Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le Diable dans les mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: le Diable dans les mots   Mar 1 Nov 2011 - 19:59

01/11/11


DIABLE !




Puisqu’en cette Toussaint nous avons abordé les rivages du Fantastique, rendons à travers quelques expressions courantes de notre langue, une petite visite au Grand Maître.
Où l’on voit qu’il est souvent invoqué pour exprimer des situations inconfortables, un désir de se débarrasser de ceux qu’on envoie ou voue aux Cinq cents diables…
Mais il n’est pas toujours si mauvais diable…




Petit, pauvre, bon, mauvais, grand diable.
.
Beauté du diable.
Au diable.
A la diable.
De tous les diables.
En diable.

Ce n'est pas le diable de faire cela !
Que le diable l'emporte !
Il fait un vent, un froid, une chaleur du diable.
Aller au diable.
Avoir le diable au corps.
Chasser le diable.

Demeurer au diable vauvert (ou vert) :
Expression dont l’origine se perd dans les bouches de L’Enfer . Elle viendrait d’un certain château de Valvert ou Vauvert, construit par le roi Robert à Gentilly (banlieue de Paris), abandonné, il devint le repaire de très mauvais sujets qui semaient la terreur dans le voisinage.


Élever des enfants à la diable.
Envoyer quelqu'un au diable, à tous les diables.
Envoyer quelqu'un aux cinq cents diables.
Être paresseux en diable.
Faire le diable à quatre.
Faire un travail à la diable.
Faire un bruit, un vacarme de tous les diables.
Habiter au diable.

Loger le diable dans sa bourse :Est-il besoin d’expliquer ?
Le pauvre diable n’avait guère dans sa bourse de sonnantes et trébuchantes pièces d’or ou d’argent, ni même billon !
A rapprocher de : Tirer le diable par la queue dont Charles Trenet fit une chanson :
« Ne tirez pas le diable, le diable, le diable
Ne tirez pas le diable, le diable par la queue
Ca lui fait mal en diable, au diable, au diable
Ca lui fait mal en diable, au diable à sa queue ! »

Ne craindre ni Dieu ni diable.
Ne croire ni à Dieu ni à diable.
Ne pas être un mauvais diable.

S'agiter comme un diable dans un bénitier.
Mettez vous à sa place ! Ouille, ça brûle, ça fait un mal du diable ! Twisted Evil

Se débattre comme un beau diable.
.
Se donner un mal du diable pour faire quelque chose.
En cette occurrence, on fait appel aussi au chien « se donner un mal de chien », animal qui est parfois considéré comme diabolique, toutefois moins que le chat surtout quand il est noir !

Se faire l’avocat du Diable :
Défendre l'adversaire.
L’expression vient de l’Eglise.
Lors des procès en canonisation, un prêtre était chargé de trouver les vices et défauts cachés du prétendant à la sainteté qui lui aurait interdit d’y accéder. Il jouait donc le rôle de Satan (dans le sens de Juge) lors du Jugement Dernier, disputant (de disputatio : discussion contradictoire) les âmes à St Michel en révélant leurs défauts petits ou grands.
Un très beau romand de Maurice West qui porte ce titre, raconte le cheminement d’un Avocat du Diable que son enquête conduit à reconnaître et accepter les petites faiblesses humaines.

Signer un pacte avec le diable.
Vendre son âme au diable.


Pour ne pas le nommer afin qu’il ne surgisse pas inopinément devant vous, la langue à recours à l’euphémisme : diantre !

Mais dans la vie quotidienne, nous servons d’un Diable pour transporter des objets lourds, sans souffrir (ce qui est paradoxal compte tenue de la réputation du personnage).
Et nous mitonnons certains plats « A la diable » pour notre plus grand régal, les feux de l’enfer ne sont donc pas toujours sataniques !
Le Diable est une cocotte de terre cuite qu’on peut placer au four sans ajouter à la viande et/ou aux légumes ni graisse ni autres additifs.


http://www.etudes-litteraires.com/forum/topic5590-lavocat-du-diable-de-morris-l-west.html

Le Diable aime les ponts, celui de Valentré à Cahors:


Je n'ai pas retrouvé (faute d'avoir le titre) la chanson de Trenet, mais comme il aimait bien le Diable, il lui a consacré plusieurs chansons, dont l'incontournable:
"Un jour le Diable fit une java..."
http://youtu.be/eVWN-hhV87g
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: le Diable dans les mots   Mar 1 Nov 2011 - 23:59

Tirer le Diable par la queue de nos jours est devenu une habitude aussi ancrée que le réflexe d'inspirer après l'expiration. A tel point qu'on l'oublierait presque. C'est mauvais signe.

Edit : Coïncidence ? Aujourd'hui j'ai lu Le Bagne, d'Albert Londres. Il y est notamment question bien sûr de l'Ile du Diable.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: le Diable dans les mots   Mer 2 Nov 2011 - 1:18


Au train (du diable, d'où l'expression: le diable et son train) où ça va, c'est plus un diable mais toute une légion qu'on logera dans notre bourse, ça va en faire des queues à tirer! AngeR Twisted Evil

Albert Londres était un très grand reporter et un mec bien. j'ai pas encore lu : le Bagne, mais il se battait contre tout ça!

Tu sais que je ne crois ni au hasard ni aux coïncidences! Ange
Revenir en haut Aller en bas
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: le Diable dans les mots   Mer 2 Nov 2011 - 11:05

Quelques expressions diaboliques, extraites de mon dictionnaire personnel.

1) Brûler une chandelle au diable : flatter un pouvoir injuste pour en obtenir quelque chose.
2) Crever l'œil du diable : faire quelque chose en dépit de la jalousie, s'avancer malgré les envieux.
3) Loger le diable dans sa bourse : n'avoir pas le sou, n'avoir pas de chausses
L'origine de cette expression est racontée dans une petite pièce de vers de St-Gelais. Un charlatan avait promis de faire voir le diable. Pressé de remplir sa promesse, il ouvrit, en présence de la foule qui l'entourait, une bourse vide. "Et c'est, dit-il, le diable, oyez-vous bien, qu'ouvrir sa bourse et ne rien voir dedans". Une autre origine à cette expression nous vient des italiens qui peignaient au fond de leurs assiettes une figure hideuse, de façon que lorsque elle était vide, on vît la figure du diable, autrement dit de ce que pourrait être la famine si l'on n'avait rien à manger. "Abbiamo trovato il diavolo nel catino", est l'expression consacrée par les italiens.
4) Le diable bat sa femme et marie sa fille : se dit quand il pleut et quand il fait du soleil en même temps.
5) Le diable n'y perd rien : se dit d'une personne qui ne maîtrise pas ou ne contient des sentiments qu'en apparence ou passagèrement, et aussi d'une personne qui dissimule ses souffrances.
6) Faire comme le valet du diable : faire plus que ce qui est commandé.
7) Poupée du diable : femme mal habillée, sale.
Cool Comme diable en miracle(s) : sans raison : se fourrer dans une affaire comme diable en miracle.
9) Etre battu du diable : être sans repos : être battu du diable par son ambition, son travail.
10) Beauté du diable : les attraits de la jeunesse.
11) Avoir le diable au corps : être vif, emporté, vigoureux, passionné, etc…
– Exceller en certaines choses de courage, d'adresse, de talent.
– Etre croustilleux : chansons qui ont le diable au corps.
12) Confesser le diable : obtenir un aveu difficile, réussir dans une entreprise estimée impossible.
13) Se donner au diable : se désespérer.
– Prendre beaucoup de peine.
14) Se donner à tous les diables : éprouver une excessive impatience.
15) Aller au diable vauvert : aller très loin.
16) Etre au diable, à tous les diables : être perdu sans retour : projet qui est à tous les diables.
17) Envoyer au diable, à tous les diables : perdre, dissiper : envoyer un enfant au diable pour le pervertir.
18) Faire le diable à quatre : faire grand bruit, exciter du tumulte.
– Se donner beaucoup de mouvement pour obtenir une chose.
Locution tirée de ce que, dans les mystères, il y avait la grande et la petite diablerie et que, pour jouer la grande, il fallait quatre personnages.
19) Faire le diable contre quelqu’un : lui faire le plus de mal qu'on peut.
20) Dire le diable contre quelqu’un : en dire beaucoup de mal.
21) Un grand diable : un homme grand et dégingandé.
– Se dit aussi de choses qui sont très longues : l'archevêque vient de faire contre lui [J.J. Rousseau] un grand diable de mandement qui donnera envie de lire sa profession de foi à ceux qui ne la connaissent pas (d'Alembert)
22) A la diable : à la hâte, sans soin : les Anglais disent que nos tragédies sont à la glace ; il pourrait bien en être quelque chose ; mais les leurs sont à la diable (Voltaire).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le Diable dans les mots   

Revenir en haut Aller en bas
 
le Diable dans les mots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le Diable dans les mots
» Mes mots dans tes mots
» La maison du diable
» LES MOTS S ENVOLENT ET FORMENT UNE PHRASE
» [Coleman, Brad] Requiem d'automne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Dictionnaires et outils d'écriture-
Sauter vers: