Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 14:19

Je tombe sur les propos de Bernard Schlurick (universitaire et dramaturge au Théâtre du Grütli de Genève), interviewé ICI.
Citation :
c’est avec son oreille qu’on regarde une image poétique. Ce n’est pas uniquement l’image abstraite et intellectuelle.
Citation :
La langue française serait réticente à toute musicalité? C’est une langue qui s’adresse à l’intellect, pas au sexe, pas aux tripes. Le grand problème, c’est la création en France d’un truc qui s’appelle l’Académie française. C’est-à-dire une bande de bureaucrates qui ont décidé de légiférer sur l’écriture, ce qui est insensé.On arrive au contraire de Shakespeare. Les Anglais ont une académie, mais elle s’appelle Royal academy of science. Parce qu’il est normal qu’on légifère sur les découvertes scientifiques: on ne peut pas déconner avec la gravité. Ça a payé et ça a donné Newton, Darwin… Les Français font quoi? Ils légifèrent sur le droit d’écrire et comment on doit écrire… Ecrire, c’est parfois aller contre… Mais le problème, immense, c’est qu’il y a une espèce d’inconscient linguistique qui nous interdit certainsmots. Dans les premières traductions deMacbeth, il est question du «croupion des poules». Après, avec IgorMarkevitch notamment, ça devient «cul de poule». Lemot «cul» a été interdit de cité dans la langue théâtrale française. Quand Jarry introduit «Merde», il est obligé de mettre un «r»: merdre. Il y a un énorme problème chez nous, c’est celui de la vulgarité. Les Français n’arrivent pas à être complètement sublimes parce qu’ils n’arrivent pas à être vulgaires. Shakespeare, il fait tout et il balance tout à la fois…

Pour ma part, je me sens en accord avec son point de vue et je pense même qu'il pose le doigt exactement où ça coince quand je me demande pourquoi je m'emmerde devant X textes en prose ou en poésie, voire en théâtre. Et même j'irai plus loin en affirmant que c'est la raison pour laquelle je n'ai plus écrit de prose poétique depuis plusieurs mois ; j'ai senti que j'étais arrivée au bout d'un genre qui ne correspond plus à ce que j'attends de lui. Par contre, je m'éclate au théâtre et j'ai la chance de bosser avec des comédiens qui acceptent de jouer le jeu.

Et vous, votre avis ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/


Dernière édition par Romane le Ven 11 Nov 2011 - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 16:41

Faut dire qu'on fait fort, il n'a pas tort Schlurick : je tombe à l'instant sur une expression qui pourrait me faire hurler de rire si elle ne révélait pas tant l'aspect pervers du fond et de la forme :

Citation :
Mis en examen le 21 octobre pour proxénétisme aggravé en bande organisée, association de malfaiteurs et escroquerie en bande organisée et écroué depuis, M. Paszkowski est soupçonné d’avoir organisé des parties fines auxquelles DSK aurait participé.

L'adjectif de l'expression ne vous choque pas ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:01

M'ouais...

Je ne suis pas vraiment convaincu. Intellectuellement ça se tient peut-être (n'ai-je pas entendu dernièrement les profs d'anglais de la classe dont je suis prof principal affirmer - et elles ont raison - que les textes demandent d'apprendre une langue parfaite et pas la langue de la rue... Donc I want to do et pas I wanna do) mais historiquement c'est autre chose. Jusqu'à preuve du contraire, la pudibonderie est plus anglaise que française... Ce n'est pas tant la vulgarité qui pose problème que le sens de la transgression. C'est justement parce que les règles sociales étaient plus fortes, plus respectées, plus essentielles à la cohésion, au Royaume-Uni qu'on n'a rêvé qu'aux moyens de les franchir pour s'en affranchir soit franchement (pourquoi n'y a-t-il des "rigolos" qui se foutent à poil dans les stades pendant les matchs qu'au Royaume-Uni ?), soit par l'absurde et le non-sense (et pour ça les English sont très forts). Quant à la non musicalité de la langue, on entend ça pour justifier que la pop efficace soit anglaise... mais que je sache Nougaro savait faire swinguer les mots et il y a plein de chanteurs d'aujourd'hui qui y arrivent aussi... Et, osons l'immodestie, quand j'écris, les mots viennent comme de la musique, avec un rythme, des articulations... Non, vraiment, ton Schlurik, faut encore qu'il cherche un peu...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:26

Je cherche comment arriver à formuler ce que je ressens confusément depuis très longtemps, sans parvenir à trouver l'éclaircissement pour le dire. Tant pis, je patouillerai encore, jusqu'à ce que je trouve.

En tout cas, pour ce qui concerne le théâtre je suis extrêmement sensible à l'expression tripale (mots, façon de le dire, façon de le montrer). Si je ne vois pas le comédien souffrir (attention, à prendre sous l'angle de son investissement, pas autrement), je m'emmerde ferme. Pas besoin de grandes démonstrations extravagantes, cela n'a rien à voir. Mais plutôt vraiment et j'insiste, ce qui sort des tripes. Cela n'a rien à voir non plus entre pros et amateurs, par contre, cela a tout à voir avec l'engagement.

Sur le plan littéraire, j'ai lu il y a peu un bouquin dont j'ai du parler dans l'espace approprié. Je n'ai plus le nom de l'auteur et peu importe "Un été dans les hommes", tout nouvellement paru. L'écriture était parfaitement maîtrisée et belle à lire. J'ai trouvé le bouquin "sympathique", ce qui veut tout dire : souvenir périssable, malheureusement. Le thème était très chouette, mais l'auteur n'est pas allé au bout, du coup son personnage non plus. Je ne l'ai pas senti s'engager complètement, même pendant les descriptions de ses souffrances morales. Raconter c'est bien, vivre en le racontant, c'est mieux. Je crois que c'est en partie ce qu'à voulu dire Schlurik.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:39

Disons que ce que tu as "quoté" peut être facilement approuvé mais aussi désapprouvé. Quand Zola utilise dans ses romans les mots du peuple, la critique de l'époque lui tombe dessus et pour l'Académie française, il pourra effectivement se brosser ; donc Schlurik a raison. Mais Zola passe au-delà, utlise ce vocabulaire quand même parce que son optique naturaliste le pousse à dépasser les codes et la bienséance pour toucher au vrai de son temps et c'est bien pour cela que ses oeuvres sont restées (alors que celles des académiciens de la fin du XIXème...) ; donc Schlurik a tort. On ne peut pas systématiser à ce point les choses...

Donc oui, la belle écriture ""ne vaut rien"" si elle ne transporte pas quelque chose de fort. Et le sujet ne suffit pas à rendre fort ce qu'on lit : s'il suffisait de parler des camps de concentration pour écrire un grand livre, ça se saurait... Cette quête de la belle écriture, bien aux normes, me rappelle un site d'écriture sur lequel je n'ai fait que passer ; il y avait de bonnes âmes qui reprenaient tes textes et les "arrangeaient". Donc, si tu écrivais volontairement "J'ne veux pas", tu te retrouvais avec "Je ne veux pas" dans une belle couleur vert pomme t'indiquant le type d'erreur commise. Là, je veux bien rejoindre le gars Schlurik... Ca ne doit pas exister chez les Grands-Bretons...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:41

Schlurik !!! Qui c'est celui-là ? Il n'y a pas de musicalité en français ? Et les sanglots longs... et Baudelaire, et Victor Hugo, et Rabelais, le génial farceur, et Molière, Corneille, Racine, La Fontaine, Choderlos de Laclos, Lamartine, Nerval ? On pourrait en citer vingt ou trente dont la musicalité, soit purement poétique, soit dramatique, tinte immédiatement aux oreilles. Ce monsieur ferait mieux d'étudier notre langue avant de la fustiger. Je n'aime pas ce genre de personnage. D'ailleurs, je n'aime pas les critiques, depuis Zoïle. L'artiste crée, les vers rongeurs le regardent à la loupe. Il y a une histoire comme cela d'un poète qui s'émerveillait en regardant le soleil ; à côté de lui, un critique sort sa longue vue, la braque sur l'astre et dit, d'une voix osseuse :"oui, mais il y a des taches". Il est amusant de constater à quel point la plus grande somme de critique est souvent en raison directe de la plus grande somme de médiocrité. Quant à notre langue, ce n'est pas un hasard si elle a tenu le haut du pavé européen pendant trois siècles. Schlurik a-t-il médité cela ?

Partie fine, c'est une expression consacrée : tu la trouves bizarre ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:48

Quand il dit : Ecrire, c’est parfois aller contre…

Je suis convaincue qu'il a raison. Maintenant, je pose une condition : celle de ne pas verser dans le grand n'importe quoi. Car sous prétexte d'innover ou de montrer une capacité à transgresser, etc. etc. (les prétextes sont nombreux), les dérives offrent une kyrielle de médiocrités, c'est bien connu. Or justement, l'art consiste à savoir pourquoi et comment éviter cette médiocrité.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:49

La belle écriture accouchant de quelque chose de fort, même de très fort, même d'insurpassable dans le genre, c'est tout à fait possible, et ça existe. Preuve : les Liaisons dangereuses.
C'est d'autant plus remarquable que rien ne nous prépare vraiment au caractère sordide de la trame. Choderlos tisse son canevas lettre après lettre, avec une espèce d'indolence presque débonnaire, pour nous assommer et nous glacer ensuite.
C'est un exemple entre cent que la "belle écriture" sait produire des textes forts. Mais pour y parvenir, il faut du talent : ce n'est pas donné à tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:53

@ Vivor : nous avons posté ensemble.

En fait, je me garderais bien de jeter Schlurick aux ordures, parce que je trouve qu'il pointe à sa manière les dangers de la dérive artistique, qu'elle se passe sur le papier, une scène, ou ailleurs. Il ouvre une piste à explorer, et si personne n'osait ouvrir ces pistes, nous tournerions rapidement sur nous-mêmes, artistes et publics. Je serais très curieuse d'assister à l'un de ses ateliers, pour voir comment il s'y prend. Car il est aussi traducteur, et dénonce à ce titre la bouillie rendue par bon nombre de traductions. Il a raison. Quand je plonge dans l'anthologie de la poésie en langue espagnole et que je lis la traduction, cette dernière est effarante de platitude. Il dénonce aussi cela.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:55

Mais enfin, Romane, son allusion à l'Académie française tombe à plat ! Qui aujourd'hui se soucie de ce mausolée ? Moi le premier, si j'ai une vénération pour ma langue, je me moque bien des décisionnaires séniles en matière de sémantique ou de lexicographie. Aimer sa langue, c'est lui vouer une passion au point de la violer de temps en temps. "Violez la langue", disait VH, "et ayez du génie !".
Non, encore une fois, ce critique me paraît issu de l'école abruptement subjective qui voit partout des défauts et aucune vertu.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:55

Sûr que Ada ou l'Ardeur (Nabokov) est d'une incroyable qualité de fond et de forme. M'enfin l'exemple est un peu bête, puisqu'il n'était pas français. N'empêche, quelle incroyable pépite, que ce bouquin !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 17:58

Nous nous sommes décidément abonnés au clic en même temps. Laughing

Vivor a écrit:
Mais enfin, Romane, son allusion à l'Académie française tombe à plat ! Qui aujourd'hui se soucie de ce mausolée ? Moi le premier, si j'ai une vénération pour ma langue, je me moque bien des décisionnaires séniles en matière de sémantique ou de lexicographie. Aimer sa langue, c'est lui vouer une passion au point de la violer de temps en temps. "Violez la langue", disait VH, "et ayez du génie !".
Non, encore une fois, ce critique me paraît issu de l'école abruptement subjective qui voit partout des défauts et aucune vertu.
En fait, son mode de pensée vient de ce qu'il a successivement vécu sur des terres à langues différentes : français, anglais, allemand. Il maîtrise parfaitement ces trois là. Je pense que son point de vue a été influencé par les différentes lectures, par comparaisons ou par sensations, quelque chose comme ça. Et en tout cas par ce qu'il perçoit des traductions.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:02

Le problème de la traduction est inhérent à toutes les langues : traduttore, traditore, disent les Italiens. La musique est un langage universel, les langues sont soumises à leurs propres sensibilités et spécificités internes, comme à leurs règles. Il n'existe aucune traduction dans aucun idiome qui soit à la hauteur de l'original. De ce point de vue, s'en prendre exclusivement au français pour lui reprocher sa platitude, c'est aller loin dans la partialité. Et puis, qui est le traducteur ? Quelle connaissance de la langue française a-t-il ? Baudelaire traduisant Edgar Poe, c'est une grande réussite, mais c'est aussi l'exception qui confirme la règle que toute traduction, même la plus exacte, déforme forcément le texte original. Schlurik est donc à côté de la plaque, puisqu'il ignore ou il feint d'ignorer cette finesse.
Revenir en haut Aller en bas
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:06

Il maîtrise, dis-tu ? Pas le français, en tous cas. Pour parler comme il le fait, il faut au contraire tout ignorer des richesses de notre langue. Je parle italien et espagnol, comme je parle le français. Et bien, je puis te dire ceci : chaque fois qu'une idée claire doit être exprimée, c'est en français que je la conçois. Pourquoi ? Parce que cette langue filtre l'idée ; ses incomparables nuances en font un outil d'une qualité rare pour rendre par le menu et avec la plus extrême concision le fond d'une pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:07

Je ne le connais pas plus que toi, je suis juste tombée sur cet article et ne saurai pas en dire davantage sur ses intentions, sinon que mon interprétation est qu'il parle de la langue française parce qu'il exerce dans un pays de langue française et cherche à comprendre lui-même, d'où diverses pistes.

Quant au problème de la traduction, je suis bien d'accord avec toi. J'en suis venue à penser il y a quelques années qu'il fallait impérativement passer par un lien très étroit entre l'auteur et le traducteur, afin de ne pas risquer la dénaturation outrancière d'un texte.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:08

J'ajoute que sa disquisition sur le "croupion" et le "cul" appartient aux petites querelles d'école assez ridicules. On prend la partie pour le tout, et on croit avoir démontré une généralité.
Revenir en haut Aller en bas
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:12

Par exemple, un des fils de VH, Charles, a traduit Shakespeare. Ce n'est pas mauvais, mais ça n'a pas la force de l'auteur anglais. Nous sommes sanglés à cordes et à courroies par la barrière des langues. C'est ainsi, il faut s'y faire. Mais quel rapport avec la création française dans son propre idiome ? Et Céline, alors ? Il était académiste ? En voilà un, pourtant, qui a osé "aller contre" ! Qui peut nier cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:14

Je pense que ce passage veut peut-être simplement imager les circonvolutions du langage. (et je m'aperçois que j'ai par une mauvaise manip, paumé le lien de l'article !)

Il existe un texte que j'ai entendu une fois et une seule, sur le thème du comédien. J'aurais aimé le retrouver. Malheureusement, je n'ai ni son titre, ni son auteur, et je l'ai entendu en 99. Ce moment fut énorme pour moi, parce qu'en disant les vrais mots, jamais l'auteur ne versait dans la grossièreté. Pourtant, les mots n'étaient pas piqués des vers !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:19

Justement, il y a du Shakespeare dans l'air.
Et puis j'ai retrouvé le lien de l'interview : http://www.grutli.ch/outrage/presse/revueShakespeare.pdf

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:21

Romane a écrit:
Ce moment fut énorme pour moi, parce qu'en disant les vrais mots, jamais l'auteur ne versait dans la grossièreté. Pourtant, les mots n'étaient pas piqués des vers !
On peut tout dire, en français, jusqu'aux pires choses ; et contrairement à l'opinion largement répandue, plus le langage est correct, plus l'effet est saisissant. Pas besoin d'être grossier pour être expressif. Je rappelle le quatrain de Voltaire contre son critique alloué, Fréron, pour preuve que l'élégance et le style font plus que les injures :

L'autre jour, au fond d'un vallon,
Un serpent piqua Fréron.
Que croyez-vous qu'il arriva ?
Ce fut le serpent qui creva.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:23

A ce propos, depuis tout à l'heure je tourne autour de la différence entre vulgarité et grossièreté. Tu en dirais quoi, toi ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:27

Il ne parle que de la traduction en français de Shakespeare ! Evidemment, que c'est difficile, on en revient à la spécificité des langues. Il oublie tout ce que le français s'est permis hors des normes, à commencer par Hugo même qu'il morigène. Il oublie tout, et il conserve ce qui lui convient. La langue française a son caractère propre qui est différent de l'anglais. Le français respecte une certaine politesse, ce qui ne l'empêche pas de transgresser ses propres règles quand le besoin s'en fait sentir. Schlurik voudrait nous faire croire que pour bien parler le français, il faudrait l'accommoder à la sauce anglaise ou allemande. Erreur grossière qui prouve encore une fois qu'il souffre de graves lacunes en cette matière.
Revenir en haut Aller en bas
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 32
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:29

Romane a écrit:
A ce propos, depuis tout à l'heure je tourne autour de la différence entre vulgarité et grossièreté. Tu en dirais quoi, toi ?
La grossièreté me paraît être une constante ; la vulgarité est occasionnelle. On est grossier par le fond, on est vulgaire par la forme. Le "vulgus", en latin, c'est le peuple. Parler "vulgaire", Hugo l'a fait en introduisant l'argot dans les Misérables. Mais être grossier, c'est presque une marque de fabrique indélébile.
Enfin, c'est ce que j'en pense, rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:35

Vivor a écrit:
Il ne parle que de la traduction en français de Shakespeare ! Evidemment, que c'est difficile, on en revient à la spécificité des langues. Il oublie tout ce que le français s'est permis hors des normes, à commencer par Hugo même qu'il morigène. Il oublie tout, et il conserve ce qui lui convient. La langue française a son caractère propre qui est différent de l'anglais. Le français respecte une certaine politesse, ce qui ne l'empêche pas de transgresser ses propres règles quand le besoin s'en fait sentir. Schlurik voudrait nous faire croire que pour bien parler le français, il faudrait l'accommoder à la sauce anglaise ou allemande. Erreur grossière qui prouve encore une fois qu'il souffre de graves lacunes en cette matière.

J'aime bien ton point de vue, mine de rien.
Ne penses-tu pas cependant qu'il va au-delà de ce que l'on est en train de parler, et qu'il aborde les formes artistiques par plusieurs aspects ? Soit trop de lissage, soit la grossièreté gratuite ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   Ven 11 Nov 2011 - 18:36

http://www.youtube.com/watch?v=12cBaujFBCM

Commencer la lecture vers 2mn15
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecrire : pour le cerveau ou pour les tripes ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ma vie à deux pour le meilleur... ou pour le pire! [Missbean]
» [Hawes, James] Pour le meilleur et pour l'empire
» ".. Tenez vous debout avec la Vérité pour ceinture, la Justice pour cuirasse .."
» [Sarraute, Nathalie] Pour un oui ou pour un non
» IAN SOMERHALDER • Tu te souviens, nous nous sommes mariés pour le meilleur et pour le pire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: A propos de l'écriture & infos concours littéraires-
Sauter vers: