dit ça, peut être parce que j’ai souvent eu envie de le tuer pour de bon ! A coup de poignard, en l’étranglant, en le poussant par la fenêtre…
- Je sais qu’il pouvait être exaspérant parfois, mais il était si… (Reniflement), enfin tellement…tout le monde l’adorait ! Sans lui, c’est vraiment plus pareil. Je n’ai plus le cœur au travail…
Tu trouves que son remplaçant est bon ?
- Il est excellent, c’était sa doublure, et il n’aurait jamais accepté d’être doublé par quelqu’un de médiocre !
- Peut être, mais ce n’est pas lui ! Tu sais je t’en ai voulu quand tu l’as attaqué sur son jeu »
Elle s’en souvenait, elle avait cru se faire lyncher parce qu’elle avait osé dire qu’il attaquait un peu trop emphatiquement le : « Bon appétit messieurs », on n’écorne pas une icône.
Elle s’abstint de préciser qu’en privé il avait reconnu la justesse de sa remarque, l’aurait-elle cru cette femme totalement dévouée au grand homme ?

Putain, comment exorciser ce fantôme qui les dévorait ?

Revenir en haut Aller en bas
zoé sporadic
Jasmine calamardesque
avatar

Nombre de messages : 1596
Localisation : "j'étais pas là"
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: JEU DE ROLE en trois Actes   Mar 6 Sep 2011 - 17:15

Tryskel a écrit:

Putain, comment exorciser ce fantôme qui les dévorait ?

On dirait qu'il n'y a pas beaucoup d'amateurs pour le jeu d'rôle ! Pourtant c'est ici l'espace collectif prose... doivent être en train de peaufiner leurs textes ou bien ils ont égaré leurs plumes... Laughing Laughing Laughing

Citation :

Et cette photo était devenue le tabernacle devant lequel ils se recueillaient pieusement !

Celle-là je l'adore ! je la dore... Mais prenez garde, Madame, déboulonner un tabernacle, même de ce tonneau, c'est commettre un sacrilège !

Curieux qu'un texte aussi nourri ait obtenu aussi peu de réactions lorsqu'on connaît les ressources commentatoires du lieu... 52 lectures, on ne peut dire qu'il soit passé inaperçu... Vous devriez peut-être envisager une version rimée, la poésie reste une valeur plus sûre !

mdr mdr mdr mdr mdr mdr mdr mdr


Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: JEU DE ROLE en trois Actes   Mar 6 Sep 2011 - 17:32

Moi, j'attends juste la suite. Parce qu'au fond, ce qui m'intéresse, c'est la renaissance de Lisette.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
zoé sporadic
Jasmine calamardesque
avatar

Nombre de messages : 1596
Localisation : "j'étais pas là"
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: JEU DE ROLE en trois Actes   Mar 6 Sep 2011 - 18:33

Very Happy
J'ai le sentiment qu'une certaine magie a opéré pour elle...
Mais j'entends des pas... serait-ce ?...
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9733
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: JEU DE ROLE en trois Actes   Mar 6 Sep 2011 - 22:15

Merci les filles de votre lecture... Cette reconnaissance de mon talent (c'est la moindre des choses qu'il soit enfin reconnu), vous y avez mis le temps, mais mes rivales ayant usé de moyens inqualifiables pour m'évincer, je pardonne au public son aveuglement dans mon immense mansuétude... mdr mdr mdr mdr mdr

Zoé, une spécialité dont je me fais plaisir, c'est de déboulonner les idoles, de casser les icônes (même si à titre esthétique j'adore les icônes slaves). Ce qui ne m'empêche pas d'aimer les personnages construits, sauf qu'ils s doivent rester ce qu'ils sont, des images (l'étymologie grecque d'icône), des personnages...

T'inquiéte pas trop pour Lisette Ro, elle c'est elle, les autres, ben, sont les autres, c'est là que ça coince, et si ça coinçait pas, y' aurait pas d'histoire! Et que peut être elle devrait tout envoyer paître face aux réactions mais elle peut pas, elle est pas comme ça, elle ...

Je vous raconte pas parce que je vais raconter, et que, ben, ça ira à mesure! Et que je sais pas encore comment ça va évoluer, parce les autres hein, c'est les autres!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: JEU DE ROLE en trois Actes   Mer 7 Sep 2011 - 1:16

Oui, je crois que je te suis assez clairement.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JEU DE ROLE en trois Actes   

Revenir en haut Aller en bas
 
JEU DE ROLE en trois Actes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JEU DE ROLE en trois Actes
» [Christie, Agatha] Drame en trois actes
» Résumé des romans policiers d’Agatha Christie
» Un jeu de role sur midkemia ?
» [Figurine] Les trois blobs de la sagesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Tryskel-
Sauter vers: