Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les monnaies faites maison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Cela peut-il vous intéresser de particper à une expérience monétaire ?
Non, je ne vois pas l'intérêt.
8%
 8% [ 1 ]
A priori ça ne m'intéresse pas.
17%
 17% [ 2 ]
Pourquoi pas.
17%
 17% [ 2 ]
C'est intéressant mais je veux en savoir plus.
42%
 42% [ 5 ]
Ca m'a l'air passionnant.
16%
 16% [ 2 ]
Total des votes : 12
 

AuteurMessage
alejandro
Hors catégorie


Nombre de messages : 1868
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Mer 23 Nov 2011 - 14:45

Tout d’abord, il n’y a pas de sottes questions. Je suis dans l’expérimentation. Je n’est pas un système en tête prêt à appliquer. Les questions font avancer la réflexion.

Dans ce qui suit, je vous prie de garder à l’esprit que je vous invite à non pas sauver le monde, non pas résoudre le problème du chômage ou la pauvreté, non pas à venir au bout de la famine ou d la sècheresse, non pas à devenir riches ou de vous libérer de vos tracas quotidiens, mais à une expérience portant sur la monnaie. Les enseignements que l‘on peut espérer tirer d’une telle expérience serait déjà une meilleure compréhension sur ce qui se passe aujourd’hui au niveau macro-économique ; il n’a échappé à personne que ces évènements sont, en ce moment, tout sauf ordinaires. Autre enseignement serait de démystifier la chose économique ; un autre encore, une compréhension des moyens possibles pour résoudre des problèmes qui, sans y être plongés, nous pendent au nez.

Le caractère local d’une monnaie complémentaire

Le Système d’échange Local est par définition local, ou à tout le moins, l'était à l'origine ; mais ce n’est pas la seule façon de faire une monnaie complémentaire. L’article de Wikipédia cité par Filo, d’ailleurs, nous apprend :

Wikipédia a écrit:
Système d'échanges locaux au départ, des réseaux plus vastes se tissent entre "selistes" et il existe aujourd'hui des réseaux interSEL, des routes du SEL, des stages de SEL.

Il y a un bon exemple qui montre que cela n’a pas besoin d’être nécessairement que local pour marcher, c’est la banque WIR, en Suisse. C’est une banque au statut de coopérative à but non lucratif qui propose à ses clients un compte en francs suisses et un autre en monnaie WIR, les deux n’étant pas convertibles l’une à l’autre. Cette banque existe depuis les années 30 et a pour but de financer les PME ; elle a depuis longtemps une place significative dans l’économie suisse. Elle a traversé toutes les crises monétaires sans encombre et les perturbation monétaires n’ont jamais affecté ses clients, puisqu’il y avait tout un réseau de PME avec lesquelles échanger.

Si nous vivions tous dans un même quartier, peut-être que la question se poserait autrement. Mais étant donné que LU est un forum avec des membres, vivant aux quatre coins de la France et non dans un quartier, ma proposition s’adapte à cette situation et j'essaie d’en faire un avantage. Comment ? En essayant de stimuler une activité qui n’existe pas mais qui est potentiellement enrichissante pour chacun.
Qu’il n’y ait pas de malentendu : j’ai proposé pour l’expérience l’échange d’univers visuels matérialisés sur un support unique. Cependant, si une meilleure idée devrait surgir, on peut bien évidemment la suivre.

Le troc

Je suis un peu surpris qu’en parlant de l’idée d’introduire une monnaie on me réponde que c’est du troc. Le troc est l’échange d’un objet par un autre. L’introduction d’une monnaie permet l’achat et la vente ; par définition, ce n’est plus du troc.

On peut penser comme les monétaristes à la Milton Friedman que la monnaie est une chose neutre, sans influence, une simple unité de mesure. On peut penser qu’au contraire, une monnaie joue un rôle crucial dans l’économie, et qu’il convient de s’en servir pour le bénéfice du plus grand nombre. Ce qui n’est clairement le cas actuellement.

La loi

L’interprétation de la loi par la justice soumet à taxes une activité professionnelle, ce n'est pas la situation qui nous occupe.

La gestion

Etant donné que c’est ma proposition, il me semble évident que je me charge de la gestion de la chose. Mon idée est de créer une association de fait, mais nous n’en sommes pas là. Il faut qu’un certain nombre de personnes ait accepté le principe avant de commencer à mettre en place la pratique.

Le catalogue

Je parlais d’interfaces mais disons catalogue si c’est plus clair.


La consommation

On peut considérer la consommation comme un problème. On peut aussi considérer la consommation comme un échange, et par là, comme quelque chose de fondamental dans la vie sociale.

Le superflu

Puisqu’on me pose la question, permettez-moi de poser celle-ci : l’essentiel est-il le nécessaire – le fait de bouffer, de dormir sous un toit, de soigner ses maladies, de se concentrer sur des problèmes immédiats, – ou le superflu – goûter à la gastronomie, décorer son intérieur à son image, être bien dans son corps, prendre le temps de réfléchir aux grandes questions.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Mer 23 Nov 2011 - 23:39

Le SEL existe aussi dans mon coin, il a été très efficace avec beaucoup d'adhérents, je ne sais pas où ça en est actuellement, à une époque j'en faisais partie, il était utilisé principalement pour des travaux de bâtiment, de jardinage, de bois, de garde d'enfants, de transport...ce n'était pas un système de troc direct entre deux personnes, il y avait des catégories de "savoir faire" ou "qu'est-ce que j'ai à offrir" et suivant les besoins on faisait appel à nous ou pas. Le souci est que quand ce qu'on sait faire ou ce qu'on a à donner n'est pas dans la demande, on reste assez pauvre en SEL...et on ne peut donc pas "acheter". Mais le système est valable et avait même créé des remous au niveau du gouvernement qui aurait bien aimé faire passer ça pour du travail au noir pour pouvoir le sanctionner, car beaucoup de taxes indirectes lui échappaient.
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Jeu 24 Nov 2011 - 2:16

Le système des SEL me paraît assez simple : on échange des heures de travail, des services : la valeur, c'est le temps passé. Une heure de jardinage faite pour un adhérent me vaut une heure d'autre chose dont j'ai besoin.
Le troc est simple aussi : deux personnes se mettent d'accord sur l'égalité de valeur de deux objets qu'ils s'échangent : cela se fait à deux, après une négociation, sans tiers. Et si on ne se met pas d'accord, chacun garde son objet.
Quand on entre dans l'achat avec une monnaie, peu importe sa nature, en or, fiduciaire ou scripturaire, cela se complique car il faut fixer un prix aux objets ( qui le fait et comment le fait-on ?) et cela n'a d'intérêt que si, avec cette monnaie, on peut acheter tout à fait autre chose et n'importe quoi.
La monnaie pour cela n'est pas en soit une mauvaise chose puisqu'elle donne la possibilité de tout acheter, c'est même son intérêt principal.
Un premier ennui, c'est quand plusieurs monnaies se concurrencent : elles ne représentent pas la même possibilité d'achat d'un même objet.
Quand elle serait unique et stable, il y a toujours le problème du prix donné aux choses : la règle de calcul de base est de calculer le prix de revient de l'objet : matières, pourcentage du travail effectué par une machine par rapport à sa capacité globale de produire, (c'est la part d'amortissement concernant la fabrication de cet objet qui va permettre de récupérer la valeur de la machine et de la remplacer), coût de main d'oeuvre, et aussi de livraison et j'en passe. A ce prix de revient le vendeur ajoute une plus value qui va lui permettre de s'enrichir mais aussi d'investir (améliorer son outil ou agrandir sa capacité de production pour vendre plus d'objets).
Or, il y a spéculation sur le prix des matières, inégalité de besoin par rapport au prix de la main d'oeuvre, estimation variable de la plus-value à faire...etc.
Autrement dit, ce n'est pas la monnaie quand elle serait unique qui est un problème, c'est la fixation et la fluctuation des prix : quel est le juste prix ?
Dans notre histoire de monnaie autour de la vente et achats d'oeuvres d'art, cela suppose qu'on se mette d'accord sur l'estimation du coût du travail : en heures passées ou en valeur rattachée à une monnaie courant comme l'euro ?
Et avec cette monnaie que j'aurai gagnée avec la vente de mon oeuvre, je ne pourrai me racheter qu'une autre oeuvre à quelqu'un d'autre, et rien d'autre. Autant rester sur l'idée d'échange : c'est ce que je fais avec des copains artistes.
J'imagine que pour un artiste qui base sa survie sur la vente de ses oeuvres ce système n'a pas d'intérêt et que si le challenge est juste que les oeuvres circulent, il y a pour ça des forums comme celui-ci.

Par ailleurs, j'ai entendu parler de système de monnaie locale et alternative dans des landers allemands : mais cela concerne l'ensemble des acteurs économiques et de la population d'une région : elle permet d'échapper en partie aux fluctuations qui ne dépendent pas de la région concernée. La monnaie a toujours le même rôle quelle que soit sa nature: elle est faite pour faciliter les échanges de biens de toute nature en les simplifiant.
Je sais aussi que notre département a lancé un groupe de réflexion sur une monnaie locale, je vais me renseigner.
En tout cas, la proposition d'Alejandro, bien qu'intéressante me paraît trop compliquée à mettre en oeuvre pour l'étroitesse de ses avantages.
Ce n'est que mon point de vue.
Personnellement, je préfère mettre de l'énergie à participer à la mise en place d'une monnaie locale qui permette de ramener les échanges à des choses plus justes, ayant plus de sens et moins perverties par les spéculations diverses.
Revenir en haut Aller en bas
wanatoctoumi



Nombre de messages : 123
Age : 67
Date d'inscription : 29/03/2005

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Jeu 24 Nov 2011 - 2:33

alejandro a écrit:

Monnaies complémentaires et monnaies alternatives
.....
En Egypte, pendant le printemps arabe, il y a eu une forte inflation. Les gens ce sont aperçu que tout augmentait, mais tout augmentait en même temps. Il en allait ainsi pour, par exemple, les cartes téléphoniques. .....
Ce phénomène s'est beaucoup développé au Japon à la fin des années 80 (années où se sont étendus les réseaux de téléphones à cartes). La valeur résiduelle d'une carte était directement lisible, puisque les appareils perforaient, de loin en loin, l'un des bords de la carte en carton léger. Dans ce cas, non seulement il y avait quelque chose qui s'apparente à du commerce "au noir", comme cela a été signalé ici, mais il faut considérer que cela revenait à de la "création de monnaie", puisque le montant des prestations non encore délivrées (le trafic téléphonique) contre le prix d'achat des cartes circulait en grande quantité dans la population, alors que l'opérateur disposait de l'argent frais provenant de cette vente "à découvert". En France à cette époque, il s'est vendu, pendant deux ou trois ans, 100 millions de télécartes (à 40 F) dont (estimation statistique grossière) 50% du montant (2 milliards de FF) restaient dans la poche des usagers (par roulement), comme pour les pièces de monnaie. cependant, en France ces cartes ne servaient que très marginalement de "monnaie d'échange" (car il fallait un lecteur rudimentaire pour en lire la valeur résiduelle).
Tout ça n'a pas eu le temps de prendre de l'ampleur, avec le déploiement des réseaux mobiles.
Mais avec les "mobicartes", les tickets prépayés de parking, etc., il subsiste un stock de monnaie, créée artificiellement (mais qu'on ne peut pas vraiment distinguer, dans sa fonction, de la monnaie légale) : le porte-monnaie électronique (monéo) est aussi dans le coup; je ne sais pas comment cela est pris en compte dans la comptabilité publique !.
Si une telle monnaie d'échange circule (sous forme de cartes vierges, non dégagées de leur blister), elle peut, en effet servir plusieurs fois et "cacher" des transactions qui relèvent normalement d'un commerce légal: payer uns soirée en boîte de nuit, par exemple, ou une partie de billard au bistro, le taulier revendant la carte à un client ensuite...
Ceci est un témoignage personnel : sans plus.
J'ai une autre contribution (courte...)
En Argentine, des systèmes de "bons" émis par les governorats de provinces, avaient cours lorsque j'y résidais : il ne fallait pas se laisser avoir lors d'un voyage en province, sinon, la monnaie rendue n'avait pas cours dans la capitale et les autres régions !
Il a même existé, en temps de crise (début des années 2000) une "monnaie de singe" avec laquelle même l'administration payait ses employés et qui était acceptée dans les commerces ! Et elle n'était adossée à aucune réserve en or ou en dollars, encore moins en pesos argentins, bien sûr ... !
Revenir en haut Aller en bas
http://wanagramme.blog.lemonde.fr/
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Jeu 24 Nov 2011 - 2:46

J'ai oublié de parler de quelque chose : depuis deux ans, en partenariat avec plusieurs organisations, nous organisons un événement : le Truc et Troc.
Cela permet de placer les échanges dans une absence de monnayage(sans échange d'argent) : chacun amène des trucs à échanger, y compris du service et du savoir et les uns et les autres circulent sur le site pour échanger. C'est génial.
Sur Rennes, il existe une asso d'échanges de savoir : je vous apprends à dessiner contre des cours d'anglais ou de mécanique par exemple. Cela se fait sans monnaie.
Revenir en haut Aller en bas
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Jeu 24 Nov 2011 - 10:20

Citation :
Il faudrait déceler :

- Ce que l'on propose
- Ce dont on a besoin

- La gestion (association ?)

- Poser les questions, même celles qui semblent les plus basiques (et surtout elles)

- Poser les commentaires.


Cela ouvre mille pages d'un coup ...
Comme nos aimables amis l'expliquent ci-dessus, l'application de différents systèmes monétaires existent depuis "toujours" et des essais de mise ou remise en place d'un système existant est logique et normal, le monde évolue et les idées changent.
Le problème actuel est moins dû à la dépréciation des monnaies et valeurs qu'à la création de "valeurs virtuelles" qui n'ont d'existence que par elles-mêmes et non en représentation d'un bien transmissible et demandé-accepté.

L'extension mondiale du commerce et l'arrivée de "nouveaux riches à l'ancienne" doit se faire harmonieusement et cela prend du temps. L'intérêt de la recherche d'une nouvelle valeur d'échange est à mon sens uniquement culturel.

Bonne journée à tous.
Je retourne dans ma campagne,
à bientôt
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Jeu 24 Nov 2011 - 14:10

gérard hocquet a écrit:

Quand on entre dans l'achat avec une monnaie, peu importe sa nature, en or, fiduciaire ou scripturaire, cela se complique car il faut fixer un prix aux objets ( qui le fait et comment le fait-on ?) et cela n'a d'intérêt que si, avec cette monnaie, on peut acheter tout à fait autre chose et n'importe quoi.


De pouvoir faire n’importe quoi avec de l’argent est peut-être son intérêt, c’est aussi son danger. Le métier traditionnel des banques est le dépôt et le prêt, aux particuliers mais, surtout, aux entreprises. Depuis que les banques sont autorisées à faire n’importe quoi, ce qu’elles font c’est aller sur les marchés spéculatifs et de délaisser les entreprises. Alors qu’il s’échange sur les marchés internationaux des sommes hors tout entendement, les PME ont du mal à se faire prêter quelques dizaines de milliers d’euros pour investir dans leur avenir.

En tant que collectivité, on a le droit de dire qu’on ne souhaite pas que l’argent soit dépensé de telle ou telle façon, et que telle type d’activité ou comportement gagnent à être encouragés. L’existence d’une monnaie conventionnelle et la présence du troc ne sont en aucune façon un empêchement à la présence d’une monnaie complémentaire a propos de laquelle il serait décidé que qu’elle ne servira que dans telle région ou dans tel domaine.

J’ai déjà cité l’exemple de la banque WIR qui, en raison d’une monnaie, le WIR, non convertible en monnaie conventionnelle, met à l’abri des aléas financiers les entreprises qui ont des comptes chez elle.

Le prix des choses, c’est une science qui n’a pas encore fait le tour de la question et qui divise les économistes. Pour Marx, c’est bien sûr la matière première, l’énergie par exemple électrique qu’on y apporte, et des choses comme ça, mais c’est surtout du travail. Pour les libéraux traditionnels c’est le jeu de l’offre et de la demande qui en décide, ou devrait en décider. En principe, la valeur d’une chose est proportionnelle à sa rareté ; depuis, on s’est aperçu qu’au contraire, ça peut être sa diffusion.

Concernant le système que je propose, outre le caractère expérimental de la monnaie à proprement parler, présente l’intérêt de mettre l’accent sur le regard des œuvres qui seraient proposées.

Quoi qu’il en soit, ça a l’air de beaucoup inquiéter le temps et l’énergie que cela prendrait. Je rappelle que je m’occuperait de ça, sans doute qu’une aide serait la bienvenue, mais ça ne devrait pas prendre tellement d’énergie à ceux qui seraient des simples participants.

Xian a écrit:

Le problème actuel est moins dû à la dépréciation des monnaies et valeurs qu'à la création de "valeurs virtuelles" qui n'ont d'existence que par elles-mêmes et non en représentation d'un bien transmissible et demandé-accepté.

Le problème, à mon humble avis, est que nous sommes passés d’un système qui valorisait le travail au détriment du cumul de capital à un système où c’est le contraire. Le travailleur peine à joindre les deux bouts alors que celui qui cumule du capital gagne de l’argent du simple fait d’en avoir. Cela s’est fait, entre autres, par un renversement de l’idée de ce qu’est l’argent. Et je crois qu’un autre renversement sur ce qu’est l’argent est susceptible de résoudre les problèmes actuels.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Jeu 24 Nov 2011 - 20:36

alejandro a écrit:

L'idée donc, ce serait de créer une monnaie pour échanger des œuvres plastiques. Pour les sculptures d'après un moule et pour les photos, je pense à des exemplaires numérotés et tirés à un nombre limité d'exemplaires.

Je suis dans plusieurs galeries d’art et mes sculptures se vendent en quoi ta proposition pourrait-elle m’intéresser ?
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Ven 25 Nov 2011 - 0:24

Bianca a écrit:

Je suis dans plusieurs galeries d’art et mes sculptures se vendent en quoi ta proposition pourrait-elle m’intéresser ?





alejandro a écrit:


Si ça marchait, le fait que des œuvres qui autrement seraient restées dans un atelier, ou peut-être même jamais créés, est positif et une monnaie servirait à cela, et pas à autre chose.

Mais sinon, je l’ai dit plus haut, c’est d’abord une expérience que j’ai envie de faire. Et dans cette expérience, il s’agit de création monétaire surgie de par sa distribution à une population, en lieu et place d’une création par la dette que l’on contracte auprès d’une banque – pour son plus grand bonheur –.


alejandro a écrit:

Mais on en est pas là et, il serait illusoire de croire qu'un artiste ayant pris le temps et l'énergie de peindre une huile sur toile, accepte de l'envoyer à un inconnu en échange d'une monnaie qui pourrait disparaître le lendemain, faute de participants.
Donc, je propose de quelque chose de plus simple : partir d'œuvres - photos, photomontages, dessins numériques, images de synthèse - tout simplement imprimés. Avec cette contrainte, cependant, pour que chaque impression soit unique et identifiable, que les œuvres soient à tirage limité et numérotés. Quitte à ce que celui ou celle qui voudrait donner des meilleures chances à son œuvre de trouver preneur, imprime en une qualité supérieure.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Ven 25 Nov 2011 - 11:36

Ok ! j’avais un doute... Smile
Revenir en haut Aller en bas
ian de



Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Mar 29 Nov 2011 - 1:31

j'ai retenu qu'il était question d'envisager un autre système de valeur :
"On parle de valeur d'usage par opposition à la valeur d'échange à laquelle nous sommes habitués"
sauf que s'il est question de fixer une valeur à des créations artistiques pour en régler la circulation,
je ne vois pas bien en quoi le dispositif et l'objet de celui-ci ont un caractère très 'alternatif'...

Quand à l'évocation des SEL ; c'est tout autre chose, puisque le système se fixe sur des biens de nécessité,
ainsi que sur une logique de production et d'échange localisé... dans la proposition faite ici c'est tout le contraire :
des biens, fussent-ils numériques, de confort ou d'agrément, échangés dans un contexte technologique et par son biais.

Du coup, je ne trouve pas que cela ait une réelle dimension 'politique', et en tous cas c'est tout sauf une contestation économique.
Pour cela il y a les réseaux libertaires, décroissants, le mouvement des 'glaneurs' (je ne me souviens plus du terme américain qui en est l'origine),
qui correspondent non pas à une logique d'échanger plus ou mieux mais moins, plus sobrement, et qui n'alimentent donc pas les logiques mettant réellement en danger nos ressources.

Pour résumer, je ne suis pas convaincu par la présente initiative, qui me semble un peu 'gentillette' dans son genre, et tout sauf révolutionnaire, quel que puisse être le nombre de participants.
Il y a d'ailleurs des sites sur le principe de l'échange, comme il était mentionné également, qui reposent sur la circulation des biens et services, les dons etc. - donner des habits qu'on ne porte plus, dispenser un cours de math contre du jardinage... échanger des vacances contre une tondeuse...
il me semble qu'au fond, c'est autant ce qui est proposé et qui circule que la façon dont se font ces échanges, cessions et seconds usages qui importe ;
mais c'est vrai qu'entre une initiative marginale ici et une plateforme fondée sur l'échange, la portée ne peut être la même, c'est bien certain.

Mais bon, quoi qu'il en soit, c'est en expérimentant qu'on avance, donc continuez, LuLus ;-)
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Mer 14 Mar 2012 - 11:50

Les Echos a écrit:

Nantes se donne un an pour lancer sa monnaie locale
Inspiré de la banque suisse WIR, le système, ouvert aux entreprises et aux particuliers, fonctionnera autour d'une chambre de compensation gérée par le Crédit municipal de Nantes.


Nantes compte lancer dès l'été 2013 sa monnaie locale, complémentaire de l'euro. S'il existe déjà des initiatives dans le domaine en France, aucune, à l'échelle d'une grande agglomération ne vise à la fois les entreprises et les particuliers. Nantes entend s'inspirer de l'expérience de la banque coopérative WIR, à Bâle (Suisse), qui compte 60.000 PME adeptes de son système de paiement sans numéraire.

« L'idée était inscrite dans notre agenda 21 en 2006, mais ce n'était pas une priorité. Il nous est ensuite apparu que cela pouvait être une initiative de la collectivité au service de l'économie et de l'emploi sur le territoire dans un contexte de crise des liquidités », explique Pascal Bolo, adjoint chargé des finances. « L'idée n'a rien de folklorique, elle répond à l'accroissement des échanges interentreprises sous forme non monétaire, explique Jean-Marc Ayrault, le maire PS de Nantes. Il n'y aura ni pièces ni billets mais un système de gestion via une chambre de compensation. »

Ce système sera géré par le Crédit municipal de Nantes, établissement disposant de 28 millions d'euros de fonds propres. L'appui d'une banque coopérative régionale sera requis pour l'ingénierie bancaire et les systèmes informatiques.

Concrètement, les entreprises adhérentes disposeront d'un compte libellé en unités de compte interne (UCI), déjà surnommé le « nanto », permettant de payer ou d'être payé par les autres entreprises participant au circuit. La monnaie ne pourra être thésaurisée et le solde pourra être soit positif soit négatif, mais l'objectif structurel est de converger périodiquement vers l'équilibre. Le Crédit municipal devra donc fixer des plafonds aux déséquilibres et des pénalités croissantes sur les curseurs dépassés, qu'ils soient positifs ou négatifs. Les sommes non dépensées pourront être versées dans un système de financement des associations.
Accélérer les échanges

L'un des objectifs du système est l'accélération des échanges sur le territoire. Pour les entreprises adhérentes, l'avantage est de pouvoir fonctionner en limitant le recours à leur trésorerie en euros. Pour atteindre un nombre d'adhérents suffisant et créer sans retard un cercle vertueux, la ville a sollicité les chambres consulaires. « L'accueil de la chambre des métiers a été très bon », note Pascal Bolo.

Le système répond surtout aux attentes des PME de services de proximité, du bâtiment ou de la restauration. Nantes s'est rapprochée de la société Chèque Déjeuner pour mûrir sa réflexion. Pour amorcer la pompe, la ville entend également placer dans la boucle les sociétés d'économie mixte et parapubliques dont les gestionnaires des transports en commun, des parkings ou des centres aérés. L'originalité du système nantais par rapport au WIR serait l'intégration des particuliers dans le système. Des compléments de rémunération ou prestations de comités d'entreprise pourraient être versés en monnaie locale.
Emmanuel Guimard, Les Echos


http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201923860599-nantes-se-donne-un-an-pour-lancer-sa-monnaie-locale-298556.php

Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   Jeu 13 Sep 2012 - 1:34

Tiens, le Pays basque va lancer l'eusko http://www.bizimugi.eu/

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les monnaies faites maison   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les monnaies faites maison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les monnaies faites maison
» Montugne russes faites maison.
» Tagliatelles faites maison au saumon
» Que faites vous des insectes que vous retrouver dans la maison ?
» L`hiver , faites vous pousser des légumes dans la maison ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: