Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Justement, un oiseau s'envola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Justement, un oiseau s'envola   Ven 28 Oct 2011 - 12:35

Justement, un oiseau s'envola. Sauf que cette fois, c'était L'Oiseau. Comme chaque fois, notez bien, mais la mémoire sélective lui jouant des tours plus souvent qu'à son tour, chaque oiseau lui faisait oublier les autres. Elle passait alors le plus clair de sa matinée dans sa salle de bains, hésitant entre l'Ô de Lank-Homme ou le fameux Numéro Cinq de Charnel, après la demi-heure de chauffe voix dans son bain parfumé aux essences de Pins Landais, les seuls qui trouvaient grâce à son odorat trop peu développé pour s'apercevoir qu'en réalité le produit n'était idéal que pour récurer les casseroles.

Lorsqu'elle s'immergeait dans l'immense baignoire (au demeurant aussi ordinaire que celle de son voisin, mais elle n'y croyait pas une seconde), elle en profitait pour essayer sa voix du matin. La légende (la sienne, car elle excellait dans la créativité de légendes qui ne vivaient que dans son esprit), dit que son organe vocal surpasse celui des plus grandes stars de la chanson, et ce bien que notre héroïne fut une parfaite anonyme dans une simple salle de bains. Elle y allait donc de tous ses poumons, sirène de son gel moussant qui en dégoulinait de déconfiture, désenchantement qu'elle prenait pour de l'adoration, car elle adorait l'adoration.

Cette fois, quand elle ressortit de l'immense baignoire ordinaire magnifique, elle s'admira longuement, nue, devant son miroir ô mon miroir. L'inventaire se révéla alors positif, puisque l'Oiseau migrait vers elle pendant qu'elle se préparait à lui ; elle oubliait que la veille et l'avant-veille son grand âge la minait au point de lorgner sur le tube de comprimés homéopathiques (ses prédispositions aux tentatives de suicide l'avaient rapidement amenée à préférer l'homéopathie, pour le plaisir de mourir sans douleur et de ressusciter aussi facilement qu'elle était morte). Ses rides s'étaient comme par enchantement volatilisées, son bronzage intact permettrait le grand jupon aux gracieux volants dont elle jouait volontiers pour qu'on en remarque la féminité chatoyante. Et son teint de rose la ravit. Elle séduirait, elle en était certaine.

Ce jour là, ses vocalises se poursuivirent jusqu'à ce qu'elle pousse la porte de la salle de bains, ou de soins, ou de tsoin-tsoin (selon l'humeur). Elle était fin prête, envolantée, parfumée, ses yeux abondamment soulignés de khôl, parfaitement coiffée en petits épis désordonnés dont elle raffolait parce que cela lui donnait l'air canaille dont on dit que les hommes en raffolent, oeil pétillant, ongles peints, sourire aux lèvres. Elle hésita entre une paire d'escarpins ou la marche gitane aux pieds nus, choisit la première option, se ravisa, opta pour la seconde, hésita et finit par s'asseoir délicatement dans son canapé en cuir fauve, étala ses volants, prit un air angélique-mutin et décida que décidément, elle se sentait aussi légère qu'autrefois, lorsqu'elle n'avait pas passé la barre de la première dizaine. Son papa serait fier d'elle, d'ailleurs il l'est toujours dans la légende de papa.

L'Oiseau ne devait plus tarder. Elle laissa courir un regard inquiet sur ce qu'elle voyait du tableau qu'elle représentait, ajusta un volant, se demanda un instant si ses jambes auraient avantage à se gainer de bas, mais alors il eut fallu changer la tenue, choisir la courte (très courte) robe-moulante-outrageusement-fendue-parce-qu'ils-craquent-tous-devant-telle-sensualité.... mais voilà que le temps ne lui laissait plus assez de latitude pour se métamorphoser. L'inquiétude grandit, son coeur se mit à saigner d'un incommensurable chagrin, l'angoisse fit trembler ses doigts qui, de toute manière, ne cessaient jamais de trembler (faute à la bouteille, mais nous sommes priés de ne point évoquer ce petit défaut pour ne pas entacher l'ensemble). On frappa à la porte. Un coup de bec, à coup sûr.

Quand l'Oiseau fut devant elle, après qu'elle eut chanté "Entre, c'est ouvert" et battu des cils en le voyant apparaître, la félicité commença. Elle fut déshabillée en moins de temps qu'elle en avait mis pour l'opération inverse. Elle fut basculée sur la couche nuptiale sans anneau ni cérémonie, et chanta plus fort que tout à l'heure dans la salle de bains. De sa voix grave et même empirique, elle laissa fuser la mélodie du bonheur, pendant qu'elle chevauchait son Oiseau.

Elle songea furtivement qu'elle pourrait jeter le tube et son contenu, parce que désormais, il ne servirait plus à rien. Elle mourait d'extase et cela suffisait à rosir les longs stages en balnéo dans la petite salle d'eau d'à côté. Oui, cette fois, elle avait gagné le gros lot, au point que (elle n'en doutait pas une seconde), cela ferait pâlir de jalousie les meilleurs metteurs en scène du monde qui seraient désormais incapables de créer une oeuvre aussi belle que le conte qu'elle était en train de vivre.

Justement, elle chanta un peu plus fort. Toujours plus beau.

Mais...

Justement, l'Oiseau s'envola. C'était un migrateur...!

Romane

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
 
Justement, un oiseau s'envola
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeu d'écriture : Justement, un oiseau s'envola.
» Et l'oiseau s'envola, migrant vers le Sud.
» La fille, le chat et l'oiseau...
» L'oiseau bleu du bonheur
» Oiseau dans la savane (jardin Africain)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Romane-
Sauter vers: