Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le rat de Boston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Le rat de Boston   Lun 13 Fév 2012 - 16:26

Le rat de Boston

Texte intégral


Chapitre 1

« Y aurait-il un Bon Dieu ? Même pour les rats ? » Cette question a traversé un instant l’esprit de Gérald, mais bien vite il s’est ressaisi, la tension qu’il devait maintenir pour maîtriser son chien ne permettait pas de telles divagations mentales.
« Ma foi, non, les rats n’ont pas besoin de Bon Dieu, ils se sortent de toutes les situations.
C’est ahurissant. Quel flegme ! Quelle intelligence ! »
Gérald pensait revenir  tranquillement vers Down Town où il habitait en empruntant l’avenue du Commonwealth. Il avait couru le long de  Charles River et était satisfait car il avait tenu un bon rythme, malgré son chien qui parfois freinait des quatre coussinets, et qu’il devait traîner sur plusieurs foulées. L’animal n’était peut-être pas un bon compagnon de course, mais d’instinct il savait identifier une présence indésirable.
Le croisement de Commonwealth Avenue et d’Exeter Street  faillit être fatal pour Gérald.
En même temps qu’il perçut le cri : « Oh, My God! », il entendit un bruit de freinage terrible et réalisa qu’une voiture arrivait sur lui.
Mon Dieu se pouvait-il que ce soit sa fin ?!
Non, la voiture s’était arrêtée juste devant lui et  le chien de Gérald tirait sur sa laisse en aboyant. D’ailleurs, son chien n’était pas seul à aboyer, d’autres aboiements et  des cris de stupeur, de dégoût, se propageaient autour de lui.  Mais ce n’était pas lui qui était à l’épicentre de ce mouvement de panique, non, ce n’était pas vers lui que les regards convergeaient ; un peu plus loin, sur la chaussée, un rat immobile les regardait.
Gérald retourna sur le trottoir où les piétons s’étaient tous arrêtés pour regarder le spectacle incongru d’un rat qui s’était  matérialisé au milieu de la chaussée.
Durant quelques minutes la circulation était devenue un véritable capharnaüm.  Le rat, figé, attendait que la vie urbaine s’organise autour de sa personne ; chaque véhicule devait contourner l’obstacle, et les cyclistes l’éviter. Il attendit jusqu’à ce que tous reprennent leur rythme. Les voitures, les vélos, leur trajectoire, droite. Les piétons, leurs déambulations bavardes, celui-ci avec son voisin, celui-là avec son iPhone.
Dès qu’un premier véhicule ignora sa présence, le rat se mit en mouvement, il partit d’abord en diagonale rapide, et s’arrêta – s’il avait poursuivi au même rythme et dans la même direction, il aurait fini sous les roues d’une Dodge qui passait. Elle ne réussit pas à mordre dans sa vie car le rat  s’arrêta, juste à temps, puis il bifurqua.
Il allait et venait sur la chaussée, sans jamais s’approcher du caniveau qui devait pourtant être son objectif. En marchant ainsi par avancées, arrêts, retours,  en  lignes droites ou en diagonales, l’animal cherchait sa route dans un labyrinthe mental connu de lui seul. Pour Gérald qui l’observait, ce n’était qu’une progression hasardeuse dont l’issue fatale était prévisible.
Si l’on avait dessiné le trajet du rongeur à la craie sur le bitume, une spirale sénestrogyre serait apparue, une spirale au tracé certes tremblotant, mais qui se rapprochait à coup sûr de la bouche d’égout.
À aucun moment l’animal n’est passé sous une voiture. Comme pourvu d’un radar, il créait son parcours entre les véhicules en mouvement. Sa démarche saccadée, faite d’arrêts brusques et de reprises spontanées, ressemblait à une danse bien orchestrée avec les monstres de la technologie montés sur roues, une danse dont la chorégraphie tenait compte de l’obstacle  juste avant  l’instant où il surgissait. Le rat montrait à Gérald, qui l’observait, une improvisation ingénieuse et impeccable face au danger.

C’est ainsi que le guerrier-rongeur sut maîtriser cette périlleuse situation dans l’apparente indifférence générale. Gérald, lui, n’avait rien perdu de la scène et son chien en grognait d’indignation.

....

(je laisse ce début de premier chapitre - en prévision d'une édition il me faut supprimer mes textes)


Dernière édition par Alizé le Lun 16 Déc 2013 - 2:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Le rat de Boston   Sam 7 Déc 2013 - 0:55

Ce texte, je l'ai revu plusieurs fois, il a donc quelque peu changé de forme mais pas de fond.

J'avais proposé le premier chapitre pour un concours. Il a reçu le deuxième prix de la nouvelle.

Revenir en haut Aller en bas
 
Le rat de Boston
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boston Public
» 16 Décembre 1773: Boston: la Tea Party
» The Boston Strangler (L'étrangleur de Boston)
» Les transatlantiques de Boston
» Miss Boston(Albin Michel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Alizé-
Sauter vers: